Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Martine Lapied, Christine Peyrard (dir.), La Révolution française au carrefour des recherches

Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, 356 p.
Maurice Genty
Référence(s) :

Martine Lapied, Christine Peyrard (dir.), La Révolution française au carrefour des recherches, préface de Michel Vovelle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, 356 p.

Texte intégral

1Dix ans après la commémoration du bicentenaire de la Révolution française, une rencontre internationale s’est tenue à Aix-en-Provence, du 11 au 13 octobre 2001, afin de procéder à « une évaluation de l’état des recherches » sur la Révolution, à « baliser, voire ouvrir des pistes plus encore que de déposer des bilans » (M. Vovelle, p. 5). En effet, après la floraison des travaux parus à l’occasion du Bicentenaire, les recherches ne se sont pas arrêtées. Les contributions présentées ici révèlent leur vitalité et leur fécondité. Quoique réparties entre six rubriques, elles ne sont pas cloisonnées ; la plupart soulignent au contraire à quel point les champs explorés se rejoignent et s’entrecroisent. Il en ressort aussi que, pour une meilleure compréhension de la évolution, il convient de la replacer dans « la longue ou tout au moins la moyenne durée », c’est-à-dire, « dans ce qu’on appelle couramment la période de transition », de 1750 à 1840 (G. Lemarchand, p. 22).

2Ces deux points sont particulièrement nets à propos de l’histoire économique (G. Béaur) et de l’histoire sociale (G. Lemarchand), inséparablement liées. Si les débats se poursuivent sur la place de la Révolution dans le développement général de l’économie française, il apparaît que les questions posées appellent des interprétations nuancées. Ainsi, en ce qui concerne le libéralisme, la position des entrepreneurs se révèle fort ambiguë, pouvant s’illustrer par la formule : « Laissez-nous faire et protégez-nous », surtout contre la concurrence étrangère, tandis que l’étude du problème des subsistances (J.-A. Miller) montre la continuité des entorses au libéralisme officiel, l’Etat ne renonçant pas à son rôle de fournisseurs. De même, le rôle de Blocus continental (J.-P. Hirsch et M. Oliveira) doit être nuancé, différencié suivant les produits et les régions, en même temps que s’impose une « prise en compte plus complète de la dimension européenne de la Révolution » (p. 49).

3De son côté, la question des biens nationaux (B. Bodinier et E. Teyssier), question non seulement économique et sociale, mais aussi « financière, politique et culturelle » (p. 88), est particulièrement remarquable ; si « des résultats significatifs, sinon exhaustifs (…) sur le plan qualitatif » peuvent être reconnus, plusieurs axes de recherches restent « insuffisamment explorés » (p. 91), notamment les problèmes liés aux finances et celui des reventes, qui s’échelonne sur plusieurs générations ; de plus, l’ouverture de nouveaux chantiers s’avère nécessaire pour « avoir une vision plus juste et plus “humaine” de la question » (p. 98), car, « derrière ces millions d’hectares de biens vendus (…), il y a surtout des centaines de milliers ‘individus » (p. 99). Par ailleurs, l’histoire des relations sociales constitue « un chantier en pleine expansion » (p. 80), qui s’inscrit, sans le proclamer, dans le mouvement général de renouveau d’intérêt pour ce qu’on appelait autrefois l’histoire totale » (p. 86).

4Le travail n’est pas terminé non plus dans le domaine, pourtant le plus anciennement défriché, de l’histoire politique (F. Brunel), qui est loin « de se réduire à des luttes fratricides pour le pouvoir » et à une « explication “psychiatrique” des individualités (ou groupes d’individus) en présence », alors que « les projets occupent une place essentielle dans la politique révolutionnaire » (p. 118). Un renouvellement s’est manifesté en ce qui concerne le parcours des acteurs et leur acculturation politique, tant au plan des biographies individuelles que des portraits de groupes, philanthropes ou Constituants, étudiés respectivement par C. Duprat et T. Tackett, de même que les processus de politisation de l’espace français par le biais des élections (M. Crook), dont la Révolution marque « le véritable âge d’or » et représente une « expérience inédite, jamais répétée » (p. 193), ou encore le rôle des « médiateurs » divers, tels que les représentants en mission, étudiés par J.-P. Gross et M. Biard. Une étude de cas, celui du fédéralisme à Aubagne (D. Sutherland) montre l’importance des facteurs locaux dans des mouvements d’ampleur nationale.

5Un domaine plus particulier, celui des colonies (F. Gauthier), a connu un vigoureux regain d’intérêts avec le bicentenaire de la première abolition de l’esclavage en 1794, puis l’approche du bicentenaire de l’indépendance de la première république noire, Haïti, en 1804.

6Plus remarquable peut-être le renouvellement qui s’est opéré dans l’historiographie italienne et espagnole à la faveur des commémorations successives de la période révolutionnaire. Le premier (A.-M. Rao), qui « a continué à montrer un intérêt constant pour la Révolution française » (p. 174), a contribué à « enrichir et renouveler l’étude du jacobinisme », et surtout celle du « trienno » italien (1796-1799), passant « du terrain de l’ « exportation » de la Révolution et de l’expansion de la Grande Nation » à celui des champs mutuels et des « regards croisés » (p. 178). Quant à la seconde (L. Roura), elle porte avant tout sur « les rapports de l’Espagne avec la Révolution » ainsi que sur la révolution espagnole elle-même, menée jusqu’en 1837, conduisant, notamment, à « l’abandon définitif, semble-t-il, de deux clichés, parmi les plus répétés ; celui d’une Espagne patrie de la « Réaction » et celui d’une révolution libérale sans pratiquement « aucun lien avec la Révolution française » (p. 154).

7L’historiographie s’est aussi profondément renouvelée en ce qui concerne « l’histoire de la culture et des opinions » (R. Reichardt). En particulier, s’est trouvée remise en cause la conception habernasienne d’un espace public homogène, démocratiquement ouvert à tous : « de plus en plus nombreux sont les chercheurs » qui le considèrent comme formé d’une pluralité d’opinions (p. 208-209) ; un intérêt nouveaux se porte ainsi sur les facteurs médiatiques des opinions, notamment les recherches iconographiques ; R. Reichardt conclut en plaidant « pour une histoire culturelle globale – ou intégrée – de la Révolution » (p. 223). Dans un domaine plus particulier, J. Guilhauson et R. Monnier montrent l’intérêt, à propos de l’influence des concepts – ou de leurs usages – sur l’événement, de porter l’attention sur « l’insertion des arguments dans un contexte discursif et politique précisément décrit » (p. 255). La recherche est loin d’être achevée aussi dans le champ de l religion, passant « de l’histoire de l’Eglise à l’histoire religieuse de la Révolution » (R. Bertrand), et se souciant davantage des actes et des hommes. Un regard nouveau est également porté sur les arts sous la Révolution et sur les artistes (A. Jourdan), qu’il était temps de « réhabiliter » (p. 278).

8Les recherches se poursuivent également dans le domaine de l’histoire des femmes (L. Hunt, p. 281, et D. Godineau, p. 293). Une riposte se développe depuis quelques années contre « l’attaque dirigée à la fois contre les Lumières et la Révolution » (p. 286) ; « les analyses (qui insistent) plus sur les actions concrètes et spécifiques que sur les discours d’assemblée, révèlent que la Révolution a été loin « de constituer la « défaite historique » des femmes » (p. 290) ; celles-ci, en effet, bien que privées du droit de vote, participent activement à l’espace public sous des formes diverses, comme le montrent les recherches entreprises depuis une quinzaine d’années sur « les failles de l’exclusion » (p. 294) et sur la « visibilité des femmes dans la Révolution française » (M. Lapied) ; en outre,  la Révolution a facilité l’accès des femmes à plusieurs sortes d’activités nouvelles, écrivant deux fois plus de pamphlets que de romans et développant leur participation à l’opéra, qui, amorcée dès 1750-1770, connaît sa floraison entre 1789 et 1810 pour ne diminuer qu’après 1820. Ainsi, « la récente production historiographique » conduit à « reconnaître à la Révolution de 1789 ses mérites par rapport à l’histoire des femmes » (L. Pisano, p. 321).

9Autre chantier récent, celui concernant « Images et Histoire » (B. Cousin), pour lequel M. Vovelle a joué le rôle pionnier que l’on sait, a été depuis largement exploré, mais, s’il n’y a « probablement plus de grand corpus à découvrir » (p. 337), les travaux continuent, deux exemples étant présentés ici, à propos de Robespierre (M. Grivelle) et du peintre Réattu (C. Badet).

10Ainsi, l’étude de la Révolution française dans toutes ses implications est loin d’être achevée, la recherche récente ayant « beaucoup contribué à nous en rendre une image plus riche et variée, profonde et complexe, souvent contradictoire » (p. 321).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Genty, « Martine Lapied, Christine Peyrard (dir.), La Révolution française au carrefour des recherches », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 14 septembre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1398

Haut de page

Auteur

Maurice Genty

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page