Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction : "L'Humanité", la guerre et la paix

Alexandre Courban
p. 9-10

Texte intégral

  • 1  L’Humanité, 18 avril 1904.

1Lorsque Jean Jaurès fonde son journal en avril 1904, son ambition est de disposer d’un journal indépendant pour contribuer aux combats qu’il mène. Au premier plan de ses préoccupations se trouve la lutte contre la guerre et pour la paix. « Le titre même de ce journal, en son ampleur, marque exactement ce que notre parti se propose », affirme-t-il dans son premier éditorial dès la première phrase. « C’est, en effet, à la réalisation de l’humanité que travaillent tous les socialistes. » Jean Jaurès rappelle que seul le socialisme, en résolvant l’antagonisme de classe – sans recourir nécessairement à la violence –, permettra à chaque nation « enfin réconciliée avec elle-même » de devenir « une parcelle d’humanité ». Il dénonce l’omniprésence de la guerre — aussi bien celles d’hier que celles de demain –, masquée derrière un faux-semblant état de paix alors que « de nations à nations, c’est un régime barbare de défiance, de ruse, de haine, de violence, qui prévaut encore »1.

2Il est nécessaire aux yeux de Jean Jaurès que les socialistes soient unis. Le journal doit non seulement être un instrument de l’unité du mouvement socialiste alors divisé, mais aussi, plus largement, devenir un lieu d’expression commun à tout le mouvement ouvrier, coopératif ou syndical. Jean Jaurès décide alors d’ouvrir les colonnes de L’Humanité à l’ensemble des militants ouvriers, notamment aux syndicalistes de la Confédération Générale du Travail (CGT). Le quotidien tend également à devenir un acteur à part entière au sein du mouvement ouvrier, participant conjointement avec le Parti socialiste à la manifestation du Pré‑Saint‑Gervais le 25 mai 1913 dans le cadre de la lutte contre la guerre.

  • 2  Pierre Albert, « Remarques sur l’histoire de la presse sous la IIIe République », Le Mouvement Soc (...)

3Le journal L’Humanité est profondément marqué par la guerre, qu’elle soit mondiale ou coloniale, aussi bien dans son « contenant » que dans son « contenu »2. La lutte contre la guerre prend des formes variées, évoluant d’un antimilitarisme révolutionnaire à l’adhésion au principe de la défense nationale comme le montre Georges Vidal, ou bien utilisant pleinement aussi bien l’écrit que l’image dans sa démonstration comme le montre Christian Beuvain à propos de l’usage du dessin de presse lors de la bataille pour la paix pendant la guerre froide. La guerre peut être un matériau de réflexion, utilisé en tant que tel par les journalistes de L’Humanité, comme le montre Vincent Chambarlhac dans son étude des chroniques littéraires dans les premières années de l’après-guerre. Mais la guerre est aussi un sujet d’actualité, devant être raconté au quotidien comme le rappelle Alain Ruscio à propos de la guerre d’Indochine. Son traitement nécessite alors de déployer des moyens spécifiques (envoyés spéciaux, mise en place de pages entièrement dédiées à l’événement, etc.) comme le montre Jean-Marie Charon à propos de la guerre d’Irak. Enfin, la guerre est aussi un moment particulier, notamment quand le théâtre des opérations se déroule en France : les conditions de réalisation du journal sont profondément différentes de celles qui existent en temps de paix comme nous le montrons à propos de la Première Guerre mondiale ou comme Serge Wolikow le montre à propos de la Seconde Guerre mondiale.

  • 3  Les actes du colloque L’Humanité, de Jaurès à nos jours sont à paraître à l’automne 2004 à Nouveau (...)
  • 4  La question d’histoire contemporaine inscrite au programme de l’agrégation et du capes pour les se (...)

4Ce dossier se veut être tout à la fois une contribution à l’histoire de L’Humanité, journal aujourd’hui centenaire, auquel un colloque vient d’être consacré dont les actes sont à paraître 3, mais aussi un instrument de réflexion à la disposition des étudiants préparant les concours de recrutement des enseignants du secondaire 4.

Haut de page

Notes

1  L’Humanité, 18 avril 1904.

2  Pierre Albert, « Remarques sur l’histoire de la presse sous la IIIe République », Le Mouvement Social, n° 53 (octobre-décembre 1965), pp. 22-37.

3  Les actes du colloque L’Humanité, de Jaurès à nos jours sont à paraître à l’automne 2004 à Nouveau Monde éditions. Pour plus de renseignements : www.nouveau-monde.net

4  La question d’histoire contemporaine inscrite au programme de l’agrégation et du capes pour les sessions 2004 et 2005 porte sur « les sociétés, la guerre et la paix de 1911 à 1946 (Europe, Russie puis URSS, Japon, États-Unis) », Bulletin Officiel, spécial n° 3, 22 mai 2003

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Courban, « Introduction : "L'Humanité", la guerre et la paix », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique, 92 | 2003, 9-10.

Référence électronique

Alexandre Courban, « Introduction : "L'Humanité", la guerre et la paix », Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://chrhc.revues.org/1389

Haut de page

Auteur

Alexandre Courban

Doctorant, Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page