Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Le Codhos, un collectif au service de l’histoire ouvrière et sociale

Frédéric Cépède
p. 133-141

Résumé

Du 8 au 11 septembre 2004, le CODHOS organisera à Paris, Nanterre et Roubaix le congrès de l’IALHI (International Association of Labor Institutions), association internationale qui regroupe les centres de documentation et d’archives en histoire ouvrière et sociale.

Haut de page

Texte intégral

1Pour une association créée il y a un peu plus de trois ans, cette reconnaissance peut légitimement apparaître comme une consécration rapide. D’un côté, c’est incontestablement une marque de confiance dans les capacités de ce réseau à se poser comme un interlocuteur « fédérateur » face à ses partenaires nationaux et internationaux. Mais d’un autre côté, ses membres savent que, pour une bonne part, cette responsabilité est une sorte de défi qu’il se lance.

2C’est un regard de « témoin engagé » que je voudrais jeter rapidement sur notre association, pour tenter d’en faire ressortir l’originalité et le sérieux, et montrer en quoi sa relative fragilité est aussi un atout qui peut assurer sa pérennité, voire orienter son développement.

Le Codhos, un peu d’histoire

  • 1  Michel Dreyfus, Guide des sources en histoire ouvrière et sociale, Paris, Éditions ouvrières, 1987 (...)
  • 2  Congrès du monde ouvrier. France, 1870-1940, Guide des sources, Paris, Editions Codhos, 2001, 169 (...)

3Présenter le Codhos suppose – ce qui pourra sembler un peu prétentieux pour une association aussi jeune – de revenir rapidement sur son histoire, car son succès actuel en découle. Si son acte de naissance porte la date du dépôt de ses statuts en mars 2001, sa véritable conception nous reporte deux ans plus tôt. Certes, on pourrait, à la recherche de racines plus profondes, ou de filiations plus anciennes, remonter à Jean Maitron, à l’IFHS ou au Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, à Colette Chambelland, au GEDO (Groupe d’études et de documentation en histoire ouvrière) ou au Guide des sources de Michel Dreyfus 1. Pourtant, l’idée du collectif – et de la forme qu’il devait prendre – a été lancée au cours des discussions entre membres français de l’IALHI, Françoise Blum (à l’époque au Cédias-Musée social), Rossana Vaccaro (du CHS du xxe siècle, Paris 1), Frank Veyron (BDIC), Jean-Jacques Marie (Cermtri) au congrès d’Amsterdam en 1999. Nous avons, dans notre premier travail collectif 2 présenté un rapide historique – un peu institutionnel – de notre association, et il est peut être l’heure de rendre hommage à ses pionniers. Françoise Blum, avec Rossana Vaccaro et Gilles Morin, du CHS du xxe siècle de Paris 1, ont pris l’initiative des premières rencontres, et au noyau initial, se sont associés d’autres centres parisiens (l’Institut de recherche marxiste, l’OURS, l’Institut de recherches et d’études sur la Libre pensée (IRELP), puis la Fondation Jean Jaurès) et « provinciaux » (Le centre d’histoire du travail de Nantes). Lors de nos premières rencontres, les tentatives et les initiatives de rapprochements entre centres caressées par Colette Chambelland, Michel Dreyfus ou Claude Pennetier ont été rappelées. De même, le souvenir de l’objectif de nos plus anciens prédécesseurs de regrouper en un centre, ou un lieu unique, les sources de l’histoire ouvrière et sociale était présent dans la mémoire de certains acteurs, mais, compte tenu de la réalité de la dispersion des sources et des institutions en conservant, il ne pouvait pas – si tant est que ce rêve ait jamais été une bonne idée – être question de le faire nôtre. Prenant acte de cette histoire, l’idée qui nous réunissait visait à dépasser cette dispersion en trouvant des modes de relations opératoires compatibles avec les moyens de chacun. Les rencontres individuelles, et les relations de confiance interpersonnelles, ont renforcé des évolutions générales d’autant que ce n’était pas la première fois que des rencontres de ce type étaient organisées entre les associations présentes. Certaines se retrouvaient déjà régulièrement dans des groupes de travail communs, débattant des archives syndicales (dans le cadre de l’IRES, ou à Force ouvrière), ou des archives politiques (lors de débats organisés par les Archives nationales, ou dans des séminaires universitaires), mais, cette fois, l’envie de travailler ensemble, de se fixer des buts en commun, de dépasser les pétitions de principe s’appuyait sur un groupe prêt à en assurer la dynamique.

4Le passé proche et lointain a donc, comme le contexte nouveau, pesé sur l’orientation retenue par notre collectif. Durant les années 1980-1990, la convergence de multiples facteurs a préparé le terrain et les esprits : l’arrivée de la gauche au pouvoir, les projets vite revus à la baisse en matière d’archives ouvrières et sociales avec la création du seul « Centre d’histoire du monde du travail » de Roubaix, l’intérêt croissant pour les sources de l’histoire ouvrière et sociale face à une demande sociale et universitaire accrue, même si le manque de moyens reste ici encore flagrant, les relations apaisées des archives nationales avec les centres militants, et la découverte de la complémentarité des actions des uns et des autres, la moins grande réticence de ces centres privés, politiques et militants, à l’égard des « institutions » étatiques, leur professionnalisation, l’avancée des classements, l’informatisation croissante des inventaires, Internet… autant d’éléments qui vont faciliter la mise en commun des expériences et l’envie d’aller plus loin.

  • 3  Le bureau du CODHOS est actuellement composé de 9 membres : Président : Frédéric Cépède (l’OURS) ; (...)

5Les premières discussions qui ont associé essentiellement des représentants de centres travaillant sur les archives « politiques » (archives de militants et d’organisations) ont permis de fixer le cap : échanges d’informations, mise en commun d’instruments de travail sur des thèmes précis et inventaires. Nos objectifs ont été arrêtés en fonction de leur compatibilité avec les moyens de chacun, cette activité venant s’ajouter à des contraintes déjà lourdes pour chacun des membres. La décision a donc été prise de nous rendre mutuellement service en créant des outils « transversaux », mettant à la fois en valeur les ressources propres de ses membres, et aidant les chercheurs, comme le simple lecteur, à s’y retrouver dans un véritable maquis de lieux de toutes sortes dont les ressources sont plus riches qu’on l’imagine, faute parfois d’information (ou de lisibilité extérieure). Autre aspect important : le CODHOS, visant à la mise en valeur des sources de l’histoire du mouvement ouvrier au sens large, regrouperait des institutions conservant ces sources (archives, bibliothèques, presse…) et ouverts au public. Fédération, les mandats sont détenus dans le CODHOS au nom du « centre » adhérant, chaque adhérent disposant d’une voix, mais pouvant déléguer dans les commissions ou les assemblées générales le nombre de membres de son choix 3.

  • 4  Chaque centre, dans sa spécialité (le CEDIAS pour les congrès ouvriers avant 1905, l’OURS pour les (...)

6Nos statuts ont été déposés en mars 2001 par les dix membres fondateurs. Tout en lançant notre premier travail en commun visant à recenser les débats publiés des congrès ouvriers 4 des lendemains de la Commune à 1940, nous avons pris contact dans les premiers mois de 2001 avec nos collègues des organisations syndicales (CGT, CFDT ; FO, CFTC), et avec des centres institutionnels comme le CHAN (Centre historique des archives nationales), le CAMT (centre des archives du monde du travail de Roubaix). Aussi, c’est dix-huit adhérents du Codhos qui ont participé au Guide des sources réalisé en décembre 2001 (ils se sont présentés dans le Répertoire publié dans cette publication). Notre association a bénéficié du dynamisme de Françoise Blum qui en quelques mois a su créer notre site internet (http://www.codhos.asso.fr), mettre en ligne la base de données, actualisable par chacun des membres (on y trouve aujourd’hui, pour certaines organisations, l’inventaire des sources des congrès de la création à 2004) et donner une lisibilité encore plus grande à notre Guide des sources.

  • 5  Chenove Adiamos ; Archives départementales de Seine Saint-Denis ; Archives du communisme français  (...)

7Le CODHOS a rencontré un succès rapide puisqu’un an après sa création, toutes les associations qui gèrent des archives politiques et syndicales du mouvement social y ont adhéré. Aujourd’hui il compte trente membres 5 dont plus des deux tiers participent régulièrement et activement à ses trois assemblées générales annuelles, comme au travail de ses commissions. Il sait aussi sortir d’un cadre parfois trop parisien : de Saint-Claude dans le Jura, à l’invitation de la Fraternelle, à Nantes, au Centre d’histoire du Travail, au printemps prochain, le Codhos voyage et travaille. En 2003, un étudiant de l’ENSSIB a pris notre association comme objet d’étude.

8Nos assemblées générales régulières sont l’occasion de larges échanges qui permettent d’adapter notre rythme de travail à la réalité des possibilités de chacun, sur la base de la confiance mutuelle et du volontariat. La rapide sortie de notre premier Guide nous a rendus exigeants et quelque fois très impatients. Les Commissions (numérisation, archives des fédérations, base de données, guide du militant, congrès de l’IALHI), dont l’avancement des travaux est consultable sur le site internet, définissent elles-mêmes leur programme ainsi que la périodicité de leurs réunions.

9Dans ces commissions, on échange des informations, mais surtout on expérimente de nouvelles façons de mettre en valeur nos ressources. Il ne s’agit donc pas uniquement de faire vivre l’existant, de valoriser les archives et documents conservés par chacun des membres, mais bien de proposer des outils qui dépassent le simple inventaire, et ouvrent sur une meilleure connaissance mutuelle. Gain de temps et d’énergie, quand on ne refait pas ce que les autres ont déjà archivé ou inventorié, la liste est longue de ces avancées que permet une meilleure circulation de l’information. L’expertise commune s’enrichit des expériences de chacun.

Du guide papier à la numérisation des congrès

10Arrêtons-nous un instant sur le Guide des sources des congrès du monde ouvrier, premier travail collectif entrepris par notre équipe, et sur ses prolongements. Le Codhos a été accueilli le 29 janvier 2002 au Centre historique de Archives nationales par sa directrice, Marie-Paule Arnaud, pour la présentation publique de ce Guide, fruit d’un an de travail, notamment pour l’élaboration de la grille et de la structure de présentation. Gros succès, et curiosité mêlée d’intérêt de la part de la communauté des archivistes, bibliothécaires et documentalistes. Quelques mois plus tard, Luc Courtaux et Valérie Tennière, responsables du département histoire à la BNF, présents lors de cette manifestation, nous ont fait découvrir une série de microfiches publiées sous la direction de Georges Haupt (pour les éditions Hachette en 1975) concernant « les congrès socialistes de 1876 à 1914 », soit 68 titres reproduits sur 208 microfiches. Nous avions perdu la mémoire de ce travail réalisé à partir de sources consultables au CEDIAS-Musée social et à l’OURS, entre autres. Cependant si les microfiches avaient été numérisées dans les premiers programmes de la BNF, leur consultation sur Gallica comme leur accès par les fichiers de la BNF était toute théorique. En effet, lors de recherches sur le site de la BNF, nous avions relevé que les mots clés « congrès socialiste » n’aboutissaient qu’à une trentaine de références, n’ayant parfois rien à voir avec le sujet. Il n’y a donc pas que dans nos petits centres que la mémoire des sources peut s’égarer ; à la BNF, il est parfois difficile d’avoir un accès rapide à certains types de documents, et de trouver ce qui existe vraiment. Une première réunion de travail nous a apporté la confirmation par deux praticiens expérimentés qu’un chercheur travaillant sur les congrès socialistes pouvait très bien consulter les multiples fichiers disponibles sans accéder à ces notices. Notre Guide arrivait à son heure, et déjà sa mise en ligne sur notre site ouvrait des pistes de travail. Et nous avons donc entrepris un travail d’identification des documents numérisés dans les collections de la BNF.

11Très vite, l’idée – devenue une évidence tant du côté de la BNF que pour les membres du Codhos qui s’étaient réunis pour mener à bien ce genre d’initiatives – de partir du Guide pour aboutir à la numérisation et à la mise en ligne des documents inventoriés s’est traduite dans une convention signée entre le Codhos et la Bibliothèque nationale de France en août 2003. Pour la mise en ligne, c’est un dossier sur Gallica, dont la présentation sera réalisée par le Codhos, qui constituera la porte d’entrée vers le corpus des congrès. Les documents figurant dans le Guide, mais absents des collections de la BNF, seront recherchés auprès des membres du Codhos pour être numérisés par la BNF et joints à la base de façon à la rendre le plus exhaustive possible.

12Du côté de la BNF, des contacts seront pris avec le Comité du catalogue pour envisager un programme de correction des notices dans le catalogue BN-OPALE

13Nous avons, à travers cet exemple, la traduction de l’apport du Codhos, tant à ses membres qu’à la communauté scientifique. La rapidité – puisque l’on peut espérer mener en deux ans la concrétisation de ce projet – tient au fait que la BNF a pu discuter avec un interlocuteur « unique » qui s’est engagé pour un groupe de centres concernés à des titres divers : certes, chacun à l’intérieur du Codhos (ses statuts n’ayant rien de contraignant pour ses membres, les actions étant entreprises sur la base du volontariat) reste en définitive libre de prêter ou non ses documents pour la numérisation – mais la volonté exprimée d’aboutir à une mise à disposition du public d’un corpus unique et valorisant pour chacun des centres devrait lever les dernières réticences.

14On voit comment d’un inventaire de textes nous sommes passés à une autre dimension, qui n’ignore pas d’autres développements : le projet est aussi d’intégrer progressivement à la base de données les documents d’archives (quel que soit leur nature : manuscrits, photographique, vidéo, électronique), afférent aux congrès, et ce, jusqu’au très contemporain.

  • 6  Voir les comptes rendus de cette commission sur le site.

15De même, nous aurions pu présenter le travail de la commission « archives de militants » qui met actuellement en ligne un premier état des sources qui devrait ouvrir sur une meilleure visibilité et donc une valorisation des fonds militants, sans double emploi avec les bases de données déjà existantes 6.

Le congrès de l’IALHI, un défi à relever… avant d’autres ?

16Le Codhos, en se constituant en réseau, en élaborant des catalogues collectifs, se pose en partenaire de grandes institutions nationales (Bibliothèque nationale, Archives nationales…) mais également d’institutions étrangères et internationales, qui ont aussi à un niveau plus général le souci de valoriser les archives ouvrières. De l’Institut d’histoire sociale d’Amsterdam, par exemple qui, pour et dans le cadre de l’IALHI (Association internationale des institutions en histoire ouvrière et sociale) a mis en ligne un index général des archives ouvrières, base de données où Amsterdam intègre toutes les informations bibliographiques, biographiques et archivistiques qui lui sont transmises (http://www.ialhi.org) et touchant à l’histoire ouvrière. Le Codhos peut jouer là un rôle important de relais pour ses membres et rompre l’isolement de certains « petits » centres.

17Dans ce contexte, l’organisation du congrès de l’IALHI par le Codhos – notre candidature, approuvée par notre assemblée générale dans la suite logique de la dynamique initiée en 2001, a été retenue par le 33e congrès de l’IALHI en 2002 – nous le disions, constitue un défi. Qu’un membre français de l’IALHI prenne seul l’initiative d’organiser ce congrès aurait été interprété comme une marque de défiance vis-à-vis du jeune Codhos. D’un autre côté, il faut une mobilisation générale. Le Codhos ne peut compter que sur ses membres et ses maigres forces puisqu’il ne dispose pas de structure « administrative », il n’est qu’une instance d’échanges, un porte-parole. Que quelques centres seulement s’investissent et nous aurons manqué un de nos objectifs. Mais que tous se mobilisent et qu’ensemble nous réussissions ce congrès, alors d’autres pistes peuvent s’ouvrir. La commission, animée par Éric Lafon du Musée d’histoire vivante de Montreuil, qui réalise pour le congrès de l’IALHI une exposition sur « Un siècle de représentation de l’ouvrier » à travers les affiches politiques et syndicales propose déjà des déclinaisons possibles de son travail : une exposition virtuelle, un livre, avec des articles d’historiens et de sémiologues…

18Le nombre, la représentativité toujours plus grande du Codhos sont-ils un handicap ou un levier pour son développement ? Un handicap, en diluant les initiatives dans un collectif où les rythmes des uns et des autres ne peuvent pas s’adapter faute d’une structure plus contraignante ? Les membres du Codhos ont déjà éprouvé dans quelques manifestations que l’on attendait, dans certains domaines, plus que ce qu’il était en mesure de réaliser. Il ne peut – c’est sa force et sa limite – prendre en charge que ce que ses membres ont décidé de réaliser ensemble (nous ne cessons de le rappeler), et à leur rythme. Et en aucun cas il ne peut se substituer à qui que ce soit pour imposer une direction. Pour l’heure, il n’a encore de comptes à rendre qu’à lui-même. Mais, avec ce congrès, comme avec la convention signée avec la BNF, sa dimension change. La possibilité de n’avoir, en certaines circonstances, face à des acteurs institutionnels, qu’un seul interlocuteur peut faire avancer des dossiers qui sans cela n’auraient que peu de chances d’aboutir. De même, vis-à-vis de partenaires étrangers qui connaissent mal la situation française, c’est aussi offrir un intermédiaire pour mener à bien des recherches communes. Dire cela c’est anticiper, envisager une voie possible de développement du Codhos, un des avenirs possibles. Ce réseau est un lien vivant, et joue parfois pour ses membres un rôle d’aiguillon.

19Mais rester une instance de concertation, d’échanges, en vue d’objectifs précis, et sans délégation de responsabilité, reste encore l’horizon le plus probable compte tenu de notre diversité. Ce qui n’empêche pas des membres de développer des actions entre eux ou, collectivement, de prendre goût à des projets ambitieux. Cependant, en continuant à élargir l’assise d’une association qui commence à avoir une notoriété dépassant ses capacités réelles actuelles, l’avenir du Codhos pourrait s’imaginer non plus autour de commissions internes mais de « groupes de projets » dotés de moyens et de mandats. Le champ de ses interventions ne pourrait en aucun cas concurrencer des actions déjà entreprises par ses membres. Mais on peut identifier tant d’objectifs communs, face à un besoin largement ressenti d’intéresser un plus large public à une histoire ouvrière et sociale aujourd’hui négligée, sans poser la question de la conservation – et de la prospection – des archives et des moyens financiers qu’elle suppose, qu’il faut envisager d’autres étapes. En tout état de cause, le Codhos ne peut négliger les attentes qu’il peut soulever, et s’il les rejette, cela ne pourra être qu’en toute connaissance de cause.

20L’histoire ouvrière et sociale, comme l’histoire politique, semblent moins intéresser les étudiants. Les médias, pris par la tyrannie de l’instant, et la dictature de l’audimat, ignorent bien souvent les évolutions du monde du travail : la salopette passe moins bien à l’image que les paillettes. « L’adieu à la classe ouvrière » sur fond de recul du militantisme politique et syndical, de développement de l’individualisme, voire de « ringardisation » des aventures collectives, se ressent aussi dans le choix des sujets de mémoires de maîtrise, de DEA et de thèses, les étudiants étant les principaux « visiteurs » des centres adhérents au Codhos. Une histoire culturelle mal comprise pourrait éloigner les jeunes chercheurs du « monde ouvrier », dont l’histoire conflictuelle devient de plus en plus complexe – et loin des préoccupations des étudiants – à mesure que les acteurs s’éloignent et que leur histoire n’est plus prise en charge. Mais cette histoire a tant imprégné nos modes de vie, notre vie politique, économique sociale et culturelle qu’à en négliger les racines, on risque de la rendre incompréhensible. C’est aussi une des préoccupations des membres du Codhos que de faire vivre cette mémoire à travers des sources et de contribuer à la traduire en histoire en rendant accessibles les documents.

21Le Codhos avance à son rythme, sa souplesse et la diversité des membres qui l’animent reste son atout principal. Entre archivistes « professionnels », bénévoles, documentalistes, historiens, tous spécialistes à des titres divers des fonds qu’ils conservent et valorisent, porteurs d’histoires et de cultures particulières, insérés dans des milieux politiques, syndicaux et sociaux divers, la richesse des échanges peut apporter dans bien des domaines une expertise pertinente. Car, chacun dans ses activités, pense aux archives de l’avenir, à la façon dont elles se constituent, et à ce qui pose problème : l’archivage des documents électroniques (courriels, site…). L’archivage des sites web des organisations politiques, syndicales, comme des membres du Codhos, mais aussi celui des sites et des messages électroniques liés à des événements (grèves, manifestations, pétitions, etc.), n’obéit pas actuellement à des principes encore clairement définis. Une des missions de toute première importance du Codhos devrait être de réfléchir, en collaboration avec les Archives nationales et la BNF, à des règles générales applicables à l’archivage électronique, règles générales que les propres membres du réseau pourraient être les premiers à suivre.

22C’est dire s’il y a du travail pour cette jeune association.

Haut de page

Notes

1  Michel Dreyfus, Guide des sources en histoire ouvrière et sociale, Paris, Éditions ouvrières, 1987, 297 p.

2  Congrès du monde ouvrier. France, 1870-1940, Guide des sources, Paris, Editions Codhos, 2001, 169 p.

3  Le bureau du CODHOS est actuellement composé de 9 membres : Président : Frédéric Cépède (l’OURS) ; Secrétaire : Rossana Vaccaro (CHS du xxe siècle) ; Trésorier : Nicolas Kssis (FSGT), Marie-Pierre Cordier (IHS-CGT), Marie-Geneviève Dezès (IFHS), Helga Grunenwald (CGT-FO), Pierre Levasseur (CERMTRI), Thierry Mérel (Fondation Jean-Jaurès), Françoise Pineau (Archives CFDT).

4  Chaque centre, dans sa spécialité (le CEDIAS pour les congrès ouvriers avant 1905, l’OURS pour les congrès socialistes après 1905, la bibliothèque marxiste (puis Archives du communisme) les congrès communistes…) listant les sources, les autres complétant éventuellement et indiquant les références des documents qu’ils conservent.

5  Chenove Adiamos ; Archives départementales de Seine Saint-Denis ; Archives du communisme français ; Archives du féminisme ; BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine) ; BHESS (Bibliothèque historiques des économies sociales) ; CEDIAS (Musée social) ; CHAN (Centre historique des Archives Nationales) ; CAMT (Centre des archives du monde du travail) ; CERMTRI (Centre d’études et de recherches sur les mouvements trotskiste et révolutionnaires) ; CFDT (Archives fédérales et confédérales) ; CFTC (Documentation) ; CHS (Centre d’histoire sociale du xxe siècle) ; CHT (Centre d’histoire du travail) ; CNAHES (Conservatoire national pour l’histoire de l’éducation spécialisée) ; Fondation Jean Jaurès ; Force Ouvrière ; La Fraternelle ; FSGT (Fédération sportives et gymnique du travail) ; IFHS (Institut français d’histoire sociale) ; IHS (Institut d’histoire sociale) ; IHT-CGT (Institut d’histoire sociale de la CGT) ; Institut Marc Sangnier ; IRELP (Institut de recherche et d’études sur la libre pensée) ; IRES (Institut de recherches économiques et sociales) ; IRHSES (Institut de recherches historiques sur le syndicalisme dans l’enseignements du second degré) ; L’OURS (Office universitaire de recherche socialiste) ; Mutualité française ; Musée de l’histoire vivante ; UNSA Education. Difficile de citer ici tous les membres du Codhos, grandeur et misère des œuvres collectives. C’est pourquoi nous invitons nos lecteurs à se reporter aux comptes rendus des travaux des commissions consultables sur notre site.

6  Voir les comptes rendus de cette commission sur le site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Cépède, « Le Codhos, un collectif au service de l’histoire ouvrière et sociale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 133-141.

Référence électronique

Frédéric Cépède, « Le Codhos, un collectif au service de l’histoire ouvrière et sociale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 21 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1430

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page