Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Raymond Huard, L’élection du président au suffrage universel dans le monde

Paris, La Dispute, 2003, 157 p.
Jocelyne George
Référence(s) :

Raymond Huard, L’élection du président au suffrage universel dans le monde, Paris, La Dispute, 2003, 157 p.

Texte intégral

  • 1  Raymond Huard, « L’élection présidentielle au suffrage universel dans le monde », La Pensée, n° 32 (...)
  • 2  Raymond Huard a publié précédemment : Le Suffrage universel en France, Paris, Aubier 1991, et La N (...)

1Une histoire planétaire  en 150 pages de petit format (19/12) sur un sujet « inaperçu » jusque là, voilà ce que nous offre cet essai transformé à partir d’un article publié en 2002 dans la revue La Pensée 1. L’auteur poursuit sa réflexion sur les institutions politiques, élargissant son domaine de la France au monde entier 2. Il part d’un constat : l’élection du président d’un État au suffrage universel était un phénomène minoritaire, il est devenu un phénomène majoritaire. Pourquoi ? En quatre chapitres d’une clarté réjouissante, il nous emmène à travers les siècles et les continents. Dans un dernier chapitre il fait le bilan de cette traversée.

2Du XVIIIesiècle à la fin du XIXe, deux états seulement osent élire le représentant de l’exécutif : les Etats-Unis et la France . Dans le premier pays, à sa naissance, le scrutin est censitaire, il s’élargira ensuite, mais c’est donc d’un « faux modèle » dont il s’agit. La France, en 1848 applique à la désignation de l’exécutif le suffrage universel récemment redécouvert : Louis-Napoléon Bonaparte est élu dont le coup d’état en 1851 ruine  ce qui était une véritable innovation.

3À l’issue de la Première guerre mondiale, deux états européens adoptent ce système : l’Allemagne qui en 1925 élit ainsi le maréchal Hindenburg, mais celui-ci réélu en 1932 cède son pouvoir à Hitler quelques mois plus tard , la Finlande où l’élection se fait selon le système des grands électeurs.

4Dans les années trente, le Portugal, l’Autriche, l’Irlande suivent. Le nombre d’illettrés  caricature l’élection dans le premier pays. Dans le second, une constitution corporatiste est substituée en 1934 à celle de 1929 avant que celle-ci soit appliquée. En Irlande, où l’institution date de 1937, il faut attendre 1945 pour qu’elle puisse fonctionner.

5Dans l’entre-deux-guerres cette modalité se propage aussi en Amérique latine, mais elle y est faussée par l’analphabétisme et le populisme. Les Philippines, théoriquement indépendantes depuis 1934, imitent les Etats-Unis.

6De 1950 à 1970 l’institution se renforce aux états-Unis, mais l’abstention va croissant  ainsi que le coût de la campagne (36 millions de dollars en 1960 et 325 en 1984). Après la prise du pouvoir par Castro à Cuba en 1959, des dictatures militaires sont mises en place en Amérique centrale et en Amérique du sud où elles sévissent jusque dans les années 1980 : l’élection du président au suffrage universel passe à l’arrière-plan. Durant la même période, en 1962, le général de Gaulle impose en France l’adoption de ce système en complète rupture avec la tradition politique française. L’Islande, pays de 100 000 habitants, l’Autriche, Chypre l’adoptent aussi, mais jusqu’à aujourd’hui l’Europe n’est pas intéressée par ce genre de nomination. Elle a connu, en revanche, un succès rapide dans les pays africains au sortir de la colonisation. Les leaders nationalistes se sont naturellement présentés comme les dirigeants des nouveaux états.

7Entre 1980 et 2000, ce mode d’élection a été quasi généralisé dans les pays de l’ancien bloc soviétique. En Asie, seuls quelques pays sous influence américaine ou britannique l’ont adopté : Taiwan , la Corée du sud, le Sri-lanka,  Singapour, l’Iran, le Yémen. Durant ces deux décennies, l’Amérique du sud et l’Amérique centrale se sont acheminées douloureusement vers un peu plus de démocratie, et l’Afrique, tout aussi douloureusement,  vers un peu plus de pluralisme. L’Europe a continué à bouder ce système et ce n’est pas la formation de l’Union Européenne qui pourra le favoriser car on ne voit pas comment  son président pourrait être élu au suffrage universel. Cette modalité convient à des pays de dimensions moyennes, les deux extrêmes étant l’Islande, les Etats-Unis et la Russie.

8Le cas français est particulièrement atypique. Pourquoi de Gaulle l’a-t-il voulu ? Raymond Huard  tente diverses explications : aucune ne semble convenir. Est-ce un pari qu’il fit, semblable à celui de 1940 ? Un pari  « qui a pu réussir dans l’immédiat, moins parce que les Français étaient très désireux de choisir leur président au suffrage universel que parce que une large partie d’entre eux  appréciant les services que le général avait rendu à la France, n’acceptaient pas encore de s’opposer à lui » (p. 129).

9Raymond Huard  s’interroge pour finir sur le succès récent de ce mode d’élection en particulier dans les anciens pays de l’Est ? Il l’impute entre autres à l’influence des Etats-Unis, au rôle des médias, au désir de l’électeur d’exercer sa souveraineté de façon directe, à la force persistante de l’idée de chef dans les mentalités. Il évoque aussi les imperfections du système : des personnalités contestables peuvent être élues, d’autres peuvent capter le pouvoir à leur profit ; le mode majoritaire favorise l’ethnie, le groupe le plus nombreux ; d’autre part, l’élection se gagne à la marge et privilégie les centres. Mais il est vrai aussi que l’institution  a une certaine plasticité, qu’elle s’accommode de tous les régimes ( présidentiel, parlementaire, mixte, personnel ). Elle semble surtout concerner les pays en voie de démocratisation. On a l’impression qu’elle atteint aujourd’hui un certain palier. Le temps est-il venu d’admettre que la démocratie peut se passer d’un président élu ?

Haut de page

Notes

1  Raymond Huard, « L’élection présidentielle au suffrage universel dans le monde », La Pensée, n° 329, janvier-mars 2002.

2  Raymond Huard a publié précédemment : Le Suffrage universel en France, Paris, Aubier 1991, et La Naissance du parti politique en France, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyne George, « Raymond Huard, L’élection du président au suffrage universel dans le monde », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 14 septembre 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1396

Haut de page

Auteur

Jocelyne George

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page