Navigation – Plan du site
DOSSIER

Temps couvert sur Cherbourg

Lagenda du mois de mai 1968 dun employé de larsenal
Jean-François Laé et Philippe Artières
p. 79-87

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Il y a ceux qui étaient dans le cortège des manifestants – on les connaît de mieux en mieux – et puis il y a ceux qui restèrent sur le trottoir, hésitants, sceptiques parfois hostiles. Il y a ceux qui restaient plus longtemps sur place après la dissolution des manifestations de rue, et puis ceux qui râlaient sous le manteau contre ces « agités du cerveau » qui allaient assécher les pompes des stations d’essence s’ils continuaient « leurs âneries ». Ceux-là ont aussi vécu les grèves, entendu les discours et les slogans sans pour autant sortir du rang. Sans doute par le préjugé qu’ils étaient du mauvais côté, peu d’historiens sont allés à la recherche de ces vilains canards discrédités par l’issue des conflits. Le petit peuple silencieux ou absent n’a guère de place dans les choix de recherche. Pourtant, il compose statistiquement un nombre important de contemporains et forme en histoire la figure des véritables silencieux, non pas ceux qu’on fait taire, mais ceux qui ne prennent pas la parole. Ce sont des acteurs sociaux retenus et économes. Ils ne font pas de bruit, pas d’esclandre, mais ils agissent subrepticement dans les coins du social. Par leur silence, nous ne parvenons pas à leur donner une figure, une image. Comment d’ailleurs retrouver des identités, des vies à partir de ces visages anonymes que parfois quelques photographes ont saisis ? Ils ont « fait 68 » mais à côté… leurs traces le sont aussi. Ainsi la question des anonymes est un problème redoutable, car on ne sait pas par quel bout les prendre, par quelle archive, par quelle source les faire venir à la surface de la connaissance.

2À l’occasion d’une exploration dans les « foires-à-tout », ces lieux sans forme apparente où déambulent en famille quelques curieux du dimanche, nous avons trouvé six agendas personnels éparpillés dans un carton de papiers à vendre. Lorsqu’on a en main des documents privés qui ne vous appartiennent pas, on se demande toujours si on ne fait pas une gaffe. Et s’ils étaient là par erreur ? Fugace, la gêne s’installe. Ces agendas n’ont-ils pas été oubliés par mégarde ou bien encore perdus ? Avec cet objet personnel, il est difficile d’échapper à cette émotion troublée. D’autant plus lorsqu’on ouvre la première page du carnet et que surgit en gros caractère : « EN CAS DE PERTE DE CET AGENDA, PRIÈRE DE LE RETOURNER À L’ADRESSE CI-DESSUS : Maurice L***, ADRESSE : 33 rue Malibut, CHERBOURG, 50000 »

3Va-t-on le retourner à l’adresse ci-dessus ? Que faire avec ces papiers égarés ? Doit-on les reposer au sol ? Doit-on retrouver le propriétaire ? On a l’impression d’être sur les lieux d’un accident.

4On se précipite à lire la suite de l’agenda.

5« Grade, Chef de planning. Spécialité, marine nationale. N° d’assujetti 1 11 01 50 12 003. » Cet homme est né en 1911, dans la Manche (50) et partira à la retraite à la fin de l’année 1968, à l’âge de 57 ans, si l’on en croit ses notations. Pourquoi une retraite si tôt ? Que s’est-il passé ?

6Cet inconnu travaille à l’arsenal de Cherbourg depuis environ 35 ans (à la date de 1968), et si on apprend qu’il est chef de planning, c’est probablement après avoir franchi les grades successifs propre à la Marine. On peut imaginer qu’il a débuté comme ouvrier magasinier par exemple, vers 1925, et qu’au fil des départs à la retraite de ses aînés, il a pris place dans le rang des promotions internes jusqu’à devenir cadre dans un service de gestion. L’arsenal de Cherbourg (DCN) est la plus grosse entreprise du nord du Cotentin, le plus grand établissement industriel, dont les effectifs se comptent par milliers. Port spécialisé depuis longtemps dans la construction de sous-marins militaires, notamment depuis 1950, il est le seul havre français à posséder un savoir-faire militaire de réputation mondiale. Notre inconnu doit être très fier de servir la patrie dans un haut lieu de la technologie française.

7Parions que Maurice a probablement assisté à la mise à l’eau du Redoutable, le 29 mars 1967, le premier sous-marin à propulsion nucléaire. Comme membre de cette communauté ouvrière de haute technologie, il doit sans doute participer aux multiples célébrations de cette élite de la marine, les travailleurs du fer pour de grands projets militaires. Trouverons-nous trace de ces commémorations ? Trouverons-nous la trace du Préfet Maritime dans son carnet, comme une autorité hiérarchique immédiate, préfet militaire dédié à l’arsenal ? En s’occupant des plannings d’une équipe, Maurice est bien placé pour renseigner le préfet sur les flux des ouvriers, les absences, les bruits et les rumeurs. L’agenda personnel recueille-t-il des moments professionnels, ou bien au contraire, ne se préoccupe-t-il que de la maisonnée de Maurice ?

8Les carnets sont de 1953, 1958, 1959, 1962, 1968, 1972, ce qui fait que vingt années les séparent. Mais que faire de cela, de ces carnets abandonnés ?

9Il n’y a pas d’interprétation possible de ce genre de document trouvé au hasard, et on a beau feuilleter les pages et les semaines, on ne comprend rien à ces notations télégraphiques. Par exemple, plusieurs années durant, chaque journée commence par un BT, TC, A, B, TBT. Qu’est-ce que cela veut dire ? Il y a aussi beaucoup de chiffres, comme des comptes indéchiffrables, de nombreux rendez-vous et des mots isolés qui flottent sur le papier. Le propre de l’agenda c’est de faire l’économie des phrases. Il faut dire que son métier consiste à planifier des horaires de travail et à pointer les entrées et les sorties de l’arsenal, très probablement. De sorte que son agenda mobilise un ordre de marche codé qui échappe au lecteur. Inutile de faire la liste des signes indéchiffrables, mais il est intéressant de comprendre comment le travail de déchiffrement s’apparente à une enquête policière, avec ses recoupements, ses hypothèses, ses essais et ses fausses pistes. Pourquoi chaque matin noter BT ou A ou B ? Nous nous sommes interrogés pendant des semaines sur ces lettres systématiquement apposées à la date de chaque jour. Mais bien sûr, c’est la météo du jour que Maurice indique : beau temps, averses, brouillard… Le temps de la journée, la température, avec ou sans soleil, est un coin de plaisir.

10Il en va de même des chiffres 23 et 33. Régulièrement, Maurice indique qu’il passe au 33, nettoie le jardin au 33, vérifie le toit au 23. On peut penser que c’est une seconde maison, un héritage pourquoi pas, ou encore une location qu’il entretient. Il semble qu’il ait en charge plusieurs petits jardins, notamment pour le nettoyage et les plantations. Les travaux de jardinage et d’entretien occupent une place notoire dans l’agenda. Chaque saison, les jardins sont binés, cultivés, plantés de carottes, fleurs et pommes de terre. Les échalotes sont montées au grenier pour l’hiver. A un kilomètre du port de Cherbourg, c’est déjà la campagne. La ville campagne où les jardins encerclent chaque maison. On y apprend que le jardin de la rue d’Allier est mis en location « 3000 f. », par exemple. Ou encore que le 13 de la rue a été loué à Hélène. Mais là aussi, il faut beaucoup de temps pour percer les mystères de chaque notation.

11Par chance, l’agenda de 1968 est complet et lisible (celui de 1959 est détrempé d’eau, l’encre a coulé). Mais dans quels événements se tenait cet inconnu lorsque les grèves ouvrières ont embrayé après celles des étudiants ? Dans les routines quotidiennes dont témoigne son agenda, qui vont de la livraison du charbon à la vidange de la voiture, du jardinage tous les soirs d’été à sa toilette du matin, comment survient ce qu’il nommera des « agitations » ? L’agencement de l’agenda ne replace-t-il pas les événements à la hauteur de la vie quotidienne ? La lecture d’un événement, pour l’individu lui-même, ne suppose-t-il pas l’écoulement du temps, un réexamen quelques mois plus tard ? L’agenda ne participe t-il pas à l’auto-réflexion, à une écriture de soi pris dans tel ou tel événement ?

12La réponse à cette dernière question se tient dans deux pages blanches que l’auteur a baptisées : « FAITS PRINCIPAUX. 68. RÉSUMÉ. ». Ces deux pages sont à la fin de l’agenda. L’écriture est plus grosse et assurée. Maurice a passé une heure ou deux à feuilleter les jours et les mois passés pour repérer ce qui a compté pour lui. C’est un moment réflexif. Puis il fera une liste d’événements chronologiques qu’il estime dignes de clore l’année achevée, juste avant de ranger au placard l’agenda. C’est le dernier acte de l’année. Confusément, cela ressemble à un examen de vie. Maurice feuillette les mois pour se souvenir, pour revisiter l’été passé et l’hiver, les lieux et les habitudes, les moments et les rencontres. Puis en 23 lignes, 23 événements plus ou moins factuels surgissent et dont on peut penser que, d’une certaine mesure, ils balisent quelque chose dans l’horizon de Maurice. L’objet agenda suscite l’introspection, ou du moins, le bilan des jours, sans effort de jugement. Les choses tombent net. Arrivées et départs, hauts et bas, chauds et froids, montées et descentes, la vie matérielle l’emporte. L’agenda n’est pas le lieu de l’épanchement et des effusions, ce n’est pas un journal personnel. Loin s’en faut. Il reste de froideur apparente, sans doute parce que ce carnet s’ouvre à tout bout de champ, devant des tiers, pour prendre des rendez-vous, toujours en poche et donc susceptible d’égarement. Les notations en agenda se moulent dans cette contrainte, celle d’être visible par quiconque, subrepticement.

13Figure 1

148/1 Déménagement pour A. Mahieu J°t

1522/1 Changement des N°S des maisons

1617/2 Début jardinage et taille

1724/ 3 Fin de Taille

1812/4 Arrêt chauf. Central

193/11 Allumage de//

2012/4 Voyage de 4 jours à Dreux

218/6 Achat Serv. de porcelaine

2214/6 Départ en 403. ST Maur

2315/6 Mariage Danielle

2429/6 Déménagement magasin Jot

252/7 Reçu tôle Dubrulle + 2 tonnes anthracite,

2613/7 Grandes Vacances

2730/8 Arrivée Alice Marcel en 4 CV. Repas chez Micheline

282/9 Décès de Mr Pouille

2930/9 Crise d’Arthrose

3030/9 Touché rappel Grèves Mai

3128/10 Piqûre vertèbres (Docteur)

3218/11 établi demande retraite

3327/11 Déposé demande retraite

3428/11 Terminé pour travail Mme Vérin

3519/12 Dernière commission avancement

3610/12 Confection table mobile cuisine

3720/5 Grèves Générales (Repas Arsenal)

38L’auteur de ce calendrier parle bien pour lui-même lorsqu’il résume cette année 1968 par ces éléments, tous de valeurs différentes, sans aucune commune mesure. Pourtant, les cycles de la vie y sont très présents : mariage, décès, déménagement, retraite se succèdent dans la révision de l’année. Ces événements vont de la fin de la taille du jardin à un voyage à Dreux, de l’allumage du chauffage au décès de M. Pouille, de la crise d’arthrose au dépôt de sa demande de retraite. Ces 23 événements sont datés par ordre chronologique. Or, un 24ème événement sera ajouté au stylo d’une autre couleur, à la fin de la liste, donc ajouté après coup en décembre 1968 :

3920/5. Grèves Générales (Repas Arsenal)

40Sept mois après juin 1968 (on peut supposer qu’on est en décembre) l’auteur donne une valeur personnelle (Faits principaux) à des « agitations » qu’il semble lui-même avoir combattues, ou du moins, dans lesquelles on peut dire qu’il était du côté des cadres et de la préfecture pour maintenir le travail à l’Arsenal. A relire son agenda, on peut dire qu’il suit le mouvement anti-grève avec un certain détachement. Il force des piquets de grève, compte le nombre d’ouvriers au travail comme il compte ses tomates du jardin. C’est sans doute le détachement qui l’emporte. On le voit entrer et sortir à travers les piquets d’occupation, sans un mot, avec une certaine torpeur. Il note les résultats des votes pour ou contre, les retournements. On le voit plus tard être bloqué à l’entrée, retourner chez lui et refaire le carrelage sous l’escalier. On le voit jour après jour et c’est cela qui nous fait plonger à l’intérieur de sa vie. L’isorel perforé qu’il pose dans une chambre est aussi important que la sixième journée de grève. Ou du moins, il fait attention à l’un et à l’autre. Ces notations minuscules révèlent cet examen annuel, comme un résumé de sa vie, où les marques mêlent petits bonheurs des mariages, du bricolage avec les douleurs du corps ou un simple repas qui compte. D’ailleurs, il ajoutera sur une autre page un 25e, un 26e, un 27e événements tout aussi minuscules qui poinçonnent le quotidien. Tous les dimanches soirs, par exemple, l’auteur et sa femme dînent chez M. et Mme Pouille, sans doute des amis chers. Cette révision de son agenda articule nettement les calendriers de la vie, mais tout autant la force nouvelle du déplacement en automobile, la 403 et la 4 CV, comme objet central de la modernité.

41C’est ce qui est le plus surprenant lorsqu’on lit un agenda, quand bien même l’obscurité l’emporte, c’est l’apparente incohérence de la vie écrite en quelques mots, ou tout est égal en longueur, tout est égal en hauteur, de l’anthracite à la mort, d’une table à un mariage. Voilà l’étonnant. Ce sentiment redouble d’intensité lorsqu’on lit 2 semaines du mois de mai 1968. Bien sûr, ce choix n’est pas de hasard ! Nous avons la chance de tenir en main ces semaines dont on connaît l’arrière-plan, la hauteur, les conséquences. On ne pourrait pas faire la même chose avec n’importe quelle date, n’importe où, sans autres contre-scènes historiques. Sans échelle extérieure, on ne peut rien faire. Sans cadrage exogène au document, on y comprend rien du tout. C’est l’une des leçons de cette approche. Sans éléments contextuels, on est désarmé par l’apparent désordre.

42Vendredi 3 mai

43T [emps] Ct [couvert]/7h Posté lettre Dédée r/Danielle (cadeaux, pouille)/11,30-13h Choisy/Téléphoné à Delvoeux 1 CDT pour Choisy Industrie/18h jardinage, suite chiendent

44Lundi 6 mai

45T Ct /7h Legrand/13 h 403 mis huile et préparatifs départ/

4614-15h église des Miello inhumation de la cousine Raoult-B avec les Juniors et Jeannot-Dédée.

47Rentrée arsenal a 15h40.

4818,30 retour au 23 en 403, avec arrêt au magasin.

49Jeudi 9 mai

50BT /7h 13h – 11.30 Choisy + Tournaille/Dédée : visites chez Yvonne. Clinique pour Bourre.

51Chez Jeannot achat d’un Pull 6000 f/20.30 Coiffeur 450/

52 21h Visite agréable, découvert

53Vendredi 10 mai

54BT F [rais]/7h Choisy – 11,30 Tournaille 13h 2 CV Ferey 17.30 Yvetot.

55Reçu lettre de Dany p cadeau Pouille.

56Posté lettre syndicat.

57Sée Suite Chiendent (Serre).

58Samedi 11 mai

59BT /9h Départ 403 marché/tous les 3 – eau de source – La maison Martin Besson pr chauffage d’appoint du 39. magasin de Melle BS/

6013.30 jardin, binage tous les herbiers p. de terre et fleurs.

61Dédée visite chez Micheline.

6220.30 Télé Chevaliers [du Ciel]

63Lundi 13 mai

64Crachin/7h Choisy – Arrêt poste du midi. Grève générale des étudiants (Piquets de grève), Blessés. Je rentre/

6518.30 Latrouite IDTP (404)

6620.30 Bricolage atelier seau à charbon

67Jeudi 16 mai11h 30 18h30 Visite de la ZUP constructions

68Dédé visites : Jeannot Yvonne. 20H Jardinage. Butté de terre serré.

691 planche navets + pois de mai

70Lundi 20 mai

71BT /11.30 Tournaille 18.30 Remonf aux marches.

72Agitation Générale. 14h Vote marine pour Grève illimitée

73CE : 80 % contre 20 % pour/

74Cons syndicats : 61,4 % pour 40 % contre/

75 20.30 jardinage.

76Mardi 21 mai

77BT F [rais]/Grève 7h Réussite de rentrée 11 personnes

789h consenti sorti à 16.30 malgré piquet de Grève

79(acheté casse-croûte au SA M)

8017h repris travaux de jardinage d’entretien.

8120.30 Eau pour le 33 et 23.

82Mercredi 22 mai

83T Ct /6.30 Grève. Pas possibilité de rentrée

84montée au 4e 8h PM téléphone à l’arsenal. Marchand IDT

852e essai négatif. 10h au 23. écriture

86Ap-midi de jardinage.

87Jeudi 23 mai Ascension

88Levé 7H dions (discussions) 11H G. Toilette.

893 invitations de la journée au 33 pour Déjeuner et diner avec jeannot et Mr Dable.

9015h Départ en R8 (je conduis) Marche aux alentours du château de Naqueville ; musique salon séparations à 22.30.

91Vendredi 24 mai

92BT Grève. Journée de travail à la maison.

93Entrepris remise en état du Carreau sous/l’escalier : tapissage encadrement isorel perforé et peinture à suivre.

9425 mai

95B [eau] T [emps]. ? h Départ marché tous les 3. Essence plein 3250KM. Eau de roche.

96Visite chez Martin pour prise de courant (terre).

97Ap midi- suite sous/escalier.

9826 mai Fête des mères

99Levé 7h Journée de travail 1/escalier. Ajustage et pose d’isorel perforé. 17.30 Grande Toilette

10019h Repas habituel au 33. Fialuse.

10127 mai

102BT Levé 6h Toilette. Grève sans changement (Piquet) retour au 23 après réussite a M. Bien. 9h jardinage

10313.30 fin de l’encadrement du carreau et tapissage.

10428 mai

105T[rès] BT Levé 6h Toilette. Grève sans changement

1067.45 PM téléphone a M. Durand IDTP effectif 0 attente.

107Montée au 4e Bien

1089.30 Jardinage. 1 planche de carottes Chantenay.

10913.30 Suite travaux 1/escalier. Mise en service rideau de soleil.

110Mercredi 29 mai

111BT Levé 6h Toilette. Grève

1127.30 PM avec Baudry téléphoné à M. Marchand IDTP. Suite effectif 0 Visite chez Cipriani (couché) pour l’obliger à voir le Préfet.

113Montée au 4e T Bien

11410 h Reprise jardinage 14h suite.

115Jeudi 30 mai

116TBT Levé 6h. Grève

1177h30 Visite chez Turbert puis Cipriani pour faire le point.

1189h au 13 Pose carreau fenêtre du salon à Pouille 33 et visite de la serrure porte chasse pour peinture M. Dalh. 8.30 Coiffeur.

119Visite delco tous constat sans lumière musique.

120Vendredi 31 mai

121TBT Levé 6h Toilette. Grève essai de reprise (Négatif). Certains sont rentrés à 7h30. 9h écritures au 23. 13h 30 Reprise du travail après percée des piquets de grève, par les voitures de police (3 blessés). 17H sortie tous en groupe et chants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Laé et Philippe Artières, « Temps couvert sur Cherbourg », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 107 | 2009, 79-87.

Référence électronique

Jean-François Laé et Philippe Artières, « Temps couvert sur Cherbourg », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1348

Haut de page

Auteurs

Jean-François Laé

sociologue, Université de Paris 8

Philippe Artières

historien, CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page