Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Entre France et Allemagne : grèves et mouvement ouvrier mosellans (1918-1923)

Pierre Schill
p. 115-129

Résumé

Au lendemain de la Grande Guerre, la Lorraine annexée à l’Allemagne redevient française en reprenant le nom de Moselle. Le mouvement ouvrier, socialiste et chrétien, qui s’est affirmé depuis la fin du xixe siècle, s’adapte à cette nouvelle souveraineté en s’intégrant aux organisations syndicales françaises et en animant des grèves qui, de 1919 à 1923, n’obéissent guère aux mots d’ordre nationaux. Un « particularisme » qui ira, pour les communistes au moins, jusqu’à participer au mouvement « autonomiste » alsacien-lorrain, à partir du milieu des années vingt.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France, Moselle

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Quand nous parlons d’Alsace-Lorraine, il faut donc comprendre Alsace-Moselle.

1Au lendemain de la Grande Guerre et du retour à la France, la Lorraine anciennement annexée reprenant le nom de Moselle 1, le traité de Versailles détache de l’Allemagne un Territoire de la Sarre dont l’administration devait être confiée à la future Société des nations. Même si les Sarrois se sentent dans leur majorité allemands, l’administration française doit formaliser une nouvelle fois le maintien de liens privilégiés entre la Sarre et la Moselle. Dès lors les échanges économiques et sociaux forgés depuis la fin du xviiie siècle, et particulièrement entre 1871 et 1918 au moment du développement industriel, se prolongent. Le gouvernement français décide de maintenir l’unité de destin des départements recouvrés en les dotant en mars 1919 d’un Commissariat général installé à Strasbourg et confié à l’ancien ministre socialiste Alexandre Millerand.

2C’est dans ce contexte géopolitique particulier que se redessine le mouvement ouvrier en s’intégrant aux organisations syndicales françaises et en encadrant des grèves importantes qui éclatent dès l’armistice. Mais c’est sans obéir aux logiques chronologiques et revendicatives qui marquent les temps forts des grèves nationales et dans un climat « révolutionnaire », au moment où en France tout ce qui provient de la frontière allemande est considéré avec méfiance, voire avec hostilité.

L’intégration d’un syndicalisme de type « allemand » aux organisations françaises

De l’Allemagne à la France : la renaissance syndicale au lendemain de la Première Guerre mondiale

3C’est un mouvement ouvrier déjà structuré à la fin du xixe et au début du xxe siècle qui prend contact avec le mouvement ouvrier français : l’« héritage » allemand et les pratiques d’avant-guerre expliquent la mise en place de structures d’intégration originales au sein des centrales syndicales françaises. L’idée de créer une organisation syndicale unique rassemblant l’ensemble des forces vives du mouvement ouvrier s’impose d’abord. Le souvenir de la répression patronale de la fin du xixe siècle, la coopération entre les forces syndicales socialistes et chrétiennes et les souffrances endurées pendant la Grande Guerre rendent plausible l’édification d’un syndicat unitaire, symbole de la volonté de privilégier ce qui rassemble et donc renforce la « communauté » ouvrière [Conraud, 1988, p. 61 et 65].

  • 2  La biographie des acteurs du mouvement ouvrier mosellan évoqués ici est donnée dans le Dictionnair (...)
  • 3  Rapport d’un indicateur sur la réunion du 24 décembre 1918. Archives nationales (AN) F7/13 576.

4Deux délégués des syndicats d’Alsace-Lorraine, dont Eugène Imbs 2, assistent à la commission administrative de la Confédération générale du travail (CGT) du 14 décembre 1918 pour « demander l’adhésion de leur organisation ». Ils sont à nouveau présents dix jours plus tard à une nouvelle réunion de cette instance au cours de laquelle Imbs obtient que la commission administrative de la confédération accepte l’adhésion « à des conditions spéciales » en raison de la forme ancienne des structures syndicales dans cette région et du caractère particulier de leur propagande 3. Les débats entre les délégués alsaciens-lorrains et les représentants de la CGT portent donc essentiellement sur les modalités d’intégration. Les représentants des unions locales décident d’adhérer après que Léon Jouhaux, secrétaire de la confédération, a accepté de sauvegarder leur autonomie comme il l’avait promis. Il est décidé de créer « trois groupes » de Lorraine, Haute et Basse Alsace, et de constituer des syndicats d’industries qui englobent les ouvriers respectifs de chacun de ces groupes. Les trois groupes sont, par leurs syndicats, reliés à l’Union centrale des Syndicats d’Alsace-Lorraine (USAL) dont le siège est fixé à Strasbourg et qui intègre la CGT.

  • 4  Le Courrier messin, 9 janvier 1919.
  • 5  Eugène Imbs cité par La Bataille, 7 janvier 1919.
  • 6  La France Libre, 12 janvier 1919. AN F7/13 377.
  • 7  La Vérité, 8, 10 et 13 janvier 1919. AN F7/13 377.

5Le maintien d’une large autonomie est présenté par la presse socialiste comme une préservation des « pouvoirs de la base ». Pour Imbs, l’important est d’adhérer rapidement : « nous sommes français, nous voulons adhérer immédiatement à la CGT, sans condition aucune et sans tenir compte du règlement des questions qui peuvent encore nous rattacher au syndicalisme allemand. Nous voulons remplir tous les devoirs que nous avons contractés avec la grande famille ouvrière française, quoi qu’il doive nous en coûter, pécuniairement parlant » 4. Les Alsaciens-Lorrains réussissent à conserver une certaine marge de manœuvre financière. Pour rendre effective l’adhésion à la CGT, celle-ci établira un timbre spécial : pendant une période transitoire l’USAL est exonérée de contributions. Un taux élevé de cotisation fait alors partie de la stratégie syndicale des Alsaciens-Lorrains : dès la conférence syndicale du début janvier, Imbs avait demandé le maintien des cotisations au taux en vigueur jusqu’alors afin de pouvoir continuer à assurer les « importants et précieux secours » 5. Cette particularité est présentée comme l’un des « avantages » de l’organisation syndicale des départements recouvrés où les syndicats « remplissent le rôle que nous avons en France presque entièrement abandonné aux sociétés de secours mutuels […] » 6. C’est la question des secours qui a déterminé le choix de la structure des organisations syndicales des départements recouvrés. Muller, de Strasbourg, déclare que cette question « se résume à savoir quel est le système d’organisation qui nous permettra de continuer à payer les secours à nos adhérents ». Cette question est d’autant plus délicate que les caisses des organisations alsaciennes et lorraines sont vides, puisque les fonds sont au siège central de Berlin. Plutôt que de récupérer cet argent, Jouhaux propose que les organisations françaises aident celles d’Alsace-Lorraine « afin que le paiement des secours de chômage, de maladie, etc., soit assuré ». Les délégués alsaciens-lorrains plaident pour une caisse centrale et l’abandon des caisses locales. Ce débat influe sur la question des grèves puisque le secours versé aux grévistes en dépend. Un délégué du bâtiment rappelle qu’en Allemagne les caisses locales « employaient leur argent à toutes sortes de propagandes qui n’avaient rien à faire avec la défense des intérêts économiques et corporatifs des adhérents. Elles organisaient des bals, fêtes… ; elles gaspillaient l’argent et au moment de soutenir les grèves on constatait que les caisses étaient vides ou à peu près » 7. L’argumentation est exagérée, mais elle porte.

  • 8  L’Humanité, 7 janvier 1919.

6Les syndicalistes chrétiens, nombreux en Alsace-Lorraine, désorientés par l’absence d’une centrale d’inspiration chrétienne décident eux aussi d’entrer à la CGT. Leur arrivée dans la confédération est accueillie avec beaucoup d’espoir par les artisans de leur adhésion. Ainsi Imbs salue-t-il « l’entrée des syndicats chrétiens dans la lutte commune contre le capitalisme en même temps que la fin des luttes fratricides au sein de la classe ouvrière » 8. La nouvelle d’importance est signalée par le Petit Parisien du 7 janvier 1919, qui insiste sur l’adhésion des syndicats chrétiens et la présente comme « du jamais vu en France et en Allemagne ».

  • 9  La Libre Parole, 16 février 1919. AN F7/13 377.
  • 10  L’Employé, n° 265 (janvier-mars 1919), p. 5. Archives confédérales de la CFDT, ACF1.

7Le retour à la France semble donc s’accompagner d’une unification syndicale qui s’explique par la méconnaissance des Alsaciens-Lorrains de « ce que représente la CGT » [Launay, 1986, p. 62]. L’union se révèle vite éphémère. Dès le 16 février 1919, La Libre Parole, dans « une mise au point », indique, en publiant la lettre d’un « représentant qualifié » de ces organisations, qu’il « n’est pas vrai que les Syndicats chrétiens d’Alsace-Lorraine aient adhéré à la CGT » 9. Une semaine plus tard, les militants ouvriers indépendants bâtissent une nouvelle organisation syndicale : l’Unabhängiger Gewerkschaftsbund von Elsass und Lothringen (UGB, Fédération des syndicats indépendants d’Alsace et de Lorraine (FSI) 10.

8A la base cependant, les choses ne sont pas faciles. Il faut expliquer la nouvelle orientation et affronter la mauvaise humeur de la CGT. C’est ainsi que, voulant créer un syndicat indépendant des cheminots, les militants chrétiens organisent au début du mois d’octobre 1919 une réunion publique à Montigny-lès-Metz pour justifier le départ de la CGT (voir affiche). L’assemblée de six cents personnes apprécie de manière contrastée les propos des responsables chrétiens stigmatisant les tendances « bolchevistes » de la CGT [Conraud, 1988, p. 63-64].

Le « particularisme » mosellan au sein du mouvement ouvrier français

  • 11  Elle compterait près de 5 000 membres d’après La Vie Ouvrière, 19 décembre 1919.

9Au lendemain de la guerre se met vite en place en Moselle une symbiose entre la CGT et le parti socialiste. Les animateurs des grèves se retrouvent sur la liste socialiste aux élections législatives de novembre 1919. Sur les huit candidats, sept sont secrétaires du syndicat dont la tête de liste, Charles Becker, qui dirige la CGT en Moselle et qui était candidat du SPD lors des élections au Reichstag en 1912. Il y a notamment deux représentants des mineurs, Charles Offerlé et Louis Loegel, et deux cheminots, Louis Saali et Frédéric Knecht. La liste obtient ses meilleurs scores dans les centres industriels où la CGT a été particulièrement active lors des grèves qui ont jalonné l’année 1919. Dans un département traditionnellement conservateur, cet engagement explique qu’à la fin de 1919, la fédération socialiste de la Moselle soit l’une des plus importantes de France 11 alors même que les socialistes, contrairement à l’Alsace, ne connurent guère de succès, même dans les zones industrielles, lors de la longue période d’annexion au Reich. [Roth, 1985, p. 28 et 37]. Au début des années vingt, le mouvement ouvrier socialiste a donc conforté ses deux composantes, syndicale et politique, ce qui peut être interprété comme la « survivance » d’une caractéristique politique et sociale allemande.

  • 12  Fédération nationale des Travailleurs du Sous-sol CGT, Compte rendu officiel des travaux du 35e Co (...)

10Le « particularisme » syndical mosellan apparaît également dans les débats qui agitent la fédération nationale des travailleurs du sous-sol CGT par rapport à l’attitude à tenir sur la question de l’adhésion au communisme. Le 35e congrès national se tient à Metz entre les 23 et 27 mai 1921 : la fédération voulait ainsi saluer l’arrivée, numériquement importante, des mineurs d’Alsace-Lorraine. Le congrès doit notamment se prononcer sur la motion déposée par Marcel Kirsch, successeur depuis la fin février de Charles Offerlé à la tête des mineurs CGT de Moselle, au nom des mineurs d’Alsace-Lorraine. Kirsch avait déjà réussi à la fin de l’année 1920 à écarter Charles Becker de ses responsabilités à la tête de la CGT. Les majoritaires l’accusent de vouloir faire adopter une motion favorable aux Comités syndicalistes révolutionnaires ( CSR) et à l’Internationale communiste, attaquant ainsi l’Internationale d’Amsterdam, « par ordre de Zinoviev » 12. Casimir Bartuel relève le danger de la motion Kirsch souhaitant créer des « groupes philosophiques » et rappelle que « c’est comme cela que l’Allemagne, avec ses gros effectifs syndicaux, n’a pu réaliser, obtenir les réformes que nous-mêmes avons obtenues, parce que s’étant trouvée toujours à la remorque d’un parti politique ». Sentant qu’ils n’avaient aucune chance de faire adopter leur motion, les minoritaires, derrière Marcel Kirsch et Charles Kuhn se rallient à la position majoritaire pour continuer à faire progresser leurs idées « de l’intérieur ».

  • 13  Compte rendu du congrès de Metz de la FNTSS-CGT par le commissaire central de Metz, fin mai 1921. (...)

11Les discours de deux mineurs de la Sarre vont clore le congrès. Le compte rendu officiel présente leur intervention, centrée sur l’aide apportée par les délégués ouvriers de la CGT membres du conseil d’administration des mines de la Sarre administrées par la France. Une aide qui permet aux mineurs sarrois de conserver certains avantages « allemands » que les administrateurs français voulaient réduire ou supprimer. Le mineur sarrois « adjure les délégués à ce congrès de bannir la politique du Syndicat, cause des déchirements et des querelles apportées exprès par les politiciens qui veulent se servir du Syndicat pour arriver à leurs fins, sans souci aucun des revendications ouvrières ». Une position qui conforte la majorité réformiste tandis que Marcel Kirsch, si l’on en croit les rapports de police, pensait s’appuyer sur les mineurs sarrois pour influencer le congrès en faveur des minoritaires. La tournure des événements, défavorable aux communistes a sans doute influencé le contenu de l’intervention sarroise, qui arrivant en fin des débats, peut difficilement aller à l’encontre de l’orientation adoptée par le congrès. C’est donc ici, provisoirement au moins, une victoire du syndicalisme « français » rappelant l’indépendance de la CGT sur le type « allemand » où les liens sont plus étroits avec les forces politiques. Mais Marcel Kirsch ne compte pas rester sur cette défaite. Il sort du congrès persuadé qu’il doit « multiplier les conférences » outre-Sarre car il ne « cache pas ses espérances de la répercussion qu’une agitation sarroise ne manquerait pas d’avoir dans nos milieux ouvriers alsaciens et lorrains ». Le soir même de la clôture du congrès, il en fait un compte rendu devant les responsables de la CGT mosellane et indique « avoir remporté un gros succès quoique dans sa résolution finale le congrès n’ait pas adhéré à Moscou ». Il l’explique par le fait qu’il était seul (Charles Kuhn, le représentant alsacien, ne parlant pas le français) « à soutenir la cause communiste contre de vieux syndicalistes français ». Un rapport policier indique que Marcel Kirsch a aussi affronté Charles Offerlé, qui conserve encore la charge de la trésorerie du syndicat des mineurs mosellans, et qui signale que tous les mineurs d’Alsace-Lorraine ne partagent pas les positions des minoritaires, allant même jusqu’à attaquer Marcel Kirsch en des termes assez durs : « tu n’es qu’un imbécile […], tu veux nous faire exclure, tout le monde y voit clair dans ton jeu, on te considère comme un excitateur subventionné par les Allemands » 13.

12L’Internationale communiste va permettre de maintenir vivace, au sein de la CGTU et du PC de Moselle, l’héritage culturel et politique allemand. La CGT et le parti socialiste vont devoir compter sur les forces de militants de la « France de l’intérieur » venus travailler à Metz, comme Fernand Bougros qui recrée une section de la SFIO en avril 1921. Le parcours de Charles Becker, qui est l’un des artisans de la reconstitution de la CGT en Moselle en 1922, permet quant à lui de nuancer l’idée qu’au sein de la gauche mosellane, « les socialistes, issus de la SPD et influencés par la révolution allemande, passent en bloc du côté de la Troisième Internationale » [Roth, 1985, p. 40]. Des huit candidats socialistes aux législatives de 1919, seul Frédéric Knecht joue un rôle important dans l’adhésion des militants mosellans au communisme. Les autres restent favorables au réformisme.

Des grèves à contretemps

13L’adhésion des syndicats mosellans à la CGT peut laisser penser à l’existence d’un certain degré de coordination des actions. Or, de l’armistice à 1923, la quasi-totalité des grèves qui touchent le département recouvré se déroulent à contretemps.

Les grèves de l’immédiat après-guerre (1918-1919)

14Les grèves qui touchent les houillères de Moselle en novembre 1918 et janvier 1919 se placent dans le contexte révolutionnaire de l’immédiat après-guerre et ont encore peu à voir avec le retour de la souveraineté française. Les soviets qui voient le jour dans les centres industriels du département se rattachent à l’effervescence qui touche au même moment le Luxembourg ou la Sarre.

15La première grève importante concerne les houillères de Moselle au printemps 1919. Le conflit est particulièrement rude aux Houillères de Petite-Rosselle, propriété de la famille de François de Wendel où les ouvriers cessent le travail entre le 3 avril et le 26 mai. Cette lutte contre le président du Comité des Forges porte à la fois sur des revendications salariales et sur la question de la reconnaissance du syndicat des ouvriers mineurs-CGT. Un mouvement animé par Louis Loegel, secrétaire de la CGT à la houillère mais qui ne correspond à aucun mot d’ordre national. Alors que les métallurgistes parisiens sont en grève depuis le début du mois de juin, les ouvriers de la région messine et des vallées de la Fensch et de l’Orne, où les métallurgistes étaient nombreux, organisent des actions sporadiques vite étouffées. A l’inverse des ouvriers des autres bassins miniers français, les mineurs de Moselle ne participent pas à la grève nationale lancée par leur fédération pour le 17 juin.

  • 14  Précision fournie par Roberto Bianchi, Roberto Bianchi, Lo sciopero generale internazionale del 19 (...)

16On peut relever un nouveau hiatus dans la chronologie des actions, au sujet de la grève prévue par les organisations socialistes et ouvrières françaises, italiennes et britanniques le 21 juillet pour protester contre l’intervention des Occidentaux en Russie. Alors que le mot d’ordre est finalement abandonné au niveau national le 19 juillet, et que le secrétaire régional Eugène Imbs partage cette prise de position par crainte d’attaques nationalistes, la CGT mosellane se lance dans cette grève en partie sous l’influence de ses militants « révolutionnaires » qui commencent à se faire entendre. Les Mosellans manifestent une solidarité avec la Russie bolchevique que l’on retrouve aussi en Italie, en Roumanie et dans les territoires des ex-empires allemand et austro-hongrois, mais beaucoup moins dans le reste de la France 14. Le relatif succès de cette journée, au cours de laquelle le taux de grévistes atteint 70 % dans certaines industries, s’explique par la nature du mot d’ordre lancé par la CGT mosellane : la solidarité avec la Russie est mise en retrait alors que les tracts insistent sur les difficultés économiques et « l’absence de liberté » en raison du maintien de la censure et de l’état de siège.

17Les relations entre la confédération et les militants mosellans deviennent plus étroites à partir du congrès de Lyon (15-21 septembre 1919) qui se déroule au moment où la Moselle est touchée par la grève la plus importante dans son extension depuis l’armistice. Elle touche en effet de nombreuses entreprises et voit les militants chrétiens jouer un rôle inconnu jusqu’alors. L’importance de ce mouvement, initié par les mineurs de charbon puis suivi par les autres industries, oblige les responsables régionaux de la CGT à se prononcer sur ce conflit. Ils décident, après consultation de Léon Jouhaux, d’amplifier la grève. Les délégués mosellans choisissent cependant de rester à l’écart des débats politiques qui secouent une confédération dont ils saisissent encore mal le raffinement des luttes d’influence.

18Les liens entre les ouvriers lorrains et la confédération ne se jugent pas seulement à l’aune de la participation aux mots d’ordre nationaux. Le retour de l’Alsace-Lorraine à la France et l’arrivée d’un grand nombre de salariés dans le giron de la CGT l’obligent à regarder vers l’est. Comme le note Michel Dreyfus, « la revendication d’un système généralisé d’assurances sociales » se pose d’autant plus « qu’en raison du retour des provinces perdues avec leur système de protection sociale […], il devient indispensable d’aligner l’ensemble des départements français sur le meilleur système existant, celui qui fonctionne en Alsace-Lorraine » [Dreyfus, 1995, p. 104]. La confédération, dans sa stratégie réformiste, a donc intérêt à soutenir le mouvement ouvrier mosellan.

La grève du printemps 1920

  • 15  Département de la Moselle, Situation de l’industrie minérale en 1920. Rapport du service des Mines(...)

19Si les grèves de 1919 concernent surtout les houillères, ce sont les « gueules jaunes » des mines de fer qui lancent le mouvement au début du mois d’avril 1920 pour obtenir une augmentation des salaires. Générale dans les mines de la vallée d’Algrange, la grève ne touche que 30 à 40 % des effectifs des autres mines de fer. La grève s’étend « par sympathie » aux houillères. Les usines métallurgiques sont aussi impliquées et les événements prennent à certains endroits un tour violent puisque le sous-préfet de Thionville est blessé d’un coup de couteau par des grévistes de l’usine de Knutange. La grève commence à s’étendre aux autres secteurs et notamment aux chemins de fer. L’Alsace est aussi touchée et les mineurs de Sarre particulièrement mécontents de leur faible pouvoir d’achat représentent un appoint déterminant dans la lutte qui s’engage. Le gouvernement décide d’intervenir rapidement : le ministre du Travail convoque les parlementaires, les représentants patronaux et ceux des syndicats ouvriers d’Alsace et de Moselle. L’accord du 20 avril fixe un salaire minimum pour les mines de fer. La question des houillères est réglée par une réunion de même nature en sous-préfecture de Forbach où est signé un accord fixant une indemnité de vie chère. La grève se termine à la fin du mois d’avril dans les mines de charbon et dans les premiers jours de mai dans les mines de fer 15.

20Au moment où le travail reprend en Moselle, la CGT appelle au niveau national les autres corporations à soutenir par « vagues » les cheminots déjà en grève depuis février. Ce mot d’ordre, qui concerne les mineurs à partir du 3 mai, rencontre peu d’échos et le réseau ferré d’Alsace-Lorraine fonctionne presque normalement dans sa partie mosellane, malgré l’implication de Frédéric Knecht.

La grève « solitaire » des mineurs en 1923

  • 16  Jean-Claude Poitou, 1989, Nous les mineurs 1883-1983, Fédération nationale des travailleurs du Sou (...)

21Après la scission syndicale, la grève de 1923 est emblématique de la place de la Moselle dans la jeune fédération unitaire des mineurs. On a vu qu’au congrès corporatif de 1921 c’est Marcel Kirsch qui avance les positions des partisans de Moscou. Il justifie la scission au premier congrès corporatif des unitaires à Saint-étienne (juin 1922) en dénonçant la « fourberie » et la « duplicité » des dirigeants de la fédération de la rue Lafayette 16. La fédération unitaire lance un mot d’ordre de grève le 16 février 1923 qui rencontre peu d’échos après que la fédération CGT des mineurs, la plus puissante, a appelé à la reprise du travail. Les mineurs de Moselle, menés par Marcel Kirsch, et de Sarre se retrouvent à nouveau seuls dans la grève. Comment l’expliquer ?

  • 17  Pour l’essentiel sur cette grève voir Michel Ruhl et Chip Buchheit, « 1923 en Moselle : ‘‘Rauhe Wi (...)

22A l’automne 1922, les mineurs indépendants et unitaires réussissent à adopter une plate-forme revendicative commune portant notamment sur l’augmentation des salaires et la question des droits syndicaux. La cessation du travail est prévue au début de l’année 1923 si les revendications ne sont pas satisfaites 17.

23Reprenant une stratégie utilisée dès 1919, les responsables unitaires multiplient au même moment les contacts avec les mineurs sarrois, pour devenir ensemble les fers de lance de la « révolution mondiale ». Des liens d’autant plus faciles à nouer que les mineurs mosellans et sarrois appartenaient jusqu’à l’armistice à la même organisation syndicale et que la frontière n’était guère surveillée au début des années vingt.

  • 18  Biographie d’Albert Treint par Michel Dreyfus dans José Gotovitch et Mikhaïl Narinski (direction), (...)
  • 19  Pierre Broué, 1997, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1943), Paris, Fayard, p. 296.

24Les mineurs peuvent espérer le soutien de la conférence internationale réunissant les PC occidentaux du 6 au 9 janvier 1923 à Essen, à laquelle participe la CGTU. Aux côtés de Marcel Cachin figurent les communistes alsaciens-lorrains les mieux informés sur l’état du mouvement ouvrier : on retrouve en effet dans la délégation Marcel Kirsch et l’Alsacien Charles Hueber 18, qui avait animé en 1920 la grève quasi générale aux houillères de Sarre et Moselle à Merlebach (voir photographie du meeting du 24 avril). Cette conférence est censée préparer « le terrain pour une lutte qui serait menée à la fois contre Poincaré et contre Cuno, contre Stinnes et contre le Comité des Forges » 19. C’est bien comme cela qu’elle est présentée dans la presse. Mais la crise de la Ruhr, avec le Lorrain Poincaré sur le devant de la scène, va en fait compliquer la tâche des mineurs. Les responsables unitaires n’auront de cesse de déclarer que leurs revendications ne sont que professionnelles et qu’ils n’ont pas de visées politiques. Difficile de résister à l’accusation récurrente de faire le jeu de l’Allemagne au détriment de la mère patrie à peine retrouvée. D’autant que si la question nationale, frein aux mouvements revendicatifs pendant la guerre, ne semble plus être un obstacle aux yeux des dirigeants de la CGT depuis 1919, elle reste, depuis l’armistice, un sujet particulièrement sensible dans les départements recouvrés [Schill, 2001].

  • 20  Pierre Schill, « Le lien défait : les renvois d’ouvriers dans les mines de charbon de Moselle aprè (...)

25La grève démarre finalement en Sarre au début du mois de février et touche rapidement les houillères de Petite-Rosselle, de Merlebach et de Creutzwald. Elle dure jusqu’au 5 avril sans que les grévistes réussissent à faire fléchir des directions qui opposent un front uni. Le travail reprend dans les premiers jours d’avril et scelle la division du mouvement ouvrier : depuis la fin mars, les responsables du syndicat chrétien tentent secrètement d’organiser leur sortie de la grève tout en essayant de faire endosser l’échec de la lutte à la CGTU. La répression patronale sera la plus dure qu’ait connue le mouvement ouvrier lorrain depuis la fin du xixe siècle 20.

26L’échec de la grève sonne comme celui de son principal instigateur, Marcel Kirsch, qui est sévèrement mis en cause par Friedrich Liebrich, responsable de la CGTU en Moselle (voir photographie). Mais il montre également que malgré l’hégémonie communiste sur le mouvement ouvrier, le temps n’est plus à un syndicalisme entièrement dépendant du parti. L’échec et la répression de la grève de 1923 vont durablement affaiblir la CGTU et le PC mosellan et permettre l’affirmation du syndicalisme chrétien et la renaissance de la CGT. Ce revers représente pour les communistes mosellans l’équivalent de l’échec des minoritaires dans le conflit qui toucha les chemins de fer au printemps 1920 : avec l’objectif d’être les « bons élèves » de l’IC, dans un contexte encore révolutionnaire en Allemagne, les militants mosellans ont surévalué leurs capacités de mobilisation tout en sous-estimant leur isolement et la résistance patronale, dans un contexte politique rendu peu favorable par l’occupation de la Ruhr.

27Le décalage chronologique semble ainsi montrer un département mosellan à « l’avant-garde » de la lutte : en 1919, en 1920 et en 1923, les ouvriers, avec au premier rang d’entre eux les mineurs, y sont toujours en grève quelques semaines avant leurs camarades de la France « de l’intérieur ». Le seul moment de véritable « symbiose » semble être les manifestations du 1er mai 1919 : elles sont massives à Metz et dans les centres industriels du fer et du charbon. Tandis qu’en France ce sont les métallurgistes ou les cheminots qui sont à la pointe du combat, ce sont en Moselle les mineurs, corporation singulière du mouvement ouvrier plus attentive à la situation dans les autres bassins miniers de France ou de l’étranger qu’à celle des autres ouvriers. Dans la configuration politique particulière du bassin houiller sarro-lorrain, et pour la Moselle dans son ensemble, « l’interaction des facteurs nationaux et internationaux » s’avère être depuis la fin de la guerre « un accélérateur des grèves particulièrement efficace » [Dreyfus, 1995, p. 101]. L’intransigeance patronale, constante entre l’armistice et 1923, est aussi à la source de l’activisme ouvrier. Une posture qui s’appuie sur l’archaïsme des relations sociales au sein des entreprises de la dynastie de Wendel qui, outre ses houillères, contrôle de nombreuses mines de fer et d’importantes usines métallurgiques lorraines.

28Au milieu des années vingt, conscients que le département ne sera plus le « pont rouge » de la Révolution vers la France, les militants communistes mosellans sont gagnés par la tentation de l’autonomisme. Au moment où le gouvernement met fin au statut particulier accordé aux départements recouvrés, cette position peut s’expliquer par leurs attaches culturelles, mais s’appuie aussi sur le vécu du mouvement ouvrier mosellan depuis la fin de la guerre. Ils ont peu profité de leur adhésion à une CGT en pleine crise identitaire et politique, puis de leur activisme au sein des Unitaires. Un mouvement alors marqué par l’échec et la répression de la grève « solitaire » de 1923 où l’engagement obéissait d’abord aux attentes de l’Internationale communiste. Les militants mosellans sont ainsi déchirés par les divisions qui touchent l’ensemble du mouvement ouvrier européen vis-à-vis de la Révolution russe. Dès lors, pour tenter de dépasser ces difficultés, la tentation est forte pour les communistes d’approuver l’autonomisme, même s’il faut y côtoyer une frange de la droite et se placer dans le sillage de l’Alsace. Opposés aux positions « assimilationnistes » de la SFIO, mais à nouveau en phase avec la population, les communistes mosellans vont y gagner deux députés : en 1928, Émile Béron est élu dans le pays du fer et Victor Doeblé dans le bassin houiller. Il faudra attendre l’arrivée au pouvoir d’Hitler, le rattachement de la Sarre au Reich en janvier 1935, et les prodromes du Front populaire pour que les communistes mosellans, à l’inverse de certains communistes autonomistes alsaciens, regardent à nouveau sans équivoque vers la France. Avec la Seconde Guerre mondiale viendra une nouvelle annexion et l’engagement d’une partie du monde ouvrier dans la Résistance. Entre France et Allemagne, c’est encore une fois l’expérience de la guerre, la troisième en moins d’un siècle, qui va déterminer le destin du mouvement ouvrier mosellan.

Annexes

Affiche annonçant la réunion publique des cheminots indépendants le 5 octobre 1919 à Montigny-lès-Metz

(Source : Archives départementales de la Moselle 301 M 83-84)

29(Warum verlassen wir die C.G.T. ? peut se traduire par : « Pourquoi quittons-nous la C.G.T. ? »)

30

Friedrich Wilhelm Liebrich lors d’un meeting à Sarreguemines en août 1925, s’adressant aux mineurs et aux ouvriers de la cité de la faïence

(Collection Pierre Schill)

31Frédéric Liebrich joue un rôle important, au début des années vingt, dans l’implantation du communisme en Moselle. En mars 1921, il succède à Charles Becker à la tête de l’Union des syndicats CGT. Il joue ensuite un rôle déterminant dans l’adhésion à la IIIe Internationale. Homme instruit, auteur de pièces de théâtre, il est un excellent orateur mais Marcel Kirsch lui reproche de ne pas toujours savoir se mettre à la portée de son auditoire. Frédéric Liebrich critique la gestion de la grève de février 1923 par le leader unitaire qu’il tente de mettre en minorité, sans succès, au congrès départemental de la CGTU à la fin de l’année 1923. Il figure parmi les signataires du manifeste autonomiste du Heimatbund qui paraît le 7 juin 1926 dans L’Humanité d’Alsace-Lorraine.

Meeting de la CGT à Merlebach le 24 avril 1920 lors de la grande grève des mineurs des houillères de Sarre et Moselle

(Photographie prise par un fonctionnaire des renseignements rattaché à la sous-préfecture de Forbach. Collection Pierre Schill)

32Parmi les orateurs de ce meeting figure Charles Hueber (n° 1). Né en 1883 en Alsace, il est formé à l’école socialiste allemande et participe à la « révolution » de 1918, avant de devenir conseiller municipal de Strasbourg en 1919. Dirigeant de premier plan en Alsace-Lorraine, il anime de nombreuses grèves en Moselle, dont celle des mineurs de charbon au printemps 1920. Premier secrétaire de la fédération communiste du Bas-Rhin, il assiste à la conférence communiste d’Essen en janvier 1923. Arrêté à son retour, il est incarcéré à la prison de la Santé à Paris. Il joue un rôle important dans l’adhésion, à partir de 1925, des communistes d’Alsace-Moselle aux thèses « autonomistes ».

33Le n° 2 est Louis Wagner, secrétaire du syndicat des ouvriers mineurs CGT à Merlebach.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

– Conraud J.-M., 1988, Militants au travail : CFTC et CFDT dans le mouvement ouvrier lorrain (1890-1965), Metz-Nancy, Éditions Serpenoise-Presses Universitaires de Nancy.

– Dreyfus M., 1995, Histoire de la CGT, Bruxelles, Éditions Complexes.

– Herrmann H.-W., 1990, Das Saarrevier zwischen Reichsgründung und Kriegsende (1871-1918), Saarbrücken, SDV Gmbh.

– Launay M., 1986, La CFTC. Origines et développement (1919-1940), Paris, Publications de la Sorbonne.

– Mallmann K.-M., 1995, « Syndikalismus in der Provinz. Zur Geschischte der “Freien Arbeiter-Union Deutschland (FAUD)” 1919-1935 », dans Haubrichs W. et alii. (direction), Zwischen Saar und Mosel, Saarbrücken, SDV Gmbh, p. 381-388.

– Mourer R., 1987, Aspects de l’histoire syndicale dans le bassin houiller, Freyming-Merlebach, Centre de culture minière.

– Roth F., 1976, La Lorraine annexée. Étude sur la Présidence de Lorraine dans l’Empire allemand (1870-1918), Thèse de Doctorat ès lettres (1973), Université de Nancy II, 765 p.

– Roth F., 1985, La vie politique en Lorraine au xxe siècle, Nancy-Metz, Presses Universitaires de Nancy-Éditions Serpenoise.

– Schill P., 1997, Les grèves de l’immédiat après-guerre dans les mines de charbon de Moselle (1918-1919), DEA d’histoire (direction Serge Wolikow), Université de Bourgogne, 277p. et 34 p. d’annexes.

– Schill P., 2001, « Les mineurs allemands des houillères de Moselle et la grève au lendemain de la Première Guerre mondiale (1918-1919) : des ‘‘gréviculteurs boches’’ contre la France ? », p. 311-330, dans Hudemann R. et Wahl A. (direction), La Lorraine et la Sarre depuis 1871 : perspectives transfrontalières, Metz, Centre de recherche histoire et civilisation de l’Université de Metz, n° 23.

– Strauss L., 1972, « Les militants alsaciens et lorrains et les rapports entre les mouvements ouvriers français et allemands entre 1900 et 1923 », Revue d’Allemagne, tome 4, p. 465-479.

– Strauss L., 1986, « Syndicalisme des salariés », Encyclopédie de l’Alsace (vol. 12), Strasbourg, Éditions Publitotal, p. 7213-7216.

Haut de page

Notes

1  Quand nous parlons d’Alsace-Lorraine, il faut donc comprendre Alsace-Moselle.

2  La biographie des acteurs du mouvement ouvrier mosellan évoqués ici est donnée dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (Le Maitron) pour la période de l’entre-deux-guerres. Des compléments seront apportés dans les éditions à paraître du Dictionnaire. Pour les cheminots, se reporter à la version Cd-rom (à paraître) du dictionnaire corporatif paru en octobre 2003 aux Éditions de l’Atelier sous la direction de Marie-Louise Goergen.

3  Rapport d’un indicateur sur la réunion du 24 décembre 1918. Archives nationales (AN) F7/13 576.

4  Le Courrier messin, 9 janvier 1919.

5  Eugène Imbs cité par La Bataille, 7 janvier 1919.

6  La France Libre, 12 janvier 1919. AN F7/13 377.

7  La Vérité, 8, 10 et 13 janvier 1919. AN F7/13 377.

8  L’Humanité, 7 janvier 1919.

9  La Libre Parole, 16 février 1919. AN F7/13 377.

10  L’Employé, n° 265 (janvier-mars 1919), p. 5. Archives confédérales de la CFDT, ACF1.

11  Elle compterait près de 5 000 membres d’après La Vie Ouvrière, 19 décembre 1919.

12  Fédération nationale des Travailleurs du Sous-sol CGT, Compte rendu officiel des travaux du 35e Congrès national corporatif tenu à Metz (23-27 mai 1921), p. 29.

13  Compte rendu du congrès de Metz de la FNTSS-CGT par le commissaire central de Metz, fin mai 1921. Archives départementales de la Moselle, 301 M 86.

14  Précision fournie par Roberto Bianchi, Roberto Bianchi, Lo sciopero generale internazionale del 1919, Università di Firenze, 2003.

15  Département de la Moselle, Situation de l’industrie minérale en 1920. Rapport du service des Mines, 1921, p. 47 et 48.

16  Jean-Claude Poitou, 1989, Nous les mineurs 1883-1983, Fédération nationale des travailleurs du Sous-sol CGT, p. 86.

17  Pour l’essentiel sur cette grève voir Michel Ruhl et Chip Buchheit, « 1923 en Moselle : ‘‘Rauhe Winde wehen von Osten’’ (des vents rudes soufflent de l’est) », Les Cahiers de l’Institut d’Histoire Sociale Minière, n° 19, février 2000 et n° 20, juin 2000.

18  Biographie d’Albert Treint par Michel Dreyfus dans José Gotovitch et Mikhaïl Narinski (direction), 2001, Komintern, L’histoire et les hommes. Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste, Paris, Éditions de l’Atelier, p. 550.

19  Pierre Broué, 1997, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1943), Paris, Fayard, p. 296.

20  Pierre Schill, « Le lien défait : les renvois d’ouvriers dans les mines de charbon de Moselle après la grève du printemps 1923 », Revue internationale des relations de travail (revue de l’Université du Québec à Trois-Rivières), vol. 1, n° 4, décembre 2003, p. 32-49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Schill, « Entre France et Allemagne : grèves et mouvement ouvrier mosellans (1918-1923) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 115-129.

Référence électronique

Pierre Schill, « Entre France et Allemagne : grèves et mouvement ouvrier mosellans (1918-1923) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1426

Haut de page

Auteur

Pierre Schill

Professeur d’histoire-géographie à Montpellier, collaborateur du Maitron

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page