Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le 68 de la psychiatrie italienne: l’effet Basaglia

Mario Colucci et Pierangelo Di Vittorio
p. 37-44

Résumé

Soixante-huit est la période où une crise éclate avec toute sa force. Elle commence dans des contextes institutionnels spécifiques – les universités, les écoles, les usines – et finit par investir l’ensemble de la société. Ces années-là, les initiatives politiques partent de la conviction que le contrat social ne peut être réécrit qu’à partir de l’expérience des mouvements sociaux de base. Le mouvement anti-institutionnel, qui naît de l’action de Franco Basaglia, de son équipe et d’autres groupes en Italie, constitue un processus de transformation sociale exemplaire : à partir d’un milieu spécifique, la psychiatrie, et d’un problème particulier, la santé mentale, il devient – en tant que « pratique qui propage une culture » – le propulseur d’une demande plus générale de changement qui s’est manifestée à différents niveaux de la société. Les luttes aboutissent, à la fin des années 70, à la loi 180 de réforme psychiatrique et à la progressive fermeture des hôpitaux psychiatriques en Italie.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Basaglia, Mai 68, psychiatrie

Géographie :

Italie

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  F. Basaglia, Psychiatrie et démocratie. Conférences brésiliennes,trad. par P. Faugeras, Éditions é(...)

« Vous savez bien quels ont été les thèmes de 1968 : la lutte contre l’autoritarisme, contre l’oppression, contre le monde des institutions… Mais cela a été surtout important pour la prise de conscience politique des organisations syndicales. Après cette grande flambée qui a embrasé l’Europe, il y a eu, en Italie par exemple, de grandes grèves pour le droit à la santé qui ont mobilisé les travailleurs de toutes les organisations syndicales, pour demander que le système de la santé soit modifié en tenant compte des besoins des travailleurs. » 2

  • 3  L’expression de « crise organique » et, plus généralement, la période 68 sont analysées par R. Lum (...)
  • 4  Ibidem, p. 56.

1Soixante-huit est le moment, en Italie, plus long et plus complexe que dans les autres pays, où éclate dans toute sa force « une crise organique » 3 qui, ayant explosé dans des contextes institutionnels spécifiques – les universités, les écoles, les usines –, investit l’ensemble de la société, partant du constat évident d’un fléchissement, à différents niveaux, des structures politiquement représentatives. Les partis politiques et les organisations syndicales, même de gauche, se montrent incapables d’interpréter le mécontentement de la société civile, laissant s’accroître le scepticisme quant à la possibilité de réduire les injustices et les inégalités sociales par des décrets parlementaires, et faisant prendre par conséquent aux mobilisations populaires un caractère explosif. Ces années-là, le choix révolutionnaire est vécu de la même manière que le choix réformiste, avec même davantage de réalisme, partant de la conviction que le contrat social ne peut être réécrit qu’à partir de « l’initiative des mouvements sociaux de base » 4.

  • 5  F. Basaglia, Psychiatrie et démocratie, op. cit., p. 84.

« Durant de nombreuses années, les partis politiques et les syndicats ont imposé des législations visant à augmenter le salaire du travailleur. C’est sans doute très important, mais malheureusement, pendant longtemps, on n’a pas du tout pris en considération le problème de la transformation du lieu de travail, l’usine, qui est un instrument d’aliénation et une cause de maladie du fait des conditions de travail. […] Le problème de la santé a commencé à émerger grâce à l’action de mouvements de pression extra syndicaux et extra partis. L’un de ces mouvements a été celui qui s’est développé en psychiatrie. L’action pratique que nous avons menée pour la transformation institutionnelle de la psychiatrie a joué un rôle important, en Italie, pour une prise de conscience et de responsabilité de la part des partis de gauche et des syndicats, pour ce qui est des questions relatives à la santé. » 5.

  • 6  F. Basaglia, M.G. Giannichedda, « Legge e psichiatria », dans F. Basaglia, Scritti, 2 tomes, Turin (...)
  • 7  Ibidem.

2La lutte qui naît dans le cadre de la psychiatrie constitue donc une situation exemplaire : il s’agit d’un processus où confluent des « contenus et des conflits non spécifiquement psychiatriques » 6, un processus « […] qui a parcouru depuis le bas l’organisation sociale, polarisant autour de ses contenus et visiblement autour des expériences de transformation, une zone, un mouvement qui, en se propageant comme pratique, a pu propager comme culture la critique de l’asile en tant qu’institution et en tant qu’idéologie » 7.

3À partir d’un milieu spécifique, la psychiatrie, et d’un problème particulier, la santé mentale, le mouvement anti-institutionnel a été – en tant que « pratique qui propage une culture » – le propulseur d’une demande plus générale de changement qui s’est manifestée à différents niveaux de la société.

4Le fait qu’elle se soit dégagée du savoir psychiatrique pour s’engager sur le terrain de la politique générale montre que l’action réalisée par le mouvement anti-institutionnel oscille continuellement entre l’entreprise d’abolition de l’asile et la mise en question de plus en plus large des mécanismes de pouvoir qui régissent la participation et l’exclusion sociale.

  • 8  Des expériences analogues verront le jour, au cours des années qui suivront, dans d’autres régions (...)

5Mais que faut-il entendre historiquement par « mouvement anti-institutionnel » ? S’agit-il d’une réalité unique et compacte ? Certainement pas. À côté de l’expérience de Gorizia, qui s’impose comme point de référence en Italie, déjà dans les années 1960, naissent d’autres expériences de transformation institutionnelle comme, par exemple, celles de Varèse et de Pérouse. À Varèse, en 1964, Edoardo Balduzzi tente le premier d’introduire en Italie l’expérience française du secteur 8. De fait, il n’y aura jamais identité de vues entre Balduzzi et les Goriziens, notamment quant à la nécessité d’une action concrète à l’intérieur de l’asile. Il dira à ce propos, quinze ans plus tard, dans une interview :

  • 9  E. Venturini, « Intervista a Edoardo Balduzzi », dans E. Venturini dir., Il giardino dei gelsi. Di (...)

« Cela représente – sous de multiples aspects – une nécessité pour les gens qui sont dedans. J’espère que l’on m’excusera si je dis que l’asile est une nécessité! […] D’ailleurs, quand le malade sort de l’hôpital, que fait-il au dehors ? Dans quelle société va-t-il ? Quel type de problématique affronte-t-il ? […] Les personnes qui vivent en dehors de l’hôpital ne sont absolument pas préparées à répondre à « l’ineffable » besoin du psychotique. » 9

6Balduzzi propose une alternative à l’asile, par exemple, des services externes comme l’hôpital de jour, mais au bout du compte, il se dit pessimiste quant à la possibilité de transformer la culture des travailleurs psychiatriques de l’asile et de réaliser un renversement institutionnel, entrevoyant des obstacles d’ordre politique :

  • 10  Ibidem, p. 41.

« Quand on a voulu, même après l’exemple de Gorizia, changer aussi l’intérieur de l’hôpital, alors le système a explosé et l’hôpital nous a détruit. Ce sont les vieux infirmiers (surtout les membres du PCI, des personnes d’ordre, qui avaient un pouvoir important sur le conseil provincial de centre gauche) qui nous ont manifesté la plus forte opposition. » 10

7Très différente, et sans doute plus riche en perspectives, est l’histoire de Pérouse. Depuis 1965, Carlo Manuali et un groupe de travailleurs de l’hôpital psychiatrique local se proposent de vider progressivement l’asile, avec le plein appui des forces politiques de gauche et la participation de la population de la ville. Restructuration de l’hôpital, organisation interne selon le modèle de la communauté thérapeutique, constitution d’un centre social, telles sont les premières étapes d’un processus qui amènera ensuite à transférer à l’extérieur le soin psychiatrique grâce à la construction de nombreux centres de santé mentale dans toute la province. La stratégie consiste à attaquer l’asile surtout de l’extérieur. Manuali se passerait volontiers du travail à l’intérieur de l’institution :

  • 11  E. Venturini, « Intervista a Carlo Manuali : nell’ospedale e nel territorio », dans E. Venturini d (...)

« S’il m’était donné de rénover le système d’assistance psychiatrique, je commencerais tout de suite par le travail sur le territoire, en vidant l’hôpital à partir de l’extérieur. Pourquoi ? Avant tout pour éviter les hospitalisations et puis parce que, si même la chronicité arrive à s’émanciper, ce ne peut être qu’en dehors de l’hôpital, sinon l’élimination de ces personnes – présentes, si l’on peut dire, pour un tiers dans tous les hôpitaux – qui finissent à l’asile, mais pas pour des problèmes psychiatriques. » 11

  • 12  Si l’on se place vers le sud, importante est l’expérience de Sergio Piro, qui a mené une dure lutt (...)
  • 13  Sur cet argument, voir B. Saraceno, « Psichiatria Democratica : cronaca di una lotta » dans Franco (...)
  • 14  CGIL : sigle de la Confédération Générale Italienne du Travail.

8Les expériences de Varèse et de Pérouse – et l’on pourrait en citer d’autres 12 –, quoique fort différentes par la culture qui les inspire et par leurs résultats, se rejoignent sur le fait qu’elles ne considèrent pas comme prioritaire le démantèlement de l’institution asilaire. Le travail dans la structure de l’hôpital psychiatrique n’est pas vu nécessairement comme productif. Et, de ce point de vue, leur distance par rapport à l’expérience de Basaglia à Gorizia, puis à Parme et à Trieste, est évidente. À côté de ces expériences, d’autres signes indiquent qu’il s’est produit au cours de ces années-là une transformation progressive – même si elle est géographiquement hétérogène – de la réalité psychiatrique italienne. Cette transformation est en train de prendre la forme d’un regroupement autour d’un mouvement unitaire 13 : déjà, au milieu des années 1960, œuvrait l'« Association pour la lutte contre les maladies mentales » dont le but consistait à promouvoir des rencontres entre les travailleurs psychiatriques de base et les familles des patients, et à dénoncer les violations des droits de ces derniers. Partout en Italie se multiplient des débats sur la question psychiatrique. En 1969, à Rome, à l’Institut Gramsci, le congrès « Psychologie, psychiatrie et rapports de pouvoir » marque le début d’un intérêt réciproque entre le Parti Communiste Italien et les diverses expériences anti-institutionnelles, intérêt qui se développera au cours des années suivantes selon une alternance de moments d’unanimité et de prises de distance, d’adhésion aux instances de lutte et de tentatives d’annexion. En 1970, à Falconara Marittima, la CGIL tient son « congrès national des travailleurs des hôpitaux psychiatriques » 14. En 1972, à Arezzo, a lieu le congrès « La santé mentale : des structures ségrégatives à une organisation territoriale de protection sociale », qui réunit des travailleurs psychiatriques et des administrateurs (la présence de Tommasini et de Zanetti est significative). C’est peut-être à ce moment-là que prend forme un regroupement plus organique, qui donnera naissance l’année suivante, à Bologne, au mouvement « Psichiatria Democratica » à l’initiative principalement des « Goriziens » – parmi lesquels Basaglia, Pirella, Schittar, Slavich, Casagrande, Marzi – mais aussi d’autres, tels Minguzzi et Risso. À Arezzo, le patron de la maison est Pirella qui, arrivé l’année précédente de Gorizia pour occuper les fonctions de directeur de l’hôpital psychiatrique, mène une difficile entreprise de démantèlement institutionnel et de construction d’une alternative de présence psychiatrique dans la cité. L’objectif fondamental du futur mouvement reste la lutte au sein de l’asile, partant du présupposé incontestable que c’est la persistance même de l’asile, construit sur le préjugé de l’incurabilité et de la dangerosité de la maladie mentale, qui empêche la naissance d’un nouveau savoir, dégagé d’une prétendue neutralité scientifique et fondé sur une pratique quotidienne de transformation institutionnelle. Il faut donc dénoncer les situations dans lesquelles la focalisation de l’attention sur l’organisation de la présence psychiatrique dans la cité – en présence de bastions asilaires inattaquables – risque de faire oublier la lutte au sein de l’hôpital psychiatrique.

  • 15  G. Jervis, Il buon rieducatore. Scritti sugli usi della psichiatria e della psicoanalisi, Milan, F (...)
  • 16  G. Jervis, Manuale critico di psichiatria, Milan, Feltrinelli, 1975, p. 13.

9Exemplaire est à cet égard la situation de Reggio d’émilie : l’arrivée de Jervis, en juin 1969, en qualité de directeur du service psychiatrique provincial, marque le début d’une nouvelle orientation. La réalité politique locale est de gauche (« en ville et dans la Province, le parti communiste contrôlait quasiment tout, le reste appartenait à la riche bourgeoisie reggiane : mais en de nombreux points clés, les deux secteurs s’identifiaient et se recouvraient » 15), et l’administration apporte un appui substantiel au projet de mise en place d’un dispositif assurant la présence psychiatrique dans la cité. En outre, le groupe de Jervis, conscient de la sensibilité croissante de la classe ouvrière aux problèmes de santé, que ce soit sur les lieux de travail ou dans la vie quotidienne, va mener une enquête sur la névrose auprès des ouvriers d’une usine. Il commence à traiter les premiers patients psychotiques à domicile, à mettre en place des réunions publiques avec les comités de quartier, les maires des villages, les cadres syndicaux et politiques de base, à se poser la question de la formation des travailleurs. Les risques toujours présents sont d’un côté un « spontanéisme anti-technique, anti-psychiatrique et anti-intellectuel », et de l’autre un « technicisme thérapeutique, axé sur le rendement, psychologisant et antipolitique » 16.

10L’expérience de Reggio d’émilie se déroule à l’extérieur de l’asile : il s’agit de réduire l’espace et le pouvoir de l’hôpital psychiatrique local à l’hôpital San Lazzaro qui, en tant qu’œuvre pie, échappe à l’administration du Service psychiatrique provincial, en instaurant des centres de santé mentale susceptibles de faciliter les sorties de l’asile en aidant les patients à vivre à l’extérieur. Ces centres se veulent aussi les catalyseurs et les analyseurs de la demande psychiatrique au niveau de la cité, en faisant barrage aux nouvelles entrées. Mais, de fait, l’hôpital reste en vie et continue de gérer pouvoirs et ressources. Son conseil d’administration, d’abord dirigé par une majorité démocrate-chrétienne et social-démocrate, passe aux mains des communistes : ceux qui, auparavant, faisaient opposition à la gestion de l’asile se trouvent dans la situation de devoir l’administrer. Jervis écrira :

  • 17  G. Jervis, Il buon rieducatore, op. cit., p. 38-39.

« Le parti communiste devient politiquement responsable de deux structures psychiatriques indépendantes, qui suivent des lignes opposées : l’une, l’asile, institution gigantesque et oppressive, aux mains de dizaines de médecins presque tous ouvertement réactionnaires, et de plusieurs centaines d’infirmiers embauchés sur des critères de clientélisme durant les années de la gestion démocrate-chrétienne et social-démocrate ; et une autre ligne, la nôtre, à l’extérieur des murs, constituée en tout et pour tout de quelques dizaines de travailleurs résolument critiques à l’égard de la psychiatrie traditionnelle, énergiques et politisés, parfois “peu commodes”, et presque sans exception soudés et homogènes dans leurs prises de position » 17.

  • 18  G. Jervis, « Resoconto dell’ultima riunione », dans « Fogli di Informazione », Pistoia, Edizioni C (...)

11Jervis, s’appuyant sur son expérience émilienne, se fait porteur de la nécessité de relancer après les années Gorizia le débat sur la lutte anti-institutionnelle, pour le rattacher plus étroitement aux événements de la lutte des classes : « En 1968, la thématique anti-institutionnelle était une thématique éminemment estudiantine et bourgeoise », écrira-t-il par la suite. « Après 68, après l’automne chaud, avec l’importante maturation de la classe ouvrière à cet égard, la thématique anti-institutionnelle a changé de signification, elle s’est enrichie, elle est devenue le patrimoine de la classe ouvrière. » 18

  • 19  Néologisme pour indiquer une référence permanente à l’exemple gorizien.

12Par conséquent, le fait d’insister sur la primauté du problème de l’hôpital psychiatrique par rapport à d’autres est vécu – du moins par le groupe de Reggio d’émilie, qui n’adhère pas en 1973 à « Psichiatria Democratica »– comme un « gorizianisme » 19 anachronique par rapport à la pression des nouvelles luttes qui sont en train de naître.

  • 20  F. Basaglia, « Conversazione : a proposito della nuova legge 180 », dans F. Basaglia, Scritti, op. (...)
  • 21  F. Basaglia, « Conversazione : a proposito della nuova legge 180 », op. cit., p. 477.

13En d’autres termes, s’il est vrai que les germes d’un mouvement anti-institutionnel naissent plusieurs années avant 68, d’une expérience concrète de transformation de la réalité asilaire, c’est toutefois au cours de cette période – alors que les étudiants se tournent vers les usines et que de nouvelles forces politiques débordent à gauche le PCI et les organisations syndicales – que ce mouvement peut véritablement se structurer. Ceci se fait grâce à sa rencontre avec ces mouvements de base dont l’existence, comme dira Basaglia, permet « de rattacher la question psychiatrique à la problématique de la lutte des classes » 20. C’est seulement alors, et seulement sur le terrain d’un partage des thématiques de lutte de la gauche, en s’appuyant sur le soutien direct de la classe ouvrière, à travers donc « une nette politisation du mouvement » 21, que celui-ci peut s’étendre au-dehors du cadre spécifique de la psychiatrie et nouer des alliances avec des forces disparates, souvent en quête de visibilité et de légitimation. Dix années plus tard, Basaglia résumera ainsi ce qui s’est passé :

  • 22 Ibidem.

« Donc, ce qui s’est passé en Italie, dans une situation particulière d’apparent boom économique caractérisé par une tendance à la décentralisation du capital, qui devait s’accompagner d’une décentralisation du soin, c’est que les techniciens qui voulaient faire une pratique nouvelle se sont alliés aux forces politiques qui voulaient, outre une transformation de la société, une émancipation de la base ; ils se sont donc alliés à la cause de la lutte des classes. Tout cela, évidemment, s’est produit de façon très grossière. » 22

  • 23 Ibidem.

14Basaglia semble reconnaître par là le sectarisme de certains choix politiques, l’adhésion spontanéiste, parfois impulsive, à des positions de rupture et de contestation qui ont souvent conduit le mouvement anti-institutionnel à défendre de façon partisane les positions adoptées. Mais cela a aussi été le point à partir duquel s’est constituée une identité collective – celle qui a manqué dans les mouvements des autres pays – qui a représenté « l’originalité de la situation italienne, c’est-à-dire l’alliance entre les techniciens et les mouvements de lutte de la base, chose qui n’a été possible ni en France, ni en Angleterre » 23. Quant à la polémique sur la priorité de la lutte au sein de l’asile, qui concerne, avec des accents et des positions divers, de nombreuses expériences italiennes de psychiatrie alternative, elle trouvera une solution partielle dans l’affirmation d’un principe de « simultanéité » de l’action, selon lequel le travail de démantèlement de l’asile « de l’intérieur » doit s’effectuer parallèlement à la création d’un réseau de services dans la cité (comme cela a lieu, par exemple, dans les années 1970 à Trieste, sous l’impulsion de Basaglia et de son groupe).

  • 24  A. Pirella, Bilancio del movimento in questi anni, Convegno Nazionale Psichiatria Democratica, Bar (...)

15En 1974, à Gorizia, se tient le premier Congrès national de « Psichiatria Democratica » sur le thème « La pratique de la folie », pour lequel on enregistre une participation massive : plus de 2500 participants et de très nombreuses contributions. Le mouvement trace ses lignes fondamentales : lutte dans l’institution, construction pratique de gestions alternatives du trouble psychique, refus de choix rigides et préjudiciels de modèles théoriques et de solutions techniques, tout cela s’accompagnant d’une critique globale de l’idéologie scientifique comme recouvrement des contradictions. Et surtout, recherche d’alliances, non seulement dans le cadre du mouvement ouvrier et des forces politiques et syndicales, mais aussi avec l’aile progressiste de la magistrature (« Magistratura Democratica »). Toutefois, après ce congrès, et en particulier lors du congrès suivant qui se tient à Arezzo en 1976, les premières fissures apparaissent. Elles se forment surtout autour de la question de l’identité politique, scientifique et organisationnelle jamais véritablement formalisée : on va prendre progressivement acte, comme le soutiendra Pirella quelques années plus tard, de « l’échec de l’hypothèse organisationnelle, calquée sur les associations nationales culturelles et professionnelles, une voie médiane entre les corporations et la forme “parti” » 24.

Haut de page

Notes

1  Co-auteurs notamment de Franco Basaglia, Portrait d’un psychiatre intempestif, Erès, 2005.

2  F. Basaglia, Psychiatrie et démocratie. Conférences brésiliennes,trad. par P. Faugeras, Éditions érès, La Maison Jaune, Ramonville Saint-Agne, 2007, p. 85.

3  L’expression de « crise organique » et, plus généralement, la période 68 sont analysées par R. Lumley, States of Emergency. Cultures of Revolt in Italy from 1968 to 1978, Florence, Verso, 1994.

4  Ibidem, p. 56.

5  F. Basaglia, Psychiatrie et démocratie, op. cit., p. 84.

6  F. Basaglia, M.G. Giannichedda, « Legge e psichiatria », dans F. Basaglia, Scritti, 2 tomes, Turin, Einaudi, tome I, 1981-1982, p. 460.

7  Ibidem.

8  Des expériences analogues verront le jour, au cours des années qui suivront, dans d’autres régions d’Italie, comme Padoue, Portogruaro, Milan, Pavie, Mantoue, Trente, Vercelli, Pise, Sienne, Turin.

9  E. Venturini, « Intervista a Edoardo Balduzzi », dans E. Venturini dir., Il giardino dei gelsi. Dieci anni di antipsichiatria italiana, Turin, Einaudi, 1979, p. 47-48.

10  Ibidem, p. 41.

11  E. Venturini, « Intervista a Carlo Manuali : nell’ospedale e nel territorio », dans E. Venturini dir., Il giardino dei gelsi, op. cit., p. 189.

12  Si l’on se place vers le sud, importante est l’expérience de Sergio Piro, qui a mené une dure lutte anti-institutionnelle, dans un premier temps à « Mater Dominici », hôpital psychiatrique privé de Nocera Inférieure, et ensuite au « Bianchi » et au « Frullone » de Naples, et qui a été en rapport étroit avec Basaglia quant à la nécessité de l’abolition de l’asile.

13  Sur cet argument, voir B. Saraceno, « Psichiatria Democratica : cronaca di una lotta » dans Franco Basaglia : una teoria e una pratica per la trasformazione, numéro spécial de la revue « Sapere », Bari, Edizioni Dedalo, nov.-déc. 1982, n° 851, p. 21-28.

14  CGIL : sigle de la Confédération Générale Italienne du Travail.

15  G. Jervis, Il buon rieducatore. Scritti sugli usi della psichiatria e della psicoanalisi, Milan, Feltrinelli, 1977, p. 32.

16  G. Jervis, Manuale critico di psichiatria, Milan, Feltrinelli, 1975, p. 13.

17  G. Jervis, Il buon rieducatore, op. cit., p. 38-39.

18  G. Jervis, « Resoconto dell’ultima riunione », dans « Fogli di Informazione », Pistoia, Edizioni Centro di Documentazione di Pistoia, 1972, n° 1. La revue « Fogli di Informazione », née en 1972 sous la direction de Paolo Tranchina et Agostino Pirella, est vite devenue une référence de la psychiatrie anti-institutionnelle italienne.

19  Néologisme pour indiquer une référence permanente à l’exemple gorizien.

20  F. Basaglia, « Conversazione : a proposito della nuova legge 180 », dans F. Basaglia, Scritti, op. cit., p. 477. Pour ce qui concerne les rapports entre le mouvement anti-institutionnel et les forces politiques et syndicales de gauche, voir P. Di Vittorio, Foucault e Basaglia. L’incontro tra genealogie e movimenti di base, Vérone, Ombre corte edizioni, 1999, p. 112-127.

21  F. Basaglia, « Conversazione : a proposito della nuova legge 180 », op. cit., p. 477.

22 Ibidem.

23 Ibidem.

24  A. Pirella, Bilancio del movimento in questi anni, Convegno Nazionale Psichiatria Democratica, Bari, 1981, dans « Fogli di Informazione », Pistoia, Edizioni Centro di Documentazione di Pistoia, 1981, n° 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mario Colucci et Pierangelo Di Vittorio, « Le 68 de la psychiatrie italienne: l’effet Basaglia », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 107 | 2009, 37-44.

Référence électronique

Mario Colucci et Pierangelo Di Vittorio, « Le 68 de la psychiatrie italienne: l’effet Basaglia », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1327

Haut de page

Auteurs

Mario Colucci

psychiatre

Pierangelo Di Vittorio

Philosophe 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page