Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 5-8

Texte intégral

  • 1  Voir notamment les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 86, « Démocratie, pouvoirs et (...)
  • 2  Hasard des lectures ou obstination des préoccupations, le magazine Regards – tiens, en voilà un me (...)

1« Écrire pour convaincre », titre du nouveau dossier. Décidément, le point de vue devient obsédant. D’un numéro à l’autre, les Cahiers reprennent cette interrogation du pourquoi, du comment de la communication, du rapport entre le dire et la vérité dans divers contextes historiques et sociaux. Ce que dans des dossiers précédents, on a évoqué en termes de « propagande »1. Interrogation combien actuelle sur la fabrique des opinions. Plus que jamais la circulation de l’information médiatisée suscite méfiance, suspicion quant à ses financements, ses visées et dans le même temps nous confronte à son ubiquité. Inutile de se boucher les oreilles ou de se fermer les yeux : de la radio du matin au journal gratuit ramassé sur les marches du métro, l’information est sélectionnée pour nous et assénée dans les mêmes termes pour le reste de la journée. Certes, nous ne sommes pas totalement captifs. Nous le savons, nous pouvons choisir l’expression de ceux qui disent ouvertement un point de vue sur le monde et cherchent à traquer les effets de domination. Nous pouvons faire notre travail critique et débusquer les effets d’annonce, les glissements de sens, les concomitances non fortuites, les omissions. Tout cela nous tient en alerte et nous amène sans aucun doute à chercher, en tant que scientifiques, les formes de ce fonctionnement dans les sociétés d’hier 2.

  • 3  Le fameux article de Krzysztof Pomian, « Histoire et fiction » aura vingt-cinq ans cette année (K. (...)

2Par ailleurs, cette inquiétude a certainement pour nous autres historiens quelque chose de salutairement réflexif. Nous savons peut-être enfin aujourd’hui que nous sommes nous aussi des écrivant, construisant des intrigues, qui traduisent des choix, produisent des lacunes, mettent en exergue 3. Nous savons que nous aussi, écrivant, nous écrivons pour des pairs et des tiers pour lesquels nous cherchons à être convaincants, que même si notre discours vise une vérité, il ne s’agit que de vérité contextuelle, locale, vérité au sein d’un système de références.

3C’est pourquoi, diversifiant les points de vue, nous poursuivons avec opiniâtreté ce qui peut apparaître comme une enquête sur la construction des opinions collectives, et nous avons fait nôtre les réflexions rassemblées par Maurice Carrez et Jean-Yves Mollier, dans le cadre d’une journée d’étude de l’Université de Bourgogne. Ce sont les actes de cette journée, « Libelles et brochures comme instruments de propagande » qui constituent l’important dossier de ce numéro double des Cahiers. À la suite des auteurs, ils nous a paru important de prendre du champ temporel et d’interroger la pertinence des problématiques de la propagande et de la construction de l’opinion en partant de périodes précédent l’ère de la communication de masses. L’étude est par contre resserrée quant au média utilisé puisque seules sont abordées les formes de propagande par l’imprimé, et plus précisément par les formes singulières d’imprimés que sont les libelles et les brochures. Comme le rappellent les auteurs dans l’introduction du dossier, ces modes d’expression ont en commun d’être des formes brèves, visant une compréhension aisée et une diffusion rapide des idées, souvent dans le contexte de polémiques très vives.

4L’imprimé est abordé ici comme formidable outil de propagande, de diffusion des idées, dès ses premiers développements, jouant un rôle majeur dans les affrontements religieux du xvie siècle comme le montre David El Kenz. On suit ensuite son usage polémique au sein des conflits politiques du xviie siècle, usage bien connu grâce aux travaux de Christian Jouhaud qui propose dans ce dossier une réflexion synthétique sur le sujet. La production proliférante du xviiie siècle est laissée de côté (peut-être du fait de sa richesse même qui a suscité de multiples études dont les auteurs du dossier donnent quelques références dans leur introduction). Le xixe siècle amplifie ce triomphe de l’imprimé à travers des formes qui témoignent des transformations sociales du siècle : la confrontation ici de l’article de François Fourn sur le développement de la brochure didactique comme cadre de la diffusion des idées fouriéristes et de celui de Jean-Yves Mollier évoquant le renouvellement des techniques de la propagande avec « l’entrée du public dans l’ère des masses » est particulièrement éclairante. Le dossier amène ensuite l’attention sur la fonction des brochures dans la propagande partisane au xxe siècle à travers les articles de Maurice Carrez et de Jean Vigreux, étudiant l’un leur usage par la social-démocratie finlandaise au début du siècle, l’autre leur place dans le discours du PCF des années cinquante à l’adresse des paysans.

  • 4  William Guéraiche, Les femmes et la République, essai sur la répartition du pouvoir de 1943 à 1979 (...)

5Le numéro fait une large place à côté de ce dossier important, à la diversité des rubriques de la revue. Les lecteurs retrouveront dans Chantiers, l’expression de l’histoire en train de se faire à travers deux réflexions originales de jeunes historiens. Leurs approches ont en commun d’interroger à des échelles diverses la culture occidentale et plus précisément son historiographie. Jérôme Lamy s’interroge sur les raisons intellectuelles et institutionnelles qui ont amené l’histoire en France à faire difficilement place à une histoire des sciences. William Guéraiche, connu par ailleurs pour sa thèse sur les femmes dans la République4, veut quant à lui nous amener à penser en historien la question du progrès et de sa crise multiforme à la fin du xxe siècle.

6Les Cahiers poursuivent dans Aux sources de l’histoire leur enquête sur les archives, s’attachant à présenter aux lecteurs la diversité des fonds, des conditions de conservation, d’accès, les enrichissements comme les difficultés rencontrées dans ce domaine dans lequel les évolutions récentes sont considérables. La rédaction a demandé à Pascal Carreau, responsable des archives du PCF, de présenter ici l’enjeu que constitue le classement de ces fonds par l’État et leur dépôt aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis.

  • 5  Le destruction du récent livre de René Nouailhat avant même sa diffusion fournit une illustration (...)

7Les formes prises dans les sociétés contemporaines par la diffusion des savoirs historiques sont au coeur de Transmettre l’histoire. Cette articulation entre recherche et, notamment, enseignement de l’histoire n’est pas la plus aisée à analyser, tant elle n’est que partiellement pensée par les acteurs et traversée de passions sociales qui les dépassent les uns et les autres 5. La rubrique propose ici une réflexion, d’ailleurs passionnée, qui trouve sa place dans l’ensemble des débats nationaux suscités depuis quelques années par l’enseignement du fait religieux. Guylain Chevrier, à partir d’une conférence donnée au printemps dernier dans le cadre du Centre Civique d’Étude du Fait religieux, réagit aux propos de Mohammed Arkoun et fait un état des lieux des enjeux conflictuels de la signification donnée à ce désormais très médiatique «fait religieux» et à partir de là des formes à donner à son enseignement dans le cadre des programmes scolaires.

  • 6  La première partie de ce compte rendu réalisé par Guylain Chevrier figure dans le n° 89 des Cahier (...)

8Dans cette livraison des Cahiers qui fait décidément une large place à l’articulation entre histoire et enjeux de la société contemporaine, qui serre de près l’histoire comme enjeu de la société contemporaine, Débat retrouve la réflexion menée sur la fonction des médias, et notamment de l’audiovisuel, dans la formation de l’opinion, en publiant la seconde partie du compte rendu du colloque «Représentations mentales et médias» organisé au printemps dernier par l’Observatoire des Mouvements de la Société 6.

9Le lecteur trouvera donc, espérons-nous, dans ce numéro double des Cahiers la profondeur temporelle propre à l’histoire, le brassage des temps qui permet la compréhension des spécificités de chaque agencement social, en même temps que la confrontation des interrogations historiennes au surgissement des questionnements contemporains les plus vifs.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 86, « Démocratie, pouvoirs et propagande en France au xxe siècle » sous la direction de Guylain Chevrier, et n° 88, « Sport et propagande » sous la direction de Benoît Caritey et Maurice Carrez.

2  Hasard des lectures ou obstination des préoccupations, le magazine Regards – tiens, en voilà un mensuel que fait vivre une société coopérative – signale dans sa livraison de janvier 2004, la parution du premier numéro d’une nouvelle revue. Le Temps des médias, revue d’histoire bi-annuelle.

3  Le fameux article de Krzysztof Pomian, « Histoire et fiction » aura vingt-cinq ans cette année (K. Pomian, Le Débat, n° 54, avril-mars 1989, p. 114-137) ; les réflexions rassemblées par Michel de Certeau sous le titre qui sonne encore avec fraîcheur, L’écriture de l’histoire, va avoir trente ans bientôt (M. de Certeau, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1975), la première édition du livre de Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, a déjà plus de trente ans (P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971).

4  William Guéraiche, Les femmes et la République, essai sur la répartition du pouvoir de 1943 à 1979, Paris, Éditions de l’Atelier, 1999.

5  Le destruction du récent livre de René Nouailhat avant même sa diffusion fournit une illustration de l’extrême tension actuelle autour des programmes scolaires. René Nouailhat, Enseigner le fait religieux. Un défi pour la laïcité, Nathan Pédagogie, CRDP, Franche-Comté, juin 2003.

La prudence de l’inspecteur général, Dominique Borne, dans sa brève préface au livre pédagogique de Nicolle Samadi peut en fournir une autre. Nicolle Samadi, Islams, Islam. Repères culturels et historiques pour comprendre et enseigner le fait islamique, CRDP, Académie de Créteil, 2003.

6  La première partie de ce compte rendu réalisé par Guylain Chevrier figure dans le n° 89 des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique,« Les Enjeux de la mémoire. Esclavage, marronnage, commémorations », p. 119-128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 5-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 24 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1432

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page