Navigation – Plan du site
DOSSIER

« Visitez le musée du graffiti, il va bientôt fermer »

Un non-lieu de mémoire à Lyon : le musée du graffiti 1
Philippe Rassaert et Michelle Zancarini-Fournel
p. 61-78

Entrées d’index

Mots-clés :

expression, graffiti, Mai 68, murs

Géographie :

France, Lyon

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bibliothèque municipale de Lyon Ms 7053 f.10. Les graffiti lyonnais ont été photographiés par le d (...)

1Les graffiti parisiens sont bien connus. Les slogans écrits sur les murs des universités au printemps 1968, ces aphorismes que les photographies, le cinéma et la télévision ont universellement diffusés et qui ont construit l’image de mai 68, ont été tirés le plus souvent des colonnes de l’Internationale situationniste – du marxiste et rimbaldien « Transformer le monde pour changer la vie » à « Vivre sans temps mort, jouir sans entraves » en passant par « Godard le plus con des Suisses prochinois ».Recensés dans plusieurs publications dès juin 1968, ils sont devenus des emblèmes, des icônes du Mai 68 français. La « formidable explosion graphique » (Philippe Artières) a débuté sous la plume, le pinceau ou la bombe à peinture des « Enragés », anarchistes et situationnistes de Nanterre dès janvier 1968. La créativité graphique s’est épanouie aux mois de mai et de juin et a été soigneusement archivée, entre autres, par un journaliste, Julien Besançon, qui a publié chez Tchou, au lendemain des événements, Les murs ont la parole. La « prise de parole » analysée par Michel de Certeau (1969) comme emblématique du mouvement n’a pas été seulement orale. Relayée dans l’écriture publique, elle s’est étalée sur les murs et ses effets en ont été démultipliés dans l’espace et dans le temps par la photographie.

  • 2  Philippe Rassaert et Michelle Zancarini-Fournel ont été commissaires, en compagnie de Catherine Go (...)

2Les graffiti lyonnais, eux, n’ont pas fait mémoire et sans le recensement photographique de Jacques Baur qui a déposé son album de clichés à la Bibliothèque municipale de Lyon, ils auraient disparu de l’histoire, car le « musée du graffiti » a fermé, à la faculté de lettres du quai Claude Bernard, le 11 juillet 1968, avec l’évacuation de ses derniers occupants. Les photographies prises par Jacques Baur nous permettent de jauger la créativité graphique lyonnaise qui s’est étalée sur les murs de l’université ; à l’extérieur proche, elle avait pour fonction essentielle de rebaptiser places, quais et rues. Certains slogans ont été répertoriés à l’école des Beaux-Arts occupée dès le 10 mai 1968 2.

Spécificités lyonnaises

3Contrairement à Paris ou à d’autres villes universitaires, les facultés lyonnaises sont toujours restées ouvertes au cours des mois de mai et de juin 1968 : discussions dans les cours, les amphithéâtres ou les couloirs et débats se succèdent alors ; débuté le 6 mai, à partir du campus scientifique de La Doua, à la faculté des sciences et à l’INSA, le mouvement se propage au centre-ville à la faculté des lettres. Il faut distinguer deux périodes dans l’occupation des bâtiments : du 7 au 24 mai, les discussions enfiévrées sur la situation du pays ou l’organisation des études universitaires sont le fait essentiellement des étudiants. À partir de la nuit du 24 mai au cours de laquelle ont lieu au centre-ville de violents incidents et où se produit le premier mort de Mai – le commissaire Lacroix renversé par un camion chargé de pierres – des jeunes de toutes origines – taxés de « pègre » par le préfet ou surnommés « trimards » par les étudiants et les enseignants – se réfugient dans la faculté et la foule des occupants devient plus composite.

4On ne sait pas exactement à quel moment précis les graffiti ont été tracés, mais ils ont été photographiés sans doute au cours du mois de juin. Dans la nuit du 3 au 4 juin, la faculté des lettres est prise d’assaut par des étudiants en droit, des membres du groupe d’extrême-droite Occident et du Comité d’Action civique lyonnais. La bataille rangée produit de très nombreuses dégradations. L’occupation dure plus longtemps qu’à Paris : si l’école des Beaux-Arts est évacuée par les CRS le 29 juin, la faculté des lettres reste occupée – une des dernières de France avec la faculté des sciences de Marseille – jusqu’au 11 juillet.

Le petit musée du graffiti

5Les inscriptions murales ou autres prennent pour la plupart pour cibles l’art ou la culture : « La culture c’est le viol de la créativité par la bourgeoisie » et « La culture c’est la récupération de toute la créativité passée comme garantie de l’ordre à venir », « La culture c’est la morale du travail » ou encore « Culture = esclavage intellectuel » ; mais elle est aussi scatologiquement définie comme « CULture = science du cul » ou « Il faut vomir la culture qui est le flic intérieur et traîner dans ce vomis tous les flics en chair et en os et bientôt il n’y aura plus que du vomis, du sang et des os ». L’art est contesté : « Il n’y a pas d’art révolutionnaire ! Il y a des révolutionnaires qui font de l’art comme il ne peut y avoir d’université révolutionnaire mais il peut y avoir des révolutionnaires dans l’université ! ». Graffiti signé : « Les Artistes Progressistes Syndiqués ».

6Un programme culturel est esquissé dans « Réflexions sur tout ce qu’on veut bien ».

7« 1 L’illusion artistique correspond à la main mise sur la créativité par

8 les processus de séparation.

9 Le prolétariat supprimera l’art en le réalisant

10 Le prolétariat supprimera la philosophie en la réalisant »

11 (K. Marx)

12 Et réciproque

13« 2 Accélérons le processus de décomposition de l’art ! Merde aux artistes ! »

14« 3 Le moyen d’accélérer le processus est le dépassement dans la vie quotidienne »

15Les graffiti font référence à l’action de la police – du simpliste « Merde aux flics » au plus élaboré sur le mode humoristique, « Flics de tous les pouvoirs recevez nos pavés internationalistes. À vous pour toujours » ou encore « Les CRS font le trottoir. Prenons la rue ». Les événements du 24 mai sont évoqués sous forme lyrique ou métaphorique : « La pratique de la joie devant la mort », « Les peaux de vaches n’ont plus le temps de s’étirer… Tannons-les. 24 mai ». Certains graffiti répondent à des déclarations officielles comme celle du général de Gaulle taxant les manifestants de « chienlit » — « Donnez un Dien-Bien-Phu au général Chi-En-Li » est-il écrit sur un tableau, preuve d’une certaine culture historique – ou de groupuscule : « Nous somme zun groupuscule. Na » !

16Le peuple, la révolte ou encore la révolution sont exaltés : « Le pouvoir gaulliste est un fantôme bavard. Le peuple n’a pas peur des fantômes », « Heureux les révolutionnaires ! », « La révolte est la grande fête des étudiants », ou encore « la révolution en marche » avec les aphorismes « La faim justifie les doyens » ou « Camarades “action” ! À bas la masturbation cérébrale ! Continuons le mouvement du 22 mars » ou encore ce grinçant « À l’âge où les généraux de la révolution gagnaient des batailles, les étudiants en sont à faire des revendications… ». « Peu importe les motifs et les causes, ce qui compte c’est notre détermination à faire le monde que nous voulons. »

17« La pensée suivie de l’action est forcement révolutionnaire. La pensée sans l’action est forcement réactionnaire. L’action sans “pensée” l’est aussi. » mais « La théorie vient de la pratique et l’enrichit à son tour ». « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde. Il s’agit maintenant de le transformer. K. Marx » avec, ajouté par une autre main, « en mieux ».

18« Tout ce qui se perd en contestations partielles est récupéré par l’idéologie bourgeoise et réintégré dans le système de la répression. »

19L’union avec les travailleurs est célébrée : « Partout dans vos quartiers, vos facultés, vos usines, formez des comités d’action » et « Vive les ouvriers de Rhodia » ou « L’usine aux ouvriers ». « À bas la survie !… Vive la vie vécue ! Les usines aux travailleurs, les facs aux travailleurs, le pouvoir aux travailleurs. De Gaulle go home. À l’abolition des classes »

20Les élections sont dénoncées avec des formules percutantes : « Voter, c’est la liberté de choisir son flic » ou encore classificatoires : « Ceux qui votent : les curés, les bonnes sœurs, les flics, les bourgeois. Ceux qui veulent que ça change : les 10 millions de grévistes, les jeunes chômeurs, les travailleurs étrangers, ceux qui n’ont pas le droit de vote. La victoire ne s’obtient pas avec un bulletin de vote ! » mais le mot d’ordre a été liquidé par un bref « Si ! » ajouté postérieurement et le constat tombe, désabusé : « Comment va la révolution ? Elle s’enurne »

21L’orthographe est parfois incertaine comme « L’uneffe est une pute, la seggetté ossih » mais c’est peut-être à cause du mot d’ordre « Révolutionnons l’ortografe(sic) » même si postérieurement, il a été ajouté « Ce n’est pas primordial ».

22Si « Le problème de la révolution c’est le renouveau du langage » comme il est écrit sur un mur, on constate que les graffiti lyonnais ne l’ont pas résolu : les trouvailles langagières originales y sont rares à l’exception peut-être de « Des ordres = Désordre ». Plus politiques, moins créatifs, plus violents, les graffiti lyonnais sont la trace fugitive des divers occupants d’une longue occupation mouvementée, jalonnée par des épisodes de violence. Mais les graffiti lyonnais n’ont pas fait mémoire, ni localement, ni nationalement.

Annexes

Haut de page

Notes

1  Bibliothèque municipale de Lyon Ms 7053 f.10. Les graffiti lyonnais ont été photographiés par le docteur Jacques Baur qui a déposé un album de ses photographies à la Bibliothèque de Lyon ; il est conservé sous la cote Ms 7053.

2  Philippe Rassaert et Michelle Zancarini-Fournel ont été commissaires, en compagnie de Catherine Goffaux, de l’exposition « L’intelligence d’une ville. Mai 68 à Lyon », Lyon, Bibliothèque de la Part-Dieu, 8 avril – 28 juin 2008

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Rassaert et Michelle Zancarini-Fournel, « « Visitez le musée du graffiti, il va bientôt fermer » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 107 | 2009, 61-78.

Référence électronique

Philippe Rassaert et Michelle Zancarini-Fournel, « « Visitez le musée du graffiti, il va bientôt fermer » », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1337

Haut de page

Auteurs

Philippe Rassaert

 

Michelle Zancarini-Fournel

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page