Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’Homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte

Paris, Société des Études Robespierristes, 2002, 560 p.
Simone Mazauric
Référence(s) :

Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des Études Robespierristes, 2002, 560 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Jean-Luc Chappey est consacré, le titre l’indique suffisamment, à la Société des Observateurs de l’Homme, société savante éphémère, fondée en 1800 et qui disparaît dès 1804, au bout de quatre ans seulement. En dépit de sa brève durée d’existence, cette société a fait l’objet de nombreux travaux, depuis la fin du xixe siècle, où elle est tirée de l’oubli qui a immédiatement suivi sa disparition, jusqu’à la fin du xxe siècle. L’intérêt porté à cette société savante tient à ce qu’elle passe habituellement pour le lieu de l’invention de l’anthropologie française. C’est donc dans le champ de l’histoire des sciences, et, plus précisément encore dans le champ de l’histoire des sciences de l’homme, qu’ont été conduites la plupart des recherches la concernant. Face à cet objet apparemment bien identifié, Jean-Luc Chappey se donne pourtant un double objectif : rouvrir le dossier de la Société des Observateurs de l’homme afin de déconstruire les différentes interprétations que l’on a pu en proposer ; et, plus positivement, la soumettre à une approche nouvelle qui tenterait d’éviter les principaux écueils auxquels se sont heurtées, aux dires de l’auteur, les interprétations baptisées « canoniques ». Ces interprétations sont en effet accusées de se fonder sur trois présuppositions dont il récuse la pertinence. Sur le plan méthodologique, on admettait que l’étude de cette société relevait des habituels procédés d’enquête sur les sociétés savantes. Sur le plan philosophique, était tenue pour avérée la proximité voire l’indistinction des membres de la société des Observateurs de l’homme et du groupe bien connu des Idéologues. Enfin, sur le plan épistémologique, était admise l’inspiration scientiste et le caractère cohérent de leur projet théorique : constituer la science de l’homme. Il s’agit donc de faire éclater ces trois présuppositions tout en se proposant d’inscrire une recherche qui se veut ainsi passablement iconoclaste dans le champ de l’histoire intellectuelle, sociale et politique de la France au lendemain de la période proprement révolutionnaire. Non dans le champ de l’histoire des sciences : de fait, l’investigation conduite tout au long de l’ouvrage dépasse très largement ce domaine, quelle que soit l’extension que l’on soit disposé à lui accorder, dans le but de construire une histoire totale, ou presque, d’un épisode étroitement intriqué dans l’histoire de la France consulaire.

2L’ouvrage, issu d’une thèse de doctorat, est composé de six chapitres qui retracent successivement la « préhistoire » de la Société des Observateurs ; puis son apparition soudaine, sur la scène de l’espace public, à l’occasion de la découverte du célèbre enfant sauvage Victor de l’Aveyron ; sa position dans un champ intellectuel complexe en raison de l’identité disciplinaire non homogène de ses membres ; sa constitution réglementaire en structure de sociabilité savante ; son projet scientifique, c’est-à-dire l’anthropologie qu’elle se propose de construire ; enfin sa disparition qui, contrairement à ce qu’affirment les interprétations habituelles, ne serait pas entièrement imputable à des motifs d’ordre politique mais également aux profondes restructurations du champ intellectuel caractéristiques du moment de la stabilisation consulaire.

3Il est impossible de prétendre résumer ce fort volume de 475 pages (sans les annexes), de surcroît très denses. Nous nous contenterons donc de souligner ce qui en fait à nos yeux tout l’intérêt. D’abord, l’ingéniosité dont sait faire preuve son auteur pour enquêter sur un objet singulier. L’objet « Société des Observateurs de l’homme » s’avère en effet un objet en partie insaisissable par le moyen de l’enquête à partir des sources traditionnelles, dont J.L. Chappey déplore à plusieurs reprises le « silence », la société n’ayant publié ni liste de personnel ni règlement, et s’étant curieusement, eu égard aux mœurs de l’époque, constituée sur un mode original, en faisant fi semble-t-il, des autorisations habituellement délivrées par l’autorité publique. J. L. Chappey recourt donc, pour remplir ce silence, aux différents témoignages fournis par les rapports des policiers venus l’observer ou aux journaux de l’époque qui permettent de découvrir aussi bien son programme que le nom de ses membres. On louera également les précautions méthodologiques de l’auteur qui, tout en procédant à une étude classique des réseaux dans lesquels sont inscrits les membres de cette société, se garde de se livrer à une application mécanique de cette méthode en rappelant opportunément qu’un réseau est un objet changeant, évolutif, obéissant à une dynamique qui interdit de le figer.

4On soulignera également la volonté de lier étroitement l’histoire de cette société savante aux péripéties politiques de la période consulaire et d’inscrire cette histoire dans ce qui, dès  lors, n’apparaît plus comme un simple contexte ou un arrière-plan sans efficace mais comme constitutif de cette histoire : ainsi les conflits politiques et religieux qui traversent le Consulat en sont-ils des éléments actifs à part entière.

5On s’intéressera aussi, même si, à la différence de la plupart des travaux qui lui ont déjà été consacrés, cette dimension n’est plus la perspective dominante ou unique qui oriente l’enquête, à cet événement remarquable qui fait malgré tout l’intérêt principal de cette société , à savoir l’invention consciente, délibérée d’une nouvelle discipline, qui se veut une science : l’anthropologie. Une anthropologie entendue au sens d’une étude de l’homme dans toute sa généralité c’est-à-dire dans ses dimensions physiques, morales et intellectuelles, une anthropologie aux ambitions encyclopédiques qui doit mobiliser la coopération de plusieurs disciplines, notamment de l’histoire, de la philosophie, des langues, de la géographie, de la pédagogie, de l’anatomie, ou de l’hygiène. On découvre d’ailleurs au passage le rôle joué par les membres de cette société dans les débats, qui reçoivent ainsi un nouvel éclairage, autour de Victor de l’Aveyron et de la question clef de l’anthropologie : celle de l’essence de l’homme qui se décline à partir des interrogations sur le sauvage, le malade et l’enfant. Certes ces interrogations ne sont pas neuves, elles ont une longue histoire, que l’on pourrait reprocher à J. L. Chappey de paraître ignorer : la longue histoire par exemple du refus d’instaurer une rupture radicale entre l’animal et l’homme, la longue histoire par là même du principe de continuité, qui remonte au moins à Aristote et dont découvre la recomposition sous l’effet du renouvellement des savoirs. Mais sur ce plan, le but de l’enquête n’était certainement pas de s’inscrire dans le temps long. La volonté de réunir, de composer, de faire coopérer différents savoirs dont aucun ne devait prétendre s’instituer en position hégémonique contenait évidemment un risque potentiel d’éclatement. L’évolution du champ intellectuel vers l’abandon du projet encyclopédique hérité du siècle des Lumières et l’émergence du nouvel idéal de spécialisation du savoir, visible dans la réorganisation de l’Institut national en 1803 ainsi que dans le renforcement du poids des grandes institutions pédagogiques (Museum d’histoire naturelle, Ecole de médecine, etc.) désormais détentrices de la fonction de diffusion, de production et d’officialisation des savoirs, a ainsi accéléré la disparition de la société.

6C’est la volonté d’expliciter les fondements philosophiques de l’entreprise anthropologique qui conduit J. L. Chappey à poser à nouveaux frais la question des rapports des membres de la Société des Observateurs de l’homme avec le groupe des Idéologues. Contrairement aux idées reçues, l’auteur soutient la thèse d’un désaccord foncier entre des anthropologues attachés à une métaphysique dualiste et des idéologues, tel Cabanis, qui professaient un matérialisme moniste. D’où un projet anthropologique foncièrement différent, qui, pour les idéologues, tend à ériger la physiologie en position dominante tandis que les Observateurs tiennent à conférer aux différents domaines du savoir une position équivalente.

7En conclusion, on louera les incontestables qualités de cet ouvrage, qui a exploré un nombre impressionnant de sources tant manuscrites qu’imprimées, et exploité une bibliographie quasiment exhaustive. Très maîtrisée, autant dans la définition de son projet et de ses ambitions que dans leur mise en œuvre, dominant avec aisance un très vaste domaine du « territoire de l’historien », l’enquête de J. L. Chappey livre une somme surprenante d’informations sur une période qui dépasse d’ailleurs largement la durée d’existence de la Société des Observateurs. Très attentif en outre à éviter les pièges de la simplification, des interprétations réductrices et de l’usage irréfléchi des étiquettes héritées des lectures antécédentes, l’ouvrage se signale par la finesse, la complexité de ses analyses et par la sinuosité d’un récit attentif à ne jamais se satisfaire d’interprétations hâtives (on s’étonne d’ailleurs au passage que la catégorie de « paradigme » ait apparemment échappé à cette prudence méthodologique et qu’elle ait été reçue et mise en œuvre sans faire l’objet d’un examen critique préalable !).

8Ces exigences se paient évidemment d’un certain prix, celui de décomposer presque à l’infini un objet qui perd de la sorte une partie de sa visibilité et risque de ne plus être perçu que comme un prétexte à la reconstitution d’un moment de la vie intellectuelle, sociale et politique de la France de la période révolutionnaire et post-révolutionnaire. Si donc l’on se propose de lire cet ouvrage uniquement comme une contribution à l’histoire des sociétés savantes, on pourra être déçu par l’éclatement et presque la dilution de son objet au long de ses 475 pages de texte. Si l’on est prêt au contraire à considérer cet objet uniquement comme un fil directeur permettant d’explorer les méandres et la complexité des recompositions intellectuelles qui dans le cadre de cette configuration politique et sociale, affectent alors le champ des sciences et dont la naissance de l’anthropologie se lit à la fois comme l’effet et la cause, on sera alors pleinement satisfait de ce travail monumental et novateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simone Mazauric, « Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’Homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 14 septembre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1393

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page