Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Laurent Capdetrey, Le pouvoir séleucide. Territoire, administration, finances d’un royaume hellénistique (312-129 av. J.-C.)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 536 p.
Catherine Apicella
Référence(s) :

Laurent Capdetrey, Le pouvoir séleucide. Territoire, administration, finances d’un royaume hellénistique (312-129 av. J.-C.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 536 p.

Texte intégral

1Tiré de sa thèse de doctorat, le livre de Laurent Capdetrey propose une approche nouvelle et stimulante du royaume séleucide en se focalisant sur les deux premiers siècles de son histoire.

2L’auteur commence par rappeler en introduction quelques points importants qui justifient qu’on reprenne à nouveaux frais l’étude de ce grand État hellénistique né du démembrement de l’empire d’Alexandre.

3Le premier point est que l’historiographie antique comme l’historiographie moderne ont peiné à définir un pouvoir qui, contrairement à celui des Lagides, ne pouvait s’inscrire de manière naturelle dans un héritage historique et politique ou dans un espace donné, délimité a priori et stable : là où Ptolémée Sôter et ses descendants ont repris à leur compte une entité territoriale et culturelle cohérente, les Séleucides ont dû unir sous leur autorité des régions linguistiquement, culturellement et religieusement hétérogènes, qui n’avaient guère d’autre point commun que d’avoir appartenu, à des titres divers, à l’empire perse. Si le royaume lagide est un héritage à bien des titres, le royaume séleucide apparaît ainsi comme une construction et même, si l’on peut se permettre cette expression, un work in progress permanent. Faute d’avoir suffisamment pris en compte cette dimension, l’historiographie a eu tendance à opposer une image positive de l’Égypte, stable, facile à contrôler et à exploiter, à une image négative du royaume séleucide, vite morcelé par la sécession des régions les plus orientales et affaibli par les renoncements de ses rois, réduit à sa portion congrue après la défaite contre Rome qui le priva en outre de ses possessions d’Asie Mineure.

4Or, depuis une vingtaine d’années et, en particulier, depuis les travaux de Pierre Briant sur l’empire perse et ceux de Susan Sherwin-White et Amélie Kuhrt sur la partie orientale du royaume séleucide, cette opposition traditionnelle a été largement remise en cause. Laurent Capdetrey souligne qu’il faut la dépasser pour lui substituer une étude de la relation particulière du pouvoir séleucide à l’espace qu’il cherchait à soumettre. La question est de savoir de quelle manière les rois séleucides, régnant sur un territoire immense qui allait de l’Asie Mineure aux frontières de l’Afghanistan actuel, ont résolu les tensions entre le centre du pouvoir et sa périphérie. Comment ont-ils contré les tendances centrifuges ? Comment ont-ils géré la confrontation entre les cultures indigènes et la culture gréco-macédonienne qui était la leur ?

5Pour répondre à ces questions, l’auteur a fixé pour bornes chronologiques à son étude deux dates symboliques : 312, qui marque le retour à Babylone de Séleucos Ier, le fondateur de la dynastie, après sa conquête des régions orientales appelées les Hautes Satrapies, et 129, date de la perte définitive de cette même ville symbolique de Babylone, après l’échec de l’expédition orientale d’Antiochos VII, dernière grande expédition visant à réaffirmer l’autorité séleucide sur la Babylonie.

6Entre ces deux dates, Laurent Capdetrey s’attache à mettre en évidence les différentes étapes qui ont permis d’abord la construction et la clôture d’un espace dans lequel puisse s’incarner le pouvoir séleucide, puis le passage de la conquête militaire à l’appropriation de cet espace, à son contrôle et à son exploitation.

7La première partie de l’ouvrage, intitulée « Appropriation de l’espace royal et construction du pouvoir séleucide sous Séleucos Ier et Antiochos Ier », montre ainsi de quelle manière le pouvoir séleucide s’est d’abord construit autour du cœur symbolique de la Babylonie et de l’Iran occidental, en intégrant l’héritage politique perse tout en s’en séparant par la création d’une nouvelle capitale royale, Séleucie du Tigre. La bataille d’Ipsos, en 301, en offrant à Séleucos Ier le contrôle de la façade méditerranéenne de la Syrie et d’une partie de l’Asie Mineure, a impliqué une redéfinition du territoire et des moyens de le contrôler. La Syrie séleucide, loin d’avoir constitué le cœur du royaume, a été pensée et organisée pour équilibrer et protéger l’ensemble du territoire, en particulier en contrôlant les principales voies d’accès aux régions orientales par un réseau de fondations et de colonies qui, par les noms qui leur ont été donnés, étaient autant de moyens également de remodeler le territoire et d’y inscrire symboliquement la dynastie.

8La seconde partie, intitulée « Territoire royal et souveraineté séleucide : entre fonctionnement et intégration », est la plus longue, la plus touffue et, parfois aussi, la plus confuse de l’ouvrage. Soucieux d’explorer de manière exhaustive les différentes formes qu’a pu prendre la domination du territoire construit et organisé par Séleucos et son fils, Laurent Capdetrey se livre à une analyse très fine des différents degrés d’assujettissement des composantes du royaume, en fonction du statut qui leur était reconnu par le pouvoir : ethnè, dynastes locaux régnant de manière plus ou moins indépendante sur un territoire donné, états sacerdotaux ou encore cités. Le pouvoir séleucide ne s’exerçait pas d’une manière uniforme mais modulait son emprise en fonction des circonstances et des nécessités, dans une organisation très souple qui n’est pas sans préfigurer la politique romaine des princes clients. Si, dans leur ensemble, les conclusions de l’auteur emportent l’adhésion, on hésitera toutefois à le suivre dans sa définition des Phéniciens comme un ethnos dans la mesure où chaque cité a conservé, tout au long de l’époque hellénistique, sa personnalité propre et où les sources n’attestent l’existence d’aucun organe représentatif des Phéniciens en tant que tels. En outre, dans leurs propres écrits, les Phéniciens ne se donnent jamais pour tels mais revendiquent toujours leur appartenance à telle ou telle cité : ils sont sidoniens, tyriens, aradiens mais jamais phéniciens.

9A cette légère réserve s’en ajoute une seconde, plus importante et qui tient à la structure de la deuxième partie. L’étude des différentes composantes du royaume, qui font chacune l’objet d’un chapitre très riche, est interrompue en effet par un chapitre portant sur la définition de la terre royale qui enlève beaucoup de sa cohérence à l’ensemble et rend le raisonnement de l’auteur difficile à suivre. Ce développement aurait sans doute davantage trouvé sa place en préalable à l’étude du fonctionnement économique du royaume.

10Dans une troisième partie, Laurent Capdetrey s’intéresse à la « structure administrative et [à l’]organisation du territoire royal séleucide ». Il réfute l’idée d’un État militaire reposant uniquement sur la force armée et montre que c’est la mise en place d’une véritable structure administrative qui a donné sa cohérence et son unité au territoire séleucide. De facture très classique, les différents chapitres qui étudient le maillage administratif et militaire mis en place par les Séleucides pour contrôler et exploiter leur royaume, y transmettre leurs ordres et en recevoir les informations nécessaires offrent un tableau clair et complet de l’organigramme des agents royaux et de leurs relations avec le pouvoir.

11A ce stade de l’ouvrage, le lecteur dispose d’une idée claire et assez complète de la manière dont les Séleucides, avec un sens politique remarquable, ont réussi à établir et à maintenir leur domination sur un territoire très vaste et très hétérogène. La quatrième et dernière partie, intitulée « Le roi, l’administration et l’organisation des pouvoirs », semble donc, dans une large mesure, revenir sur des points qui ont déjà été abordés. Elle pèche par ailleurs par le manque de clarté de son organisation : l’auteur commence par étudier la circulation de l’information et des décisions entre le roi, ses agents et ses sujets, développement qui se rattache logiquement à la troisième partie, analyse l’organisation et la hiérarchie territoriale des fondations, refondations et colonies, thèmes qui avaient déjà été largement traités dans la première partie. De même, l’étude de l’entourage de roi qui prend place au chapitre IX renvoie, en les complétant, aux développements du chapitre VIII, qui appartient à la troisième partie. Enfin, le dernier chapitre de l’ouvrage est consacré à la fois à une étude de la fiscalité et de l’économie du royaume, et à la construction idéologique de la figure royale, sans qu’on comprenne clairement le lien logique qui existe entre les deux thèmes.

12Cet ouvrage très dense, très riche et souvent passionnant aurait ainsi gagné à être resserré et réorganisé, quitte peut-être à renoncer au souci d’exhaustivité qui en brouille parfois la lisibilité. Réduire le volume de l’étude en vue de la publication aurait pu également permettre de joindre en annexe le matériel, en particulier les inscriptions, que l’auteur a eu l’immense mérite de rassembler et d’exploiter sans se limiter aux sources grecques mais en embrassant aussi les textes en acadien, en araméen ou dans les langues iraniennes. Le lecteur aurait aimé pouvoir consulter ces documents difficiles d’accès.

13Malgré ces réserves, le livre de Laurent Capdetrey, riche d’une bibliographie importante et récente, fort de ses indexes et de ses cartes, remarquable surtout par l’intelligence de sa démonstration qui met en lumière l’originalité profonde du pouvoir séleucide, qui ne se conçoit pleinement que dans son mouvement permanent d’appropriation physique et symbolique de l’espace, doit désormais faire figure de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Apicella, « Laurent Capdetrey, Le pouvoir séleucide. Territoire, administration, finances d’un royaume hellénistique (312-129 av. J.-C.) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 10 septembre 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1366

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page