Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia (dir.), Historicités

Paris, La Découverte, 2009, 299 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia (dir.), Historicités, Paris, La Découverte, 2009, 299 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia interroge la notion d’historicité forgée par François Hartog. Les réflexions sur le temps, les enchaînements passé-présent-futur ainsi que la saturation du mémoriel invitent à une évaluation exigeante de ce concept parfois réinvesti hâtivement. Soucieux d’analyser le « tournant historique » qui affecte l’ensemble des sciences sociales, les auteurs proposent d’éprouver la portée heuristique de l’historicité en dégageant sa généalogie, en étudiant sa version contemporaine, le présentisme, et en testant sa validité transdisciplinaire.

2L’ouvrage offre des points de vue contrastés, complémentaires et articulés. Surtout, les dix-sept chapitres s’efforcent de vertébrer le concept d’historicité en maintenant une tension constructive entre élaboration théorique et usage empirique. La grande densité des contributions interdit un compte rendu exhaustif, nous signalons simplement les points saillants de l’ouvrage.

3Christian Delacroix propose une généalogie de la notion de régime d’historicité. Il rappelle que Hartog a commencé son travail conceptuel dans les années 1980, en s’interrogeant, dans les Annales, sur l’ œuvre de Marshall Sahlins. Puis, la notion est théoriquement densifiée dans un texte co-écrit par François Hartog et Gérard Lenclud et paru en 1993. La conceptualisation du régime d’historicité repose, selon Hartog, sur sa robustesse heuristique. Delacroix repère dans cette insistance méthodologique le souci traditionnel des historiens de se détourner d’une voie philosophique. En menant cette généalogie théorique des régimes d’historicité, Christian Delacroix note avec justesse que la formation de la notion elle-même s’inscrit nécessairement dans un régime d’historicité particulier. Les registres référentiels mobilisés ressortissent à l’anthropologie, aux catégories temporelles et aux questions de mémoire. Pour les historiens des années 1980, les apports anthropologiques sont noués aux interrogations sur l’événement. Les emprunts à Sahlins permettent de dégager les structures de la conjoncture. Les travaux de Koselleck sur le « champ d’expérience » et « l’horizon d’attente » sont certes repris par Hartog, mais délestés de leur statut métahistorique. Delacroix pointe ici la difficile association des ordres épistémologique et ontologique. Les réflexions sur la mémoire menées par Pierre Nora nourrissent également la formation des régimes d’historicité. Surtout, les Lieux de Mémoire sont perçus comme caractéristiques du régime actuel d’historicité marqué par le présentisme.

4La contribution de Jochen Hoock détaille les apports de Reinhart Koselleck à la théorie de l’histoire. Le rappel d’une indispensable réflexivité de la discipline histoire et le souci d’une conceptualisation plus systématique marquent les travaux de l’historien allemand. Les régimes d’historicité, en questionnant le rapport aux horizons temporels, puisent dans cet impératif catégorique d’une objectivation des pratiques en même temps qu’ils explorent la notion d’attente nouant entre eux, selon des configurations multiples, passé, présent, futur.

5Un entretien des auteurs avec François Hartog précise à la fois les conditions d’élaboration de la notion de régime d’historicité et ses potentialités heuristiques et politiques. En tressant les apports de Sahlins, de Vidal-Naquet, de Koselleck, de Ricœur et de Nora, Hartog s’est efforcé d’explorer la tension reliant les formes d’expériences engrammées par les individus et les possibles qui s’ouvrent à eux. Revenant sur son usage du « champ d’expérience » et de « l’horizon d’avenir », emprunté au métahistoricisme de Koselleck, Hartog précise qu’il vise bien à la production d’une intelligibilité historique. Il ne s’agit pas pour lui de construire une pure théorie de l’histoire désindexée du contexte, mais au contraire de forger des outils heuristiques susceptibles d’éclairer l’histoire en train d’être écrite. La réception de l’ouvrage et son essaimage fécond (notamment chez les historiens, ce qu’Hartog semble minimiser) sont l’occasion de déployer toutes les potentialités des régimes d’historicité. Les changements d’échelle et la mise à l’épreuve géographique constituent des pistes de réflexion fort stimulantes. De même, l’analyse réflexive et critique à laquelle invite Hartog d’un présentisme saturant les registres de références politiques, témoigne de la vitalité de la notion.

6L’une des forces de l’ouvrage est de proposer des mises à l’épreuve concrètes des régimes d’historicité. Stéphane Van Damme présente une étude particulièrement féconde de l’histoire de la philosophie à l’époque moderne qui s’attache aux pratiques et aux objets plutôt qu’aux seules généalogies conceptuelles, souvent décontextualisées. L’historien détaille les trois déplacements historiographiques auxquels contraint ce changement de perspective. Tout d’abord, il convient de « dé-disciplinariser notre regard ». La philosophie des XVIIe et XVIIIe siècles se déploie en une circulation infinie des textes et des pratiques d’un secteur du savoir à un autre. La « nébuleuse philosophique » joue alors sur les reconfigurations des territoires cognitifs. Le deuxième déplacement envisagé par Van Damme consiste en une étude de l’économie des philosophèmes. Le choix de la langue comme la variété des genres utilisés laissent entrevoir une passionnante histoire des pratiques d’écriture de la philosophie. Enfin, le troisième déplacement historiographique déploie une socio-histoire du statut social de philosophe. Le paradoxe de l’époque moderne est ici de parvenir à caractériser une identité collective « sans passer par l’incorporation ».

7Les régimes d’historicité sont également interrogés à l’aune des questionnements anthropologiques actuels. Philippe Simay revient, dans un chapitre éclairant, sur la critique de la notion de tradition. Toutes les sociétés articulent conservation et changement. Toutefois, leurs rapports à la temporalité ne sont pas identiques. Simay interroge donc la tradition non comme un produit ou un état, mais comme un processus. Il remarque que les sociétés dites traditionnelles, fonctionnant avec une transmission orale, sont celles dans lesquelles les modifications des récits sont le plus importantes. Il souligne également que le contenu même de ce qui est communiqué à l’oral est toujours socialement et temporellement cadré. La tradition est donc sans cesse actualisée au présent par un horizon d’attente. Dès lors l’articulation passé-présent n’est pas un simple continuum dans lequel le second s’informerait aux sources du premier : le passé devient « un horizon de sens qui fait signe au présent avant même que celui-ci l’interroge ».

8Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, Jean-Marc Besse tente de construire conceptuellement la notion de géographicité. Il rappelle que le terme apparaît dans les années 1920 sous la plume de Pierre Michotte pour désigner ce qui peut être dit géographique. Besse soutient qu’« une réflexivité centrée sur les discours géographiques en général est insuffisante ». Il explore, à partir des réflexions d’éric Dardel, la notion de territoire vécu. L’expérience de l’espace fournit, au même titre que l’expérience du temps pour l’historicité, les fondements d’une réflexion sur la géographicité. Besse cherche à dégager des invariants structuraux qui condensent l’expérience spatiale. Il en retient quatre : la séparation (i.e. l’Ici/Là-bas de Dardel), l’orientation, l’inclusion et la dimension. Jean-Marc Besse invite donc à analyser la manière dont ces différentes valeurs ont été vécues, théorisées, travaillées, modelées par les sociétés humaines.

9L’ouvrage de Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia, dont nous n’avons ici donné qu’un aperçu, explore les soubassements d’une notion théorique importante pour les historiens. Il retrace la genèse du travail conceptuel, les emprunts à l’anthropologie et à la philosophie ; il en pointe aussi les limites. Surtout, les mises à l’épreuve des régimes d’historicité, les expérimentations menées dans d’autres disciplines que l’histoire ainsi que les acclimatations disciplinaires diverses témoignent de la fécondité d’une démarche réflexive et ouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia (dir.), Historicités », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 10 septembre 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1383

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page