Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’Humanité et la défense nationale dans les années 1930

Georges Vidal
p. 37-50

Résumé

Cet article étudie comment les évolutions de la politique militaire du Parti communiste français dans les années 1930 se répercutent sur son principal vecteur de propagande, L’Humanité.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Quelques jours après la signature à Paris du pacte franco-soviétique et la rencontre Laval-Staline de Moscou, L’Humanité du 17 mai 1935 portait en gros titre à la une : « Non ! Rien n’est changé. Pour soutenir la politique de l’Union soviétique, renforçons notre action pour la défense des soldats. » En dessous, le journal annonçait que « deux régiments français se rendraient en délégation auprès de l’Armée rouge au cours de l’été ». L’association paradoxale d’une profession de foi antimilitariste et de l’annonce bienveillante d’une éventuelle collaboration militaire franco-soviétique illustre en un condensé saisissant la trajectoire surprenante suivie pendant une décennie par le quotidien communiste sur la question de la défense nationale. D’un rejet de principe exprimé avec virulence au début des années 1930, il passe à une adhésion de moins en moins réservée dans la période qui suit. Cette évolution très progressive, dont le temps fort correspond à l’arrivée au pouvoir du Front populaire, reflète fidèlement les transformations subies durant cette période par la politique militaire communiste et est symptomatique des mutations profondes qui affectent dans le même temps le PCF et de manière plus générale l’ensemble du mouvement communiste.

Un journal contre la défense nationale (1930-1936)

  • 1  Bibliothèque marxiste de Paris, bob177, rapport du 1er août 1926, p. 5.

2En 1926, le PCF a mis en place, conformément aux directives reçues de Moscou, un important dispositif antimilitariste qui comprend un organisme clandestin, appelé l’appareil anti, chargé de mener le travail militaire, c’est-à-dire d’agir au sein même de l’armée. Cet organisme assure l’impression d’un ensemble de journaux antimilitaristes dont l’existence est illégale ou semi-légale, le principal d’entre eux étant le bimensuel La Caserne tiré à environ 20 000 exemplaires. En dépit de l’existence de tous ces organes de presse spécialisés, L’Humanité occupe une place centrale dans l’activité antimilitariste. Des articles contre l’armée paraissent régulièrement et le journal donne parfois des informations pratiques concernant l’action anti. Ainsi, le quotidien lance des appels aux réservistes communistes pour qu’ils communiquent leur adresse au siège du journal afin d’être recensés par l’appareil antimilitariste 1. Mais le rôle attribué à L’Humanité dans l’application de la politique militaire communiste repose surtout sur sa rubrique antimilitariste, car son contenu est étroitement lié à l’activité des cellules implantées dans les casernes.

Un outil du « travail militaire »

3D’abord appelée « La tribune du soldat et du marin », puis « Dans l’armée de la bourgeoisie », ensuite, à partir de janvier 1934, « De nos correspondants soldats » et enfin « Dans l’armée »en 1936, cette rubrique est pour l’essentiel constituée de lettres de soldats, envoyées au quotidien communiste pour dénoncer la dureté de la discipline, les conditions d’existence de la troupe ou la dangerosité des manœuvres. En général, ces lettres reprennent les revendications matérielles défendues par le PCF en faveur des soldats. Quelques-unes, plus élaborées, ont un contenu politique lié à la conjoncture. La périodicité de cette rubrique est le plus souvent hebdomadaire ou bihebdomadaire. Toutefois, lorsque l’actualité est marquée par les questions militaires, sa fréquence s’accroît, devenant parfois quotidienne.

  • 2  A Marty, « Le processus de fascisation de la France “démocratique” et les tâches du PCF (Discours (...)

4La place essentielle qu’elle occupe dans le dispositif antimilitariste du parti, tient à sa double fonction : d’abord, elle joue le rôle de « vitrine » légale de l’appareil anti ; ensuite et surtout, elle sert de « caisse de résonance » au travail militaire. En effet, elle est davantage destinée à servir de moyen d’action pour les communistes encasernés qu’à être lue par les lecteurs ordinaires de L’Humanité. Dans les régiments, les militants peuvent utiliser le quotidien comme instrument de propagande, mais, plus encore, il les incite à rédiger ou à faire rédiger par des sympathisants des lettres destinées à la publication. Comme celles-ci paraissent avec le nom du régiment du ou des auteurs de la lettre, les soldats communistes peuvent ensuite utiliser l’exemplaire de L’Humanité dans lequel « on parle du régiment » pour développer plus efficacement leur activité au sein de la caserne. Plusieurs centaines de lettres sont envoyées chaque année à L’Humanité qui ne les publie d’ailleurs pas toutes. En 1933, le quotidien revendique un total de 600 lettres reçues, soit une moyenne de 50 lettres par mois 2.

  • 3  L’Humanité, 12 novembre 1932, p. 4.
  • 4  « L’usine et la guerre », L’Humanité, 25 juillet 1928, p. 4. « Les ouvriers dénoncent la guerre qu (...)

5Outre la dénonciation des conditions matérielles de la troupe, le journal privilégie trois grands axes dans ses attaques contre la défense nationale. Le principal reste toujours la défense de l’Union soviétique en cas d’agression par la coalition des États capitalistes dirigée par la France, l’ennemi numéro un du communisme. Exemple significatif, L’Humanité publie en novembre 1932 la lettre d’un réserviste qui écrit lors d’une période d’exercice : « Les soldats ne seront pas dupes de l’état-major, [qui annonce une guerre prochaine avec l’Allemagne.] Ils apprendront à se servir des fusils pour défendre leur seule patrie : la Russie des soviets. » 3 Ensuite viennent les thèmes récurrents de la préparation industrielle à la guerre 4, en particulier la fabrication d’armes chimiques, et de la brutalité et de l’arbitraire des officiers et sous-officiers.

  • 5  « Exploits de galonnards », L’Humanité, 23 août 1928, p. 3.

6Contre les gradés, les attaques menées par le quotidien restent cependant relativement modérées comparées à celles des publications illégales. Même si « les gueules de vache », sous l’abréviation de « GDV », sont régulièrement brocardées, l’expression n’est pas systématiquement employée. D’ailleurs, contrairement à ce que l’on peut parfois lire, le concours des « GDV » n’a jamais été organisé par L’Humanité. Ce concours est en effet organisé de 1926 jusqu’à la fin des années 1920 dans L’Avant-Garde, journal des Jeunesses communistes, et également dans La Caserne. Le quotidien communiste est cependant friand de faits divers impliquant des gradés, car ils lui permettent alors de dénoncer la dépravation des cadres de l’armée. Ainsi, en 1928, L’Humanité rapporte qu’à La Rochelle, « 17 officiers ivres insultent et rossent le guet. » Le journal conclut : « On peut être sûr, que ces 17 GDV s’en tireront avec les honneurs dus à leur grade. Le conseil de guerre et la “camise” sont réservés aux malheureux matelots pour la moindre peccadille. » 5L’antagonisme de classe entre soldats et officiers prend ici la forme de la lutte entre le vice et la vertu !

  • 6  Leroux, « Quelques enseignements des manœuvres militaires de 1930 », Cahiers du bolchevisme, n° 1, (...)

7Si le journal fait preuve dans l’ensemble d’une certaine retenue, c’est afin de conserver la qualité de style d’un grand organe de presse, mais également pour ne pas prêter le flanc aux poursuites pénales. En dépit de ces précautions, L’Humanité voit sa marge de manœuvre se réduire à la fin des années 1920, car la multiplication des condamnations pour diffusion de fausses nouvelles ou incitation de militaires à la désobéissance l’oblige à modérer la vigueur de ses articles antimilitaristes. En 1931, François Billoux reconnaît dans Les Cahiers du bolchevisme que « si l’Humanité parle moins des luttes de soldats, c’est que chaque manifestation de soldats ou de réservistes relatée dans L’Humanité coûte deux années de prison au gérant et 22 000 francs d’amende au journal. » 6De son côté, l’institution militaire participe, elle aussi, à la répression, puisqu’en 1929, Georges Marrane, caporal de réserve, est cassé de son grade pour avoir été condamné à une amende de 500F en tant qu’administrateur de L’Humanité

  • 7  En fait, il semble, d’après la majeure partie des faits rapportés, que les actions les plus radica (...)
  • 8  « Les mécomptes de l’état-major », L’Humanité, 22 septembre 1933, p. 1.
  • 9  « Le 12 février, les ouvriers en lutte ont accueilli en frère de classe, les soldats mobilisés con (...)

8Cette obligation de prudence n’empêche pas L’Humanité de présenter l’armée française comme une institution minée de l’intérieur par les multiples luttes que mènent dans les garnisons des soldats toujours très combatifs. Cette tendance culmine en 1933 et 1934, lorsque le journal décrit les casernes en état d’ébullition chronique 7, certains régiments étant même au bord de la mutinerie 8. Rendant compte des événements du 12 février 1934, L’Humanité donne une description quasi épique de la fraternisation entre ouvriers et soldats : « Dans Paris, […] gares, postes, centraux téléphoniques, étaient gardés militairement. Les travailleurs ont magistralement répondu à cette formidable provocation. […] Partout où ils le purent, ils s’efforcèrent de parler aux soldats. […] Ailleurs, ils ravitaillèrent […] les piquets de garde, apportèrent des boissons chaudes à ceux que l’état-major se préparait à lancer contre eux. […] Partout s’établissait ainsi la liaison indispensable entre les ouvriers et les encasernés. » 9 Par conséquent, d’après le quotidien communiste, en février 1934, les régiments de l’armée française mobilisés pour le maintien de l’ordre étaient proches de la désagrégation. Ce type de discours disparaît lorsque le PCF adopte la stratégie de front populaire.

De l’antimilitarisme révolutionnaire à l’armée républicaine

  • 10  Gabriel Péri, « Hitler, chancelier », L’Humanité, 31 janvier 1933, p. 1.
  • 11  Gabriel Péri, « La guerre qui vient », L’Humanité, 10 février 1933, p. 3.
  • 12  L’année 1933 est marquée par une nette amélioration des relations franco-soviétiques : en avril, l (...)
  • 13  « Système d’alliance, machine de guerre », L’Humanité, 9 juillet 1933, p. 1.
  • 14  « La politique de paix de l’URSS » (discours prononcé par Litvinov à Paris le 8 juillet 1933), L’H (...)

9En dépit des événements politiques qui, en 1933, ont profondément transformé le contexte européen, le changement d’attitude du PCF vis-à-vis de la défense nationale est relativement tardif. L’Humanité reflète parfaitement les hésitations et contradictions du mouvement communiste face à l’évolution de la situation internationale. Ainsi, Gabriel Péri donne à quelques jours d’intervalles deux interprétations différentes de l’arrivée d’Hitler au pouvoir : d’abord ; il estime que l’on va rapidement assister à la mise en œuvre de « la collaboration militaire franco-allemande contre l’Union soviétique » 10 ; quelques jours plus tard, il écrit que les risques de conflagration interimpérialistes en Europe se sont accrus et il n’évoque plus la formation d’un axe Paris-Berlin dirigé contre l’URSS 11. Dans les mois qui suivent, l’amorce d’un rapprochement franco-soviétique ne provoque pas de clarification 12. Par exemple, L’Humanité du 9 juillet 1933 donne deux interprétations contradictoires de la politique française sur le continent européen. D’une part, un article, placé à la une, désigne la France comme la première responsable des risques de guerre en Europe, en particulier contre l’URSS 13. D’autre part, est reproduit un discours de Litvinov qui exprime le souhait que les relations franco-soviétiques se poursuivent 14.

  • 15  « Les officiers constituent des groupes fascistes, exigeons les droits politiques pour les encaser (...)
  • 16  Archives russes d’état d’histoire politique et sociale (ci-après RGASPI, Moscou), 517/1595, La lut (...)

10Toutefois, par comparaison avec les années précédentes, une tendance à la modération est repérable au début de l’année 1934. Ainsi, L’Humanité manifeste toujours son hostilité vis-à-vis des officiers, mais ses attaques virulentes et systématiques s’atténuent, excepté sur le plan politique puisque tous sont assimilés à des fascistes 15. Puis le tournant de l’été 1934 fait rapidement sentir ses effets. La décision prise alors par la direction du PCF de s’adresser aux cadres de l’armée pour chercher à gagner une partie d’entre eux à l’antifascisme entraîne une attitude nouvelle de la part du quotidien communiste 16.

  • 17  « Les manœuvres de Mourmelon vues par un sous-officier de réserve », L’Humanité, 20 octobre 1934, (...)
  • 18  L. Sampaix, « Le scandale des hôpitaux militaires : une nuit au Val-de-Grâce dans l’antichambre de (...)
  • 19  « Brimades, punitions s’abattent sur les malades », L’Humanité, 20 janvier 1934, p. 4. « Des malad (...)

11Dès l’automne, paraît dans la rubrique antimilitariste la lettre d’un sous-officier de réserve qui écrit à propos du déroulement des manœuvres de Mourmelon : « Je suis de cœur avec vous ; beaucoup d’officiers sont comme moi. » 17 Autre glissement significatif : en février 1935, Lucien Sampaix qui devient à cette époque, et jusqu’en 1939, le spécialiste des questions militaires dans L’Humanité rend compte d’une visite effectuée au Val-de-Grâce. Après avoir fait une description calamiteuse de l’hôpital, il écrit que « le personnel a fait dans l’ensemble des efforts dignes d’éloge ». Puis, il conclut en affirmant que « les services sanitaires sont à réorganiser. C’est l’avis même des médecins avec qui nous avons pu en discuter. » 18 L’année précédente, les médecins militaires étaient encore systématiquement dénoncés pour leur incompétence et leur mépris envers les soldats 19.

12Cette évolution n’empêche pas L’Humanité d’accorder au printemps 1935 une grande place à la lutte contre l’allongement du service militaire à deux ans. Outre la publication en première page d’une série d’articles de Marcel Cachin, la rubrique « De nos correspondants soldats » paraît selon un rythme quasi quotidien en mars et en avril pour condamner le « rabiot » et « les deux ans ». La dénonciation du bellicisme et du militarisme de l’impérialisme français redevient alors le thème principal de la propagande antimilitariste. Mais les mois suivants, il passe au second plan au profit du mot d’ordre de « la républicanisation de l’armée ». Cette évolution ne signifie d’ailleurs nullement un abandon de l’antimilitarisme.

  • 20  p. Vaillant-Couturier, « Les bolcheviks défendent la paix », 18 mai 1935, L’Humanité, p. 1. Cet ar (...)
  • 21  Jacques Duclos, « Les communistes et la paix », L’Humanité, 24 mai 1935, p. 2. Dans cet article, p (...)

13En effet, malgré la signature du pacte franco-soviétique en mai et la déclaration de Staline quelques jours plus tard sur le droit pour la France de « maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité », L’Humanité ne renonce pas à ses diatribes antimilitaristes. Après avoir donné une brève justification embarrassée et confuse des propos de Staline, le journal défend le principe du pacte face à Hitler 20, tout en réaffirmant la nécessité de l’antimilitarisme 21.

  • 22  L. Sampaix, « Les libérés défendront R. Guyot et exigeront son acquittement », L’Humanité, 8 juill (...)

14L’Humanité continue donc de publier à un rythme soutenu sa rubrique « De nos correspondants soldats » et, dès le mois de mai, la propagande contre la « fascisation » de l’armée s’intensifie après une éclipse relative au moment de la campagne contre les « deux ans ». Le PCF cherche alors à prouver qu’il n’a pas « changé » et, en juin et en juillet, les articles antimilitaristes sont particulièrement nombreux dans le quotidien communiste. La libération du contingent est ainsi rapportée : « C’est au chant de l’Internationale que beaucoup d’entre eux ont quitté les villes de garnison. C’est au chant de l’Internationale qu’ils ont débarqué dans les gares des grandes agglomérations et les lettres qui nous parviennent montrent que les rabioteurs n’ont rien perdu de leur magnifique combativité. » 22

  • 23  « Assez de morts ! Assez de blessés ! Des soins prompts, des manœuvres moins violentes, une meille (...)
  • 24  « Hier, les conscrits sont partis », L’Humanité, 3 septembre 1935, p. 1.
  • 25  « Ligne Maginot : casemates sans air ! antichambre de la mort ! », L’Humanité, 11 avril 1936, p. 4
  • 26  L. Sampaix, « 500 000 réservistes appelés cette année », L’Humanité, 9 février 1936, p. 1.
  • 27  Ibid.

15Comme chaque année, la dénonciation des manœuvres se poursuit tout l’été et au début de l’automne, bien qu’une importante mission militaire russe assiste à celles de septembre, ce que L’Humanité se garde d’évoquer. Mais, discrète inflexion, à la différence des années passées, le journal du PCF ne réclame plus la suppression des manœuvres, mais des « manœuvres moins violentes » qui permettraient de sauver des vies humaines 23. Toutefois, la tonalité antimilitariste demeure bien présente, toujours dure et hostile à l’institution militaire. Au début du mois de septembre, le départ des conscrits est décrit en termes très sombres : « Hier, les conscrits sont partis. Ils rejoignent pour deux ans les casernes dans lesquelles plus de 600 de leurs aînés sont morts l’hiver dernier. En même temps, se dérouleront en Champagne les grandes manœuvres motorisées, véritables préparatifs de guerre, au cours desquelles des milliers de soldats et réservistes subiront les souffrances occasionnées par la fatigue et la faim. » 24 Au printemps 1936, prenant le contre-pied de la propagande officielle et de la majorité de la presse française, une longue enquête consacrée aux troupes de forteresse de la ligne Maginot dénonce cette « ligne de la mort [où] des dizaines de milliers de petits gars vivent en termites, coupés du reste du monde » 25. À cette époque, les diatribes de L’Humanité mettent également en cause le service militaire de deux ans, la croissance des effectifs 26, en réclamant le rétablissement du service d’un an et la suppression des périodes de réserve 27.

  • 28  « Soldats et officiers protestent contre la politique de Laval », L’Humanité, 2 novembre 1935, p.  (...)
  • 29  Général-major Z, « Pourquoi les soldats meurent », L’Humanité, 8 janvier 1936, p. 4 ; « Des soldat (...)

16Durant cette même période, L’Humanité publie une série de textes signés par des officiers, appliquant une véritable politique de la « main tendue » en direction des cadres de l’armée 28. En ouvrant ainsi les colonnes du quotidien, le PCF veut montrer qu’il n’est plus hostile aux officiers, que l’époque du concours des GVD est bien révolue, et que L’Humanité sert désormais de porte-voix aux officiers « républicains » qui veulent combattre le fascisme dans l’armée. La plus remarquée de ces publications est celle du major-général Z qui publie une série d’articles consacrés à la médecine militaire dont il critique sévèrement l’organisation et les dysfonctionnements 29. Plus politique, dans le numéro du 14 mars, paraît, sous la signature d’un général Z, un article intitulé « Oui ! Une armée démocratique au service de la République et du peuple ! ».Cet article sort dans une période où le PCF mène campagne pour une modification des règlements militaires permettant la libre diffusion dans les casernes de la presse du Front populaire, en particulier de L’Humanité. Cette dernière revendication devient, pour une année environ, le principal axe de la politique militaire du PCF qui connaît un profond renouvellement avec l’arrivée au pouvoir du Front populaire.

Un journal de défense nationale (1936-1939) ?

  • 30  Membre du bureau politique depuis 1932, élu député en 1936 et vice-président de la commission de l (...)
  • 31  M. Gitton, « La démocratisation de l’armée doit s’accompagner de sa modernisation », L’Humanité, 2 (...)
  • 32  Cf. R. Frank, Le prix du réarmement français (1935-1939), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982 (...)
  • 33  RGASPI, 517/1/1794, décisions du bureau politique du 28 décembre 1936.

17La victoire du Front populaire et la formation du gouvernement de Léon Blum entraînent un rapide changement de ton de L’Humanité. Dès le début du mois de juin, le PCF proclame son adhésion au principe de défense nationale et approuve également le renforcement des forces armées face à la montée de la menace allemande. Le 29 juin, Marcel Gitton 30, principal responsable du parti pour les questions militaires, explique dans L’Humanité la position prise par le bureau politique en faveur de la modernisation de l’armée : « On ne respecte que les forts. (….) Nous sommes très en retard. Dans ce pays où l’industrie est très développée, où l’aviation a atteint un grand perfectionnement, toutes les ressources nationales sont loin d’être utilisées pour une modernisation rationnelle de l’armée. » 31Dans les mois qui suivent, le quotidien du PCF manifeste sans ostentation mais régulièrement son soutien au réarmement engagé par le gouvernement du Front populaire 32. Ainsi, il publie des placards publicitaires et des communiqués en faveur de l’Emprunt de Défense nationale 33.

  • 34  L. Sampaix, « Voyez sur la carte l’encerclement qui menace la France, nous dit une éminente person (...)

18Toutefois, le journal communiste n’exprime nullement la crainte d’une prochaine agression allemande contre la France. Même si le déclenchement de la guerre d’Espagne entraîne la prise en compte du risque d’encerclement de la France 34, le conflit espagnol est surtout envisagé comme un encouragement aux projets putschistes du fascisme français. Pendant plus d’un an, la dénonciation de « l’ennemi intérieur » émaille le contenu du journal et la question de la défense nationale est essentiellement abordée sous l’angle de la « républicanisation » de l’armée.

Entre ambiguïté et effort de défense.

  • 35  Paul Vaillant-Couturier, « Vive l’armée républicaine », L’Humanité, 15 juillet 1936, p. 3.
  • 36  « Prêt à un franc pour les soldats ! Abrogation des décrets-lois qui rongent les soldes », L’Human (...)
  • 37  « La démocratisation de l’armée doit s’accompagner de sa modernisation », L’Humanité, 29 juin 1936 (...)

19Dans l’ensemble, L’Humanité n’évoque guère le potentiel militaire du pays, insistant surtout sur le loyalisme de la majorité de l’armée et sur la force des liens qui l’unissent au peuple. Faisant le compte rendu de la revue militaire du 14 juillet 1936, le rédacteur en chef du journal, Paul Vaillant-Couturier, décrit sur un ton lyrique le défilé des troupes comme s’il s’agissait d’une cérémonie animée par l’esprit du Front populaire : « Les travailleurs de Paris, en longues files sur les trottoirs, applaudissaient les soldats, leurs fils, leurs frères, qui leur répondaient par un bon et franc sourire qui voulait dire : “Comptez sur nous pour défendre la République”. Et j’ai vu des officiers dont les yeux reconnaissants et joyeux saluaient le peuple. » 35 Ce discours positif sur l’armée participe de l’euphorie générale qui touche les forces du Front populaire à cette époque. On peut alors lire dans L’Humanité des dithyrambes de ce style : « Les soldats et les gradés – dont lapresque totalité est née du peuple – ont applaudi à cette victoire du peuple (les accords Matignon). (…) Nous savons que la grande majorité des sous-officiers et des officiers sont humains et font preuve de fidélité au peuple et aux institutions républicaines. » 36L’état-major, lui-même, n’est plus ouvertement suspecté de tendance fasciste et « le loyalisme républicain du général Gamelin » est désormais admis 37.

  • 38  Lucien Sampaix, « Les officiers fascistes en lutte ouverte contre le gouvernement et la légalité » (...)
  • 39  « Les soldats exposent leurs revendications », L’Humanité, 15 juillet 1936, p. 4. « Les soldats s’ (...)
  • 40  « Et la circulaire de M. Daladier ? », L’Humanité, 5 août 1936, p 4.

20Tout en tenant ce discours consensuel, le PCF lance au cours de l’été une campagne pour « le licenciement des officiers fascistes » afin de réaliser une « républicanisation » complète de l’armée 38. En particulier, le quotidien publie un grand nombre de lettres, de pétitions, voire de « cahiers de doléances », envoyés par des soldats qui « s’adressent à Monsieur Daladier [le ministre de la Guerre] comme à un père » pour qu’il chasse de l’armée les « officiers fascistes » et améliore la condition matérielle des soldats. 39 Le nombre d’envois paraît avoir culminé fin juin-début juillet, le journal affirmant alors avoir reçu 200 lettres en quinze jours 40.

  • 41  « Il faut mettre un terme aux agissements des factieux », L’Humanité, 7 octobre 1936, p. 4.
  • 42  Arch. Ass. nat., procès verbal de la commission de l’Armée, séance du 4 novembre 1936.

21Dans les mois suivants, la pression contre le ministre s’accentue et, le 7 octobre, un article met implicitement en cause E. Daladier, accusé de protéger le fascisme dans l’armée et de couvrir la répression contre les soldats et les gradés « républicains » 41. En dépit de ces attaques, le ministre de la Guerre maintient l’interdiction de lire L’Humanité dans les casernes 42.

  • 43  « La propagande fasciste dans l’armée dénoncée par un officier d’active », L’Humanité, 21 novembre (...)
  • 44  « Pourquoi les soldats se plaignent ? Par le général major Z », L’Humanité, 25 novembre 1936, p. 4

22A la fin de l’automne 1936, L’Humanité poursuit la publication, outre les courriers de soldats, de lettres envoyées par des officiers43. À l’image de la situation dans l’armée, le ton de ces lettres s’est durci, traduisant l’exaspération ou la déception. Dans l’une d’elles, le major-général Z, après avoir affirmé que les conditions matérielles des soldats ne s’étaient pas améliorées depuis le mois de juin, aborde la question de la politique dans l’armée : « Dans le but louable d’éviter tout désordre, le ministre annonce qu’il sévira énergiquement contre toute manifestation d’ordre politique dans l’armée. Malheureusement, ces déclarations aboutissent à créer le délit d’opinion pour les militaires républicains. Il faut qu’on sache, il faut le dire bien haut, […] et c’est ce qui crée un malaise général dans les cadres actuels de l’armée, faire de la politique, c’est être un partisan de la démocratie ou du socialisme et ne pas s’en défendre. Ne pas faire de politique, c’est être adversaire de nos institutions et le crier sur les toits. […] Être Action française, Croix-de-feu, conservateur social, c’est avoir bon esprit ; être sympathisant des partis de gauche, c’est avoir mauvais esprit. » 44 Ce point de vue du major-général Z, le seul officier qui collabore régulièrement au quotidien communiste, fait figure de bilan de la politique militaire menée depuis plusieurs mois par le PCF : il constate l’échec de la « républicanisation » de l’armée prônée par communistes.

  • 45  « À quand le transport gratuit pour les permissionnaires ? », L’Humanité, 24 mars 1937, p. 4. « Le (...)

23Dans les mois qui suivent, la question de l’armée n’occupe plus qu’une place réduite dans le quotidien communiste. La rubrique « Dans l’armée » paraît moins souvent et son contenu est de plus en plus centré sur les revendications matérielles45. Puis, le 18 septembre, elle est publiée pour la dernière fois. Ainsi disparaît soudainement le dernier vestige légal de la période antimilitariste révolutionnaire du PCF. La partie aujourd’hui accessible des archives du mouvement communiste ne fournit aucune explication sur cette disparition. Il s’agit pourtant d’une décision d’une telle portée politique qu’elle a vraisemblablement été prise à Moscou. Pendant plus de dix ans d’existence, la rubrique de L’Humanité consacrée à l’armée avait assuré une fonction qui allait bien au-delà de la seule propagande. Elle incarnait symboliquement le lien privilégié que le PCF prétendait entretenir, d’abord avec les soldats, puis plus tard avec toutes les catégories de militaires. Désormais, l’attitude du quotidien communiste vis-à-vis de l’armée est de plus en plus marquée par les préoccupations de défense au fur et à mesure que se dégrade la situation internationale. Cette évolution est nette à partir du printemps 1938.

La préparation à la guerre

  • 46  RGASPI (Moscou), 517/1883, décisions du secrétariat du 7 mars 1938.
  • 47  Ibid., décisions du secrétariat du 11 avril 1938.
  • 48  Lieutenant de réserve N, « Les conséquences de la cession à Hitler des fortifications tchèques », (...)

24Dès le 7 mars, au lendemain de l’Anschluss, le secrétariat du bureau politique décide la publication rapide dans le quotidiend’une enquête sur la défense nationale 46. Le mois suivant, il charge M. Gitton de la parution d’une rubrique militaire qui comprendrait des études et des articles sur les forces armées 47. Quelques mois plus tard, à la suite des accords de Munich, L’Humanité publie des articles signés par deux officiers qui dénoncent le « trouble » provoqué dans l’armée par la reculade de la France et les graves conséquences que comporte la cession des fortifications tchèques aux Allemands 48.

  • 49  Général Z (officier général du cadre de réserve), « Les accords de Munich, faute militaire techniq (...)
  • 50  M. Gitton, « Des avions de chasse français aux “Curtiss P36” », L’Humanité, 18 février 1939, p. 1 (...)
  • 51  p. Delon, « Salut public. Un million de bras s’offre », L’Humanité, 28 mars 1939, p. 1 et 5.
  • 52  « La classe est partie », L’Humanité, 4 avril 1939, p. 1. À l’automne 1935, on lisait encore dans (...)

25Dans les mois qui suivent, L’Humanité s’emploie à relativiser la supériorité militaire allemande 49 et insiste sur les progrès accomplis par le réarmement français, en particulier dans le domaine aéronautique 50. Au mois de mars 1939, une nouvelle rubrique de L’Humanité, baptisée « Salut public », commente le renforcement des capacités militaires du pays en mettant l’accent sur l’augmentation de la production d’armements et en exaltant l’effort des ouvriers en faveur de la défense nationale 51. Plus discrètement, mais de manière significative, le quotidien du PCF accentue à cette même époque son soutien à l’armée. Le 4 avril, à la une de L’Humanité, le départ des conscrits est ainsi commenté : « Avec enthousiasme, les jeunes conscrits sont partis pour leur garnison. » 52 Jamais le discours communiste n’était allé aussi loin dans la rupture avec l’antimilitarisme ! Même si ce « militarisme républicain », assez tempéré toutefois, se manifeste rarement dans le journal, il fait dorénavant partie de sa rhétorique.

  • 53  L. Sampaix, « Doriot dans les casernes », L’Humanité, 11 janvier 1939, p. 1 et 2. « L’exposé de M. (...)
  • 54  « Comment remettre la France au travail, comment mettre fin au sabotage de la défense nationale. R (...)
  • 55  L’Humanité, 20 avril 1939, p. 1 et 2.
  • 56  A. Marty, « la France en deuil », L’Humanité, 18 juin 1939, p. 1.

26Simultanément, face à la montée du risque de guerre, le PCF relance sa campagne de dénonciation des ennemis de l’intérieur, les complices « fascistes » d’Hitler qui cherchent à diviser l’armée pour provoquer sa désagrégation53. L’Humanité dénonce des sabotages dans la production d’armements, exigeant des mesures répressives énergiques contre la « cinquième colonne » 54. Cette propagande menée contre « l’ennemi de l’intérieur » atteint un tel degré d’intensité qu’elle vire à « l’espionnite ». En avril, L’Humanité affirme que la Cagoule ou la Gestapo sont responsables de l’incendie qui a détruit au Havre le paquebot Le Paris55. Deux mois plus tard, à la suite de l’accident du sous-marin Le Phénix, A. Marty soulève à nouveau l’hypothèse du sabotage56.

  • 57  M. Gitton évoque cette hypothèse fort brièvement en écrivant qu’une « attaque brusquée est la form (...)
  • 58  « A. Marty parle aux paysans du Sud-Ouest », L’Humanité, 2 mai 1939, p. 2. À cette époque, le « vo (...)

27Cependant, même si la propagande communiste fait de plus en plus référence à une situation de guerre, elle est loin d’entretenir une véritable psychose et les risques d’une agression directe contre la France sont rarement évoqués 57. Lorsqu’en mai 1939, L’Humanité publie un discours d’A. Marty en faveur de l’unité nationale pour la défense du pays, la sauvegarde de la paix reste l’objectif poursuivi : « Lorsque monte la Garonne, lorsque menace l’inondation, tous vous vous précipitez, pelles et pioches en mains, unis devant le danger commun. Il n’y a plus de socialistes et de communistes, de libres penseurs et de catholiques, de radicaux et d’indifférents. Il n’y a que des hommes et des femmes qui veulent sauver leurs maigres biens et veulent sauver leur vie. Nous pouvons encore arrêter le cataclysme si nous sommes unis comme en ces moments tragiques. » 58 Le « pacifisme de la fermeté » exprimé par L’Humanité exclut de considérer la guerre comme un événement probable. Sa représentation de l’armée française et, à un degré moindre, de l’armée soviétique est significative de cette attitude générale.

  • 59  L’Humanité, 7 mai 1938, p. 1.
  • 60  « Le Richelieu a été lancé hier matin à Brest », L’Humanité, 18 janvier 1939, p. 1-2.

28Dans les mois précédant le déclenchement de la guerre, on ne constate pas dans la presse communiste d’augmentation significative du nombre de photos montrant les forces armées. Cependant, elles marquent parfois, avec les commentaires qui les accompagnent, la reconnaissance implicite de la finalité guerrière des moyens militaires représentés : un char renversant un arbre lors de manœuvres 59, le lancement du cuirassé Richelieu 60. La persistance des préoccupations de politique intérieure à propos de la défense nationale, l’enracinement de l’antimilitarisme et des réflexes pacifistes dans la mouvance communiste empêchent le quotidien communiste de valoriser avec trop d’ostentation la puissance militaire. Ainsi, les photographies qui illustrent parfois les articles montrent le plus souvent des fantassins, les armements lourds apparaissant rarement. L’Humanité donne donc de l’armée française une vision plutôt fugitive et assez terne, sans grand relief. Cette attitude réservée contraste avec l’image qu’il donne de l’armée soviétique, présentée comme un modèle d’organisation et d’efficacité militaire.

  • 61  Quelques exemples de cette continuité dans cette représentation de l’armée soviétique : « Armée ro (...)
  • 62  « Ordre du jour du Maréchal Vorochilov. Moscou acclame la formidable et pacifique Armée rouge », L (...)

29Lorsqu’il s’agit de l’Armée rouge, le lecteur voit surtout des chars, des avions, du matériel moderne, exhibés d’ailleurs en plus grande quantité que durant les années passées 61. Ainsi, L’Humanité fait un compte rendu particulièrement enthousiaste du défilé militaire du 1er mai 1939 à Moscou : « Sous les yeux des spectateurs émerveillés, les chars d’assaut traversent la place à une vitesse vertigineuse ; les autos blindées glissent sans bruit, les petits tanks agiles sont suivis d’énormes tanks amphibies ressemblant à d’énormes vaisseaux terrestres qu’on voit ramper pour la première fois sur la Place rouge. » 62 Cette description onirique contraste avec l’austère présentation, le 14 juillet suivant, du passage des troupes françaises sur les Champs-Élysées ! Ce déséquilibre, qui perdure jusqu’à la guerre, fait clairement apparaître que, pour les communistes, l’armée soviétique reste l’armée de référence, la première du monde, l’armée du prolétariat et des communistes du monde entier.

  • 63  Pour une présentation détaillée de la politique de défense nationale adoptée à cette époque par le (...)

30Tout au long des années 1930, L’Humanité a représenté un instrument important de la mise en œuvre de la politique du PCF dans le domaine de la défense nationale. Dans la période antimilitariste révolutionnaire, le journal sert de relais pour l’appareil militaire et joue un rôle-clé dans la diffusion de la propagande de lutte contre la guerre. Puis, à la suite du ralliement communiste à la défense nationale, il s’attache à faire prendre en compte les problèmes militaires par la mouvance communiste. D’abord, sous l’angle intérieur, avec l’appel à la républicanisation de l’armée ; ensuite, en adaptant le discours communiste à une logique « défensiste » pour la protection du pays face à la menace hitlérienne 63. Cette valorisation progressive de l’outil militaire reste cependant cantonnée dans certaines limites et n’est pas dénuée d’ambiguïté :

31– Le soutien apporté au renforcement de la défense nationale s’accompagne d’une nette réticence à valoriser et à représenter l’outil militaire français. Cette attitude résulte de la persistance d’une forte sensibilité antimilitariste au sein du parti et de l’influence profonde du pacifisme dans la mouvance communiste. S’ajoute à ces deux facteurs la volonté de la direction de ne pas rompre avec la politique de défense de la paix qui demeure la politique officielle du Komintern.

32– Le ralliement effectif du PCF au principe de défense nationale reste subordonné à l’impératif de défense de l’URSS. La valorisation de l’Armée rouge par la presse communiste est symptomatique de cette hiérarchisation des priorités dans la stratégie du Komintern. Cette inégalité de traitement montre nettement que le double patriotisme revendiqué par le PCF depuis le milieu des années 1930 donne la primeur à la patrie soviétique, reléguant la France au second plan.

33Le 26 août 1939, l’interdiction de L’Humanité,consécutive à la signature du pacte germano-soviétique, interrompt brutalement la dynamique de défense nationale qui caractérisait de plus en plus l’orientation du journal et fut maintenue jusqu’à sa disparition puisque son dernier numéro titrait : « Union de la nation française contre l’agresseur hitlérien ». La décision gouvernementale évite alors au principal organe de la presse communiste d’assumer l’effondrement d’une politique défendue depuis plusieurs années et de connaître vraisemblablement une très profonde crise. Ainsi s’ouvre une parenthèse d’environ deux ans au terme de laquelle L’Humanité clandestine renouera explicitement avec une ligne de défense nationale dont les fondements avaient été fixés dès l’avant-guerre.

Haut de page

Notes

1  Bibliothèque marxiste de Paris, bob177, rapport du 1er août 1926, p. 5.

2  A Marty, « Le processus de fascisation de la France “démocratique” et les tâches du PCF (Discours prononcé au xiiie Plénum du comité exécutif de l’Internationale communiste), L’Internationale communiste, n° 4, 20 février 1934, p. 241.

3  L’Humanité, 12 novembre 1932, p. 4.

4  « L’usine et la guerre », L’Humanité, 25 juillet 1928, p. 4. « Les ouvriers dénoncent la guerre qui revient », L’Humanité, 1er août 1928, p. 4.

5  « Exploits de galonnards », L’Humanité, 23 août 1928, p. 3.

6  Leroux, « Quelques enseignements des manœuvres militaires de 1930 », Cahiers du bolchevisme, n° 1, 1931, p. 32.

7  En fait, il semble, d’après la majeure partie des faits rapportés, que les actions les plus radicales menées par des soldats aient consisté à chanter l’Internationale dans les trains, ou plus rarement, dans les casernes ou les camps.

8  « Les mécomptes de l’état-major », L’Humanité, 22 septembre 1933, p. 1.

9  « Le 12 février, les ouvriers en lutte ont accueilli en frère de classe, les soldats mobilisés contre eux », L’Humanité, 17 février 1934, p. 4.

10  Gabriel Péri, « Hitler, chancelier », L’Humanité, 31 janvier 1933, p. 1.

11  Gabriel Péri, « La guerre qui vient », L’Humanité, 10 février 1933, p. 3.

12  L’année 1933 est marquée par une nette amélioration des relations franco-soviétiques : en avril, les deux pays échangent des attachés militaires ; en mai, la Chambre ratifie le traité de non-agression ; en août, un protocole commercial provisoire est signé ; en septembre, E. Herriot, puis p. Cot, ministre de l’Air, se rendent en URSS.

13  « Système d’alliance, machine de guerre », L’Humanité, 9 juillet 1933, p. 1.

14  « La politique de paix de l’URSS » (discours prononcé par Litvinov à Paris le 8 juillet 1933), L’Humanité, 9 juillet 1933, p. 3.

15  « Les officiers constituent des groupes fascistes, exigeons les droits politiques pour les encasernés », L’Humanité, 17 mars 1934, p. 4. « A Mougins (A.-M.), les paysans chassent les fascistes qui diffusaient des journaux aux encasernés », L’Humanité, 31 mars 1934, p. 4.

16  Archives russes d’état d’histoire politique et sociale (ci-après RGASPI, Moscou), 517/1595, La lutte contre le fascisme et le travail dans l’armée, 28 juillet 1934, p. 4.

17  « Les manœuvres de Mourmelon vues par un sous-officier de réserve », L’Humanité, 20 octobre 1934, p. 4. D’autres lettres de sous-officiers sont par la suite publiées. Exemple : « Un sous-officier de carrière nous écrit », L’Humanité, 24/10/1934, p. 4.

18  L. Sampaix, « Le scandale des hôpitaux militaires : une nuit au Val-de-Grâce dans l’antichambre de la mort », L’Humanité, 23 février 1935, p. 4.

19  « Brimades, punitions s’abattent sur les malades », L’Humanité, 20 janvier 1934, p. 4. « Des malades par centaines », L’Humanité, 24 janvier 1934, p. 4. « La série des morts continue », L’Humanité, 31 janvier 1934, p. 4.

20  p. Vaillant-Couturier, « Les bolcheviks défendent la paix », 18 mai 1935, L’Humanité, p. 1. Cet article ne confirme pas la poursuite de l’antimilitarisme par le PCF, pouvant ainsi laisser supposer qu’il va l’abandonner. En fait, cet article, au contenu très flou, ne donne aucune position précise.

21  Jacques Duclos, « Les communistes et la paix », L’Humanité, 24 mai 1935, p. 2. Dans cet article, pour la première fois, la direction du PCF envisage explicitement de faire la guerre pour vaincre le nazisme. Cependant, J. Duclos, ignorant totalement l’hypothèse d’une agression allemande contre la France, n’envisage l’application du pacte qu’en cas de guerre antisoviétique.

22  L. Sampaix, « Les libérés défendront R. Guyot et exigeront son acquittement », L’Humanité, 8 juillet 1935, p. 1.

23  « Assez de morts ! Assez de blessés ! Des soins prompts, des manœuvres moins violentes, une meilleure nourriture sauveraient des vies humaines », L’Humanité, 7 août 1935, p. 4.

24  « Hier, les conscrits sont partis », L’Humanité, 3 septembre 1935, p. 1.

25  « Ligne Maginot : casemates sans air ! antichambre de la mort ! », L’Humanité, 11 avril 1936, p. 4.

26  L. Sampaix, « 500 000 réservistes appelés cette année », L’Humanité, 9 février 1936, p. 1.

27  Ibid.

28  « Soldats et officiers protestent contre la politique de Laval », L’Humanité, 2 novembre 1935, p. 4. « Des officiers nous écrivent pour dénoncer les agissements des factieux dans les casernes », 6 novembre 1935, p. 4. « Pour sauvegarder la vie des soldats ! un médecin-major nous écrit », L’Humanité, 26 février 1936, p. 4. « Il faut prendre des mesures pour sauvegarder la vie des soldats », L’Humanité, 11 mars 1936, p. 4.

29  Général-major Z, « Pourquoi les soldats meurent », L’Humanité, 8 janvier 1936, p. 4 ; « Des soldats meurent faute de soins », L’Humanité, 3 février 1936, p. 1-2. « Il faut changer les méthodes des conseils de révision », L’Humanité, 22 février 1936, p. 4. Il s’agit vraisemblablement du major-général d’active Peloquin, qui, placé dans les cadres de réserve, signe sous son nom, le 12 février 1939, un article dans L’Humanité. En 1936, il dirige le service de santé de la 3e région militaire (Rouen).

30  Membre du bureau politique depuis 1932, élu député en 1936 et vice-président de la commission de l’Armée de la Chambre des députés. Sa nomination comme secrétaire à l’organisation au début de 1936 en fait le « numéro trois » de la direction du PCF jusqu’à la guerre (Claude Pennetier, sous la direction de), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1997, version cd-rom).

31  M. Gitton, « La démocratisation de l’armée doit s’accompagner de sa modernisation », L’Humanité, 29 juin 1936, p. 1.

32  Cf. R. Frank, Le prix du réarmement français (1935-1939), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 65-83.

33  RGASPI, 517/1/1794, décisions du bureau politique du 28 décembre 1936.

34  L. Sampaix, « Voyez sur la carte l’encerclement qui menace la France, nous dit une éminente personnalité militaire », L’Humanité, 19 août 1936, p. 1.

35  Paul Vaillant-Couturier, « Vive l’armée républicaine », L’Humanité, 15 juillet 1936, p. 3.

36  « Prêt à un franc pour les soldats ! Abrogation des décrets-lois qui rongent les soldes », L’Humanité, 10 juin 1936, p. 4.

37  « La démocratisation de l’armée doit s’accompagner de sa modernisation », L’Humanité, 29 juin 1936, p. 1.

38  Lucien Sampaix, « Les officiers fascistes en lutte ouverte contre le gouvernement et la légalité », 23 juin 1936, p. 4. « Le complot contre la République. Voulant imiter Franco, La Rocque organise la sédition dans l’armée », L’Humanité, 6 octobre 1936, p. 1-2.

39  « Les soldats exposent leurs revendications », L’Humanité, 15 juillet 1936, p. 4. « Les soldats s’adressent à M. Daladier comme à un père ! », L’Humanité, 15 août 1936, p. 4. « Des lettres.….. en masse ! », L’Humanité, 12 août 1936, p. 4.

40  « Et la circulaire de M. Daladier ? », L’Humanité, 5 août 1936, p 4.

41  « Il faut mettre un terme aux agissements des factieux », L’Humanité, 7 octobre 1936, p. 4.

42  Arch. Ass. nat., procès verbal de la commission de l’Armée, séance du 4 novembre 1936.

43  « La propagande fasciste dans l’armée dénoncée par un officier d’active », L’Humanité, 21 novembre 1936, p. 4. « Pourquoi les soldats se plaignent ? Par le général major Z », L’Humanité, 25 novembre 1936, p. 4. « L’opinion d’un officier d’active », L’Humanité, 2 décembre 1936, p. 4.

44  « Pourquoi les soldats se plaignent ? Par le général major Z », L’Humanité, 25 novembre 1936, p. 4.

45  « À quand le transport gratuit pour les permissionnaires ? », L’Humanité, 24 mars 1937, p. 4. « Les revendications urgentes ! Allocations militaires, retraites des caporaux et soldats, meilleure nourriture », L’Humanité, 14 avril 1937, p. 4. « Des lettres…. ! des plaintes… ! », L’Humanité, 21 avril 1937, p. 4. « Les soldats doivent être mieux nourris ! », L’Humanité, 3 juillet 1937, p. 4.

46  RGASPI (Moscou), 517/1883, décisions du secrétariat du 7 mars 1938.

47  Ibid., décisions du secrétariat du 11 avril 1938.

48  Lieutenant de réserve N, « Les conséquences de la cession à Hitler des fortifications tchèques », L’Humanité,7 décembre 1938, p. 4. Général Z (officier général du cadre de réserve), « Les accords de Munich, faute militaire technique », L’Humanité, 11 janvier 1939, p. 4.

49  Général Z (officier général du cadre de réserve), « Les accords de Munich, faute militaire technique », L’Humanité, 11 janvier 1939, p. 4.

50  M. Gitton, « Des avions de chasse français aux “Curtiss P36” », L’Humanité, 18 février 1939, p. 1 et 2.

51  p. Delon, « Salut public. Un million de bras s’offre », L’Humanité, 28 mars 1939, p. 1 et 5.

52  « La classe est partie », L’Humanité, 4 avril 1939, p. 1. À l’automne 1935, on lisait encore dans L’Humanité : « Hier, les conscrits sont partis. Ils rejoignent pour deux ans les casernes dans lesquelles plus de 600 de leurs aînés sont morts l’hiver dernier » (« Hier, les conscrits sont partis », L’Humanité, 3 septembre 1935, p. 1).

53  L. Sampaix, « Doriot dans les casernes », L’Humanité, 11 janvier 1939, p. 1 et 2. « L’exposé de M. Gitton devant la commission de l’Armée », L’Humanité, 19 mai 1939, p. 4.

54  « Comment remettre la France au travail, comment mettre fin au sabotage de la défense nationale. Rapport présenté par J. Duclos devant l’assemblée d’information des communistes parisiens, salle de la Mutualité, le 31 août 1938 », L’Humanité, 3 septembre 1938, p. 4. G. Cogniot, « Les traîtres au pilori », L’Humanité,28 septembre 1938, p. 1.

55  L’Humanité, 20 avril 1939, p. 1 et 2.

56  A. Marty, « la France en deuil », L’Humanité, 18 juin 1939, p. 1.

57  M. Gitton évoque cette hypothèse fort brièvement en écrivant qu’une « attaque brusquée est la forme d’agression la plus probable à l’heure où nous sommes. » (M. Gitton, « Parlons de l’aviation », L’Humanité, 17 février 1939, p. 1). À partir de la fin de 1938, la menace italienne est, elle aussi, prise en compte (F. Pauriol [secrétaire régional du PCF]), « Une Corse libre et française », L’Humanité,17 décembre 1938, p. 8. « Procès verbal du bureau politique du 5 janvier », L’Humanité, 6 janvier 1938, p. 1.

58  « A. Marty parle aux paysans du Sud-Ouest », L’Humanité, 2 mai 1939, p. 2. À cette époque, le « vocabulaire-nation » prend le pas sur le « vocabulaire-peuple » lorsqu’il est question de la défense nationale. Cf. Denis Peschanski, Et pourtant ils tournent, Paris, INALF, 1988, p. 169.

59  L’Humanité, 7 mai 1938, p. 1.

60  « Le Richelieu a été lancé hier matin à Brest », L’Humanité, 18 janvier 1939, p. 1-2.

61  Quelques exemples de cette continuité dans cette représentation de l’armée soviétique : « Armée rouge, armée du peuple », L’Humanité, 27 février 1936, p. 8. « Vive l’Armée rouge, sentinelle du socialisme », L’Humanité, 23 février 1937, p. 6. « L’Armée rouge est la plus forte du monde », L’Humanité,5 novembre 1938, p. 8. « La valeur de l’aviation soviétique. Interview décisive de L. Bossoutrot », L’Humanité, 5 mai 1939, p. 1.

62  « Ordre du jour du Maréchal Vorochilov. Moscou acclame la formidable et pacifique Armée rouge », L’Humanité, 2 mai 1939, p. 3.

63  Pour une présentation détaillée de la politique de défense nationale adoptée à cette époque par le PCF, cf. G. Vidal, « Le PCF et la défense nationale (septembre 1937-septembre 1939) », La Revue historique, n° CCCVI/2, 2004, p. 333-369.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vidal, « L’Humanité et la défense nationale dans les années 1930 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 37-50.

Référence électronique

Georges Vidal, « L’Humanité et la défense nationale dans les années 1930 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1407

Haut de page

Auteur

Georges Vidal

Docteur en histoire, UMR 5609 du CNRS-ESID (Montpellier III)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page