Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les brochures de propagande de la social-démocratie au début du xxsiècle : le cas finlandais

Maurice Carrez
p. 97-110

Résumé

En Finlande, le parti social-démocrate est vite confronté aux obligations d’un parti de masse. Il lui faut développer des formes de propagande adéquates en direction d’un lectorat d’artisans, d’ouvriers qualifiés et de métayers. Ceux-ci sont d’autant plus réceptifs au message diffusé que le style et la structure des brochures correspondent assez bien à leur degré d’éducation et à leurs attentes culturelles.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Finlande

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1En finnois, « brochure » peut être traduit de plusieurs manières. Le mot kirjanen, littéralement « petit livre », est le plus courant. Il désigne concrètement un ouvrage relié ou broché de petite taille, au nombre limité de pages. Le terme lentokirjanen est encore plus précis puisqu’il suggère la volonté de diffuser des idées (lento signifie à la fois le vol – d’un oiseau ou d’un avion – et l’esprit). Les Finnois utilisent aussi assez fréquemment lentolehti (lehti = feuille) qui correspond à une publication légère, reliée de manière sommaire et qui ne se distingue du tract que par son nombre de pages et une présentation plus soignée. Vihko (cahier) ou vihkonen (petit cahier) sont également usités lorsqu’il s’agit d’une publication par numéros distincts d’une œuvre de plus grande ampleur. J’ai délibérément choisi de me limiter ici aux lentokirjaset et lentolehdet publiés par le Parti ouvrier (sigle finnois STP pour Suomen Työväenpuolue) puis son successeur le Parti social-démocrate de Finlande (SSDP, Suomen Sosiaalidemokraattinen Puolue). Lors de la période retenue, 1900-1913, le mouvement ouvrier finlandais est en plein essor ; il s’efforce de développer ses activités de propagande de la manière la plus rationnelle possible, en dépit des tracasseries administratives et policières. La fabrication, mais surtout la diffusion massive de brochures est l’un des éléments de ce dispositif général.

  • 1  Hannu Soikkanen, Sosialismin tulo Suomeen ensimmäisiin yksikamarisen eduskunnan vaaleihin asti, Po (...)
  • 2  Les 7 membres de la Commission exécutive, élue par le congrès, assurait la gestion des affaires co (...)

2En effet, entre 1898, première année où les dirigeants du mouvement ouvrier décident de se lancer systématiquement dans l’écriture de brochures, et 1914, début de la Première Guerre mondiale, la diffusion moyenne progresse de manière notable, quoique irrégulière. Avant 1905, on peut estimer à moins de 20 000 le total annuel des publications ainsi mises sur le marché ; après la Grande grève patriotique de novembre on atteint des totaux bien supérieurs, comme en 1906 où Hannu Soikkanen 1estime que 245 000 exemplaires de brochures, livres et cahiers ont été diffusés parmi une population qui n’est alors guère supérieure à 2,5 millions d’habitants. Les instances dirigeantes du parti considèrent que cette activité est devenue une priorité. La Commission exécutive en discute régulièrement dans ses réunions puis crée, à l’instar du Conseil du parti 2, sa propre collection de brochures. Les sociétés de presse liées à la social-démocratie font également un gros effort dans ce domaine dès le début du siècle, que ce soit à Turku, Tampere ou Helsinki. Il s’agit donc d’un phénomène important qu’il convient d’étudier pour comprendre à la fois la nature du mouvement ouvrier et son rapport à la société environnante. Par ailleurs, ces brochures obéissent à des modes d’écriture particuliers dont il faut saisir et interpréter l’originalité.

3La problématique de cet article s’articulera donc autour de trois questions : quels traits généraux en matière de conception et d’organisation du discours se dégagent du corpus étudié ? En quoi permettent-ils d’atteindre une relative efficacité ? Qu’est-ce qu’ils nous révèlent enfin des auteurs, de leur organisation, mais aussi des destinataires de la propagande social-démocrate ?

Les sources

  • 3  Citons entre autres les Archives ouvrières (Työväen arkisto) du Parti social-démocrate, les Archiv (...)
  • 4  À ce propos, les deux journaux majeurs, souvent rivaux, sont Le Travailleur (Työmies) de Helsinki (...)
  • 5  Il s’agit souvent de maîtrises, dont l’existence n’est pas toujours signalée, et qui prennent la f (...)
  • 6  Hannu Soikkanen, op. cit., p. 174-178 et 331-335.
  • 7  Aimo Roininen, Kirja liikkeessä. Kirjallisuus instituutiona vanhassa työväenliikkeessä 1895-1918, (...)
  • 8  Jari Ehrnrooth, Sanan vallassa, vihan voimalla. Sosialistiset vallankumousopit ja niiden vaikutus (...)

4Les sources primaires dont disposent les historiens ne sont pas négligeables. Il y a d’abord les brochures elles-mêmes que l’on peut trouver dans divers centres d’archives et bibliothèques du pays 3. Il y a aussi la presse social-démocrate de l’époque dans laquelle paraissaient régulièrement des listes de publications disponibles à la vente, des appels à diffusion, des commentaires polémiques sur certains ouvrages, y compris d’obédience social-démocrate, ainsi que des comptes rendus de réunions où ont eu lieu des ventes de masse 4. Certaines minutes de la Commission exécutive ou du Conseil du parti, généralement conservées aux Archives ouvrières d’Helsinki, permettent de connaître les conditions d’une commande, les investissements consentis et une partie des tirages et des ventes. De même, les archives des sociétés de presse du SSDP apportent d’utiles précisions. On doit y ajouter les documents émanant des organes de censure et de police, chargés de la surveillance et de la répression. Ceux-ci sont assez abondants en raison de la nature autoritaire du régime tsariste ; ils sont pour l’essentiel conservés aux Archives nationales de Helsinki. Mais malgré cette pléthore documentaire, les études spécialisées demeurent relativement limitées et éparses 5. Dans sa thèse, qui date de 1961 et porte sur les progrès du socialisme au tout début du siècle, Hannu Soikkanen a évoqué l’importance des brochures dans la propagande et leur a consacré une dizaine de pages très pertinentes 6. Il n’a fait toutefois que signaler l’ampleur du phénomène, sans approfondir l’analyse. En 1993, Aimo Roininen a publié à son tour ses travaux sous le titre « Le livre en mouvement » 7. Il n’a étudié, à vrai dire, que les publications d’ordre littéraire du mouvement ouvrier ; leurs visées propagandistes ne sont pas négligeables, mais elles constituent un corpus tout à fait à part où les revues et les recueils l’emportent largement sur les brochures et les feuilles volantes. Comme Hannu Soikkanen, il s’est intéressé plutôt aux structures de diffusion et aux débats internes qu’à l’analyse des textes eux-mêmes. Jari Ehrnrooth pour sa part, dans son analyse du discours socialiste entre 1905 et 1914 8, n’a pratiquement pas utilisé les ressources des brochures. Il s’est davantage concentré sur les prestations orales des agitateurs et les textes théoriques traduits en finnois ou émanant de dirigeants finlandais. Cette lacune ne laisse pas d’étonner. Tant et si bien qu’en commençant mon étude, je me suis senti dans la position inconfortable du défricheur malgré lui. En outre, ne disposant que d’un temps limité pour dépouiller les archives, je n’ai pas pu utiliser les documents issus des organes de censure et de répression, ni ceux des sociétés de presse social-démocrates. J’ai été également contraint de faire un choix parmi la bonne centaine de titres parue ; mon échantillon se réduit ainsi à une dizaine de brochures que j’ai plus ou moins arbitrairement jugées représentatives. Je n’ai donc aucune prétention à l’exhaustivité.

Le cadre général : conjoncture, objectifs et moyens

  • 9  Parmi de très nombreux titres, l’ouvrage le plus complet sur l’histoire du mouvement ouvrier finla (...)
  • 10  Hannu Soikkanen, Kohti…, op. cit. Heikki Laavola, Kun Suomen työväki heräsi. Vaistonvaraisesta ris (...)
  • 11  Jussi Pikkysaari, Vaikea vapaus. Sosialidemokratian häviö kirkolle 1850-luvulta 1920-luvulle käydy (...)
  • 12  Jouko Heikkilä, Kansallista luokkapolitiikkaa. Sosialidemokraatit ja Suomen autonomian puolustus 1 (...)

5Au début du siècle le mouvement ouvrier finlandais est placé face à plusieurs enjeux. Il lui faut tout d’abord consolider l’évolution qui l’a contraint à rejeter la tutelle des éléments bourgeois ; celle-ci a duré une bonne quinzaine d’années, ce que les historiens finlandais appellent la « période wrightienne », et s’est terminée avec la fondation, en 1899, du Parti ouvrier finlandais. Ses dirigeants, issus en général du monde ouvrier, sont favorables aux thèses socialistes. Ils veulent donner au nouveau parti une orientation idéologique qui l’apparente aux autres partis d’Europe 9. Pour cela, il faut développer une meilleure connaissance de la doctrine parmi les militants et les prolétaires, en clair diffuser plus massivement des ouvrages socialistes. La vogue des brochures, qui prend naissance à la fin des années 1890, est donc la conséquence de cet impératif. Le marxisme est encore peu connu en Finlande et il convient de se l’approprier pour devenir un vrai parti révolutionnaire, objectif qui semble se réaliser en 1903 au congrès de Forssa, quand le Parti ouvrier (STP) devient Parti social-démocrate de Finlande (SSDP) 10. Dès lors, une bonne partie des textes à usage de propagande correspond à un cadre idéologique prédéterminé, même s’il est loin d’être homogène. Un autre impératif majeur est la conquête des couches populaires, tant en ville qu’à la campagne. Avant 1907, le système électoral censitaire ne permet pas aux plus humbles de participer aux joutes politiques ; il faut néanmoins organiser la pression sur la Diète pour obtenir les réformes indispensables. Il convient également de consolider la conscience de classe pour mieux mener la lutte économique. La propagande a donc une fonction d’éveil. Elle vise à donner des repères, à montrer en quoi l’engagement est utile à long terme. Après la mise en place d’un parlement unicaméral élu au suffrage universel, elle est explicitement destinée à un usage électoral. L’utilité du vote social-démocrate doit être démontrée, en tenant compte de la capacité des électeurs à recevoir le message. Les supports de propagande nous renseignent ainsi sur les lecteurs, pas seulement sur ceux qui émettent le discours. Enfin, le SSDP doit mener un véritable combat culturel contre les forces d’encadrement de la société, que ce soit l’appareil d’État au service du tsarisme, l’Église luthérienne 11 et les partis bourgeois de diverses obédiences. Ce dernier défi n’est pas le plus facile car beaucoup de militants ont subi jadis l’influence des fennomanes et continuent à croire au fond d’eux-mêmes à l’idéal nationaliste 12. Quoi qu’il en soit, la propagande sociale-démocrate est par nécessité agressive vis-à-vis de ses adversaires, elle est construite autour d’une volonté polémique.

  • 13  D’après les chiffres fournis par la Commission exécutive, qui sont généralement fiables, l’ensembl (...)
  • 14  Jari Ehrnrooth, op. cit., p. 105-190. Tuula Makkonen, Sosialistinen käännöskirjallisuus Suomessa v (...)
  • 15  Jari Ehrnrooth, op. cit.. Pekka Aaltonen, Sosialidemokraattien agitaatiotoiminta ja sen merkitys e (...)

6Pour faire face aux grands enjeux que nous venons d’expliciter, le parti utilise des moyens diversifiés. Malgré les tracasseries de l’administration et de la police, il dispose d’une presse active 13 dont les principaux titres sont apparus dans les années 1890. La plupart n’ont qu’un rayonnement local et régional, mais certains comme le Työmies (Le Travailleur) de Helsinki ou Kansan Lehti (Le Journal du Peuple) de Tampere possèdent une audience nationale. De plus, le SSDP, mais aussi les sociétés d’édition socialistes ou les maisons du Peuple (Työväenyhdistykset, littéralement « unions ouvrières ») financent la parution de nombreux ouvrages de vulgarisation, pour une part d’origine étrangère 14. Cet effort d’édition est complété par l’organisation de tournées d’agitation dans les campagnes, animées d’abord par des agitateurs professionnels et de grandes figures du parti, puis par des orateurs que mandatent les fédérations régionales ou les unions locales 15. L’édition de tracts et de brochures parachève ce dispositif. Conçue comme le prolongement de l’activité militante et de la formation dispensée par les maisons du Peuple, elle se situe à la jonction du travail éducatif et du travail de terrain, d’où son importance aux yeux du parti.

7Les brochures, il est vrai, offrent de nombreux avantages. Dans un pays bien alphabétisé, où l’écrit est massivement considéré comme un vecteur de promotion sociale et d’enrichissement personnel, elles touchent sans trop de difficultés le public populaire. Leur vente exige le plus souvent un contact direct avec l’acheteur ; elles stimulent donc les réseaux militants car, mieux encore que les journaux et surtout les livres, elles constituent un matériel idéal pour les sections, à la recherche d’argumentaires précis sans être assommants. De plus, elles s’accommodent d’une relative souplesse dans la distribution : un paquet de brochures est facile à stocker ou à transporter, on peut le mettre en dépôt tant dans les maisons du Peuple que chez des particuliers. Traitant de thèmes particuliers, elles permettent enfin de cibler leur public et de répondre à des demandes précises.

  • 16  Matti Turkia (dir.), Kertomus Suomen sosialidemokratisen Puoluetoimikunnan toiminnasta 10 : stä sy (...)
  • 17  En 1904 par exemple, Edvard Valpas-Hänninen, directeur du Työmies et principale figure de la gauch (...)

8Avant 1905, les tirages ne sont jamais inférieurs à 1 000 exemplaires, mais en revanche, ils dépassent rarement les 5 000. En cas de besoin toutefois, il y a des rééditions pour des best-sellers tels que Työmiehen katkismus (Le catéchisme du travailleur), traduit en 1899 par Taavi Tainio ou les cahiers tirés des Työväenkysymyksiä (Questions ouvrières) de Nils Robert Af Ursin (première parution 1897). À partir de 1906, les chiffres de diffusion croissent en raison des besoins suscités par les campagnes électorales. Pour les législatives de 1913 par exemple, les brochures sur la loi de prohibition et la question des métayers (torpparit) sont tirées à 150 000 exemplaires chacune ; c’est énorme dans un pays qui n’atteint pas 3 millions d’habitants à la veille de la Première Guerre mondiale 16. Ce changement d’échelle est très considérable. Il montre que les conditions générales de l’activité de propagande ont été modifiées par la Grande grève patriotique de1905 et la montée en puissance de la social-démocratie. Il va de pair avec une évolution des thèmes traités. Jusqu’en 1906, les brochures de vulgarisation concernant le mouvement ouvrier et ses grands idéaux forment un contingent important du total des publications, même si les questions d’actualité ne sont pas négligées 17. Par la suite, les brochures à thème, liées aux campagnes électorales, dominent presque exclusivement la production.

  • 18  Antti Kujala, Venäjän hallitus…, op. cit.
  • 19  L’instauration du suffrage universel masculin et féminin pour les élections législatives n’a pas c (...)
  • 20  « Sosialidemokratiset järjestöt levittäkää vaalikirjallisuutta », Työmies n° 114,19/05/1908, p. 6.

9Les canaux d’édition connaissent également une évolution. Au tout début du siècle, ce sont les sociétés de presse (Kansan Lehti à Tampere, Työväen Sanomalehti OY à Helsinki), parfois les maisons du Peuple, comme à Turku, qui prennent pour l’essentiel en charge les dédommagements aux auteurs, l’impression et la diffusion des brochures. Ce système reflète l’état du Parti ouvrier ; celui-ci est loin d’être encore une organisation de masse et reste divisé en factions, nées en partie de rivalités locales ou régionales, voire de conflits de personnes 18. Chaque pôle souhaite donner sa propre vision de ce qui est la meilleure stratégie ou la bonne compréhension du socialisme. La Commission administrative (Puolueen hallinto, nom donné avant 1906 au Conseil du parti) crée toutefois sa propre collection en 1905. Nous pouvons y voir un indice de maturité pour une organisation qui veut encadrer le mouvement populaire amorcé avant la Grande grève de 1905 en faveur de la démocratie politique et des réformes sociales. Par la suite les organes de direction et le groupe parlementaire jouent un rôle éminent dans le financement des brochures. Ceci permet d’utiliser à plein les ressources de l’organisation. Sitôt sortis des presses, les exemplaires sont acheminés vers les fédérations (Piirijärjestöt, en mot à mot « organisations de circonscriptions » car elles sont calquées sur les circonscriptions électorales) puis les organisations locales. Les militants sont alors chargés d’en assurer la distribution lors de réunions publiques et de points-rencontres, le plus souvent en relation avec les joutes électorales que les dissolutions successives du Parlement rendent assez fréquentes 19. Les sections sont régulièrement incitées à accélérer la diffusion par voie de presse ou par circulaires. Voici par exemple comment le Työmies du 19 mai 1908 appelle les organisations social-démocrates à diffuser les publications du parti : « Il faut bien sûr accorder beaucoup d’importance à la parole dans l’agitation électorale, mais en plus il ne faut pas oublier ou négliger la diffusion d’une littérature adaptée. Il est maintenant nécessaire que toutes les organisations social-démocrates commencent avant les élections à la diffuser sur leur zone d’activité. Il conviendra bientôt, au fur et à mesure que la fin juin approchera, de faire en sorte que chaque électeur social-démocrate ait en main au moins une brochuredestinée à l’éclairer. Le groupe social-démocrate au Parlement, le Comité pour les brochures et la Työväen Sanomalehti OY ont préparé à cet effet les publications électorales qui conviennent » 20.Au travers de cet appel significatif se devine également le public potentiel : les militants de base, bien sûr, mais aussi l’électorat populaire qui constitue le socle sur lequel repose toute l’organisation social-démocrate. Le prix volontairement modique des publications, généralement entre 10 et 30 penniä (équivalent du centime français à l’époque, puisqu’un markka vaut un franc français), est fonction de cet impératif. Le coût ne doit pas être un obstacle à l’achat.

Présentation et contenu

  • 21  Ce point de vue est cependant à nuancer dans la mesure où le journal satirique du parti, Kurikka ( (...)

10Les brochures social-démocrates sont toutes d’un format commode à consulter, en in 8° ou in 12° (plus rarement). Le nombre de pages oscille entre 8 et 32, mais elles ont en général 16 pages, dont une bonne douzaine constituent le texte proprement dit. Elles sont donc faciles à transporter et à feuilleter. L’écriture gothique est au départ la plus usitée, comme pour les bibles ou la presse. Il s’agit de ne pas heurter les habitudes culturelles des gens qui sont plus à l’aise à l’époque avec ce type de caractères qui s’était généralisé avec la réforme venue d’Allemagne. En outre, les imprimeries préfèrent travailler dans un style qu’elles maîtrisent mieux. Cela dit, l’usage des caractères latins se généralise de plus en plus en allant vers la Première Guerre mondiale, preuve que lesdites habitudes culturelles ne sont pas figées. Le SSDP ne tient d’ailleurs pas à apparaître comme le tenant des traditions, mais comme un parti de novation sociale et culturelle. Les illustrations, par contre, restent encore marginales, sans doute pour des raisons financières, mais également parce que la force de l’image n’est pas encore perçue à sa juste valeur comme vecteur de propagande 21; peut-être y a-t-il aussi la volonté de faire sérieux, de ne pas donner une information au rabais. Le fait que beaucoup d’auteurs de brochure soient d’anciens étudiants qui ont parfois participé à des campagnes d’éducation populaire dans le plus pur style nationaliste peut avoir joué en ce sens. Le texte par contre est volontairement parsemé d’intertitres qui doivent, comme dans les journaux, faciliter la lecture rapide du document. Le souci pédagogique est évident. Il faut éviter de repousser le lecteur par un texte trop dense, trop continu.

  • 22  Otto Wilhelm Kuusinen, Valtiollinen kansanvalta, Puoluetoimikunnan lentokirjasia n°13, 1907, p.3.
  • 23  Väinö Tanner, Minkälaisia verotusuudistuksia porvarilliset ajavat. Pönkittävät luokkaetujaan, Sosi (...)

11Le style écrit est toujours simple, sans jargon excessif, même lorsque la brochure traite de questions ardues. O. V. Kuusinen, par exemple, à qui la Commission exécutive du parti a demandé de faire en 1907 une brochure sur la démocratie politique, dans le cadre de la discussion sur les nouvelles institutions parlementaires, va droit au but dès l’introduction : « Comme désormais dans la question de la démocratisation de notre mode de gouvernement nous veillons tout le temps à l’élargissement des droits du parlement, il faut selon moi orienter nos efforts dans trois directions : 1) il faut compléter le droit du Parlement à faire les lois ; 2) il faut que le Parlement reçoive assez de pouvoir de contrôle et d’influence sur le gouvernement ; 3) en particulier le droit de définir les orientations financières » 22. Rien à voir avec un exposé juridique pontifiant… Les phrases sont presque toujours courtes, avec le souci de se faire comprendre du lecteur. Les mots trop complexes sont bannis, les réalités sont présentées sous leur jour le plus concret possible. Aussi, Väinö Tanner, dans un opuscule de 1908 sur les mensonges des partis bourgeois à propos de la question des impôts, présente-t-il la question des taxes sur le café de la manière suivante : « Et bien que les Vieux-Finnois, il y a encore un an, aient reconnu dans une requête le café comme une denrée de consommation courante, voilà désormais qu’ils ont eu le temps d’en faire un stimulant pernicieux qu’il faut taxer le plus lourdement possible… Ils exigent des droits de douane substantiels sur le café pour accroître les ressources de l’État, à la place d’une augmentation de leurs impôts… De cette manière, ils font passer le fardeau fiscal de leurs épaules sur celles du prolétariat » 23.

  • 24  Nils Robert Af Ursin, Työväen ammatillisesta ja poliitisesta liikkeestä Euroopan suurissa sivistys (...)
  • 25  Väinö Voionmaa, Snellman ja köyhälistö, Puoluehallinnon lentokirjasia n° 5, Helsinki, 1906, 16 p.

12Comme dans la pédagogie scolaire, le récit est utilisé comme support pour faire passer des idées plus complexes. Nils Robert Af Ursin par exemple incite les prolétaires finlandais à fonder des associations syndicales et politiques en faisant un rappel rapide des principales étapes du mouvement ouvrier en Angleterre, en Allemagne et en France. Le tout est présenté comme une épopée en faveur de la reconnaissance de droits imprescriptibles. Il peut ainsi conclure : « il est très clair que l’idéal ouvrier et ses objectifs élevés prendront pied peu à peu dans les grands pays développés d’Europe et ensuite dans le monde entier pour le succès et la bénédiction de toute l’humanité » 24. De même, les références à de grands personnages du passé, même non socialistes, permettent de définir une morale de l’action. Väinö Voionmaa essaie par ce biais de montrer que Snellman, le père du nationalisme fennomane, avait des idées hégéliennes qui n’étaient pas incompatibles avec celles du mouvement ouvrier contemporain : croyance dans un sens de l’histoire, importance du rôle de l’État, sensibilité aux questions sociales 25.

  • 26  De nombreux auteurs ont déjà mis l’accent sur ce fait. Par exemple, Marc Angenot, La propagande so (...)
  • 27  Maurice Carrez et Thomas Bouchet, Le verbe et l’exemple…, op. cit.
  • 28  Miina Sillanpää, Annetaanko porvaripuoleiden ja ryssäläissenaatin tappaa kieltolaki ?, Sos.-dem. P (...)
  • 29  Ibidem, p. 16.

13Les oppositions binaires, parfois très manichéennes, sont une constante des brochures socialistes d’avant 1914 26. Cette vieille technique de la prédication religieuse qui oppose le bien au mal, le paradis à l’enfer, le juste au pêcheur, est réinvestie au profit de thèmes profanes : progrès contre réaction, monde d’aujourd’hui contre monde de demain, lutte pour la justice contre la défense des privilèges 27. À l’instar de Väinö Tanner qui opposait l’honnêteté des sociaux-démocrates à la fausseté des partis bourgeois vis-à-vis des questions fiscales, Miina Sillanpää souligne les efforts du SSDP pour faire aboutir la loi de prohibition sur les ventes d’alcool car elle veut faire ressortir le cynisme des politiciens de droite, pressés de la faire échouer pour des raisons peu avouables : « en ce qui concerne la politique sur les alcools, le gouvernement et la bourgeoisie sont d’accord. Le gouvernement a besoin d’impôts et la bourgeoisie gagne d’énormes profits grâce au commerce sur les spiritueux. Et ce qui les unit aussi, c’est que ce commerce affaiblit le parti social-démocrate », tonne-t-elle 28 pour mieux s’exclamer en conclusion : «… Le propre parti du prolétariat, le parti social-démocrate, traite pour sa part avec honnêteté la question de la prohibition. Il a toujours été consciencieux sur ce sujet » 29.

  • 30  Robert Agren, Veljeys, vapaus ja tasa-arvoisuus. Muutamia huomautuksia prof. O.M. Reuterille hänen (...)
  • 31  Ibidem, p. 9.
  • 32  Otto Wilhelm Kuusinen, Anarkia ja vallankumous, Helsinki, Sosialistisen aikakauslehden lentokirjas (...)
  • 33  Miina Sillanpää, Annetaanko…, op. cit., p. 6.
  • 34 Ibidem, p. 7.
  • 35 Ibidem, p. 12.
  • 36 Ibidem., p. 13.
  • 37  Väinö Tanner, Minkälaisia verotusuudistuksia…, op. cit..

14Le ton mordant, voire polémique, est une autre caractéristique du genre. Certaines brochures sont conçues comme des réponses à l’argumentation d’un adversaire. Dans un opuscule bien connu des militants de l’époque, traduit du suédois, Robert Agren attaque le professeur Reuter à propos de la signification de la devise « Liberté, égalité, fraternité ». Il lui reproche de défendre un point de vue purement idéaliste et bourgeois, sans s’interroger sur les conditions d’une réalisation concrète de cet idéal. Ce faisant, il s’en prend avec virulence à sa démarche : «… les conditions de la liberté ne dépendent pas seulement de déclarations générales, de formules juridiques et de cadres politiques superficiels… comme le professeur Reuter semble le croire… » 30. Il dénonce l’inanité de certaines de ses démonstrations : «… Dans son zèle à constater que l’égalité règne déjà au moins en Finlande, le prof. Reuter en arrive à des résultats bizarres : cette classe supérieure dont le peuple doute, dit monsieur le professeur, estformée pour unegrande part de fils de travailleurs qui se sont élevés grâce à leur application et leur soif de savoir… Ceci sonne bien, il faudrait seulement que ce soit vrai… » 31. La conclusion s’impose d’elle-même : comme l’adversaire est de mauvaise foi, c’est qu’il défend une mauvaise cause. L’avenir ne peut appartenir qu’à la social-démocratie qui réalisera enfin pleinement l’idéal de la Révolution française. L’usage de sobriquets ou de noms d’oiseaux pour qualifier les adversaires est d’autre part systématique. Il est censé prouver que l’on ne pactise pas avec l’ennemi, présenté sous un jour systématiquement négatif. Voici comment dans un passage de son célèbre opuscule Anarkia ja vallankumous (Anarchie et révolution) O.V.Kuusinen présente la droite finlandaise et sa politique en 1906 : « à vrai dire, chez nous, les représentants de la réaction hurlent que nous autres sociaux-démocrates nous souhaitons déjà maintenant travailler à une révolution violente pour réaliser la société socialiste. C’est naturellement un mensonge stupide et malintentionné, par lequel ces noirs corbeaux essaient de rendre suspects aux yeux du peuple ignorant les efforts révolutionnaires » 32. En somme, tournés vers le passé, menteurs, malintentionnés, et oiseaux de mauvais augure, ils sont par nature disqualifiés par rapport à ceux qui défendent l’avenir, l’honnêteté, les bonnes intentions et l’espérance… Ce procédé n’est pas réservé à la gauche du parti ; il est employé également par des auteurs réputés plus « modérés » au sein du SSDP. Miina Sillanpää choisit un titre sans équivoque pour défendre la loi sur la prohibition : Laissera-t-on les partis bourgeois et le sénat des russkofs tuer la loi de prohibition ? Difficile de faire plus polémique alors que la « deuxième vague de russification » bat son plein ! Plus loin, elle qualifie les adversaires de la loi de prohibition de herraskopla (bande de seigneurs) 33, de viinaksien ystävät (amis des liqueurs) 34, de viinaporvarit (bourgeois enrichis par l’alcool) 35 et de kapakkakarja (troupeau de taverne) 36. Väinö Tanner, quant à lui, évite d’affubler directement les bourgeois d’épithètes dévalorisantes. Mais ses intertitres sont absolument sans équivoque : les députés bourgeois « trahissent leurs promesses », « craignent d’augmenter l’impôt sur l’héritage », « s’efforcent d’éviter la question », se refusent à « abaisser le fardeau fiscal » du prolétariat, « favorisent les propriétaires terriens », « souhaitent un impôt sur le revenu insignifiant et inefficace » 37. Chacun peut lire en creux que les députés bourgeois sont des menteurs, des intrigants et des égoïstes.

Interprétations possibles

15L’analyse précédente, même sommaire, nous montre que les brochures en question peuvent servir d’abord à cerner le projet politique et la nature de la social-démocratie finlandaise.

  • 38  Risto Alapuro et alii (dir.), Kansa liikkeessä, Helsinki, Kirjayhtymä, 1987, 303 p. ; Risto Alapur (...)
  • 39  Robert Agren, Veljeys,…, op. cit., p. 15.

16Cette dernière, à l’évidence se pose en éducatrice du peuple autant qu’en force d’agitation. Les textes didactiques sur l’histoire du mouvement ouvrier et ses objectifs le prouvent, de même que la volonté d’éclairer les enjeux des luttes présentes. De ce point de vue, le STP comme le SSDP ne sont pas extérieurs au vaste mouvement d’intégration nationale en œuvre depuis le premier xixe siècle 38. En fait, la social-démocratie finlandaise reprend le flambeau de l’éducation populaire, brandi en premier lieu par les nationalistes fennomanes. Elle croit dans les vertus de l’instruction, ce que l’opuscule de Robert Agren exprime très ouvertement : « Et le moyen de parvenir à cela (une société de justice, M.C.), c’est le travail, l’instruction et l’entente, l’entente entre prolétaires sur le plan national et international. La tâche unique de la classe ouvrière organisée et consciente des buts et des moyens est aujourd’hui de faire avancer ces grandes questions » 39. L’hommage indirect de Väinö Voionmaa à la grande figure de Snellman est une autre illustration de cette volonté intégratrice.

17Cela dit, la social-démocratie veut être aussi un parti résolu de lutte de classe. Elle marque donc, selon un schéma que l’on qualifie généralement de kautskyste, sa volonté de développer une forte conscience particulariste, condition nécessaire pour éviter les compromis mortels avec la bourgeoisie. Le manichéisme des oppositions et le ton polémique des brochures en est un signe, de même que le recours aux métaphores prométhéennes sur le prolétariat et ses tâches historiques. La justification de la « haine de classe » procède de cette volonté d’autonomie par rapport aux normes sociales dominantes. Elle prouve la combativité des membres du parti, leur hostilité à la bourgeoisie nationale.

18Pourtant, le projet n’est pas la révolution violente. Toutes les brochures insistent au contraire sur l’action de masse organisée et le refus de « l’anarchie ». Une très grande importance est accordée à l’agitation électorale. Les thèmes traités sont pour l’essentiel en prise sur l’actualité politique, même lorsque le propos est apparemment plus théorique, comme dans Anarchie et révolution. Il s’agit donc pour l’essentiel de tisser des liens profonds avec l’électorat populaire dont on veut éclairer la conscience et les choix, pour l’arracher aux sirènes de la bourgeoisie.

19En somme, les brochures dessinent le portrait d’une social-démocratie force à la fois de contestation, d’intégration et de propositions. Elles donnent une image assez fidèle des contradictions qui la traversent comme des grands objectifs qui la soudent.

20Mais indirectement cette propagande écrite nous renseigne, mieux encore que le livre classique, sur les caractères du public visé, ou plus exactement peut-être sur la représentation que le parti et les auteurs s’en font, représentation qui n’est jamais sans rapport avec les réalités de terrain.

21Il est clair que les brochures s’adressent à un type de population qui a un niveau de scolarisation limité, mais qui en même temps est capable d’intégrer des notions abstraites et de penser rationnellement les rapports socio-politiques. Elle est familiarisée avec une culture religieuse opposant frontalement le mal et le bien, la mort et le salut, l’erreur et la vérité. Il faut donc l’éclairer d’une manière qui lui est immédiatement accessible. De même, elle apprécie les formes d’expression proches de l’oralité, tels que les sobriquets, les traits mordants, une langue simple et imagée où le récit occupe une place centrale.

22Ces réceptionnaires du message socialiste semblent attachés aux démonstrations pratiques plutôt qu’aux discours fleuris, souvent stipendiés. Ils aiment ce qui leur apparaît logique par rapport aux situations concrètes qu’ils vivent. En ce sens, l’hypothèse suivant laquelle la social-démocratie ne ferait que resservir une sorte de discours millénariste laïcisé est à manier avec une grande prudence. En effet, les auteurs sont soucieux d’apporter de l’information et pas seulement de vagues espérances. Cet attachement au concret a une signification qu’il convient de prendre en compte. Il ne s’agit pas seulement de faire rêver, mais de proposer des alternatives.

  • 40  Jari Ehrnrooth, op. cit., p. 365-467.

23En même temps, ce public est combatif par rapport à ce qu’il pense être ses adversaires. Jari Ehrnrooth a eu raison de souligner que la haine de classe n’est pas une simple création de la rhétorique social-démocrate 40. L’agressivité du vocabulaire et des images dans les brochures répond à un besoin. Il est clair aussi que la conscience d’appartenance à un groupe défavorisé qui a des droits et des besoins propres est très développée en ce début de siècle. La social-démocratie a contribué à accélérer ce processus, mais elle ne l’a sans doute pas créé, comme le pensait le professeur Reuter, l’adversaire désigné de Robert Agren. Elle ne fait que prendre en compte une donnée de fait pour développer sa propagande avec le plus possible d’efficacité.

24L’ensemble de ces traits laisse penser que les destinataires prioritaires des brochures ne sont pas forcément les couches populaires les plus défavorisées, ouvriers agricoles itinérants ou lumpen prolétariat, mais plutôt les ouvriers organisés, les artisans, les paysans-exploitants. Sociologiquement donc, si l’on suit cette hypothèse, la social-démocratie exprimerait d’abord les aspirations de groupes désireux d’ascension sociale mais qui estiment, le plus souvent avec raison, être gênés dans cette quête.

Conclusion

25Dans la Finlande du début du siècle, la brochure est un instrument de propagande apparemment efficace, du moins pour une social-démocratie en pleine croissance et disposant sur le terrain d’une véritable armée de diffuseurs. À une époque où, sauf la presse écrite, les grands moyens actuels de communication de masse n’existent pas, où le livre reste cher, donc peu accessible aux plus pauvres, elle est l’un des vecteurs les mieux adaptés au débat politique, avec les tournées d’orateurs et les grands meetings. Il est vrai qu’elle bénéficie d’un terreau socio-culturel favorable. Alors que l’instruction publique progresse, l’importance de l’éducation dans la promotion sociale est de mieux en mieux saisie par la masse des Finlandais, y compris dans les couches populaires, cible privilégiée de la propagande sociale-démocrate. L’argumentation rationnelle et l’information sont considérées comme l’une des bases du débat politique. De la sorte, l’électorat comme les militants sont friands de mises au point sur les problèmes qui les concernent. Peu coûteuse et généralement consacrée à un problème concret ou à un débat récent, la brochure apparaît donc comme un moyen commode d’aller à l’essentiel, tout en maintenant une relative continuité avec l’ancienne culture orale dont elle reprend certains traits (l’usage des sobriquets, le vocabulaire, etc.). En tant que support, elle nous permet surtout de comprendre les objectifs essentiels du mouvement ouvrier ainsi que ses techniques de propagande. Elle nous éclaire aussi sur la nature de ses organisations et sur leurs contradictions. Mais en même temps, elle donne des indications indirectes sur le lectorat lui-même. La brochure nous place donc au carrefour de l’histoire sociale, politique et culturelle, ce qui renforce l’intérêt d’études plus poussées que ce modeste essai. Il faudrait en particulier mener une analyse linguistique plus systématique et disposer d’un corpus complet pour aboutir à des conclusions mieux affinées.

Haut de page

Notes

1  Hannu Soikkanen, Sosialismin tulo Suomeen ensimmäisiin yksikamarisen eduskunnan vaaleihin asti, Porvoo-Helsinki, WSOY, 1961, p. 331-335.

2  Les 7 membres de la Commission exécutive, élue par le congrès, assurait la gestion des affaires courantes du Parti. Le Conseil, lui aussi élu par le congrès, comprenait une vingtaine de membres, pour la plupart issus des fédérations régionales, et prenait les décisions majeures dans l’intervalle des congrès.

3  Citons entre autres les Archives ouvrières (Työväen arkisto) du Parti social-démocrate, les Archives du peuple (Kansan arkisto) de la Ligue de gauche, les Archives nationales (Kansallisarkisto), divers centres d’archives régionales, mais aussi la Bibliothèque de l’Université de Helsinki ou la Bibliothèque ouvrière (Työväen kirjasto), attenante aux Archives ouvrières.

4  À ce propos, les deux journaux majeurs, souvent rivaux, sont Le Travailleur (Työmies) de Helsinki et Le Journal du Peuple (Kansanlehti) de Tampere.

5  Il s’agit souvent de maîtrises, dont l’existence n’est pas toujours signalée, et qui prennent la forme de monographies d’ampleur limitée.

6  Hannu Soikkanen, op. cit., p. 174-178 et 331-335.

7  Aimo Roininen, Kirja liikkeessä. Kirjallisuus instituutiona vanhassa työväenliikkeessä 1895-1918, Helsinki, SKS, 1993, 454 p., Thèse.

8  Jari Ehrnrooth, Sanan vallassa, vihan voimalla. Sosialistiset vallankumousopit ja niiden vaikutus Suomen työväenliikkeessä 1905-1914, Helsinki, SHS, 1992, 589 p., Thèse.

9  Parmi de très nombreux titres, l’ouvrage le plus complet sur l’histoire du mouvement ouvrier finlandais de cette période reste Hannu Soikkanen, Kohti kansanvaltaa, tome 1 1899-1937, Vaasa, OY Kirjapaino AB, 1975, 688 p. En français, on peut consulter Maurice Carrez, « Le mouvement ouvrier finlandais des origines à la guerre civile de 1918 », Cahiers d’histoire de l’IRM, n° 16, janvier 1984, p. 79-103.

10  Hannu Soikkanen, Kohti…, op. cit. Heikki Laavola, Kun Suomen työväki heräsi. Vaistonvaraisesta ristiriidasta sosialistiseen Forssan ohjelmaan 1903, Helsinki, Tammi, 1974, 158 p.

11  Jussi Pikkysaari, Vaikea vapaus. Sosialidemokratian häviö kirkolle 1850-luvulta 1920-luvulle käydyssä Suomen kulttuuritaistelussa, Helsinki, SHS, 1998, 438 p.

12  Jouko Heikkilä, Kansallista luokkapolitiikkaa. Sosialidemokraatit ja Suomen autonomian puolustus 1905-1917, Helsinki, SHS, 1993. Antti Kujala, Venäjän hallitus ja Suomen työväenliike 1899-1905, Helsinki, SHS, 1995, 461 p.

13  D’après les chiffres fournis par la Commission exécutive, qui sont généralement fiables, l’ensemble de la presse sociale-démocrate tire en 1906 en moyenne à 82 900 exemplaires, en 1909 à 137 200 et en 1913 à 142 650. Matti Turkia dir., Kertomus Suomen sosialidemokratisen Puoluetoimikunnan toiminnasta 10 : stä syys. 1911 — 10 p : vään 1913, Helsinki, 1913, p. 27.

14  Jari Ehrnrooth, op. cit., p. 105-190. Tuula Makkonen, Sosialistinen käännöskirjallisuus Suomessa vuosina 1898-1918, Poliittisen historian pro-gradu, Turun yliopisto, 1973.

15  Jari Ehrnrooth, op. cit.. Pekka Aaltonen, Sosialidemokraattien agitaatiotoiminta ja sen merkitys ensimmäisissä eduskuntavaaleissa 1907 Satakunnassa, Poliittisen historian pro gradu, Turun yliopisto, 1987. Maurice Carrez, « La manne et le fouet : la propagande par le verbe en Finlande (1800-1917) », in Maurice Carrez et Thomas Bouchet (dir.), Le verbe et l’exemple, colporteurs et propagandistes de la Révolution française à nos jours, Dijon, EUD, Cahiers de l’IHC n°6, mars 2000, 160 p.

16  Matti Turkia (dir.), Kertomus Suomen sosialidemokratisen Puoluetoimikunnan toiminnasta 10 : stä syys. 1911 — 10 p : vään 1913, Helsinki, 1913, p. 13.

17  En 1904 par exemple, Edvard Valpas-Hänninen, directeur du Työmies et principale figure de la gauche kautskyste, publie une brochure à propos du débat interne sur la tactique : Mikä menettelytapa ? (Quelle tactique ?) ainsi qu’un opuscule sur la question de la démocratisation des institutions réclamées par les sociaux-démocrates : Pelätäänkö kahdenkin säädyn kansanvaltaistuttamista ? (Craint-on la démocratisation des États ?)

18  Antti Kujala, Venäjän hallitus…, op. cit.

19  L’instauration du suffrage universel masculin et féminin pour les élections législatives n’a pas créé en soi un système parlementaire. Le souverain russe peut à tout moment dissoudre la chambre quand il juge que son action est hostile à sa politique ou simplement « offensante ». Les premières élections législatives ont lieu en 1907. Par la suite, il y a des élections, suite à des dissolutions, en juin 1908, mai 1909, février 1910, août 1913 et juillet 1916, soit 5 fois en 8 ans.

20  « Sosialidemokratiset järjestöt levittäkää vaalikirjallisuutta », Työmies n° 114,19/05/1908, p. 6.

21  Ce point de vue est cependant à nuancer dans la mesure où le journal satirique du parti, Kurikka (Le battoir ou Le bâton – pour se faire battre) recourt systématiquement à la caricature.

22  Otto Wilhelm Kuusinen, Valtiollinen kansanvalta, Puoluetoimikunnan lentokirjasia n°13, 1907, p.3.

23  Väinö Tanner, Minkälaisia verotusuudistuksia porvarilliset ajavat. Pönkittävät luokkaetujaan, Sosialidemokratisia vaalijulkaisuja n°5, 1908, p. 20‑21.

24  Nils Robert Af Ursin, Työväen ammatillisesta ja poliitisesta liikkeestä Euroopan suurissa sivistysmaissa, Kansan Lehden julkaisuja II, 1900, p. 16.

25  Väinö Voionmaa, Snellman ja köyhälistö, Puoluehallinnon lentokirjasia n° 5, Helsinki, 1906, 16 p.

26  De nombreux auteurs ont déjà mis l’accent sur ce fait. Par exemple, Marc Angenot, La propagande socialiste, cinq essais d’analyse du discours, Montréal, CIADEST, 1991, 154 p. ; L’utopie collectiviste. Le grand récit socialiste sous la IIe Internationale, Paris, PUF, 1993, 397 p. Voir aussi Jari Ehrnrooth, op. cit..

27  Maurice Carrez et Thomas Bouchet, Le verbe et l’exemple…, op. cit.

28  Miina Sillanpää, Annetaanko porvaripuoleiden ja ryssäläissenaatin tappaa kieltolaki ?, Sos.-dem. Puoluetoimikunnan kustannuksella, Helsinki, 1913, p. 13.

29  Ibidem, p. 16.

30  Robert Agren, Veljeys, vapaus ja tasa-arvoisuus. Muutamia huomautuksia prof. O.M. Reuterille hänen samasta aiheesta pitämän esitelmän ja lentokirjasensa johdosta, Työväen Sanomalehti O.Y., Helsinki, 1906, p. 4.

31  Ibidem, p. 9.

32  Otto Wilhelm Kuusinen, Anarkia ja vallankumous, Helsinki, Sosialistisen aikakauslehden lentokirjasia n°1, 1906, p. 13.

33  Miina Sillanpää, Annetaanko…, op. cit., p. 6.

34 Ibidem, p. 7.

35 Ibidem, p. 12.

36 Ibidem., p. 13.

37  Väinö Tanner, Minkälaisia verotusuudistuksia…, op. cit..

38  Risto Alapuro et alii (dir.), Kansa liikkeessä, Helsinki, Kirjayhtymä, 1987, 303 p. ; Risto Alapuro, Suomen synty paikallisena ilmiönä 1890-1933, Helsinki, Hanki ja Jää, 1994, 386 p.

39  Robert Agren, Veljeys,…, op. cit., p. 15.

40  Jari Ehrnrooth, op. cit., p. 365-467.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Carrez, « Les brochures de propagande de la social-démocratie au début du xxsiècle : le cas finlandais », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 97-110.

Référence électronique

Maurice Carrez, « Les brochures de propagande de la social-démocratie au début du xxsiècle : le cas finlandais », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1464

Haut de page

Auteur

Maurice Carrez

Université de Bourgogne, UMR 5605 Georges Chevrier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page