Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Appartenir à un club : les identités sportives dans la France du premier xxe siècle

Bertrand Blanchard
p. 91-103

Résumé

Ce travail étudie l’influence et le rôle des différents acteurs – politiques, économiques, culturels, sociaux, militaires, religieux – et des différentes idéologies sur le développement d’un mouvement sportif local. La construction de lieux sportifs, l’apparition de nouvelles formes de sociabilité et l’ouverture progressive du phénomène sportif sont également au centre de cette réflexion. Il s’agit donc d’étudier le sport dans sa relation avec la société, d’étudier les liens entre ceux qui font le mouvement sportif et enfin d’étudier l’évolution des mentalités, des représentations et des pratiques culturelles.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pierre Arnaud dir., Les Athlètes de la République, Gymnastique, sport et idéologie républicaine 18 (...)

1Le club, l’association, la société, le cercle naissent d’une réunion formelle de personnes partageant les mêmes goûts, ceux-ci s’exprimant objectivement par le choix d’une pratique ou d’une forme de pratique sportive. » 1 L’association sportive résulte toujours d’une volonté, d’un désir de se rassembler, de se regrouper. La notion d’appartenance est au centre de la logique associative. Mais que signifie appartenir à une association, une société ou un club sportif dans le premier tiers du xxe siècle ? Comment se matérialise cette notion, ce sentiment d’appartenance ?

Appartenance et mouvement sportif associatif

2L’idée d’appartenance au sein du mouvement sportif associatif naît, se manifeste et se diffuse tout d’abord par des symboles : couleurs du club, insigne, devise, chanson, bulletin ou encore rituels d’admission. Ces symboles jouent le rôle de moyen, de code de reconnaissance : « nous appartenons au même groupe car nous portons les mêmes couleurs ». Parallèlement, ces symboles sont aussi un moyen d’affirmer et de revendiquer une identité qu’elle soit locale, régionale, sociale, professionnelle ou idéologique. Pour Ronald Hubscher, cette question de l’identité s’exprime notamment lors de l’admission de tel ou tel membre au sein de telle ou telle association :

  • 2  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, M 914, Statuts de l’Automobile Club d’Auvergne, 1900.

Toute personne désirant faire partie de l’Automobile Club d’Auvergne comme membre actif ou honoraire doit être présentée au Conseil par deux parrains pris parmi les membres sociétaires et elle doit signer les présents statuts. Les noms des candidats et ceux de leurs parrains seront affichés dans la salle de la Société 15 jours avant la réunion du Conseil qui décide au scrutin secret l’admission ou le rejet des candidatures. Pendant ce délai de 15 jours tout membre sociétaire pourra présenter au Conseil les observations qu’il croira devoir faire sur le candidat 2.

  • 3  Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Paris, Éditions Universitaires, 1976, p. 130.

3À l’époque, faire partie d’une association ou d’une société sportive n’est pas donné à tout le monde : « reposant sur une idéologie égalitaire, l’organisation sportive est en fait une organisation ségrégationniste, sélective et élitiste » 3. La plupart des admissions restent soumises d’une part à de nombreux rituels et d’autre part à un système de parrainage dont le but est d’assurer la cohésion et l’homogénéité du groupe. En outre, à des critères de sélection objectifs – bien que discutables, comme ne pas être privé de ses droits civils et politiques ou être de nationalité française – s’ajoutent parfois des considérations beaucoup plus subjectives comme le fait de devoir jouir d’une bonne réputation. Les conditions d’entrée sont donc généralement strictes et extrêmement réglementées. Cette relative fermeture, cette sélectivité des associations sportives contribue alors à renforcer le sentiment d’appartenance.

  • 4  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, M 914, Statuts du Véloce Club Auvergnat, 1892.

4Par ailleurs, le développement de ce sentiment d’appartenance et de cette notion de groupe par les symboles est souvent souhaité et relayé par les clubs eux-mêmes : « les insignes à défaut de costumes sont obligatoires pour les promenades et sorties officielles » 4. L’un des exemples les plus intéressants reste sans doute celui de La Chanson de l’ASM dont voici le refrain :

Notre ASM dans les concours notoires,

A bu l’obstacle tout comm’le pneu Michelin ;

Ses succès marqueront dans l’histoire,

Chantons tous avec entrain !

C’est l’ASM qui se couvre de gloire,

Car tous ses « as », les jeunes et les vieux,

Sav’nt toujours mener à la victoire

  • 5  Archives Privées de l’Association Sportive Montferrandaise, La Chanson de l’ASM, mars 1921.

Son drapeau jaune et bleu, jaune et bleu 5.

5Cette chanson, qui est en elle-même un élément d’appartenance et un moyen de reconnaissance, permet la diffusion d’autres symboles comme les initiales ou les couleurs du club. L’idée d’appartenance au club – et à l’entreprise, idée sur laquelle nous nous attarderons plus tard - est également mise en exergue par l’utilisation du terme « notre ». Il s’agit ici d’imprégner l’imaginaire collectif.

  • 6  Pierre Arnaud, « Pratiques et pratiquants : les transformations de la sociabilité sportive. L’exem (...)
  • 7  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, 1396 W 7, Statuts du Sport Ouvrier Clermontois, 1930.
  • 8  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, 1396 W 8, Statuts du Racing Club Hydro, 1932.
  • 9  Marcel Michelin, « Pour nos jeunes », Bulletin de l’ASM, n°33, mars 1926.

6Il ne faut surtout pas sous-estimer la façon dont le sentiment d’appartenance à un club ou à une association est perçu par ses membres dans les premières années du xxe siècle. Aux yeux d’une très grande majorité, ce type de groupement est bien plus qu’un simple rassemblement de personnes aspirant aux mêmes activités. Il constitue avant tout une force, un soutien. Très souvent le groupement associatif est motivé par la volonté d’exercer une « force solidaire et sécurisante face aux pouvoirs établis » 6 qu’ils soient politiques, administratifs ou économiques. Par l’association on cherche l’alliance, voire le secours, ce qui explique que nombre de clubs et associations soient perçus mais aussi conçus comme de véritables familles, avec tous les aspects protecteurs et bienveillants que cette notion implique. Les idées de camaraderie et de solidarité sont au centre du développement associatif. Il n’est pas rare de les trouver inscrites dans les statuts des associations : « [le Sport Ouvrier Clermontois] a pour but de pratiquer la culture physique et les sports et d’intensifier la propagande ayant pour base la solidarité et la camaraderie » 7, « [le Racing Club Hydro] a pour but de grouper tous ceux qui, dans un esprit d’amicale solidarité, désirent développer leurs moyens athlétiques par la pratique des sport » 8. Elles sont également reprises par les dirigeants : « Deux jeunes gens portant le même insigne, jaune et bleu, réunis par le même idéal, la même idée : l’idée sportive, se devront aide et assistance dans toutes les circonstances de la vie » 9. À travers cette illustration, on voit clairement que les symboles du club participent de ce processus qui fait de l’association sportive un soutien. Ces idées d’identité et de soutien sont extrêmement présentes au sein des sociétés sportives et des membres qui les composent. Elles se nourrissent chacune l’une de l’autre : de l’identité découle le soutien, du soutien découle l’identité.

  • 10  Michel Bouet, Signification du sport, Paris, Éditions Universitaires, 1968, p. 477.
  • 11  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, 1396 W 2, Statuts du Football Club Clermontois, 1911.
  • 12  Ronald Hubscher dir., L’Histoire en mouvements. Le sport dans la société française (xixe-xxe siècl (...)
  • 13  Idem, p. 95.
  • 14  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, M 906, Statuts du Cyclist Club Clermontois, 1889.
  • 15  Pierre Arnaud dir., op. cit., p. 377.

7Au-delà des symboles, appartenir à une société sportive, c’est un moyen de participer à la vie sociale, de nouer de nouvelles relations distinctes de celles de la famille ou du travail : « le sport est un des modes par lesquels l’homme rencontre l’homme » 10. À l’instar des cercles, l’association sportive est un foyer de sociabilité. Ainsi, le Football Club Clermontois « a pour but d’encourager la pratique du Football-Association et de créer des relations amicales entre ses membres » 11. L’association sportive est un moyen de se retrouver entre soi. La pratique sportive, elle-même, n’est parfois qu’un prétexte servant de support à la vie sociale. La pratique de certains sports comme la vélocipédie ou l’automobile permet l’exercice d’une sociabilité mondaine souvent très animée. Les associations sportives autorisent des « rapports moins guindés entre les individus » 12 que les formes de sociabilité traditionnelles. Ce lieu de sociabilité a en fait toutes les caractéristiques d’une microsociété. Appartenir à un club sportif, c’est donc également admettre un ensemble de contraintes fondées sur une notion clé, celle de règlement, règlement qu’il faut respecter. C’est s’insérer dans un système de droits et de devoirs. Comme le souligne Ronald Hubscher, « en devenant membre d’une association sportive, le nouvel adhérent s’inscrit dans une structure privilégiant une forme de sociabilité fondée sur la responsabilité du citoyen » 13. Il accepte de se soumettre à des règles strictes de ponctualité que ce soit pour le paiement des cotisations, les assemblées générales ou l’entraînement. En cas de non-respect de ces règles, des systèmes d’amendes – voire d’exclusion – sont prévus par la quasi-totalité des sociétés. C’est, par exemple, le cas du Cyclist Club Clermontois qui, dans ses statuts de 1889, prévoit : « pour absences aux assemblées générales, amende de 0,50 franc ; circulation sur le trottoir, 0,25 franc ; le non-paiement des amendes dans les huit jours entraîne leur doublement » 14. L’association sportive apparaît donc également comme une école de civisme où la responsabilité de chaque membre est engagée et contrôlée. Mais l’association sportive est aussi hiérarchisée. Elle est généralement dirigée par un bureau composé d’un président, d’un vice-président, d’un secrétaire et d’un trésorier. Outre l’équilibre apporté par cette hiérarchisation, celle-ci a pour conséquence de familiariser les membres aux différents modes de scrutin utilisés pour renouveler les instances dirigeantes. Elle permet de mettre en pratique les règles démocratiques. « L’association sportive est donc un moyen d’intégration des individus à un système social et politique. » 15

8La notion d’appartenance fait partie intégrante du mouvement sportif et plus particulièrement du mouvement sportif associatif. Elle en est à la fois une expression et l’un des fondements. Parfois, elle bascule même dans une autre dimension et devient un véritable enjeu.

De l’appartenance à l’identification : l’exemple de l’Association Sportive Michelin

  • 16  Voir Bertrand Blanchard, Les Investissements des grands industriels clermontois dans le développem (...)

9En retard dans le développement du mouvement sportif au tout début du xxe siècle, la ville de Clermont-Ferrand compte pourtant dès les années 1910 de nombreux clubs corporatifs ou d’entreprise. Le plus célèbre d’entre eux est l’Association Sportive Michelin qui devient, en 1922, l’Association Sportive Montferrandaise. Fondé en 1911 sous l’impulsion de M. Marcel Michelin, fils d’André Michelin co-président de la manufacture avec son frère Édouard, ce club propose un modèle de fonctionnement très intéressant pour l’historien. Sa création s’inscrit en effet dans le cadre de la politique sociale de l’entreprise et relève d’un paternalisme sportif 16. L’étude de cette société sportive et de ses objectifs soulève de fait de nombreuses interrogations. Elle est notamment animée voire conditionnée par une politique visant à instrumentaliser ce sentiment d’appartenance.

10Depuis sa création en 1889, l’entreprise Michelin et Compagnie est confrontée à un double problème d’attraction et de stabilisation de la main-d’œuvre. Cette main-d’œuvre souvent d’origine rurale n’a pas encore de véritable tradition industrielle. Attirer les travailleurs et les fidéliser à l’entreprise sont deux des priorités des frères Michelin. À bien des égards, l’ASM apparaît comme une réponse à ces deux problèmes.

  • 17  Marcel Michelin, « Notre but », Bulletin de l’ASM, n° 1, mai 1922.
  • 18  Ibidem.
  • 19  Marcel Michelin, « Association Sportive Montferrandaise », Bulletin de l’ASM, n° 5, septembre 1922(...)
  • 20  Ibidem.
  • 21  Dès sa création en octobre 1911, l’ASM dispose en effet d’un vaste complexe sportif comprenant ter (...)

11Avant de pouvoir utiliser l’ASM comme un moyen de stabiliser et de fidéliser la main-d’œuvre, il est nécessaire de l’attirer, de la recruter. Les dirigeants mènent, au cours de cette période, une grande politique de promotion du club et de recrutement. L’agressivité du discours que l’on perçoit parfois renforce l’idée selon laquelle ce club revêt une importance toute particulière pour l’entreprise Michelin : « Ce n’est pas 2000 adhérents qu’il nous faut, c’est 10000. » 17 Lorsque Marcel Michelin dit : « Nous nous réjouissons fort de ce développement, mais nous ne le trouvons pas encore suffisant. Il y a encore des rebelles » 18, celui-ci donne l’impression d’être en croisade contre les non‑sportifs. Dans cette optique d’attirer toujours plus de sociétaires, est mis en place tout un système de promotion de la puissance du club, d’autocélébration et d’autoglorification dont le support privilégié reste le bulletin de l’association : « disons tout de suite que notre association est pleine de santé, dans un état de prospérité toujours plus grand » 19. Cette « propagande » passe également par la mise en avant des bonnes intentions de la société. On n’hésite pas à la comparer avec d’autres : « nous ne croupissions pas, comme d’autres, dans une coupable routine » 20. L’objectif est de montrer le dynamisme, l’investissement et l’honnêteté du club. Les installations exceptionnelles sont également mises en avant 21. On rappelle sans cesse que tout est mis en œuvre dans l’intérêt du sociétaire, que celui-ci a la possibilité de pratiquer le sport dans les meilleures conditions possibles et qu’il peut donc, s’il le souhaite, prendre soin de sa santé et acquérir, dans le même temps, l’esprit sportif. À ce titre, voici un document unique – un « message publicitaire » totalement assumé et revendiqué – qui témoigne de l’entreprise de séduction dans laquelle sont engagés les dirigeants du club :

L’autre matin, vers 7h 1/2, je vis arriver à l’ASM un Parisien de mes amis. Ancien sportif, il connaissait l’ASM ; aussi, comme il débarquait du train et qu’il était moulu et tout couvert de poussière, sa première pensée en arrivant fut de venir prendre un bain à la piscine pour, à la fois, se débarbouiller et se détendre d’une mauvaise nuit passée sur une banquette rembourrée avec des noyaux de pêche.

Ce matin-là, je faisais ma partie de basket ; je retournai donc à mes paniers et laissai mon ami prendre son bain. Nous nous retrouvâmes quelques instants après dans la salle des Conférences devant le confortable café au lait que Bisnoit sert à tous les culturistes et piscinards du matin avec sa dextérité habituelle.

Mon ami était complètement remis à neuf. La douche l’avait lessivé à fond et les nombreux 100 mètres qu’il avait parcourus dans la piscine en crawl ou en strudgeon avaient redonné à ses muscles, ankylosés par la banquette trop dure, une élasticité toute neuve. Aussi, en avalant un troisième croissant, s’écria-t-il :

« Vive le sport et vive la natation ! Il n’y a rien de tel qu’un bain pour vous réveiller un homme qui a passé une nuit en chemin de fer. Et puis quelle belle piscine !! Quelle eau pure ! Eh bien, ils en ont de la veine les Montferrandais d’avoir une installation comme celle-là à leur disposition. À Paris, il n’y pas moyen de pouvoir faire quelque chose de semblable ; on n’a pas le temps et puis c’est trop loin de chez soi ; mais ici à deux pas de son travail, en pleine ville !! Ah, quels veinards que les Montferrandais !!

- Mais dis-moi, vous n’êtes pas très nombreux il me semble ; vous devriez pourtant refuser du monde ici. »

Je lui expliquai que tout le monde ne déjeunait pas forcément à l’ASM ; que ce matin-là c’était basket et que les jours de culture physique il y avait beaucoup plus de pratiquants.

Mais, ajoutai-je, tu as raison, nous devrions refuser du monde, étant donné la grande quantité des membres de l’ASM et surtout tous les gens qui savent que ces cours existent et qui pourraient y venir (je pensais en disant cela à tous ceux qui mènent une vie sédentaire à l’usine), nos salles devraient être archi-combles.

- Mais comment cela se fait-il ? Tu fais mal ta publicité. Les gens que tu cites-là ne connaissent certainement pas cette chose admirable qui est de pouvoir faire 3 fois par semaine une séance de culture physique, de pouvoir prendre une douche après, avec ou sans bain de piscine et encore de trouver sur place un excellent café au lait, ce qui vous permet de ne pas perdre de temps et de ne pas arriver en retard au travail.

- Mais si, ils savent tout cela puisque j’en connais beaucoup qui y sont venus et qui ne viennent plus.

- Comment, il y a des gens qui ont commencé et qui ont cessé ? C’est inconcevable.

- Cela est pourtant.

- Mais la raison ?

- Oh, elle est bien simple… La flemme. On ne veut pas faire le petit effort de se lever une demi-heure plu tôt trois fois par semaine pour venir ici.

Chacun trouve une bonne excuse : les uns avouent simplement que ça les embête, d’autre disent qu’ils ont à faire chez eux, qu’ils se couchent trop tard pour se lever si matin etc. Tous ceux-là manquent de courage et d’énergie ; la culture physique est, pour eux, un embêtement et ils ne se rendent pas compte de son utilité. Ils n’ont pas compris que l’exercice physique est aussi nécessaire à notre corps que la nourriture. Ils ne s’en doutent pas, parce qu’ils ne voient pas immédiatement les ravages que produit dans leur organisme le manque d’exercice, parce que ces ravages se font lentement.

Ils ne se voient pas engraisser petit à petit ; d’une année sur l’autre, ils ne voient pas qu’ils soufflent un peu plus en montant la rue de la Sellette et, quand ils commandent un nouveau vêtement, leur tailleur ne leur dit pas toujours qu’il est obligé d’augmenter un peu plus le devant du pantalon pour y loger leur petit ventre qui s’arrondit tous les ans un peu plus. Si, par hasard, ils s’aperçoivent de tous ces petits changements, ils mettent ça sur le compte de la vieillesse, ils avouent qu’ils se tassent, ils le déplorent mais trouvent cela normal et pensent qu’on n’y peut rien.

- Eh bien, je ne suis pas de leur avis, reprit mon copain. Regarde-moi. Est-ce que j’ai l’air d’avoir 45 ans ? Ce n’est pas pour me vanter — d’ailleurs nous sommes seuls tous les deux et tu me connais assez – mais je suis aussi svelte maintenant qu’à 20 ans et pourtant je n’ai pas une ASM à ma disposition ; mais j’ai de la volonté et je ne veux pas me laisser envahir par la graisse et l’ankylose. Aussi, voilà ma méthode : tous les matins, dans ma chambre, un quart d’heure de mouvements devant ma glace avec haltères ou exerciseur ou même rien du tout, et cela dans le costume d’Adam et la fenêtre grande ouverte. Et puis, le dimanche, un sport très actif où l’on puisse respirer à fond et surtout piquer une bonne suée. Ca c’est indispensable. Il y a des tas de gens qui te diront : moi je fais du footing, en fait de culture physique c’est bien suffisant. C’est faux, c’est complètement insuffisant. Évidemment cela vaut mieux que de rester le derrière sur un coussin d’automobile, mais ce qu’il faut quand on arrive à nos âges, c’est transpirer à fond pour éliminer et se déboucher les pores de la peau :

Eh bien, à Paris, je prends ma petite bagnole, un bon paletot, du linge de rechange et je vais dans le bois de Boulogne ou même plus loin faire 5 ou 7 kilomètres de cross à travers la campagne ; ça c’est épatant et à la portée de tout le monde.

- Ah ! Tu fais du cross ? Bravo ! Dommage que tu n’habites pas Clermont. Je t’enrôlerais dans l’équipe des dirigeants et avec un lapin comme toi cette année, l’équipe de l’ASM se distinguerait certainement.

- Je regrette encore plus que toi de ne pas habiter Clermont car au moins, ici, je pourrais profiter de votre merveilleuse organisation et faire avec beaucoup plus de facilité l’entraînement rationnel que tout individu sain et bien organisé se doit à lui-même s’il veut conserver sa santé. Or est-ce que la santé n’est pas le bien le plus précieux de ce monde et qui mérite les plus durs sacrifices ? Moi, je fais des sacrifices à Paris pour pouvoir faire de l’exercice. Ici, on vous mâche la besogne ; vous faites cela avec le sourire. Et puis, tu verrais si je t’amènerais des adhérents ; j’en ferais une propagande !!

  • 22  Marcel Michelin, « Un peu de propagande », Bulletin de l’ASM, n° 39, janvier 1927.

Nous nous quittâmes sur ces derniers mots, ce qui me donna l’idée d’écrire cet article pour le bulletin 22.

  • 23  Marcel Michelin, « Notre But », op. cit.

12Il s’agit bien d’une certaine forme d’« endoctrinement ». Celui qui n’est pas membre doit le devenir et celui qui l’est déjà doit développer un sentiment de fierté et d’appartenance. Tous ces discours relèvent clairement d’une politique de communication autour du club. Les moyens mis en œuvre sont ouvertement propagandistes : le Bulletin de l’ASM, décrit par Marcel Michelin comme un « instrument de liaison et de propagande » 23 qui permet de véhiculer nombre d’idées, de valeurs et de principes et, dans le même registre, la chanson de l’ASM, que nous évoquions précédemment. Outre la diffusion de principes et de valeurs, ces documents qui sont en eux-mêmes des symboles d’appartenance, de reconnaissance et des moyens d’identification permettent, nous l’avons vu, la diffusion de symboles hautement identitaires. L’objectif est de créer un attachement au club. Tout est fait pour attirer les employés et les lier à l’ASM. Ce double souci d’attraction et de promotion a donc aussi pour finalité de favoriser l’émergence d’un esprit de corps.

  • 24  Ibidem.
  • 25  J. Muntz cité par Marcel Michelin, « L’Esprit Sportif », Bulletin de l’ASM, n° 3, juillet 1922.
  • 26  Maurice Crubellier, L’Enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-1950, Paris, Armand C (...)

13Parallèlement à cette campagne de recrutement et à cette diffusion de symboles, l’un des grands objectifs que se fixent l’ASM et ses dirigeants est d’impliquer les sociétaires dans la vie du club : « nous espérons arriver à ce que l’ASM ne soit pas seulement une réunion d’indifférents mais surtout un groupement de vrais camarades aimant sincèrement leur sport et leur club » 24. Les membres de l’association sont notamment sollicités dans le processus éducatif que cherchent à mettre en place les dirigeants : « C’est cette éducation de la volonté que vous enseignerez, à votre tour, aux débutants de la génération qui viendra, quand vous aurez renoncé à “faire du sport” effectivement, mais que vous aurez conservé “l’Esprit Sportif”. » 25 À l’instar des dirigeants, les membres de l’association sont eux aussi investis d’une mission. Dans ce système, le sociétaire/ouvrier est le lien entre la jeunesse et les dirigeants. Celui qui a déjà acquis une certaine expérience doit prendre ses responsabilités et en faire profiter la jeunesse. Or, comme le souligne Maurice Crubellier : « Beaucoup de jeunes, le plus grand nombre sans doute, répugnaient à tout encadrement, surtout après quinze-seize ans. Ils n’entendaient pas retomber sous de nouvelles tutelles, mêmes gratifiantes, au moment où se desserraient celles de la famille et de l’école. » 26 Ici, les jeunes ne sont pas directement placés sous la tutelle des dirigeants mais pris en charge par leurs aînés. Par ce système, la société garde un certain contrôle sur la jeunesse. Cet esprit de corps doit donc être compris sous un angle générationnel. La jeunesse devient un moyen permettant la constitution de cet esprit. Cette idée de créer un esprit de corps et la façon dont elle est mise en pratique permettent à la fois de contrôler la jeunesse et d’impliquer le sociétaire. Par ce biais, l’ASM devient une seule et unique entité dans laquelle jeunes, ouvriers et dirigeants sont tous liés les uns aux autres. Cette idée participe alors d’un véritable processus d’attachement voire d’identification au club. C’est bien là l’une des grandes caractéristiques de cette société : il faut en être membre, s’impliquer dans son fonctionnement, son développement et son rayonnement mais également, selon les dirigeants, s’identifier à ses symboles, ses valeurs et ses principes, à tout ce qu’ils représentent et impliquent.

  • 27  Jean-Pierre Frey, Le Rôle social du patronat : du paternalisme à l’urbanisme, Paris, Éditions L’Ha (...)
  • 28  Voir André Gueslin dir., Michelin, les hommes du pneu. Les ouvriers Michelin, à Clermont-Ferrand, (...)
  • 29  Marcel Michelin, « Association Sportive Montferrandaise », op. cit.
  • 30  Ibidem.

14L’ASM s’inscrit dans une logique d’identification s’appuyant elle-même sur l’idée de famille et sur un double processus de fidélisation au club puis à l’entreprise. Selon Frédéric Le Play, la famille est la base naturelle d’une saine organisation sociale 27. L’idéologie patronale que cherchent à promouvoir les frères Michelin est également très imprégnée de cette pensée 28. L’entreprise est une famille dont le père est le patron et les enfants les ouvriers. Dans ce système, il y a une soumission des individus à la figure du père. C’est bien lui qui gouverne. Cette notion de famille constitue également l’un des axes principaux, l’un des fondements de ce processus d’identification au club. Appartenir à l’ASM, c’est aussi appartenir à une grande famille que ce soit celle du sport ou celle du club. De nombreux procédés sont utilisés pour promouvoir cette idée. Tout d’abord, dans tous les discours, on retrouve, nous l’avons vu, l’utilisation du terme « notre » pour caractériser le club : « notre association sportive est pleine de santé » 29. Le sociétaire, celui qui lit ces discours, est totalement impliqué dans le club. Il y est automatiquement inclus, au même titre et sur le même plan que les dirigeants. Par ailleurs, les références à l’entreprise que l’on retrouve dans certains discours des dirigeants de l’ASM illustrent parfaitement cette idée d’un club perçu et conçu comme une famille dirigée par le père : « En nous appelant Association Sportive Michelin, nous avions comme tout le monde le nom de notre père. » 30 Cette référence à la famille et au père se retrouve également de façon encore plus criante dans le dernier couplet de la chanson de l’ASM :

Bref, l’ASM est comme une vraie famille,

De la fraternité c’est le critérium

Et son papa possède un grand nom qui brille,

Car elle est fill’du bon papa Bibendum !

Quel plaisir de voir chaque année

Ses enfants devenir plus forts,

Et accroître sa renommée,

Grâce à d’inlassables efforts !

Ils sportent tell’ment bien, les enfants de l’ASM

  • 31  Archives Privées de l’Association Sportive Montferrandaise, La Chanson de l’ASM, mars 1921.

Qu’ils battront le record du pèr’Mathusalem !! 31

  • 32  Devise de l’ASM que l’on retrouve en haut de la première page de chacun des Bulletins de l’ASM.
  • 33  Marcel Michelin, « L’Esprit Sportif (suite) », Bulletin de l’ASM, n° 4, août 1922.

15On perçoit bien cette volonté de faire en sorte que les membres s’identifient au club, qu’ils fassent tout ce qu’il y a de mieux pour lui, tout ce qui est dans son intérêt. L’intérêt propre du sociétaire semble devoir s’effacer au profit de celui de l’association et donc de celui de la famille. L’individualité est bannie de ce système. L’ASM est un parfait exemple de club corporatif dans la mesure où l’individu en tant que tel n’existe pas. Il est inclus dans un groupe et doit agir en fonction de la logique de celui-ci, un schéma que l’on voudrait sans doute voir reproduit au sein de l’entreprise. Parallèlement à ce thème de la famille sur lequel jouent les dirigeants de l’ASM, on retrouve les notions de camaraderie et de solidarité que nous évoquions précédemment : « la camaraderie et la discipline font la force d’un club » 32. Faire partie de l’ASM, c’est également pouvoir bénéficier du soutien de ses pairs. Les idées d’entraide et de soutien mutuel sont largement mises en avant. Dans l’esprit des salariés et des sociétaires, l’ASM doit devenir synonyme de protection. En insistant ainsi sur des thèmes comme la famille, la camaraderie, la solidarité et le soutien, on cherche à donner envie au sociétaire de s’impliquer activement dans la vie de la société. Nous l’avons vu, il est notamment sollicité dans le processus éducatif mis en place autour du club et du sport. En somme, le sociétaire doit penser par et agir pour le club : « vous êtes venu pour encourager les joueurs de votre club, vous en arborez les couleurs, vous désirez ardemment leur victoire » 33.

  • 34  Sur cette question, nous conseillons la lecture des ouvrages suivants : André Gueslin dir., op. ci (...)

16On retrouve ici la logique englobante et paternaliste que cherche à promouvoir et à mettre en place Michelin au sein de l’entreprise 34. L’ASM est construite à l’image de l’entreprise. Elle est une famille solidaire dominée par l’autorité du père. On y retrouve les mêmes logiques, la même idéologie et donc les mêmes préoccupations. Ainsi, le club ne doit plus seulement être considéré comme une école ou comme un moyen de diffuser certaines idées et certains principes mais également comme une reproduction de l’usine. Les comportements et les attitudes que l’on doit y adopter doivent être les mêmes qu’au sein de l’entreprise et inversement.

  • 35  André Gueslin dir., op. cit., p. 93.

17L’ASM est au centre d’un double processus de fidélisation. Nous l’avons évoqué, le problème de la stabilisation et de la fidélisation de la main-d’œuvre suscite une attention toute particulière de la part des frères Michelin. En fidélisant l’ouvrier ou l’employé à l’entreprise, on s’assure de la qualité de son travail. C’est bien cette idée qui hante les frères Michelin depuis la création de l’entreprise. Bien sûr, il s’agit ici de créer un attachement que l’on pourrait qualifier de sentimental. Cet attachement n’a d’ailleurs pas grand-chose à voir avec les systèmes de sanctions/récompenses, de primes ou de participation aux bénéfices institués par l’entreprise dont l’objectif était pourtant bien d’impliquer pleinement l’employé dans la vie et la bonne marche de l’entreprise 35.

18L’attachement au club, l’implication du sociétaire dans le fonctionnement de l’association et la promotion de la notion de famille ont un objectif clair et précis. Pour le comprendre, il nous faut revenir sur l’idée selon laquelle l’ASM et l’entreprise Michelin sont deux entités interdépendantes. Toute la symbolique véhiculée autour de – et par – l’ASM (le Bulletin de l’ASM, la Chanson de l’ASM, les couleurs du club, les idées de solidarité, d’entraide, de soutien ou de famille) participe d’une logique d’attachement moral et sentimental, d’identification et surtout de fidélisation au club. Or, la symbolique de l’entreprise est également très présente dans celle de la société sportive : le nom de l’entreprise qui est directement repris dans le patronyme du club ou encore Bibendum, le personnage emblématique de la Maison Michelin que l’on retrouve à la fois dans le bulletin, dans la chanson mais également dans la presse. En s’identifiant aux symboles du club, le sociétaire s’identifie également – malgré lui ou non – aux symboles de l’entreprise. Par ailleurs, nous venons de le montrer, dans tous les discours, l’ASM apparaît comme une reproduction de l’entreprise et non comme une entité indépendante et autonome. Le club est donc une véritable image de l’entreprise. Ainsi, en fidélisant le sociétaire au club, on espère aussi le fidéliser à l’entreprise. Nous pouvons parler d’une fidélisation à l’entreprise par le club et donc d’un double processus de fidélisation. Appartenir à la famille de l’ASM, c’est bien appartenir à celle de l’entreprise. Cette idée explique aussi pourquoi il n’y a pas, dans les discours des dirigeants, de dissociation claire de ces deux entités.

Conclusion

19La notion d’appartenance occupe une place particulière au sein d’un club sportif comme l’ASM. Elle dépasse largement le strict cadre du club et les simples frontières du sport. L’entreprise qui « se cache » derrière la société sportive tend à transcender cette idée d’appartenance. D’abord généré, le sentiment d’appartenance au club est ensuite amplifié pour enfin être totalement instrumentalisé. Il s’insère alors dans un véritable processus d’identification servant une politique de fidélisation à l’entreprise et finalement de stabilisation de la main-d’œuvre.

20Ce sont bien ces deux idées – l’appartenance et l’identification – qui font le lien entre l’association et l’entreprise. Leur étude permet de mieux appréhender le paternalisme sportif que cherchent à mettre en place et à promouvoir les frères Michelin à cette époque. Bien sûr, il s’agit ici d’un cas extrême. L’ASM est le fruit d’une politique voire d’une stratégie sportive qui elle-même s’intègre dans – et doit servir – un projet et une idéologie d’entreprise. Si la plupart des patrons qui fondent des sociétés sportives au sein de leur entreprise dans le premier tiers du xxe siècle trouvent un intérêt à ce type de situation et de structure (éducation à la santé, moralisation et contrôle de la main-d’œuvre…), il n’est pas certain que tous les clubs d’entreprise soient pensés sur le même modèle et remplissent les mêmes fonctions. Instrumentaliser l’idée d’appartenance nécessite souvent des moyens financiers, humains et structurels importants excluant de fait les entreprises les plus modestes. Il serait néanmoins intéressant de comparer ce modèle de club avec d’autres, fondés par des entreprises de taille et d’envergure similaires comme Peugeot.

21Dans le premier tiers du xxe siècle, les notions d’appartenance et d’identification à un club sportif et, a fortiori, à un club sportif d’entreprise revêtent donc une importance toute particulière. Si aujourd’hui elles semblent avoir disparu ou en tout cas s’être érodées (disparition progressive des symboles, assouplissement des règlements, simplification des conditions d’admission, développement de la pratique du sport pour le sport et non plus pour faire partie d’un groupe…), elles ont bien été l’un des fondements de la culture et de l’idée sportives du début du xxe siècle et, par conséquent, l’une des bases de la compréhension du mouvement sportif de cette époque.

Haut de page

Notes

1  Pierre Arnaud dir., Les Athlètes de la République, Gymnastique, sport et idéologie républicaine 1870/1914, Paris, Éditions L’Harmattan, 1997, p. 377.

2  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, M 914, Statuts de l’Automobile Club d’Auvergne, 1900.

3  Jean-Marie Brohm, Sociologie politique du sport, Paris, Éditions Universitaires, 1976, p. 130.

4  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, M 914, Statuts du Véloce Club Auvergnat, 1892.

5  Archives Privées de l’Association Sportive Montferrandaise, La Chanson de l’ASM, mars 1921.

6  Pierre Arnaud, « Pratiques et pratiquants : les transformations de la sociabilité sportive. L’exemple de Lyon et du département du Rhône entre 1850 et 1914 », Pierre Arnaud et Jean Camy textes réunis par, La Naissance du mouvement sportif associatif en France. Sociabilités et formes de pratiques sportives, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1986, p. 174.

7  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, 1396 W 7, Statuts du Sport Ouvrier Clermontois, 1930.

8  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, 1396 W 8, Statuts du Racing Club Hydro, 1932.

9  Marcel Michelin, « Pour nos jeunes », Bulletin de l’ASM, n°33, mars 1926.

10  Michel Bouet, Signification du sport, Paris, Éditions Universitaires, 1968, p. 477.

11  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, 1396 W 2, Statuts du Football Club Clermontois, 1911.

12  Ronald Hubscher dir., L’Histoire en mouvements. Le sport dans la société française (xixe-xxe siècle), Paris, Armand Colin, 1992, p. 101.

13  Idem, p. 95.

14  Archives Départementales du Puy-de-Dôme, M 906, Statuts du Cyclist Club Clermontois, 1889.

15  Pierre Arnaud dir., op. cit., p. 377.

16  Voir Bertrand Blanchard, Les Investissements des grands industriels clermontois dans le développement du mouvement sportif, 1870-1925, Clermont-Ferrand, Mémoire de Master, Université Blaise-Pascal, 2007.

17  Marcel Michelin, « Notre but », Bulletin de l’ASM, n° 1, mai 1922.

18  Ibidem.

19  Marcel Michelin, « Association Sportive Montferrandaise », Bulletin de l’ASM, n° 5, septembre 1922.

20  Ibidem.

21  Dès sa création en octobre 1911, l’ASM dispose en effet d’un vaste complexe sportif comprenant terrain de football, pistes de courses à pied, courts de tennis, vestiaires avec hydrothérapie et gymnases auquel viendra s’ajouter, en 1922, une piscine couverte.

22  Marcel Michelin, « Un peu de propagande », Bulletin de l’ASM, n° 39, janvier 1927.

23  Marcel Michelin, « Notre But », op. cit.

24  Ibidem.

25  J. Muntz cité par Marcel Michelin, « L’Esprit Sportif », Bulletin de l’ASM, n° 3, juillet 1922.

26  Maurice Crubellier, L’Enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-1950, Paris, Armand Colin, 1979, p. 321.

27  Jean-Pierre Frey, Le Rôle social du patronat : du paternalisme à l’urbanisme, Paris, Éditions L’Harmattan, 1995, p. 31.

28  Voir André Gueslin dir., Michelin, les hommes du pneu. Les ouvriers Michelin, à Clermont-Ferrand, de 1889 à 1940, Paris, Les Éditions de l’Atelier-Les Éditions Ouvrières, 1993.

29  Marcel Michelin, « Association Sportive Montferrandaise », op. cit.

30  Ibidem.

31  Archives Privées de l’Association Sportive Montferrandaise, La Chanson de l’ASM, mars 1921.

32  Devise de l’ASM que l’on retrouve en haut de la première page de chacun des Bulletins de l’ASM.

33  Marcel Michelin, « L’Esprit Sportif (suite) », Bulletin de l’ASM, n° 4, août 1922.

34  Sur cette question, nous conseillons la lecture des ouvrages suivants : André Gueslin dir., op. cit. ;Christian Lamy, Œuvres sociales et stratégies ouvrières, Interaction des projets patronal et ouvrier à travers les œuvres sociales, l’exemple de Michelin, Clermont-Ferrand, Mémoire de DEA, Université Blaise-Pascal, 1994 ; Laurence Mokrzycki, L’Habitat Michelin à Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, Mémoire de Maîtrise, Université Blaise-Pascal, 1985.

35  André Gueslin dir., op. cit., p. 93.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Blanchard, « Appartenir à un club : les identités sportives dans la France du premier xxe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 107 | 2009, 91-103.

Référence électronique

Bertrand Blanchard, « Appartenir à un club : les identités sportives dans la France du premier xxe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1351

Haut de page

Auteur

Bertrand Blanchard

Doctorant, Centre d’Histoire des Espaces et des Cultures (CHEC), Université Blaise-Pascal, Clermont II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page