Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Sébastien Jahan et Alain Ruscio (dir.), Histoire de la colonisation. Réhabilitations, falsifications et instrumentalisations

Paris, Les Indes Savantes, 2007, 356 p.
Charles Fourniau
Référence(s) :

Sébastien Jahan et Alain Ruscio (dir.), Histoire de la colonisation. Réhabilitations, falsifications et instrumentalisations. Paris, Les Indes Savantes, 2007, 356 p.

Texte intégral

1Dans la vague de réaction qui tend à se développer en ce moment en France, le révisionnisme colonial est un des aspects, opposant à la vérité de l’histoire coloniale, qui est lourde de crimes, une glorification de l’Empire présenté comme porteur non seulement de la grandeur française mais aussi d’une mission civilisatrice et bénéfique pour les peuples dominés. La loi du 23 février 2005, qui stipulait que « des programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer », en a été l’offensive récente la plus évidente. Elle a heureusement suscité un fort mouvement de large protestation qui ne doit pas désarmer et qui a besoin de s’appuyer sur un socle de connaissances multiples. C’est ce qu’offre le livre Histoire de la colonisation. Réhabilitations, falsifications et instrumentalisations,écrit par un collectif d’historiens sous la direction de Sébastian Jahan et d’Alain Ruscio.

2Ce travail d’une vingtaine d’auteurs offre la possibilité d’envisager le révisionnisme colonial sous ses formes diverses, publications de différents niveaux, cinéma, activités multiples, municipales, architecturales, etc., et cela en France surtout, mais avec un regard aussi sur la Belgique et l’Italie.

3Certes cet ouvrage ne prétend pas être l’encyclopédie définitive sur cette question mais il rassemble la documentation la plus utile que nous ayons actuellement sous la main. Il est donc indispensable, aux enseignants, directement visés par la loi de 2005, mais aussi aux historiens de l’époque moderne et contemporaine et à n’importe quel citoyen qui veut se battre contre les mensonges propagés par les forces actuellement au pouvoir. Comme le précise immédiatement l’introduction, il ne s’agit pas de repentance, ce qui est de l’ordre de l’émotionnel, mais de l’établissement de faits dans la perspective de l’histoire.

4De la lecture de ce livre, on tire d’abord un faisceau de connaissances précises qu’il n’est pas toujours facile d’avoir, par exemple des informations sur la façon dont on peut mentir aux enfants sur ce sujet par le moyen de romans destinés à la jeunesse, sur comment la propagande américaine venait à la rescousse de la guerre française en Indochine par le cinéma, ou comment Léopold II, le roi des Belges qui a établi sa domination sur le Congo, s’est fabriqué une image de philanthrope et de visionnaire, etc.

5Ce qui amène un ensemble de réflexions sur la mémoire et l’histoire, question très actuelle quand le président de la République enrôle Guy Môquet ou le souvenir des enfants juifs massacrés par les nazis dans son arsenal de propagande.

6Par ailleurs, ce livre dévoile la présence du danger politique que représentent les forces organisées de ce négationnisme colonial. Le Livre blanc de l’armée française en Algérie, dont l’un des initiateurs était le général Schmit qui fut chef d’état-major de l’armée française, signé par 500 officiers dont 320 généraux et qui est un manifeste du révisionnisme colonial en ce qui concerne l’Algérie, montre bien l’implantation de ce courant violemment réactionnaire à l’intérieur des institutions françaises. Les anciens de l’OAS sont encore bien présents dans le paysage politique, en liaison avec l’extrême droite qu’il ne faudrait pas croire devenue inoffensive à la suite du recul électoral du Front national.

7Les mensonges du révisionnisme colonial, qui furent longtemps la vérité officielle et que la loi de 2005 essaye de réhabiliter comme telle, infiltrent et contaminent la pensée de beaucoup de nos concitoyens dans de nombreuses questions. Les manuels scolaires ont longtemps propagé le « credo colonial » avec les figures emblématiques de Brazza et du Père de Foucault ; par leurs silences aussi : les arabes apparaissent, vaincus par Charles Martel, à la bataille de Poitiers puis disparaissent pour ressurgir, toujours en ennemis, avec la conquête de l’Algérie. Dès lors comment se prémunir contre la théorie du choc des civilisations, comment aborder correctement la question des rapports de la France avec l’Algérie ou avec l’Afrique noire, quand Sarkozy parle de « l’homme noir » comme incapable de se projeter dans l’avenir ?

8A la lecture de ce livre l’historien se pose la question : pourquoi, en France particulièrement, cette survivance de l’esprit colonialiste ? Les raisons en sont multiples mais deux d’entre elles me semblent évidentes.

9L’expansion coloniale française est liée dans l’opinion au personnage de Jules Ferry qui est en même temps le fondateur de l’école laïque et celle-ci a mis sous les yeux de toutes les générations entre 1881 et les années 60 du xxe siècle les cartes du monde avec les larges taches roses de l’Empire français. Ainsi le colonialisme a été absorbé avec la lecture et l’écriture que dispensait l’école et a, en quelque sorte, imbibé la formation de base de la nation ; ceci d’ailleurs avec un décalage dans le temps qu’il est intéressant d’observer. Quand commence la conquête coloniale, l’opinion est en général peu favorable à ces « aventures lointaines » – la décision de continuer la conquête du Tonkin n’a été arrachée qu’à quelques voix de majorité – et, dans les « idées reçues », Flaubert classe le mot « colonie » dans ceux à prononcer avec regret. Par contre, alors qu’à partir des années 60 les colonies n’existent plus, du moins officiellement, l’opinion a eu du mal à se débarrasser de certains regrets qui font le lit du négationnisme colonial.

10D’autant plus que celui-ci profite d’un des retards majeurs de l’opinion publique en général par rapport à l’évolution du monde actuel. Du xvie à la fin du xixe siècle, l’Europe occidentale a été en quelque sorte maîtresse du monde ; elle était « le monde civilisé » et la certitude que la France était porteuse de valeurs universelles a nourri la vie politique et culturelle. Aujourd’hui il est bien évident que l’Europe occidentale n’est plus le centre du monde ni la matrice de la civilisation de la planète. Cette évidence tarde à pénétrer les consciences ; ainsi peut perdurer l’exaltation du bien-fondé de la domination coloniale par les nostalgiques du « bon vieux temps », ce qui leur permet de développer des activités multiples qui constituent un véritable danger politique et culturel.

11Ce livre Histoire de la colonisation est donc fort bien venu dans le combat idéologique et politique à mener sur le terrain solide de l’histoire. Il faut continuer à démontrer et faire largement savoir que toute expansion coloniale, la française comme les autres, est souillée de sang. Des horreurs de la conquête de l’Algérie à l’incendie des villages lors de la conquête du Tonkin, des hécatombes de coolies pour la construction des voies ferrées au travail forcé en Afrique et la multiplication des prisons et des bagnes, le xixe siècle et une partie du xxe ont prolongé à l’époque contemporaine les crimes de l’époque de l’esclavage. Il faut montrer que les aspects dits « positifs », les hôpitaux, les routes, les écoles ont été des instruments de domination payés par les impôts des colonisés, par exemple les régies de l’alcool, du sel et de l’opium.

12Non pas pour inciter nos concitoyens à se frapper la poitrine en signe de contrition mais pour que leur regard sur le passé soit débarrassé des mensonges des propagandes officielles et de ceux qui continuent de les propager. Et surtout pour qu’ils soient capables de comprendre réellement notre temps ; or l’une des principales caractéristiques de notre temps est que, précisément, les peuples qui ont été soumis à la domination coloniale ont lutté contre elle et ont conquis leur indépendance, bouleversant ainsi la face du monde.

13Le révisionnisme colonial est donc non seulement un des aspects des forces les plus réactionnaires– en donnant à ce mot son sens propre– mais il est un des obstacles à l’effort que doit faire l’opinion pour se hausser au niveau des très rapides et fondamentales transformations du monde dans lequel nous vivons, bloquant ainsi aussi bien l’évolution de notre culture que les forces vives de l’action politique.

14En provoquant les saines réactions dont cette histoire de la colonisation est un des apports bénéfiques, les promoteurs de la loi de 2005 ont peut-être favorisé a contrario le développement d’une prise de conscience très nécessaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Fourniau, « Sébastien Jahan et Alain Ruscio (dir.), Histoire de la colonisation. Réhabilitations, falsifications et instrumentalisations », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/129

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page