Navigation – Plan du site
DOSSIER

La fin de la guerre d’Indochine (1953-1954) vue par L’Humanité

Alain Ruscio
p. 87-101

Résumé

Cet article retrace la manière dont l’organe central du Parti communiste français rend compte de la guerre d’Indochine et plus particulièrement des dernières années « françaises » de la guerre.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Il y a cinquante ans, les derniers pans de l’Empire français en Indochine s’effondraient. À Diên Biên Phu, de novembre 1953 à mai 1954, se menait la plus grande bataille, ô combien meurtrière, de cette guerre du bout du monde. Le corps expéditionnaire français (CEF), épuisé, recevait de plein fouet le puissant coup de boutoir de l’armée populaire, menée par le général Giap. À 13 000 km de ce charnier, à Genève, les diplomates des « deux camps » s’affrontaient également, quoique avec moins de dégâts… La négociation internationale devait finalement mettre fin à la période « française » de la guerre, précédant hélas la phase « américaine », plus cruelle encore.

2Il est de bon ton, aujourd’hui, de critiquer cette guerre. La lucidité a posteriori est un genre qui a particulièrement fleuri, dans la presse et dans diverses revues spécialisées, à l’occasion de ce cinquantième anniversaire. Cependant, l’étude minutieuse des réactions des contemporains de l’événement amène à conclure que, jusqu’à la fin, la plupart des observateurs firent preuve d’une réelle cécité, multipliant les analyses optimistes, criant Victoire ! alors que l’ombre de la défaite planait déjà sur le corps expéditionnaire en Indochine.

3Rares furent, alors, les analyses lucides, les appels à la raison. On rappellera surtout l’attitude d’opposants de longue date à la guerre, la « troisième gauche » (l’équipe des Temps Modernes groupée autour de Sartre, celle d’Esprit, avec Jean-Marie Domenach), certains journalistes (Jean Fabiani, de Combat, toute la rédaction de Témoignage Chrétien, Roger Stéphane, Gilles Martinet ou Claude Bourdet de L’Observateur…), le courant politique progressivement formé autour de Pierre Mendès France (une minorité du Parti radical, François Mitterrand, la rédaction de L’Express…) ou quelques voix à la SFIO, dont celle, remarquable de courage, d’Alain Savary. C’est peu.

4Mais les gros bataillons du combat anti-guerre, en cette période comme dans les années qui avaient précédé, sont fournis par les communistes et leurs « compagnons de route ». Pendant et après Diên Biên Phu, le PCF, opposé de toutes ses forces, et depuis longtemps, à la guerre, n’eut évidemment pas à se forcer pour souligner avec encore plus de force son caractère néfaste.

5L’Humanité, son journal, a alors un rayonnement incontestable.

  • 1  D’après le Répertoire pratique de la presse, in Écho de la presse et de la publicité, Paris 1955.

6Quantitativement, même si elle a énormément perdu de lecteurs. En 1954, avec 161 000 exemplaires vendus chaque jour, L’Humanité est le troisième tirage de la presse politique quotidienne, derrière Le Figaro et L’Aurore (dépassant chacun les 400 000), mais devant, de peu il est vrai, Le Monde (155 000 exemplaires) 1. L’Humanité survit, alors que des dizaines de titres communistes régionaux ont disparu depuis la Libération, alors que Ce Soir, dirigé par Aragon, vient de rendre l’âme (février 1953).

  • 2  Paris, éd. Français Réunis, 1951 à 1953.

7Mais aussi qualitativement. Alors que le PCF est, de loin, le premier Parti de France, son organe central est lu chaque jour par des militants fidèles et disciplinés. Lu ? Plus que cela : étudié, décortiqué. Pour les communistes de cette période, L’Humanité est plus, beaucoup plus, qu’un journal. Elle est, selon la formule léniniste, un agitateur et un organisateur. Dans le roman très « réaliste socialiste » Le Troisième Choc, André Stil décrit ces réunions de cellules au cours desquelles on lit, relit et interprète interminablement les déclarations « du BP » ou les éditoriaux « de Marcel » (Cachin) 2. On a le droit d’en sourire aujourd’hui. Mais non celui de contester la valeur pédagogique de cette pratique pour toute une génération de militants.

  • 3  Un article de René L’Hermitte, le 22 mars 1947, cite un officier qui dénonce des tortures contre d (...)
  • 4  Hubert Beuve-Méry, « Une guerre sale », Une Semaine dans le Monde, 17 janvier 1948 ; expression re (...)
  • 5  Paris, éd. Français Réunis, 1953.

8Le quotidien communiste est alors sans conteste l’un de ceux qui accordent le plus d’importance aux questions internationales. Et, en particulier, à cette guerre d’Indochine. Dès 1947, il a un envoyé spécial dans la région, René L’Hermitte. L’un des premiers, il dénonce l’usage de la torture 3. Début 1948, il s’empare de l’expression « sale guerre », créée originellement par Hubert Beuve-Méry 4. Courant 1949, il rend comptedes premières manifestations de rues et des premiers refus de chargement d’armes à destination de l’Indochine. Il est ensuite le principal support de la campagne pour la libération d’Henri Martin (1950-1953). Hélène Parmelin se distingue alors particulièrement par le tour de force de rédiger quasiment chaque jour, trois années durant, un article rendant compte des actions pour défendre le « marin de la liberté ». Les principaux dirigeants du Parti, Jacques Duclos, étienne Fajon, André Marty, Marcel Cachin… utilisent régulièrement les colonnes du quotidien pour dénoncer le conflit. Les journalistes Pierre Courtade, André Stil, Yves Moreau, Pierre Durand… signent presque chaque jour un article sur l’Indochine. Courtade, qui a en charge la rubrique internationale, a même effectué un séjour dans les maquis Viet minh, via la Chine (ce qui n’est évidemment pas rendu public alors). Il a consacré à cette guerre un roman aujourd’hui peu connu, mais lu par les militants en son temps, La Rivière noire 5.

9En bref, les lecteurs de L’Humanité sont préparés, et depuis longtemps, en cette année 1953, à ne pas prendre pour argent comptant la propagande officielle, qui fleurit alors dans la quasi-totalité des autres grands journaux.

Le Plan Navarre

10En cette année 1953, la France entame sa septième année pleine de guerre, avec des résultats qui paraissent de plus en plus décevants aux yeux des bellicistes. L’opinion publique est ballottée entre l’indifférence et l’exaspération.

  • 6  Propos rapportés par Navarre lui-même dans son ouvrage de Mémoires, Agonie de l’Indochine, Paris, (...)

11Sur le terrain, le rapport des forces s’est régulièrement dégradé. En mai, le gouvernement René Mayer décide de remplacer le commandant en chef, le général Raoul Salan, par un brillant officier, le général Navarre. L’Indochine use. C’est le septième commandant en chef. Sera‑ce le bon ? En tout cas, René Mayer ne cache pas à Navarre la situation réelle. Celle‑ci est « très mauvaise » ; le rôle du nouveau promu sera de chercher une « sortie honorable »lui dit-il 6. Rien de bien exaltant.

12Un mois plus tard, le nouveau commandant en chef remet au gouvernement un document contenant une analyse de la situation et une série de propositions, sous forme de calendrier : stabilisation du rapport des forces en 1953-1954 ; reconquête du terrain en 1954-1955 ; durant toute cette période, renforcement de l’armée Bao Dai ; alors, seulement, négociation en position de force face à un Viet-minh que l’on espère exténué. Moyennant des restrictions quant aux moyens mis à la disposition du corps expéditionnaire, les autorités civiles acceptent ce programme qui va vite devenir, pour la presse et les divers spécialistes, le plan Navarre.

13Ce plan est en général fort bien accueilli en France. Le général Catroux lui consacre un article-fleuve, dans Le Figaro. Il conclut : « Le plan porte la marque d’un chef qui, refusant de subir la volonté de l’adversaire, est résolu à reconquérir l’initiative » (21 juillet 1953). C’est un sentiment largement majoritaire – au gouvernement, à l’état-major, dans la presse – qu’il exprime. Un vent d’optimisme semble de nouveau souffler sur les sphères dirigeantes françaises.

14Ce vent n’atteint pas, on s’y serait attendu, L’Humanité. Pierre Courtade, dans un article en date du 3 juillet, ironise sur ce plan Navarre, nouvelle merveille de l’état-major, nouvelle coqueluche de la presse gouvernementale. On nous dit abondamment ce que l’on va faire, chasser les « Viets », mais on se garde bien de dire « comment »appliquer ce plan, explique-t-il. Le 22 juillet, il consacre un long développement, fort documenté, et pour cause, à la description de la guerre du peuple : « Les leçons de la guerre du peuple chinois ont été, au Vietnam, sérieusement étudiées et comprises. De toute façon, la guerre de libération nationale est, pour l’armée démocratique et le peuple vietnamien, une guerre de longue haleine. Une telle guerre comporte des replis systématiques, la décision, de temps à autre, de ne pas exploiter un succès local si cette exploitation ne contribue pas à assurer l’application du plan général des opérations. C’est une guerre d’où le mot prestige est banni. Une guerre où le moral ne dépend pas de telle ou telle nouvelle, bonne ou mauvaise, mais où il est fonction de la conduite générale des affaires militaires et politiques étroitement liées. Une guerre juste de tout le peuple. » Cette guerre ne peut déboucher que sur le succès du peuple vietnamien : « La situation militaire au Vietnam est telle qu’à moins d’une transformation radicale du caractère de la guerre, les colonialistes français ne peuvent plus s’en tirer. Cela ne veut pas dire que les Vietnamiens escomptent nécessairement une victoire rapide […]. Une telle guerre peut durer très longtemps. Dans les conditions actuelles de développement du mouvement de libération nationale des peuples coloniaux, elle est imperdable. » Imperdable : un an plus tard, jour pour jour, l’encre des Accords de Genève commençait à sécher.

15Mais, répétons-le, c’est là une analyse relativement isolée. La presse française, dans sa majorité, continue à n’évoquer la guerre d’Indochine que par formules optimistes.

« Go sur Diên Biên Phu ! »

16C’est dans ce contexte, militaire, politique, psychologique, qu’il faut replacer l’opération Castor, c’est‑à‑dire le parachutage de troupes dans une vallée du pays thaï, au nord-ouest du Vietnam, au nom peu connu jusqu’alors : Diên Biên Phu (20 novembre 1953).

17Nul doute, pour la grande majorité des journalistes, que le corps expéditionnaire vient de bousculer, une fois de plus, l’armée Viet-minh. Quelque chose de nouveau est décidément en train de se passer depuis l’arrivée du général Navarre. France‑Soir datée du 22-23 barre toute sa Une, en énormes caractères, de ce titre :« INDOCHINE : RUÉE DE PARACHUTISTES SUR DIEN BIEN PHU ». L’Aurore du 23 consacre, elle aussi, l’essentiel de sa première page à l’événement : « Nouveau coup de boutoir de Navarre contre les Viets : des milliers de parachutistes s’emparent de Diên Biên Phu, en pays thaï, à 290 km d’Hanoi. L’ARMÉE FRANÇAISE CONFIRME EN INDOCHINE LA VALEUR DE SES TROUPES ET L’AUTORITÉ DE SES CHEFS ». Les premières descriptions qui parviennent sont propres à emporter l’adhésion. L’impression d’activité intense et de puissance domine. Lucien Bodard, de France-Soir, est parmi les plus enthousiastes.

18Du printemps 1953 à début 1954, donc, la guerre paraît avoir changé de visage. C’est le correspondant du Figaro en Indochine, Étienne Anthérieu, qui propose le tableau le plus complet de la situation militaire, dans un article‑synthèse au titre fort révélateur d’un certain optimisme qui régnait alors dans les milieux modérés français : « La troisième semaine de janvier marque un tournant dans la guerre d’Indochine » (23-24 janvier). Navarre ne cesse de harceler les arrières Viet-minh, écrit-il. En adoptant un plan offensif, le commandement français perturbe l’ennemi : « L’ascendant a changé de côté. Au tour du Viet-minh de ne plus savoir d’où lui viendra le prochain coup. » Les succès du CEF vont accroître le moral de l’armée Bao Dai et, en contrecoup, mettre en difficulté l’adversaire ; car « dans l’ombre des réguliers Viet-minh, endoctrinés et fanatiques, combien d’indécis, d’attentistes ? ».

19A la lecture de la presse française de cette fin d’année 1953 et des premiers mois de 1954, on est obligé de constater que rares, très rares furent les critiques publiques.

20Comment réagit L’Humanité à ce parachutage ? Le contraire aurait étonné : elle dénonce durement ce qu’elle qualifie de nouvelle « opération-prestige ». Le plan Navarre, prétend-elle, est d’ores et déjà un échec. L’état-major français semble accentuer sa fuite en avant pour satisfaire « les exigences américaines qui veulent qu’une fois les dollars versés, les soldats français se battent bien » (23 novembre). Il est intéressant de noter qu’à côté de cette critique de principe figure une appréciation plus technique : « Ce nouveau camp, comme les autres créés précédemment, est entièrement tributaire de l’aviation puisque 200 kilomètres de territoires libérés par l’armée vietnamienne le séparent des bases du corps expéditionnaire, ce qui exclut également toute idée de retraite dans la jungle. »D’une façon générale, le quotidien communiste parle assez peu, entre fin novembre et mi‑mars, du camp. Lorsqu’il le fait, c’est pour citer, (d’après les agences de presse Viet-minh, chinoise ou soviétique), quelques accrochages en faveur de l’armée du général Giap. Le 2 décembre, il décrit Diên Biên Phu « bombardé par l’artillerie vietnamienne ». Le 5, il estime à 200 le chiffre des morts français. L’accent est toujours mis sur la fragilité des positions françaises : « La grande opération stratégique du général Navarre se réduit donc aujourd’hui à l’établissement d’un nouveau et inutile camp retranché où plusieurs milliers d’hommes sont bloqués avec le seul espoir d’une évacuation prochaine qui ne pourra se faire que par transport aérien » (3 décembre). Finalement, pour L’Humanité, « la position des milliers d’hommes enfermés à Diên Biên Phu [était] critique dès le premier jour » (31 décembre).

21Pourtant, pendant plusieurs mois, il ne se passe pas grand-chose de spectaculaire, sur le terrain, à Diên Biên Phu. Giap hésite-t-il ? Le monde politique et journalistique français, dans sa majorité, jubile : s’il n’attaque pas, on aura fait la démonstration qu’il n’a pas l’armée de ses ambitions ; et s’il attaque… il allait y avoir du sport (selon une expression habituelle du général Cogny, commandant le secteur Tonkin).

Le spectre de la défaite majeure

22Aussi est-ce une stupeur sans bornes lorsqu’en deux nuits (13 au 14 mars, puis 14 au 15), le Viet-minh enlève, non sans de furieux combats, deux premiers points d’appui. Après ces succès spectaculaires, un long travail de sape commence. Facteur essentiel d’aggravation, l’accès au terrain d’aviation, véritable cordon ombilical du camp, devient chaque jour plus périlleux. À la fin mars, tout est consommé : plus aucun avion ne peut atterrir ou décoller de Diên Biên Phu. Le sort du camp est dès lors suspendu à la précision et à l’intensité des parachutages. Or, celles‑ci laissent à désirer, la DCA Viet-minh obligeant les avions français à conserver une certaine altitude.

23La seconde grande vague d’assaut a lieu à la charnière des mois de mars et d’avril. Plusieurs autres points d’appui, à l’est du camp, passent entre les mains Viet-minh. Puis vient, courant avril, une nouvelle pause. Dans certains endroits, les adversaires, protégés par des tranchées ou des abris de fortune, ne sont éloignés les uns des autres que de quelques dizaines de mètres. Fin avril-début mai, le choc final peut commencer.

24Malgré les pertes, certains ministres, le haut commandement, une partie de la presse veulent encore croire en la victoire. Un élément les conforte dans cet espoir : la menace d’une intervention plus directe encore des états-Unis dans la guerre d’Indochine. Dans l’argumentation occidentale, cette politique est une riposte à l’agression communiste chinoise.

25Le 5 avril, John Foster Dulles, le Secrétaire d’État américain, prononce un discours devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre. Il y évoque longuement l’Indochine et insiste particulièrement sur la participation chinoise aux combats de Diên Biên Phu qui, indique‑t‑il, « ressemble terriblement » à une participation directe. À l’appui de ses dires, il cite plusieurs faits, dont la présence, au Q.G. de Giap d’officiers chinois. Il cite même le nom d’un général, Li Chen Hou. Une grande partie de la presse française semble considérer comme acquis le fait que des Chinois participent aux combats.

26On se doute que L’Humanité, défendant depuis toujours la thèse du caractère national de la lutte du Viet-minh, soit particulièrement sensible à cette accusation. Le quotidien communiste est en général très discret sur l’aide matérielle des pays socialistes à Hô Chi Minh et à ses camarades. Par contre, il affirme avec force qu’aucun combattant chinois n’est présent sur le sol vietnamien. Sur la question des conseillers chinois, il observe un silence prudent (cette présence sera, bien des années après, confirmée par Beijing et Hanoi). Dès le lendemain du discours Dulles, L’Humanité reproduit un câble dans lequel le Haut Commandement français de Saigon nie être à l’origine des informations du secrétaire d’État US. Quant au général Li Chen Hou, affirme le même article, les services secrets britanniques et les milieux militaires de Hong Kong en ignorent jusqu’à l’existence (7 avril). À la fin du mois, Pierre Courtade apostrophe violemment ceux qui, ne comprenant rien à la réalité vietnamienne, voient « l’étranger » derrière chaque combattant Viet-minh : « De cette façon, M. Bidault se persuade aisément qu’il est un meilleur patriote vietnamien que Hô Chi Minh qui, lui, est un agent russe ou chinois, de la même manière et pour la même raison que Jaurès était un agent de l’Allemagne » (30 avril).

27Quoi qu’il en soit, les États-Unis s’apprêtent donc à intervenir directement en Indochine. Le 22 mars, neuf jours après la chute du premier point d’appui français à Diên Biên Phu, les officiels français (général Ely, chef d’état‑major) et américains (président Eisenhower, amiral Radford) mettent sur pied un plan de sauvetage de la garnison par l’emploi de bombardements massifs, par l’aviation US, des lignes adverses. C’est l’opération Vautour qui, durant un mois, va être au centre d’une intense activité diplomatique en Occident. Une escalade d’une violence inouïe était possible, en ce printemps 1954. Jamais, sans doute, si l’on excepte l’affaire de Corée, le monde n’était passé si près d’un troisième conflit mondial. L’Humanité du 11 mars révèle et condamne avec indignation les déclarations du sénateur américain Stennis : « Pas à pas, nous approchons du moment où nous participerons directement aux combats [en Indochine]… Les premières balles de la troisième guerre mondiale pourraient être tirées là‑bas. »

28Elles ne le furent pas.

29D’une part, les cercles dirigeants américains étaient divisés. Le vice‑président Richard Nixon, chef de file des bellicistes, était pour l’intervention. Mais son président, Dwight Eisenhower, lui, était plus que réservé. Par réalisme en politique internationale, par calcul en politique intérieure, il s’opposa finalement au projet Vautour. D’ailleurs, les Britanniques, dont la participation apparaissait à Washington indispensable, étaient hostiles à toute extension de la guerre en Asie

30Pour les communistes de cette époque, qui adhèrent de toutes leurs fibres à la doctrine Jdanov, les choses sont simples : il y a un camp de la paix, aux contours précis, ayant à sa tête l’Union soviétique, face à l’impérialisme américain et ses alliés. C’est ce dernier qui est évidemment l’accusé. Le 24 mars, alors que le général Ely est en mission à Washington, L’Humanité titre : « Eisenhower, Dulles, Radford examinent avec le général Ely comment continuer à tout prix la guerre d’Indochine ». Le 7 avril, Pierre Courtade interroge : « La guerre atomique pour Buu Loc ? »(nom du premier ministre du régime Bao Dai). Le 11 avril, L’Humanité‑Dimanche titre, sur toute la largeur de sa première page : « Le cours du sang versé en Indochine monte à la bourse de New York »(ce numéro sera saisi). Ce titre est illustré par un dessin féroce de Mitelberg. On y voit un Dulles, client irascible d’un bistrot parisien tenu par un Laniel servile. Ce dernier verse dans un verre du sang français. Ordre de Dulles : « Versez toujours, je paye ! ». L’article principal appelle à une lutte d’un niveau supérieur contre les plans d’élargissement du conflit indochinois. « Si le peuple de France laisse faire, le peu d’indépendance nationale de notre pays va totalement disparaître, et le conflit extrême-oriental risque de prendre des proportions catastrophiques », affirme l’hebdomadaire du PCF.

31Finalement, l’aventure Vautour, on l’a vu, tourne court. Dès lors, il n’y a plus d’espoir, pour les assiégés. Le 7 mai 1954, Diên Biên Phu tombe. En métropole, les politiques et les journalistes rivalisent de formules définitives pour décrire la douleur du pays, l’héroïsme de nos soldats, la grandeur, malgré tout, de notre armée, etc. Seuls quelques voix dissonantes (dont, par exemple, celle de François Mauriac) se font entendre, tentent de substituer le raisonnement à l’émotion (réelle ou feinte). Mais ce n’est guère facile, tant la pression est forte.

32Imperturbables, les communistes maintiennent et accentuent leur raisonnement politique. Le jour même de la chute, le Bureau Politique du PCF publie un communiqué : « Il dépend pour une grande part de la pression que les masses populaires de notre pays exerceront sur le gouvernement Laniel et son représentant à Genève, Georges Bidault, que soit mis fin à la guerre par un traité basé sur les principes d’indépendance nationale et respectant les droits nationaux de chacun des deux pays. »Le BP lance à cette occasion une initiative qui aura un grand retentissement : l’envoi de délégations auprès des diplomates réunis à Genève. Il appelle à « développer le Front unique, l’organiser, le rendre actif. Travailler dans les entreprises, dans les quartiers et les villes, obtenir des actions communes »(L’Humanité, 8 mai).

33Au lendemain de Diên Biên Phu, Hô Chi Minh accorde à l’Agence de presse indonésienne Antara une interview. L’Humanité du 10 mais’empresse d’en rendre compte, en soulignant le caractère réaliste, dénué de toute arrogance, du discours. Surtout, elle souligne l’absence de tonalité anti-française. Nous voulons, dit en substance le leader vietnamien, négocier avec la France sur la base de l’indépendance nationale, de l’unité du pays et de la liberté. Nul doute, pour les communistes vietnamiens, comme pour leurs camarades français, que les États-Unis soient devenus l’ennemi n° 1.

  • 7  Journal officiel, Débats parlementaires, 13 mai 1954, page 2379.

34Un temps, les communistes semblent même caresser l’espoir de voir la RD Vietnam (ré) adhérer, dans le futur, à l’Union française. Pham Van Dong, à Genève, l’évoque. À l’Assemblée, les députés du PCF soulignent la nécessité de maintenir des liens économiques et culturels avec le futur état indépendant. Le 13 mai 1954, Maurice Kriegel-Valrimont le rappelle avec force 7. Début juin a lieu à Ivry le XIIIe Congrès du PCF. Le grand spécialiste des questions coloniales (depuis l’éviction ignominieuse de Marty), Léon Feix, consacre une partie de son intervention à l’Indochine. Il rappelle les propositions de Dong à Genève, puis commente : « C’est une occasion – on est tenté de dire inespérée – de garantir et d’asseoir solidement les intérêts de la France dans cette partie du monde »9.

Le climat anticommuniste

35Il n’empêche. Malgré ce langage plutôt modéré, les quelques jours qui suivirent la chute voient un regain de tension anticommuniste au sein de la société française.

36La quasi-totalité des hommes politiques et des journalistes repoussent avec effroi les analyses du PCF. Comment ce parti peut-il continuer à se prétendre français ? Le journal du Parti socialiste, Le Populaire, fustige ces communistes qui « ont tout fait pour porter au plus haut point l’exaspération des Français »(Jean Brigouleix, 11 mai). Pour L’Aurore, les communistes « ne sont pas seulement des agents de l’étranger, mais des AGENTS DE L’ENNEMI » (10 mai). Le directeur du Figaro, Pierre Brisson, écrit : « Aucune palinodie plus sinistre que les larmes versées par le PC sur le sang répandu par les armes que le communisme a mises dans les mains de nos ennemis. Les vrais vainqueurs, ce soir, sont les amis de MM. Thorez et Duclos. Ce sont eux qui, sur les ruines et sur les tombes, devraient hisser la bannière rouge à tête de mort » (8‑9 mai). L’extrême droite ne pouvait être absente de cette curée. Le 27 mai, Jean Madiran, dans Rivarol, lance un véritable appel au meur­tre : « Nous réclamons l’interdiction du Parti communiste, la confiscation de sa presse, la neutralisation de ses organisations clandestines, la suspension de son financement par l’intermédiaire d’une banque soviétique, la mise sous séquestre de ses biens et l’arrestation de ses chefs […]. Monsieur le Pré­sident de la République ! Monsieur le Président du conseil. Si vous n’avez pas la force, l’autorité ou les moyens d’arrêter ici les assassins, alors décrétez simplement le Parti des assassins hors la loi. Et laissez faire les Anciens d’Indochine (… ). Il faut donc juger Jacques Duclos. Et le fusiller séance tenante. »

37Chaque jour, durant cette période, des incidents, assez violents, ont lieu, des anciens du corps expéditionnaire ou, plus simplement, des activistes anticommunistes, s’opposant à des militants du PC. Des centaines d’exemplaires de L’Humanité-Dimanche sont arrachés à leurs vendeurs et déchirés. Un communiste est blessé par balle.

  • 8  Cahiers du Communisme, n° spécial XIIIe Congrès, Ivry, juin 1954.

38L’interdiction pure et simple du PCF a-t-elle été envisagée ? L’Association des anciens du Corps expéditionnaire la demande au gouvernement (communiqué cité par Le Monde, 8‑10 mai). L’Express du 15 mai nous apprend que Matignon a évoqué cette interdiction, avant de la repousser assez rapidement.

39Les partisans de longue date de la paix en Indochine ne restent pas sans voix. Les communistes, au premier rang des accusés, réagissent. L’anticommunisme, affirme L’Humanité, n’exprime pas seulement la hargne d’un gouvernement aux abois. Il est le fruit d’un calcul politicien, le seul moyen qu’ont trouvé les dirigeants pour masquer leurs propres responsabilités. Le 10 mai, Yves Moreau dénonce les vrais coupables : tous les gouvernants, tous les partis qui ont mené ou soutenu la folle politique indochinoise. Le 12, L’Humanité met en pièces la « diversion classique » (c’est le titre de l’article) qui consiste, pour les pyromanes, à dénoncer les pompiers de la première heure.

L’Humanité et l’expérience Mendès France9

  • 9  Pour une analyse plus complète des relations entre les communistes et le courant mendésiste, je me (...)

40Mais, décidément, il apparaît à de plus en plus de parlementaires que l’équipe Laniel-Bidault n’est plus à même de diriger les affaires de la France. Le 9 juin, le gouvernement pose la question de confiance. Le 12, elle lui est refusée. Le dernier cabinet des temps de guerre vient de tomber. La place est libre pour Mendès, opposant à la guerre d’Indochine depuis 1950.

41Le 17, le leader radical présente aux députés son programme. La partie la plus remarquée est évidemment celle consacrée à l’Indochine, d’une brûlante actualité. Après avoir dressé, sévèrement, le bilan de la politique de tous ses prédécesseurs, Mendès précise qu’il est décidé, lui, à prendre à Genève des initiatives propres à débloquer une situation apparemment figée. Surtout, il affirme qu’il est indispensable de mettre nos adversaires devant une alternative : soit accepter un compromis avant un mois, soit renoncer à la paix dans cette région avant longtemps. C’est ce que certains ont appelé le pari mendésiste (mot que le principal intéressé détestait).

42Comment réagissent les communistes ? Ils n’ont jamais apprécié Mendès, c’est le moins que l’on puisse dire. S’ils ont souvent utilisé, pour illustrer leur propagande, des citations du leader radical, ils ont vite compris que celui-ci n’était pas, ne serait jamais, un compagnon de route. Lors de la précédente tentative mendésiste, en 1953, ils avaient critiqué le flou des engagements liés à la guerre d’Indochine, et avaient finalement voté contre l’investiture. Mais, en ce début d’été 1954, la situation a radicalement changé. Le monde peut se (re) trouver au bord du gouffre si Genève échoue. Et puis, le PCF lui-même a renoncé, depuis peu, à son orientation ultra-gauche des années précédentes. Au XIIIe Congrès, qui se tient en juin, Maurice Thorez appelle explicitement de ses vœux un vote réaliste pour donner une chance à la paix : « Rien n’est plus conforme aujourd’hui à l’intérêt de la classe ouvrière, à l’intérêt de la paix, que la fin des hostilités en Indochine. Dans ces conditions, le PCF se déclare prêt à soutenir les initiatives d’un gouvernement qui s’affirmerait pour le cessez-le-feu et pour la conclusion de la paix » (L’Humanité, 13 juin). C’est, évidemment, le cas de Mendès.

43Le 18 juin, jour de l’investiture, Pierre Courtade consacre, dans L’Humanité, un long éditorial à la signification de ce vote positif, le premier depuis 1947 : « La nouvelle a éclaté comme un coup de tonnerre […]. Le vote des députés communistes n’est pas un épisode quelconque de la vie parlementaire. Il traduit l’influence décisive dans la vie politique de la France du parti qui, le premier et longtemps seul ou presque, a dénoncé la folie de la guerre d’Indochine en dépit des injures, des sarcasmes et des persécutions. Il affirme la présence et l’action vigilante de millions de Français qui ne toléreront pas que le grand espoir qui s’est levé ces derniers jours soit brisé par une nouvelle conspiration américaine contre la paix. »L’argument central est lâché : la vraie politique française est pacifique, la politique américaine est belliciste.

44Mais Mendès prend soin de rendre à l’avance publique sa décision de ne pas comptabiliser les voix communistes. Que serait l’autorité d’un gouvernement occidental qui devrait son existence à ces alliés de l’adversaire (l’Union soviétique), voire de l’ennemi (le Viet-minh) ? plaide-t-il. Si cette décision vaut au leader radical les applaudissements de la majorité des députés, elle fait évidemment grincer des dents au PC. C’est le signe que Mendès ne s’est pas démarqué des vieux réflexes. Au nom de quoi les « cinq millions de travailleurs qui font confiance au PCF » seraient-ils exclus de la communauté nationale ? interroge Waldeck Rochet à l’Assemblée, le 18 juin. « C’est une conception de caractère fasciste qui s’apparente fort au maccarthysme ». Cependant, ce qui nous détermine, ce ne sont pas les sentiments de Mendès à notre égard, mais les intérêts de la paix. On ne peut mieux définir un mariage de raison. Même pas : une union passagère…

45Dans L’Humanité, durant le mois (crucial) qui suit, les commentaires sur l’attitude mendésiste sont en général positifs. À Genève, écrit Pierre Courtade, « la porte de la paix est grande ouverte » (15 juin). Mieux : « pour la première fois depuis des années, elle [la France] tient son rang » (24 juin). À ceux qui, à droite, dénoncent les « reculs » de Mendès face au communisme international, Courtade rétorque : « Ce n’est pas reculer que de tenir compte des faits, ce n’est pas capituler que d’aller dans le sens où va l’Histoire. C’est remettre la France sur le chemin desa vraie grandeur »(id.). Cependant, çà et là, perce l’inquiétude devant ce que le quotidien communiste appelle l’attentisme du chef du gouvernement. « S’arrêter à mi-chemin sur la route d’une paix juste et honorable, c’est combler les espoirs du parti de la guerre, c’est lui fournir l’occasion d’un retour en force qui, cette fois, risquerait d’être fatal » (Pierre Courtade, 25 juin). Les communistes s’inquiètent particulièrement de la préparation de l’envoi du contingent en Indochine, en cas d’échec de Genève.

46Que faire ? Signe que la direction accorde une importance majeure à cet épisode mendésiste, c’est le n° 2 du Parti, Jacques Duclos, qui fait le point de la conduite à tenir, dans un éditorial du 8 juillet. Les communistes ont accueilli avec intérêt, mais sans confiance excessive, le pari de PMF, commence-t-il par affirmer. Puis, dans la grande tradition communiste, il critique deux types de déviations. Ceux qui disent : « Il n’y a rien à attendre de Mendès » ont tout aussi tort que ceux qui disent : « Il n’y a qu’à attendre ». Seule une « une pression populaire grandissante » s’opposant « aux pressions formidables que les forces de guerre font peser sur le gouvernement » permettra de vérifier si Mendès veut vraiment la paix. Le 11 juillet, les communistes et leurs alliés sont à l’initiative d’une Journée nationale d’action, qui couronne une intense activité. Le quotidien communiste accorde une importance exceptionnelle aux centaines d’initiatives prises un peu partout en France : appel de 16 prêtres de la région marseillaise (L’Humanité, 18 juin) ; résolutions d’assemblées générales d’instituteurs dans l’Ardèche, dans le Gard (28 juin) ; déclarations de conseillers municipaux PCF, SFIO, MRP et RPF d’Arcueil, Clichy, Bar-le-Duc (5 juillet) ; de Laon, Alfortville, Amiens, Toulon (7 juillet) ; une réunion publique à Paris avec la participation de communistes, mais aussi de nombreux non-communistes, René Capitant, Paul Rivet, Jean-Paul Sartre, Alfred Sauvy (7 juillet), etc. De plus, durant toute cette période, L’Humanité se fait l’écho de l’envoi quotidien à Genève de délégations qui demandent à être reçues par les diplomates présents. Le 14 juillet, comme tous les ans depuis la Libération, le PC et les organisations qui lui sont associées veulent organiser une manifestation et en profiter pour exercer une pression supplémentaire. Le ministre de l’Intérieur, François Mitterrand, l’interdit, ce qui a le don d’exaspérer les communistes.

Les derniers jours

47A partir du 8 juillet, on entre dans la phase ultime de la Conférence. Le 11, Mendès rencontre, pour la première fois, Pham Van Dong. Le ministre vietnamien exprime son accord pour une solution de partage, évidemment provisoire dans son esprit. La divergence porte sur le lieu de cette partition et sur le délai qui séparera la signature d’un accord de la tenue d’élections générales.

48Mais il y a une différence de taille entre les deux délégations. Alors que Mendès peut compter sur l’appui de ses alliés (Washington, fort bien informé, sait pertinemment que Mendès, indépendant sur la forme, est fidèle sur le fond aux valeurs occidentales), Dong est isolé. La Chine et, dans une moindre mesure, l’Union soviétique, font pression pour que la RDV accepte une solution sacrifiant quelque peu les intérêts purement nationaux du Vietnam. La coexistence pacifique avait ses exigences…

49On sent, à la lecture de la presse communiste de ces semaines cruciales, une certaine hésitation entre deux conduites à tenir : la joie de voir s’esquisser le terme d’un conflit honni, mais aussi la crainte que la solution proposée soit provisoire et potentiellement dangereuse. Le 12 juillet, dans un nouvel éditorial, Pierre Courtade dénonce, encore et toujours, l’influence pernicieuse des États-Unis : « On escompte à Washington que les élections n’auraient jamais lieu, que le corps expéditionnaire français et les spécialistes américains occuperaient indéfiniment le Sud-Vietnam, transformé en une Corée du Sud […] et que, le moment venu, c’est-à-dire après la mise en place du système militaire américain d’agression dans le Sud-Est asiatique, la guerre pourrait reprendre pour la reconquête du Nord. »Analyse, hélas, assez prémonitoire. Le lendemain, Courtade englobe cette fois-ci dans sa réprobation l’attitude française. Pourquoi donc, s’il est décidé à appliquer sincèrement le futur accord, Mendès s’accroche-t-il à des revendications territoriales si manifestement contraires à la carte de guerre ? N’est-ce pas parce qu’il veut, lui aussi, « faire du Sud-Vietnam un état séparé », n’est-ce pas parce qu’il considère déjà la future ligne de démarcation comme une « frontière stratégique »?

50Contre ces choix, Pierre Courtade proteste à l’avance : « Il est absolument clair que le cessez‑le‑feu, la fixation de la ligne d’armistice et les regroupements sont des étapes sur la voie d’un règlement politique par des élections libres dans tout le Vietnam, dont l’unité ne saurait être remise en cause » (16 juin).

L’opinion française et la paix de Genève : un lâche soulagement ?

51On sait que l’accord finalement signé à Genève fut plus proche des plans français que de ceux de la RDV. Si cette dernière pouvait à bon droit se satisfaire de la récupération de toute la partie nord du pays, jusqu’au 17e parallèle, de vastes zones, conquises sur le terrain par les combattants Viet-minh, avaient été perdues sur le tapis vert. La promesse d’organisation d’élections générales était d’autre part repoussée à juillet 1956.

52Elles n’eurent jamais lieu.

53La cause en est connue : la victoire du Viet-minh aurait été éclatante. Même dans des journaux anticommunistes, il y avait reconnaissance de cette évidence : la différence de prestige entre Hô Chi Minh et Bao Dai, la différence d’influence entre la RDV et le fragile état vietnamien pro-occidental. « Il existe une véritable mystique Hô Chi Minh, et pas seulement en zone viet » constatait, désabusé, Henri Amouroux (L’Aurore, 24‑25 avril). Robert Guillain estimait qu’en cas d’élections libres, « le nom de Ho Chi Minh recueillerait dans toute la partie nord du Vietnam entre 80 et 90 % des voix. Dans le centre et le sud, surtout en Cochinchine, les suffrages seraient moins inégalement partagés » (Le Monde, 7 mai). Des évaluations identiques étaient reprises par à peu près toute la presse.

54Comment le pays perçut-il la paix obtenue en un mois à Genève par les négociateurs ?

  • 10  J.O., Assemblée nationale, Débats parlementaires.

55Alors que, un an plus tôt, la quasi-totalité du monde politique français et de la presse étaient fortement engagés derrière la politique belliciste, le réalisme, après le désastre de Diên Biên Phu, l’emporte. À l’exception de l’extrême droite et de quelques éditorialistes passéistes comme Raymond Cartier (de Paris-Match), tous les courants de la vie politique française ont exprimé (que ce soit avec joie, soulagement ou sombre réalisme) une réelle satisfaction. À l’Assemblée, il ne se trouve que 13 députés pour voter contre la ratification des accords. Même les MRP n’osent pas voter contre, et préfèrent s’abstenir 10. Le mot « soulagement » apparaît sous la plume de nombreux éditorialistes ou dans le discours de plus d’un député, même si l’adjectif « lâche » est repoussé avec indignation.

56L’opinion partage cet état d’esprit. Les deux tiers des Français estiment que les clauses de Genève sont satisfaisantes : 58 % répondent : « c’est le mieux qu’on pouvait espérer », 8 % allant même jusqu’à les trouver « excellentes » ! À l’opposé, un cinquième des citoyens sont franchement mécontents (« c’est une véritable capitulation » : 11 % ; « nous aurions pu obtenir de meilleures conditions » : 10 %). La « perle de l’Empire », objet naguère de tant de fierté, disparaît de la couronne de l’Empire dans une indifférence polie.

57Il ne se trouve toutefois, le fait n’étonnera personne, que L’Humanité pour pavoiser. Le 22 juillet, le titre qui barre, en caractères gras, toute la première page, est sans équivoque : « GRANDE JOIE EN FRANCE ». Car cette victoire est celle de la paix. « Les victoires remportées par le peuple vietnamien dans sa lutte pour l’indépendance ne sont pas des victoires remportées sur la France », explique Pierre Courtade. Les vaincus sont les jusqu’au-boutistes, français et américains, cette « clique »qui « baptise liberté la dictature de la United Fruit et démocratie la simple inquisition du sénateur Mac Carthy »(L’Humanité, 21 juillet). André Stil ne fait pas dans la nuance : « Quarante millions de Français, ce matin, se sont levés du bon pied. Quarante millions d’enfin ont soulagé la poitrine d’un peuple. La France, aujourd’hui, a le sourire ».C’est la guerre elle-même, écrit-il, qui était une « défaite continue » pour la France (22 juillet). Le 25 juillet, l’hebdomadaire L’Humanité-Dimanche est orné, sur toute sa une, d’un dessin de Picasso, créé spécialement pour saluer Genève, La ronde de la paix. Toute la presse communiste souligne que la cause principale de la victoire est l’abnégation des peuples d’Indochine. Mais elle rappelle également l’action du PCF, les exemples des militants qui ont lutté et, parfois, ont durement payé : Henri Martin, Raymonde Dien, les dockers…

58Mais la réjouissance n’empêche pas la réflexion. Dès le 21 juillet, le quotidien communiste publie une déclaration de Jacques Duclos qui invite à « faire preuve de vigilance »pour que « les aspirations à l’indépendance et à l’unité de [la] patrie [vietnamienne] » soient respectées. Le 23 juillet, le groupe communiste, pour la seconde fois, vote la confiance au gouvernement Mendès. Waldeck Rochet et Jean Pronteau soulignent que la politique gouvernementale ne satisfait pas entièrement les députés communistes, mais que ceux-ci ne veulent pas mêler leurs voix à celles du MRP et des nostalgiques de l’Indochine française. évidemment, concluent-ils, les forces de guerre n’ont pas dit leur dernier mot, et la vigilance pour l’application des accords est indispensable.

59Cependant, l’impression qui prévaut, dès l’été 1954, est que la question indochinoise, qui avait pris tant de place durant le premier semestre, disparaît assez vite des préoccupations de l’équipe de L’Humanité (comme, du reste, de celles des autres quotidiens et hebdomadaires français). La question de la CED, qui n’avait évidemment jamais disparu, prend très vite, et pour longtemps, la toute première place de la réflexion communiste en matière internationale. Seuls, à l’automne, les reportages de Wilfred Burchett, lors de l’entrée des troupes Viet-minh à Hanoi, remettront un temps le Vietnam sous les feux de l’actualité.

60Les questions liées à ce pays étaient devenues un enjeu international parmi d’autres. Une sorte de banalisation du Vietnam. Il fallut attendre presque dix années pour qu’il fît un retour, tragique, sur le devant de la scène.

Haut de page

Notes

1  D’après le Répertoire pratique de la presse, in Écho de la presse et de la publicité, Paris 1955.

2  Paris, éd. Français Réunis, 1951 à 1953.

3  Un article de René L’Hermitte, le 22 mars 1947, cite un officier qui dénonce des tortures contre des prisonniers Viet-minh. L’officier n’est évidemment pas nommé. On apprendra plusieurs décennies plus tard qu’il s’agissait de Pierre-Alban Thomas, ancien FTP, auteur d’un ouvrage de Mémoires, Combat intérieur, Paris, éd. Mémo, 1998.

4  Hubert Beuve-Méry, « Une guerre sale », Une Semaine dans le Monde, 17 janvier 1948 ; expression reprise immédiatement par Marcel Cachin, « La guerre du Vietnam, une sale guerre », L’Humanité, 21 janvier 1948.

5  Paris, éd. Français Réunis, 1953.

6  Propos rapportés par Navarre lui-même dans son ouvrage de Mémoires, Agonie de l’Indochine, Paris, Plon, 1956.

7  Journal officiel, Débats parlementaires, 13 mai 1954, page 2379.

8  Cahiers du Communisme, n° spécial XIIIe Congrès, Ivry, juin 1954.

9  Pour une analyse plus complète des relations entre les communistes et le courant mendésiste, je me permets de renvoyer à mon article, déjà ancien, paru dans l’ancêtre de la présente revue, « Les communistes français, le mendésisme et l’Indochine », Cahiers d’Histoire de l’institut de Recherches Marxistes, n° 12, 1983.

10  J.O., Assemblée nationale, Débats parlementaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Ruscio, « La fin de la guerre d’Indochine (1953-1954) vue par L’Humanité », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 87-101.

Référence électronique

Alain Ruscio, « La fin de la guerre d’Indochine (1953-1954) vue par L’Humanité », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 27 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1420

Haut de page

Auteur

Alain Ruscio

Docteur en histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page