Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-6

Texte intégral

1Si l’on ouvre l’hébergeur bien connu de vidéo « dailymotion » ce début d’été 2009, on peut voir dans un encadré un jeune homme qui, sans commentaire, ouvre une feuille de papier et y affiche masquant son visage et barrant l’horizon un tout simple « Forbidden ». On ne traduit plus, « interdit ». Un peu plus loin, dans la foule des clips, un titre annonce que « comme l’a dit Steve Jobs, « we are going to make history today ». Certes, il s’agit de l’inventivité technologique, de l’intervention du génie informatique à l’avant-garde de ceux qui « font l’histoire ». Mais les mots sont là, mots de l’air de notre temps. Le dégoût face à la multiplication des interdits et la recherche de formes de réappropriation du devenir social ont fait partie des traits qui ont caractérisé les remémorations de 68 en 2008.

2Comme le dit ici Philippe Artières, « Nul ne pouvait imaginer, avouons-le, que pour le quarantième anniversaire de mai 68 le cortège commémoratif aurait été aussi long et aussi dense ». L’expérience a montré que l’histoire et la mémoire de 68 étaient des enjeux vifs de notre présent, que ce souvenir « haïssable » pour certains était un pourvoyeur de mots, de slogans aidant à dire et à penser un ras-le-bol pour les uns, une révolte pour les autres, une idée de l’utopie plus que jamais nécessaire et des formes de la lutte contre des pouvoirs aliénants plus que jamais urgente.

  • 1  Voir, parmi cette production journalistique, le DVD vendu avec un numéro hors-série du quotidien, (...)
  • 2 « Mai 68. Envoyons nos pavés graphiques et redonnons la parole aux murs », site www.68mai08.org.

3La commémoration fut celle des historiens, nourrie de la production de la dernière décennie, dont la richesse contraste avec l’indigence de celle des années 1990. Emmanuelle Loyer interroge ici cette lenteur des historiens à se saisir de l’objet « 68 » en posant la question franche « Qu’est-ce que Mai 68 a fait aux historiens ? ». La commémoration fut aussi celle des acteurs et, passage du temps oblige, celle de leurs enfants devenus à leur tour acteurs d’un présent hanté, plus qu’on ne le pensait, par ce spectre. Elle fut aussi celle de la presse qui multiplia les numéros spéciaux avec force images et sons, contribuant eux aussi à rendre l’événement à la fois très présent et très lointain1. Les uns et les autres ont traduit l’attente d’un public plus large qu’attendu, un public d’anciens et de jeunes pour lesquels « interdit d’interdire » ou « redonner la parole aux murs » suscitaient a minima la curiosité ou prenaient des sens vivants. On a parlé de 68 sur tous les tons, de l’évocation nostalgique d’un temps des passions révolu par l’héroïne d’une émission de variété chantonnant dans son « 68 2008 », « Les fleurs des cheveux sont fanées […] Les jeunes loups ont les dents plombées, voilà les leçons du passé », à l’appel passionné de groupes militants rappelant leur soif d’utopies, leur refus du « dictat du profit », de « l’arrogance des puissants », tels ces « lanceurs de pavés graphiques » qui voulurent redonner « la parole aux murs » 2.

4Cette efflorescence multiforme nous a conduit à revenir sur cette commémoration de 1968 en 2008 et à profiter de la distance prise pour repenser le sens de cette onde qui a travaillé la société française mais aussi laissé sur le bord de la route certains pans de ce complexe moment de créativité, de tensions, d’engagement sans retour, mais aussi d’évitements, de prudences, de peurs pour certains.

  • 3  Allusion à la mobilisation sous forme de lectures publiques, réponse différée aux propos du candid (...)

5Bien évidemment, ce retour prend un sens renouvelé à la suite des mois de luttes sociales intenses que vient de connaître la société française ce printemps 2009. Qui pensait, quand nous préparions ce dossier, que les universitaires français bloqueraient le fonctionnement des institutions, suspendraient leurs cours pendant des semaines ? Qui pouvait penser qu’à partir du refus de modifications imposées par le ministère de l’Éducation nationale sur le recrutement des enseignants se nouerait une mobilisation sans précédent disant à la société la valeur sociale des savoirs, valeur existentielle, outil de compréhension de soi et du monde ? Qui pensait que la Princesse de Clèves serait lue et mise en scène sur les marchés, devant les hôtels de ville, devant le Panthéon parisien, pour rappeler à l’ensemble des citoyens égaux en droit de la république qu’il n’est ni « sadique » ni « imbécile » de faire entendre et comprendre à tous ce texte qui parle d’amour dans la langue du xviie siècle 3 ?

6Cette mobilisation n’a pas débouché sur ce que certains appelaient déjà un « nouveau mai ». Mais, portée souvent par les plus jeunes des enseignants, doublée d’un mouvement étudiant très critique vis-à-vis des organisations existantes, soucieux des pratiques, des formes de la lutte, affirmant une nette tendance anti-autoritaire, à rebours de l’évolution des choix du pouvoir, cette contestation a fait résonner à nouveau frais certains accents de celle de 1968.

7Les contributions réunies ici rappellent en effet comment les révoltes de 68 éclatèrent du fait d’un décalage entre « Les partis politiques et les organisations syndicales, même de gauche […] incapables d’interpréter le mécontentement de la société civile, laissant s’accroître le scepticisme quant à la possibilité de réduire les injustices et les inégalités sociales par des décrets parlementaires », propos qui ne sont pas sans trouver de correspondances dans la situation présente. Le dossier se porte vers les marges du mouvement, ces expressions minoritaires qui radicalisent des critiques et des aspirations non énonçables pour beaucoup d’acteurs, mais confusément présentes. Dans cette remise en cause des hiérarchies, des effets d’autorité, notamment des savoirs comme soutien de l’ordre social, la part belle est faite à la psychiatrie. Jean-François Bert montre l’ampleur et les limites des remises en cause dans le système de soin français. Le psychiatre Mario Colucci et le philosophe Pierangelo Di Vittorio présentent cette intensité critique dans le contexte italien, analysant le développement du mouvement anti-institutionnel dans la psychiatrie et ses implications politiques. Reprenant dans son titre l’un des slogans du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire qui fit scandale, « Liz Taylor, Overney, même combat », Emmanuel Hoch Delgado propulse au cœur de la dynamique symbolique d’un mouvement qui dénonce la violence subie par la déconstruction du prêt à penser, y compris du prêt à penser militant, des savoirs normatifs, des institutions. Retour à la critique de la psychiatrie. Lien aussi avec toutes les formes de revendication de la liberté sexuelle, notamment avec le mouvement féministe, lui aussi très minoritaire (quelques milliers de militantes autour du MLF) et lui aussi riche de devenir. Lien avec la critique des pratiques militantes, des rapports de pouvoir qu’elles produisent, notamment autour de la fameuse « prise de parole ». Le dossier conduit à la rencontre de ces pratiques autres à travers des « graffitis lyonnais », ces fameux murs qui prennent la parole, forme d’appropriation collective de l’espace public urbain, dont les traces, fragiles, sont redevenues objets muséographiques le temps d’une commémoration. Le dossier se clôt avec la confrontation avec la source de l’historien, toujours épave, rencontre hasardeuse comme aime à le rappeler en acte Philippe Artières. Comment penser ensemble l’engagement sans ménagement ni aménagement de Françoise d’Eaubonne, l’une des fondatrices du FHAR, et le cheminement silencieux de l’employé de l’arsenal de Cherbourg dont Philippe Artières et François Laé ont retrouvé l’agenda ? Lui aussi a vécu 1968, sans tout à fait ignorer les événements ni être ignoré d’eux. Loin des prises de parole, il fait partie du « nombre important de contemporains » qui forme en histoire « la figure des véritables silencieux, non pas ceux qu’on fait taire mais ceux qui ne prennent pas la parole ». Façon d’interpeller nos façons de faire historiennes, nos habitudes, de nous amener à revenir toujours à cette extrême complexité du social et, bien sûr, dans un rapport métonymique à l’objet « 68 », à la signification des pratiques et à leur dimension potentiellement violente, c’est-à-dire ségrégative, hiérarchisante.

8Chantiers ramène l’attention du côté des formes de production du consensus. L’organisation des pratiques sportives dans le cadre du paternalisme patronal chez Michelin, qu’étudie Bertrand Blanchard, témoigne de l’efficacité des œuvres mises en place par le patronat pour créer un sentiment d’identité collective liée à l’entreprise, génératrice de paix sociale. Gino Nocera analyse un autre moteur de cette paix sociale : la façon dont les cinéastes italiens ont mis en scène les années de plomb, en dépolitisant les enjeux, escamotant les contextes sociaux et idéologiques (notamment les échecs de 68, décidemment omniprésent) et renvoyant les actes de violence à la singularité de la psychologie des acteurs.

  • 4  Jean-Michel Djian éd., Vincennes, une aventure de la pensée critique, Paris, Flammarion, 2009, p.  (...)

9Débats prolonge la réflexion sur 68 en 2008 à travers l’évocation du livre dirigé par Jean-Michel Djian sur l’université de Vincennes. Arnaud Saint-Martin en fait une critique à l’usage de notre temps, n’hésitant pas à mettre en évidence ce que ce « tohu bohu » revendiqué peut avoir d’exotique aujourd’hui, et à évoquer l’émotion des acteurs face à « l’évidence de l’abîme qui sépare cet hier d’aujourd’hui ». Pour preuve, ce mode d’évaluation, choisi par le philosophe Alain Badiou en 1969, qui mérite bien d’être rappelé en ce printemps 2009 où la révolte des universitaires a achoppé sur la tenue des examens et la nécessité d’une évaluation dans les normes : « Auront leurs U.V. ceux qui auront condensé toute leur pensée philosophique dans un bombage ou dans une inscription murale, ceux qui ne sont jamais venus mais qui ainsi ont montré par leur absence un détachement louable des choses de ce monde et une méditation profonde. » 4

1068 n’a pas fini de nous faire penser, et les contributions de ce numéro des Cahiers d’histoire font comprendre que les historiens se sont bien emparés cette fois de l’objet et que cet avenir historiographique sera fécond. Nous en avons bien besoin.

11Cette urgence du développement et de la diffusion de l’histoire critique nous a conduits, rédaction des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, à initier en collaboration avec l’Université populaire des Hauts-de-Seine, pour l’automne prochain, les premières « Rencontres d’histoire critique ». En avant-première, nous en faisons part à nos lecteurs et lectrices, comptant sur eux pour faire toute la richesse de ce rendez-vous de ceux pour qui l’histoire est un enjeu vif du présent, outil de la pensée des contradictions et des dominations à l’œuvre au cœur des sociétés. Rendez-vous est donc pris pour se retrouver à Gennevilliers les 27 et 28 novembre 2009. Le prochain numéro des Cahiers d’histoire en dira plus sur le programme de ces « Rencontres ». À la suite donc de notre histoire critique.

Haut de page

Notes

1  Voir, parmi cette production journalistique, le DVD vendu avec un numéro hors-série du quotidien, l’Humanité, « Mai 68, Un monde en luttes », Ciné-Archives, collection Films militants et documents rares III, mai 2008.

2 « Mai 68. Envoyons nos pavés graphiques et redonnons la parole aux murs », site www.68mai08.org.

3  Allusion à la mobilisation sous forme de lectures publiques, réponse différée aux propos du candidat à l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, à Lyon, le 23 février 2007.

4  Jean-Michel Djian éd., Vincennes, une aventure de la pensée critique, Paris, Flammarion, 2009, p. 55.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 107 | 2009, 3-6.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1316

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page