Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jihane Sfeir, L’exil palestinien au Liban. Le temps des origines (1947-1952)

Paris, Karthala-Ifpo, 2008, 340 p.
Sandrine Mansour-Mérien
Référence(s) :

Jihane Sfeir, L’exil palestinien au Liban. Le temps des origines (1947-1952), Paris, Karthala-Ifpo, 2008, 340 p.

Texte intégral

1Après l’indépendance en 1943 du Liban, le système confessionnel devient la référence pour le pays. Cependant, l’arrivée massive de réfugiés palestiniens au lendemain de la guerre israélo-arabe de 1948 va très vite remettre en question ce système, avec tout ce que représente l’afflux important de personnes fuyant le conflit.

2Le livre de Jihane Sfeir analyse avec précision cette période majeure de l’histoire à la fois du Liban et des Palestiniens.

3Considérés comme « un problème », les Palestiniens vont à la fois bouleverser l’équilibre d’une citoyenneté naissante et contribuer à exacerber une situation économique et politique difficile. La création de frontières définitives correspond au marquage identitaire : marquage pour les Libanais qui tentent de se définir et perte des marques pour les Palestiniens qui, avec l’exil, perdent à la fois le sol et la possibilité de retour à leurs caractéristiques sociales, politiques, économiques, géographiques et identitaires.

4A partir du vécu palestinien (hijra/nakba), Jihane Sfeir décrit les éléments qui caractérisent la vie des Palestiniens au Liban en tant qu’étrangers (ajanib). Pour l’auteure, l’analyse de ces notions est essentielle pour comprendre la construction d’une mémoire collective. Si la hijra décrit les événements personnels de l’expulsion, la nakba sert à nommer le passage de l’avant expulsion à l’après, à définir un nouveau statut reconnu. Cette reconnaissance est la conséquence de la défaite des armées arabes et de l’éparpillement des Palestiniens dans les différents pays d’accueil voisins mais elle ne sera en réalité revendiquée comme telle qu’une fois le choc passé avec l’avènement d’une situation « vécue dans la souffrance, la misère et l’humiliation ».

5Pour aborder ce travail, J. Sfeir a travaillé à partir des archives de la LSCR, Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge, et d’entretiens auprès de réfugiés. Les différentes sources lui permettent de dégager trois grandes familles types : celle de la bourgeoisie dont l’exil débute en 1947, celle des familles urbaines et enfin celle des habitants qui résidaient le long de la nouvelle frontière. Tous sont confrontés à une nouvelle réalité au Moyen-Orient : les frontières se referment afin « de prévenir tout retour et d’occuper rapidement les lieux vidés avec une nouvelle population exclusivement juive ».

6L’étude permet d’établir avec précision les conséquences de cet afflux : la majorité des réfugiés sont jeunes, et même si de nombreux camps qui voient le jour seront gérés par l’UNRWA, une grande partie de cette population ne bénéficie pas de cette aide.

7Jihane Sfeir parvient également à dresser des tableaux précis des compositions religieuses de ces réfugiés, de la distribution par âge et par sexe et des conséquences socioprofessionnelles que cet exil a entraînées. Au-delà du poids économique et humain que constituent les Palestiniens pour le Liban, cette population va aussi représenter une main-d’œuvre bon marché pour les grands travaux des années 50, et un apport économique non négligeable dont bénéficiera le pays.

8Enfin, la distribution géographique des Palestiniens au Liban aura des conséquences jusqu’à ce jour. La croissance des camps et la politisation progressive des Palestiniens ont durablement marqué le paysage démographique et politique libanais.

9Toutes ces données, dont certaines étaient déjà connues mais avec moins de précision, permettent à Jihane Sfeir d’apporter une contribution essentielle à un portrait du peuple palestinien de la diaspora : celui des Palestiniens du Liban. Ce travail de micro-histoire est d’autant plus remarquable que les Palestiniens du Liban constituent un des points les plus sensibles de ces réfugiés du monde arabe compte tenu des spécificités politiques du Liban.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Mansour-Mérien, « Jihane Sfeir, L’exil palestinien au Liban. Le temps des origines (1947-1952) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 10 septembre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1377

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page