Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les brochures socialistes et communistes en France entre 1840 et 1844

François Fourn
p. 69-83

Résumé

La brochure fut un moyen privilégié par les communistes et socialistes français du xixe siècle pour faire connaître leurs doctrines et construire des mouvements politiques organisés. Sauf exception, ces écrits bon marché visaient un public populaire, convié à prendre part à l’espace polémique ainsi créé. Les brochures étaient en vente chez des libraires spécialisés, mais on les diffusait aussi dans le cadre de réunions, de conférences ou de grèves. Lues à voix haute, elles pouvaient servir de base à des discussions ou des harangues politiques.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce seul auteur publia cinquante-six brochures différentes entre 1840 et 1844, sans compter les réé (...)

1Entre 1840 et 1844, Louis Blanc et Proudhon commençaient leurs carrières d’écrivains socialistes, Cabet avait choisi de proposer le communisme 1, Victor Considérant cherchait à promouvoir le fouriérisme en dehors des cercles étroits dans lesquels il avait été confiné jusque-là : tous s’appliquaient à investir un nouvel espace de discussion, contribuaient à le former. Après les insurrections vaincues de 1832 et 1834, celle encore de la Société des Saisons en 1839, seule la conquête pacifique de l’opinion publique leur ouvrait des perspectives. Ils récusaient les voies de la subversion révolutionnaire, ils n’appelaient cependant pas à l’inaction, à la résignation. Ils œuvraient à installer dans l’opinion publique l’idée que de profondes réformes économiques, sociales et politiques étaient possibles. Ils envisageaient une humanité plus intelligente, la possibilité d’une société pacifiée, plus juste… Leurs propositions pour réorganiser le fonctionnement de la société sur des bases moins conflictuelles, plus « fraternelles » disait-on alors, étaient qualifiées d’utopies par ceux qui les dénigraient.

  • 2  Selon les critères de cette époque qui n’ont rien à voir avec ceux évoqués, pour la fin du siècle, (...)
  • 3  Un livre relié se vendait au mieux entre 2 et 3 francs, c’était à peu près ce que pouvait gagner e (...)

2Leurs rêves eurent au moins une réalité matérielle : celle des brochures qu’ils firent imprimer en grande quantité 2. Les livres reliés coûtaient cher 3, les journaux, depuis les lois de septembre 1835, ne pouvaient être distribués qu’à des abonnés : quand il s’agissait d’atteindre des publics nombreux, socialement diversifiés, publier des brochures était le moins rédhibitoire des moyens dont ils disposaient. En publiant et en diffusant des brochures, les socialistes parvinrent à fonder un fort courant de pensée dans l’opinion publique française, non seulement par leur capacité à livrer au public une abondante production, mais aussi par une réelle aptitude à susciter des lectorats qui s’en approprièrent les contenus.

La production : les auteurs

Le choix du support

  • 4  La brochure, 131 pages in-16°, est parue chez Pagnerre et Prévot. Page 7, dans l’introduction qu’i (...)
  • 5  De nombreuses rééditions sont faites de l’ouvrage, au moins cinq jusqu’en 1848 : il ne s’agit plus (...)
  • 6  Comme l’ont été toutes ses publications jusqu’à la parution de son premier véritable livre en 1843 (...)
  • 7  Le titre en était exactement : Voyage et aventures de lord William Carisdall en Icarie, traduit de (...)
  • 8  La brochure paraît, la première fois, chez Bourgogne et Martinet. Elle est rééditée en mars 1841, (...)
  • 9  Publié la première fois chez Prévot. Comme le précédent, ce texte fut souvent réédité.
  • 10  Brochure de 64 p., in-8°, vendue 30 centimes.
  • 11  Une Adresse de vingt ouvriers communistes à leurs frères circula dans Paris, recueillant des centa (...)
  • 12  Brochure publiée à la librairie phalanstérienne, 157 p., in-18°.

3Vendues à bas prix, humbles d’apparence, les brochures socialistes ne le furent pas toujours par leurs contenus. Elles furent parfois le support de publications très importantes. L’organisation du Travail de Louis Blanc, par exemple, fut éditée sous cette forme en septembre 1840 4. En 1839, le texte avait d’abord paru dans la confidentielle Revue du Progrès, dans une version réduite, pour un public restreint. La brochure, souvent rééditée 5, était destinée à permettre une diffusion beaucoup plus large. Elle permit aux thèses d’un socialisme étatiste, celui que soutenait Louis Blanc, de connaître une réelle popularité. Quand elles parurent en 1840 et en 1841, publiées sous le titre de Qu’est-ce que la propriété ?, la première et la deuxième éditions du Premier mémoire sur la propriété de Proudhon étaient de modestes brochures 6. Elles firent grand bruit. C’est en publiant lui aussi deux brochures, en octobre 1840, qu’Étienne Cabet commença son apostolat en faveur des idées communistes. Il s’était fait déjà connaître dans les années 1830, mais pour ses idées républicaines. Discrètement, en utilisant un pseudonyme, il avait fait paraître, au début de 1840, la première édition de son Voyage en Icarie, un livre épais, vendu six francs 7; la diffusion en était assurée, avec une prudence extrême, dans les seuls milieux déjà gagnés au communisme. La publication de Comment je suis communiste 8et du Credo communiste 9, petites brochures de 16 pages in-8°, vendues 15 centimes, fut l’acte par lequel il fit la véritable déclaration publique de sa conversion au communisme. Le 28 octobre 1841, un an plus tard, toujours sous la forme d’une brochure, il publia un nouveau manifeste : Ma ligne droite ou le vrai chemin du salut pour le Peuple. Lettre à Jules jeune ouvrier 10. Le propos, cette fois, était de constituer, sous son autorité, un « parti » communiste, le rassemblement des communistes se dispersant alors en de multiples tendances 11. Théodore Dezamy, qui désapprouvait ces prétentions, lui répliqua en faisant paraître un Code de la Communauté où, contre celui de Cabet, il revendiquait et théorisait un communisme matérialiste. Avant d’en faire un livre vendu quatre francs, en décembre 1842, Dezamy publia d’abord son texte en vingt brochures séparées, vendues chacune vingt centimes. Comme les communistes, les principaux dirigeants de l’école sociétaire publiaient des brochures pour susciter des adhésions plus nombreuses à leurs doctrines, pour constituer le fouriérisme en grand courant du socialisme. En 1843, Allyre Bureau, par exemple, fit imprimer à ses frais, à Reims, le Manifeste de la Démocratie pacifique sous la forme d’une brochure, après que le texte eut paru dans les colonnes du journal que dirigeait Victor Considérant. Celui-ci réédita le document, en 1847, dans une nouvelle brochure, sous le titre de Principes du Socialisme, Manifeste de la démocratie au xixe siècle 12.

  • 13  Une couverture cartonnée, destinée à contenir l’ensemble, fut donnée avec la première livraison.
  • 14  Il venait de commettre un attentat contre le duc d’Aumale en septembre 1841.
  • 15  La Femme, ses qualités, titres droits. Son malheureux sort dans la présente société. Cause du mal. (...)

4D’autres écrits étaient publiés qui n’avaient pas pour fonction d’énoncer les fondements des convictions nouvelles. De simples commentaires d’une actualité immédiate, ou des textes polémiques, parurent nombreux sous la forme de brochures peu coûteuses. Entre mai 1841 et février 1842, Cabet, par exemple, fit paraître, en douze livraisons 13, un ensemble hétéroclite de documents sous le titre de Douze lettres d’un communiste à un réformiste sur la communauté. Ces brochures contenaient, mêlés, des dialogues pédagogiques pour expliquer le communisme ou le défendre contre ses adversaires, des coupures de presse, des comptes rendus de procès dans lesquels étaient impliqués des communistes, des passages entiers du Voyage en Icarie… Depuis mars 1841, Cabet publiait un journal, le Populaire de 1841. Il ne pouvait pas payer le cautionnement de cinquante mille francs exigé pour faire paraître un hebdomadaire : les livraisons du journal n’étaient autorisées qu’une fois par mois. Les lettres étaient destinées à s’intercaler entre les numéros involontairement espacés du Populaire, à combler les silences imposés par les lois de 1835. Leur publication était prévue presque chaque semaine. Elle était parfois suspendue. Aux lecteurs qui se plaignirent des retards, celui, par exemple, qu’avait pris la publication de la neuvième lettre, l’auteur fit savoir qu’il était occupé à des tâches plus urgentes, plus importantes : la publication de Ma ligne droite, ou la rédaction d’une brochure séparée sur le procès du communiste Quénisset 14. Malgré le rang explicitement inférieur attribué au contenu de ces Douze lettres, le texte, cent soixante-six pages en tout, fut réédité trois fois jusqu’en 1845. Certaines des brochures furent rééditées plus souvent, en tirés à part : la septième lettre par exemple, sur la Femme 15, fut rééditée neuf fois jusqu’en 1848, puis traduite en allemand en 1850.

  • 16  Il est impossible de citer ici les brochures très nombreuses des fouriéristes à cette époque. Deux (...)

5Dans tous ses textes, quelle que fût leur importance, Cabet adoptait toujours le même niveau de langage : le plus simple, celui accessible aux moins instruits de ses lecteurs. Multiplier les brochures, les fonctions qu’il attribuait à ses textes imprimés, ne signifiait pas pour lui multiplier les publics par lesquels il espérait être compris. Les fouriéristes procédaient autrement. Ils publiaient des textes incompréhensibles pour ceux qui n’étaient pas déjà initiés à leurs doctrines : participer à la discussion doctrinale à l’intérieur de l’école sociétaire supposait la connaissance préalable de concepts, d’un langage particuliers. Ils publiaient d’autres brochures qu’ils destinaient à un public plus large : les auteurs, dans ce cas, s’interdisaient tout jargon, tout « argot scientifique » selon une expression de Victor Considérant 16. Ils voulaient continuer à discuter entre eux l’œuvre de Fourier, ils espéraient aussi gagner de nouvelles adhésions à ses doctrines, et prendre place dans la discussion générale sur le socialisme.

Carrières et figures d’auteurs

6Pour chaque auteur, pour chaque école du socialisme, les brochures formaient une œuvre particulière. Elles entraient ensemble, malgré leurs divers statuts, malgré parfois leur désordre apparent, dans une stratégie éditoriale, avec d’autres documents imprimés, les livres et les journaux, avec d’autres formes d’intervention en direction des publics visés : les conférences, les réunions, la réception chez soi, les déplacements en province… Les œuvres ainsi constituées ne prenaient pas seulement sens isolées les unes des autres, mais aussi dans les relations qu’elles entretenaient avec ce qui n’était pas elles, avec les autres vérités du socialisme, avec les productions de leurs adversaires. Publier une brochure, ou un ensemble de brochures, n’était pas seulement un moyen pour discuter ou faire connaître des idées, prendre ainsi la parole avait pour fonction l’affirmation d’une présence, du fait de son existence dans la discussion publique, face aux lecteurs ou aux autres auteurs.

  • 17  Brochure de 16 pages, vendue 10 centimes, publiée chez Bourgogne et Martinet. Un comité de rédacti (...)
  • 18  Brochure de 16 p., in-8°, imprimée à Londres chez Thompson. Le texte est qualifié par la Phalange, (...)
  • 19  La brochure a été saisie le 24 février 1841 chez l’agent double de la Hodde, ainsi que le 28 du mê (...)
  • 20  Une brochure de 88 p.
  • 21  P. 68 du Rapport.

7D’une grande notoriété, inconnu, non dévoilé, d’un groupe ou d’un individu isolé, le nom de l’auteur donnait, en partie, son statut au texte de la brochure, l’inverse arrivait aussi. Ce pouvait être la production de la brochure qui faisait exister l’auteur, surtout dans le cas des productions collectives. Le 1er juillet 1840, par exemple, un banquet communiste s’était réuni à Belleville. Pour la première fois, une manifestation adoptait ce qualificatif en France : pour attester le caractère historique de l’événement, pour pérenniser un moment d’émotion, pour signifier qu’un parti communiste se constituait, une brochure fut publiée, en septembre, sous le titre de Premier banquet communiste, le 1er juillet 1840 17. Pour l’essentiel, le texte retranscrivait des toasts prononcés à haute voix devant les mille deux cents convives, il se composait en fait d’un collage de plusieurs textes. Les voix étaient multiples, voire discordantes : des discours étaient savants, d’autres non, certains orateurs parlaient de brandir le « glaive de l’égalité », d’autres ne parlaient que d’éducation et de moralité. La brochure, en les rassemblant, donnait en représentation le spectacle de « l’école égalitaire » réunie autour du « glorieux drapeau de la communauté sociale ». Un autre texte, publié au même moment, une autre brochure, énonçait un même fait : la constitution d’un groupe communiste, mais à Londres cette fois. Sous le titre de Rapport sur les mesures à prendre et les moyens à employer pour mettre la France dans une voie révolutionnaire, le lendemain d’une insurrection victorieuse effectuée en son sein, lu à la Société démocratique française, à Londres, dans la séance du 18 novembre 1839, ce document était publié, en septembre 1840, sans autre mention d’un nom d’auteur que celui, collectif, de la Société des exilés républicains français en Angleterre 18. Il était rédigé sous la forme de dix-huit questions appelant chacune une réponse unique : les auteurs se déclaraient, ensemble, partisans du « système communautaire ». D’abord diffusée en France dans les seules sociétés secrètes 19, la brochure fut rééditée en 1841 par l’imprimerie royale, en annexe du Rapport fait à la Cour des Pairs par Girod de l’Ain, en mai 1841, à propos de l’attentat commis par l’ouvrier Darmès contre Louis-Philippe le 15 octobre 1840 20. Le texte connut ainsi une très large diffusion. Parlant d’une « monstrueuse production »21, Girod de l’Ain l’instrumentalisait pour effrayer l’opinion, accréditer l’idée que les républicains se convertissaient clandestinement aux idées des communistes.

  • 22  Auteur, entre autres, d’une brochure qui fit grand bruit : Ni châteaux ni chaumières ou état de la (...)
  • 23  Il lança la Fraternité en mai 1841, un journal qui concurrençait le Populaire de Cabet. Il publiai (...)
  • 24  Il publia en 1841, chez A. Gallois, trois brochures : La Bible de la Liberté (111 p., in-12°), L’A (...)
  • 25  Il commença sa carrière de publiciste en décembre 1838 en répondant à une question de l’académie d (...)
  • 26  Petite brochure de 16 p., in-8°, vendue 15 centimes, publiée chez Rouannet.
  • 27  La brochure parut chez Rouannet et Prévot.
  • 28  Il s’agit d’une brochure de 96 p., in-18°.
  • 29  La publication de l’ouvrage en feuillets séparés fut achevée en décembre 1842. L’ensemble forme vi (...)
  • 30  Cabet : Propagande communiste ou question à discuter et à soutenir ou à écarter, 10 p., in-8° ; De (...)
  • 31  En particulier, il publia un Almanach de la Communauté pour 1843, avec Jules Gay, Jean-Joseph May (...)

8Contrairement à ce cas particulier, la plupart des brochures néo-babouvistes étaient publiées avec les noms de leurs auteurs clairement désignés. Une difficulté d’ordre théorique existait. Le fait du sujet écrivant, constituant une œuvre originale, personnelle, était en partie contradictoire avec les doctrines communistes. Pour des raisons pratiques, la direction d’un courant de pensée supposait, pourtant, la production d’une œuvre dont l’origine pouvait être identifiée. De ce fait, les écrivains communistes en quête de notoriété furent nombreux : Jean-Jacques Pillot 22, Richard Lahautière 23, Alphonse Esquiros, Constantin Pecqueur, Jules Gay, Jean et Gabriel Charavay, l’abbé Constant 24, d’autres encore, Théodore Dezamy par exemple. Le personnage que chercha à construire ce dernier autour de son nom d’auteur était celui d’un philosophe, d’un savant 25. En mai et juin 1840, il fit paraître un journal : L’Égalitaire, journal de l’organisation sociale. Pendant l’automne, il prit position sur la question, controversée dans l’opinion, des fortifications que le gouvernement voulait construire autour de Paris, en publiant Conséquences de l’embastillement et de la paix à tout prix. Dépopulation de la capitale. Trahison du pouvoir 26. En novembre, avec Cabet qui jouissait déjà d’une grande notoriété, il publia une nouvelle brochure sous le titre de : Patriotes français, lisez et rougissez de honte, ou opinion des journaux français et étrangers sur la question d’Orient 27. L’ouvrage fut tiré à sept cents exemplaires. À partir de là, il se tint aux côtés de Cabet et devint, pendant un an, son secrétaire. La rupture entre les deux hommes intervint en novembre ou décembre 1841. Vers cette époque, Dezamy publia un long texte : M. Lamennais réfuté par lui-même, ou examen critique du livre intitulé Du passé et de l’avenir du Peuple, puis Dialogue sur la réforme électorale entre un Communiste, un Réformiste, un Doctrinaire, un Légitimiste 28. Il se livrait ici à un exercice de recherche théorique : défendre les positions du communisme contre les attaques formulées par les réformistes. Il reprenait place, sans Cabet, dans la discussion politique. En février 1842, il commença la publication de son ouvrage majeur, le Code de la Communauté 29. À partir du moment où Dezamy publia ce texte, dans lequel il attaquait longuement le Voyage en Icarie, il devint, pour un temps, le pire adversaire de Cabet. La polémique donna lieu à une série de publications de part et d’autre 30. Des insultes furent échangées, surtout de vraies divergences doctrinales apparurent concernant les relations que les communistes devaient souhaiter entre la bourgeoisie et le prolétariat : pour Cabet, le concours de la bourgeoisie était nécessaire à l’émancipation du prolétariat, pour Dezamy, le prolétariat n’avait rien à attendre de la bourgeoisie. Cet affrontement contre le plus en vue des écrivains communistes permit à Dezamy de s’affirmer comme le principal inspirateur d’un communisme qui offrait une alternative à celui du Voyage en Icarie. En 1842 et 1843, il publia des almanachs avec « divers écrivains communistes » 31. Entre juin et octobre 1844, il connut la prison pour la publication d’un Almanach de l’organisation sociale.

Les difficultés : l’engagement

9Le fait d’apparaître comme une figure reconnue du socialisme n’était pas le résultat du seul travail de l’écriture. Ce n’était qu’une partie de l’activité militante qui permettait d’exister dans la discussion publique. La publication des brochures socialistes impliquait un engagement qui allait bien au-delà de la production des textes : les auteurs s’exposaient à des poursuites judiciaires, surtout, leur matériel de propagande s’adressait en priorité aux ouvriers, à un public impécunieux. Les écrivains socialistes exaltaient les sacrifices financiers auxquels ils devaient consentir pour publier leurs textes et les mettre à la disposition des classes pauvres, à très bas prix. Le récit des difficultés endurées, parfois des souffrances, ajoutées aux « persécutions », était un argument de vente. Grand était le souci de persuader que le dévouement était sans borne.

  • 32  Il y a déjà beaucoup d’études sur cette petite brochure, celles de Stéphane Michaud, par exemple, (...)
  • 33  Entre 144 et 180 p. selon les éditions.
  • 34  Cette lettre, datée du 31 mars, est citée en entier dans les préfaces des trois premières éditions
  • 35  Chez Worms, imprimeur à Montmartre.
  • 36  Elle ne parvint pas à faire acheminer à Lyon les clichés réalisés à Paris.

10Flora Tristan s’engagea loin dans le don de soi pour faire exister l’un de ses écrits : l’Union ouvrière 32. Le texte de l’Union ouvrière, assez bref 33, avait été rédigé en six semaines, entre décembre 1842 et la fin du mois de janvier 1843. L’éditeur républicain Pagnerre, qu’elle avait contacté, lui fit savoir qu’il refusait de publier son ouvrage 34. Il en désapprouvait le contenu. Elle adressa un exemplaire de son texte à Victor Considérant, de larges extraits parurent dans la Phalange les 29 et 31 mars. Elle en fut agréablement surprise, mais ce n’était pas assez. À partir du 2 avril, après quelques jours d’abattement, elle décida d’organiser elle-même une souscription pour publier son livre. Elle se lança à pied dans Paris. Le 17 mai, elle était parvenue à réunir la somme de mille cinq cents francs, c’était plus que nécessaire pour financer un premier tirage à quatre mille exemplaires. Les libraires Prévot et Rouannet acceptèrent finalement de l’aider. Imprimés et brochés, les livres lui coûtèrent neuf cent trente-deux francs. Des exemplaires furent donnés aux souscripteurs, les autres distribués gratuitement ou mis en vente au prix de cinquante centimes. En janvier 1844, mille cinq cents exemplaires de l’ouvrage étaient vendus. Elle décida alors de commencer une deuxième édition, de dix mille exemplaires cette fois. Elle ne put récupérer les clichés de la première édition et dut faire recomposer le texte 35. Le tirage de cette deuxième édition lui coûta deux mille deux cents francs. Cette nouvelle édition parut le 16 mars 1844. C’était ce qu’elle attendait pour commencer son Tour de France. En mai 1844, elle était à Lyon. Un groupe d’ouvriers vint la trouver et lui promit mille francs pour réaliser une troisième édition de l’Union ouvrière, à Lyon cette fois. Elle rédigea une courte préface qu’elle ajoutait à celles des deux premières éditions. Elle régla elle-même l’achat du papier et organisa avec l’imprimeur le travail de composition 36. Cette troisième édition, comme la précédente, fut tirée à dix mille exemplaires.

  • 37  Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon, Sa vie et sa pensée (1809-1849), Paris, Beauchesne, 1982 (...)

11Ce combat qu’elle dut livrer pour faire paraître son ouvrage n’était pas exceptionnel. Le financement de leurs publications posait des problèmes à presque tous les auteurs de brochures socialistes. Proudhon, par exemple, en 1840, ne put faire tirer, à ses propres frais, que cinq cents exemplaires de sa brochure Qu’est-ce que la propriété ?. En 1841, il parvint à s’associer avec le libraire parisien Prévot pour en faire une deuxième édition, de trois mille exemplaires cette fois. Le contrat entre l’auteur et le libraire était le suivant : Proudhon devait livrer les feuilles imprimées sur ses propres presses à Besançon. Prévot, qui prenait à sa charge la couverture et la brochure des ouvrages, s’engageait d’avance pour l’achat de mille quatre cents exemplaires et obtenait l’exclusivité de la vente pour les autres 37. Dans ses écrits, Cabet évoquait sans cesse les difficultés auxquelles il devait s’exposer pour financer la propagande communiste icarienne, il demandait de l’aide. Apparemment, seuls les fouriéristes échappaient à cette pénurie d’argent : leur lectorat était plus fortuné.

La réception : les lecteurs

  • 38  Roger Chartier, Culture écrite et société, L’ordre des livres, Paris, Albin Michel, 1996, p. 134 e (...)

12Au travail sur la réception des écrits, il peut être objecté que seules sont accessibles des productions en retour, souvent de nouveaux textes, qui ne disent pas tout, peut-être rien sur la réception elle-même. Tenter cette recherche est nécessaire pourtant : l’historicité des brochures socialistes du début des années 1840 ne tient pas seulement à ce qu’ont été leur écriture, leur publication, mais, au moins autant, à ce que furent l’interprétation 38 et l’appropriation de leurs contenus par ceux qui les ont lues.

13Pour certains lecteurs, produire une archive de la lecture allait de soi. Une catégorie de lecteurs très attentifs, particulièrement soucieux de rendre compte de la lecture faite, était celle des journalistes, de toutes les tendances politiques. Les textes publiés sous la forme de brochures par les écrivains socialistes étaient des textes qui se répondaient entre eux, qui répondaient à d’autres textes, à des articles de journaux rédigés par des adversaires ou des concurrents. Dans cette lecture réciproque se développait la critique, l’affrontement, le désir de produire de nouveaux textes.

  • 39  Archives nationales, BB18 1387, dos. 997.
  • 40  Voir en particulier le rapport, souvent cité, de Gabriel Delessert, Préfet de Police, daté du 19 j (...)

14Une autre catégorie de lecteurs attentifs, soucieux aussi de rendre compte de leurs lectures, une catégorie de lecteurs radicalement extérieure aux publics visés par les écrivains socialistes, était celle des agents du pouvoir : les policiers et les magistrats chargés de la surveillance, éventuellement de la répression des publications qu’ils pouvaient juger subversives. Leur position était délicate : parfois, le choix de déclencher des poursuites judiciaires pouvait produire des effets indésirables. Ainsi, par exemple, le 25 août 1840, le procureur général de Paris écrivait au Garde des Sceaux, à propos de la brochure de Jean-Jacques Pillot sur l’Histoire des Égaux qu’il venait de lire : « Ce serait lui donner trop d’importance que d’en faire l’objet d’une poursuite judiciaire, lorsqu’elle ne mérite en réalité que le mépris public » 39. D’autres, par contre, ont été poursuivis : l’abbé Constant, par exemple, condamné à huit mois de prison en 1841, pour ses trois ouvrages d’inspiration communiste, Jean-Jacques Pillot lui-même a été condamné la même année, mais indirectement, pour constitution d’une société secrète. Dans l’ensemble, en dehors de ces cas, les écrivains socialistes ne furent pas réellement empêchés de publier et diffuser leurs écrits par la police ou la justice. Les autorités de la monarchie de Juillet ne s’avisèrent pas avant 1846 ou 1847 du fait que les écrits socialistes déstabilisaient leur régime 40. Leur inquiétude se développa quand ils constatèrent, tardivement, que les publicistes du socialisme étaient parvenus à atteindre ceux auxquels ils destinaient en priorité leurs écrits : les ouvriers.

  • 41  Bien conservés dans la série BB18 des Archives nationales, voir en particulier les cartons BB18 14 (...)

15Étudier la réception des écrits socialistes dans l’ensemble des milieux ouvriers français est impossible ici, une approche ne pouvant être tentée que pour une ville particulière. Pour les ouvriers de Lyon, les sources sont relativement nombreuses, plus que pour d’autres endroits en tout cas : des témoignages subsistent, les rapports du procureur général Piou au Garde des Sceaux Martin du Nord 41, des récits de déplacements d’écrivains socialistes dans cette ville, des correspondances entre des écrivains de Paris et leurs lecteurs lyonnais… À partir de ces documents, il est possible d’établir quelques faits se rapportant à la réception des écrits socialistes à Lyon entre 1842 et en 1844.

La diffusion des brochures socialistes à Lyon entre 1842 et 1844

16Diffuser des brochures impliquait la mise en œuvre d’un dispositif de mise en circulation par les vendeurs, mais ce dispositif ne déterminait pas tout. Les lecteurs devaient aussi se montrer disposés à recevoir ce qui leur était adressé. Il n’y avait pas d’un côté des diffuseurs actifs et de l’autre des récepteurs dans une pure position d’attente, passive. La réception des textes militants n’était pas le résultat d’une opération commerciale simple.

  • 42  Cabet, Utile et franche explication avec les communistes lyonnais sur des questions pratiques, 30 (...)

17Étienne Cabet, par exemple, ne diffusait pas ses écrits dans les boutiques des libraires professionnels. Jusqu’en 1842, un groupe d’ouvriers lyonnais recevait ses brochures par la poste et s’engageait à les distribuer, à lui en payer ensuite le prix. Ils formaient une sorte de commission de correspondance. En août 1842, ils reçurent un colis de cinquante exemplaires de sa brochure Toute la vérité au peuple. Pendant un mois, ils se turent. En septembre, ils lui écrivirent qu’ils désapprouvaient la publication du texte contre Dezamy et qu’après en avoir délibéré, ils refusaient de le distribuer. Ils renvoyèrent trente-sept exemplaires de la brochure à Paris. Le 4 octobre, Cabet publia une nouvelle brochure 42, pour dénoncer ces correspondants récalcitrants, gagnés, selon lui, au communisme matérialiste et révolutionnaire de Lahautière et Dezamy. D’autres lui restaient fidèles, en particulier un chef d’atelier de la Croix-Rousse, Chapuis. Il devint son interlocuteur privilégié sur place. Chapuis, seul désormais, reçut chez lui les ballots qu’on lui expédiait de Paris, le matériel de propagande destiné à toute la région lyonnaise. Autour de lui militaient d’autres ouvriers très dévoués, en particulier Gluntz et Faucon, deux tailleurs. Chez Chapuis venaient tous ceux que la propagande communiste de Cabet intéressait, ils étaient nombreux à Lyon. Le correspondant en établissait des listes.

  • 43  Outre ce qu’elle en raconte elle-même dans Le Tour de France, Journal (1843-1844), Paris, François (...)
  • 44  Il ne publia pas véritablement de brochures, il est l’un des rares socialistes dans ce cas. Tout a (...)

18En septembre 1843, pour augmenter le nombre des prosélytes qui pouvaient encore être recrutés, Cabet se rendit lui-même sur place, accompagné d’un ouvrier tailleur parisien, Firmin Favard. Les deux hommes furent introduits dans de très nombreuses réunions d’ouvriers. D’autres visites de ce type sont attestées, qui étaient destinées à promouvoir les ouvrages récemment publiés : celle, bien connue, de Flora Tristan 43, le séjour, plus long, de Proudhon, se déplacèrent aussi Jules Leroux, le frère de Pierre Leroux 44, Louis Blanc, d’autres encore.

  • 45  C’était la limite autorisée avant de tomber sous le coup de la loi de 1834 sur les associations.
  • 46  Voir en particulier le rapport du procureur du roi daté du 21 septembre 1844, Archives nationales, (...)
  • 47  Brochure de 144 p., in-8°, publiée le 14 décembre 1844, « au nom et aux frais d’une réunion d’acti (...)

19Après son passage à Lyon, Cabet choisit le tailleur Faucon pour devenir le dépositaire central de ses livres, brochures et journaux. En 1844, ce nouveau correspondant fut mis en cause dans une affaire d’association non autorisée. La police avait découvert que s’étaient constituées à Lyon des « bibliothèques », des réunions regroupant, par vingtaines 45, des ouvriers qui cotisaient pour l’achat en commun des livres et des brochures communistes 46. Ils se regroupaient pour les lire, les discuter, les répandre dans les ateliers. Les membres des bibliothèques se réunissaient à l’occasion de banquets, aux différentes dates de l’histoire révolutionnaire. Un certain nombre de militants, douze, furent jugés le 19 septembre 1844 : Faucon fut mis hors de cause, tout s’était passé à son insu. Cabet n’était au courant de rien. Le système s’était constitué sans lui. Personne, parmi ceux qui déployaient tant de zèle en faveur de ses écrits, ne l’avait consulté. Il désapprouvait tout. Sous un titre très explicite, il publia, en partie contre eux, une brochure en décembre 1844 : Les masques arrachés 47.

  • 48  Flora Tristan, La paria et son rêve, Correspondance établie par Stéphane Michaud, Fontenay-aux-Ros (...)

20Flora Tristan, dans le journal qu’elle tenait pendant son Tour de France, ou dans sa correspondance 48, consigna ce à quoi il fallait s’exposer pour diffuser un texte de propagande. Comme Cabet, elle se déplaça pour faire connaître de vive voix le système qu’elle exposait dans sa brochure sur l’Union ouvrière. Elle peina à placer son ouvrage chez les libraires professionnels. Elle le diffusa essentiellement dans les réunions d’ouvriers qui étaient convoquées pour l’écouter en parler. On souscrivait pour acheter quand la discussion était faite. Comme Cabet, elle cherchait à recruter des disciples dévoués pour continuer la diffusion sans elle. Elle eut la chance de rencontrer et de recruter une militante dévouée : Eléonore Blanc.

Les pratiques de lecture

  • 49  Flora Tristan, Le Tour de France, Paris, Maspero, 1980, tome I, p. 132.

21La lecture à haute voix des journaux et des brochures, devant un public tout occupé à écouter, est attestée dans les milieux ouvriers lyonnais du début des années 1840. Cependant, même si les sources évoquent surtout cette pratique, il n’est pas certain qu’elle ait été dominante. Elle n’est pas la seule pratique de lecture à prendre en compte en tout cas. Quand les sources évoquent ces regroupements d’auditeurs, l’impression, en les lisant, existe aussi que la plupart des présents savaient déjà de quoi il retournait. Flora Tristan, dans son journal, à propos de la « haute supériorité de l’ouvrier lyonnais », écrivait que certains tisseurs lisaient en travaillant 49. La capacité à déchiffrer l’écrit des ouvriers lyonnais de cette époque ne doit pas être sous-estimée, leur degré d’instruction politique non plus. Leurs lectures n’étaient pas celles d’une école du socialisme exclusivement. Flora Tristan pouvait bien pester contre les communistes qu’elle rencontrait, des hommes et des femmes butés selon elle, enfermés dans leur système, leurs lectures, en réalité, étaient variées. La plupart des auteurs invitaient ceux qui les lisaient à s’informer des autres systèmes socialistes. Les ouvriers le faisaient. Leurs lectures n’étaient pas révérencielles. Elles étaient une préparation à la controverse, au débat oral, à d’âpres discussions politiques.

La discussion

  • 50  Joseph Benoit, Confessions d’un prolétaire (Lyon 1871), présentées par Maurice Moissonnier, Paris, (...)

22Associées à la distribution, au partage, à la lecture des brochures socialistes, plus que la lecture elle-même, les discussions qui s’ensuivaient faisaient événement dans les milieux ouvriers lyonnais. Joseph Benoit, longtemps après avoir vu ainsi le socialisme se fonder à Lyon, conservait le souvenir de leur réalité. Il l’idéalisait peut-être : « Les réunions en plein vent pendant l’été, tenues dans les bois ou les prés avoisinant Lyon, dans les ateliers, l’hiver, complétaient l’œuvre que les livres avaient commencée en y ajoutant les commentaires qui étaient nécessaires pour bien faire comprendre les questions qui y étaient traitées. Qu’on se figure vingt ou trente personnes de tous les âges et de tous les sexes, réunies dans un atelier de tisseurs et placées dans tous les coins restés libres par les intervalles qui séparent les métiers, et cette assemblée éclairée par une ou deux lampes d’ouvriers projetant une clarté douteuse et tout à fait insuffisante, formant une demi-obscurité, et l’on aura le tableau de ces réunions où des âmes avides venaient chercher des consolations à leurs maux par des espérances que la discussion faisait naître, ou des connaissances sur les faits sociaux et sur les causes qui engendraient le mal. D’autres fois, ces assemblées avaient lieu dans l’atelier d’un plieur, pièce toujours vaste et pouvant contenir un plus grand nombre d’auditeurs. Plus d’une fois, dans ces assemblées, j’ai vu des orateurs populaires, des ouvriers, captiver l’auditoire par leur parole facile et vraiment éloquente. La peinture des maux présents et le tableau d’une félicité future dans la société transformée, ont plus d’une fois arraché des larmes de regret et de douleur, comme aussi ce tableau enivrant de bonheur a fait couler des larmes de joie et d’espérance. » 50

  • 51  Archives nationales, BB18 1414 (dos. 7012), un texte saisi le 10 août 1843.

23D’autres sources évoquent ces réunions où les ouvriers discutaient entre eux ce qu’ils avaient lu dans les brochures et les journaux socialistes qu’ils recevaient : les archives judiciaires en particulier, la police ayant plus d’une fois saisi les textes des discours rédigés à l’avance par ceux qui les prononçaient dans ces occasions 51.

24L’acculturation politique par les brochures s’opérait, tout compte fait, en laissant une place à la possibilité de les contester, à la liberté intellectuelle de leurs lecteurs. Cette capacité de résistance à l’adhésion, cette aptitude à une écoute critique désespéraient et épuisaient Flora Tristan. Cette réticence à la soumission, ce manque de disposition au suivisme inquiétaient Cabet, conscient que les effets produits par ses textes échappaient à son contrôle, pouvaient ne pas lui convenir.

Les actes après la lecture et la discussion des brochures

25Les ouvriers lyonnais pouvaient s’emparer des brochures que leur donnaient à lire les socialistes parisiens pour construire localement une pratique militante qui n’était pas dans l’ordre du seul discours.

  • 52  Le Populaire de 1841, 5 juin 1844.

26Au printemps 1844, les mineurs de Rive-de-Gier étaient en grève. Ils s’inquiétaient, à juste titre, de la fusion en une compagnie générale des dix-sept compagnies qui se partageaient jusque-là l’exploitation du bassin houiller. L’objectif clairement affiché était la rationalisation de la production, la diminution des coûts d’extraction, l’abaissement des salaires en fait. Le 1er mai 1844, ils étaient deux mille à cesser le travail. Ils organisèrent des piquets de grève à l’entrée des puits. Dans le bassin houiller, la détresse devint immense. La grève fut dure. Les femmes des mineurs durent mendier leur nourriture dans les campagnes proches. Vers le 15 mai, il fallut reprendre le travail. Le procureur général de Lyon n’était pas rassuré pourtant. Depuis le 25 avril, des quêtes en faveur des mineurs étaient organisées dans Lyon. Le produit de la collecte fut acheminé à Givors, il devait, à partir de là, être porté à Rive-de-Gier. Dans cette ville, une perquisition fut ordonnée chez le cafetier Villard 52. Une partie de l’argent qui devait être distribué fut saisie, ainsi que des brochures communistes, surtout des ouvrages de Cabet. Les militants ouvriers de Lyon ne s’étaient pas seulement souciés de faire parvenir une aide matérielle aux familles des mineurs affamés. Une distribution de brochures et de journaux accompagnait leur obole. Dans les années suivantes, avant 1846, Rive-de-Gier, totalement en dehors jusque-là des discussions socialistes, se classait dans les vingt villes de France où étaient passées à Cabet les plus fortes commandes de son matériel de propagande. Sur place, il avait désormais un correspondant actif, un certain Brissac qui se livra, dès 1845, à un intensif porte-à-porte pour placer ses écrits.

Conclusion

27Par-delà ce que pouvaient représenter les brochures socialistes pour leurs auteurs ou leurs lecteurs du début des années 1840, la question se pose de leur prise en compte pour écrire l’histoire de cette période aujourd’hui.

  • 53  Dont les annonces sont souvent imprimées sur la dernière de couverture.

28En tant que sources, les brochures présentent des facilités qui leur sont spécifiques, des difficultés aussi. Sont indiqués, sur leurs couvertures, presque toujours, le lieu, la date, l’auteur ou le groupe d’auteurs, l’imprimeur, le prix et les principaux lieux de vente, leur appartenance à un ensemble d’écrits plus ou moins étendu 53. Les indices sont nombreux pour situer avec précision l’émergence des discours qu’elles transportaient. Aux brochures, pourtant, beaucoup d’historiens préfèrent d’autres documents, ceux pour lesquels l’effet de transparence semble plus grand : les correspondances manuscrites, les documents conservés dans les archives privées ou publiques, les textes littéraires, les travaux « scientifiques », même les articles de presse. Le plus souvent produites à des fins de propagande, elles sont suspectes d’écarts importants avec le réel.

29Plus qu’il ne peut paraître à première vue, elles sont pourtant une source où la matière est riche pour les historiens. Elles peuvent aider à percevoir des réalités difficiles à saisir parfois. Les documents écrits que sont les correspondances, les articles de journaux, les rapports de police, les archives judiciaires, par exemple, ne peuvent pas rendre compte de toutes les réalités politiques et sociales. Les brochures publiées dans les années 1840 sont des documents où la mise en texte écrit comme la lecture étaient proches de l’oralité : elles accompagnaient la parole, elles servaient à développer des discussions commencées dans les réunions, à les recommencer, à les faire vivre encore. Plus qu’aucun autre type d’imprimé, elles furent utilisées par les premiers penseurs et les premiers militants du socialisme français quand ils se trouvaient aux avant-postes de leurs combats politiques. Destinées à être lues rapidement, objets liés à l’immédiateté, elles conservent ce qui était destiné à une existence éphémère. Dans l’ouvrage plus ambitieux et fait pour durer, la violence des mots risquait d’être regrettée, les imprudences pouvaient compromettre l’existence d’un journal : la brochure n’était pas soumise aux mêmes interdits. C’était le type d’écrit, d’imprimé du moins, qui coûtait le moins cher avant la révolution de février 1848 ; de ce fait, il était le support qui autorisait la plus grande liberté d’écrire et de lire, de parler.

Haut de page

Notes

1  Ce seul auteur publia cinquante-six brochures différentes entre 1840 et 1844, sans compter les rééditions ni les almanachs qu’il fit paraître aussi chaque année à partir de 1843, ou ses journaux. L’ensemble de sa production sous forme de brochures entre ces deux dates correspond environ à deux mille pages imprimées.

2  Selon les critères de cette époque qui n’ont rien à voir avec ceux évoqués, pour la fin du siècle, par Jean-Yves Mollier dans sa contribution.

3  Un livre relié se vendait au mieux entre 2 et 3 francs, c’était à peu près ce que pouvait gagner en une journée un ouvrier à Paris.

4  La brochure, 131 pages in-16°, est parue chez Pagnerre et Prévot. Page 7, dans l’introduction qu’il donne à son ouvrage, Louis Blanc affirme que cette édition en brochure intervient à la demande d’un groupe d’ouvriers. Comme la plupart des brochures socialistes mentionnées dans cette étude, le texte de celle-ci est disponible sur internet, sur le site de la BNF, Gallica. Il a été fait une réimpression relativement récente de la première édition de septembre 1840 : Les Révolutions du xixe siècle, vol. III, La propagande socialiste de 1835 à 1848, Paris, EDHIS, 1979.

5  De nombreuses rééditions sont faites de l’ouvrage, au moins cinq jusqu’en 1848 : il ne s’agit plus alors tout à fait d’une brochure mais d’un ouvrage relié de 284 pages. Cette cinquième édition fut publiée à Paris au bureau de la Société de l’industrie fraternelle.

6  Comme l’ont été toutes ses publications jusqu’à la parution de son premier véritable livre en 1843 : De la création de l’ordre dans l’Humanité.

7  Le titre en était exactement : Voyage et aventures de lord William Carisdall en Icarie, traduit de l’anglais de Francis Adams, par Th. Dufruit maître de langues. Il parut chez Hippolyte Souverain, Pagnerre, pourtant très lié à Cabet avant son exil en Angleterre entre 1834 et 1839, ayant refusé de le publier. La deuxième édition de l’ouvrage parut chez Mallet en 1842, sous le titre cette fois de Voyage en Icarie, par M. Cabet, ex-député, ex-procureur général, avocat à la cour royale.

8  La brochure paraît, la première fois, chez Bourgogne et Martinet. Elle est rééditée en mars 1841, au moment où Cabet lance son journal communiste, le Populaire de 1841.

9  Publié la première fois chez Prévot. Comme le précédent, ce texte fut souvent réédité.

10  Brochure de 64 p., in-8°, vendue 30 centimes.

11  Une Adresse de vingt ouvriers communistes à leurs frères circula dans Paris, recueillant des centaines de signatures ; elle appelait à se rallier au communisme légaliste et pacifique de Cabet.

12  Brochure publiée à la librairie phalanstérienne, 157 p., in-18°.

13  Une couverture cartonnée, destinée à contenir l’ensemble, fut donnée avec la première livraison.

14  Il venait de commettre un attentat contre le duc d’Aumale en septembre 1841.

15  La Femme, ses qualités, titres droits. Son malheureux sort dans la présente société. Cause du mal. Remède. Son heureux sort dans la communauté, 12 p., in-8°. La brochure parut pour la première fois en juillet 1841.

16  Il est impossible de citer ici les brochures très nombreuses des fouriéristes à cette époque. Deux titres seulement de Victor Considérant montrent la capacité à changer de niveau de langage : Description du phalanstère et considérations sociales sur l’architectonique, brochure de 111 p., in-18°, publiée en 1840, est réservé aux initiés, Exposition abrégée du système phalanstérien de Fourier, publiée en 1841, brochure de 114 pages in-18°, rééditée trois fois jusqu’en 1845, est un ouvrage qui se veut moins élitiste.

17  Brochure de 16 pages, vendue 10 centimes, publiée chez Bourgogne et Martinet. Un comité de rédaction de quatre membres, Jean-Jacques Pillot, Théodore Dezamy, Dutilloy et Corneille Homberg, signa le document.

18  Brochure de 16 p., in-8°, imprimée à Londres chez Thompson. Le texte est qualifié par la Phalange, en 1841, de « Manifeste communiste ». D’après la notice qui lui est consacrée dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, CD-Rom, Paris, L’Atelier, 1997, l’un des auteurs principaux de cette brochure serait le médecin Camille-Louis Berrier-Fontaine, communiste, ami de Cabet, ainsi que Jacques Chilmann, Napoléon Lebon, Jean-Jacques Vignerte, peut-être Jacques Imbert et Joseph Vilain.

19  La brochure a été saisie le 24 février 1841 chez l’agent double de la Hodde, ainsi que le 28 du même mois chez un nommé Pernin, peintre en bâtiment à Belleville.

20  Une brochure de 88 p.

21  P. 68 du Rapport.

22  Auteur, entre autres, d’une brochure qui fit grand bruit : Ni châteaux ni chaumières ou état de la question sociale en 1840, mai 1840, 60 p., in-32°, 30 centimes. En août 1840, il publie une Histoire des Égaux ou moyen d’établir l’égalité absolue parmi les hommes, 60 p., in-32° ; en octobre 1841, il publiait encore La Communauté n’est plus une utopie ! Conséquences du progrès des Communistes, 32 p., in-8°, 30 centimes.

23  Il lança la Fraternité en mai 1841, un journal qui concurrençait le Populaire de Cabet. Il publiait aussi des brochures, par exemple : Les déjeuners de Pierre. Dialogues, Prévot, quatre livraisons de 12 pages, vendues chacune 10 centimes, entre avril et juillet 1841.

24  Il publia en 1841, chez A. Gallois, trois brochures : La Bible de la Liberté (111 p., in-12°), L’Assomption de la Femme (252 p., in-18°) et Doctrines religieuses et sociales (85 p., in-18°). Sur cet auteur, on peut voir Paul Bénichou, Le Temps des prophètes, doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, NRF, 1977, p. 435 à 446. Alphonse Esquiros et surtout Flora Tristan sont également étudiés par Paul Bénichou.

25  Il commença sa carrière de publiciste en décembre 1838 en répondant à une question de l’académie des sciences morales et politiques, sa réponse fut imprimée en 1839, formant une brochure de 68 p., in-8°.

26  Petite brochure de 16 p., in-8°, vendue 15 centimes, publiée chez Rouannet.

27  La brochure parut chez Rouannet et Prévot.

28  Il s’agit d’une brochure de 96 p., in-18°.

29  La publication de l’ouvrage en feuillets séparés fut achevée en décembre 1842. L’ensemble forme vingt feuilles, 296 p. au format in-8°, chaque feuille était vendue 20 centimes. Les libraires Prévot et Rouannet l’aidèrent dans son travail d’édition assuré, pour le reste, par des souscriptions et surtout à compte d’auteur. Terminé, cliché, l’ouvrage fut réédité et vendu 4 francs. Les éditions EDHIS ont réimprimé cinq cents exemplaires numérotés de l’ouvrage en 1967.

30  Cabet : Propagande communiste ou question à discuter et à soutenir ou à écarter, 10 p., in-8° ; Dezamy : Calomnies et politiques de M. Cabet, réfutation par des faits et par sa biographie, 48 p., in-18°, la brochure était vendue 50 centimes ; Cabet : Toute la vérité au Peuple, ou réfutation d’un pamphlet calomniateur, par M. Cabet, ex-député, ex-procureur général, 114 pages in-8°, la brochure vendue 50 centimes comme celle de Dezamy qui l’attaquait…

31  En particulier, il publia un Almanach de la Communauté pour 1843, avec Jules Gay, Jean-Joseph May et Jean-Jacques Navel.

32  Il y a déjà beaucoup d’études sur cette petite brochure, celles de Stéphane Michaud, par exemple, ou l’introduction de 95 pages donnée par Daniel Armogathe et Jacques Grandjonc à la réédition du texte de Flora Tristan, en 1986, aux éditions Des Femmes.

33  Entre 144 et 180 p. selon les éditions.

34  Cette lettre, datée du 31 mars, est citée en entier dans les préfaces des trois premières éditions.

35  Chez Worms, imprimeur à Montmartre.

36  Elle ne parvint pas à faire acheminer à Lyon les clichés réalisés à Paris.

37  Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon, Sa vie et sa pensée (1809-1849), Paris, Beauchesne, 1982, p. 282-283, note 97.

38  Roger Chartier, Culture écrite et société, L’ordre des livres, Paris, Albin Michel, 1996, p. 134 en particulier. L’ensemble du chapitre, « Communautés de lecteurs », p. 133-154, est utilisé ici.

39  Archives nationales, BB18 1387, dos. 997.

40  Voir en particulier le rapport, souvent cité, de Gabriel Delessert, Préfet de Police, daté du 19 janvier 1847, sur les « Publications anarchiques de l’année 1846 ». Il est cité en entier, par exemple, par Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, Paris, Pagnerre, tome I, p.156.

41  Bien conservés dans la série BB18 des Archives nationales, voir en particulier les cartons BB18 1414 (dos. 7012), BB18 1415 (dos. 7135), BB18 1419, BB18 1420 (dossiers 8195 et 8133), BB18 1423 (dossiers 8701a9 et 9801), BB18 1428 (dos. 9580), BB18 1438 (dos 1219).

42  Cabet, Utile et franche explication avec les communistes lyonnais sur des questions pratiques, 30 p., in-8°.

43  Outre ce qu’elle en raconte elle-même dans Le Tour de France, Journal (1843-1844), Paris, François Maspero, 1980, tome I, p. 112 à 186, et tome II, p. 5-36, on peut consulter, sur ce séjour, aux Archives nationales, le carton BB18 1420 (dos. 8133).

44  Il ne publia pas véritablement de brochures, il est l’un des rares socialistes dans ce cas. Tout au plus, furent vendus des articles tirés à part de la Revue indépendante : cinq publications entre 1840 et 1843.

45  C’était la limite autorisée avant de tomber sous le coup de la loi de 1834 sur les associations.

46  Voir en particulier le rapport du procureur du roi daté du 21 septembre 1844, Archives nationales, BB18 1423 (dos. 8701a9), et Cabet, Les Masques arrachés, p. 41-42.

47  Brochure de 144 p., in-8°, publiée le 14 décembre 1844, « au nom et aux frais d’une réunion d’actionnaires du Populaire ».

48  Flora Tristan, La paria et son rêve, Correspondance établie par Stéphane Michaud, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, 1995, 302 p.

49  Flora Tristan, Le Tour de France, Paris, Maspero, 1980, tome I, p. 132.

50  Joseph Benoit, Confessions d’un prolétaire (Lyon 1871), présentées par Maurice Moissonnier, Paris, Éditions sociales, 1968, p. 74-75.

51  Archives nationales, BB18 1414 (dos. 7012), un texte saisi le 10 août 1843.

52  Le Populaire de 1841, 5 juin 1844.

53  Dont les annonces sont souvent imprimées sur la dernière de couverture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Fourn, « Les brochures socialistes et communistes en France entre 1840 et 1844 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 69-83.

Référence électronique

François Fourn, « Les brochures socialistes et communistes en France entre 1840 et 1844 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1455

Haut de page

Auteur

François Fourn

Docteur ès-lettres

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page