Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Annie Lacroix-Riz, De Munich à Vichy. L’assassinat de la Troisième République, I938-I940

Paris, Armand Colin, 2008, 408 p.
Maurice Genty
Référence(s) :

Annie Lacroix-Riz, De Munich à Vichy. L’assassinat de la Troisième République, I938-I940, Paris, Armand Colin, 2008, 408 p.

Texte intégral

1Poursuivant les recherches engagées dans son précédent ouvrage Le choix de la défaite : les élites françaises dans les années 1930 (Paris, Armand Colin, 2006), Annie Lacroix-Riz livre ici un nouveau brûlot contre l’histoire « consensuelle ». Reprenant la piste ouverte en 1999 par Gérard Noiriel qui, dans Les origines républicaines de Vichy (Paris, Hachette), avait « contesté l’axiome […] de la rupture entre le régime républicain » et celui de Vichy (p. 8), elle met en relief la continuité entre les deux régimes. Fidèle à sa méthode, elle s’appuie sur une base documentaire impressionnante, encore élargie à de nouvelles sources, sources privées comme les archives de la Chambre de commerce de Paris, ou publiques comme les Documents diplomatiques italiens. Ces archives sont malheureusement parfois lacunaires, voire « épurées » dans le cadre des archives diplomatiques publiées par les historiens alliés, telles qu’on peut les consulter à la BDIC de Nanterre, « catégories d’archives d’ordinaire plus sélectives encore que les archives originales ». Ainsi sont « quasi absentes » des archives diplomatiques françaises les pièces concernant l’activité d’Abetz et de ses agents à Paris avant la guerre, « sauf telle allusion à un document signalé par une simple note » (p. 366), de même que presque toutes les notes d’information sur la France fournies à l’ambassadeur d’Allemagne en Espagne par ses correspondants espagnols du 4 septembre 1939 au 22 juin I940 (p. 256 et note 123), période correspondant à l’ambassade de Pétain auprès de Franco. En tout état de cause, ces archives sont éclairantes sur la politique française et accablantes pour les responsables de cette politique qui conduisit la France à la défaite et la IIIe République à sa disparition en juin-juillet 1940. On ne saurait en effet isoler les deux éléments de cette politique, faite de complaisances, voire de compromissions et de complicité, à la fois à l’extérieur vis-à-vis de l’Allemagne hitlérienne, et à l’intérieur vis-à-vis des intrigues visant à liquider le régime parlementaire, jugé trop sensible à l’occasion aux revendications populaires, au profit d’un régime autoritaire en sympathie avec les dictatures, fasciste d’abord, nazie et franquiste ensuite, plus aptes à assurer l’ordre politique et social.

2Les intrigues anti-républicaines, qui remontaient aux années 20, avec entre autres la Synarchie, encore présentée volontiers comme un mythe, et qui s’étaient développées avec la crise de 1929, se poursuivirent après l’échec apparent du 6 février 1934, avec l’unification des ligues de droite. Déjà était envisagée la mise en place d’un gouvernement dirigé par Pétain qui, selon Weygand, représentait « une force en réserve », éventuel futur « Hindenburg de la France » (p. 49), projet porté un peu plus tard, en avril 1937, à la connaissance de Franco par Laval, lui-même candidat du Comité des Forges de François de Wendel (p. 56 et note 78). Les complaisances des gouvernants se manifestèrent particulièrement après la tentative putschiste de la Cagoule de novembre 1937 ; sans doute une enquête fut-elle ouverte, mais elle tourna bientôt court, lorsque Chautemps, en janvier 1938, renvoya de son gouvernement le ministre de l’Intérieur, Marx Dormoy, jugé trop curieux ; sans doute un procès fut-il engagé, mais il tourna en « mascarade » en juillet 1939 (p. 124). De son côté, Daladier, successeur de Chautemps, couvrit Pétain (p. 64 et notes 133 et 134) avant de le nommer ambassadeur de France en Espagne, « ignorant » alors les notes qui lui signalaient l’inquiétante activité de celui-ci. Ces complaisances s’amplifièrent dans le cadre des cabinets dits « de guerre », qui virent « l’investissement de l’appareil d’État par le club synarcho-cagoulard » (p. 244) dans le gouvernement de Daladier : le ministre de l’Armement, nommé en septembre 1939, Raoul Dautry, s’entoura de quelques-uns des « futurs maîtres de l’économie sous Vichy » (p. 248). Puis, du gouvernement de Reynaud, plusieurs membres, Baudouin et Bouthillier, passèrent sans transition dans celui de Pétain. Dans le même temps, les anciens cagoulards bénéficiaient d’une singulière bienveillance ; ainsi Loustaunau-Lacau, ancien chef de l’état-major de Pétain, mis en « non-activité » le 15 février 1938, fut réintégré dans l’armée en octobre 1939, tandis que tel autre, en fuite en Italie, put rentrer en France pour être aussitôt incorporé… (p. 254-255).

3Ces complaisances envers les ennemis de la République contrastaient avec la fermeté montrée dans la politique anti-ouvrière souhaitée par la droite, désireuse de prendre sa revanche sur le Front populaire. La menace de guerre permit d’engager cette politique anti-ouvrière, à commencer par l’abolition de la semaine des 40 heures annoncée dès le 21 août 1938 par Daladier au nom de l’effort de guerre. Ce furent ensuite deux décrets-lois en avril et juin 1939 qui visaient « à réprimer les propagandes étrangères » et « la distribution et la circulation des tracts de provenance étrangère » (p. 125), et qui devaient permettre d’engager des poursuites contre des militants communistes, tandis que les publications défaitistes et capitulardes restaient impunies. La lutte contre les communistes s’annonçait ainsi, avant même que le Pacte germano-soviétique ne vînt fournir le prétexte de la mener ouvertement, selon la promesse faite par Georges Bonnet à l’ambassadeur d’Allemagne, le 1er juillet 1939, de « mettre les communistes à la raison » (p. 176). La IIIe République finissante légua ainsi à Vichy tout un arsenal de décrets, notamment celui du 26 septembre 1939 « portant dissolution des organisations communistes » et qui reprenait une loi de 1872 adoptée contre la 1re Internationale… (p. 178), législation à laquelle Vichy n’eut qu’à apporter quelques retouches et à laquelle police et magistrature restées en place n’eurent qu’à continuer à se référer.

4Parallèlement, toute une atmosphère de xénophobie s’était développée, à la suite d’une campagne lancée dès 1937 par la Chambre de commerce de Paris contre l’afflux de juifs polonais, victimes de l’antisémitisme régnant dans leur pays, campagne à laquelle le gouvernement donna satisfaction par deux décrets-lois de mai 1938 permettant la surveillance des réfugiés étrangers et l’expulsion – déjà ! - des clandestins. Cette législation fut complétée le 8 novembre 1938 par un nouveau décret-loi visant les naturalisés « depuis au moins dix ans », frappés de divers interdits, privés notamment du droit électoral pendant cinq ans, première atteinte à la loi du 21 août 1927 sur les naturalisations dont Vichy devait achever la révision. Cette campagne xénophobe visa également les réfugiés antifascistes, allemands, italiens et bientôt espagnols, allant jusqu’à une véritable complicité avec les dictatures, préfigurant la collaboration policière de Vichy. Ainsi, un agent allemand, Carl Boemelburg, entamant en juin 1938 « une carrière parisienne que l’Occupation ferait culminer » (p. 100), put effectuer en toute tranquillité un travail de police, constituant, suivant la Sûreté nationale, « un organisme officieux de la Gestapo » à l’encontre des réfugiés allemands (p. 100 et notes 177 et 178). Reçu le 25 janvier 1939 à la Sûreté nationale, il reconnut avoir été envoyé « pour assurer une liaison permanente plus étroite avec la police française » (p. 101 et note 185) ; c’est dans ce cadre que des investigations furent entreprises par la Sûreté nationale à propos d’ un « sieur Tiper (ou Tepper) domicilié I86, Faubourg Saint-Antoine » (p. 128 et note 104).

5Cette complicité se situait dans la longue série des concessions et des reculades auxquelles la France était prête à recourir pour essayer d’amadouer l’Allemagne et éviter la guerre à tout prix – à n’importe quel prix – malgré les rebuffades subies de la part d’Allemands « dédaigneux » (p. 113), comme elle le faisait dans d’autres domaines encore. Dans le domaine économique, notamment, se succédèrent les projets d’ententes et de coopération de la part des milieux d’affaires, prêts eux aussi à la recherche de compromis avec l’Allemagne dont l’avancée en Europe centrale menaçait pourtant leurs intérêts, en liaison avec les milieux officiels ; ainsi, à la suite de Munich, des négociations s’engagèrent qui aboutirent en décembre 1938 à la « cession » de Skoda par le groupe Schneider à la Dresdner Bank, en fait à Krupp (p. 107), non sans que le Quai d’Orsay eût été tenu au courant. L’état lui-même, en janvier I939, envisageait un « rapprochement franco-allemand » en Afrique, allant du développement commercial à la création de « sociétés de participation » communes (p. 141).

6De reculade en reculade, il vint un moment où il fallut se résoudre à déclarer la guerre, mais comme « à contrecœur » (p. 210) et dans les pires conditions. Cependant des tractations devaient se poursuivre durant la « drôle de guerre » jusqu’en mai 1940 pour éviter l’affrontement final, auquel on affectait de se préparer, par l’entremise de l’Italie, jusqu’au « coup de poignard dans le dos » du 10 juin. Moyennant de nouvelles concessions envisagées, notamment en Afrique équatoriale et en Tunisie, comme par celle du Vatican à la faveur d’une orientation cléricale – autre préfiguration de la « révolution nationale » de Vichy – et par celle de l’Espagne à la faveur de l’ambassade de Pétain jusqu’à son entrée dans le gouvernement de Reynaud le 18 mai, puis d’une mission confiée au nouvel archevêque de Paris, Mgr Suhard.

7Sur les responsabilités des dirigeants français dans le désastre final, Reynaud, mais aussi Daladier, « préblanchis par l’emprisonnement et leurs auto-plaidoyers du procès de Riom » (p. 295), un large préjugé d’indulgence et de compréhension s’est établi dès la Libération. Il est assumé par l’historiographie française – en contraste avec l’historiographie anglo-saxonne, moins tenue aux ménagements mais volontiers ignorée ou écartée – négligeant le décalage entre les déclarations officielles, empreintes de fermeté à l’intention de l’opinion, et les propos privés, décalage que Daladier reconnut lui-même au cours d’un entretien avec le sous-secrétaire d’État américain, Sumner Welles, en mars 1938 (p. 263), sans parler du décalage entre les discours et les actes. Quant aux autres responsables, simples exécutants ou complices actifs ou passifs, tant dans les milieux économiques que dans l’administration civile ou militaire, ils bénéficièrent pour la plupart, plus ou moins vite, de la même indulgence, certains pour avoir rejoint la Résistance, plus ou moins tardivement, surtout après que se fut précisée la perspective d’une pax americana, plus ou moins réellement aussi, beaucoup enfin trouvant à se recycler dans l’après-guerre, nouvelle forme de continuité…

8C’est donc un dossier sans complaisance – un réquisitoire, diront certains – que nous livre Annie Lacroix‑Riz ; sans doute on pourra discuter, ergoter sur certains points, mais on ne peut mettre en doute la solidité de la documentation, rendant son ouvrage, selon la formule, incontournable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Genty, « Annie Lacroix-Riz, De Munich à Vichy. L’assassinat de la Troisième République, I938-I940 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 10 septembre 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1375

Haut de page

Auteur

Maurice Genty

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page