Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction : Fin de cortège

Philippe Artières
p. 9-12

Entrées d’index

Mots-clés :

commémoration, Mai 68

Géographie :

Europe, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir, par exemple, Jean Quellien et Alain Leménorel, Caen 68, Éditions du Bout du monde, 2008, et (...)
  • 2  Colloque « 68 et l’international », BDIC, Nanterre, 21 et 22 mars 2008.
  • 3  Colloque « Les mutations du genre dans les années 1968 », ISH, Lyon, 26 et 27 septembre 2008.
  • 4  Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, Boris Gobill (...)

1Nul ne pouvait imaginer, avouons-le, que pour le quarantième anniversaire du mai 68 le cortège commémoratif aurait été aussi long et aussi dense. Colloques, journées d’études, numéros spéciaux de revues, expositions, albums d’archives et de photographies, organisés par historiens, politistes et sociologues, se sont succédé tout au long de l’année. Toutes les dimensions de l’événement ont été prises en compte… du local1 à l’international 2, des questions de genre 3 à l’histoire sociale et politique. Surtout la densité scientifique du cortège tenait à l’épaisseur des travaux produits depuis 1988… Les travaux de Michelle Zancarini-Fournel, de Xavier Vigna ou de Boris Gobille en sont les exemples les plus remarquables 4. Une visibilité inédite a été donnée à une autre façon de faire de l’histoire, nourrie par les travaux sur la mémoire, le genre ou encore le corps, usant de méthodologies inventives issues des sciences sociales et remettant au centre de la recherche le politique, rompant ainsi avec le tout culturel. Par un recours à des sources inédites, celles du ministère de l’Intérieur ou de la radio mais aussi celles, infimes, d’acteurs anonymes ou les archives d’organisations méconnues (conservées notamment au sein de fonds d’archives spécifiques, tels que Mémoires de 68), le récit de 68 a été considérablement enrichi.

  • 5  La Bibliothèque Nationale a ainsi proposé une exposition sur l’un de ses fonds, la série Recueil : (...)
  • 6  L’exposition 68 en revue à l’IMEC traversait nombre de fonds conservés à l’abbaye d’Ardenne de Cae (...)
  • 7  Voir ainsi le colloque de la BDIC sur 68 dans le monde qui s’efforçait non de penser la centralité (...)

2Des historiens de 68 se sont ainsi révélés. Les initiatives archivistiques sont pour partie responsables de cet accroissement des connaissances sur les années 68. De la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine à la Bibliothèque nationale, en passant par l’Institut Mémoire de l’édition Contemporaine, ces institutions ont de façon significative commémoré Mai en soulignant comment elles se sont saisies de l’événement 5 ou de quelle manière il a irradié les collections dont elles ont la charge 6 ou combien il est au centre de leur problématique 7.

  • 8  Un colloque de la Bibliothèque Publique d’Information du Centre G. Pompidou, un second à l’EHESS, (...)

3On soulignera aussi que cet anniversaire a été l’occasion d’un retour sur un âge d’or des sciences sociales et que la commémoration de 68 a permis aussi de réfléchir à la relation que la sociologie, l’histoire, l’anthropologie et la philosophie avaient entretenue avec l’événement 8.

4Les médias se sont souvent appuyés sur ce moment de savoir pour commémorer mai ; les principaux magazines ont consacré des dossiers spéciaux (Les Inrockuptibles sur les enfants de mai, Le Monde2 sur 68 dans le monde par exemple), et la presse quotidienne et la radio ont multiplié les débats, reportages, témoignages. Le 22 mars constitua ainsi une journée de commémoration, mais c’est le 13 mai qui fut le point d’orgue de la médiatisation.

  • 9  Ce collectif comptait notamment des éditeurs, des revues, des journaux, des groupes comme la fonda (...)

5Ce cortège savant et journalistique était précédé de celui des témoins et du monde politique et associatif ; Alain Geismar, jeune retraité, livra son « mai 68 » (Fayard), Virginie Linhardt, quarantenaire, dit ses souvenirs d’enfance avec son « Quand mon père s’est tu » (Seuil) ; plus collectif, d’autres cherchèrent à se fédérer pour que rien ne manque pour « sauver 68 »,comme les y encourageait la plate-forme politico-associative « Mai 68, ce n’est qu’un début, c’est une actualité urgente 9 ». Mai est devenu omniprésent, presque incontournable, et la société française d’avoir à se diviser entre les pour et les contre.

  • 10  Voir sur ce point le volume consacré à M. Pollak ; Liora Israël, Danièle Voldman (dir.), Michael P (...)

6On a beaucoup dit que cette déferlante, qui commença dès la fin de l’année 2007 avec la publication de beaux livres sur les pavés, devait beaucoup aux déclarations très hostiles du candidat Nicolas Sarkozy lors de son meeting au Palais Omnisports de Paris-Bercy le 29 avril 2007. C’est sans doute donner beaucoup d’importance à un « propos de campagne » et sans nul doute faudrait-il mieux y voir la conjonction de plusieurs facteurs dont, pour l’importance médiatique du sujet, le terrible constat fait par Luc Boltanski : « C’était le temps où nous pensions que demain serait meilleur qu’aujourd’hui » 10.

7Grand moment nostalgique, les quarante ans le furent indéniablement ; nostalgie d’un monde simple où les adversaires étaient identifiables : que l’on songe ici aux livres de Daniel Cohn-Bendit et du préfet Grimault devenus ensemble héros national.

  • 11  Le Débat, n° 51, septembre-octobre 1988, p. 192

8Nostalgie pour une période qui, comme Jean-Franklin Narot le soulignait dans Le Débat en 1988, « était tissée de solidarité, d’actes de soutien, de délibération permanente, de communauté dans la lutte et le jeu. » 11

  • 12  « La Figuration narrative », Galeries nationales du Grand Palais. Du 16 avril au 13 juillet 2008.

9Nostalgie aussi du moment artistique et intellectuel… La peinture contemporaine, celle de Fromanger, Monory, Rancillac, Arroyo, fut à l’honneur lors d’une grande rétrospective au Grand Palais 12 ; la critique insista sur la formidable énergie de cet art qui refusait alors le marché, sur ce temps où l’impertinence d’Erro importait plus que sa cote ; les intellectuels eux aussi furent sortis du musée de cire pour être regrettés au regard de ceux qui aujourd’hui prétendaient assumer cette fonction ; même si l’on se moqua de l’engagement maoïste de Sartre, on ironisa sur le spectateur engagé, on loua la clairvoyance d’un Claude Lefort, ce quarantième anniversaire fut surtout sur ce point l’occasion de souligner le vide d’aujourd’hui et de regretter un monde où les intellectuels pesaient.

  • 13  Voir, par exemple, l’album des clichés d’Elie Kagan publié par la BDIC, Mai 68 d’un photographe, P (...)
  • 14  Comme le documentaire de William Klein, Grands soirs, petits matins, 1978, mais aussi tous les fil (...)

10Nostalgie d’une ville enfin, de Paris, avec ses cafés et ses librairies, ceux fréquentés par ceux qui avaient alors 25 ans et qui partent à la retraite en 2008, mais aussi nostalgie d’un Paris avec ses usines et son monde ouvrier. Déjà le film d’Hervé Le Roux, Reprise (Les Films d’Ici, 1997), avait pointé cette dimension en montrant les abords de la ville peu à peu vidés de leurs fabriques. Un monde aujourd’hui disparu est visible en 68 ; il a été fortement identifié à 1936, il l’est aujourd’hui à 68. La remontée très importante d’une iconographie méconnue, par la publication d’albums notamment 13, n’est sans doute pas étrangère à ce sentiment. L’existence de films montrant les ouvriers en lutte devant et dans les usines 14, films diffusés désormais en DVD, a probablement nourri cette représentation et cette nostalgie.

11Mais au soir des colloques, 68 a indéniablement changé : la vision de 68 est ainsi aujourd’hui moins parisienne, plus ouvrière, et étendue sur une période plus longue – on parle depuis l’ouvrage du même nom des « années 68 » selon la formule de Bernard Lacroix. De nouveaux acteurs ont acquis une visibilité inédite à commencer par les travailleurs immigrés. Une figure, celle de l’enfant de mai, a également émergé. Témoin d’un moment dont il n’a pas mémoire, cet enfant de mai a paradoxalement occupé une place importante.

12Aux lendemains des cérémonies, il nous semblait important de « faire le fond de la manif », à la manière des balayeurs qui talonnent les derniers manifestants. Ce numéro porte sur ceux qui ont été comme oubliés dans ce grand cortège, sur ceux qui sont venus et que l’on n’a pas remarqués : psychiatrisés, prisonniers, homosexuels… Leur histoire est un chantier en cours.

13Emmanuelle Loyer revient sur un grand blocage, celui des historiens ; elle montre comment certains d’entre eux se joignirent au cortège sans abandonner le projet historien ; Jean-François Bert retrace le « moment 68 » au sein du monde de la psychiatrie déjà remis en cause par la sectorisation, tandis que Mario Colucci explique comment en Italie, le monde de l’asile a joué un rôle moteur dans le soulèvement. Emmanuel Hoch, quant à lui, dresse un tableau des luttes homosexuelles contemporaines.

14Pour compléter ce dossier, nous avons avec Jean-François Laé transcrit et présenté l’agenda du mois de mai 68 d’un ouvrier de l’Arsenal de Cherbourg, Michelle Zancarini-Fournel et Philippe Rassaert présentent un inventaire des graffiti du printemps 68 à Lyon, à partir du relevé photographique d’un témoin.

15Nous avions aussi un temps envisagé de consacrer l’un des article de ce dossier aux suicidés de ces années-là. Ils font partie des grands oubliés de cette histoire. Ils sont nombreux. Michel Recanati, auquel Romain Goupil a rendu hommage par son film Mourir à vingt ans, voisine dans ce cimetière avec bien d’autres, telle Georgette Vacher, syndicaliste lyonnaise qui se donna la mort au début des années 80. Mais notre tentative a échoué ; les suicidés n’avaient pas leur place dans le 68 de 2008 : l’enfouissement semble tel qu’il est encore impossible d’enquêter sur le suicide des années de La Maman et la putain.

Haut de page

Notes

1  Voir, par exemple, Jean Quellien et Alain Leménorel, Caen 68, Éditions du Bout du monde, 2008, et Alain Leménorel, 68 à Caen, Éditions Cahiers du temps, 2008.

2  Colloque « 68 et l’international », BDIC, Nanterre, 21 et 22 mars 2008.

3  Colloque « Les mutations du genre dans les années 1968 », ISH, Lyon, 26 et 27 septembre 2008.

4  Michelle Zancarini-Fournel, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Seuil, 2008, Boris Gobille, Crise politique et incertitude : régimes de problématisation et logiques de mobilisation des écrivains en mai 68, thèse sous la direction de Bernard Pudal, EHESS, 2003 ; Xavier Vigna, L’Insubordination ouvrière. Essai d’histoire politique des usines, Rennes, PUR, 2007.

5  La Bibliothèque Nationale a ainsi proposé une exposition sur l’un de ses fonds, la série Recueil : « Esprit(s) de mai 68 » dans laquelle avaient été conservés les affiches et tracts collectés par ses conservateurs, ces derniers faisant l’objet d’entretiens filmés relatifs à cette collecte.

6  L’exposition 68 en revue à l’IMEC traversait nombre de fonds conservés à l’abbaye d’Ardenne de Caen et donnait à voir les archives sous l’angle de mai.

7  Voir ainsi le colloque de la BDIC sur 68 dans le monde qui s’efforçait non de penser la centralité de la scène parisienne mais au contraire les circulations.

8  Un colloque de la Bibliothèque Publique d’Information du Centre G. Pompidou, un second à l’EHESS, et enfin deux journées au Collège de France ont ainsi porté sur ce thème.

9  Ce collectif comptait notamment des éditeurs, des revues, des journaux, des groupes comme la fondation Copernic, Actuel Marx ou les éditions Amsterdam. Voir la liste des signataires et l’appel : www.mai68.over-blog.org

10  Voir sur ce point le volume consacré à M. Pollak ; Liora Israël, Danièle Voldman (dir.), Michael Pollak. De l’identité blessée à une sociologie des possibles, Paris, Éditions Complexe, 2008, en particulier les contributions très éclairantes de Luc Boltanski.

11  Le Débat, n° 51, septembre-octobre 1988, p. 192

12  « La Figuration narrative », Galeries nationales du Grand Palais. Du 16 avril au 13 juillet 2008.

13  Voir, par exemple, l’album des clichés d’Elie Kagan publié par la BDIC, Mai 68 d’un photographe, Paris, Le Layeur, 2008.

14  Comme le documentaire de William Klein, Grands soirs, petits matins, 1978, mais aussi tous les films militants et notamment le groupe Medvedkine à Sochaux, Besançon ou Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Artières, « Introduction : Fin de cortège », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 107 | 2009, 9-12.

Référence électronique

Philippe Artières, « Introduction : Fin de cortège », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1318

Haut de page

Auteur

Philippe Artières

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page