Navigation – Plan du site
DOSSIER

La « littérature du trottoir » à la Belle Époque entre contestation et dérision

Jean-Yves Mollier
p. 85-96

Résumé

La Belle Époque voit proliférer les supports d’une véritable propagande de masse qui donne aux camelots parisiens l’occasion de déchaîner le rire des foules. Les imprimés classés sous la rubrique « éditions populaires, chansons libres de propagande » voient leur nombre doubler entre 1887 et 1898. Les libelles et brochures y occupent une bonne place, utilisés par les ennemis de Zola ou les contempteurs de Grévy pour ridiculiser leurs adversaires. La chanson, l’objet à tirette et le placard complètent un dispositif qui permet de retenir quelques instants des chalands médusés ou goguenards.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir l’introduction de ce volume pour les références bibliographiques à ces deux époques.

1Même si la Fronde rencontre une extraordinaire conjoncture pamphlétaire, comme on l’a vu précédemment, on peut aussi tenir pour assuré que la brochure connut un authentique âge d’or entre 1788 et 1791, époque où l’on en recense cinq à six mille, la plupart liées aux événements politiques 1. Après cette date, la production diminue car la Terreur, le Directoire et le Consulat ne sont guère des régimes favorables à la liberté d’expression. Avec l’Empire, la situation se durcit encore plus et le décret du 5 février 1810 qui réglemente les métiers de la librairie, l’imprimerie et le colportage interdit jusqu’à son abolition, le 10 février 1870, et même jusqu’au vote de la grande loi libérale du 29 juillet 1881, toute possibilité pour les individus ou les groupes d’utiliser massivement les ressources de la brochure et du pamphlet. Sauf dans les courtes périodes de relâchement de la censure, les années 1830-1835 et 1848-1849 ainsi que 1868-1869 – ce qu’attestent la propagande fouriériste après 1830 étudiée par François Fourn ou le succès de La Lanterne de Rochefort en 1869 –, la littérature engagée éprouve les pires difficultés pour faire entendre sa voix. La caricature elle-même fut interdite par Napoléon III, tant l’homme craignait l’impact de l’image sur les sentiments de ses contemporains et le talent des artistes qui, tel Daumier, s’étaient imposés sous la Deuxième République.

  • 2  Jean-Yves Mollier (dir.), « Les Foules au xixe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 17, 1 (...)
  • 3  Jean-Yves Mollier, « Le parfum de la Belle Époque », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinel (...)
  • 4  Jean-Yves Mollier, « Zola et la rue », Les Cahiers naturalistes, n° 72, 1998,  p. 75-91.

2Avec la suivante, les choses changent en profondeur. L’achèvement de la réforme de l’instruction universelle, l’industrialisation du pays avec ses conséquences sur le désenclavement des campagnes et l’accélération de l’urbanisation, la mise au point des rotatives et des linotypes qui permettent d’imprimer à grande échelle et à faible coût, bien d’autres phénomènes encore concourent à faire de l’imprimé un produit de très grande consommation. La presse multiplie ses tirages – un million d’exemplaires en 1870, trois millions en 1881 et dix millions en 1910 -, et l’édition invente les séries de romans à 50 000 ou 100 000 exemplaires en 1904-1905, ce qui confirme l’entrée du public dans l’ère des foules 2. D’une certaines manière, c’est la culture de masse qui point à l’horizon de la Belle Époque 3, ce qui signifie que l’on assiste à un profond renouvellement de la propagande, de ses techniques et de ses moyens de persuasion. La chanson de rues, la carte postale, le faire-part peuvent se charger d’humour et se transformer en armes dans le combat politique, comme l’objet à système, le placard, l’affiche, la brochure ou le pamphlet plus traditionnels. À l’âge du papier, au moment où la capitale en digère cent tonnes par jour, et le double en janvier 1898 4, tout est bon pour atteindre symboliquement l’adversaire et procéder à sa mise à mort symbolique à défaut de son meurtre physique.

  • 5  Jean-Yves Mollier, « La Littérature du trottoir à la Belle Époque », in Jean-Yves Mollier (dir.), (...)
  • 6  Yves Gonzalez-Quijano, « L’Édition dans le monde arabe : l’Égypte comme une sorte de modèle », in (...)
  • 7  Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, Bruxelles, Complexe, 1999. (...)

3L’agitation antiparlementaire est l’un des prétextes à cette politisation permanente de l’espace public et à chaque crise, qu’il s’agisse du renvoi de Jules Ferry, en mars 1885, ou de celui de Jules Grévy, obligé de quitter précipitamment l’Élysée en décembre 1887, les camelots s’en donnent à cœur joie. Propriétaires du boulevard qui est leur véritable champ de bataille, ils l’arpentent sans discontinuer, du matin au soir, pour placer cette « littérature du trottoir » qui a fleuri en quelques années au point de devenir, sous le nom d’édition populaire, une catégorie bibliophilique reconnue par les employés du Dépôt légal 5. Encore présente aujourd’hui en Inde ou en Égypte, sous la forme de chansons ou de petites brochures islamiques que l’on vend sur les marchés ou près des gares 6, cette variante de la publicité pour des idées avait profité de la vague nationaliste consécutive au boulangisme et à l’affaire Dreyfus pour provoquer un véritable séisme en France entre 1887 et 1900. Si elle retomba par la suite, la grande Exposition parisienne du changement de siècle contribuant à apaiser les passions, la fièvre qui s’empara des promeneurs mérite d’être éclairée. Aussi, après avoir rappelé les caractéristiques de l’ère des foules, on étudiera les mutations génériques des instruments de propagande à la fin du xixe siècle puis l’importance de la rue dans l’acculturation des masses au politique, ce qui est probablement le signe le plus patent de l’entrée dans la terrible modernité du xxe siècle 7.

Les caractéristiques de l’ère des foules

  • 8  Jean-Yves Mollier, « Rapport introductif », Manuels scolaires et Révolution française, Paris, Mess (...)
  • 9  Jean-Yves Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturell (...)
  • 10  Jean-Yves Mollier, « Fondements scolaires de la légitimité culturelle. L’école de la IIIe Républiq (...)

4Trois d’entre elles méritent d’être soulignées : le changement de paysage médiatique d’abord, l’usage de l’information dans les campagnes politiques ensuite et la modernisation des techniques de propagande enfin. L’achèvement du mouvement séculaire d’alphabétisation de tous les Français a produit des effets qui n’allaient pas de soi, mais qu’avaient anticipés ceux qui, sous la Révolution française, avaient souhaité répandre dans le pays les mêmes manuels d’instruction civique destinés à parfaire l’unité de la nation 8. À l’époque où Armand Colin commercialise la Grammaire de Larive et Fleury à 12 millions d’exemplaires, la Géographie de Pierre Foncin à 11 millions de volumes, l’arithmétique de Pierre Leysenne à 6 millions et l’Histoire de France d’Ernest Lavisse à 5 millions d’unités, le tout entre 1872 et 1889, l’homogénéisation des esprits n’est plus tout à fait aussi utopique que sous la Convention 9. Paradoxalement, c’est même en régime de liberté absolue du marché des manuels scolaires que se produit cet événement. Là où des règles étatiques auraient provoqué des réflexes de suspicion, le libéralisme impose la leçon des instituteurs en chef de la nation, qu’ils se nomment Larive, Fleury, Foncin, Guyau, Leysenne et Lavisse chez Armand Colin ou G. Bruno, c’est-à-dire Mme Fouillée, chez Belin, sans entraîner de mobilisation des familles contre cette entreprise d’éradication accélérée des particularismes régionaux 10.

  • 11  Jean-Yves Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine, op. cit., p. 51.
  • 12  Theodor Adorno et Max Horkheimer, La Dialectique de la raison. Fragments philosophiques, trad. fr. (...)
  • 13  Dominique Kalifa, La Culture de masse en France. 1. 1840-1930, Paris, La Découverte, coll. « Repèr (...)
  • 14  Ce dessin, L’Âge du papier, a été publié dans Le Cri de Paris le 23 janvier 1898 en faisant direct (...)

5Outre les livres de classe répandus massivement – Armand Colin en vendit 50 millions aux bataillons scolaires de l’enseignement primaire entre 1872 et 1889 11 –, les quotidiens populaires à un sou – 10 millions d’entre eux circulent entre toutes les mains vers 1910 -, et les collections de romans sentimentaux ou policiers tirées à 50 000 ou 100 000 exemplaires dès le départ contribuent à réduire les différences entre les hommes. Il ne s’agit pas, ici, de reprendre sans les critiquer les concepts élaborés dans les années 1930 par l’école de Francfort, Adorno ou Horkheimer notamment 12, ni de dénoncer une nouvelle fois l’endoctrinement des masses qu’auraient immanquablement engendré ces phénomènes ou l’extension du contrôle social qu’ils supposeraient 13, mais de constater l’ampleur des mutations que connaît alors la France. Un peintre, Félix Vallotton, les a admirablement résumées en donnant à son époque le surnom « d’Âge du papier » 14. Au plus fort de l’affaire Dreyfus, en janvier-février 1898, plus personne ou presque n’est en mesure d’échapper à ce déluge d’informations.

  • 15  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La Plus Longue des Républiques. 1870-1940, Paris, Fayard, 19 (...)
  • 16  Jean Garrigues, Le Général Boulanger, Paris, O. Orban, 1991.
  • 17  Le livre de Sergeï Tchakhotine est paru en 1939, largement inspiré par conséquent de l’expérience (...)

6L’extension du réseau ferré a fortement contribué à désenclaver les régions, à atténuer le primat des petites patries ou, en tout cas, l’isolement des villes et des bourgs. Chaque gare de chemin de fer possède désormais sa librairie et chacun a le loisir de s’y procurer aussi bien Le Petit Journal que des livres de large circulation. En sus du cheval-vapeur, la poste a fait des progrès et la lettre comme la carte postale apportent les nouvelles du vaste monde. L’habitude du suffrage universel (masculin) n’a pas été remise en cause depuis 1848 et, même si, sous l’Empire, la candidature officielle en a altéré l’usage, dès 1869 la vigueur des joutes électorales se traduit elle aussi par une débauche de propagande imprimée. On le voit bien en mai 1870 puis sous la Commune et encore après le coup du 16 mai 1877 quand l’urgence de l’heure commande l’impression massive de tracts, brochures, caricatures, affiches ou journaux politiques 15. Avec l’entrée du général Boulanger dans l’arène et l’irruption, en France, de campagnes de masse importées des États-Unis par son Barnum, Arthur Dillon, un pas supplémentaire est franchi 16. Grâce au fleuve de propagande et au bruit qui entourent l’action de ce bateleur de foire, un mythe et une légende se bâtissent en l’espace de quelques semaines. Ce n’est pas encore ce que Sergueï Tchakhotine nomme Le Viol des foules par la propagande politique 17, mais cela s’en approche, l’existence d’un parti de masse en moins, ce qui constitue cependant une différence de taille entre les deux époques.

  • 18  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, op. cit., chap. 6.
  • 19  Les deux vignettes imaginées par Caran d’Ache représentent une famille à table avant d’avoir parlé (...)

7La modernisation des techniques de propagande, observable à l’époque du boulangisme ou ultérieurement, est en fait une conséquence directe de la généralisation de la démocratie en France après 1848 et de la multiplication des sources d’information du citoyen après 1863 et surtout 1881. Les campagnes électorales se nationalisent dans les années 1880, précédant la structuration des organisations politiques en grands partis comme ce sera le cas après 1901 18. L’agitation qui entoure le mouvement pour la révision de la Constitution en 1888‑1889 provoque la rencontre d’ingrédients destinés à être rationalisés un peu plus tard : le mouvement de la rue, capable de faire pression sur le Parlement, la naissance d’un chef charismatique sachant au besoin manipuler les émotions des foules et l’organisation d’un appareil politique cohérent et discipliné. Déroulède qui a participé avec la Ligue des Patriotes à l’ascension du Général Revanche est de nouveau actif lors des journées anti-dreyfusardes, léguant à ceux qui découvrent la politique une mémoire des grandes heures d’affrontement et perfectionnant, si possible, les méthodes rodées dix ans auparavant. L’antisémitisme surimposant sa touche d’irrationnel, les camelots qui répandent à flots ininterrompus la prose ultra-nationaliste et xénophobe font monter la pression à un degré inconnu, ainsi que le montre Caran d’Ache quand, dans Le Figaro du 14 février 1898, il prétend rendre compte de l’excitation apocalyptique qui règne au sein des familles françaises après la publication du J’accuse !… de Zola 19. Avec l’affaire Dreyfus, on a effectivement changé d’époque et la contestation de l’ordre public a revêtu d’autres habits.

Les mutations génériques des instruments de propagande à la fin du xixe siècle

  • 20  Jean-Yves Mollier, « La littérature du trottoir à la Belle Époque », op. cit., p. 235.

8La statistique officielle du Dépôt légal fait apparaître, pour la période 1880-1906, une nouvelle rubrique, celle des « éditions populaires, chansons, livres de propagande », ce qui constitue un bon indice des mutations observables dans l’espace français à cette époque. L’ensemble de ces imprimés comprend environ 5 500 notices et l’on observe trois pics bien distincts quand on étudie la courbe de leur apparition dans le domaine public. Alors que la moyenne annuelle se situe à 203, les chiffres grimpent à 244 et 344 en 1887-1888, 250 en 1893 et 311, 346, 276, 291 puis 382 en 1894-1898 20. Incontestablement l’agitation boulangiste, le scandale de Panama puis l’affaire Dreyfus représentent trois temps forts de la contestation de l’ordre, public à tout le moins si ce n’est social ; à chacune de ces occasions, des individus ou des groupes en profitent pour noircir du papier et faire connaître leurs idées, sentiments, rêves ou frustrations par le truchement de l’imprimé.

  • 21  Ibid.
  • 22  Voir Henri Ghéon, La Vieille Dame des rues, rééd. Paris, Flammarion, 1994, avec notes et introduct (...)

9Parmi les plus gros producteurs de cette prose, on repère aisément Léon Hayard – 106 titres au moins car certains de ses pseudonymes demeurent opaques –, Louis Gabillaud – 125 –, et la veuve Guy – 108 21. La sur-représentation de la ville de Paris, de la région Nord et de la Normandie dans les lieux d’impression signifie que l’on assiste à un début d’industrialisation de la production de cette propagande. De même, on aperçoit le tracé de véritables circuits de diffusion et l’émergence d’un nouveau type de médiateur, le camelot urbain qui, pour l’essentiel, a pris la place du colporteur d’autrefois, du moins dans les grandes villes car, ailleurs, le nomade demeure bien présent si l’on en croit les dossiers de la police des chemins de fer. Toutefois, qu’il soit camelot ou encore colporteur, c’est-à-dire commerçant non sédentaire, le vendeur d’éditions populaires, de chansons ou de livres de propagande s’adresse prioritairement à une clientèle urbaine et plutôt concentrée dans de grosses agglomérations que dans les plus petites. Le romancier Henri Ghéon a brossé le portrait de l’archétype ou plus exactement de celui que ses congénères désignèrent sous le sobriquet « d’empereur des camelots », Napoléon dit Léon Hayard – Maillard dans La Vieille Dame des rues, la fiction publiée en 1899 dans L’Ermitage 22. Un tantinet ivrogne et fort en gueule, un peu escroc mais bon enfant, vendeur de journaux à la criée à certaines heures du jour et camelot le reste du temps, ce personnage qui envahit l’espace du boulevard dans les années 1880-1910 confère à la rue une fonction qu’elle ne remplissait pas précédemment.

  • 23  Jean-Yves Mollier, « Zola et la rue », Les Cahiers naturalistes, n° 72, 1998,  p. 75-91.
  • 24  Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Paris, rééd. Gallimard, coll. « Tel », 1992, 2 vo (...)

10Parmi le matériel le plus diffusé, on citera d’abord le plus traditionnel, les brochures, à finalité pédagogique et politique, dont on attend plus ou moins l’éducation du lecteur. Qu’elle s’appelle « bibliothèque démocratique », « républicaine », « populaire » ou « socialiste », la collection dans laquelle se range cette sorte de petit volume resurgit à chaque période d’agitation ou de mobilisation des esprits. La révolution de 1848 et la Deuxième République ont marqué un temps fort, après la période 1830-1835 et avant la fin de l’Empire, les années 1868-1869. Bien évidemment on retrouve des brochures en circulation sur les trottoirs au moment de la fièvre boulangiste, mais davantage encore pendant l’affaire Dreyfus. Pierre-Victor Stock en fait imprimer plusieurs dizaines pour défendre le capitaine emprisonné et la Ligue des droits de l’homme se mobilise pour les faire parvenir à tous ceux dont elle espère un soutien 23. Léon Hayard répond aux arguments de ses adversaires en imprimant lui aussi de petits volumes qui s’opposent à la révision du procès de 1894. Dans la même période 1880-1906, les compagnons anarchistes utilisent systématiquement ce véhicule pour faire connaître leurs idées 24 et la SFIO, à partir de 1905, imite le POF et le POSR, les deux partis à vocation ouvrière qui avaient également considéré que la brochure pouvait favoriser l’agit-prop, comme l’on dira dans la Russie bolchevique du début des années 20.

  • 25  Alain Pagès, 13 janvier 1898 « J’accuse… ! », Paris, Perrin, 1998.
  • 26  Jean-Yves Mollier, « La librairie du trottoir à la Belle Époque », op. cit., p. 237.
  • 27  Alain Pagès, op. cit. et Jean-Yves Mollier, « Zola et la rue », op. cit.
  • 28  Jean-Yves Mollier, « La propagande dreyfusarde et antidreyfusarde en France de 1894 à 1900 », Conf (...)

11C’est dans la mise au point de nouvelles formes de libelles que réside cependant la nouveauté principale de l’époque. Ainsi les « Lettres » sont-elles à la mode, ce qui explique qu’Émile Zola, après en avoir dédié à « la jeunesse » ou à « la France », ait fini par en adresser une, ouverte et journalistique, au « Président de la République » 25. Du passage de la brochure à l’article de presse se devinent un changement de stratégie et une ambition d’atteindre un public plus vaste, mais la lettre a encore de beaux jours devant elle. Léon Hayard fait ainsi circuler une Réponse de tous les Français à Zola qui, imprimée à 400 000 exemplaires – 200 000 le 15 janvier 1898 et autant le 12 février 26–, connaît un succès foudroyant, renvoyant les 47 000 exemplaires de l’édition Fasquelle de la Lettre à la France à un score dérisoire, ce qui a sans doute pour effet de contraindre Zola à un réexamen des modalités de son action en faveur du capitaine Dreyfus 27. Assez proches de ces correspondances d’un genre particulier sont également les télégrammes facétieux ou grossiers qui fleurissent en cette période et que l’on trouve en nombre sur les boulevards 28. Vendus quelques centimes et très vite confectionnés, ils permettent de suivre l’actualité en direct et de la commenter à chaud mais n’offrent qu’un espace réduit à l’argumentation, d’où leur faible succès.

  • 29  Jean-Yves Mollier, Le Scandale de Panama, Paris, Fayard, 1994,  p. 270‑273.

12Beaucoup plus ingénieux et appelés à une ferveur plus durable sont les faux testaments, les billets de faire-part malicieux et les lettres mortuaires humoristiques. Sans que l’on puisse en dresser l’historique complet, on peut dire qu’ils se multiplient après 1880 puis se raréfient après 1905. C’est donc, là encore, en profitant des crises d’agitation antiparlementariste qui secouent les premières décennies de la IIIe République que des littérateurs ingénieux s’amusent à enterrer symboliquement Jules Ferry, Jules Grévy ou Émile Zola. Appelant à suivre le convoi mortuaire de leur bouc émissaire de l’heure, ils adaptent la tradition séculaire du charivari aux exigences des campagnes politiciennes ou démagogiques de la fin du xixe siècle. Ils captent ainsi assez aisément l’attention ou même la faveur des badauds qui les entendent dévoiler Le testament authentique d’Alfred Dreyfus ou Le Décès de Zola en cour d’assises quand ce n’est pas, plus simplement le De Profundis chanté en l’honneur – si l’on peut dire ! – du malheureux président Grévy contraint de quitter l’Élysée pour cause de scandale public 29. Quand ils sont vendus à 200 000 exemplaires comme le prétendu Testament authentique d’Alfred Dreyfus ou La Mise en bière allemande d’Émile Zola, ils ne relèvent plus seulement de la farce ou du genre parodique, mais entrent véritablement dans la panoplie du propagandiste de l’ère des foules.

  • 30  Serge Dillaz, La Chanson sous la IIIe République (1870-1940), Paris, Tallandier, 1991.
  • 31  Jean-Yves Mollier, « La librairie du trottoir à la Belle Époque », op. cit., p. 237, pour ces exem (...)
  • 32  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La Plus Longue des Républiques…, op. cit., pour le contexte (...)

13La chanson de rue joue un rôle privilégié en ces années climatériques. Étrangère à la politique quand, avec Frou-Frou, elle séduit deux millions d’acheteurs 30 et fait vibrer les cœurs de tous les Français de la Belle Époque, elle peut pénétrer l’espace des passions publiques lorsqu’elle est instrumentalisée par ceux qui vivent de ces détournements. Avec La Polka des chéquards, au cœur de la dénonciation du scandale de Panama, l’auteur entend faire rendre gorge aux protecteurs du baron de Reinach plutôt que faire danser les chalands. Avec Guillaume en goguette, la France aux Français. Chassons l’étranger !, le ton se fait plus menaçant et la rivalité coloniale marocaine entre la France et l’Allemagne sert de prétexte à un déferlement sans précédent de chauvinisme cocardier 31. Avec L’Enterrement de Ferry dans la m… outarde, Louis Gabillaud met les rieurs de son côté, mais, en mars 1885, certains manifestants qui hurlent leur colère près de la Chambre des députés à l’annonce du prétendu désastre de Lang Son noieraient volontiers le chef du gouvernement dans la Seine pour lui faire payer l’échec de nos troupes au Tonkin 32. Quant à Léon Hayard, lorsqu’il met en vente La Gueule à Zola, un grand « duo chanté par Zola et Dreyfus au casino de l’île du Diable », il prend clairement position contre la révision et sert les prétentions de la Ligue des patriotes et de Déroulède.

  • 33  Il est reproduit intégralement in Laurent Gervereau et Christophe Prochasson (dir.), L’Affaire Dre (...)

14Avec le placard qui s’étale, comme l’affiche, à tous les carrefours, sur les boulevards et dans les rues, les agitateurs professionnels disposent d’une arme astucieuse. Utilisant les ressources de la publicité, alors en plein essor, mais en la détournant de ses finalités commerciales, ils orientent le promeneur dans le maquis des enjeux politiques en lui révélant le dessous des cartes. L’ironie, la farce, le chahut des valeurs habituelles ont pour but de faire rire et de persuader le citadin que la ville est un lieu dangereux dans lequel des bêtes féroces – les adversaires ou les ennemis – s’apprêtent à les dévorer. Le Musée des horreurs, publié et placardé en 1898, est dans toutes les mémoires parce qu’il frappe les esprits par sa virulence et sa force de suggestion 33. Incontestablement l’énorme serpent affublé de la tête d’Alfred Dreyfus cherche à effrayer, comme le porc Émile Zola en train de déféquer à provoquer le dégoût de ceux qui auraient pu lire ses œuvres. Si les procédés paraissent énormes et bien peu ragoûtants, il n’est pas certain qu’ils déplaisent aux Français du temps et l’on peut même penser qu’ils séduisent, voire endoctrinent certains esprits faibles qu’amuse ou fait ricaner ce bestiaire politique contemporain de l’affaire Dreyfus.

15L’objet à système, à tirette ou à roue, c’est-à-dire la petite figurine en carton dont le possesseur peut facilement faire apparaître ou disparaître certains attributs jouit au même moment d’un réel engouement du public. Quand la Mouquette montre ses fesses pour faire apparaître son tatouage favori, « À Zola pour la vie », on comprend aisément le message. Dans un jouet du même style, un grand diable fourchu plonge Zola dans une chaudière ou l’en retire, ce qui fournit au camelot l’occasion rêvée pour appâter ses clients et à ceux-ci le loisir d’un moment de détente dont la politique n’est pas complètement absente. Tous ces procédés qu’affectionne la littérature du trottoir renouvellent ainsi les techniques de propagande et les rendent plus incisives, plus mordantes, peut-être plus efficaces. Adaptées à l’ère des foules qui votent, donc à la démocratie et au suffrage universel, à la « mercantilisation » de la société qui transforme tout en objet de consommation rapide, comme à l’ère de la culture de masse qui vise à homogénéiser les consciences, ces procédures confirment les mutations profondes de la propagande politique à la fin du xixe siècle et au début du suivant.

La rue et l’acculturation du politique

  • 34  Marc Martin, Trois Siècles de publicité en France, Paris, Odile Jacob, 1992,  p. 183-187.
  • 35  Jean-Yves Mollier, « La Librairie du trottoir à la Belle Époque », op. cit., p. 238.

16La première caractéristique de la modernité de l’espace public, c’est en effet sa marchandisation. Les affiches s’étaient répandues dans les grandes villes à la fin de la Restauration, au point de provoquer les commentaires des premiers observateurs, l’Ermite de la Chaussée d’Antin ou ses émules. Toutefois ce n’était encore rien par rapport à la véritable invasion murale que l’on constate après 1870. L’arrivée de Bibendum, le personnage emblématique de la firme Michelin, en 1898, traduit le changement d’échelle 34. Certes le média collé sur les revêtements urbains rencontre désormais des concurrences multiples – l’enseigne au néon ou l’encart de presse –, mais, globalement, il continue à croître et à proliférer dans l’univers visuel de la Belle Époque. La marchandise envahit la rue dans ce contexte et l’industrie du jouet a tendance à déborder des magasins vers l’extérieur, le boulevard où, par exemple, les camelots proposent aux passants des chiens à roulettes ou des poupées grandeur nature, en caoutchouc, que la police pourchasse pour cause d’obscénité 35.

  • 36  Louis Aragon, Le Paysan de Paris, Paris, Gallimard, 1926 ; voir notamment la « Préface à une mytho (...)
  • 37  Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard (...)

17En dehors des grandes artères passantes où le vendeur attend et attire son client, les passages sont également à la mode. Louis Aragon et Walter Benjamin en chanteront la poésie au xxe siècle 36, mais, au précédent, et même pendant la période d’haussmannisation de la capitale, ils ont fortement contribué à socialiser les nouveaux urbains et à leur fournir des repères pour leur orientation dans la ville. Plus encore que les plaques de rues qui évitent l’erreur ou l’angoisse de l’errance désordonnée, les lieux ouverts confèrent un sentiment de sécurité. La foule s’y retrouve à l’aise et chacun y jouit d’une sorte de liberté absolue, dans l’anonymat des grands rassemblements. De même le café socialise à grands renforts de chaleur et de bruit le migrant fraîchement débarqué. C’est ici qu’il découvre le commentaire permanent de l’actualité, la chronique quotidienne du fait divers et les mille et une recettes pour ne pas mourir d’ennui dans la capitale des plaisirs. Le xxe siècle s’amusera des brèves de comptoir destinées à immortaliser la sottise des philosophes de bas étage, mais ces historiettes ont l’avantage de faire se parler des individus qui ne se connaissent pas. Au-delà de cet aspect, comme l’a bien montré Dominique Kalifa 37, la culture du fait divers protège et apaise les populations les plus fragiles en leur apportant une mémoire du crime qui joue le même rôle que celle de l’histoire officielle pour les plus cultivés. Quand on est capable de ne pas confondre Pranzini avec Soleillant, Troppmann avec Gouffé et Marie Lafarge avec Casque d’Or, on peut fréquenter sans danger les bars et bistrots de la Ville-lumière sans courir le risque d’être pris pour un sauvage ou un demeuré.

  • 38  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, op. cit.,  p. 104-107.

18Plus encore que sous la Fronde ou à la veille de la Révolution française, la chose publique intéresse tout un chacun et le crime, le vol, l’enlèvement et autres activités ordinaires des « apaches » des banlieues font partie de ce dont l’individu aime parler. Si la politique n’est pas immédiatement convoquée à ces rendez-vous quotidiens du commentaire des peurs urbaines, il appartient à ceux qui veulent améliorer ou conforter leur propagande de s’emparer de ces angoisses pour les faire servir à leur endoctrinement. Le commentaire chanté, hurlé, mimé du camelot est une occasion exceptionnelle de conforter la mémoire des passants, de marquer l’esprit des badauds de façon durable et les meilleurs d’entre eux s’y emploient en permanence. Si Léon Hayard est recruté dès le début du mouvement boulangiste, pour être présent, gare de Lyon, le 8 juillet 1887, afin d’empêcher le général d’être « exilé » à Clermont-Ferrand, c’est bien parce que ceux qui l’emploient et le rémunèrent en ce jour de ferveur populaire « spontanée » souhaitent instrumentaliser ses qualités les plus visibles. Grâce à son organe vocal, à sa présence physique, à son absence de timidité et à sa faculté d’improvisation, il fait florès en ce premier jour de manifestation boulangiste et donne à tous l’impression que la foule a vaincu le gouvernement en lui infligeant un cruel camouflet 38.

19Ouvert, accueillant, producteur de mémoire, outil de sociabilisation accélérée et d’acculturation immédiate pour le déraciné, le migrant ou l’immigré, le déclassé ou le nomade, l’espace public brasse également les conditions. Il fait se rencontrer les ouvriers avec les employés, la petite et la moyenne bourgeoisie, voire la grande quand elle ne déteste pas s’encanailler. Certes chacun repart vers son foyer ou son destin après avoir entendu l’empereur des camelots lui présenter l’actualité ou lui détailler les mérites de tel produit nouveau, mais, pendant quelques minutes, tous ont plus ou moins communiqué ou communié avec le grand prêtre et l’oracle de la politique moderne. En ce sens, la rue est évidemment un extraordinaire instrument de cohésion entre les individus, même si les observateurs décrivent plutôt ses inconvénients que ses mérites. Propice aux émotions, mouvements, ébranlements et manifestations, elle est le lieu par excellence, autour de 1900, où la propagande politique s’insinue dans le for privé, ce qui explique la préférence des agitateurs pour l’imprimé le moins sophistiqué, la brochure plutôt que le livre, la caricature, le placard, la chanson de rue ou la lettre mortuaire parodique plutôt que le volume argumentatif élaboré.

En guise de conclusion

  • 39  Yves Gonzalez-Quijano, op. cit.
  • 40  Catherine Servan-Schreiber, « Des modèles éditoriaux en Inde : implantation, concurrence, évolutio (...)
  • 41  Jerusa Pires Ferreira, « Les almanachs populaires au Brésil au xxe siècle », in Hans-Jürgen Lüsebr (...)

20Aujourd’hui encore, au Caire ou à Amman, à Istanbul ou à Alger, des libraires forains, « étalants » comme l’on disait en France autrefois, proposent aux passants, près des gares routières ou ferroviaires, à proximité des marchés et des foires, les petits opuscules que la littérature islamique ou islamiste privilégie 39. Vulgarisant jusqu’à l’excès ou la caricature le message de l’islam, renouant avec la littérature oralisée la plus traditionnelle, ces brochures, souvent illustrées, font partie de la littérature du trottoir du xxe ou du xxie siècle. En Inde, ce sont les livrets portatifs qui ont les faveurs du public parce qu’ils reprennent les récits chantés ou versifiés que chacun a entendu raconter mille fois 40. Au Brésil, on préfère acheter les petits almanachs portatifs que recherchent les analphabètes eux-mêmes pour y apercevoir les recettes miracles contre la maladie ou le vieillissement 41. Quelle qu’en soit la formule, qu’elle serve ou non la propagande politique, cette librairie de la rue joue un rôle considérable dans la transmission de mots d’ordre, de slogans ou de représentations. Capable de politiser l’espace public en très peu de temps même quand, en principe, la police affirme s’y opposer, elle prouve la plasticité des propagandes à l’ère des masses et leur capacité à s’insinuer partout où l’individu est rassemblé. Susceptible d’être manipulé, ou violé comme on l’a dit parfois, le promeneur est l’objet, au xxe siècle, des attentions les moins pures.

21L’existence, après 1918, de partis politiques fortement structurés, d’organisations de masse perfectionnées a évidemment rendu plus sensible à la volonté totalitaire qui marque cette période d’une empreinte indélébile. L’utilisation de la radio, du cinéma, du haut-parleur et d’autres outils technologiques amène à considérer qu’en 1914 s’est achevé un cycle long qui a vu le libelle et la brochure s’inscrire dans l’espace public comme le nouveau moteur des foules. La réapparition de ces instruments de propagande au Moyen-Orient, en Amérique du Sud ou en Asie amène à se demander cependant si la littérature du trottoir, faite de dérision autant que de contestation de l’ordre, n’a pas encore un certain avenir devant elle et si elle n’est pas la preuve vivante que la machine ne remplace pas totalement l’homme et que le camelot ou le forain est le médiateur irremplaçable du placement de ces fantasmagories qui ne pourraient aussi aisément rencontrer leur public si elles ne disposaient de ces acteurs extraordinaires capables d’interpréter de main de maître les drames qu’inventent pour eux les auteurs de la littérature politique ou religieuse.

Haut de page

Notes

1  Voir l’introduction de ce volume pour les références bibliographiques à ces deux époques.

2  Jean-Yves Mollier (dir.), « Les Foules au xixe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 17, 1998-2.

3  Jean-Yves Mollier, « Le parfum de la Belle Époque », in Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), La Culture de masse en France de la Belle Époque à aujourd’hui., Paris, Fayard, 2002, ch. 2.

4  Jean-Yves Mollier, « Zola et la rue », Les Cahiers naturalistes, n° 72, 1998,  p. 75-91.

5  Jean-Yves Mollier, « La Littérature du trottoir à la Belle Époque », in Jean-Yves Mollier (dir.), Le Commerce de la librairie en France au xixe siècle. 1789-1914, Paris, IMEC Éd. — Éd. de la MSH, 1997,  p. 233-242.

6  Yves Gonzalez-Quijano, « L’Édition dans le monde arabe : l’Égypte comme une sorte de modèle », in Jacques Michon et Jean-Yves Mollier (dir.), Les Mutations du livre et de l’édition dans le monde du xviiie siècle à l’an 2000, Québec, Les Presses de l’université Laval/L’Harmattan, Paris, 2001,  p. 399-406.

7  Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, Bruxelles, Complexe, 1999.

8  Jean-Yves Mollier, « Rapport introductif », Manuels scolaires et Révolution française, Paris, Messidor, 1989,  p. 11-35.

9  Jean-Yves Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001,  p. 51-70.

10  Jean-Yves Mollier, « Fondements scolaires de la légitimité culturelle. L’école de la IIIe République », in Denis Saint-Jacques (dir.), Que vaut la littérature ?, Québec, Nota Bene,  p. 247-264.

11  Jean-Yves Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine, op. cit., p. 51.

12  Theodor Adorno et Max Horkheimer, La Dialectique de la raison. Fragments philosophiques, trad. fr., Paris, Gallimard, 1983.

13  Dominique Kalifa, La Culture de masse en France. 1. 1840-1930, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2001,  p. 95-106 pour une discussion de ces théories.

14  Ce dessin, L’Âge du papier, a été publié dans Le Cri de Paris le 23 janvier 1898 en faisant directement allusion au J’accuse !… de Zola du 13 janvier.

15  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La Plus Longue des Républiques. 1870-1940, Paris, Fayard, 1994, pour le cadre général.

16  Jean Garrigues, Le Général Boulanger, Paris, O. Orban, 1991.

17  Le livre de Sergeï Tchakhotine est paru en 1939, largement inspiré par conséquent de l’expérience des totalitarismes du xxe siècle, ce qui rend le rapprochement avec le boulangisme évidemment discutable.

18  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, op. cit., chap. 6.

19  Les deux vignettes imaginées par Caran d’Ache représentent une famille à table avant d’avoir parlé de l’Affaire puis au moment de la discussion. Le désordre qui suit la bagarre générale se veut symbolique de l’état du pays au lendemain de la publication par Zola de sa lettre ouverte au président de la République.

20  Jean-Yves Mollier, « La littérature du trottoir à la Belle Époque », op. cit., p. 235.

21  Ibid.

22  Voir Henri Ghéon, La Vieille Dame des rues, rééd. Paris, Flammarion, 1994, avec notes et introduction de Michel Drouin.

23  Jean-Yves Mollier, « Zola et la rue », Les Cahiers naturalistes, n° 72, 1998,  p. 75-91.

24  Jean Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, Paris, rééd. Gallimard, coll. « Tel », 1992, 2 vol.

25  Alain Pagès, 13 janvier 1898 « J’accuse… ! », Paris, Perrin, 1998.

26  Jean-Yves Mollier, « La librairie du trottoir à la Belle Époque », op. cit., p. 237.

27  Alain Pagès, op. cit. et Jean-Yves Mollier, « Zola et la rue », op. cit.

28  Jean-Yves Mollier, « La propagande dreyfusarde et antidreyfusarde en France de 1894 à 1900 », Confrontations. Politics and Aesthetics in Nineteenth-Century France, dir. Kathryn M. Grossman et alii, Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 2001,  p. 274-286.

29  Jean-Yves Mollier, Le Scandale de Panama, Paris, Fayard, 1994,  p. 270‑273.

30  Serge Dillaz, La Chanson sous la IIIe République (1870-1940), Paris, Tallandier, 1991.

31  Jean-Yves Mollier, « La librairie du trottoir à la Belle Époque », op. cit., p. 237, pour ces exemples.

32  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, La Plus Longue des Républiques…, op. cit., pour le contexte de ces crises politiques.

33  Il est reproduit intégralement in Laurent Gervereau et Christophe Prochasson (dir.), L’Affaire Dreyfus et le tournant du siècle. 1894-1910, Paris, Musée d’histoire contemporaine — BDIC, 1994,  p. 91-96.

34  Marc Martin, Trois Siècles de publicité en France, Paris, Odile Jacob, 1992,  p. 183-187.

35  Jean-Yves Mollier, « La Librairie du trottoir à la Belle Époque », op. cit., p. 238.

36  Louis Aragon, Le Paysan de Paris, Paris, Gallimard, 1926 ; voir notamment la « Préface à une mythologie moderne »,  p. 7-14.

37  Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

38  Jean-Yves Mollier et Jocelyne George, op. cit.,  p. 104-107.

39  Yves Gonzalez-Quijano, op. cit.

40  Catherine Servan-Schreiber, « Des modèles éditoriaux en Inde : implantation, concurrence, évolution », Les mutations du livre et de l’édition dans le monde…, op. cit.,  p. 330-338.

41  Jerusa Pires Ferreira, « Les almanachs populaires au Brésil au xxe siècle », in Hans-Jürgen Lüsebrink, Jork-Gothart Mix, Patricia Sorel et Jean-Yves Mollier, Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (xviie-xxe siècles), Bruxelles, Complexe, 2003,  p. 241-246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Mollier, « La « littérature du trottoir » à la Belle Époque entre contestation et dérision », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 90-91 | 2003, 85-96.

Référence électronique

Jean-Yves Mollier, « La « littérature du trottoir » à la Belle Époque entre contestation et dérision », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 24 avril 2014. URL : http://chrhc.revues.org/1459

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Mollier

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page