Navigation – Plan du site
DOSSIER

Libelles, brochures et propagande en Europe du XVIe au XXe siècles

Introduction
Jean-Yves Mollier et Maurice Carrez
p. 11-17

Texte intégral

1Le volume intitulé Libelles, brochures et propagande en Europe du xvie au xxe siècles présente une double originalité. La première consiste à avoir réuni et à avoir fait travailler ensemble historiens de l’époque moderne et chercheurs en histoire contemporaine, voire du temps présent. De la sorte, la mise à distance devient possible et évite de trop s’immerger dans l’illusion du neuf, de l’original, de l’inédit qui traverse tant de publications. Elle permet également de confronter des problématiques, de comparer des usages sans pour autant céder au démon de l’analogie, autre écueil à éviter. Par l’immersion dans la longue durée, ici du XVIe au XXe siècles, on peut espérer voir naître, se développer, disparaître ou se transformer des usages du libelle et de la brochure. La seconde originalité de ce volume découle de ce rassemblement de forces distinctes puisque la perspective retenue relève à la fois de l’histoire politique – l’étude des libelles et brochures comme instruments de propagande – et de l’histoire culturelle puisqu’il s’agit de comprendre la naissance de ces formes particulières d’imprimés très vite devenues des armes au service de causes et d’idéologies variables selon les époques et les lieux. De ce fait on pourrait dégager une troisième dimension de cette confrontation, celle du comparatisme mis au service de l’histoire politique et de l’histoire religieuse puisque les productions catholiques, protestantes (ou réformées), nationalistes, socialistes et communistes retiendront tour à tour l’attention du lecteur.

2De la propagande de la Ligue contemporaine de l’assassinat du duc de Guise (1563) et de celle d’Henri III (1589) aux brochures destinées par le PCF à la paysannerie sous la IVe République, le rapport peut sembler lointain et le fil bien ténu, d’autant qu’entre-temps auront été examinés les libelles du temps de la Fronde (1648-1652), le colportage religieux des évangélistes de Genève vers la France au xixe siècle, les brochures socialistes françaises, notamment fouriéristes et cabetistes de la même époque, la littérature du trottoir de la fin du siècle, nationaliste, chauvine, xénophobe et antisémite, et enfin les brochures de propagande de la social-démocratie finlandaise des années 1900-1914. Beau programme évidemment, mais touffu, divers, voire hétérogène si l’on ne prenait garde que le contenant, à défaut du contenu, demeure apparemment le même ou assez proche quand il s’agit des libelles de la Fronde ou des chansons ordurières poussées sur le pavé parisien, des tracts, illustrés ou non, rédigés par les Ligues du xvie siècle ou des brochures communistes des années 1950. Sans vouloir forcer la démonstration ni gommer les particularités de chaque époque et de chaque acteur de l’histoire, politique ou religieuse, il paraît certain qu’un volume consacré à la forme matérielle, à la fonction et aux usages du libelle et de la brochure méritait la confrontation d’historiens spécialistes de périodes distinctes et travaillant sur des problématiques nettement différenciées. De ce point de vue, la rencontre entre Bernard Delpal et François Fourn, l’un spécialiste des trappistes et du silence par conséquent, l’autre d’Étienne Cabet et du bruit fait par les premiers communistes autour du voyage texan et de l’Icarie, ne manque pas de sel, pas plus que celle de Christian Jouhaud, historien de la Fronde et des Mazarinades, et celle de l’historien qui travaille sur l’affaire Dreyfus et ses multiples facettes.

  • 1  Antoine de Baecque, Les Éclats du rire. La culture des rieurs au xviiie siècle, Paris, Calmann-Lév (...)
  • 2  Antoine de Baecque et Françoise Mélonio, Histoire culturelle de la France, T. 3, Paris, Le Seuil, (...)

3Parmi les formes matérielles de l’imprimé mis au service d’une cause, d’une morale, d’une religion ou d’une politique, voire d’une Weltanschauung, nous aurions pu choisir le tract puisqu’il apparaît avec la Réforme en Europe, même s’il est plus volontiers associé, aujourd’hui, au combat des laïcs, des républicains et même des partis de gauche qu’aux engagements des chrétiens ou des hommes de droite. De même le placard et l’affiche – de la Fronde à la Ve République –, auraient-ils pu être source de comparaisons fructueuses. Compte tenu des travaux effectués par les chercheurs ici regroupés, et de ceux publiés depuis quinze ou vingt ans, il a semblé préférable de retenir deux formes particulières d’imprimés, le libelle et la brochure. Le premier, tiré du latin libellus (petit livre), apparaît dès 1262 comme synonyme d’une requête juridique et dès 1283 comme équivalent d’un opuscule. Attesté dans un usage littéraire au milieu du xve siècle, il prend alors le sens d’un écrit court et diffamatoire à l’encontre d’un individu et il apparaît désormais, à la veille des affrontements propres aux guerres de religion, comme fixé dans son usage quasi définitif d’écrit dirigé contre quelqu’un ou un groupe et rédigé sur un ton agressif ou violent. La brochure a ceci de commun avec le libelle qu’elle est constituée d’un nombre de pages inférieur en principe aux 49 qui caractérisent le livre selon l’UNESCO, qu’elle dispose d’un format également plus réduit, plus maniable, donc aisément transportable et susceptible d’être caché. Apparue plus tardivement en français, au début du xviiie siècle, elle connaît son heure de gloire sous la Révolution française puisqu’on en recense au moins 6 000 publiées entre l’été 1788 et l’été 1791 1. Comme la chanson, qui explose en cette période, et se politise fortement, la brochure sape les bases de l’Ancien Régime et annonce la propagande moderne du xixe, voire du xxe siècle 2.

4Mélangeant l’immédiateté qui caractérise le journal – ou la rapidité d’information du lecteur, ce qui revient au même – et la charge offensive du pamphlet dont elle est proche, la brochure se veut arme d’assaut, pour ne pas dire de poing, dans le combat politique ou religieux. Dès cette époque, elle se révèle capable de mélanger des genres littéraires appréciés des lecteurs – le pastiche, la parodie, le jeu de mots, etc. – et de plaire par conséquent au public qu’elle entend mobiliser. Plus pédagogique dans son usage républicain et socialiste, du xixe au xxe siècle, elle pourra se mettre au service de l’éducation du peuple ou dénoncer des abus criants. De ce point de vue, il n’est pas inutile de rappeler que la « Lettre ouverte d’Émile Zola au Président de la République », titrée « J’accuse… ! » par Georges Clemenceau pour sa publication dans L’Aurore, avait d’abord été conçue pour être imprimée comme une brochure mais détournée, au dernier moment, vers la presse pour lui donner une force supplémentaire. De cette anecdote ou de cet exemple, on retiendra l’étonnante proximité de la brochure avec l’actualité, ce qui la rapproche à l’évidence aussi du libelle et du pamphlet, même si celui-ci possède une visée plus étroite, manichéenne par essence : abattre l’adversaire, physiquement ou symboliquement, le grotesque pouvant assurément tuer aussi efficacement que le poignard celui que l’on combat.

  • 3  Alain Boureau, « Adorations et dévorations franciscaines. Enjeux et usages des livrets hagiographi (...)
  • 4  Jean-Pierre Séguin, L’Information en France avant le périodique, Paris, Maisonneuve et Larose, 196 (...)
  • 5  Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987.

5Avant Gutenberg, le libellus avait pu revêtir d’autres habits et se prêter commodément à la rédaction des livres d’heures, des livrets et des vies de saints. C’est constater qu’il n’avait pas encore intégré dans sa définition ce caractère militant et plutôt militaire d’allure qu’il devait s’approprier au xve ou au xvie siècle et même qu’il visait plutôt à adorer qu’à brûler. Petit livre, au sens étymologique, le livret comme le livre d’heures ou la vie de saint, témoignait de la situation des esprits avant la cassure de la Réforme dans l’Europe chrétienne. Mieux même, il appartenait, dans sa phase d’éclosion et d’expansion dans les villes au xiiie siècle, à la volonté franciscaine de chanter les louanges de saint Antoine de Padoue et de perpétuer le culte que saint François d’Assise vouait à l’écrit. Lié à la dévotion jusqu’au xve siècle, le livret subit de plein fouet le choc de la Réforme et l’appropriation du livre par les protestants. Constitué comme « forme de littérature dévote » 3 du iiie au xiie siècle, le libellus échappa alors à l’Église et, du xiiie au xve siècle, il se multiplia et se sécularisa. Avec l’invention de l’imprimé, vers 1450, le livret religieux visa, en terre catholique, à favoriser le culte des saints dans leur forme ancienne, quitte à user d’arguments plus bellicistes et à préparer ainsi la transition avec le libelle ou d’autres formes d’imprimés, tel le canard qui apparut vers 1530, mais connut son heure de gloire entre 1600 et 1631 – 66 % du corpus conservé selon Jean-Pierre Séguin 4. Utilisant constamment le texte et l’image, le canard parle de crimes célèbres, d’apparitions célestes, de possessions diaboliques, de miracles ou de catastrophes naturelles. Proche de l’almanach qu’il contribua à nourrir, mais beaucoup plus petit (moins de 16 pages), il annonçait aussi en partie la littérature bleue 5.

  • 6  Jean-Marc Haydn, « The Uses of Political Pamphlets : the example of 1614-1615 », Canadian Journal (...)
  • 7  Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985.

6Pour s’y retrouver dans cette production et mettre un peu d’ordre dans nos esprits, on a demandé à David El Kenz et à Christian Jouhaud de reprendre, le premier, le dossier de la propagande (textes et images) à l’époque des combats fratricides entre protestants et catholiques, à la fin du xvie siècle, et le second, celui de la publication des libelles politiques au milieu du Grand Siècle, à l’époque de la Fronde et des Mazarinades. Avec l’affrontement entre deux « partis » religieux naît véritablement la littérature militante, même si elle demeure essentiellement centrée sur la théologie. Toutefois, comme il s’agit de flétrir l’adversaire, de le ridiculiser et de le détruire, le libelle prend sa forme moderne, presque définitive, de petit texte incisif, mordant, blessant, voire insultant, et devient une arme au service d’une cause. Très proche de l’occasionnel, il en diffère par sa plus grande inscription dans la politique du temps, ligueurs et protestants s’affrontant à coup d’imprimés vengeurs, diffamatoires ou scandaleux. On a pu recenser 870 libelles publiés à Paris entre 1585 et 1594, ce qui donne une idée de cette production nullement réservée à la capitale. Vingt ans plus tard, avec la réunion des états généraux de 1614, la production de libelles connaît une nouvelle euphorie : les 858 libelles repérés dans les bibliothèques en 1614-1615 et les 1 500 000 exemplaires, selon Roger Chartier, ayant circulé au début du xviie siècle donnent une idée de cette « conjoncture pamphlétaire » 6. Quant aux 5 000 Mazarinades repérées par Christian Jouhaud pour la période 1648-1653 7, elles traduisent la nouveauté de la période, le profane l’emportant de loin sur le sacré dans la propagande imprimée et les libelles et pamphlets voisinant avec de multiples autres formes utilisées pour l’occasion.

  • 8  Robert Darnton, Édition et séditions, trad. fr., Paris, Gallimard, 1992 ; Antoine de Baecque, La C (...)
  • 9  Antoine de Baecque, Le Corps de l’Histoire. Métaphores et politique. 1770-1800, Paris, Calmann-Lév (...)
  • 10  Jacques Valette(dir.), 1848. Les utopismes sociaux, Paris, CDU-SEDES, 1981.
  • 11  L’Ami chrétien des familles, publié à Montbéliard le 1er août 1871, estimait à 2 880 810 exemplair (...)

7Si l’on avait voulu respecter la chronologie, il eût été utile de revenir sur la fin du xviiie siècle et la décennie révolutionnaire. On se contentera ici de renvoyer aux travaux innombrables de Robert Darnton, Antoine de Baecque, Claude Langlois, Carla Hesse, Jeremy Popkin, Michel Vovelle et Annie Duprat 8, et aux colloques du bicentenaire pour rappeler l’extraordinaire floraison des brochures – plus de 6 000 avons-nous dit entre août 1788 et septembre 1791 9. Réprimée à partir de 1793, la propagande antigouvernementale le fut de nouveau par le Consulat puis l’Empire. Le décret du 5 février 1810 allait – pour 60 ans –, faire entrer la France dans le régime de l’encadrement administratif de la librairie, ce qui ne devait pas favoriser la production et la diffusion d’écrits séditieux. Nombreux en 1830-1835, mais interdits à partir des lois de septembre 1835, ils refirent leur apparition à la fin de la monarchie de Juillet et au début de la Deuxième République, ce qui explique l’intérêt de François Fourn, spécialiste de Cabet et des utopistes, pour la propagande socialiste en France après 1840. Bien connue pour leur versant saint-simonien et fouriériste grâce à la publication, en 1989, du volume de la Société d’histoire de la révolution de 1848 consacré aux Utopismes sociaux 10, elle l’est moins pour sa version communiste et, particulièrement, cabetiste. D’autres travaux ont largement balisé le terrain pour la fin du Second Empire et il n’était pas indispensable d’y revenir. Par contre, il était tout à fait opportun de s’intéresser au colportage religieux des évangélistes genevois en France au milieu du xixe siècle, ce qu’a fait Bernard Delpal en étudiant les régions de double culture, le sillon rhodanien notamment à l’époque où la London Missionary Society et la British and Foreign Bible Society répandirent des dizaines de millions de bibles dans le monde, fait qui nous rappelle utilement le caractère fondamentalement propagandiste des Églises au xixe siècle 11.

  • 12  Danielle Tartakowsky, Les premiers communistes français : formation des cadres et bolchévisation, (...)
  • 13  Serge Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste (1925-1933), thèse de d (...)
  • 14  Maurice Carrez(dir.), Les Écoles des partis ouvriers au xxe siècle, dir., Cahiers d’histoire. Revu (...)
  • 15  Jean Vigreux, Waldeck Rochet, Paris, La Dispute, 2001.
  • 16  Friedrich Engels, Principes du communisme, in Karl Marx et Friedrich Engels, Le manifeste du parti (...)

8Après le chapitre sur la littérature du trottoir qui propose des parallèles avec la propagande des xviie ou xviiie siècles, les deux derniers ensembles de textes portent sur des partis politiques modernes, fortement structurés, conscients de la nécessité d’agir et de « propagander », si on veut bien autoriser ce néologisme inspiré par la théorie de l’Agit-Prop léniniste, et donc particulièrement soucieux d’offrir de leur idéologie ou de leur politique une vision séduisante, tout en attaquant au besoin avec virulence leurs adversaires déclarés. S’appuyant entre autres sur les travaux de Danielle Tartakowsky, sur les écoles du PCF 12, de Serge Wolikow sur la IIIe Internationale 13 ou encore sur le volume coordonné par Maurice Carrez en 1999 et consacré aux Écoles des partis ouvriers au xxe siècle 14, ces interventions embrassent, la première, la propagande social-démocrate en Finlande, pays d’affrontements s’il en fut au xxe siècle, et la seconde, celle du PCF en direction des paysans à l’époque où Waldeck Rochet, auquel Jean Vigreux a consacré sa thèse 15, en était le maître d’œuvre. Cette seconde partie du volume, centrée sur les socialismes révélés à leurs sympathisants ou fidèles – d’autres diront plutôt « expliqués » aux populations laborieuses, paysannes ou ouvrières –, permettra de retrouver la volonté pédagogique propre aux divers mouvements ouvriers de la fin du xixe et de la première moitié du xxe siècle ainsi que l’agressivité inhérente aux libelles depuis l’époque moderne. Elle permettra aussi, sans doute, de retrouver des formes de propagande auparavant réservées à la religion, ce qui nous fait ressouvenir qu’avant le Manifeste du parti communiste de 1848, Marx et Engels avaient rédigé un Catéchisme communiste largement inspiré, quoique offert à la Ligue des communistes, des habitudes de la chrétienté 16. C’est d’ailleurs dans cette tension ou cette oscillation permanente du sacré au profane, du religieux au laïque (ou militant), qu’on a choisi également d’interroger le libelle et la brochure à travers les époques moderne et contemporaine en espérant que ces rapprochements entre univers trop souvent séparés permettront de nouvelles comparaisons suggestives en matière d’histoire des représentations. N’oublions pas en effet que jusqu’aux années 1950 les populations auxquelles s’adressaient les publications des partis ouvriers restaient imprégnées, surtout dans les zones rurales, d’une culture religieuse beaucoup plus forte qu’aujourd’hui. Les contemporains raisonnaient en termes plus manichéens et considéraient comme normal d’accabler l’adversaire et de magnifier leurs propres convictions. De ce point de vue, la référence implicite à l’opposition entre le bien et le mal, comme à celle entre le « nous » et les « autres », semblait correspondre à des schémas de pensée encore bien ancrés dans les consciences.

9Au bout du compte, la pertinence de l’approche comparative devrait s’imposer et justifier les choix proposés ici au lecteur, à condition toutefois, comme nous le propose Christian Jouhaud explicitement, et d’autres auteurs implicitement, de ne pas perdre de vue que le contexte particulier à chaque support de propagande est déterminant pour sa compréhension.

Haut de page

Notes

1  Antoine de Baecque, Les Éclats du rire. La culture des rieurs au xviiie siècle, Paris, Calmann-Lévy, 2000.

2  Antoine de Baecque et Françoise Mélonio, Histoire culturelle de la France, T. 3, Paris, Le Seuil, 1998.

3  Alain Boureau, « Adorations et dévorations franciscaines. Enjeux et usages des livrets hagiographiques », in Roger Chartier (dir.), Les usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, ch. I.

4  Jean-Pierre Séguin, L’Information en France avant le périodique, Paris, Maisonneuve et Larose, 1964.

5  Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1987.

6  Jean-Marc Haydn, « The Uses of Political Pamphlets : the example of 1614-1615 », Canadian Journal of History/Annales canadiennes d’Histoire, t. XXI, août 1986, p. 143-145, et Roger Chartier, « Pamphlets et gazettes », in Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, réédition, Paris, Fayard, 1990-1991, 4 vol., t. I, p. 501-526.

7  Christian Jouhaud, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985.

8  Robert Darnton, Édition et séditions, trad. fr., Paris, Gallimard, 1992 ; Antoine de Baecque, La Caricature révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988 ; Claude Langlois, La caricature contre-révolutionnaire, Paris, CNRS, 1988 ; Carla Hesse, Publishing and Cultural Politics in Revolutionnary Paris. 1789-1810, Berkeley University Press of California, 1991 ; Jeremy Popkin, Press, Revolution and Social Identities in France. 1830-1835, University Park, the Pennsylvania University Press, 2001 ; Michel Vovelle, La Révolution française. Images et récit, Paris, Livre Club Messidor, 1986, 5 vol. Annie Duprat, Les rois de papier. La caricature de Henri IV à Louis XVI, Paris, Belin, 2002.

9  Antoine de Baecque, Le Corps de l’Histoire. Métaphores et politique. 1770-1800, Paris, Calmann-Lévy, 1993.

10  Jacques Valette(dir.), 1848. Les utopismes sociaux, Paris, CDU-SEDES, 1981.

11  L’Ami chrétien des familles, publié à Montbéliard le 1er août 1871, estimait à 2 880 810 exemplaires le nombre d’imprimés religieux répandus en France entre 1830 et 1870 par ses 1 300 ou 1 400 colporteurs.

12  Danielle Tartakowsky, Les premiers communistes français : formation des cadres et bolchévisation, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1980.

13  Serge Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste (1925-1933), thèse de doctorat d’État en histoire, université Paris VIII, 1990.

14  Maurice Carrez(dir.), Les Écoles des partis ouvriers au xxe siècle, dir., Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 79, 2000.

15  Jean Vigreux, Waldeck Rochet, Paris, La Dispute, 2001.

16  Friedrich Engels, Principes du communisme, in Karl Marx et Friedrich Engels, Le manifeste du parti communiste, réédition, Paris, Messidor/Éditions sociales, 1986, p. 127-152.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Mollier et Maurice Carrez, « Libelles, brochures et propagande en Europe du XVIe au XXe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 11-17.

Référence électronique

Jean-Yves Mollier et Maurice Carrez, « Libelles, brochures et propagande en Europe du XVIe au XXe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1433

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Mollier

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Maurice Carrez

Université de Dijon, UMR 5605 Georges Chevrier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page