Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Taner Akçam, Un acte honteux. Le génocide arménien et la question de la responsabilité turque

Paris, Denoël, 2008, 491 p.
Benoît Falaize
Référence(s) :

Taner Akçam, Un acte honteux. Le génocide arménien et la question de la responsabilité turque, Paris, Denoël, 2008, 491 p.

Texte intégral

1La traduction de l’ouvrage de l’historien turc Taner Akçam sur le génocide arménien par les éditions Denoël a l’immense mérite de venir combler un vide historiographique. D’abord parce qu’il fait le point cet événement majeur qui se déroule pendant la Grande Guerre, mais aussi parce qu’il le fait à partir des sources ottomanes encore disponibles. En ce sens, il vient compléter le travail de Raymond Kévorkian dans Le Génocide des Arméniens, livre de 2006.

2Cet ouvrage est divisé en trois parties : l’avant génocide ; le génocide lui-même et ses conséquences ; les enquêtes après guerre pour massacres et génocide. Ce livre permet de comprendre, inscrit dans le temps long, le processus spécifique de la mise à mort d’une grande partie des Arméniens de l’empire et de la déportation de plusieurs centaines de milliers d’autres. Dans un contexte de frustrations militaires (guerres russo-ottomane de 1877-78 et gréco-ottomane de 1897), diplomatiques, économiques et sociales, les concurrences avec les populations chrétiennes de l’empire sont réactivées par des réformes politiques qui visent l’élaboration d’une égalité toujours plus affirmée entre les populations chrétiennes (principalement grecques et arméniennes) et musulmanes. Les tensions sont donc nombreuses entre chrétiens et populations musulmanes qui s’engagent dans des révoltes toujours plus violentes. Dans le cadre du reflux ottoman du milieu du xixe siècle, lorsque la Grande Porte s’affaiblit, l’attaque de la ville de Sassoun, en 1894, inaugure le processus, avec le massacre d’Adana dont T. Akçam nous livre ici l’anatomie précise.

3Le livre relève aussi comment la question idéologique a progressivement été agitée, et comment elle prend de l’importance au début du xxe siècle. Le travail de Ziya Gökalp, par exemple, aplanit les divergences entre ottomanisme, islamisme et turquisme afin de mieux définir le nationalisme dont vont se servir les Jeunes-Turcs ainsi que le parti Comité union et progrès au pouvoir en 1915. Dès lors, dans un contexte de massacre et de déportations de populations musulmanes et non-musulmanes, l’entrée en guerre de l’empire est justifiée par Istanbul dans les termes suivants : en terminer avec les accords internationaux qui conduisent l’empire au bord de l’effondrement ; recouvrer les territoires perdus par les guerres perdues du xixe siècle ; se venger enfin des communautés chrétiennes constamment suspectes de loyauté à l’égard des Britanniques, principalement, ou des Russes. La guerre est présentée comme l’arrêt du déclin impérial.

4Le génocide s’inscrit dans une autre logique qui veut l’homogénéisation ethnique du territoire ottoman, car pour les autorités « il est absolument nécessaire que l’Arménie située au cœur d’une vaste région islamique soit éliminée politiquement et matériellement » (Ahmet Muhtar, ministre des Affaires étrangères). À propos des justifications des autorités turques après la guerre, encore en vogue aujourd’hui, Taner Akçam aborde la question du crime contre l’humanité. Cette notion juridique fut envisagée pour le génocide arménien par les Alliés après la Grande Guerre puis finalement abandonnée à partir de 1920, face à l’impossibilité diplomatique de la faire appliquer par la SDN.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Falaize, « Taner Akçam, Un acte honteux. Le génocide arménien et la question de la responsabilité turque », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 10 septembre 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1372

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page