Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Lucette Valensi et Gabriel Martinez-Gros, L’islam en dissidence

Paris, Éditions du Seuil, 2004, 334 p.
Didier Monciaud
Référence(s) :

Lucette Valensi et Gabriel Martinez-Gros, L’islam en dissidence. Paris, Éditions du Seuil, 2004, 334 p.

Texte intégral

1Un ouvrage consacré au phénomène qu’il est difficile de nommer : islamisme, fondamentalisme, intégrisme… Les deux auteurs sont des historiens aux domaines de compétence distincts. Gabriel Martinez-Gros est spécialiste de l’histoire du Moyen Âge à l’université de Paris VIII, Lucette Valensi était directrice de recherche, aujourd’hui à la retraite, à l’EHESS, spécialiste de la période contemporaine. Les auteurs se sont répartis chronologiquement le travail : la première partie du livre est rédigée par Gabriel Martinez-Gros, la seconde par Lucette Valensi.

2Au départ, les auteurs rejettent les simplifications qui prédominent autour de l’islam et qui, trop souvent, refusent l’approche historique et la prise en compte de la diversité des expériences sociales. Bref, cet ouvrage historique est salutaire tant sont répandues les idées reçues sur l’opposition entre un monde moderne, occidental, et un espace où l’islam est influent et qui serait dominé par le fanatisme religieux, la violence et où l’individualisme n’existerait pas, un espace régi par les asabeya, cet esprit de corps, souvent utilisé, jamais clairement défini.

3De même, dans une production éditoriale dominée par les écrits rapides et réducteurs, cet ouvrage tranche par sa profondeur historique. Les auteurs établissent la distinction entre l’islam religion, l’islam civilisation et l’islamisme. Ils soulignent la diversité des formes que peut prendre l’islamisme : révolution en Iran, régimes divers (Soudan, Afghanistan, Pakistan, Malaisie…), luttes politiques ou guerre civile.

4Cet ensemble très diversifié a dépassé les puissants courants nationalistes. Malgré une forte répression ou des politiques de limitation, il reste une force significative de l’Indonésie au Maroc en passant par le Moyen-Orient. Le 11 septembre, émanant d’un courant groupusculaire, a bouleversé la situation : dorénavant, la confrontation n’a pas de lieu ou de frontière clairement définie.

5Les auteurs cherchent aussi à dépasser la stérile dichotomie conciliateur/éradicateur. Ils rejettent l’approche influencée par Samuel Huntington sur la confrontation des civilisations, dont Bernard Lewis est le père spirituel.

6Ils évoquent la période brillante du ixe au xie siècle, suivie d’un délitement et d’un déclin qui s’approfondit, alors qu’en parallèle s’amorce la montée de l’Europe, particulièrement à partir du xviie siècle. Ces transformations des rapports de force internationaux viennent modifier les coordonnées de la situation de ces sociétés. Débute ensuite la domination coloniale à partir du xixe siècle qui perturbe profondément cet ensemble… Un long et difficile processus de résistance puis de décolonisation s’engage alors pour arriver à la période actuelle.

7Dès le xviiie siècle, et plus encore au xixe siècle, des tentatives de réforme émergent. Tant au niveau des pouvoirs que dans le champ intellectuel, les recherches pour allier religion et monde moderne s’expriment. Autant de projets qui visent à faire émerger une modernité endogène, un projet politique de souveraineté et une volonté de transformer la société et ses pratiques.

8Le premier chapitre est consacré aux évolutions démographiques. Après une phase de très fort accroissement de la population, cet espace s’oriente, comme l’ensemble du globe, vers une baisse. Dans le chapitre, « L’empire et les barbares », l’histoire islamique est synthétisée dans sa diversité, richesse et dynamisme. L’organisation des pouvoirs repose sur des tensions sociales, des alliances. Le chapitre suivant complète cet historique où les rapports entre pouvoir, religion et société sont traités. C’est ensuite l’histoire de l’islam comme civilisation qui est abordée : une place importante est faite au développement des sciences, aux relations avec la Chrétienté. La fracture se développe à partir du xviie siècle quand l’Occident seul acquiert une supériorité scientifique et technique qui influe sur l’économie et les systèmes institutionnels. Cette fracture ne cessera de s’approfondir.

9La seconde partie poursuit l’analyse en cinq chapitres. Elle montre les évolutions et les limites des expériences nationalistes, souligne que la légitimité religieuse affichée peut dissimuler un fonctionnement qui n’a rien de religieux. Les auteurs soulignent, contrairement à une idée trop répandue, que les réformes n’ont pas toujours été vaines. Les changements sociaux ont été importants : natalité, scolarisation et emploi des femmes, changement de la sphère religieuse.

10L’islamisme est appréhendé comme un phénomène historique. Pour les auteurs, le contexte d’échec économique et le ressentiment qu’il produit, de recul du nationalisme expliquent pour beaucoup son ascension. L’islamisme a moins pour objectif de renouveler l’islam que d’islamiser la société sur des bases conservatrices. Les auteurs appréhendent l’intégrisme comme un phénomène autoritaire et réactionnaire mais éminemment moderne, produit par une situation et des expériences historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Lucette Valensi et Gabriel Martinez-Gros, L’islam en dissidence », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/135

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page