Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les journalistes de L’Humanité face à la guerre d’Irak de 2003

Jean-Marie Charon
p. 103-112

Résumé

Cet article propose d’étudier la façon dont le quotidien communiste traite de la guerre en Irak avec les moyens dont il dispose, alors que les journaux français partagent globalement des positions similaires quant au conflit à venir.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir sur ce point, (sous la direction de) Jean-Marie Charon et Arnaud Mercier, « Armes de communic (...)
  • 2  Celle-ci comportait un visuel réalisé par un groupe de graphistes italiens opposés à la guerre, qu (...)

1Le traitement de la crise qui devait conduire à la guerre d’Irak de 2003, puis le suivi de cette dernière par la presse française dans son ensemble, fut dominé au minimum par le scepticisme, le plus souvent par une réserve critique. Dans ce positionnement assez consensuel, qui n’est sans doute pas étranger au fait que le gouvernement français s’était lui-même déclaré hostile 1 à cette intervention militaire, L’Humanité occupe une place à part que résume assez bien la vignette 2 qui annonçait chaque page consacrée à l’événement, dont le titre était sans ambiguïté : « Non à la guerre ». C’est-à-dire que la rédaction n’entendait pas simplement proposer une analyse mettant en évidence chaque invraisemblance ou impasse de la démarche américaine, mais bien affirmer explicitement une position d’opposition de principe à la guerre. Non que le journal aurait par là marqué une forme de soutien au régime de Saddam Hussein, décrit comme une dictature, mais en tant qu’opposition de fond à une entreprise qualifiée « d’impérialiste » conduite par une équipe politique et plus particulièrement un homme : George W. Bush. D’où le bandeau qui va apparaître, dès le 25 mars, en haut de chaque page traitant du conflit : « La guerre de Bush ».

2L’opposition de L’Humanité à cette guerre, au-delà de la dénonciation d’une entreprise d’appropriation des ressources, essentiellement pétrolières, du pays, entend d’abord se fonder sur la solidarité à l’égard d’une population civile déjà meurtrie par la guerre de 1991, subissant les privations découlant d’un embargo de plus de dix ans, ainsi que le joug d’un régime brutal. Le présent article se propose d’analyser la traduction de ce positionnement dans le contenu du journal lui-même tout au long des quelques semaines où la crise irakienne atteignit son apogée, pour entrer ensuite dans la phase active de la guerre. Il s’agira d’aborder successivement le choix du dispositif rédactionnel, la structure éditoriale extrêmement stable, le rôle du visuel, l’argumentation proprement dite, pour conclure sur la question du rôle de la presse d’opinion face à ce type d’événement.

Le choix d’un dispositif

  • 3  Auxquels il faut rajouter les secrétaires de rédaction.

3Dans une rédaction aux effectifs (65 journalistes écrivant) 3 et moyens désormais relativement modestes, L’Humanité va consacrer une place substantielle à la guerre d’Irak : le 21 mars, lendemain du déclenchement des hostilités, ce sont pas moins de quinze pages du journal, alors que dans sa formule actuelle il en comporte 24. Celles-ci sont alors identifiées par un bandeau commun « Spécial guerre », le coin haut de chacune des pages de gauche reprenant la petite vignette « Non à la guerre ». Le lendemain, la structure de L’Humanité Hebdo est également bouleversée pour offrir 14 pages « Spécial guerre ». Puis durant toute la phase active de la guerre, ce sont en moyenne six pages, dont à chaque fois la « une », la page de l’éditorial, qui reviennent à l’événement. Il est traité sur un mode extrêmement dramatisé, le choix du visuel contribuant particulièrement à cette dramatisation.

  • 4  Dominique Bari avait été envoyé à Téhéran pour tenter de compléter la vision notamment vis-à-vis d (...)
  • 5  Ou journalistes « embarqués » intégrés dans des unités militaires, ayant signé un document précisa (...)
  • 6  Journalistes ayant fait le choix de travailler sur place en dehors des unités combattantes, utilis (...)
  • 7  Pour reprendre l’expression de François d’Alançon, grand reporter à La Croix, dans sa contribution (...)
  • 8  Sur statut de pigiste plus ou moins régulier, voire quasiment « militant » dans certains cas, selo (...)
  • 9  Il s’agit essentiellement de cartes de la région, le plus souvent uniquement de l’Irak, réalisées (...)

4En terme de moyens et d’affectation de ceux-ci, l’effort fait par le journal confirme le point de vue adopté : les envoyés spéciaux sont à Bagdad, Damas, voire en Téhéran, même si cette tentative sera abandonnée 4, faute d’être opérationnelle. Il n’y a donc ni embedded 5, ni « unilatéraux » 6, accompagnant le « road-movie » 7 des troupes de la coalition. Conséquences tirées des observations faites lors de la première du Golfe, modestie des moyens et effectifs rédactionnels, invoque la rédaction en chef. L’argument est tout à fait recevable. Il n’empêche qu’il est en cohérence complète avec l’orientation générale du journal. Au total ce seront une bonne vingtaine de journalistes qui seront mobilisés par la couverture de la guerre. Parmi ceux-ci trois seront vraiment sur le terrain. Les autres sont les correspondants permanents et surtout « particuliers » 8 situés dans la région (Moyen-Orient) ou les principaux pays concernés (États-Unis, Royaume-Uni, Bruxelles pour le siège de l’Union européenne). Quatre éditorialistes vont se relayer jour après jour, alors même que le service étranger fournit l’essentiel de l’analyse géostratégique de l’événement, comme le suivi des opérations sur le terrain. Il ne manquera même pas les journalistes médias qui tour à tour décoderont le travail de leurs confrères des différents moyens d’information. En revanche autant le journal donnera une place de choix au visuel, autant il sera sur ce point dépendant de moyens extérieurs, essentiellement les grandes agences internationales pour la photo et pour l’infographie, peu présente et très discrète 9.

Une structure éditoriale très stable

5Durant toute la guerre et les quelques jours de la crise qui monte en crescendo, la structure éditoriale que va adopter L’Humanité ne va pas varier. Elle est évidemment très cohérente avec le point de vue adopté par le journal, même si certaines habitudes ou certains réflexes peuvent avoir joué ici ou là dans la manière de montrer ou qualifier certains des acteurs du drame :

6En premier lieu, le journal s’ouvre sur une « une » affiche, dans laquelle dominent une photographie pleine page, souvent très forte et impressionnante (vieillard ensanglanté) et un titre choc, dont le plus sobre sera le « STOP » du 22-23 mars. Dans l’ensemble ces unes sont beaucoup plus dépouillées que celles proposées habituellement par le journal : une seule photo – un titre (éventuellement complété d’un sous-titre). La tonalité des « unes » est explicitement et fortement engagée, appelant l’émotion, plutôt qu’informative.

7La page deux, « L’essentiel du jour », faite de textes courts, est illustrée d’une photo en haut à gauche, qui pratiquement chaque jour va être consacrée aux combats ou mouvements sur le terrain. Elles ont pour originalité de ne montrer que des soldats, matériels, troupes de la coalition dans une posture de force, de puissance, de domination et d’agressivité : colonnes de char à l’infini, soldat tirant au fusil, bombes ou missiles explosant, soldats américains gardant un groupe de prisonniers irakiens agenouillés (déjà !), etc. Le contraste entre la photo de une mettant, le plus souvent, en scène les victimes de la guerre et cette photo de « l’essentiel du jour » où s’affiche la puissance des troupes de la coalition est frappant et signifiant tant le thème de l’injuste déséquilibre des forces et des moyens est un thème qui traverse l’analyse de l’événement.

8La page trois est celle de l’éditorial dans laquelle s’exprime logiquement la position de la rédaction et que marquent bien les différents titres de ceux-ci : « De quoi demain ? » (Jean-Emmanuel Ducoin) ; « Froid dans le dos » (Pierre Laurent) ; « Les désastres » (Claude Cabanes) ; « Qui veut-on effrayer ? » (Pierre Laurent) ; « La ville martyre » (Claude Cabanes) ; « Guerre perpétuelle » (Jean-Emmanuel Ducoin), etc. Éditoriaux et « une » se répondent ou se confortent mutuellement, fournissant le sens général, sachant que sortant de la page 3 s’ouvrent les pages plus spécialement consacrées à l’événement. Celles-ci vont comporter selon la période les bandeaux : « Refusons la guerre », « spécial guerre », puis « La guerre de Bush ».

  • 10  Pierre Richard, Michael Moore, Jean Ferrat, Axelle Red, Manuel Vasquez Montalban, Eduardo Galéano… (...)
  • 11  Tel Mohammed Harbi, le 1er avril 2003.

9Le traitement des informations du jour sur la guerre comporte régulièrement quatre grands volets qui reviennent chaque jour : 1) La présentation des faits sur le terrain et sur le plan diplomatique (articles des différents correspondants et envoyés spéciaux) sur laquelle vient s’appuyer l’analyse géopolitique de l’événement. Il faut noter ici que L’Humanité recoure moins que les autres quotidiens à des papiers de synthèse factuel des faits de la guerre. 2) Les souffrances de la population, le vécu des victimes de la guerre qui se trouve généralement qualifié dans les titres par des termes forts : peur, colère, angoisse, victimes civiles, horreur, sang, mort, etc. Les reportages de Pierre Barbancey, envoyé spécial à Bagdad, renforcé ensuite par Hassane Zerrouky, jouent ici un rôle central. Le tableau dressé est à la fois cru et dure, alors même que les journalistes manifestent une empathie explicite à l’égard de la population civile et les plus fragiles de celle-ci à commencer par les vieillards, les femmes et surtout les enfants (plus explicite encore par le choix des photos). 3) L’opposition à la guerre dans le monde, avec un double volet : celui des mouvements anti-guerre aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Espagne, etc., et bien sûr en France ; celui de l’inquiétude et de la colère sourde dans les pays du Proche-Orient. 4) Les contributions et interviews de multiples personnalités, qui sont le plus souvent des intellectuels ou artistes 10, voire des spécialistes de la région 11, qui expriment toutes leur hostilité à la guerre, à moins qu’elles ne démontent l’argumentation des dirigeants de la coalition. Il est frappant de constater l’accent mis dans ce volet sur les personnalités du monde des arts ou du monde des connaissances et des idées, alors que proportionnellement peu de personnalités ou responsables politiques ne sont invités à s’exprimer ainsi directement sur l’événement.

Le choc des photos

10La « formule » de L’Humanité, telle qu’elle se présentait au printemps 2003, fait la part belle au visuel. Elle participe largement, en cela, d’une évolution de la maquette et du mode d’écriture des quotidiens au cours des années 80 et 90. Sa « une », par exemple, est désormais très proche dans sa conception de celles que proposent chaque matin des journaux aussi différents que Libération ou le Parisien. D’aucuns parlent de « une- affiche », une photo qui occupe pratiquement toute la page, donnant la tonalité de l’information du jour. Un titre principal très visible, complété éventuellement d’un sous-titre et de quelques titres secondaires.

11L’Humanité propose donc désormais une maquette qui s’est globalement aérée, structurée, proposant un classement de l’information facile à repérer et permettant au lecteur, différents parcours de lecture, à la fois dans la page et dans le « chemin de fer du journal » (rubriques aisément identifiables par les bandeaux : « Événement », « éco-social », « Société », « Monde », « Enquête », « Sports », « Services », « Culture », « Médias Télé », « Idées », « Tribune libre », etc.). À l’intérieur de chacune de ces rubriques et pour chaque page, l’article principal est illustré par au moins une photographie, le plus souvent centrale. Cela n’empêche d’ailleurs pas des modes de présentation dans lesquels plusieurs autres photos viennent encore renforcer la dimension visuelle et l’information que celle-ci apporte, notamment pour les papiers d’enquête. Dans les pages regroupant des articles et rubriques régulières de faible taille (« Éditorial », « L’homme du jour », « Ils ont dit », « L’invité de la semaine », « Regard en coulisse », etc.), l’apport de la photo de petit format prend la forme de portraits des auteurs ou des personnalités évoquées, avec le plus souvent un choix qui manifeste clairement et instantanément le regard porté par le journal sur le fait évoqué, la déclaration et son auteur. Le poids de la photo est d’autant plus fort que L’Humanité donne peu de place au dessin de presse (comme peuvent le faire ses homologues parisiens, avec le dessin de Plantu à la « une » du Monde, voire la collaboration de plusieurs dessinateurs que l’on va retrouver à Libération ou dans Le Figaro). De la même manière la vogue et l’apport tout à fait substantiel de l’infographie n’a que peu pénétré ici, faute de moyens suffisants sur le plan éditorial.

12Par ailleurs l’attention portée sur le visuel de L’Humanité, outre le fait qu’il se distingue souvent par la force des photos qu’il propose certains jours de la guerre, notamment lorsque les bombardements ou les combats font rage à Bagdad, tient aussi au fait que dans cette guerre le travail sur l’image est extrêmement différent de celui que l’on a connu lors de la guerre du Golfe de 1991. De la même manière il marque un décalage très net entre presse écrite (quotidiens et news) et télévision. En 2003, le traitement de la guerre par les télévisions est beaucoup plus réaliste et concret qu’en 1991 : fini les images virtuelles, l’insistance sur les briefings d’état-major ou les prises d’antenne d’envoyés spéciaux qui n’ont rien vu. D’une part des images des troupes en mouvement, voire des premiers accrochages, sont transmises par des embedded ou des « unilatéraux » (surtout des agences Reuters et AP TV) font très vite leur apparition, de même que celles des impacts de missiles ou de bombes avec leurs destructions à Bagdad, transmises par les équipes des chaînes européennes et arabes dépêchées sur place, parfois depuis des semaines. Il n’empêche que les télévisions répugnent à montrer les corps mutilés, déchirés et encore plus la mort. Elles le feront davantage au fur et à mesure que les jours et les semaines passent. Il n’en reste pas moins que les rédactions craignent les accusations de morbidité ou d’appel à un certain voyeurisme. À l’inverse la presse écrite va proposer immédiatement des images crues et brutales des souffrances des blessés, de la mort et de la douleur des proches. Dans les quotidiens il sera évident – immédiatement – que la guerre n’est pas « propre », « chirurgicale », qu’elle tue des soldats mal équipés et mal protégés, qu’elle n’épargne absolument pas la population civile, y compris les plus fragiles et les plus innocents : vieillards, femmes et enfants.

13Le 25 mars la « une » de L’Humanité présente l’image insupportable d’un vieil homme couvert de sang, atteint de blessures, alors que le titre tente un terrible jeu de mots (dont la pratique est pourtant beaucoup moins courante que dans Libération) : « La busherie jusqu’où ». Dès le second jour en page intérieure, la première photo d’un Bagdadi sévèrement blessé amené à l’hôpital avait fait son apparition en page 5. Elle sera suivie pratiquement chaque jour d’images aussi fortes et insoutenables, principalement peut-être ces images de très jeunes enfants amputés des deux bras ou totalement couverts de blessures, de bandages, de tubes, etc. les 7 avril (p. 4) et 8 avril (p. 7).

14Plus généralement et au risque de schématiser, il semble que le traitement visuel des principaux protagonistes de l’événement est intéressant parce qu’extrêmement clair. En premier lieu ce qui choque donc, et impressionne le plus, c’est la tonalité de fragilité, de vulnérabilité, de peur, de souffrance et de douleur de la population irakienne, avec une insistance sur les plus faibles. À celle-ci s’oppose directement les représentations des soldats de la coalition et surtout des dirigeants de celle-ci (principalement George W. Bush, Donald Rumsfeld, Tony Blair) exprimant la puissance, l’arrogance, des sourires moqueurs, complices, des rictus impassibles. La troisième représentation très explicite est celle de la beauté, de la gravité, de l’espoir, voire par moment de la tristesse, des opposants à la guerre. Photos d’hommes et femmes saisis dans une multitude de cortèges et manifestations diverses sur tous les continents.

Une argumentation claire et constante

15Comment s’exprime sur le fond l’argumentation de la rédaction face à la crise irakienne, puis à la guerre une fois l’engagement de celle-ci. L’analyse se fonde sur la mise en évidence de la politique menée par l’administration Bush totalement inspirée par les thèses des « néo-conservateurs ». Des thèses clairement d’inspiration « impérialiste » (restaurer la puissance américaine), qui ne peuvent que déboucher sur des aventures militaires, puisqu’elles entendent imposer une forme de paix armée sur le « grand Moyen-Orient », pour le plus grand profit des intérêts, tout particulièrement pétroliers, de l’industrie américaine. Sont tout particulièrement dénoncés les liens de George W. Bush avec le secteur pétrolier et de Dick Cheney, le vice-président, avec le trust Aliburton. Pourtant l’argumentation américaine est présentée comme plus que fragile. L’Humanité reprend ainsi les critiques des experts et politiques exprimant leurs doutes concernant les fameuses « Armes de Destruction Massive » et encore plus les analyses fumeuses établissant des liens explicites entre Al Qaïda, Ben Laden et le régime de Saddam Hussein.

  • 12  Avec un sous-titre particulièrement explicite, s’ouvrant sur : « Malgré le nouveau rapport des ins (...)

16Pour la rédaction de L’Humanité, il faudrait plus que jamais voir l’ONU remise au centre du traitement de la crise. Il faut que ce soient les instruments de la légalité internationale, qui semblent progresser à petits pas durant la dernière décennie, malgré l’opposition quasi permanente des États-Unis, qui soient déployés afin de renforcer et rendre plus efficace le travail des inspecteurs et améliorer le sort de la population irakienne. Or précisément l’administration Bush foule plus que jamais du pied ce dispositif, ce qu’exprime bien le titre de la « une » du 10 mars 2003 : « Le mépris de George W. Bush » 12. Celle-ci se heurte pourtant désormais à l’opposition claire d’un groupe de pays emmené la France, l’Allemagne, la Russie et la Chine. Elle fait front à un puissant mouvement d’opposition, à commencer dans les pays de la coalition, tout particulièrement les États-Unis et le Royaume-Uni, mais aussi en Espagne ou en Italie et bien sûr en France. C’est ainsi que le journal choisit de titrer sa « une » du 21 mars par « Jour de colère dans le monde », la photo présentant une jeune manifestante brandissant une pancarte portant le « No war ».

17Une fois la guerre engagée, son traitement confirme la surpuissance, la violence et le mépris de la population civile manifestés par les armées de la coalition. À ceux-ci répond immédiatement le constat des réticences, voire de l’hostilité des premières populations « libérées », y compris dans le sud chiite, pourtant victime de la violence du régime de Saddam Hussein et réputé particulièrement hostile à celui-ci. Progressivement montera le thème d’un possible enrayement de la mécanique bien huilée de l’offensive militaire : résistance plus forte que prévue de l’armée irakienne, réticences de la population, difficultés logistiques et climatiques (tempête de sable), ambiguïté de l’annonce d’une « pause ». Il faut pourtant constater rapidement la reprise de l’avancée rapide et inexorable des troupes de la coalition dans un déluge de feu et d’acier. Bagdad tombe, quasiment hors des regards pour ce qui seraient les combats ou les épisodes les plus significatifs (et sans doute les plus meurtriers, aux alentours de l’aéroport notamment). Seuls, ici ou là, des cadavres abandonnés, dont témoignent nombre de photos, manifestent du caractère meurtrier de la prise de la ville.

  • 13  Le 20 mars L’Humanité titrait ainsi : « Comment Bush veut coloniser l’Irak », le sous-titre annonç (...)
  • 14  « Bush vise la Syrie », titrait la « une » du 15 avril 2003. Le même jour, l’éditorial de Jean-Emm (...)

18La population souffre au-delà du supportable. Les moyens de secours ne sont même pas respectés par les combattants (ambulances mitraillées, hôpitaux bombardés, etc.), alors qu’ils manquent de tout pour soigner une multitude de blessés. Les dirigeants du régime irakien semblent paradoxalement s’échapper impunément. Et, lorsque l’occupation de l’ensemble du territoire irakien est acquise, L’Humanité suggère pourtantque rien n’est fini : d’une part la crise sur place promet de se prolonger – sorte de poursuite de la guerre sous une autre forme – faute de solution politique crédible, faute de force significative capable de se substituer à une forme de « colonisation » 13 de l’Irak ; d’autre part l’ambition impériale menace désormais d’autres pays de la région à commencer par la Syrie 14 et l’Iran, comme enivrée par sa victoire rapide en Irak.

La place particulière d’un quotidien d’opinion

19En guise de conclusion, il est tentant de faire de l’analyse du traitement de la guerre d’Irak par L’Humanité à la fois la justification et la manifestation de bien des interrogations à l’égard de la presse d’opinion. En premier lieu dans un contexte de crise, dominé en France par une attitude largement consensuelle d’opposition à la guerre, mais également fortement suiviste à l’égard de la position gouvernementale, il importait que puisse s’affirmer avec force un engagement politique fort et argumenté. Le mouvement d’opposition active à la guerre trouvait là l’un de ses supports d’expression. Les point de vue de nombre d’artistes et d’intellectuels, prêts à argumenter et polémiquer avec d’autres personnalités ayant manifesté leur soutien à la position américaine, trouvaient ici une tribune accueillante et attentive. En même temps L’Humanité est un quotidien d’opinion moderne, c’est-à-dire qu’il donne une large place à l’information, à la présentation des faits, à la démonstration par la photographie du déroulement des événements. D’aucuns pourront remarquer que ce rôle donné à l’image, génératrice d’émotions et d’empathie, fait écho au poids pris par l’information télévisée et à la place que joue précisément l’émotion dans celle-ci, y compris avec une forme de surenchère à l’égard du thème de « la guerre en direct », alors que L’Humanité propose des « arrêts sur image » extrêmement impressionnants.

  • 15  La diffusion moyenne de L’Humanité en 2003 devait s’établir à 48 000 exemplaires pour le quotidien (...)
  • 16  Comme le montrent avec force les révélations récentes sur les sévices et la torture qui semblent a (...)

20En même temps l’impact même du travail de la rédaction de L’Humanité et les conditions de son déroulement sont lourdement handicapés par les difficultés que connaissent les quotidiens d’opinion : la diffusion, qui a incontestablement progressé certains jours (manifestation anti-guerre du 15 février, déclenchement du conflit et bataille de Bagdad), reste modeste 15. L’impact des thèses et analyses restera donc limité à des publics à priori déjà très réceptifs à l’analyse proposée par le journal. Surtout, les moyens rédactionnels et matériels ne permettent pas un apport qualitativement et substantiellement très différent de ceux des médias ou moyens d’information plus puissants (notamment les agences AFP et Reuters, les chaînes satellitaires notamment arabophones, etc.). L’Humanité peut certes apporter son regard sur la souffrance de la population civile, sur une forme d’ambiance à Bagdad, voire certaines régions traversées par Hassane Zerrouky, entre la frontière syrienne et la capitale irakienne. Elle ne peut, en revanche, que reprendre les images, propos rapportés, témoignages peu nombreux, extrêmement parcellaires, sur ce qui a pu se passer dans nombre de régions et secteurs du front. On est loin ici de l’exercice pratique d’un contre-pouvoir, qui pourrait faire état de révélations et faits cachés sur le déroulement des combats ou le comportement des armées à l’égard de la population « libérée », sans parler des prisonniers 16. Mais celui-ci est-il à portée de main en matière d’information de guerre, au moins dans les quelques jours qui vont suivre l’événement ?

Haut de page

Notes

1  Voir sur ce point, (sous la direction de) Jean-Marie Charon et Arnaud Mercier, « Armes de communication massive, Informations de guerre en Irak : 1991-2003 », CNRS Éditions, Paris, 2004.

2  Celle-ci comportait un visuel réalisé par un groupe de graphistes italiens opposés à la guerre, qui devait autoriser L’Humanité à en faire sa « une » du 15 février (jour de manifestation de protestation), qui face au succès de celui-ci devait en faire la vignette de l’ensemble des pages consacrées à la crise puis à la guerre en Irak.

3  Auxquels il faut rajouter les secrétaires de rédaction.

4  Dominique Bari avait été envoyé à Téhéran pour tenter de compléter la vision notamment vis-à-vis des populations chiites du sud de l’Irak. Elle aurait pu tenter d’ailleurs de rejoindre cette région pour couvrir la situation qui s’y développait, à la manière d’Hassane Zerrouky qui, d’abord à Damas, rejoindra Bagdad dans un de ces bus qui acheminaient des « volontaires » pour soutenir le peuple irakien. Cependant constatant l’impossibilité de travailler de manière satisfaisante ou d’entreprendre un déplacement trop risqué, elle ne devait pouvoir intervenir directement sur le terrain.

5  Ou journalistes « embarqués » intégrés dans des unités militaires, ayant signé un document précisant les conditions dans lesquelles ils pourront exercer.

6  Journalistes ayant fait le choix de travailler sur place en dehors des unités combattantes, utilisant des moyens de transport et de transmission autonomes (4X4 loués, etc.), avec le risque d’être pris pour cibles, enlevés, détroussés. C’est ainsi que Claude Neyrac et l’équipe d’ITN qui devait disparaître à tout jamais dès les premiers jours de guerre exerçait. Les grandes agences, notamment Reuters, avaient fait le choix de répartir leurs journalistes dans ces deux formes de statut, ce qui permit à l’agence britannique de montrer les premières images de l’entrée des troupes de la coalition sur le sol irakien, alors que les embedded avaient pour consigne de ne pas communiquer cette information.

7  Pour reprendre l’expression de François d’Alançon, grand reporter à La Croix, dans sa contribution à l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Marie Charon et Arnaud Mercier, Armes de communication massive – Informations de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS Éditions, 2004, « Irak 2003 : le road-movie », p. 75-79.

8  Sur statut de pigiste plus ou moins régulier, voire quasiment « militant » dans certains cas, selon une tradition ancienne dans le mode de fonctionnement de L’Humanité.

9  Il s’agit essentiellement de cartes de la région, le plus souvent uniquement de l’Irak, réalisées par le service infographie de l’AFP. Pierre Laurent regrette l’impossibilité de pouvoir davantage utiliser un mode de présentation pour lequel L’Humanité reste sous-équipée, alors qu’intégrant très intimement visuel et point de vue éditorial, il peut difficilement être délégué.

10  Pierre Richard, Michael Moore, Jean Ferrat, Axelle Red, Manuel Vasquez Montalban, Eduardo Galéano… mais aussi Jean-Claude Guillebaud, Jacques Testart, Axel Kahn, Pierre Vidal-Nacquet, Catherine Clément, etc.

11  Tel Mohammed Harbi, le 1er avril 2003.

12  Avec un sous-titre particulièrement explicite, s’ouvrant sur : « Malgré le nouveau rapport des inspecteurs de l’ONU, malgré l’opposition de Paris, Berlin, Moscou et Pékin, malgré l’opinion des peuples… »

13  Le 20 mars L’Humanité titrait ainsi : « Comment Bush veut coloniser l’Irak », le sous-titre annonçant : « Le plan d’occupation élaboré à Washington prévoit une mainmise totale sur le pays ».

14  « Bush vise la Syrie », titrait la « une » du 15 avril 2003. Le même jour, l’éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin était titré : « Guerre perpétuelle » et évoquait les menaces et allusions de l’administration Bush à l’égard de nombre de pays de la région, y compris l’ancien allié l’Arabie Saoudite…

15  La diffusion moyenne de L’Humanité en 2003 devait s’établir à 48 000 exemplaires pour le quotidien, soit une progression de 2 000 acheteurs vis-à-vis de l’année précédente. Cette progression est en partie liée au traitement de la crise, puis de la guerre en Irak, puisque si en janvier la moyenne était de 41 100 exemplaires vendus chaque jour, celle-ci passe à 48 600 en février (manifestations anti-guerre), pour atteindre même 49 500 sur avril (source Humanité). Pour L’Humanité Hebdo la diffusion était de 68 800 en janvier, alors qu’elle va atteindre 75 300 en mars, puis revenir à 69 600 en avril 2003.

16  Comme le montrent avec force les révélations récentes sur les sévices et la torture qui semblent avoir commencé quasiment immédiatement dans les lieux de détention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Charon, « Les journalistes de L’Humanité face à la guerre d’Irak de 2003 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 103-112.

Référence électronique

Jean-Marie Charon, « Les journalistes de L’Humanité face à la guerre d’Irak de 2003 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1422

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Charon

Sociologue, Centre d’études des Mouvements sociaux (EHESS-CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page