Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Philippe Poirrier (dir.), L’histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ?

Éditions Universitaires de Dijon, 2008, 198 p.
Volny Fages
Référence(s) :

Philippe Poirrier (dir.), L’histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ?, Postface de Roger Chartier, Éditions Universitaires de Dijon, 2008, 198 p.

Texte intégral

  • 1  Pascal Ory, « L’histoire culturelle de la France contemporaine, question et questionnements », Vin (...)
  • 2  Philippe Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004 ; Pascal Ory, L’histoir (...)
  • 3  Peter Burke, What is Cultural History ?, Cambridge, Polity Press, 2004.
  • 4 Justo Serna, Anaclet Pons, La historia cultural, Madrid, Akal, 2005.

1L’histoire culturelle est un objet historiographique qui fascine par l’ampleur et la richesse des études auxquelles il a donné naissance ou qui se revendiquent de lui, mais depuis la vingtaine d’années qui nous sépare désormais d’articles fondateurs comme ceux de Pascal Ory ou de Roger Chartier 1, ses contours sont toujours aussi flous, ses objets toujours aussi difficiles à spécifier. De nombreuses synthèses ont été réalisées, proposant des inventaires rationnels d’études d’histoire culturelle, et tentant de préciser les enjeux d’une revendication disciplinaire aussi bien sur un plan épistémologique qu’institutionnel, mais celles-ci restreignent la plupart du temps leur champ de vision à une unique tradition nationale (c’est le cas, par exemple, de Philippe Poirrier ou Pascal Ory pour la France 2, Peter Burke pour l’Angleterre 3, Justo Serna et Anaclet Pons pour l’Espagne 4). étant donnée la diversité des traditions et des pratiques historiographiques se cachant derrière la bannière du « culturel » dans le monde, et la complexité des rapports qu’elles entretiennent entre elles, il semblait urgent que fût entreprise une mise en regard de différentes pratiques historiographiques nationales afin de quantifier cet hypothétique « tournant culturel » à l’échelle mondiale et de sortir de nos confortables régionalismes historiographiques.

2C’est ce que nous propose Philippe Poirrier avec ce recueil d’articles, dont l’objectif, aussi ambitieux que stimulant, est de réaliser une « histoire comparée de l’histoire culturelle ». Pour cela, il a demandé à des chercheurs issus de douze pays de présenter leurs spécificités historiographiques nationales, de les resituer dans une histoire locale et de tenter d’identifier les interactions, les adaptations et les intégrations d’historiographies exogènes. Après une introduction plutôt expéditive de Philippe Poirrier, se succèdent de courts articles nous projetant dans des courants historiques de pays parfois relativement exotiques pour le lecteur français, même universitaire, comme les pays scandinaves, l’Australie, la Belgique, l’Espagne ou le Brésil. Et cet ensemble composite s’achève par une postface de Roger Chartier proposant une synthèse critique d’une efficacité remarquable.

3La diversité des témoignages en termes d’aires culturelles pourrait sans doute suffire à justifier l’existence de ce livre et peut-être même sa lecture. Comme le souligne Roger Chartier dans sa postface, le lecteur est ainsi introduit à des références bibliographiques souvent méconnues en France, notamment à cause du manque de traductions ou de leurs parutions tardives. Mais le format des articles et l’ambition générale de l’ouvrage conduisent les auteurs à condenser beaucoup d’informations descriptives en trop peu de pages, et ceci génère un sentiment d’inventaire bibliographique tenace dans lequel l’analyse reste le plus souvent embryonnaire. L’ambition et la difficulté du projet rendent le lecteur particulièrement indulgent lorsqu’il entame l’ouvrage, d’autant que l’inventaire, même s’il est de lecture aride, donne l’illusion de l’établissement d’une sorte de base de données bibliographiques à partir de laquelle il serait possible d’élaborer, ultérieurement, une grille de lecture épistémologique plus large rassemblant des traditions historiographiques a priori éclatées. Mais cette démarche, loin d’être œcuménique, met clairement en évidence de lourdes divergences et même, peut-être, des incompréhensions entre les différents auteurs. En effet, si les articles peuvent se révéler ponctuellement brillants, comme celui d’Edward Berenson sur l’« histoire culturelle américaine » ou celui de Anaclet Pons et Justo Serna sur sa version espagnole, ils ne possèdent pas de cohérence globale dans les critères leur permettant de reconstituer des généalogies nationales. Le problème posé par le rassemblement d’auteurs provenant de traditions historiographiques aussi différentes est encore une fois le flou entourant la définition et la délimitation de l’histoire culturelle comme aire disciplinaire, ses méthodes et ses objets. Ainsi, Philippe Poirrier fait cohabiter la micristoria italienne, incarnée par l’œuvre de Carlo Ginzburg, exégète érudite de textes enfouis dans d’obscures archives, ayant pour but de donner une voix aux « perdants » de l’histoire, et dans laquelle la trace de Gramsci est prégnante, avec des histoires « culturelles » scandinaves de l’aube du xxe siècle, tentant de décrire une « vie quotidienne » dans une démarche de type anthropologique, notamment à l’aide de musées de plein air, et s’inscrivant dans un nationalisme politique revendicatif intimement attaché à son contexte historique. À travers ces deux exemples extrêmes, on voit que l’histoire culturelle peut regrouper des méthodologies aussi différentes que celle d’une histoire locale fondée sur l’analyse textes et celle d’une anthropologie du temps présent nécessitant enquêtes de terrain et entretiens.

4Comme le relève également Roger Chartier dans sa postface, un aspect important du problème que je pointe ici réside dans le fait que certains des auteurs considèrent comme « culturelles » les histoires qui se revendiquent telles, aussi bien dans le présent que dans le passé (c’est le cas de Palle Ove Christiansen pour les pays scandinaves ou de Peter Burke pour le cas britannique). Cette attitude méthodologiquement molle conduit à une dilution du terme « culturel » dans sa polysémie historique. D’autres auteurs tentent une restriction de leur objet d’étude par une définition plus précise méthodologiquement et conceptuellement (comme Philippe Poirrier pour la France ou Alessandro Arcangeli pour l’Italie). Cette deuxième attitude, plus saine, est exposée à des risques de descriptions normatives s’éloignant de la pratique concrète diversifiée des historiens culturels. Cette divergence dans la compréhension de l’objet « histoire culturelle » par les différents auteurs rend le dialogue très difficile et il me semble que l’ensemble des textes ne tient pas entièrement sa promesse de mise en lumière des liens, des passerelles, des transferts et appropriations des spécificités historiographiques nationales.

5L’impression générale est qu’il existe effectivement, comme l’indique Philippe Poirrier dans son introduction, deux grands courants historiographiques pouvant prétendre revendiquer le qualificatif de « culturel ». L’un d’origine française, lointain héritier des Annales, et l’autre, anglo-saxon, émergeant d’un marxisme hétérodoxe et s’incarnant notamment dans les Cultural Studies et le Linguistic Turn. Les autres traditions nationales apposent de manière parfois bien artificielle le label « culturel » à des pratiques historiennes n’ayant que peu de liens avec ces deux courants, ce qui contribue à brouiller les pistes, et la recherche de « précurseurs » nationaux aux tendances culturalistes actuelles paraît souvent téléologique et d’une rigueur méthodologique douteuse (sur ce point, voir les cas scandinave et britannique).

  • 5  Par exemple, Roger Chartier, « La nouvelle histoire culturelle existe-t-elle ? », Cahiers du Centr (...)
  • 6  Philippe Poirrier, op. cit. ; Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia., Les courants h (...)

6Cet ouvrage n’est pas dénué d’intérêt, loin s’en faut. Il s’agit de le prendre pour ce qu’il est, c’est-à-dire une ouverture à la diversité bibliographique de traditions historiographiques qui nous sont peu connues. En ce sens, on peut même espérer comme Roger Chartier un deuxième tome qui viendrait compléter ce panorama par d’autres pays ayant joué un rôle dans le domaine de l’histoire culturelle comme le Japon ou l’Amérique hispanophone. Ce livre a le mérite de nous montrer par l’exemple la complexité de la définition d’une histoire culturelle qui tenterait de dépasser les spécificités nationales inhérentes aux trajectoires historiques. Mais le manque de rigueur qui transparaît parfois dans l’utilisation de la terminologie laisse perplexe le lecteur exigeant, et pour que cet ouvrage ait une véritable utilité, il est nécessaire de le mettre en regard avec d’autres lectures permettant d’éclaircir à la fois le problème des acceptions du mot « culture » 5 et les tensions sur lesquelles repose la définition de l’histoire culturelle comme champ disciplinaire et, notamment, ses relations avec les Cultural Studies 6.

Haut de page

Notes

1  Pascal Ory, « L’histoire culturelle de la France contemporaine, question et questionnements », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1987, n° 16, p. 67-82 ; Roger Chartier, « Le monde comme représentation », Annales E.S.C., novembre-décembre 1989, n° 6, p. 1505-1520.

2  Philippe Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004 ; Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, PUF, Que sais-je ?

3  Peter Burke, What is Cultural History ?, Cambridge, Polity Press, 2004.

4 Justo Serna, Anaclet Pons, La historia cultural, Madrid, Akal, 2005.

5  Par exemple, Roger Chartier, « La nouvelle histoire culturelle existe-t-elle ? », Cahiers du Centre de Recherches historiques, 2003, n° 31, p. 13-24 ; Denys Cuche, La notions de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte, 2004.

6  Philippe Poirrier, op. cit. ; Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia., Les courants historiques en France : xixe-xxe siècle, Paris, Armand Colin, 2005, en particulier p. 578-633 ; Armand Mattelart, Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Volny Fages, « Philippe Poirrier (dir.), L’histoire culturelle : un « tournant mondial » dans l’historiographie ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 10 septembre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1380

Haut de page

Auteur

Volny Fages

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page