Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les libelles en France au xviie siècle : action et publication

Christian Jouhaud
p. 33-45

Résumé

Considérant que l’opacité des conteurs des libelles oblige à éclairer les enjeux de leur écriture dans le cadre d’un « engrenage polémique », Christian Jouhaud récuse les méthodes qui consistent à les envisager comme « systèmes de représentations » ou révélateurs de la « sphère publique ». Il estime que cette « littérature d’action » doit faire l’objet d’une étude contextuelle. Pour lui, l’analyse des positions d’auteur reste essentielle.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XVIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Pour cette confrontation entre des historiens des époques moderne et contemporaine autour de la question des « Libelles et brochures comme instrument de propagande », j’ai choisi de proposer d’une part une réflexion méthodologique assez générale plutôt qu’une étude de cas et, d’autre part, l’esquisse d’une synthèse, modeste tant il reste à faire, des résultats de mes propres travaux sur la question. Je voudrais ainsi faciliter la discussion autour des enjeux de la construction d’une « libellistique ». Et aussi ne pas dissimuler d’importantes différences d’approches et d’interprétations de ces objets imprimés, différences dont le repérage – sans aucune intention polémique ! – peut contribuer aussi à éclairer lesdits enjeux.

Le temps des libelles

  • 1  Réédité par les éditions Paris-Zanzibar, 1997.
  • 2  Pour une première approche : Roger Chartier, « Pamphlets et gazettes », in Roger Chartier et Henri (...)

2On peut considérer la période qui va de la fin de la Ligue au règne personnel de Louis XIV comme le temps des libelles, à condition de ne pas se laisser enfermer dans des classements préalables trop contraignants (ceux qui séparent, par exemple, trop nettement expression politique, polémiques littéraires, controverses religieuses ou ceux qui enferment les objets imprimés dans des classifications bibliographiques trop rigides). Il faut pour cela s’en tenir à la définition latine du terme : libellus, petit livre, opuscule, une définition fort large, à distance de celle que propose le plus couramment le xviie siècle. À distance donc des critiques de Gabriel Naudé, au début du siècle, dans son pamphlet Le Marfore ou discours contre les libelles (les libelles « se vendent en secret, s’achètent bien cher, ne valent rien et sont encore plus mal faits comme venant d’une populace rude, ignorante et mal polie ») 1 ou de la définition du Dictionnaire de Furetière à la fin du siècle (« escrit qui contient des injures des reproches, des accusations contre l’honneur et la réputation de quelqu’un »), tous deux pamphlétaires qui voudraient polémiquement faire croire qu’il n’y a rien entre les libelles diffamatoires et la haute littérature politique. Ou rien qu’un immense fossé sur la bonne rive duquel eux-mêmes font semblant de se tenir. En réalité, nous le savons, la palette est immense : des feuilles d’information aux pamphlets de toutes catégories (pensons aux Provinciales), en passant par les pièces de théâtre (un auteur qui n’a pas réuni ses pièces en un volume d’Œuvres n’a publié que des libelles), ou les livrets de pronostications. Les moments les plus denses de la publication des libelles se repèrent d’un coup d’œil en feuilletant à la Bibliothèque Nationale le Catalogue de l’histoire de France, avec deux pics, les années 1614-1617 et la Fronde (5 000 titres), correspondant aux crises politiques des deux régences. Ces moments forts, évidemment politiques, ne doivent cependant pas faire oublier les publications liées au procès de Théophile de Viau ou aux batailles polémiques entre catholiques et protestants ou celles de la querelle du Cid. Sans parler des livrets qui célèbrent la prise de La Rochelle, ni de la marée continûment montante des actes royaux 2.

  • 3  Christian Jouhaud, Mazarinades, La Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985.

3Quiconque découvre pour la première fois une collection de libelles est frappé par la relative unité des formes éditoriales et la diversité des formes textuelles. Et, une fois la lecture entreprise, par la fréquente opacité des contenus, dont la compréhension suppose de mobiliser un grand nombre d’informations contextuelles. C’est ainsi que l’analyse s’engage spontanément sur le chemin de la contextualisation, d’une contextualisation d’abord politique : il faut saisir les événements évoqués, reconnaître les personnages mentionnés, éclairer les allusions à une actualité. Très vite on mesure que les libelles publiés à un certain moment, à quelques jours ou quelques semaines d’intervalle, quelques mois parfois, entretiennent des relations les uns avec les autres, et que la polémique crée d’intenses liens textuels, engendrant la formation de grappes ou faisceaux de textes autour d’un événement. Plus que d’autres, les mazarinades imposent l’évidence de ce dernier constat. Il m’avait semblé nécessaire de respecter la force de cette première impression et de ne pas produire de classements avant d’avoir correctement cartographié ces phénomènes de grégarité textuelle 3.

4Cette cartographie est même un préalable pour la reconstitution du sens des textes, de leur sens conjoncturel comme de leur signification idéologique, et même, si l’on veut, de leur capacité à servir comme indicateurs de l’actualisation d’un « mental collectif ».

5Cette donnée fondamentale peut être croisée avec ce que l’on sait des commanditaires, des auteurs et de leurs relations (informations le plus souvent fort difficiles à réunir) : derrière les réseaux de textes se dissimulent généralement des réseaux d’hommes. Ceux-ci renvoient à la réalité des pratiques socio-politiques d’une époque : ils préexistent souvent à l’événement de la bataille polémique qu’ils investissent. Le réseau de textes anonymes, et parfois diffusés clandestinement, laisse lui-même entrevoir des identités, grâce au mouvement qui fait avancer la polémique d’un texte à l’autre : ce mouvement « naturel » de la polémique conduit, en effet, des idées aux hommes et, chemin faisant, d’accusation en réponse, dévoile les liens tissés entre les hommes. Cela vaut aussi bien pour les pamphlets des temps de crise politique que pour ceux, par exemple, de la Querelle du Cid.

  • 4  Cardinal de Retz, Mémoires, dans Œuvres, Marie-Thérèse Hipp et Michel Pernot éd., Paris, Gallimard (...)

6Il convient à mon sens de ne jamais oublier que les libelles sont pris dans des agencements et fonctionnements sociaux qui expliquent leur fonctionnement textuel. Ils sont pris dans des dispositifs de pouvoir. Un exemple. En avril 1651, la faction de « la vieille Fronde », dont Jean-François de Gondi (le cardinal de Retz) est le chef, et le parti du prince de Condé se toisent et commencent à s’affronter par le truchement de libelles imprimés. Dans ses Mémoires, Retz évoque la suite qu’il a choisi de donner à la parution de « douze ou quinze libelles plus mauvais l’un que l’autre », écrits contre lui : « Je me les faisais apporter réglément sur l’heure de mon dîner, pour les lire publiquement, au sortir de table, devant tout ce qui se trouvait chez moi ; et quand je crus avoir fait connaître suffisamment aux particuliers que je méprisais ces sortes d’invectives, je me résolus de faire voir au public que je les savais relever. Je travaillai pour cela, avec soin, à une réponse courte, mais générale, que j’intitulai l’Apologie de l’ancienne et légitime Fronde, dont la lettre paraissait être contre le Mazarin, et dont le sens était proprement contre ceux qui se servaient de son nom pour abattre l’autorité royale. Je la fis crier et débiter dans Paris par cinquante colporteurs, qui parurent, en même temps, en différentes rues, et qui étaient soutenus, dans toutes, par des gens apostés pour cela. J’allais, le même matin, au Palais, avec quatre cents hommes… » 4.

7Des libelles ont été publiés dans l’espace parisien. Le narrateur des Mémoires choisit de se protéger des effets éventuels de cette publication en les lisant lui-même « publiquement » (à voix haute et pour tout le monde) devant le groupe fourni de ses commensaux. Ceux-ci – « tout ce qui se trouvait chez moi » – sont des « particuliers », mais aussi, pour un certain nombre d’entre eux, des relais pour la diffusion de l’information dans la ville. Ils pourront manifester le mépris public de Retz pour les libelles qui l’attaquent et, par là, le publier. On voit ici comment les deux notions antithétiques de public et de particulier se trouvent associées dans une sorte de parade narrative qui conduit, à nos yeux, à leur subversion. D’autant que le processus n’est pas achevé puisque Retz choisit aussi de répondre par des libelles imprimés adressés « au public ». Doublement adressés, en fait : d’abord par leur argumentation, ensuite par la manière dont ils sont diffusés à main armée, qui porte le témoignage de la puissance du parti qu’ils défendent, en un mot publient cette puissance. La démonstration de force est elle-même redoublée par le déplacement au parlement de Paris qui permet au coadjuteur de se montrer dans l’espace public avec une escorte de quatre cents hommes.

8Par-delà ces usages différenciés, l’affrontement polémique – quels que soient ses supports et ses objets – met en action une dynamique spécifique que j’ai appelée ailleurs « engrenage polémique ». Une parution entraîne une réponse qui, elle-même, va en susciter une autre. D’un texte à l’autre, le ton monte, la violence polémique s’affirme et déstabilise les arguments. La querelle politique, religieuse, académique avance vers la mise en cause directe des personnes et d’abord des auteurs. On démasque l’adversaire tout en dissimulant le lieu d’où l’on parle, à moins, au contraire, qu’on ne le revendique avec éclat pour mieux fonder la légitimité des attaques. Les trente-sept textes de la querelle du Cid illustrent, par exemple, fort nettement ce processus. Le conflit s’engage sur l’interprétation du succès du Cid, se poursuit avec un débat théorique sur les secrets de l’art de plaire au théâtre, puis débouche sur des attaques violentes contre les adversaires démasqués. Corneille est menacé (« cinquante coups de bâtons seront justement la véritable suite du Cid ») et aurait même subi à Rouen, dans une mauvaise rencontre, un peu plus que des menaces. Dans l’autre camp, un libelle avait accusé le poète Jean Mairet de n’être « pas de meilleure maison que son (son désigne ici Corneille) valet de chambre ». Le coup porte à tel point que dans la réponse à ce texte, Mairet juge bon de publier une longue généalogie paternelle et maternelle destinée à prouver la qualité de ses origines. Et c’est l’intervention du pouvoir politique qui finit par ramener le débat vers les questions théoriques initialement en jeu. Richelieu, on le sait, chargea l’Académie française (créée en 1635, et dont c’était la première action) de prendre connaissance de cette cause et de la trancher par un jugement, interdisant en outre aux protagonistes de s’affronter davantage. On voit l’intense ambiguïté de la violence…

À propos de la violence polémique

  • 5  Lumières pour l’Histoire de France et pour faire voir les calomnies, flatteries, et autres défauts (...)

9L’image de la guerre est utilisée par les polémistes du xviie siècle eux-mêmes. Mathieu de Morgues, l’un des plus brillants et des plus déterminés, y recourt, par exemple, pour dénoncer la campagne du cardinal de Richelieu contre la reine mère Marie de Médicis après la fuite de celle-ci aux Pays-Bas (1631) : « Nous avons vu au commencement de nos afflictions des petits livrets de sept ou huit feuillets, qui ont attaqué la réputation de la Reine Mère du Roi, comme enfants perdus qui étaient détachés de l’avant-garde ; depuis un an on a choqué avec le gros volume de plusieurs pièces qui composaient la bataille ; on nous gardait pour l’arrière-garde l’ouvrage de Dupleix… » 5.

10Qui dit guerre – même de plumes – dit batailles, combats, stratégies, tactiques, victoires, défaites, et violence. Il convient cependant de poser la question du type de violence et donc de domination que l’on peut exercer par des mots écrits. On notera d’emblée un trait spécifique de la violence textuelle : elle permet à la fois de porter des coups à un adversaire, accusé, dénoncé, voire insulté et de représenter en même temps l’action que l’on est en train d’accomplir. Par exemple, on cherchera à déconsidérer l’adversaire en proférant contre lui des accusations véhémentes, mais, du même coup, on le mettra en scène comme étant déconsidéré. C’est une action qui se développe en anticipant ses effets supposés, en les représentant comme accomplis, en simulant donc sa propre violence. Action et simulation de l’action sont ainsi inséparables et solidaires, en un simulacre dont l’efficacité s’éprouve non directement sur l’adversaire, mais d’abord sur le lecteur témoin du combat.

11Les textes peuvent se présenter comme le champ de bataille lui-même, en une transposition, en réalité fictive, du modèle noble de la dispute universitaire qui voit deux adversaires s’affronter par les mots pour des idées. Ou bien ils peuvent être une arme à l’intérieur d’un combat qui les dépasse, éventuellement une arme parmi d’autres, une sorte de soutien des actions ou de préparation rhétorique, comme on parle de soutien logistique ou de préparation d’artillerie. Un même texte peut remplir ces deux fonctions, mais l’une et l’autre conduisent à des opérations de contextualisation divergentes. Et elles attribuent au lecteur des places qui ne sont pas les mêmes ; elles présupposent des effets de destination qui ne répondent pas aux mêmes exigences tactiques. Les conflits religieux du xvie siècle avaient investi le modèle de la dispute universitaire avec une intensité de violence jamais atteinte auparavant et avaient largement contribué à sa diffusion par l’imprimé. La paix revenue (mais la division religieuse installée dans le royaume), les techniques de la controverse acquirent une importance plus grande encore : le recours aux armes interdit, les mots pouvaient, dans une certaine mesure, permettre la poursuite de la guerre par d’autres moyens.

  • 6  Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-ver (...)
  • 7  Denis Crouzet, op. cit., p. 47-48.
  • 8  Robert Darnton, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, R. Laf (...)

12Comment, à quelle échelle analyser la violence polémique des libelles ? Qu’en faire ? Ma démarche est, par exemple, très différente de celles de Denis Crouzet, d’Hubert Carrier ou de Jeffrey Sawyer (je m’en tiens à des ouvrages récents) 6. Crouzet affirme lui-même dans l’introduction de son livre : « un de mes autres prédicats a été celui d’une analyse reposant sur la désindividualisation et la désocialisation de l’Écriture… J’ai simplement envisagé les textes, dans leur très grande variété de formulation stylistique ou thématique, comme un texte unique, une totalité cohérente dont les significations évolutives et le fonctionnement interrelationnel ou interréactif sont indépendants de ceux qui se donnent le rôle public de dispenser l’information, ou de ceux qui la recomposent dans le cadre privé d’un livre de raison… À la limite les textes sont l’histoire… » 7. Chacune de ces affirmations est aux antipodes des principes et des hypothèses qui ont guidé mon travail. Les analyses de Denis Crouzet présentent les textes – et particulièrement ceux des libelles – comme le lieu adéquat pour procéder à un changement de focale : surgis d’une action située en un temps et en un lieu précis, ils permettraient de saisir « des systèmes de représentation dont le propre est de structurer les gestuelles violentes ». L’expérience consiste à réunir ces textes surgis dans l’action en un énoncé englobant révélateur d’« un précipité de culture », dont l’identification de la logique et de la dynamique permet ensuite de retourner à l’analyse des actions et de leur donner un sens. Ce faisant, Denis Crouzet se tient à distance d’approches triviales réalisées à partir de notions substantialisées, comme « opinion publique » ou « sensibilités collectives », et de celles de l’anthropologie culturelle telle que l’utilise par exemple Robert Darnton dans Le grand massacre des chats, identifiant dans le texte qu’il travaille des « formes symboliques » partagées par tous « comme l’air qu’on respire » 8. On peut cependant se demander dans quelle mesure il est acceptable, pour reconstituer des « systèmes de représentation » instigateurs d’actions, de laisser complètement de côté le court terme des visées tactiques de ceux qui produisaient les libelles, visées elles-mêmes informées par un répertoire, propre certes à un groupe restreint (celui des producteurs de libelles), mais que l’on peut aussi parfaitement qualifier de répertoire culturel vivant. Pourquoi le répertoire commun actualisé dans les textes permettrait-il d’accéder aux systèmes de représentation inducteurs d’actions (violentes) et non l’intention qui le manipule ? Une intention elle-même informée pourtant par des représentations qui sont au plus près de l’action puisqu’elles prétendaient la penser, et s’incarnaient pour cela en manières de faire, y compris en manières de manipuler des répertoires culturels partagés, mais rendus pensables (et donc manipulables) non seulement par ce partage mais aussi par la conscience d’un écart avec les destinataires visés, et sûrement même d’une altérité ?

13La restitution par l’analyse de tout un répertoire de représentations, de paroles, de gestes, repéré dans les textes ne peut faire conclure au partage d’un « système de représentations » par tous les destinataires potentiels des libelles, ni fournir la matière pour la reconstitution d’un tel système qui serait supposé structurer l’imaginaire politique commun à l’ensemble de ces destinataires. On peut penser au contraire qu’une des tactiques de persuasion consiste à donner à voir (et à croire) que tout un chacun s’accorde dans l’interprétation de signes (gestes, paroles, associations spontanées d’images, de concepts, etc.) repérables dans les événements, pour donner du même coup le sentiment que l’on s’accorde aussi sur l’interprétation politique de ces événements, à un moment où, au contraire, de profonds désaccords, de profondes tensions viennent s’exprimer dans l’espace public où circulent les libelles.

  • 9  Hubert Carrier, op. cit., p. 23.

14Identifier dans les pratiques textuelles un projet pensé de dépassement des conflits d’interprétation, afin de proposer une interprétation implicite unifiée au service d’une politique, ne revient pas à considérer pour autant que les producteurs d’objets imprimés s’adressaient à une opinion publique dont il se serait agi de faire « la conquête », selon le sous-titre du premier tome de la thèse d’Hubert Carrier. Au demeurant, il peut bien exister à l’époque de la Fronde quelque chose que l’on pourrait nommer opinion publique, à condition d’en user avec prudence. Le principal danger de l’usage non critique de la notion d’opinion publique tient dans les présupposés qu’elle charrie souvent : tout texte pourrait être considéré comme un reflet de l’opinion publique qu’il permet d’atteindre. Ainsi Hubert Carrier n’hésite pas à écrire : « pour bien comprendre une guerre civile, il faut ausculter de près l’opinion publique, en suivre les mouvements, en percevoir l’évolution : or, ce sont les pamphlets qui font en grande partie l’opinion, et quand ils ne la font pas ils l’expriment » 9. Le dérapage tautologique menace pareille position : le reflet postule un reflété qui n’est jamais interprété qu’à partir de son reflet. Un certain état de l’opinion publique explique la parution et la réception des textes qui sont eux-mêmes utilisés pour prouver l’existence de cette opinion publique, etc. En fait, dans le cours des analyses le concept d’opinion publique est sujet à d’étonnantes variations de volume puisqu’il apparaît tantôt comme un synonyme de « sensibilités collectives », voire de « mentalités », et tantôt il renvoie aux opinions politiques de tel groupe de producteurs de libelles.

15Il ne suffit d’ailleurs pas de renoncer au mot pour rompre avec les à-peu-près méthodologiques qu’il facilite. Jeffrey Sawyer, dans son livre récent sur les libelles de 1614-1617, ne parle pas d’opinion publique mais de « sphère publique » (public sphere), concept emprunté à J. Habermas, mais, en l’occurrence, taillé trop large : cette sphère publique du début du xviie siècle reste, en effet, fort abstraite. La définir comme l’espace de communication où circulent les pamphlets et où s’élaborent les modèles de discours qu’ils transmettent revient à ne fonder le cadre de l’analyse qu’à travers l’objet dont il est pourtant censé permettre l’étude. La sphère publique selon Jeffrey Sawyer préexiste-t-elle à la communication pamphlétaire ? Peut-elle être saisie à travers des institutions, des lieux sociaux, des pratiques ? Questions cruciales. L’espace public dans lequel pourraient intervenir des personnes privées faisant « usage public de leur raison » (pour pasticher Kant) est-il une réalité du xviie siècle ? La notion d’espace public, employée au singulier, présuppose une certaine communication entre les lieux d’opinion, une amorce d’unification des langages et des pratiques. Comment passer du pluriel (des espaces publics : rues, carrefours, cimetières, ponts) au singulier ?

16Mais pour revenir à la question même de la violence, je voudrais insister pour finir sur la foncière ambivalence de la violence des libelles. En effet, les combats de plume sont des combats à distance, ils peuvent favoriser le recours à d’autres formes de violence, mais il est clair aussi qu’ils s’y substituent. Deux exemples.

  • 10  Christian Jouhaud, « Lisibilité et persuasion : les placards politiques », in Roger Chartier (dir. (...)

17Le premier exemple est un libelle – un placard – publié au lendemain d’une double explosion de violence : l’assassinat de Concini sur l’ordre du roi (24 avril 1617) et l’émeute qui a procédé à l’exhumation du favori assassiné et s’est livrée sur son corps à une macabre parodie d’exécution publique (le cadavre a été émasculé, coupé en morceaux, brûlé). Le placard traite cette émeute comme un épisode burlesque et célèbre l’action royale. Sur les images, Concini est représenté sous forme d’un écureuil, dans un environnement iconographique qui mobilise la technique de l’emblème. Le masque de l’écureuil permet à la fois d’exhiber et d’euphémiser la sauvagerie de l’émasculation. La violence d’un passage à l’acte, peut-être lourd de désordres potentiels (en tout cas dans l’imaginaire des dominants), est ainsi domestiquée et détournée. Le désordre urbain perd dans l’opération qui le publie sa dimension subversive. En leur donnant un sens à travers l’exhibition euphémisée de la violence, le placard assure l’innocuité socio-politique des gestes qui ont suivi la mort du ministre. L’association des deux séquences violentes (l’assassinat et l’émeute), dans les images comme dans le texte, semble même en assurer la solidarité dans l’action. Le rituel judiciaire populaire est reconnu comme tel, alors que les autorités s’emploient d’ordinaire, en pareil cas, à nier cette dimension d’économie morale. L’interprétation ainsi délivrée par le placard semble a posteriori autoriser l’émeute et celle-ci, en retour, participe à la justification de l’acte royal (en ce sens elle le protège) 10.

  • 11  Christian Jouhaud, « La haine publique, Paris 1652 », in J.-B. Pontalis (dir.), L’amour de la hain (...)

18Second exemple, douze mazarinades, parues à la fin août et en septembre 1652, après la mort d’un jeune épinglier, tué dans un affrontement avec la compagnie de la milice du quartier de la Tonnellerie à Paris. L’analyse de ces textes montre comment une campagne antisémite s’est développée dans le contexte de la Fronde finissante et y a joué sa partie. Dans cette série de libelles, les juifs se trouvent affublés des attributs que les mazarinades avaient si souvent accordés à Mazarin lui-même, comme si l’on souhaitait désinvestir celui-ci de ce qui l’avait constitué comme vedette d’une production pamphlétaire pléthorique. Il s’agirait alors d’une entreprise de dépolitisation, à la fois instigatrice de haine publique et euphémisatrice de violence politique. La violence est tout à la fois convoquée, prolongée (pour le plus grand profit des imprimeurs ?) et détournée vers un bouc émissaire absent 11.

Persuasion/instrumentalisation : la question des destinataires, quelques problèmes de méthode

19Définir comme je le fais les libelles comme littérature d’action conduit à souligner l’anticipation par leurs producteurs des effets qu’ils étaient susceptibles de produire, et donc à mettre en avant leur dimension « manipulatrice » (il s’agit de faire croire, de faire dire, voire de faire faire). Le lecteur, en tout cas le récepteur (il est entendu une fois pour toutes que sous le terme de lecteur se dissimulent un grand nombre de pratiques de lectures, souvent divergentes, correspondant à divers niveaux de compétence ou à différentes situations de lecture), était clairement conçu comme une cible.

20Gabriel Naudé a théorisé cette instrumentalisation de l’écrit dans le combat politique : Le Marfore ou discours contre les libelles et surtout Les considérations politiques sur les coups d’État posent crûment la question de la manipulation et de l’instrumentalisation des destinataires de libelles. Dans cette vision, l’auteur n’est lui-même qu’un instrument de la politique d’un grand acteur chef de parti qui garde l’entière initiative et conduite de l’action. Mais cette nécessaire instrumentalisation de l’écrit au service de visées tactiques est explicitée – et éventuellement publiée – par des hommes de lettres qui sont eux-mêmes des conseillers des grands ou se pensent comme tels (prétendant les éclairer, par un savoir lettré, sur la vérité de l’action politique et la nécessité des pratiques de dissimulation qui incluent le recours à l’écrit manipulateur). Le public de ces écrits manipulateurs – pensés comme tels par ceux qui les fabriquent – est identifié au « vulgaire » ou au « peuple » transformé en objet, tout particulièrement dans ces lignes de Naudé : « Il faut que les princes ou leurs ministres s’étudient à le manier et persuader par belles paroles, le séduire et tromper par les apparences, le gagner et tourner à ses desseins par des prédicateurs et miracles sous prétexte de sainteté, ou par le moyen des bonnes plumes, en leur faisant faire des livrets clandestins, des manifestes, apologies et déclarations artistement composés pour le mener par le nez, et luy faire approuver sur l’étiquette du sac tout ce qu’il contient… »

  • 12  Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, Les Éditions de Paris, 1988, chap. (...)

21Alors que le chef de parti doit envisager : « D’un œil ferme et assuré, et quasi comme estant sur le donjon de quelque haute tour, tout ce monde, se le présentant comme un théâtre assez mal ordonné, et rempli de beaucoup de confusion, où les uns jouent des comédies, les autres des tragédies, et où il luy est permis d’intervenir tanquam deus aliquis ex machina toutefois et quantes il en aura la volonté, ou que les diverses occasions luy pourront persuader de le faire… » 12.

  • 13  Louis Marin dans une belle préface donnée à l’édition des Considérations citée dans la note précéd (...)

22La force de ces énoncés s’impose, mais il convient de ne pas postuler une superposition sans reste de cette théorie de l’action et des actions elles-mêmes, dans lesquelles le producteur de la théorie aurait trouvé sa place comme producteur d’écrits destinés à faire agir. Et, à propos de Naudé, on ne peut s’en tenir à la simple postulation d’une cohérence et à la supposée continuité d’un parcours de service qui l’aurait mené à dire la vérité – à « vendre la mèche » – dans les Considérations politiques sur les coups d’État, texte qui jouerait ainsi pour nous, le lisant à distance, le rôle du « donjon de quelque haute tour » d’où l’on contemple, analyse et conduit l’action. Comme le montrent plusieurs travaux récents, Naudé n’a pas été cet auteur, transformé en acteur politique de l’ombre par sa science et son pouvoir de conseiller occulte, qui aurait réussi la superposition profitable de la science politique du grand acteur et de l’action manipulatrice par l’écriture. Les recherches en cours attirent notre attention sur la complexité du personnage Naudé et de ses écrits. Jean-Pierre Cavaillé voit ainsi dans les Considérations une dimension de « pornographie politique » qui consisterait pour l’auteur à se montrer en train de dévoiler systématiquement les ressorts cachés de l’action des grands, dans un projet de désacralisation et d’exhibition du secret révélé 13.

  • 14  Christian Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature, Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000, (...)
  • 15  Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les é (...)
  • 16  Michel de Certeau, « L’expérimentation d’une méthode : les mazarinades de Christian Jouhaud », Ann (...)

23Dubosc-Montandré, pamphlétaire condéen que j’ai étudié, présentait la figure spectaculaire d’un auteur engagé de manière continue et déterminée dans le service du prince de Condé et proclamant néanmoins, dans un libelle de mars 1652 intitulé Le Point de l’Ovalle, en un énoncé emblématique (et d’ailleurs resté célèbre alors que toute trace de son auteur semblait effacée), la nécessité, au nom du « pauvre peuple », de se débarrasser des grands : « Voyons que les grands ne sont grands que parce que nous les portons sur nos épaules : nous n’avons qu’à les secouer pour en joncher le sol et pour faire un coup de partie duquel il soit parlé à jamais… » 14. Dans le paradoxe de ce texte, qui serait à la fois un appel à soutenir un prince et un appel à la lutte contre tous les grands, dans sa duplicité donc, Alain Viala voyait un effet de la « contrainte de clientèle » : d’un côté l’auteur subit et accepte la réalité de la domination sociale, de l’autre il introduit dans son discours des équivoques, des distorsions, qui marquent les limites de l’adhésion à la contrainte socio-politique. Ainsi un « pamphlet ordonné par un patron pouvait alors devenir un brûlot qui le menaçait lui-même » 15. Michel de Certeau a avancé une interprétation proche de celle-ci : pour lui de telles violences textuelles « ont dégradé les possibilités d’identification et d’accréditation que toute société doit fournir à ses membres » ; les libellistes clients des grands « réguliers en leurs activités nocturnes, produisaient au jour la confusion des lieux et des identités » 16. C’est un des impacts du « champ politique » sur des « protocoles préexistants » ou, si l’on veut, un des effets de la crise politique sur la production littéraire et les rapports sociaux qui l’encadrent.

24C’est pour cela que, d’un côté, on ne peut qu’être d’accord avec le constat du « brouillage » des valeurs et des croyances communes opéré par des libelles qui prônent, ne serait-ce qu’en apparence, la subversion de l’ordre socio-politique. Mais que, d’un autre côté, on doit également prendre en considération la « régularité » du service rendu. Cette réalité biface est un cadre inévitable pour l’analyse des contenus. On voit que, de ce point de vue, l’analyse des positions d’auteur n’est pas du tout subalterne, mais essentielle. Mieux, faute de pouvoir analyser la réception des libelles par des lecteurs réels, nous pouvons étudier l’espace de leur production dans le cas d’un affrontement polémique à rebondissements aussi comme un espace de réception. Les libellistes dans le cadre de leur action d’écriture (complexe) se constituaient eux-mêmes en public, mais en un public de praticiens de l’écrit instrumentalisé, capables d’en manipuler les ressorts cachés et de juger la performance accomplie par les autres dans cette action de manipulation, unis donc par le partage d’un savoir faire et d’un savoir lire qui les rassemblait par-delà l’antagonisme des camps et des clans qu’ils servaient. Un public restreint, fort différent de celui devant lequel ils jouaient, ou faisaient semblant de jouer, jour après jour, leurs tragédies et leurs comédies rhétoriques au service de leurs patrons.

25En évoquant ces praticiens de l’écrit constitués en public, et jusqu’à un certain point en opinion publique (mais en opinion d’un public restreint), j’entends ceux qui écrivaient – des auteurs donc –, ceux qui auraient été dans la position de pouvoir le faire, et ceux qui vivaient dans la proximité sociale et intellectuelle des lieux où l’on pouvait se considérer comme un auteur, un petit public urbain fortement présent en divers lieux d’opinion et surtout caractérisé par la mobilité des positions – et de la représentation de ces positions – entre lecteurs et auteurs. Chacun de ces lecteurs-là était aussi un auteur potentiel, en tout cas sa lecture était modelée par la possibilité de passer à l’écriture, même si, d’ailleurs, cette possibilité restait virtuelle. Par la possibilité de devenir en tout cas un agent de publication (du faire public).

26Ce public de praticiens de l’écrit avait acquis une importance d’autant plus grande dans un moment comme la Fronde que la crise politique avait laminé et surtout divisé d’autres lieux traditionnels d’opinion, ceux dont l’unité de pensée et d’action venait d’un fonctionnement comme corps. C’est ainsi que certains hommes de l’écrit dont l’identité sociale et intellectuelle se définissait d’ordinaire par l’appartenance à un corps, une compagnie, une communauté (magistrats, étudiants, religieux, etc.) pouvaient se trouver « libérés » de ces appartenances et comme happés par les lieux d’opinion structurés par un imaginaire d’auteur.

27Une des caractéristiques fortes de cet imaginaire d’auteur libelliste, c’est de construire une représentation du public des destinataires comme dédoublé, dédoublé entre public restreint et public large. Public complice (restreint) et public instrumentalisé (large). Deux figures tout à fait équivoques d’ailleurs. En effet la complicité avec un public « complice » peut être conçue de deux manières très différentes. Soit cette représentation repose sur une dynamique d’exclusion : le public complice se définit par le partage d’une information et par l’accès, peu ou prou, au secret politique et au secret des ressorts de l’écriture instrumentalisante (c’est le petit groupe de ceux qui ne sauraient être dupes) ; soit le public complice est conçu certes comme un groupe restreint, mais en expansion : tout lecteur qui use avec acuité de sa capacité de raisonner peut franchir la barrière qui sépare les « déniaisés » des autres. De la même manière l’instrumentalisation d’un public large peut être observée sous deux angles très différents : soit on peut considérer qu’elle est tournée vers des lecteurs pris au piège de l’argumentation ou des récits : il s’agirait donc d’une manipulation d’efficace propagandiste ; soit on peut déceler un paradoxe. L’instrumentalisation n’aurait pas d’efficacité contrôlable (prévisible, postulable) sur ceux qui en seraient les destinataires (ce serait une technique dont les effets se perdraient dans les incertitudes des réceptions plurielles), mais elle serait crue par ceux qui s’en conçoivent comme les bénéficiaires et en sont les commanditaires. Les libellistes rendraient crédible à leurs commanditaires et patrons la figure d’un public défini à partir des opérations de manipulation susceptibles de l’atteindre, à travers les effets présupposés réussis de l’opération de manipulation (sans reste). Le pouvoir politique serait ainsi pris lui-même au reflet de ce miroir déformant, au reflet de son propre pouvoir. Évidemment la réalité des effets produits doit se trouver quelque part sur le chemin de ces polarisations. C’est toute la question de l’histoire des écritures « libertines » ou « machiavéliennes » du politique qui est ici soulevée, mais qui ne trouve de sens que dans la prise en compte de son historicité

Conclusion

28Il n’y a en la matière que des cas d’espèce, que des configurations spécifiques : on ne peut faire l’économie de leur reconstitution. Et de leur reconstitution dans les cadres socio-politiques – les contextes si l’on veut – du recours à l’écrit : donc les libelles, leur production, leur histoire à l’époque moderne ne sauraient être séparés (tenus en dehors par l’analyse), d’une part des instruments du faire croire (de leur usage, de la lutte pour leur contrôle) : imprimés, images, représentations théâtrales, etc. et, d’autre part, des rapports sociaux de la production de l’écrit à un moment donné. Il y aurait à mon sens un danger pour qui s’intéresse à « convaincre et former » dans l’histoire à trop considérer les libelles comme un objet imprimé spécifique, traversant le temps du xvie au xxe siècle dans une forme éditoriale relativement stable, et à inférer de cette relative stabilité formelle, une relative transhistoricité des enjeux de leur production, des modes de leurs usages, des procédures d’analyse de leurs significations. Probablement le terme de propagande risque-t-il de contribuer à dissimuler ce danger sans évidemment le supprimer.

Haut de page

Notes

1  Réédité par les éditions Paris-Zanzibar, 1997.

2  Pour une première approche : Roger Chartier, « Pamphlets et gazettes », in Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, tome 1, 2e édition, Fayard-Cercle de la librairie, 1989, p. 501-525, et la bibliographie.

3  Christian Jouhaud, Mazarinades, La Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985.

4  Cardinal de Retz, Mémoires, dans Œuvres, Marie-Thérèse Hipp et Michel Pernot éd., Paris, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1984, p. 436.

5  Lumières pour l’Histoire de France et pour faire voir les calomnies, flatteries, et autres défauts de Scipion Dupleix, sans lieu d’édition, 1636, p. 12. Rappelons que les « enfants perdus sont les soldats détachés d’une compagnie, ou des dragons qui combattent au premier rang, ou qui montent les premiers à l’assaut » (Dictionnaire de Furetière).

6  Denis Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion (vers 1525-vers 1610). Champ Vallon, 1990, 2 volumes. Hubert Carrier, La presse de la Fronde (1648-1653) : les mazarinades. 1- La conquête de l’opinion, Droz, 1989. Jeffrey K. Sawyer, Printed Poison. Pamphlet Propaganda, Faction Politics and the Public Sphere in Early Seventeenth-Century France, University of California Press, 1990.

7  Denis Crouzet, op. cit., p. 47-48.

8  Robert Darnton, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, R. Laffont, 1985, chap. II, p. 15-74.

9  Hubert Carrier, op. cit., p. 23.

10  Christian Jouhaud, « Lisibilité et persuasion : les placards politiques », in Roger Chartier (dir.), Les Usages de l’Imprimé (xvexixe siècles), Paris, Fayard, 1987, p. 309-342

11  Christian Jouhaud, « La haine publique, Paris 1652 », in J.-B. Pontalis (dir.), L’amour de la haine, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, 2001 (1re éd. 1986), p. 69-82.

12  Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, Les Éditions de Paris, 1988, chap. IV, p. 138-141.

13  Louis Marin dans une belle préface donnée à l’édition des Considérations citée dans la note précédente, significativement intitulée « Pour une théorie baroque de l’action politique », insiste sur la subtilité des procédures d’énonciation propres à ce texte. Gabriel Naudé a fait récemment l’objet d’analyses très stimulantes. Marcel Gauchet, « L’État au miroir de la raison d’État : la France et la chrétienté », dans Yves-Charles Zarka (éd.), Raison et déraison d’État. Théoriciens et théories de la raison d’État aux xvie et xviie siècles, Paris, PUF, 1994, p. 193-244. Cahiers du Centre de Recherches Historiques n° 20, 1998, consacré aux Miroirs de la raison d’État, où l’on trouve deux articles consacrés à Naudé : Jean-Pierre Cavaillé, « Gabriel Naudé : destinations et usages du texte politique », p. 69-78, Hartmut Stenzel, « Apories de l’humanisme et raison d’État dans le Mascurat de Gabriel Naudé », p. 79-96. Aussi Robert Damien, Bibliothèque et État, Naissance d’une raison politique dans la France du xviie siècle, PUF, 1995, qui, tout en insistant sur l’unité du corpus naudéen, avance l’hypothèse que l’œuvre s’ordonne autour d’une matrice, la raison bibliothécaire ou même le « souverain bien » bibliothécaire, et non autour des règles cachées de la politique. Ces dernières, telles que proposées et glosées par Naudé, seraient donc surtout une extrapolation, sur le terrain politique, des conceptions élaborées à propos des classements du savoir dans la bibliothèque parfaite dont il rêve.

14  Christian Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature, Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000, p. 252-269.

15  Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les éditions de Minuit, 1985, p-68. Christian Jouhaud, « Histoire et histoire littéraire : naissance de l’écrivain », Annales ESC, 1988 (4), p. 849‑866.

16  Michel de Certeau, « L’expérimentation d’une méthode : les mazarinades de Christian Jouhaud », Annales ESC, mai-juin 1986, p. 507-512.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jouhaud, « Les libelles en France au xviie siècle : action et publication », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 33-45.

Référence électronique

Christian Jouhaud, « Les libelles en France au xviie siècle : action et publication », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1443

Haut de page

Auteur

Christian Jouhaud

École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page