Navigation – Plan du site
DOSSIER

L’Humanité dans la mêlée (1914-1918)

Alexandre Courban
p. 11-23

Résumé

La situation du quotidien L’Humanité dans La Grande Guerre est un épisode oublié, voire négligé, alors que la production historique consacrée à la Première Guerre mondiale donne le « vertige » 1. Cet article propose de revenir sur cette période particulière où les conditions de réalisation du journal socialiste sont profondément modifiées.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1La Grande Guerre bouleverse les conditions d’exploitation de la presse. Comme les autres journaux, l’Humanité est confrontée à la nouvelle situation ; d’autant plus que Jean Jaurès, fondateur du quotidien socialiste en avril 1904 et dont il assure depuis la direction, vient d’être assassiné. La mobilisation affecte profondément la rédaction du journal. L’équipe chargée de la réalisation du quotidien socialiste à six pages inauguré en janvier 1913 est dispersée. La demande de papier particulièrement élevée oblige les journaux à réduire leur pagination pour imprimer le même nombre d’exemplaires qu’auparavant. L’établissement de l’état de siège sur l’ensemble du territoire offre la possibilité aux autorités militaires de suspendre ou d’interdire toute publication périodique. L’ensemble de la presse accepte par ailleurs le contrôle des informations sensibles. L’installation de la censure préalable, librement acceptée quoique parfois contestée, donne peu à peu naissance à une censure politique. Les journaux sont quotidiennement incités à modifier leur contenu. Du jour au lendemain, l’équilibre auquel est parvenu la société nouvelle du journal L’Humanité est balayé. Ainsi, durant l’été 1914, en quelques heures seulement, les conditions de réalisation du journal sont complètement bouleversées.

Une rédaction désorganisée

  • 2  Jean-Yves Mollier, Jocelyne George, La plus longue des Républiques. 1970-1940, Fayard, 1994, p. 41 (...)
  • 3  Jacques Dupaquier, « La population pendant la Première Guerre mondiale », Histoire de la populatio (...)
  • 4  L’Humanité, 8 août 1914.
  • 5  « Rapport des délégués au Conseil d’administration et de direction de L’Humanité présenté lors du (...)
  • 6  Alexandre Courban, « Un quotidien socialiste dans la Grande Guerre : L’Humanité (1914-1918) », à p (...)

2Parmi les nombreuses conséquences de l’entrée en guerre, la mobilisation générale modifie sensiblement le fonctionnement du journal. Décrétée le 1er août 1914, elle concerne la quasi-totalité des hommes âgés de 24 à 47 ans 2. Au total, près de 7 800 000 hommes sont incorporés 3. Le quotidien socialiste est profondément désorganisé. Aucun service du journal n’est épargné. Au moins deux employés de l’administration sont mobilisés, dont l’administrateur délégué du journal Philipe Landrieu 4, en poste depuis juin 1906, remplacé provisoirement par Arthur Groussier 5. Son départ amplifie la confusion au sein du quotidien socialiste, lequel cherche à redéfinir ses relations avec le parti socialiste depuis l’assassinat de Jean Jaurès 6. Parmi les ouvriers de l’imprimerie de L’Humanité, au moins trois typographes et un correcteur sont mobilisés. Enfin, au sein de la rédaction, les journalistes se répartissent en trois groupes d’une même importance. Un premier groupe comprend les rédacteurs qui ne sont pas mobilisables. Ce sont le plus souvent des hommes âgés de plus de 47 ans, comme Alexandre Bracke. Quelques-uns ont par ailleurs été réformés comme Alexandre Luquet. D’autres enfin ne sont pas concernés parce qu’ils sont étrangers comme Amilcare Cipriani. Le deuxième groupe comprend des rédacteurs qui auraient dû être mobilisés mais qui ne l’ont pas été pour des raisons inconnues en l’état actuel de nos recherches. Enfin, le troisième groupe comprend onze journalistes en définitive mobilisés, soit un tiers de la rédaction de L’Humanité. Quatre d’entre eux seront tués.

  • 7  Christian Delporte, Les journalistes en France. 1880-1950. Naissance et construction d’une profess (...)

3Ces départs entraînent une réorganisation des différentes rubriques du quotidien socialiste. Certaines interrompent provisoirement leur parution comme la rubrique sportive, laquelle doit non seulement faire face à la mobilisation de ses deux rédacteurs mais aussi à l’arrêt des activités sportives en France 7. D’autres trouvent un équilibre fragile avec l’arrivée de nouveaux collaborateurs. Ainsi, la rubrique politique reçoit le renfort de Barthélemy Mayeras, un ancien rédacteur de la rubrique des informations générales, désormais chargé des comptes rendus des débats à la Chambre des députés. Elle profite aussi des éditoriaux écrits par les députés socialistes, dont certains deviennent des collaborateurs plus ou moins réguliers du quotidien comme Frédéric Brunet. Rares sont celles qui se renforcent réellement. La rubrique internationale fait figure d’exception. Non seulement elle conserve ses rédacteurs, mais elle parvient même à étendre son réseau d’informations, grâce aux correspondances adressées de Suisse par Salomon Grumbach, militant socialiste alsacien réfugié en Suisse pour ne pas servir dans l’armée allemande, ou d’autres correspondants comme Jean Sigg également en Suisse. Enfin, au-delà des modifications apportées à la suite du départ des rédacteurs mobilisés, l’autre changement important est la confirmation de la présence de femmes au sein de la rédaction comme Alice Jouenne ou Fanny Clar, plus nombreuses alors que les effectifs diminuent. Ainsi, la rédaction de L’Humanité pendant la Première Guerre mondiale s’organise autour d’un noyau plutôt stable, formé par quelques journalistes dirigés par Pierre Renaudel, et reçoit le renfort parfois éphémère de nombreux collaborateurs occasionnels, principalement des députés non mobilisés, ou bien encore de quelques militantes socialistes.

Une pagination réduite

  • 8  Olivier Forcade, La censure politique en France pendant la Grande Guerre, Thèse de Doctorat sous l (...)

4En plus des difficultés liées à la mobilisation d’une partie de ses employés, le quotidien socialiste est également confronté à de nouvelles conditions économiques, sociales et politiques d’exploitation du journal. Dès les premiers jours d’août, les différents quotidiens anticipent le manque de papier et décident de réduire leur format. Tout aussi rapidement, les différentes nouvelles qui parviennent dans les salles de rédaction sont très tôt assimilées à une « matière stratégique » 8, qu’il convient pour le gouvernement de contrôler.

  • 9  Pierre Albert, « La presse française de 1871 à 1940 », p. 411, Histoire générale de la presse fran (...)
  • 10  Pierre Albert, ouvrage cité, p. 411.
  • 11  L’Humanité, 15 novembre 1917.

5Pendant toute la durée de la guerre – et jusqu’en juin 1921, date à laquelle le papier cesse d’être rationné 9 – l’approvisionnement en papier-journal demeure l’une des principales préoccupations de l’administration des journaux. Face au risque de pénurie de papier, L’Humanité décide dès le 2 août 1914 de réduire sa pagination afin de privilégier son tirage. Les autres journaux opèrent le même choix. Les différents titres de la presse parisienne décident rapidement de s’organiser pour affronter ensemble des difficultés communes. Ils créent en février 1916 le groupement des intérêts économiques de la presse parisienne 10 auquel succède le 3 juin 1916 la commission interministérielle de la presse, constituée par un arrêté du ministre du Commerce, présidée par le directeur de L’Humanité 11.

  • 12  L’Humanité, 23 septembre 1916.

6Afin de faire face à l’augmentation constante du prix du papier-journal, le journal socialiste modifie à quatre reprises sa maquette au cours de la Première Guerre mondiale. L’Humanité paraît d’abord sur une simple feuille recto verso du 2 août au 19 décembre 1914, puis sur quatre pages du 20 décembre 1914 à 10 février 1917. Dès l’automne 1916, l’administration du journal renonce à une édition de quatre pages chaque jour, préférant paraître sur deux pages deux fois par semaine afin de réduire son déficit 12.

  • 13  L’Humanité, 10 février 1917.

7En février 1917, le prix de la pâte à papier importée de Suède ne cesse d’augmenter, malgré les mesures prises par la commission interministérielle de la presse. La guerre sous-marine accentue une situation déjà catastrophique. La marine allemande se fixe l’objectif au début du mois de février 1917 de couler 600 000 tonnes par mois et annonce son intention de couler tous les navires assurant le transport d’armes ou de ravitaillement pour le compte de ses ennemis quel que soit leur pavillon. Aussi le conseil des ministres français décide, « toujours dans le but de restreindre la consommation de combustible indispensable à la vie nationale, de réduire le nombre de pages des journaux quotidiens en tenant compte de la différence du prix de vente et des divers formats » 13. Tous les journaux doivent adopter le format adopté par L’Humanité quelques mois auparavant.

  • 14  L’Humanité, 10 février 1917.
  • 15  L’Humanité, 13 mai 1917.
  • 16  L’Humanité, 5 août 1916, 10 février 1917.
  • 17  Archives de la société nouvelle du journal L’Humanité déposées aux Archives départementales de la (...)

8L’administration du quotidien socialiste profite de cette décision ministérielle pour réduire davantage sa pagination. Tirant le bilan de l’expérience des premiers mois de la guerre, la direction choisit de changer le format du journal et de devenir « un petit format de quatre pages » afin de conserver à L’Humanité « sa valeur technique et professionnelle » 14, plutôt que de paraître à nouveau sur une seule page recto-verso. Ainsi, le journal est imprimé sur quatre pages du lundi au samedi et sur huit pages le dimanche jusqu’au 13 mai 1917. La situation financière difficile du journal l’oblige à renoncer à une pagination plus importante le dimanche alors que la crise du papier s’amplifie 15. L’administration se réserve néanmoins le droit de déroger à cette règle. Pendant sept mois, le quotidien socialiste est publié sur un petit format, réduisant le nombre de ses colonnes de six à quatre, afin d’adapter sa maquette à la superficie de la nouvelle page. Ce changement de format permet à l’administration de réduire d’environ 20 % 16 ses dépenses alors que le déficit cumulé depuis la déclaration de guerre est de 213 000 francs à la fin de l’année 1916 17.

  • 18  L’Humanité, 31 août 1917.

9Enfin, à partir du 1er septembre 1917, les autorités ayant concédé aux journaux le droit d’augmenter leur prix au numéro et leur pagination, l’Humanité abandonne le format adopté en février 1917 pour reprendre son ancien format 18, paraissant le plus souvent sur deux pages, bien que la parution sur quatre pages soit à nouveau autorisée.

Un contenu censuré

10Non seulement la consommation de papier est réglementée, limitant la place dont les journalistes peuvent disposer, contraignant alors les rédacteurs non mobilisés à procéder à des choix éditoriaux encore plus drastiques qu’auparavant, mais le gouvernement décide également de concert avec l’ensemble de la presse d’organiser le contrôle de l’information, incitant les journaux à modifier leur contenu.

  • 19  D’après les rapports journaliers d’échoppages conservés au Service Historique de l’Armée de Terre (...)

11L’actualité du mouvement ouvrier est visée par 251 consignes, soit 15 % de l’ensemble des directives adressées par le bureau de presse à L’Humanité de janvier 1915 à juillet 1919 19. Les autres consignes concernent les informations de la guerre (48 %), politiques (16 %), internationales (14 %), diverses (4 %) ou les faits divers (2 %). Ces consignes sont plus ou moins respectées.

  • 20  SHAT 5N430, 30/07/1915 5N431, 19/12/1915.

12Du 20 décembre 1914 au 10 février 1917, alors que le journal paraît sur quatre pages, l’actualité du mouvement ouvrier est visée par 86 consignes, soit 9 % des directives du bureau de la presse adressées à L’Humanité. Au cours de ces vingt-sept mois, la direction du journal enfreint à 36 reprises les demandes de la censure concernant l’actualité du mouvement ouvrier, soit 42 % des consignes. En 1915, la direction du journal invoque l’heure tardive à laquelle lui est communiquée une recommandation pour justifier la publication d’une information 20. Elle continue de se jouer de la censure en maintenant quatre fois le titre d’un article qu’elle échoppe par ailleurs intégralement. Ce titre suffit parfois au lecteur pour savoir qu’il se passe quelque chose et fonctionne comme une invitation à se renseigner par soi-même, en assistant notamment aux réunions privées organisées par les organisations politiques ou syndicales voire en se procurant d’autres journaux.

  • 21  Annie Kriegel, Aux origines du communisme français. 1914-1920. Contribution à l’histoire du mouvem (...)
  • 22  SHAT 5N433, 25/05/1916.
  • 23  Compère-Morel, Encyclopédie socialiste syndicale et coopérative de l’Internationale Ouvrière. Les (...)

13Ainsi, quelques semaines après la deuxième conférence zimmerwaldienne (Kienthal, 24-30 avril 1916) qui rassemble des militants de différents pays convaincus « qu’une conférence internationale ouvrière et socialiste pourrait préparer l’intervention décisive de la classe ouvrière européenne contre l’impérialisme et la guerre » 21, L’Humanité ne publie pas le point de vue des militants socialistes de la section d’Orange (Vaucluse) et ne conserve que le titre de l’article : « après la conférence de Kienthal» 22. Le lecteur de L’Humanité ne peut donc pas savoir que les socialistes d’Orange ont donné « mandat au camarade A. Blanc de répondre à toute invitation émanant d’organisation socialiste, de section nationale ou de fraction dissidente de section nationale, dans le but de renouer des relations entre les diverses Sections de l’Internationale pour examiner les conditions de paix, et cela avec ou sans l’assentiment de la CAP et sous le couvert des décisions du Congrès socialiste de l’arrondissement d’Orange » 23. Pour connaître ces débats, le lecteur de L’Humanité doit par exemple lire le Populaire-la Revue.

  • 24  SHAT 5N434, 08/08/1916.

14Le quotidien socialiste tend à publier les informations concernant les débats internes au mouvement socialiste lorsque que les autres quotidiens parisiens les publient également. Ainsi, la motion de la minorité socialiste présentée lors du Conseil national réuni en août 1916 paraît contre l’avis de la censure non seulement dans L’Humanité mais aussi dans la Bataille, le Bonnet Rouge, ou encore le Journal et le Petit Parisien 24.

  • 25  SHAT 5N436, 08/11/1916.
  • 26  SHAT 5N437, 05/01/1917, 06/01/1917 et 07/01/1917.
  • 27  SHAT 5N437, 11/01/1917.
  • 28  SHAT 5N437, 09/01/1917.

15Le quotidien socialiste s’abrite également derrière les autres journaux quand il s’agit d’aborder certaines grèves. À partir du mois de novembre 1916, la direction de L’Humanité commence peu à peu à transgresser les consignes de la censure concernant les grèves, refusant de censurer le titre d’un article 25. Puis, en janvier 1917, le journal rend compte plusieurs jours de suite d’une grève dans la région parisienne malgré l’avis de la censure 26. Enfin, comme d’autres journaux, L’Humanité informe des grèves dans les usines de guerre 27, sauf lorsqu’il s’agit de consignes demandant « formellement» de ne pas publier ces informations, auquel cas la direction du journal s’y plie 28.

16Au cours de la même période, de décembre 1914 à février 1917, L’Humanité applique 44 des 86 consignes visant l’actualité du mouvement ouvrier, soit plus de la moitié des directives du bureau de presse. Ces changements sont parfois mineurs, la rédaction acceptant de remplacer un mot par un autre.

  • 29  Annie Kriegel, ouvrage cité, p. 118.
  • 30  SHAT 5N381, Note manuscrite, 11 novembre 1915, 1 p.

17Le directeur de L’Humanité utilise également les recommandations de la censure pour ne pas publier certains textes émanant des courants minoritaires du parti socialiste ou ne pas rendre compte de leurs activités. Ainsi, la première rencontre internationale entre différents militants socialistes réunis à Zimmerwald (Suisse, 5-8 septembre 1915) est soumise comme l’indique Annie Kriegel a une « « triple censure, gouvernementale, socialiste et syndicaliste majoritaires » 29. Néanmoins, L’Humanité envisage bel et bien dans un premier temps de publier le manifeste « Prolétaires d’Europe ». D’après une note du bureau de presse rédigée dans la nuit du 10 au 11 novembre 1915, Pierre Renaudel accepte en définitive de ne pas publier ce manifeste, après avoir obtenu l’assurance que les autres quotidiens parisiens ne prendront pas le risque de publier ce texte ; la Préfecture de Police menace en effet de saisir tout quotidien qui laisserait paraître ce document 30.

  • 31  Olivier Forcade, ouvrage cité, p. 375.

18Si les colonnes de L’Humanité ne sont plus blanchies au-delà du mois de juin 1916 31, les services de la censure n’en continuent pas moins de fonctionner. Du 11 février au 30 août 1917, le bureau de la presse adresse près de 250 consignes à l’Humanité, dont plus d’un quart vise l’actualité du mouvement ouvrier, 27 % soit 69 consignes.

  • 32  SHAT 5N438 10/03/1917, 12/03/1917, 13/03/1917, 24/05/1917 ; 5N439 17/06/1917, 08/07/1917, 09/08/19 (...)
  • 33  SHAT 5N438, 10/03/1917.
  • 34  Annie Kriegel, ouvrage cité, pp. 158-159.
  • 35  SHAT 5N438, 24/05/1917 ; 5N439, 02/06/1917 ; 5N439, 13/06/1917, 14/06/1917, 17/06/1917, 26/06/1917 (...)
  • 36  SHAT 5N438, 17/05/1917 ; 5N439, 24/07/1917.
  • 37  SHAT5N439, 31/07/1917, 01/08/1917, 02/08/1917.
  • 38  SHAT 5N438, 30/04/1917.

19De février à août 1917, la rédaction publie à 31 reprises un article ou un passage incriminé par la censure, sans se cacher pour autant derrière des difficultés matérielles, comme celle de joindre le journal, pour expliquer la parution d’un article censuré. La direction du quotidien socialiste publie notamment à huit reprises, malgré l’avis du bureau de presse 32, des documents de diverses organisations, comme la déclaration des organisations russes à propos du projet de la Conférence des sections socialistes des pays alliés 33, pour informer les militants du parti. La direction du journal socialiste confirme sa volonté – déjà observée au début du mois de janvier 1917 alors que les prémices de la crise sociale apparaissent 34 – de passer outre l’avis de la censure pour informer des grèves 35, notamment dans le textile 36 ou le bâtiment 37. Le journal cède parfois en partie aux exigences de la censure, se contentant de ne publier que le titre, jugé suffisamment évocateur pour être compris 38.

  • 39  SHAT 5N438, 25/05/1917, 26/05/1917, 26/05/1917, 29/05/1917, 31/05/1917 ; 5N439, 01/06/1917, 02/06/ (...)
  • 40  SHAT 5N438, 07/03/1917, 17/03/1917.
  • 41  SHAT 5N439, 23/06/1917.
  • 42  SHAT 5N439, 20/06/1917.
  • 43  SHAT 5N438, 07/03/1917, 20/05/1917 ; 5N439, 21/06/1917.

20Ainsi, L’Humanité applique près de la moitié des directives du bureau de presse visant l’actualité sociale, soit 35 consignes. Il s’agit dans près de la moitié des cas (17 consignes 39) d’informations sur les grèves des mois de mai et juin 1917. L’Humanité accepte également de censurer des informations concernant la vie des organisations du mouvement ouvrier, aussi bien les organisations socialistes (parti 40, jeunesse 41) que les organisations syndicales 42 ou encore de la Ligue des droits des l’Homme 43.

  • 44  Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la Troisième République (1845-1940), Payot, 1963, p. (...)
  • 45  SHAT 5N442.

21En septembre 1917, la fin de la participation socialiste au gouvernement 44 contribue à modifier les rapports entre la direction du journal et le bureau de presse. La direction du quotidien tend désormais à appliquer moins de la moitié des consignes qui lui sont adressées. Le mouvement de défiance vis-à-vis de la censure s’amplifie à partir du mois de mai 1918, d’autant plus que le service de la censure autorise en mars 1918 les journaux à publier des articles sous leur responsabilité 45.

  • 46  SHAT 5N440, 12/10/1917 ; 5N441, 03/01/1918, 23/01/1918 ; 13/02/1918 ; 5N442, 15/04/1918, 08/05/191 (...)
  • 47  Olivier Forcade, ouvrage cité, pp. 801-803.
  • 48  SHAT 5N440, 23/09/1917, 05/05/1918, 23/05/1918.
  • 49  SHAT 5N442, 30/04/1918, 01/05/1918, 02/05/1918.
  • 50  SHAT 5N440, 02/10/1917, 14/10/1917, 14/10/1917, 19/10/1917 ; 5N441, 17/01/1918, 19/02/1918, 23/02/ (...)

22Alors que le journal paraît à nouveau sur six colonnes, la part des informations sociales visées par le bureau de presse reste stable, autour de 25 %, soit 95 consignes. Mais, pour la première fois, la majorité des directives reçues à ce propos ne sont pas appliquées, la direction de L’Humanité passant outre l’avis de la censure à 55 reprises entre septembre 1917 et mars 1919. Près de la moitié de ces consignes se rapporte à des grèves se déroulant entre septembre 1917 et novembre 1918 46. Pendant les grèves du printemps 1918, tous les journaux respectent les consignes formelles de silence : à aucun moment la presse n’utilise le terme de « grève », lui substituant le mot de « réunion » 47. Néanmoins, L’Humanité rend compte des manifestations 48 autour du 1er mai 1918 49, malgré la censure. Une partie seulement des consignes concernant l’actualité sociale sont appliquées par la rédaction du journal, dont la moitié vise les grèves en cours 50.

Un circuit de diffusion modifié

  • 51  Jacques Dupaquier, article cité, p. 62.

23Il s’agit donc de vendre plus cher un quotidien ayant une pagination réduite, ne pouvant pas publier toutes les informations qu’il juge utiles, dans un contexte concurrentiel aggravé par l’apparition des journaux socialistes crées par les différentes tendances du parti, bien que ces journaux soient au départ principalement distribués sur abonnement, alors qu’une partie du lectorat est mobilisée (7 800 000 hommes) ou réfugiée (1 447 000 personnes en septembre 1918 51).

24La marche ascensionnelle de la vente du journal socialiste initiée en janvier 1913 lors du passage à six pages s’interrompt brutalement en août 1914. Le tirage passe de plus 150 000 exemplaires en juillet 1914 à près de 100 000 en août 1914, diminuant de moitié entre juillet 1914 (153 732) et décembre 1914 (75 737). Le tirage augmente légèrement entre 1915 et 1916, de 83 000 exemplaires en 1915 à 90.000 exemplaires en 1916, avant de diminuer à nouveau pour se situer autour de 70 000 exemplaires en 1917 puis 60 000 en 1918.

  • 52  L’Humanité, 24 octobre 1915.

25Les chiffres des ventes suivent le même mouvement, diminuant de moitié entre juillet 1914 (115 887) à janvier 1915 (50 889). Le journal perd 65 000 lecteurs en cinq mois, dont 38 000 en août 1914 puis 15 000 en novembre 1914. Le retour vers un format traditionnel à partir du 20 décembre 1914 rend le journal plus attrayant. Dès janvier 1915, la venteaugmente. Le seuil des 60 000 exemplaires est franchi en avril 1915. La disparition du quotidien la Bataille Syndicaliste en octobre 1915 permet également de relancer les ventes du journal 52.

  • 53  Alexandre Courban, article cité.
  • 54  Jean-Louis Robert, Ouvriers et mouvement ouvrier parisien pendant la Grande Guerre et l’immédiat a (...)
  • 55  Office Universitaire de Recherches sur le Socialisme (OURS) Paris, D6 124 DB, Rapport de l’adminis (...)

26Néanmoins, la vente diminue dès le mois d’août 1916. L’Humanité perd alors en moyenne un bon millier de lecteurs par mois. Le refus du Conseil national du Parti socialiste de permettre aux « minoritaires de guerre » d’intégrer la rédaction est probablement l’une des raisons de la désaffection grandissante des lecteurs du journal 53. La vente est inférieure à 60 000 exemplaires en mars 1917, diminuant encore pour stagner autour de 42 500 exemplaires de septembre 1917 à avril 1918. Au-delà de cette date, les chiffres de ventes de L’Humanité ne sont plus publiés, vraisemblablement pour cacher l’effondrement des ventes comme le propose Jean-Louis Robert 54. Les statistiques se rapportant à la période entre décembre 1916 et avril 1918 ne sont communiquées qu’aux membres du Conseil national 55.

  • 56  AD93 243J, Procès-verbal de l’assemblée générale de la société, 15/12/1918.
  • 57  Ibid.

27La situation économique de la société ne cesse de s’aggraver : entre 1914 et 1917, les pertes cumulées s’élèvent à 286 717 francs 56. Aucune des mesures d’économies (réduction de la pagination, augmentation du prix du journal) ne parvient à compenser la hausse du prix de la pâte à papier. Aussi, afin ne pas procéder à la liquidation de la société, l’assemblée générale des actionnaires décide d’émettre 8 000 obligations à la fin de l’année 1918 57.

  • 58  « Rapport de la délégation du parti à l’Humanité », L’Humanité, 9 avril 1916.

28Pendant la Première Guerre mondiale, la géographie de la vente du journal socialiste se transforme. Entre 1914 et 1918, la vente du journal à Paris représente en moyenne 32 % des exemplaires vendus, soit entre 12 000 et 20 000 exemplaires, contre 40 % avant la guerre. Progressivement, la vente du journal socialiste se déplace vers la banlieue bien que l’administration du journal estime que les banlieusards achètent leur journal à Paris 58. La vente en banlieue représente alors 14 % des exemplaires vendus en moyenne, contre 12 % avant la guerre. Néanmoins, de juillet 1914 à avril 1918, la part des ventes dans le département de la Seine est inférieure à son niveau d’avant-guerre. La part des ventes progressant en province, aussi bien l’achat au numéro que la distribution par abonnement, après s’être effondrée.

  • 59  L’Humanité, 2 août 1914.
  • 60  « Rapport des délégués du Conseil d’Administration et de Direction [présenté au 12e congrès du Par (...)
  • 61  « Rapport des délégués du Conseil d’Administration et de Direction [présenté au 13e congrès du Par (...)

29Durant les premières semaines de la guerre, la vente en province est presque impossible. L’administration informe que « la plupart des trains ne prenant plus de colis, nous ne pouvons garantir l’expédition de notre journal hors Paris et sa banlieue » 59. L’envoi des exemplaires par chemin de fer est quasiment arrêté du fait de la mobilisation 60. La chute des ventes est très forte, passant de 36 000 exemplaires en juillet 1914 à moins de 13 000 le mois suivant. Puis, à partir de janvier 1915, les ventes en province retrouvent progressivement un niveau de diffusion semblable aux années 1910. Elles occupent même avec près de 38 % de l’ensemble des ventes une part légèrement supérieure. Enfin, les abonnements représentent pendant la Première Guerre mondiale une forme de distribution beaucoup plus importante qu’auparavant, simplement parce que la vente au numéro a fortement diminué. Près de 17 % des exemplaires de L’Humanité sont diffusés par abonnement pendant la guerre contre 10 % auparavant, alors que le nombre d’abonnés a diminué de moitié de juillet 1914 à novembre 1918. Mort, disparition, déplacement sont autant de changements de situation entraînant une baisse sensible des abonnements 61.

  • 62  John Horne, « Le Comité d’Action (CGT-PS) et l’origine du réformisme syndical du temps de guerre ( (...)
  • 63  L’Humanité, 15 décembre 1914.
  • 64  Archives de la Préfecture de Police (APP) de Paris, série BA carton 1535. Notes de (7) sur la réun (...)
  • 65  APP BA 1535. Notes de (7) sur la réunion de la CE de la Fédération de la Seine du 3 mai 1915, 2 p.
  • 66  APP BA 1535. Notes de (7) sur la réunion des secrétaires de sections de la Fédération de la Seine (...)
  • 67  Archives Nationales (AN) série F7 carton 13074. Copie d’un rapport de la Préfecture de Police de P (...)

30L’abonnement est l’un des moyens de la diffusion militante de L’Humanité pendant la Première Guerre mondiale. En décembre 1914, le Comité d’action de la Confédération Générale du Travail et du Parti socialiste annonce la création de son service de journaux 62. Il propose d’expédier des exemplaires de L’Humanité et de la Bataille Syndicaliste sur le front, dans les hôpitaux et les dépôts. L’idée d’envoyer également les invendus est étudiée 63. Il s’agit de développer une initiative des sections du parti, lesquelles adressent déjà des exemplaires du journal socialiste auprès de leurs adhérents mobilisés 64. Alors qu’une section régulièrement sollicitée 65 comme celle du 11e arrondissement de Paris envoie difficilement cinq exemplaires de l’Humanité 66, le Comité d’action en expédie cent fois plus auprès des soldats mobilisés 67.

  • 68  L’Humanité, 2 novembre 1914.
  • 69  L’Humanité, 2 novembre 1914.

31En effet, depuis le début des hostilités, des militants socialistes se plaignent en effet, de ne pas pouvoir continuer à lire leur journal. C’est une « souffrance », écrit l’un d’eux, « chaque jour d’être obligé de ne lire que la presse qui nous a toujours combattus, qui nous combat encore et qui nous combattra toujours » 68. Et d’ajouter « il est pénible à un socialiste de ne lire chaque jour que l’Écho de Paris, le Matin, le Petit Journal, la Libre Parole quand depuis longtemps on est habitué à lire les journaux de sa classe » 69.

  • 70  AN F7 13074. Copie d’un rapport de la Préfecture de Police de Paris, 22 mars 1915, 1 p.
  • 71  APP BA 1536. Notes de (85) sur une réunion de la 5e section du Parti socialiste, 19 septembre 1915 (...)
  • 72  L’Humanité, 15 juillet 1916.
  • 73  L’Humanité, 15 juillet 1916.
  • 74  OURS D6 124 BD.
  • 75  L’Humanité, 14 janvier 1915.
  • 76  OURS D6 124 BD.
  • 77  SHAT 5N381. Lettre de Philippe Landrieu au ministre de la Guerre, 3 juillet 1919, 1 p.

32Cette initiative est relancée en mars 1915 afin de lutter contre l’influence de l’Écho de Paris et la Croix 70. En quelques mois, les abonnements réalisés par le Comité d’action représentent près de 18 % du total des abonnements. La diffusion des journaux auprès des soldats reste néanmoins difficile d’après le courrier envoyé par les militants mobilisés. Un certain nombre de journaux comme L’Humanité, la Bataille Syndicaliste ou l’Homme Enchaîné sont « officieusement » interdits en septembre 1915 71. Des précautions doivent être prises lors de l’envoi de l’Humanité aux mobilisés afin qu’aucun désagrément n’en résulte 72. Les dirigeants socialistes de la Seine se plaignent que « le régime d’Union Sacrée n’existe pas partout » 73. Le directeur de L’Humanité reconnaît ne pas connaître de soldats punis pour l’avoir lu – aucun cas de sanction contre un lecteur n’est mis en avant par le quotidien socialiste – mais constate qu’un ensemble de mesures intimident les soldats, bien qu’ils soient libre de lire le journal de leur choix 74. Pierre Renaudel accuse les autorités militaires de perturber la vente du journal socialiste. Il arrive que la vente ne soit pas autorisée par les autorités militaires comme à Toul en janvier 1915 75. Le journal peut aussi être saisi sur toute la zone armée 76 ou bien interdit dans une des régions militaires 77.

  • 78  L’Humanité, 16 avril 1918.
  • 79  APP BA 1535. Notes de (7) sur la réunion de la CE de la Fédération de la Seine du 1er décembre 191 (...)
  • 80  L’Humanité, 14 décembre 1914.
  • 81  L’Humanité, 15 décembre 1914.
  • 82  L’Humanité, 5 août 1916.
  • 83  L’Humanité, 15 décembre 1914.
  • 84  L’Humanité, 28 octobre 1918.

33Aussi, le journal invite ses lecteurs à organiser la diffusion, y compris à l’arrière 78. Dès le mois de décembre 1914, les adhérents du parti se voient confier de multiples tâches 79. Pierre Renaudel propose qu’un responsable soit désigné dans chacune des sections de la fédération de la Seine pour servir de liaison entre l’administration du journal et le parti 80. Les militants sont invités à coller des affiches 81 spécialement éditées par L’Humanité pour le lancement d’un feuilleton 82. Le service de l’inspection des ventes demande régulièrement aux lecteurs de surveiller les lieux où la diffusion de L’Humanité se déroule imparfaitement, en 1914 83 comme en 1918 84.

  • 85  L’Humanité, 11 octobre, 14 octobre 1914.

34Il s’agit parfois de vendre un numéro particulier. Il s’agit également d’assurer la diffusion régulière du journal quand celle-ci est gênée, comme à l’automne 1914 85.

  • 86  L’Humanité, 3 novembre 1918.
  • 87  L’Humanité, 3 novembre 1918.
  • 88  L’Humanité, 1er novembre 1918.

35Après l’élection de Marcel Cachin comme directeur de L’Humanité en octobre 1918, le service d’inspection est réorganisé avec l’aide des militants socialistes. L’administration de L’Humanité demande à nouveau aux sections et groupes socialistes de la Seine, de désigner une personne spécialement chargée dans le périmètre de sa section ou de son groupe de l’inspection des ventes du journal 86. Il s’agit de vérifier les plaintes des marchands qui disent recevoir le journal trop tard ou en quantité insuffisante. L’administration conseille de désigner une personne « ayant chaque jour, et si possible dans la matinée, quelques instants de liberté » 87. Une carte d’accréditation leur sera remise. Dans la section socialiste du nouveau directeur de L’Humanité – le 18e arrondissement de Paris –, les groupes de la Chapelle et de la Goutte d’Or décident de « créer un groupe d’amis de L’Humanité » notamment pour « propager l’organe officiel du Parti » 88. Cet appel aux sections du parti, initié avant la guerre et généralisé pendant, est appelé à se développer, Marcel Cachin jouant un rôle particulier dans la promotion de ce nouveau militantisme.

Conclusion

  • 89  Alexandre Courban, article cité.

36Pendant la Grande Guerre, la fabrication de L’Humanité s’est profondément modifiée. L’impératif de la victoire oblige tout un chacun à accepter une certaine brutalité dans sa façon de militer. Ainsi, une majorité de militants socialistes acceptent au cours de la réorganisation du quotidien que des journalistes soient écartés en raison de leur désaccord avec la ligne du parti, contribuant à l’affaiblissement d’une rédaction déjà diminuée 89. Face aux multiples demandes des services de la censure, les rédacteurs présents tendent d’abord à se soumettre, avant d’inventer au quotidien des arts de faire, leur permettant d’informer autant que possible les lecteurs. La situation économique du journal – mais aussi les différentes mesures prises par l’État – contraignent l’administration du journal à faire preuve d’une certaine créativité pour réaliser un objet ayant l’apparence d’un journal alors que la pâte à papier – de plus en plus chère – tend à manquer. Enfin, les militants sont davantage sollicités afin d’enrayer la baisse de la diffusion du journal ; ils sont même encadrés pour participer à la vente du journal.

37La Grande Guerre contribue à asseoir l’autorité du parti sur le journal, aussi bien dans ses tentatives plus ou moins fructueuses de contrôle de la rédaction – la direction du parti n’hésitant pas à écarter certains journalistes de leurs responsabilités au sein de la rédaction, que dans ses multiples tentatives d’organiser la diffusion du journal afin d’accroître son rayonnement, marquant ainsi une nouvelle étape dans l’histoire du journal socialiste.

Haut de page

Notes

1  Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre, essai d’historiographie, Le Seuil, 2004.

2  Jean-Yves Mollier, Jocelyne George, La plus longue des Républiques. 1970-1940, Fayard, 1994, p. 410.

3  Jacques Dupaquier, « La population pendant la Première Guerre mondiale », Histoire de la population française. 4. De 1914 à nos jours, (sous la direction de Jacques Dupaquier), PUF, pp. 49-81, p. 52

4  L’Humanité, 8 août 1914.

5  « Rapport des délégués au Conseil d’administration et de direction de L’Humanité présenté lors du 12e congrès du Parti socialiste (Paris, 26-29 décembre 1915) », L’Humanité, 23 décembre 1915.

6  Alexandre Courban, « Un quotidien socialiste dans la Grande Guerre : L’Humanité (1914-1918) », à paraître dans les actes du colloque « Les siècles des socialismes. Perspectives européennes » organisé à Dijon les 27, 28 et 29 novembre 2003.

7  Christian Delporte, Les journalistes en France. 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Le Seuil, 1999, p. 180.

8  Olivier Forcade, La censure politique en France pendant la Grande Guerre, Thèse de Doctorat sous la direction de Jean-Jacques Becker, Université de Paris X, 1998, p. 10.

9  Pierre Albert, « La presse française de 1871 à 1940 », p. 411, Histoire générale de la presse française. Tome 3 (de 1871 à 1940), sous la direction de Claude Bellanger, Jacques Godechot, Pierre Guiral et Fernand Terrou, PUF, 1972

10  Pierre Albert, ouvrage cité, p. 411.

11  L’Humanité, 15 novembre 1917.

12  L’Humanité, 23 septembre 1916.

13  L’Humanité, 10 février 1917.

14  L’Humanité, 10 février 1917.

15  L’Humanité, 13 mai 1917.

16  L’Humanité, 5 août 1916, 10 février 1917.

17  Archives de la société nouvelle du journal L’Humanité déposées aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (AD93), Fonds 243J, Procès-verbal de l’assemblée générale de la société, 15/12/1918.

18  L’Humanité, 31 août 1917.

19  D’après les rapports journaliers d’échoppages conservés au Service Historique de l’Armée de Terre (Vincennes), SHAT série 5N, cartons 429 à 444.

20  SHAT 5N430, 30/07/1915 5N431, 19/12/1915.

21  Annie Kriegel, Aux origines du communisme français. 1914-1920. Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français. Mouton, 1964, p. 114.

22  SHAT 5N433, 25/05/1916.

23  Compère-Morel, Encyclopédie socialiste syndicale et coopérative de l’Internationale Ouvrière. Les Fédérations socialistes, t. 3, Quillet, 1921, pp. 76-77

24  SHAT 5N434, 08/08/1916.

25  SHAT 5N436, 08/11/1916.

26  SHAT 5N437, 05/01/1917, 06/01/1917 et 07/01/1917.

27  SHAT 5N437, 11/01/1917.

28  SHAT 5N437, 09/01/1917.

29  Annie Kriegel, ouvrage cité, p. 118.

30  SHAT 5N381, Note manuscrite, 11 novembre 1915, 1 p.

31  Olivier Forcade, ouvrage cité, p. 375.

32  SHAT 5N438 10/03/1917, 12/03/1917, 13/03/1917, 24/05/1917 ; 5N439 17/06/1917, 08/07/1917, 09/08/1917, 22/08/1917.

33  SHAT 5N438, 10/03/1917.

34  Annie Kriegel, ouvrage cité, pp. 158-159.

35  SHAT 5N438, 24/05/1917 ; 5N439, 02/06/1917 ; 5N439, 13/06/1917, 14/06/1917, 17/06/1917, 26/06/1917, 19/07/1917, 27/07/1917, 04/08/1917.

36  SHAT 5N438, 17/05/1917 ; 5N439, 24/07/1917.

37  SHAT5N439, 31/07/1917, 01/08/1917, 02/08/1917.

38  SHAT 5N438, 30/04/1917.

39  SHAT 5N438, 25/05/1917, 26/05/1917, 26/05/1917, 29/05/1917, 31/05/1917 ; 5N439, 01/06/1917, 02/06/1917, 03/06/1917, 04/06/1917, 05/06/1917, 15/06/1917, 24/06/1917, 27/06/1917, 28/06/1917, 01/07/1917, 30/07/1917.

40  SHAT 5N438, 07/03/1917, 17/03/1917.

41  SHAT 5N439, 23/06/1917.

42  SHAT 5N439, 20/06/1917.

43  SHAT 5N438, 07/03/1917, 20/05/1917 ; 5N439, 21/06/1917.

44  Georges Lefranc, Le mouvement socialiste sous la Troisième République (1845-1940), Payot, 1963, p. 211.

45  SHAT 5N442.

46  SHAT 5N440, 12/10/1917 ; 5N441, 03/01/1918, 23/01/1918 ; 13/02/1918 ; 5N442, 15/04/1918, 08/05/1918, 10/05/1918, 12/05/1918, 26/05/1918 ; 5N443, 27/07/1918, 08/08/1918, 22/09/1918, 24/09/1918.

47  Olivier Forcade, ouvrage cité, pp. 801-803.

48  SHAT 5N440, 23/09/1917, 05/05/1918, 23/05/1918.

49  SHAT 5N442, 30/04/1918, 01/05/1918, 02/05/1918.

50  SHAT 5N440, 02/10/1917, 14/10/1917, 14/10/1917, 19/10/1917 ; 5N441, 17/01/1918, 19/02/1918, 23/02/1918, 27/02/1918 ; 5N442, 04/03/1918, 07/03/1918, 21/03/1918, 21/03/1918, 22/03/1918, 25/03/1918, 11/04/1918, 06/05/1918, 07/05/1918, 17/05/1918, 19/05/1918, 25/05/1918 ; 5N443, 26/06/1918, 01/10/1918, 30/10/1918.

51  Jacques Dupaquier, article cité, p. 62.

52  L’Humanité, 24 octobre 1915.

53  Alexandre Courban, article cité.

54  Jean-Louis Robert, Ouvriers et mouvement ouvrier parisien pendant la Grande Guerre et l’immédiat après-guerre. Histoire et anthropologie, Thèse d’État sous la direction de Antoine Prost, Université Paris I, 1989, p. 999-1000.

55  Office Universitaire de Recherches sur le Socialisme (OURS) Paris, D6 124 DB, Rapport de l’administration du journal pour le Conseil national du 28 juillet 1918, 13 p.

56  AD93 243J, Procès-verbal de l’assemblée générale de la société, 15/12/1918.

57  Ibid.

58  « Rapport de la délégation du parti à l’Humanité », L’Humanité, 9 avril 1916.

59  L’Humanité, 2 août 1914.

60  « Rapport des délégués du Conseil d’Administration et de Direction [présenté au 12e congrès du Parti socialiste (Paris, 25-29 décembre 1915)] » L’Humanité, 23 décembre 1915.

61  « Rapport des délégués du Conseil d’Administration et de Direction [présenté au 13e congrès du Parti socialiste (Paris, 26-28 décembre 1916)] », L’Humanité, 18 décembre 1916.

62  John Horne, « Le Comité d’Action (CGT-PS) et l’origine du réformisme syndical du temps de guerre (1914-1916) », Le Mouvement Social, n° 122, pp. 33-60.

63  L’Humanité, 15 décembre 1914.

64  Archives de la Préfecture de Police (APP) de Paris, série BA carton 1535. Notes de (7) sur la réunion des secrétaires de sections de la Fédération de la Seine du 13 décembre 1914, 4 p.

65  APP BA 1535. Notes de (7) sur la réunion de la CE de la Fédération de la Seine du 3 mai 1915, 2 p.

66  APP BA 1535. Notes de (7) sur la réunion des secrétaires de sections de la Fédération de la Seine du 13 décembre 1914, 4 p.

67  Archives Nationales (AN) série F7 carton 13074. Copie d’un rapport de la Préfecture de Police de Paris, 22 mars 1915, 1 p.

68  L’Humanité, 2 novembre 1914.

69  L’Humanité, 2 novembre 1914.

70  AN F7 13074. Copie d’un rapport de la Préfecture de Police de Paris, 22 mars 1915, 1 p.

71  APP BA 1536. Notes de (85) sur une réunion de la 5e section du Parti socialiste, 19 septembre 1915, 3 p.

72  L’Humanité, 15 juillet 1916.

73  L’Humanité, 15 juillet 1916.

74  OURS D6 124 BD.

75  L’Humanité, 14 janvier 1915.

76  OURS D6 124 BD.

77  SHAT 5N381. Lettre de Philippe Landrieu au ministre de la Guerre, 3 juillet 1919, 1 p.

78  L’Humanité, 16 avril 1918.

79  APP BA 1535. Notes de (7) sur la réunion de la CE de la Fédération de la Seine du 1er décembre 1914, 3 p.

80  L’Humanité, 14 décembre 1914.

81  L’Humanité, 15 décembre 1914.

82  L’Humanité, 5 août 1916.

83  L’Humanité, 15 décembre 1914.

84  L’Humanité, 28 octobre 1918.

85  L’Humanité, 11 octobre, 14 octobre 1914.

86  L’Humanité, 3 novembre 1918.

87  L’Humanité, 3 novembre 1918.

88  L’Humanité, 1er novembre 1918.

89  Alexandre Courban, article cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Courban, « L’Humanité dans la mêlée (1914-1918) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 11-23.

Référence électronique

Alexandre Courban, « L’Humanité dans la mêlée (1914-1918) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 28 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1401

Haut de page

Auteur

Alexandre Courban

Doctorant, Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page