Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-5

Texte intégral

  • 1  Parmi d’autres, la publication du gros livre de Bernard Chambaz, L’Humanité ou, dans le domaine de (...)
  • 2  « Sport et propagande », dossier coordonné par Benoît Caritey et Maurice Carrez, Cahiers d’histoir (...)

1Les Cahiers s’associent à travers ce numéro 92 à l’ensemble de débats, de publications qui ont marqué cette année du centenaire de la création de L’Humanité 1. Il ne s’agit pas tant pour nous de commémorer une naissance que de profiter d’un temps fort pour donner la parole aux historiens qui depuis une vingtaine d’années ont profondément renouvelé notre connaissance du journal. Journal créé par Jaurès pour contribuer à ses combats comme le rappelle Alexandre Courban dans l’introduction de ce dossier qu’il a coordonné, journal caractérisé jusqu’à ces dernières années par ses liens organiques avec un parti politique, le Parti Communiste Français, L’Humanité a été particulièrement sensible aux conjonctures politiques du xxe siècle. Les auteurs rassemblés ici confirment bien à travers l’approche de la guerre et de la paix les évolutions éditoriales du journal à la suite des choix stratégiques des responsables politiques. Le fait que nous ayons choisi d’aborder la production du journal à travers un thème éminemment politique accentue certainement les discontinuités et la dépendance de la ligne éditoriale alors que d’autres approches auraient sans doute mis en évidence plus de continuité, continuité puisant dans le socle culturel commun de la gauche française. En ces temps d’été olympique, on ne peut pas ne pas penser à la place et la fonction du sport, activité sociale dont les enjeux politiques ont été bien soulignés par l’un de nos derniers numéros 2 et dont chacun sait combien il a pu être fortement associé à l’idée de progrès. Ou encore à la place de la culture, des arts, autre forme d’expression de la dignité, de la liberté souveraine de l’être humain. Ou encore à la place faite aux femmes… Ce pourra être le fait de prochains dossiers tant on sent à travers les manifestations de cette année de centenaire et singulièrement à travers les articles du présent dossier la recherche féconde, curieuse, avide.

2Aujourd’hui la guerre et la paix. Question qui resurgit avec acuité dans de multiples domaines du travail des historiens, notamment celui des spécialistes du xxe siècle qui renouvellent profondément (non sans âpres conflits entre eux), qui l’approche de la Première Guerre mondiale, avec les notions neuves de « culture de guerre », de « brutalisation », qui celle de la Seconde Guerre, avec notamment une approche sexuée des conséquences des conflits (singulièrement absente des études rassemblées ici), qui celle de la Guerre d’Algérie et des guerres coloniales de façon générale, enfin partie prenante à part entière de l’histoire nationale, bien présente ici à travers la réflexion d’Alain Ruscio sur la fin de la guerre d’Indochine dans L’Humanité. Acuité qui a conduit l’inspection générale d’histoire à faire de cette question de la guerre et de la paix le sujet d’étude des futurs enseignants du secondaire. Acuité qui n’est pas que réconfortante une fois sortie de la perspective historiographique, tant elle traduit notre conscience à tous de la réalité permanente de la guerre dans le monde contemporain et le renouvellement de tensions internationales génératrices de haine. Que les bases de ces tensions soient plus ethniques, religieuses souvent que nationales, sur fond d’exacerbation des luttes pour le profit à l’échelle mondiale, ne fait que rendre plus nécessaire mais aussi plus difficile à penser les espoirs de paix, la nécessité d’éviter aux humains les horreurs de la guerre, de leur donner les moyens de lutter contre « les fauteurs de guerre ». Notre présent nous ramène donc avec une évidence inquiétante à l’une des grandes préoccupations exprimées avec constance dans les lignes de L’Humanité depuis sa création par Jaurès jusqu’à aujourd’hui, à travers les moments les plus violents du xxe siècle, comment faire régner la paix dans les mentalités et dans les faits, et aussi dans quelles circonstances, pour la liberté, pour la paix, est-il nécessaire d’accepter de faire la guerre ? Grand balancement qui tiraille toutes les pensées du bonheur de l’homme, pour notre modernité, au moins des Lumières jusqu’aux multiples expressions du communisme contemporain. Nous espérons que ce dossier apportera modestement, à travers les lectures de L’Humanité qu’il réunit, également à la compréhension sérieuse de cette tension essentielle à tout projet émancipateur.

3A côté de cet important dossier, le numéro propose dans Chantiers une analyse de la situation originale du mouvement ouvrier en Alsace-Lorraine après que ces régions soient redevenues française en 1918. Le mouvement ouvrier s’y était développé dans le cadre de la législation et des rapports de force sociaux de l’Empire allemand et y présente des caractéristiques méconnues des organisations ouvrières françaises. Les recherches de Pierre Schill ramènent donc à l’une des multiples conséquences pour les populations de la terrible Première Guerre et à un des aspects, encore peu connu, de ce statut « spécial » qu’acquièrent alors les régions redevenues françaises.

  • 3  A ce sujet, synthèse de Michel Pigenet dans les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° (...)

4 Ce numéro des Cahiers apporte également sa contribution au travail de réflexion engagé depuis maintenant plusieurs années sur la constitution et la communication des fonds d’archives. La multiplication des dépôts d’archives diverses provenant aussi bien d’entreprises, d’associations que de particuliers constitue en effet un aspect marquant des évolutions contemporaines concernant la recherche historique. Les structures chargées de la conservation de ces fonds sont également diverses tout en cherchant pour la plupart à respecter les mêmes règles et de classement et d’accessibilité. On sait combien ces ouvertures qui font apparaître de nouvelles sources, contribuent au renouvellement historiographique et à l’élargissement du débat public concernant les recherches historiques. Frédéric Cépède, président du CODHOS, présente ici dans Aux sources de l’histoire, les ambitions de ce jeune collectif qui vise à rassembler les différents acteurs d’une l’histoire ouvrière qui s’élabore dans des institutions, universitaires, syndicales ou associatives, souvent trop ignorantes des activités, des moyens des unes et des autres. Les projets de l’association sont ambitieux et contribueront certainement à donner une visibilité qui lui manque à l’histoire du monde du travail3. La rubrique fait place également dans Transmettre à un hommage à l’historien de l’Antiquité, Pierre Lévêque, figure marquante des études sur l’Antiquité, décédé ce printemps. Antonio Gonzales, enseignant lui-même aujourd’hui à l’Université de Besançon où l’on peut dire que Pierre Lévêque avait créé une véritable « école », évoque le rayonnement de ce professeur qui a profondément renouvelé les recherches en histoire ancienne en y introduisant des problématiques empruntées aux analyses de Marx et en impulsant des travaux nombreux de jeunes chercheurs dans son sillage.

  • 4  Les IUFM sont les Instituts de Formations des Maîtres au sein desquels les futurs enseignants du p (...)

5Le prochain numéro des Cahiers fera d’ailleurs la part belle à cette question pour nous centrale de la transmission de l’histoire, en consacrant son dossier à l’un de ses aspects, sans doute le plus déterminant dans les sociétés contemporaines, celui de l’enseignement. Danièle Pingué, enseignante à l’IUFM de Franche-Comté4, a rassemblé les réflexions d’historiens et historiennes autour des enjeux de l’enseignement de l’histoire dans la France d’aujourd’hui.

6Mais ceci sera la richesse du numéro 93. Sans plus attendre, bonne lecture de ce numéro 92, lectures de L’Humanité.

Haut de page

Notes

1  Parmi d’autres, la publication du gros livre de Bernard Chambaz, L’Humanité ou, dans le domaine de la recherche universitaire les actes du colloque L’Humanité de Jaurès à nos jours, organisé par le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, le CHEVS, le Centre d’histoire sociale du xxe siècle, l’IHC, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, les 1er et 2 avril 2004 à la Bibliothèque nationale de France, à paraître fin 2004.

2  « Sport et propagande », dossier coordonné par Benoît Caritey et Maurice Carrez, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique n° 88.

3  A ce sujet, synthèse de Michel Pigenet dans les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 83, « Comment les historiens parlent-ils du travail ? »

4  Les IUFM sont les Instituts de Formations des Maîtres au sein desquels les futurs enseignants du primaire et du secondaire en France reçoivent l’essentiel de leur formation professionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 92 | 2003, 3-5.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 92 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2006, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1314

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page