Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

À Pierre Lévêque, au savant et à l’ami

Antonio Gonzales
p. 143-145

Résumé

À la suite du décès de Pierre Lévêque ce mois de mars 2004, les Cahiers d’histoire ont souhaité lui rendre hommage en donnant la parole l’un de ses anciens élèves et collègues de l’Université de Franche-Comté.

Haut de page

Texte intégral

1Rendre hommage à Pierre Lévêque ici et maintenant peut paraître étonnant et tardif. Après les revues nécrologiques et les hommages multiples que lui ont consacrés de très nombreux collègues à travers la presse et les autres médias, je rendrai compte, dans les lignes qui suivent, d’un témoignage personnel qui doit être, me semble-t-il, représentatif de cette relation particulière que de jeunes chercheurs pouvaient avoir avec Pierre lorsque, encore au seuil de ce qui allait devenir notre métier, nous rêvions l’Antiquité. Pour le reste tout a été dit et écrit, y compris par nous lors de deux cérémonies d’hommage, l’une à Paris le 19 mars et l’autre à Besançon le 9 avril 2004.

2Avec la disparition de Pierre Lévêque, survenue le 5 mars 2004, c’est une part de l’humanisme enjoué qui nous abandonne aux aléas et aux tourments d’une civilisation qui renie plus ou moins franchement ses bases culturelles pour s’enfoncer dans un consumérisme qui n’a rien à voir avec l’hédonisme intellectuel que prônait ce savant et ce professeur émérite au sens le plus noble du terme et non avec lequel l’institution universitaire met fin brutalement parfois à la carrière et à la fécondité d’une pensée toujours en appétit.

3Pour les chercheurs de ma génération, Pierre Lévêque fut d’abord le nom de l’auteur de l’Aventure grecque, livre qui dépasse le cadre du grand manuel pourconforter chez de jeunes étudiants l’envie d’aller plus loin dans la connaissance de ce monde grec qu’il savait si impétueusement mettre à portée de nos esprits encore embués par les songes de l’enfance et de l’adolescence. Il perpétuait le rêve tout en nous faisant acquérir les outils de la connaissance rationnelle de cette civilisation hors du commun. Nous nous sentions d’ailleurs hors du commun tant son savoir, sa pédagogie et la richesse de son langage tour à tour savant et poétique nous distinguaient. Nous allions suivre les cours de Pierre Lévêque avec une certaine forme de religiosité et de ferveur mêlées. Ce fut une grande initiation qui passa par des lectures fondatrices comme Clisthène l’Athénien écrit avec Pierre Vidal-Naquet, les Grandes Divinités de la Grèce avec Louis Séchan ou encore Empires et Barbaries qui soulignent l’envergure intellectuel du savant. Il a su depuis ces grands livres nous plonger dans les abîmes de l’âme humaine avec Bêtes, dieux et hommes ou dans les mystères de la fondation religieuse avec Colère, sexe et rire, livre sur le Japon antique et le comparatisme religieux, ou encore nous étonner avec ce livre, les Grenouilles dans l’Antiquité, fruit d’une certaine angoisse face à l’éblouissement que procure la nature.

4Puis vinrent les années de formation à la recherche durant lesquelles il donna accès à certains d’entre nous à la revue des Dialogues d’Histoire Ancienne qu’il avait fondée avec son épouse et collègue Monique Clavel-Lévêque. Le premier article de ma part qu’il accepta de publier fut l’occasion de découvrir une autre facette du savant. Je m’intéressais alors au mythe de l’Atlantide et à ses multiples versions littéraires et cinématographiques. Il discuta avec moi, pied à pied, des hypothèses et des choix que je faisais, mais toujours avec sagesse et amabilité, m’offrant ainsi un modèle du savant, gardien du savoir et ouvreur de nouvelles pistes de recherche. Aucune thématique ne le laissait indifférent, ce qui contribua à lui attirer de nombreux étudiants touchés par son charisme et par son ouverture d’esprit qu’il avait pu manifester dans de nombreuses occasions tant intellectuelles que politiques et syndicales.

5C’est cet homme prodigue qui, en compagnie de Monique Clavel-Lévêque, m’ouvrit les portes du Centre d’Histoire Ancienne, avant que celui-ci ne devienne l’Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité. J’ai pu y forger les outils méthodologiques et scientifiques qui me permettent aujourd’hui d’être autonome intellectuellement et de favoriser à mon tour l’éclosion de jeunes chercheurs que j’espère talentueux. Cette croyance en l’avenir je la dois à Pierre Lévêque et à Monique Clavel-Lévêque que je ne peux pas oublier dans cet hommage. Ce couple à la ville fut aussi un couple scientifique qui conjointement multiplièrent leurs énergies propres pour donner au centre de recherche qu’ils avaient créé la force et l’imagination intellectuelle nécessaires pour la défense de la culture antique envisagée avec le regard critique qui est nécessaire lorsqu’on s’intéresse à des sociétés qui revendiquaient l’inégalité comme fondation de la cité.

6La disparition de Pierre Lévêque nous laisse en partie orphelins, mais en partie seulement car avec Monique Clavel-Lévêque demeure l’esprit de l’entreprise qu’ils avaient initiée. Pour nombre d’entre nous c’est un maître et un ami qui disparaît. Pourtant j’ai envie de dire que son départ n’en est pas un et que son héritage intellectuel est toujours sensible dans la vie de l’équipe avec laquelle il travailla et dans la revue qu’il fonda et dirigea pendant de longues années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Gonzales, « À Pierre Lévêque, au savant et à l’ami », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 143-145.

Référence électronique

Antonio Gonzales, « À Pierre Lévêque, au savant et à l’ami », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1425

Haut de page

Auteur

Antonio Gonzales

Professeur d’histoire romaine à l’Université de Franche-Comté, Directeur de l’Institut des Sciences et technique de l’Antiquité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page