Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’Humanité dans la guerre froide : la bataille pour la paix à travers les dessins de presse

Christian Beuvain
p. 63-85

Résumé

Cet article envisage la façon dont L’Humanité utilise le dessin de presse–aussi bien en « Une » qu’en pages intérieures – pour dénoncer la guerre et défendre la paix alors que les militants sont invités tout à la fois à faire signer l’appel de Stockholm pour l’interdiction de la bombe atomique qu’à se battre contre la guerre en Corée.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  Jean-Marie Domenach, La propagande politique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1950, p. 19.

« Depuis 1947, elle [la propagande] nourrit la guerre froide comme elle nourrissait en 1939 la “guerre des nerfs” […] La propagande actuelle, c’est la guerre poursuivie par d’autres images 2 ».

  • 3  Gilbert Bloch, « Cette œuvre magistrale ne sera pas demain à Paris à l’Exposition d’Art mexicain » (...)
  • 4 Sur ce peintre, on consultera Andréa Kettenmann, Diego Rivera. Un esprit révolutionnaire dans l’art (...)
  • 5 Andrei Jdanov (1896-1948), 3e secrétaire du PCUS dès 1946, en charge de l’idéologie, expose à la ré (...)

1Le lundi 19 mai 1952, en pleine campagne du Parti communiste français, de la CGT et des organisations telles l’Union des femmes françaises ou le Mouvement de la paix contre la guerre bactériologique que les États-Unis sont accusés de mener en Corée, les lecteurs de L’Humanité apprennent qu’un tableau du peintre muraliste Diego Rivera, intitulé « Cauchemar de guerre et rêve de paix », est exclu de l’exposition « Vingt siècles d’art mexicain » au musée d’Art moderne de la ville de Paris, qui ouvre le lendemain, 20 mai 1952, sur ordre du gouvernement mexicain 3. Un nuage atomique survolant des scènes de fusillades et de flagellation y figure le cauchemar, tandis qu’une paix rêvée, sous la forme d’une colombe, est offerte aux peuples par Joseph Staline et Mao Ze Dong et qu’une femme assise dans un fauteuil roulant, qui n’est autre que sa compagne Frida Kahlo, fait signer l’« appel de Stockholm ». L’artiste 4, qui dans les années 1934-1938 était proche des thèses et des milieux trotskystes au point de cosigner, avec André Breton, le « Manifeste pour un art révolutionnaire et indépendant » rédigé par Léon Trotsky, et qui cherche, dans les années cinquante, à être réintégré au sein du Parti communiste mexicain, traduit par cette fresque son accord avec la vision « jdanovienne » 5 du monde.

  • 6 Sur cette période abondamment étudiée, on se reportera à la dernière synthèse, celle magistrale et (...)
  • 7  D’après l’expression du général de Gaulle, dans ses méditations à Colombey : voir Dominique Desant (...)
  • 8 On trouvera, par exemple, une perception communiste de ce changement d’attitude, en août 1946, dans (...)

2Le choix entre ces deux perspectives, la guerre ou la paix, le cauchemar ou le rêve, traverse quasiment tous les pays dans cette période dite de la « guerre froide » 6, que l’on bornera, pour notre part, par les deux dates de1947 et 1954, soit entre l’année « terrible » 7 qui cristallise, en un point de non-retour affirmé par le fameux discours de Harry Truman du 11 mars devant le Congrès, plus d’un an de mésententes 8 et de crises entre les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale et celle qui voit un apaisement des tensions internationales et un affaiblissement des passions idéologiques, sur ce terrain-là du moins, puisque les luttes de décolonisation laissent très rapidement entrevoir de nouveaux enjeux.

  • 9 D’où les références constantes, et lourdement appuyées, afin de faire pièce à la SFIO, à l’action d (...)
  • 10  François Billoux, « La lutte pour la Paix, lutte politique de masse », L’Humanité, mardi 28 févrie (...)
  • 11  François Billoux évoque ici les luttes des dockers et marins de Marseille, La Rochelle-La Pallice (...)
  • 12 Georges-Henri Soutou, « Introduction », in Saki Dockrill, Robert Frank, Georges-Henri Soutou, Anton (...)
  • 13  Élaborée par George Frost Kennan, d’abord chargé d’affaires à Moscou puis directeur du Groupe de p (...)
  • 14  Lily Marcou, Le Kominform. Le communisme de guerre froide, Paris, Presses de la FNSP, 1977, 343 p.
  • 15  Staline, Les questions du léninisme, Éditions de Tirana, cité dans l’article « Stratégie/Tactique  (...)

3Néanmoins, pour les communistes et leurs « compagnons de route » de l’époque, héritiers en cela d’une longue tradition, ce choix n’en est pas un : la paix, en effet, ce rêve des peuples, ne s’obtient et ne s’est jamais obtenu que par un combat, souvent acharné, contre la guerre et les fauteurs de guerre 9. C’est ce que ne manque pas de rappeler François Billoux dans la rubrique « Doctrine et Histoire » de L’Humanité 10, en 1950. En effet, puisque la guerre « est un phénomène social inséparable de l’impérialisme », lutter contre la guerre équivaut à « faire en sorte que le capitalisme soit détruit avant qu’il ne puisse [en] déclencher une nouvelle », d’où il ressort que les communistes, qui ne sont pas des pacifistes, ont pour objectif de constituer « un véritable front organisé de la paix […] pour museler les fauteurs de guerre et leur lier pieds et poings comme le font nos marins et dockers 11 […] ». Dans cette configuration nouvelle des années cinquante – née de l’éclatement des alliances « du temps de guerre avec les Soviétiques et les communistes contre le nazisme » 12 – encadrée d’un côté par la politique de containment 13 de l’administration Truman et de l’autre par les analyses « campistes » du Kominform 14, les communistes français ont seulement besoin d’élaborer une tactique adéquate, leur stratégie, elle, restant pour l’essentiel inchangée. En fin connaisseurs des textes fondamentaux de Staline, ils n’ignorent pas que la tactique « s’efforce de gagner […] telles ou telles batailles, tels ou tels combats, de réaliser avec succès telles ou telles campagnes, telles ou telles actions appropriées à la situation concrète » 15.

  • 16  Dans la bande dessinée d’anticipation de Roger Lécureux et Raymond Poïvet, « Les pionniers de l’es (...)
  • 17  Ainsi, au Salon d’automne de 1951, à Paris, Boris Taslitzki expose une toile (« Riposte ») qui a p (...)
  • 18  Pour une approche pluraliste des différents aspects de ce journal, on se reportera aux Actes du co (...)
  • 19  Étienne Fajon, « Pour L’Humanité, pour la presse du peuple et de la paix », L’Humanité, mercredi 1 (...)

4Dans ce dispositif tactique de la « lutte pour la paix », qui ne manque pas de concerner tous les aspects de l’activité politique ou culturelle communiste, ainsi par exemple par le biais des bandes dessinées dans Vaillant 16 ou de la peinture 17, la presse communiste joue bien évidemment un rôle prépondérant. L’Humanité, organe central du Parti communiste français, est bien entendu conçue comme un outil de propagande et un « organisateur collectif » des masses 18, puisque, comme le rappelle Étienne Fajon à la Mutualité en novembre 1951, « sans elle, les travailleurs, le peuple seraient privés de leur lumière, de la lumière du Parti » 19.

  • 20  Marc Lazar, « Forte et fragile, immuable et changeante… La culture politique communiste », in Serg (...)
  • 21  Bronislaw Baczko, Les imaginaires sociaux. Mémoires et espoirs collectifs, Paris, Payot, 1984, p.  (...)

5Dans ce quotidien qui représente donc pour les militants de ces années-là « la » référence première, il est possible pour les historiens de cartographier une culture partisane fondée, entre autres, sur un imaginaire social fortement mobilisateur, qui, pour Marc Lazar, contribue de façon claire et nette à homogénéiser le milieu communiste 20. En effet, selon les recherches de Bronislaw Baczko sur les imaginaires sociaux, toutes les sociétés « se livrent à un travail permanent d’invention de leurs propres représentations globales », des « idées-images » à travers lesquelles elles « élaborent des modèles formateurs pour leurs membres, tels, par exemple, le “vaillant guerrier”, le “bon citoyen”, le « militant dévoué », etc. » 21.

  • 22  Alain Deligne, « Regard d’un sémiologue. La bombe sémaphore », in Matériaux pour l’histoire de not (...)
  • 23  Sur les imaginaires de guerre véhiculées par les images fixes ou non, voir les dernières recherche (...)

6Nous voici au cœur du sujet. En effet, dans la construction d’un système de représentations, de visions du monde liées à la guerre et à la paix, le dessin politique et la caricature, qui peuvent être assimilés à ces « idées-images » dont parle Bronislaw Baczko, nous semblent porteurs de matériaux identitaires forts dans lesquels les lecteurs peuvent se reconnaître, et le premier volet de ce travail permettra de quantifier et de présenter le corpus étudié, qui concerne uniquement, précisons-le, les numéros du quotidien L’Humanité, et non de son supplément L’Humanité-Dimanche. Par contre, la question se pose de savoir quels imaginaires sont mobilisés à cette occasion, et quelle en est la dominante, ce qui nous renvoie au tableau de Diego Rivera : insiste-t-on plutôt sur la positivité de représentations pacifistes – la mort refusée – ou sur des images totalement négatives de cadavres, de ruines, de bombardiers, etc. – la mort reçue ? Ce questionnement reprend celui énoncé il y a quelques années déjà par Alain Deligne, à propos des affiches : « La question est bien de savoir si une affiche de paix, en montrant une image choquante, arrivera au même résultat qu’une image positive où la guerre n’y est pas à voir » 22. En bref, quel imaginaire de guerre 23 est convoqué ici ?

7Pour tenter de retrouver les termes de cette problématique, sur les usages politiques des représentations guerrières ou pacifistes, dans les partis pris figuratifs des différents producteurs d’images, nous interrogerons les campagnes contre la bombe atomique et contre la guerre de Corée, épisode de la guerre bactériologique compris, ces deux études de cas nous paraissant emblématiques de ce qui se fait jour alors. Ainsi, peut-être, sera-t-il possible, à travers ces productions iconiques, de porter un autre regard sur le « front de la paix » et ses différents combattants.

Remarques sur un corpus

  • 24  Philippe Buton, Les lendemains qui déchantent. Le Parti communiste français à la Libération, Paris (...)
  • 25  Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral, Fernand Terrou, Histoire générale de la presse (...)
  • 26  Le chiffre de la fin 1946 est celui de Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du Parti communiste (...)
  • 27  Marc Martin, « La presse sous la IVe République », Historiens & Géographes, n° 358, juillet-août 1 (...)
  • 28  Chiffre fourni par Patrick Eveno dans sa communication « L’Humanité, une entreprise de presse ? » (...)
  • 29  Chiffre de Dominique Berthet, Le PCF, la culture et l’art (1947-1954), Paris, La Table Ronde, 1990 (...)
  • 30  Patrick Eveno, « L’Humanité, une entreprise de presse ? », op. cit.

8En septembre 1944, L’Humanité devient le premier quotidien national grâce à un tirage de 289 414 exemplaires 24, qui passe ensuite de 326 000 en janvier 1945 25 à 429 930 fin 1946/450 000 début 1947, selon les historiens 26. Ce quotidien est alors le premier tirage sur Paris et la banlieue parisienne. Le déclin, voire l’effondrement de la presse partisane27, dès 1947, ainsi que le durcissement idéologique dû à la guerre froide, rejaillissent sur les ventes du quotidien : 340 000 exemplaires fin 194728, puis 289 000 en 194829, jusqu’à ne plus atteindre que 123 000 en 195530. Entre 1947 et 1954, il est possible de jalonner, année par année et au gré des combats pour la paix, un certain nombre de représentations. Celles-ci, comptabilisées, permettent alors de cerner des moments iconographiques particulièrement sensibles. Les tableaux suivants devraient nous éclairer sur ces points.

Les dessins

Année

« Une »

Autres pages

TOTAL

1947

0

1

1

1948

1

1

2

1949

1

0

1

1950

22

57

79

1951

28

35

63

1952

6

14

20

1953

0

2

2

1954

15

14

29

TOTAL

73

124

197

Tableau 1 : Les dessins sur la lutte pour la paix

  • 31 « Succès éclatant des Assises pour la paix et la Liberté », L’Humanité, lundi 29 novembre 1948, p.  (...)

9Ce tableau récapitulatif nous indique d’une manière très nette les moments forts qui sont donc les années 1950 et 1951 ainsi que 1954. Cela correspond aux campagnes de signatures pour l’appel de Stockholm, à la guerre de Corée, aux dénonciations de l’« occupation américaine » pour les deux premières, et à la campagne contre la CED pour 1954, même si la hantise du réarmement allemand réapparaît bien avant, comme en témoigne une grande partie du discours de Louis Martin-Chauffier aux Assises nationales pour la Paix et la Liberté en novembre 1948, lorsqu’il y dénonce le plan Marshall dont l’objectif est « le relèvement de l’Allemagne NON-DÉNAZIFIÉE » 31.

10On s’aperçoit qu’en dehors des périodes de combats extrêmement ciblés, les dessins sur ce sujet sont quasiment inexistants. La place des dessins dans la pagination de L’Humanité est un autre indicateur qui permet, par la plus ou moins grande fréquence de ceux-ci en première page, de relever le degré d’importance qui leur est accordée. Ainsi, en 1950, moins d’un tiers du total des dessins se trouvent en page une, alors que l’année suivante presque cinquante pour cent du total le sont : ils dénoncent pour la plupart d’entre eux la collusion entre les généraux américains et les ex-nazis reconvertis, « blanchis », ou bien les mille et un méfaits des troupes américaines basées en France. Les caricatures qui s’en prennent à la CED se partagent équitablement entre la une et les autres pages. Ainsi, au total, presque trente pour cent des illustrations (73 sur 197) méritent donc le premier coup d’œil du militant ou sympathisant.

Année

« Une »

Autres pages

TOTAL

1947

0

1

1

1948

0

1

1

1949

0

0

0

1950

20

34

54

1951

25

17

42

1952

6

10

16

1953

0

2

2

1954

14

12

26

TOTAL

65

77

142

Tableau 2 : Les représentations dénonçant la guerre

Année

« Une »

Autres pages

TOTAL

1947

0

0

0

1948

2

0

2

1949

1

0

1

1950

2

25

27

1951

3

18

21

1952

2

2

4

1953

0

0

0

1954

0

0

0

TOTAL

10

45

55

Tableau 3 : Les représentations valorisant la paix

  • 32  Louis Aragon, « Maurice est de retour », L’Humanité, 8 avril 1953, cité par Jean-Marie Goulemot, L (...)

11En comparant les tableaux 2 et 3, la prépondérance des représentations de guerre sur celles évoquant le « visage souriant de la paix » est on ne peut plus nette, puisque le rapport en est presque de trois quarts/un quart. En outre, si l’on regarde la place qui est offerte aux unes et aux autres au sein de la pagination, là non plus, le doute n’est guère permis : presque un dessin sur deux se trouve en page une dans le premier cas, alors que seulement un sur quatre s’y trouve dans le second. Il paraît donc plus important de jouer sur les réflexes de peur que sur ceux de l’apaisement, de montrer le visage hideux de la guerre afin que soient de plus en plus nombreux ceux qui s’en détourneront. Pour « museler l’atome et le canon » évoqués par Louis Aragon dans son poème « Maurice est de retour » 32, les dégâts qu’ils occasionnent ou pourraient occasionner sont ainsi privilégiés.

Les dessinateurs

Année

Mitelberg

Bec

Ixe

Donga

URSS/Est

J-P.Chabrol

H.-P.Gassier

Naret

1947

  

1

  

  

  

  

  

  

1948

  

  

  

1

  

  

  

  

1949

  

  

  

  

  

  

  

  

1950

11

6

10

8

7

  

5

  

1951

8

2

3

2

2

8

1

5

1952

10

  

  

  

  

1

  

1

1953

2

  

  

  

  

  

  

  

1954

14

13

  

  

  

  

  

  

TOTAL

45

22

13

11

9

9

6

6

Tableau 4 : Les principaux dessinateurs de représentations dénonçant la guerre

Année

J-P.Chabrol

Donga

Naret

Mitelberg

Picasso

Fougeron

Ling

1947

  

  

  

  

  

  

  

1948

  

  

  

  

  

1

1

1949

  

  

  

  

1

  

  

1950

7

6

  

2

2

  

1

1951

  

1

5

3

1

3

  

1952

1

  

1

  

1

  

  

1953

  

  

  

  

  

  

  

1954

  

  

  

  

  

  

  

TOTAL

8

7

6

5

5

4

2

Tableau 5 : Les principaux dessinateurs de représentations valorisant la paix

  • 33  Et pas seulement dans L’Humanité : L’Humanité-Dimanche, Action jusqu’à sa disparition en mai 1952, (...)
  • 34  Tim, L’autocaricature. Conversations avec Claude Glayman, Paris, Stock, 1974, p. 110. Sur cet aute (...)
  • 35  Henri-Paul Gassier, de son vrai nom Henri-Paul Deyvaux-Gassier, est un des deux créateurs du Canar (...)
  • 36  Dans le n° du jeudi 5 juillet 1951, p. 5 : un Truman hypocrite s’avance vers la droite du dessin, (...)

12L’inventaire des principaux dessinateurs présente plusieurs aspects instructifs. Tout d’abord, on remarquera que ce ne sont pas tout à fait les mêmes qui interviennent : Ixe ne dessine rien sur la paix, alors que Pablo Picasso, lui, apparaît plusieurs fois, grâce à sa fameuse colombe de la paix, dessins originaux pour le quotidien ou reproductions de l’oiseau des affiches pour les premier (Paris, 20-23 avril 1949) et second (Varsovie, 16-22 novembre 1950) Congrès mondiaux des Partisans de la paix. Ensuite, parmi ces dessinateurs, l’un d’entre eux se détache nettement, il s’agit de Louis Mitelberg (le futur Tim) ; en effet, avec 50 dessins à lui tout seul, il assure près du quart de la production totale. Si on y ajoute le fait que 45 de ces dessins dénoncent la guerre, on a là le profil d’un caricaturiste particulièrement engagé dans cette bataille idéologique et iconographique 33, ce que l’intéressé reconnaissait d’ailleurs deux décennies plus tard, dans un livre d’entretiens : « Je n’introduisais pas de nuances, voué au sentiment de reconnaissance […] envers les résistants de France, envers l’Union soviétique menacée par la guerre froide […] » 34. Les autres auteurs sont des habitués de la presse communiste, soit de la génération d’avant-guerre, comme Ling (de son vrai nom Max Lingner, émigré antifasciste allemand dans les années trente), Henri-Paul Gassier 35 ou Donga, soit de la génération issue de la Libération voire de la Résistance (Jean-Pierre Chabrol). Enfin, si la rédaction de L’Humanité propose à ses lecteurs des reproductions d’auteurs soviétiques (comme les KouKryniksy 36) ou des démocraties populaires dénonçant la guerre, on n’en trouve pas sur la paix.

Gagner la bataille contre l’arme atomique

  • 37  Résolution présentée par la Commission d’organisation et adoptée à l’unanimité par le Congrès, L’H (...)
  • 38  Laurent Casanova, « Contraindre les impérialistes à subir la paix », (III), L’Humanité, lundi 21 n (...)
  • 39  Voir L’Humanité du vendredi 17 mars 1950, p. 3.

13Lors du premier Congrès mondial des Partisans de la Paix, un Comité (environ 170 membres) chargé du « renforcement de la lutte contre toutes les agressions et contre la propagande et les tentatives des ennemis des peuples visant à provoquer une troisième guerre mondiale » 37 est élu le 23 avril 1949, ce dernier élisant en son sein un bureau de 13 personnes, dont 6 Français, présidé par Frédéric Joliot-Curie. Ce bureau convoque une session plénière du Comité du 15 au 19 mars 1950 à Stockholm, au Folket Hus (la Maison du peuple), alors que les actions « pour contraindre les impérialistes à subir la paix », selon les termes de Laurent Casanova 38, se multiplient. Le dimanche 19 mars, ce Comité mondial adopte à l’unanimité un appel relatif à « l’interdiction absolue de l’arme atomique » dont la majeure partie des attendus avaient déjà été lus par Frédéric Joliot-Curie dans son discours d’ouverture lors de la séance du 16 mars 39. Le texte intégral paraît dans L’Humanité du lundi 20 mars. La liste des premiers signataires de ce qui ne s’appelle pas encore l’appel de Stockholm se trouve dans le numéro du lundi 27 mars, en page 3.

  • 40  Cette expression, « Homo homini lupus », tirée de la pièce Asinaria, II, 4, 88 de l’auteur latin P (...)

14Le premier dessin, qui porte aussi pour la première fois la mention « Appel de Stockholm », paraît le jeudi 27 avril 1950, soit plus d’un mois après la rédaction du texte, en page une, et est signé Bec. Sur la terre, une file ininterrompue de personnages représentant différents peuples, dont sont reconnaissables le Russe et le Chinois, conduits par Marianne, déposent des piles impressionnantes de signatures dans une casserole marquée « Appel de Stockholm » attachée à la queue d’un Oncle Sam figuré en loup, avec le mot « guerre » sur ses flancs, qui tient dans sa gueule une bombe H. La légende lui fait dire : « Ce que ça peut devenir lourd cette sacré casserole !… » Cette animalisation de l’adversaire sert ici, en détournant, en quelque sorte, la célèbre formule « l’homme est un loup pour l’homme » 40 en « l’impérialiste yankee est un loup pour l’homme », à indiquer aussi que la volonté collective et la solidarité des peuples peuvent l’empêcher de nuire, en l’occurrence peuvent freiner ses appétits de prédateur.

  • 41  Ce dessin est légendé ainsi : Si tu y mets la patte, Nippon, Japon, petit patapon, Si tu y mets la (...)
  • 42  Sur l’état d’esprit de l’opinion publique face à cet événement, voir Michel Pinault, Frédéric Joli (...)

15Durant toute l’année 1950 alternent dessins sur l’horreur fantasmée de la guerre atomique et dessins d’encouragements à la résistance par la signature de l’Appel. En effet, le temps n’est plus (août 1945) ou un dessinateur comme Effel, dans Action, représentait avec sympathie les États-Unis, sous les traits d’une femme portant les habits de l’Oncle Sam et menaçant le Japon, un chat toutes dents dehors qui s’apprête à croquer une colombe de la paix, d’une bombe tenue débonnairement la tête en bas 41. Dans ce registre, celui d’une non-émotion face aux deux bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki, les communistes sont à l’unisson de tous ceux qui estiment que la fin de la guerre en Asie contre l’ancien allié des nazis au sein de l’Axe nécessitait des mesures radicales 42.

  • 43  Laurent Gervereau, « Représenter la guerre », in Laurent Gervereau (dir.), Voir, ne pas voir la gu (...)
  • 44  L’Humanité, mercredi 31 mai 1950, p. 2.
  • 45  L’Humanité, jeudi 1er juin 1950, p. 2. Ce dessin, non légendé cette fois-ci, est apparu antérieure (...)
  • 46  L’affiche, une lithographie de 50 x 33 cm (BNF, département des Estampes et de la Photographie), e (...)
  • 47  On peut évoquer en particulier l’affiche de Jean Carlu « Pour le désarmement » de 1932 ou celle du (...)
  • 48  Dans L’Humanité du mercredi 30 juillet 1952, on trouve une reproduction de « La Madone Benois » de (...)
  • 49  Voir ainsi la photographie d’une femme algérienne hurlant sa douleur, prise par Hocine à l’hôpital (...)
  • 50  Sarah Wilson, « Regard d’une historienne d’art », in Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° (...)
  • 51  Cette ressemblance m’est apparue à la lecture de l’ouvrage de l’historien d’art Meyer Schapiro, Le (...)
  • 52  Meyer Schapiro, Les mots et les images, op. cit., p. 109.
  • 53  Jeannette Vermeersch, rapport à une assemblée de femmes communistes, le 31 janvier 1952, en vue de (...)

16Horreur fantasmée et anticipée puisque, comme l’énonce Laurent Gervereau, dès lors que les effets de ces bombes restent « véritablement et totalement de l’ordre de l’in-montré […] c’est seulement l’imaginaire de la mort radicale, par nuage surréel, qui hantera les cauchemars des Européens de la guerre froide » 43. La mort ou bien des conséquences à plus long terme, comme l’annonce cet article de L’Humanité, à propos de possibles mutations génétiques chez les enfants « des survivants [de Nagasaki et Hiroshima] qui se trouvaient dans la zone de deux kilomètres à partir du centre de l’explosion, c’est-à-dire dans la zone où les effets radioactifs ont été notables ». Un dessin de Louis Mitelberg, dans lequel cinq gosses les yeux écarquillés d’horreur et les bras levés forment une sorte de chaîne, accompagne le titre : « Sous l’effet de l’atomisation, les enfants… peuvent devenir DES MONSTRES » 44. Dans le même registre d’une mort annoncée, prévue avant que d’être reçue, un dessin 45 (document 1) devenu affiche 46 pour le Comité du Congrès mondial des partisans de la paix, du même Louis Mitelberg, montre très simplement mais d’une manière très efficace une jeune mère en pleurs, vêtue de noir, portant son enfant mort, nu, dans ses bras, au milieu des décombres. La femme est au centre, de face, les pans de murs de chaque côté d’elle. Il y a opposition du noir (la mère, les murs) et du blanc (l’enfant, le fond sur lequel se détache la mère) ; il est légendé : « C’est cela qu’elles ne veulent pas ». Ce dessin, qui fait partie d’un ensemble, avec celui évoqué plus haut, invitant au rassemblement du dimanche 4 juin 1950, au stade Buffalo, Journée internationale de l’enfance décrétée « fête de la vie », convoque une image ultra classique des propagandes pacifistes, celle de la mère et de son enfant 47. Cette image renvoie elle-même à une figuration chrétienne du type mater dolorosa (Le Caravage), Madone (Léonard de Vinci 48) ou Pietà (Michel-Ange, Le Rosso), que l’on retrouve dans l’iconographie, y compris actuelle 49, dès qu’un conflit ensanglante la planète. On rappellera également que « un des symboles clés de la Résistance et de “la France éternelle” pendant l’Occupation avait été l’image de la maternité » et que « l’enfant lui-même est un symbole de la vie à venir » 50. À propos de la mère du dessin de Louis Mitelberg, on ne peut qu’être frappé de la ressemblance quasi parfaite, dans la silhouette, avec une peinture grecque, sur vase à parfums appelé lécythe, du milieu du 5e siècle, représentant une servante : même robe noire serrée à la taille, même col rond légèrement échancré, mêmes formes de visage et de nez 51. Sans doute Louis Mitelberg connaissait-il cette figure et l’a-t-il « empruntée » à cause de la simplicité des formes, tout en en transformant la signification, puisque selon Meyer Shapiro, dans l’art grec, les figures de face sont des personnages passifs et exclus de l’action 52, ce qui est tout le contraire des combattantes pour la paix qui, pour Jeannette Vermeersch, « vouent une haine sacrée aux guerres injustes et à ceux qui les commandent » 53.

  • 54  Mikhaïl Souslov, « La défense de la paix et la lutte contre les fauteurs de guerre », Résolutions (...)
  • 55  Donga, L’Humanité, mercredi 21 juin 1950, p. 2.
  • 56  Donga, « Le cadenas ! », L’Humanité, jeudi 22 juin 1950, p. 2.
  • 57  Donga, L’Humanité, samedi 5 août 1950, p. 2.
  • 58  Donga, L’Humanité, mardi 4 juillet 1950, p. 2.
  • 59  Donga, L’Humanité, vendredi 7 juillet 1950, p. 2.
  • 60  Donga, L’Humanité, samedi 29 juillet 1950, p. 2.
  • 61  Donga, « Le rempart », L’Humanité, mardi 8 août 1950, p. 2.
  • 62  Gérard Belloin, Mémoires d’un fils de paysans tourangeaux entré en communisme, Paris, Les Éditions (...)
  • 63  Dominique Desanti, Ce que le siècle m’a dit. Mémoires, Paris, Plon, 1997, p. 431.
  • 64  Dominique Desanti, ibidem, p. 431.
  • 65  Olivier Le Cour Grandmaison, « Le mouvement de la paix pendant la guerre froide : le cas français (...)
  • 66  Ring, « Notre DCA », L’Humanité, mercredi 9 août 1950, p. 2.
  • 67  Jeannine Verdès-Leroux, Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture (...)

17Néanmoins, pour sensibiliser militants et sympathisants, pour les exhorter, selon les analyses du Kominform, à « travailler avec encore plus d’opiniâtreté à l’élargissement et à la consolidation organique du mouvement des partisans de la paix » afin de « sauver l’humanité de la menace d’une nouvelle guerre » 54, l’iconographie de l’appel de Stockholm décline sur tous les tons la notion de barrage. Le dessinateur Donga se fait une spécialité de ce type de dessins, à l’été et à l’automne de l’année 1950. Par exemple, le cheval emballé d’un char de guerre sur lequel figure l’Oncle Sam chevauchant sa bombe bute contre la corde de l’appel 55, qui dans un autre dessin cadenasse la dite bombe 56. Une autre fois, c’est un cheminot actionnant une barrière de chemin de fer qui empêche un convoi de passer 57. Plus brutalement, une bombe en forme de requin chevauchée, cette fois-ci, par un capitaliste est stoppée par le harpon de l’appel, au milieu d’une mer de signatures 58, à moins que ce ne soit le capitaliste lui-même, toujours porteur de son arme de destruction, qui se retrouve cloué au mur par la plume d’un stylo 59 (document 2) ou bien, sort plus doux, emprisonné dans une cellule dont les murs sont des empilements de signatures et les barreaux des stylos, de nouveau 60. Enfin, Donga imagine également le succès qu’a représenté la campagne sous forme d’un immense rempart construit par le peuple, derrière lequel le fauteur de guerre, rendu impuissant, gesticule de fureur 61. Un des symboles iconographiques utilisés, le stylo, semble particulièrement intéressant. C’est armé de ce stylo et d’une inébranlable conviction que les militants de la paix « allèrent pendant des semaines de maison en maison, de ferme en ferme, selon un quadrillage préalable fondé sur l’idée que tout le monde, absolument tout le monde (y compris nos “pires ennemis”), devait être sollicité » 62. Cet exemple concerne la Touraine, mais il s’applique aussi bien à la Provence, au Nord, à la région parisienne ou aux arrondissements de la capitale dont Dominique Desanti se rappelle les « étroits escaliers malodorants, découvrant les réticences, les misères […] des taudis tout en haut des rues à la mode » 63. Ces « moines mendiants de la paix », toujours selon Dominique Desanti » 64, qui firent signer en France entre dix et quatorze millions de personnes 65, ne pouvaient que se retrouver dans des représentations comme celles de Donga que nous venons d’évoquer, ou bien de Ring, autre illustrateur, qui faisait d’une rangée de stylos alignés en batterie « notre DCA » 66. C’est donc bien d’un combat dont il est question, d’un combat sans merci qu’il s’agit de gagner grâce à des millions de signatures apposées au bas d’un bulletin, à des milliers de stylos utilisés solidairement par des travailleurs intellectuels pour qui il est un « outil » des plus familiers, mais aussi par des ouvriers pour qui il l’est beaucoup moins. Le stylo opposé à la bombe représente également la supériorité, que l’on veut définitive, du savoir et de l’intelligence sur la force brutale. Il renvoie également à tout un héritage du mouvement ouvrier et progressiste, dans ses composantes intellectuelles, pour qui la pétition fut un moyen commode d’alerter l’opinion publique afin qu’elle puisse peser sur les décisions politiques. L’appel de Stockholm s’ancre ainsi dans le temps long des productions mobilisatrices, renforcé par la conviction d’un efficace de l’écrit, dont témoignent entre autres les Batailles du Livre, puisque « le Parti communiste croit au pouvoir des mots » selon Jeannine Verdès-Leroux 67. Au pouvoir des mots, mais aussi des images, et c’est ainsi que représenter par le dessin ce qui sert à écrire, ou plutôt ce qui sert à manifester par écrit son refus de la guerre, renforce son impact. On notera enfin que ces caricatures de Donga désignent un fauteur de guerre de type « marchand de canon » – personnage bedonnant, en habit de soirée, haut de forme et nœud papillon – sans aucun attribut spécifique de l’Oncle Sam, ce qui semblerait signifier que cet auteur privilégie ici une dimension de « classe » par rapport à une vision plus nationaliste.

18Au plus fort de la campagne en faveur de cet appel pour l’interdiction de la bombe atomique, la guerre de Corée commence, ce qui provoque une brusque aggravation des tensions internationales et idéologiques, dont la production iconique de L’Humanité rend totalement compte.

Lutter contre la barbarie impérialiste en Corée

  • 68  Georges-Henri Soutou, La guerre de cinquante ans. Le conflit Est-Ouest 1943-1990, op. cit., p. 237 (...)

19Après le départ des Japonais, en 1945, la Corée est divisée en deux zones d’occupation, américaine et soviétique. En 1949, suite au retrait des troupes des deux puissances, subsiste une Corée du Sud dirigée par Syngman Rhee, et une Corée du Nord communiste sous la houlette de Kim Il-sung. C’est ce dernier qui obtint « un accord fondamental, “révolutionnaire”, entre Coréens, Soviétiques et Chinois pour développer le communisme en Asie, quelles qu’aient pu être les hésitations prudentes de Joseph Staline », et cet accord ne fut obtenu que parce que ce dernier « pensait que les États-Unis n’interviendrait justement pas dans le conflit », soucieux qu’ils étaient de la construction d’une Europe atlantique 68.

  • 69  Sur ce conflit on se reportera principalement à Claude Delmas, Corée 1950. Paroxysme de la guerre (...)

20Le 25 juin 1950, deux corps d’armées de la Corée du Nord franchissent le 38e parallèle et commencent leur offensive vers la capitale de la Corée du Sud, Séoul, qu’ils atteignent le 28 juin. Le 30, les forces américaines, sous l’autorité de l’ONU, sont en Corée, mais il faut attendre le 15 septembre pour que les forces communistes reculent, suite au débarquement réussi des forces de l’ONU sous le commandement du général Douglas MacArthur qui prend ainsi les Nord-Coréens à revers 69.

  • 70  L’Humanité, mardi 27 juin 1950, p. 5.

21Si, de nos jours, la thèse d’une attaque de la Corée du Nord par le Sud a perdu toute crédibilité, il n’en était évidemment pas de même, à l’époque, parmi les militants communistes. L’Humanité du lundi 26 juin 1950 titre ainsi un article d’André Stil : « Grave provocation à la guerre des fantoches de Washington en Corée. L’armée de la République populaire riposte victorieusement à l’agression des troupes de la Corée du Sud ». La première caricature sort le lendemain : le dessinateur Louis Mitelberg trace un portrait-charge de Douglas MacArthur, lunettes fumées, mine arrogante et brutale, portant une sorte de couronne composée de différents tubes marquées « choléra », « typhus », « peste », « tuberculose », « fascisme » et « guerre ». Un très court texte en forme de légende le présente comme « l’“empereur américain” du Japon [qui] semble se croire le maître couronné de l’Extrême-Orient » 70. Dessin prémonitoire ? En tout cas, ce n’est pas lui, mais son successeur, le général Matthew Bunker Ridgway, ancien chef de la 82e division aéroportée qui sauta sur Sainte-Mère-l’église en juin 1944, nommé par le président Truman le 11 avril 1951, qui sera accusé d’avoir orchestré une guerre microbienne.

  • 71  François Fontvieille-Alquier, La grande peur de l’après-guerre, 1946-1953, Paris, Robert Laffont, (...)
  • 72  Bernard Droz, « Qui a gagné la guerre de Corée ? », L’Histoire, n° 151, janvier 1992, p. 127.

22Une chose est sure, c’est le sentiment de peur panique, la « grande peur de l’après-guerre » 71, qui s’empare de la population, pour des motifs et avec des conséquences d’ailleurs opposés : les classes aisées envoient leurs enfants en Suisse où eux-mêmes s’empressent de placer leurs capitaux, tandis que les ménagères commencent à stocker des produits de première nécessité. C’est sans nul doute cette atmosphère, frôlant par moment « une véritable psychose d’Apocalypse » 72, qui explique la violence iconique des représentations dénonçant les horreurs de cette guerre qui ne fit pas moins de 990 000 morts et 1 250 000 blessés. Néanmoins, au vu de la gravité de l’événement, il faut quand même souligner l’investissement moindre, quantitativement, en terme d’images, dans L’Humanité, à propos de ce conflit somme toute lointain – qui ne ravive les peurs que parce il y a anticipation de ce qui pourrait arriver sur le sol français – par rapport aux dénonciations graphiques du réarmement allemand, beaucoup plus nombreuses puisque le danger est, là, très proche, d’un point de vue géographique mais aussi historique.

  • 73  Mitelberg, L’Humanité, jeudi 6 juillet 1950, p. 5.
  • 74 « La guerre de Corée porte en elle une terrible menace », L’Humanité, vendredi 7 juillet 1950, p. 1 (...)
  • 75  L’Humanité, mardi 24 octobre 1950, p. 5.
  • 76  Bec, « Le beau spectacle », L’Humanité, samedi 11 novembre 1950, p. 1.
  • 77 « Les aveux du criminel », L’Humanité, vendredi 29 septembre 1950, p. 3.
  • 78  H.-P. Gassier, « Dans leurs cauchemars… Nuremberg », L’Humanité, mardi 5 décembre 1950, p. 1.
  • 79  Ixe (ou un caricaturiste soviétique, le dessin n’étant pas signé), « Ne les laissons pas oublier » (...)

23Le général Douglas MacArthur, associé aux ruines et aux flammes des incendies, est au centre de la majorité des dessins issus du crayon de Louis Mitelberg, de Bec ou de Ixe. Le premier d’entre eux 73 montre un soldat hilare, l’air bestial, sans signe de nationalité, muni d’un lance-flamme, qui vient de tuer une mère et son enfant, sous le titre : Haiphong (Viet-Nam), Pyong-Yang (Corée), ce qui, en mêlant dans une même réprobation les meurtres de civils commis dans deux pays d’Asie occupés par la France et les États-Unis, permet de dénoncer deux impérialismes jumeaux et donc de dépasser, là encore, la dimension purement nationaliste de l’attaque. C’est en tout cas le constat que font également les Combattants de la Paix et de la Liberté, dans un communiqué du 6 juillet 1950 : « Nous ne voulons pas que l’abjecte guerre coloniale au Viet-Nam soit étendue à une vaste opération des gouvernements atlantiques contre tous les peuples d’Asie » 74. D’autres dessins montrent des civils sans défense abattus, comme ce couple de personnes âgées chez Louis Mitelberg 75 ou des villes en flammes (Bec), contemplées à la jumelle par un Douglas MacArthur qui s’exclame : « On créera pour eux une croix de guerre avec napalm » 76. Un dessin particulièrement horrible, d’un caricaturiste de la Pravda, croque un MacArthur élégant, pistolet à la hanche, un rictus déformant son visage, les bras dégoulinants de sang, tenant d’une main le drapeau de l’ONU qui recouvre à moitié des cadavres étendus sur le sol, tandis que de l’autre il soulève délicatement un avant-bras de nourrisson sectionné au coude 77. Désignés à la vindicte publique comme criminels, les dirigeants civils et militaires des États-Unis ne pouvaient échapper à la référence obligée de cette période, à savoir l’assimilation sans fard aux criminels nazis pendus à Nuremberg pour crime contre l’humanité. Et de fait, relayant de nombreux articles ou éditoriaux, Henri-Paul Gassier 78 et Ixe 79 se chargent, en décembre 1950, de rappeler à Harry Truman et Douglas MacArthur le sort qui les attend si…

  • 80  Beloyannis est exécuté le 30 mars 1952 avec trois de ses camarades, malgré une campagne internatio (...)
  • 81  L’Humanité, samedi 29 mars 1950, p. 2.
  • 82  Mitelberg, « Vision du monde », L’Humanité, vendredi 4 avril 1952, p. 2 ; Mitelberg, « Le salut du (...)
  • 83  Ainsi de l’assertion de Jean Coin pour qui « l’impérialisme américain porte plus loin dans le cann (...)
  • 84  On se reportera avec profit à l’article de Frédérique Matonti, « La colombe et les mouches. Frédér (...)
  • 85  Michel Pigenet, Au cœur de l’activisme communiste des années de guerre froide. « La manifestation (...)
  • 86  Autre surnom de Ridgway, par Florimond Bonte, France Nouvelle, n° 337, 31 mai 1952, p. 12.

24Le 22 février 1952, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères accuse l’armée américaine d’avoir utilisé des armes bactériologiques dans son pays. Ce n’est que le jeudi 6 mars que L’Humanité en fait mention : « Les monstres américains utilisent en Corée l’arme microbienne ». Le ton est donné. Le Parti communiste, déjà engagé dans une campagne contre la condamnation à mort de communistes grecs dont leur leader Beloyannis 80, ne réagit pas, sur le plan graphique, avant le 29 mars, date à laquelle L’Humanité fait paraître un dessin d’un de ses correspondants montrant le président Harry Truman en rat porteur d’un tube marqué « bacille de la peste », se dirigeant vers la droite, ce qui dans les codes cartographiques désigne l’est donc l’Union soviétique 81. En avril et mai, Harry Truman puis très rapidement le général Matthew Ridgway, surnommé « Ridgway-la-peste », environnés de tubes, de cornues, familiers avec toutes sortes d’insectes étiquetés répugnants 82 (document 3) deviennent des « barbares », des « cannibales », des « ennemis du genre humain » 83. Patronnée par le Conseil mondial de la paix, incarnée dans le monde savant par Frédéric Joliot-Curie 84, cette campagne débouche sur la fameuse manifestation du 28 mai 1952 85 contre la venue à Paris du général Ridgway, « le tueur microbien » 86. Ensuite, il faudra attendre l’année 1954, avec les actions contre la CED, pour voir réapparaître dans les colonnes du journal des dessins traitant de la guerre et de la paix.

25Questionner cette « écriture politique » de la guerre et de la paix dans L’Humanité par la source iconique permet, me semble-t-il, d’affiner l’exploration de ce territoire répertorié dans l’historiographie comme une « culture de guerre froide », et de dégager des modèles d’intelligibilité. L’horizon d’attente au cœur de ces mobilisations iconiques qui ont suscité notre curiosité se dévoile à travers quelques délibérés.

  • 87  Charles Tillon, « Chaque foyer de France va se prononcer contre la mort collective », Action, n° 2 (...)
  • 88  Au sens que donne à ce terme le philosophe Louis Marin, in Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, (...)
  • 89  Pierre Michel, Un mythe romantique. Les barbares, 1789-1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, (...)
  • 90  On trouvera de nombreux exemples iconographiques de ce type de représentation dans deux ouvrages : (...)

26Tout d’abord, nous sommes bien dans un dispositif propagandiste qui privilégie la dénonciation des horreurs de la guerre et de ceux, tant politiques que militaires, qui la conduisent, et met ainsi chaque citoyen en face de ses responsabilités : soit « se prononcer contre la mort collective » en organisant « la discrimination des criminels de guerre […] par le peuple tout entier », soit se faire les « complices des criminels, car complices sont ceux qui, ayant connaissance du crime, s’abstiennent de le dénoncer » 87. Les images bienveillantes, apaisantes, celles qui sont susceptibles de rassembler, à l’instar de la colombe de la paix de Pablo Picasso, sont minoritaires. Ce qui apparaît comme relevant de l’efficace 88, aux yeux des illustrateurs et donc de la direction du journal et du Parti communiste français, ce sont donc des représentations de la mort infligée par des « barbares » et reçue par des innocents. La barbarie, trop longtemps assignée comme constitutive du projet communiste (et auparavant mythe forgé par la bourgeoisie du xixe siècle devant la montée du prolétariat 89) par ses adversaires – que l’on songe au bolchevique hirsute de Adrien Barrère en 1919 ou aux affiches des années trente de André Galland, pour ne citer que le cas français 90 –, est retournée contre eux.

  • 91  J’emprunte cette expression à Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Un certain écho du monde. Propositions (...)
  • 92  Voir par exemple Le Figaro, L’Aurore ou bien également Le Populaire, ainsi que les campagnes de l’ (...)
  • 93  Le 14 juillet 1953, lors du défilé parisien, la police tire sur une partie du cortège et tue 7 man (...)
  • 94  Pendant les grèves de novembre et décembre 1947, un mort à Marseille, deux à Valence, pendant cell (...)

27Ces images violentes peuvent se lire comme un « certain écho du monde » 91 d’alors, un monde non pacifié, chargé de peurs et d’obsessions lourdes à porter. La violence des images de propagande communiste ne peut se lire qu’en miroir avec la violence des propagandes ennemies 92 ainsi qu’avec celle que le pouvoir exerce lors des manifestations 93 ou des grèves 94 de ce temps-là.

  • 95  Laurent Gervereau, Un siècle de manipulations par l’image, Paris, Somogy Éditions d’art, 2000, p.  (...)
  • 96  Suivant l’expression de Daniel Bensaïd, Une lente impatience, Paris, Stock, 2004, p. 31, qui l’a d (...)
  • 97 Tel est le titre d’un article de l’hebdomadaire du Comité central, France Nouvelle, n° 310, 24 nove (...)
  • 98  Laurent Gervereau, « La guerre invisible », in Philippe Buton (dir.), La guerre imaginée, Paris, É (...)
  • 99  Philippe Buton, « L’adieu aux armes ? L’iconographie communiste française et italienne depuis la L (...)

28D’ailleurs, ne s’agirait-il pas plutôt de haine ? Si l’on suit Laurent Gervereau, « la haine forme un sentiment construit et dirigé. […] Elle définit ses objets. Elle s’annonce. Elle se motive même » 95. Si le communisme est « une rage du présent » 96, nul étonnement à ce que ce refus motivé d’un espace voué à la mort programmée ou à l’Apocalypse prévisible – «… tels les monstres de l’Apocalypse, les soldats yankees tuent tout ce qui respire » 97 – suscite des images impatientes d’en terminer avec un tel présent et des caricaturistes avides d’en découdre avec les maîtres de ce présent-là. À l’évidence, la majorité des messages graphiques diffusés privilégient des images de guerre pour stopper la guerre, même si cette « guerre imagée est […] une guerre imaginée […] par les choix effectués chez le créateur-émetteur » 98 et passée au filtre d’une vision propagandiste : pas d’« adieu aux armes » 99 dans ces années cinquante !

Annexes

Document 1 : Donga, L’Humanité, vendredi 7 juillet 1950, p. 2.

29

Document 2 : Mitelberg, L’Humanité, jeudi 1er juin 1950, p. 2

Document 3 : Mitelberg, L’Humanité, mercredi 21 mai 1952, p. 1.

Haut de page

Notes

1  Pour toute information concernant cette revue, voir son site : www.dissidences.net

2  Jean-Marie Domenach, La propagande politique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1950, p. 19.

3  Gilbert Bloch, « Cette œuvre magistrale ne sera pas demain à Paris à l’Exposition d’Art mexicain », L’Humanité, lundi 19 mai 1952, p. 2.

4 Sur ce peintre, on consultera Andréa Kettenmann, Diego Rivera. Un esprit révolutionnaire dans l’art moderne, Cologne, Taschen, 2003, Patrick Marnham, Diego Rivera. Le rêveur éveillé, Paris, Le Seuil, 2000, Bertram D. Wolfe, La vie fabuleuse de Diego Rivera, Paris, Séguier, 1994, et sur son épouse, Hayden Herrera, Frida. Biographie de Frida Kahlo, Paris, Éditions Anne Carrière, 1996.

5 Andrei Jdanov (1896-1948), 3e secrétaire du PCUS dès 1946, en charge de l’idéologie, expose à la réunion de constitution du Kominform à Szklarska Poreba (Pologne) entre le 22 et le 27 septembre 1947 une weltanschauung basée sur la division du monde en deux camps, celui de la paix dirigé par l’URSS et celui de la guerre emmené par les États-Unis.

6 Sur cette période abondamment étudiée, on se reportera à la dernière synthèse, celle magistrale et copieusement documentée de Georges-Henri Soutou, La guerre de cinquante ans. Le conflit Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001, 767 p.

7  D’après l’expression du général de Gaulle, dans ses méditations à Colombey : voir Dominique Desanti, Les staliniens. Une expérience politique 1944-1956, Paris, Fayard, 1975, p. 75. Cette expression est reprise par Michel Winock dans son article « 1947 : l’année terrible » de L’Histoire, mai 1987.

8 On trouvera, par exemple, une perception communiste de ce changement d’attitude, en août 1946, dans l’éditorial de Pierre Courtade du n° 8 des Cahiers du communisme : « Tout se passe, en définitive […] comme si, depuis la victoire sur les puissances de l’Axe, il s’était produit un véritable changement de front. Comme si ce que certains Américains appellent la “démocratie économique” incarnée par l’URSS était devenue l’ennemie n° 1, en lieu et place de l’Allemagne nationale-socialiste » (p. 619).

9 D’où les références constantes, et lourdement appuyées, afin de faire pièce à la SFIO, à l’action de Jean Jaurès et à sa fameuse phrase de 1895 : « Votre société, violente, chaotique, porte en elle la guerre, comme la nuée porte l’orage. »

10  François Billoux, « La lutte pour la Paix, lutte politique de masse », L’Humanité, mardi 28 février 1950, p. 4.

11  François Billoux évoque ici les luttes des dockers et marins de Marseille, La Rochelle-La Pallice ou de Saint-Nazaire qui refusent de débarquer du matériel de guerre américain.

12 Georges-Henri Soutou, « Introduction », in Saki Dockrill, Robert Frank, Georges-Henri Soutou, Antonio Varsori (dir.), L’Europe de l’Est et de l’Ouest dans la guerre froide 1948-1953, Paris, Presses de l’université de Paris Sorbonne, 2002, p. 7.

13  Élaborée par George Frost Kennan, d’abord chargé d’affaires à Moscou puis directeur du Groupe de prévision politique au Département d’État, dans un télégramme en février 1946, puis en 1947 dans une note, devenue un article pour la revue Foreign Affairs, pour le secrétaire d’État à la Défense James Forrestal, cette doctrine envisage de contenir la progression du communisme, par nature expansionniste, à la fois sur le terrain et sur le plan idéologique. Pour une analyse des différentes interprétations du containment, voir Georges-Henri Soutou, La guerre de cinquante ans. Le conflit Est-Ouest 1943-1990, op. cit., p. 167-174, ainsi que Lily Marcou, La guerre froide. L’engrenage, Bruxelles, Complexe, 1987.

14  Lily Marcou, Le Kominform. Le communisme de guerre froide, Paris, Presses de la FNSP, 1977, 343 p.

15  Staline, Les questions du léninisme, Éditions de Tirana, cité dans l’article « Stratégie/Tactique », in Georges Labica, Gérard Bensussan (dir.), Dictionnaire critique du marxisme, Paris, PUF, 1982-1985, p. 1094.

16  Dans la bande dessinée d’anticipation de Roger Lécureux et Raymond Poïvet, « Les pionniers de l’espérance », une des aventures parues entre 1947 et 1949 évoque des partisans en lutte contre un régime impérial sur-armé et tyrannique afin de faire régner la paix et la liberté.

17  Ainsi, au Salon d’automne de 1951, à Paris, Boris Taslitzki expose une toile (« Riposte ») qui a pour sujet l’action des ouvriers de Port-de-Bouc contre la guerre en 1949, et Gérard Singer une autre concernant une action similaire à Nice en 1950 (« Le 10 février 1950 à Nice »).

18  Pour une approche pluraliste des différents aspects de ce journal, on se reportera aux Actes du colloque L’Humanité de Jaurès à nos jours organisé par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, le CHEVS, le Centre d’histoire sociale du xxe siècle, l’IHC, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, les 1er et 2 avril 2004 à la Bibliothèque nationale de France, à paraître fin 2004.

19  Étienne Fajon, « Pour L’Humanité, pour la presse du peuple et de la paix », L’Humanité, mercredi 13 novembre 1951.

20  Marc Lazar, « Forte et fragile, immuable et changeante… La culture politique communiste », in Serge Berstein (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999, p. 236-237.

21  Bronislaw Baczko, Les imaginaires sociaux. Mémoires et espoirs collectifs, Paris, Payot, 1984, p. 8.

22  Alain Deligne, « Regard d’un sémiologue. La bombe sémaphore », in Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 21-22, octobre/décembre 1990-janvier/mars 1991, p. 107.

23  Sur les imaginaires de guerre véhiculées par les images fixes ou non, voir les dernières recherches, en particulier Hélène Puiseux, Les figures de la guerre. Représentations et sensibilités, 1839-1996, Paris, Gallimard, 1997, Benjamin Stora, Imaginaire de guerre, Algérie-Viêt-nam en France et aux États-Unis, Paris, La Découverte, 1997, Laurent Gervereau (dir.), Voir, ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Paris, Somogy-BDIC, 2001 et Philippe Buton (dir.), La guerre imaginée, Paris, Éditions Seli Arslan, 2002.

24  Philippe Buton, Les lendemains qui déchantent. Le Parti communiste français à la Libération, Paris, Presses de la FNSP, 1993, p. 126.

25  Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral, Fernand Terrou, Histoire générale de la presse française, tome IV, De 1940 à 1958, Paris, PUF, 1975, p. 300.

26  Le chiffre de la fin 1946 est celui de Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, 2000, 2e édition, p. 248., celui du début 1947 de Marc Martin, Médias et journalistes de la République, Paris, Odile Jacob, 1997, p. 306.

27  Marc Martin, « La presse sous la IVe République », Historiens & Géographes, n° 358, juillet-août 1997, p. 134.

28  Chiffre fourni par Patrick Eveno dans sa communication « L’Humanité, une entreprise de presse ? » au colloque L’Humanité de Jaurès à nos jours, op. cit.

29  Chiffre de Dominique Berthet, Le PCF, la culture et l’art (1947-1954), Paris, La Table Ronde, 1990, p. 41.

30  Patrick Eveno, « L’Humanité, une entreprise de presse ? », op. cit.

31 « Succès éclatant des Assises pour la paix et la Liberté », L’Humanité, lundi 29 novembre 1948, p. 2. [La typographie du texte a été respectée.]

32  Louis Aragon, « Maurice est de retour », L’Humanité, 8 avril 1953, cité par Jean-Marie Goulemot, Le clairon de Staline, Paris, Le Sycomore, 1981, p. 132.

33  Et pas seulement dans L’Humanité : L’Humanité-Dimanche, Action jusqu’à sa disparition en mai 1952, La Vie ouvrière, etc., accueillaient également ses dessins.

34  Tim, L’autocaricature. Conversations avec Claude Glayman, Paris, Stock, 1974, p. 110. Sur cet auteur, on consultera Tim : être de son temps, catalogue de l’exposition du même nom, Paris, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme-Herscher, 2003, même si la partie consacrée à la période communiste de ce dessinateur n’a pas la place qu’elle aurait mérité d’avoir.

35  Henri-Paul Gassier, de son vrai nom Henri-Paul Deyvaux-Gassier, est un des deux créateurs du Canard enchaîné en 1915 : voir Laurent Martin, Le Canard enchaîné ou les Fortunes de la vertu. Histoire d’un journal satirique, Paris, Flammarion, 2001.

36  Dans le n° du jeudi 5 juillet 1951, p. 5 : un Truman hypocrite s’avance vers la droite du dessin, un rameau d’olivier à la main, alors qu’il dissimule une bombe derrière son dos.

37  Résolution présentée par la Commission d’organisation et adoptée à l’unanimité par le Congrès, L’Humanité, mercredi 27 avril 1949, p. 3.

38  Laurent Casanova, « Contraindre les impérialistes à subir la paix », (III), L’Humanité, lundi 21 novembre 1949, p. 1 et 2.

39  Voir L’Humanité du vendredi 17 mars 1950, p. 3.

40  Cette expression, « Homo homini lupus », tirée de la pièce Asinaria, II, 4, 88 de l’auteur latin Plaute (iii-iie siècle avant J-C), fut reprise et théorisée par Hobbes, l’auteur de Leviathan.

41  Ce dessin est légendé ainsi : Si tu y mets la patte, Nippon, Japon, petit patapon, Si tu y mets la patte, Tu auras du neutron. Action, n° 52, 31 août 1945, p. 2.

42  Sur l’état d’esprit de l’opinion publique face à cet événement, voir Michel Pinault, Frédéric Joliot-Curie, Paris, Éditions Odile Jacob, 2000, p. 294-297.

43  Laurent Gervereau, « Représenter la guerre », in Laurent Gervereau (dir.), Voir, ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, op. cit., p. 20.

44  L’Humanité, mercredi 31 mai 1950, p. 2.

45  L’Humanité, jeudi 1er juin 1950, p. 2. Ce dessin, non légendé cette fois-ci, est apparu antérieurement dans le numéro 249 de l’hebdomadaire Regards du 26 mai 1950, page 3, en accompagnement d’un article intitulé « Une bombe : 224 000 victimes ! » et de photos du fameux champignon atomique.

46  L’affiche, une lithographie de 50 x 33 cm (BNF, département des Estampes et de la Photographie), est intitulée « Pour éviter cela, signez l’appel de Stockholm pour l’interdiction de la bombe atomique ». Sa reproduction se trouve dans Gérard Bonal (dir.), Un acteur dans son temps. Gérard Philipe, Paris, BNF, 2003, p. 60.

47  On peut évoquer en particulier l’affiche de Jean Carlu « Pour le désarmement » de 1932 ou celle du POUM lors de la guerre d’Espagne, « Criminals ! » vers 1937 ainsi, bien sûr, que l’un des personnages du « Guernica » de Pablo Picasso en 1937. Pour ces œuvres, voir Laurent Gervereau, Autopsie d’un chef-d’œuvre, Guernica, Paris, Éditions Paris-Méditerranée, 1996.

48  Dans L’Humanité du mercredi 30 juillet 1952, on trouve une reproduction de « La Madone Benois » de ce peintre, p. 2.

49  Voir ainsi la photographie d’une femme algérienne hurlant sa douleur, prise par Hocine à l’hôpital d’El Harrach (Algérie) et parue en « une » de la presse le mercredi 24 septembre 1997.

50  Sarah Wilson, « Regard d’une historienne d’art », in Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 21-22, octobre/décembre 1990-janvier/mars 1991, p. 111.

51  Cette ressemblance m’est apparue à la lecture de l’ouvrage de l’historien d’art Meyer Schapiro, Les mots et les images, Paris, Macula, 2000, dans lequel, au chapitre intitulé « Face et profil comme formes symboliques », il y a la reproduction (p. 112-113) de ce vase, conservé au Musée national d’Athènes.

52  Meyer Schapiro, Les mots et les images, op. cit., p. 109.

53  Jeannette Vermeersch, rapport à une assemblée de femmes communistes, le 31 janvier 1952, en vue de préparer la Journée internationale des femmes : cité par Renée Rousseau, Les femmes rouges. Chronique des années Vermeersch, Paris, Albin Michel, 1983, p. 140.

54  Mikhaïl Souslov, « La défense de la paix et la lutte contre les fauteurs de guerre », Résolutions adoptées par la Conférence du Bureau d’Information des Partis communistes, L’Humanité, mardi 29 novembre 1949, p. 3 et 4.

55  Donga, L’Humanité, mercredi 21 juin 1950, p. 2.

56  Donga, « Le cadenas ! », L’Humanité, jeudi 22 juin 1950, p. 2.

57  Donga, L’Humanité, samedi 5 août 1950, p. 2.

58  Donga, L’Humanité, mardi 4 juillet 1950, p. 2.

59  Donga, L’Humanité, vendredi 7 juillet 1950, p. 2.

60  Donga, L’Humanité, samedi 29 juillet 1950, p. 2.

61  Donga, « Le rempart », L’Humanité, mardi 8 août 1950, p. 2.

62  Gérard Belloin, Mémoires d’un fils de paysans tourangeaux entré en communisme, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2000, p. 160.

63  Dominique Desanti, Ce que le siècle m’a dit. Mémoires, Paris, Plon, 1997, p. 431.

64  Dominique Desanti, ibidem, p. 431.

65  Olivier Le Cour Grandmaison, « Le mouvement de la paix pendant la guerre froide : le cas français (1948-1952) », Communisme, n° 18-19, 1988, p. 120-138.

66  Ring, « Notre DCA », L’Humanité, mercredi 9 août 1950, p. 2.

67  Jeannine Verdès-Leroux, Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956), Paris, Fayard/Éditions de Minuit, 1983, p. 159.

68  Georges-Henri Soutou, La guerre de cinquante ans. Le conflit Est-Ouest 1943-1990, op. cit., p. 237-241.

69  Sur ce conflit on se reportera principalement à Claude Delmas, Corée 1950. Paroxysme de la guerre froide, Bruxelles, Complexe, 1982 et Patrick Souty, La guerre de Corée, 1950-1953, guerre froide en Asie orientale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2002.

70  L’Humanité, mardi 27 juin 1950, p. 5.

71  François Fontvieille-Alquier, La grande peur de l’après-guerre, 1946-1953, Paris, Robert Laffont, 1973.

72  Bernard Droz, « Qui a gagné la guerre de Corée ? », L’Histoire, n° 151, janvier 1992, p. 127.

73  Mitelberg, L’Humanité, jeudi 6 juillet 1950, p. 5.

74 « La guerre de Corée porte en elle une terrible menace », L’Humanité, vendredi 7 juillet 1950, p. 1 et 2.

75  L’Humanité, mardi 24 octobre 1950, p. 5.

76  Bec, « Le beau spectacle », L’Humanité, samedi 11 novembre 1950, p. 1.

77 « Les aveux du criminel », L’Humanité, vendredi 29 septembre 1950, p. 3.

78  H.-P. Gassier, « Dans leurs cauchemars… Nuremberg », L’Humanité, mardi 5 décembre 1950, p. 1.

79  Ixe (ou un caricaturiste soviétique, le dessin n’étant pas signé), « Ne les laissons pas oublier », L’Humanité, mardi 12 décembre 1950, p. 5.

80  Beloyannis est exécuté le 30 mars 1952 avec trois de ses camarades, malgré une campagne internationale demandant sa grâce.

81  L’Humanité, samedi 29 mars 1950, p. 2.

82  Mitelberg, « Vision du monde », L’Humanité, vendredi 4 avril 1952, p. 2 ; Mitelberg, « Le salut du nouveau chef atlantique », L’Humanité, mardi 29 avril 1952, p. 1 ; Mitelberg, L’Humanité, mercredi 21 mai 1952, p. 1.

83  Ainsi de l’assertion de Jean Coin pour qui « l’impérialisme américain porte plus loin dans le cannibalisme l’affirmation hitlérienne », L’Humanité, mercredi 2 avril 1952, p. 2.

84  On se reportera avec profit à l’article de Frédérique Matonti, « La colombe et les mouches. Frédéric Joliot-Curie et le pacifisme des savants », Politix, n° 58, volume 15, p. 109-140.

85  Michel Pigenet, Au cœur de l’activisme communiste des années de guerre froide. « La manifestation Ridgway », Paris, L’Harmattan, 1992.

86  Autre surnom de Ridgway, par Florimond Bonte, France Nouvelle, n° 337, 31 mai 1952, p. 12.

87  Charles Tillon, « Chaque foyer de France va se prononcer contre la mort collective », Action, n° 289, 16-22 avril 1950.

88  Au sens que donne à ce terme le philosophe Louis Marin, in Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Éditions du Seuil, 1993, lorsqu’il évoque, à propos de « l’être de l’image » ses « « vertus », comme on l’aurait dit jadis, ses forces latentes ou manifestes, bref son efficace » (p. 10).

89  Pierre Michel, Un mythe romantique. Les barbares, 1789-1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981.

90  On trouvera de nombreux exemples iconographiques de ce type de représentation dans deux ouvrages : Philippe Buton, Laurent Gervereau, Le couteau entre les dents. 70 ans d’affiches communistes et anticommunistes, Paris, Chêne, 1989 et Peter Paret, Beth Irwin Lewis, Paul Paret, Persuasive images. Posters of war and revolution, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 1992. Pour les affiches de Galland, voir l’article de Fabrice d’Almeida, « Terreurs de la France modérée. Les affiches du Centre de propagande des républicains nationaux dans l’entre-deux-guerres », Sociétés & Représentations, n° 12, octobre 2001, p. 253-267.

91  J’emprunte cette expression à Anne-Claude Ambroise-Rendu, « Un certain écho du monde. Propositions pour une lecture des faits divers de presse », Recherches contemporaines, n° 3, 1995-1996, p. 5-31.

92  Voir par exemple Le Figaro, L’Aurore ou bien également Le Populaire, ainsi que les campagnes de l’organisation de Jean-Paul David Paix et Liberté : sur cette dernière on consultera Éric Duhamel, « Jean-Paul David et le mouvement Paix et Liberté, un anticommuniste radical » et Christian Delporte, « Propagande anticommuniste et images : le cas de Paix et Liberté » in Jean Delmas, Jean Kessler (dir.), Renseignement et propagande pendant la guerre froide (1947-1953), Bruxelles, Complexe, 1999, p. 195-215 et p. 217-225.

93  Le 14 juillet 1953, lors du défilé parisien, la police tire sur une partie du cortège et tue 7 manifestants, dont 6 Algériens et 1 Français, trésorier du syndicat CGT des Métaux du 18e. Sur cet événement largement occulté, on lira Maurice Rajsfus, 1953, un 14 juillet sanglant, Paris, Agnès Vienot Éditions, 2003.

94  Pendant les grèves de novembre et décembre 1947, un mort à Marseille, deux à Valence, pendant celles de l’automne 1948, quatre décès parmi les mineurs…

95  Laurent Gervereau, Un siècle de manipulations par l’image, Paris, Somogy Éditions d’art, 2000, p. 106.

96  Suivant l’expression de Daniel Bensaïd, Une lente impatience, Paris, Stock, 2004, p. 31, qui l’a détourné de George Steiner, Épreuves, Paris, Gallimard, 1993.

97 Tel est le titre d’un article de l’hebdomadaire du Comité central, France Nouvelle, n° 310, 24 novembre 1951, p. 12.

98  Laurent Gervereau, « La guerre invisible », in Philippe Buton (dir.), La guerre imaginée, Paris, Éditions Seli Arslan, 2002, p. 248.

99  Philippe Buton, « L’adieu aux armes ? L’iconographie communiste française et italienne depuis la Libération », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 80, octobre-décembre 2003, p. 43-54.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Document 1 : Donga, L’Humanité, vendredi 7 juillet 1950, p. 2.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Document 2 : Mitelberg, L’Humanité, jeudi 1er juin 1950, p. 2
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Document 3 : Mitelberg, L’Humanité, mercredi 21 mai 1952, p. 1.
URL http://chrhc.revues.org/docannexe/image/1415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Beuvain, « L’Humanité dans la guerre froide : la bataille pour la paix à travers les dessins de presse », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 63-85.

Référence électronique

Christian Beuvain, « L’Humanité dans la guerre froide : la bataille pour la paix à travers les dessins de presse », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 25 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1415

Haut de page

Auteur

Christian Beuvain

IHC-UMR CNRS 5605, Comité de rédaction de Dissidences1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page