Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Du musée de l’Homme au musée du quai Branly : la régression culturelle

Bernard Sergent
p. 109-118

Résumé

L'ouverture du nouveau musée du quai Branly, grand chantier du président Chirac, a eu lieu à la suite d'un long combat des défenseurs du musée de l’Homme. Ce musée dont la réalisation remontait au Front populaire a en effet été partiellement vidé de ses collections pour constituer le nouveau musée. Or la visée de celui-ci, essentiellement esthétique, est profondément différente de celle du musée de l'Homme dont les expositions visaient à rendre compte de l'ensemble des pratiques des sociétés considérées sans préjuger de la valeur esthétique des objets au regard des normes occidentales. Bernard Sergent, acteur de ce combat, en reprend ici les enjeux.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  évoqués par Emmanuel de Roux dans le Monde du 21 juin 2006 : « Il aura fallu dix ans à l’Élysée po (...)
  • 2  Voir Roxana Azimi, dans Le Monde, 4-5 juin 2006 : « Les arts primitifs sont à l’honneur. Le musée (...)

1Le sort en est jeté : malgré les résistances et les « obstacles »1, le fantasme du Président de la République, Jacques Chirac, – laisser à son actif un nouveau musée –, fantasme relayé par des intérêts bien matériels, à commencer par ceux des marchands d’art 2, a été réalisé. Le musée du quai Branly a ouvert ses portes en juin 2006.

  • 3  Le 21 juin 2006.
  • 4  Dans La Marseillaise, 20 mars 2006, p. 10.
  • 5  Emmanuel de Roux, dans Le Monde, 20 juin 2006.

2Il laisse le musée de l’Homme exsangue. Il a été en effet édifié presque entièrement aux dépens de ce musée, l’un des plus riches et des plus beaux du monde en ethnologie. Le transfert de matériels du musée de l’Homme au musée du quai Branly a porté sur deux registres : d’une part, les collections d’ethnologie, à savoir quelque 300 000 objets, ont été prises aux galeries et aux réserves du musée de l’Homme ; d’autre part, la bibliothèque, dont tous les ouvrages d’ethnologie – la majorité de son fonds – lui a été retirée pour composer le fonds de la « médiathèque » de Branly. Lorsqu’on lit, dans Le Monde 3, la déclaration du président de ce dernier musée, Stéphane Martin : « Notre fonds de photographies comprend environ 700 000 images », il faut comprendre : les 700 000 photographies formant la collection de la photothèque du musée de l’Homme, œuvre de milliers d’ethnologues qui avaient fait don de leur travail à ce musée et à nul autre, ont été transférées à Branly. Lorsque le même monsieur déclare, la main sur le cœur : « Nous sommes les gardiens d’un trésor inestimable de 300 000 objets qui racontent l’histoire de ceux qui les ont faits, et de ceux qui les ont rapportés »4, on sait d’où viennent ces 300 000 objets. De même encore, si l’on apprend qu’à l’ouverture de ce musée sis quai Branly, « les deux Amériques sont représentées par quelques très beaux objets, notamment des peaux de bison peintes, dont certaines ont plus de 200 ans, et des pièces inuites » 5, il s’agit, évidemment, du matériel du musée de l’Homme. Une tour de 24 m de hauteur, « émettant des murmures musicaux », « rend visible la réserve, habituellement cachée, de 9 000 instruments de musique des cultures du monde », dit la journaliste Béatrice Bretonnière dans La Marseillaise du 30 mars 2006 : c’est-à-dire, le Salon de musique, endroit merveilleux du Musée de l’Homme, parfaitement visible lorsqu’il existait, a été fermé. Les instruments de musique n’y était nullement « habituellement cachés ».

  • 6 Pour ce musée, utilisation des initiales MNAAO dans la suite de l’article.
  • 7  Dans La Marseillaise, l. c.

3Le musée du quai Branly ne s’est pas constitué uniquement des dépouilles du musée de l’Homme. Il hérite aussi des splendides collections du musée national des Arts africains et océaniens, qui se trouvait à la porte Dorée 6 ; il comprend également un certain nombre d’œuvres « empruntées » à divers musées de province, repérées par des prospecteurs de Branly, et dont l’emprunt a été négocié uniquement par téléphone 7.

  • 8  Cité par le Journal du CNRS, 198-199, juillet-août 2006, p. 32.
  • 9 E. de Roux, dans Le Monde, 21 juin 2006.

4La presse nous chante les gloires, la modernité, de ce musée. Selon son PDG Stéphane Martin, déjà cité, et ancien directeur de cabinet de Philippe Douste-Blazy lorsque celui-ci était ministre de la Culture, « nous voulons accueillir les jeunes chercheurs, développer l’interdisciplinarité, le dialogue entre ethnologues et historiens, scientifiques français et chercheurs venant des pays d’origine », et, de plus, « le rapport du visiteur a changé. Avec le musée de l’Homme, c’était une leçon universelle, encyclopédique. Aujourd’hui, le visiteur n’est plus passif. Il n’attend pas de leçon magistrale, mais un dialogue qu’il établit au long cours » 8. Lorenzo Brutti, ethnologue de la maison, explique que « des programmes, qui conjuguent forme et contenu scientifique, ont été élaborés. Ils sont disponibles sur des bornes interactives dans la mezzanine » 9.

5Évidemment, on n’est pas obligé de croire le monsieur qui dit que les visiteurs d’un musée ne « sont plus » passifs. Je suppose que ledit monsieur n’est jamais entré dans un musée de peinture ou de sculpture, sinon il n’oserait pas soutenir que la « passivité » devant une œuvre d’art est abolie par des bornes interactives. Ceci d’autant plus que son discours rappelle celui de l’ex-ministre Claude Allègre qui expliquait en son temps que les élèves, « de nos jours », ne veulent plus seulement recevoir (des connaissances) mais « échanger » ! Comme si telle avait été la question : en somme, il s’agit d’avantage d’affirmations en vertu d’une mode idéologique que d’une description objective des faits.

  • 10  New York Times du 7 juillet 2006, cité par Emmanuel Le Roux dans Le Monde, 2 septembre 2006.
  • 11 S. Martin, dans La Marseillaise, l. c.

6En fait, la « non-passivité » des visiteurs du musée du quai Branly est curieusement organisée : selon la description d’un partisan enthousiaste, « le système d’information est gradué. Des cartels trilingues (français-anglais-espagnol), discrets mais assez copieux, sont disposés le long de chaque vitrine, souvent doublés d’une carte géographique et d’un petit film en boucle qui permet de visualiser la fonction de l’objet montré. Puis des niches aménagées çà et là livrent des explications supplémentaires diffusées par des supports audiovisuels. Le long d’une sorte de chemin creux, qui traverse le musée dans sa longueur, des écrans distillent de courts films sur des thèmes plus généraux (voyages, découvertes, religions, collections). Les plus mordus gagneront l’espace d’interprétation logé sur l’une des trois mezzanines » 10. Explications écrites, films – fort bien, mais on ne voit pas en quoi le visiteur n’est pas « passif ». Par ailleurs, au-delà de l’enthousiasme du journaliste émerveillé et aux ordres, tout le monde ne juge pas la disposition des œuvres et des explications remarquable : dans un article intitulé, « Dans la ville lumière, un cœur de ténèbres », lequel cœur est ici le musée du quai Branly, un journaliste américain écrit que les galeries exposant les collections permanentes sont « chaotiques » et auraient pu être mises en place par les Marx Brothers 11.

7Des « bornes interactives », il est vrai, doivent permettre aux curieux d’interroger et de recevoir des informations. Mais l’objectif du musée est d’avoir entre 800 000 et 1, 2 million de visiteurs par an. On comparera ces chiffres au nombre plausible des quelques personnes (dix, vingt peut-être) qui consulteraient les « bornes interactives » en une journée (soit de 3 000 à 6 000 par an), et l’on conclura : l’immense majorité des visiteurs du musée du quai Branly ne « dialoguera » pas, ni au court ni au long terme, et se comportera en public le plus classiquement « passif » des musées.

8Mais si le discours des thuriféraires du musée en question respire l’idéologie, et la fabrique même pour les besoins de la cause, ce qui est essentiel dans la création de ce nouveau musée parisien est que, malgré les apparences clinquantes, et l’appel systématique au modernisme technologique, il représente une véritable régression scientifique par rapport à ce qu’il entend remplacer.

  • 12  Jean Zay, 1904-1944, fut ensuite résistant. Il fut assassiné par les miliciens de Vichy.

9Il faut ici faire un rapide rappel historique. Le musée de l’Homme a été fondé en 1938, à l’époque du Front populaire, par l’américaniste et militant socialiste Paul Rivet, appuyé par les ethnologues Claude Lévi-Strauss, Georges Henri Rivière, André Leroi-Gourhan, et grâce au radical Jean Zay, alors ministre de l’éducation nationale et des Beaux-Arts 12. Ce musée occupe alors, avec le musée de la Marine, une des deux ailes du nouveau Palais de Chaillot, construit en 1936. Il consistait en une réorganisation et un agrandissement de l’ancien musée d’ethnographie du Trocadéro, qui avait lui-même été fondé par l’anthropologue Ernest-Théodore Hamy, avec l’aide de son maître Henri de Quatrefages, en 1879-1880. Ils avaient bénéficié de l’appui d’un autre, et célèbre, ministre alors de la Fonction publique, Jules Ferry, lequel obtint le vote de la loi des Finances du 17 juillet 1880 et promulgua l’arrêté du 19 juillet 1880 – deux jours après, donc – créant le musée.

10 Il s’agissait alors, d’une part, de séparer des collections du Muséum national d’histoire naturelle tout ce qui concernait l’anthropologie humaine et l’archéologie préhistorique et, d’autre part, d’accueillir les objets issus des recherches ethnologiques qui commençaient à l’époque à se multiplier. Or, le Muséum national d’histoire naturelle avait lui-même été créé en réunissant deux ordres de matériaux. Par un décret du 10 juin 1793, la Convention avait transformé le Jardin du roi (remontant au XVIIe siècle, et que Buffon avait géré pendant quarante ans, jusqu’en 1788) en Muséum national d’histoire naturelle. Celui-ci était ainsi apte à recevoir le contenu d’un certain nombre de salons, nommés « cabinets de curiosité », qui tombaient alors dans l’escarcelle de la Nation.

11Ici la boucle est bouclée : les aristocrates et bourgeois qui avaient créé et alimenté par des achats leurs cabinets de curiosité au XVIIe siècle n’avaient pas comme motivation la recherche ethnologique, mais tenaient à mettre en exergue la beauté ou la singularité des objets.

12Lorsqu’on lit maintenant que l’essentiel de l’œuvre de Jean Nouvel, l’architecte du musée du quai Branly, est qu’elle permet l’émotion et l’enthousiasme devant la splendeur et le mystère des objets, on voit que la philosophie qui préside à la création de ce nouveau musée opère un retour en arrière de deux cents et quelques années : l’émotion et l’enthousiasme, on les avait déjà au XVIIIe siècle. La raison les avait dépassés. Condorcet fondait l’intérêt des musées sur celle-ci, car elle seule permet la vérification. Le retour en arrière, notre « société du spectacle » rejoignant une conception prérévolutionnaire, est manifeste.

13Ce n’est pas là la seule différence qualitative entre musée de l’Homme et musée du quai Branly. Soulignons encore les suivantes :

  • 13  Il y a bien destruction, lorsqu’on retire à un musée l’essentiel de ses collections. Tous les comm (...)

14a. Le musée du quai Branly se limite aux objets « beaux », à l’art – c’est son projet, explicite. Avant sa destruction 13, le musée de l’Homme comprenait tout ce qui concerne une civilisation donnée : les objets utilitaires – éventuellement abîmés –, les objets d’art – éventuellement incomplets –, mais leur état n’était pas l’important. La différence est fondamentale : au musée du quai Branly, l’objet, mis en exergue en raison de sa beauté, est une fin en soi – on vient pour le voir ; au musée de l’Homme, l’objet n’était nullement une fin en soi, mais il était un moyen de découvrir une civilisation humaine ; il était médiation. C’est pourquoi il était indifférent qu’il soit beau : il pouvait l’être, mais l’objet « non-beau » était aussi important, aussi significatif.

  • 14  Il insistait alors sur les aspects culturels – techniques, musique… – tandis que les objets d’art (...)

15b. Le musée de l’Homme ne séparait pas les peuples avec ou sans écriture. L’Asie qu’il révélait comprenait le Japon et la Chine aussi bien que les chasseurs et éleveurs sibériens 14. Non seulement, ce musée présentait des civilisations dans leur ensemble, mais, dans une zone géographique donnée, il n’isolait pas les cultures les unes des autres. Par contre, le musée du quai Branly le fait, et ce en fonction d’un seul critère, l’absence ou la présence d’écriture. L’arbitraire est ici total : les Mongols, les Turks de Sibérie, les Tibétains sont-ils des peuples avec ou sans écriture ? Le musée peut contenir des objets des Aïnou, peuple du nord du Japon et de Sakhaline, mais pas du Japon. Avec la même « logique », il y aurait des objets des montagnards d’Asie du Sud-Est, mais ni des Khmers, ni des Viêt-namiens, des objets des « tribus » de l’Inde centrale, mais rien d’autre de l’Inde ?…. Le musée de l’Homme, lui, exposait également des objets des Thaï de Thaïlande – peuple à écriture depuis des siècles – et ceux des montagnards des chaînes indochinoises, qui n’ont connu l’écriture que beaucoup plus récemment. Mieux, à l’intérieur de la famille linguistique thaï, ceux qui ont fondé l’empire de Siam sont les ancêtres du peuple qui donne son nom à la Thaïlande, ce sont eux qui connaissent l’écriture depuis fort longtemps ; mais une partie des montagnards d’Indochine sont du même groupe linguistique thaï. Alors, l’imbécillité du concept qui préside au contenu du musée du quai Branly éclate : il acceptera sans doute des objets de peuples de langue thaï si ceux-ci n’écrivent pas, tandis que les sculptures des Thaï de la Thaïlande des plaines seront négligées…

  • 15  Musée du quai Branly, brochure éditée par l’établissement public du quai Branly, 2000, p. 17.

16c. Le musée de l’Homme présentait les civilisations humaines dans leur continuité. La préhistoire se prolonge dans l’histoire et l’ethnologie, et les galeries du musée de l’Homme permettaient, partiellement au moins, de marquer cette filiation. Le musée du quai Branly accepte des objets préhistoriques – selon une brochure de présentation, et propagande, de ce musée, il offrirait comme « joyaux » « un siège cérémoniel taïno des Grandes Antilles, réalisé entre 1200 et 1492, et sur lequel se serait assis Christophe Colomb (c’est son frère, Bartolomé, qui le rapporta en Europe) ; une céramique de Chupicuaro, qui est devenue l’emblème du musée du quai Branly. Il s’agit d’une terre cuite mexicaine, aux formes généreuses, qui porte ses deux mille ans avec une modernité incomparable » 15–, mais, on le voit, dans un esprit totalement différent de celui du musée de l’Homme : au lieu de grattoirs, de burins, de bifaces, de pointes d’épieux et de harpons, il lui faut des objets présentant une « modernité incomparable » ! La continuité de la préhistoire à l’histoire et à l’ethnologie est donc son dernier souci. Au contraire la synchronie est posée comme absolu : un objet est extrait du passé pour prendre place, à rang égal, avec d’autres « chefs-d’œuvre », dont l’âge importe peu. Dans l’exemple cité, c’est même un objet ancien – mais peu importe !, c’est bien ce qu’on nous dit – qui est en mesure de servir d’emblème au nouveau musée.

17Là où le musée de l’Homme montre, enseigne les continuités, dans le temps, à l’intérieur de cultures, ou de cultures entre elles dans une zone géographique, le musée du quai Branly rompt tout : il ne connaît que des objets isolés les uns des autres, entre lesquels aucune connexion n’est à établir.

18Non seulement l’ethnologie, mais l’histoire aussi est gommée : on est censé retenir des Taïno qu’ils faisaient de beaux objets, et peu importe qu’ils aient été totalement exterminés par les conquistadors espagnols.

19d. Quant à l’esprit, on ne peut que souligner l’écart entre le recours lancinant, systématique, des promoteurs du musée du quai Branly à des noms de célébrités. Dans la brochure que j’ai citée, « l’Asie s’illustre notamment par une statue en bois de l’île Nias figurant un aspect ancestral. Cette sculpture a appartenu à André Breton », ou encore « un pilier central de maison de réunion kwakiutl de Colombie britannique, haut de 325 cm. Cette impressionnante sculpture, qui représente une ogresse mythique, fut achetée par Max Ernst en 1942 à la Haye Foundation et donnée par l’artiste au musée de l’Homme en 1975 ». On a vu plus haut comment est cité Christophe Colomb. Bien sûr, le musée de l’Homme indique pour chaque objet, lorsqu’elle est connue, sa provenance. Il s’agit d’explorateurs, d’ethnologues, de fouilleurs. Leur notoriété est moindre que celle de Max Ernst ou d’André Breton. Mais cela n’importe aucunement : l’essentiel n’est pas dans le nom de celui qui a apporté l’objet, il est dans l’objet et dans l’apport de celui-ci pour la connaissance d’une culture donnée.

20Ainsi, au-delà de l’aspect formel, des effets et des « bornes interactives », etc., le projet du musée du quai Branly n’apporte strictement aucun progrès par rapport à la situation antérieure.

21En effet,

221. Il y a perte sèche du point de vue pédagogique : là où le musée de l’Homme enseignait sur tous les aspects culturels, et sur toutes les cultures, de tous les continents, et le temps humain en entier, de la préhistoire au présent, le musée du quai Branly n’enseigne qu’une chose essentielle : que les objets rassemblés sont beaux.

232. Le musée de l’Homme enseignait le pluralisme et le relativisme culturels. Il permettait, au professeur d’histoire de l’art ou au professeur de philosophie, de montrer la diversité des approches esthétiques à travers la prodigieuse multiplicité des cultures et des civilisations : le musée du quai Branly n’enseigne plus qu’un seul point de vue esthétique, le nôtre. Si un objet n’a d’intérêt qu’en vertu de son « incomparable modernité », l’ethnocentrisme submerge la connaissance.

243. Le musée de l’Homme, branche du Muséum d’Histoire Naturelle, représentait, comme ce dernier, un progrès, en ce qu’il dépassait une conception à prédominance esthétique : dès lors, le musée du quai Branly représente une régression, puisqu’il revient à l’état des choses antérieur.

  • 16  C’est déjà arrivé au Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle, au Muséum d’Histoire Naturelle de (...)
  • 17  Voici ce qu’écrivaient Rivet et Rivière dans le n° 1 du Bulletin du Musée d’Ethnographie du Trocad (...)

254. Le musée du quai Branly se fonde sur le pillage de ce qui était déjà exposé. La quasi-totalité des objets qu’il expose viennent du musée de l’Homme et du musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie (MNAAO). Comme cela ne lui suffisait pas, des émissaires du quai Branly ont sillonné la France pour repérer dans des musées certains objets particulièrement « beaux », pour leur futur musée 16. Il y a un simple transfert de ces objets d’un lieu à un autre, transfert qui correspond donc à l’appauvrissement de ces musées provinciaux, et à la destruction de deux musées parisiens. Et il faut opposer les contextes historiques : d’un côté, l’ambiance de pillage du musée de l’Homme a suscité une résistance, accompagnée de grèves, de pétitions en faveur du musée et de sa bibliothèque, tandis que des articles dans la presse nationale dénonçaient la création du musée du quai Branly comme monument à l’ethnocentrisme ; de l’autre, l’enthousiasme extraordinaire, la solidarité, l’afflux de dons, qui ont caractérisé la naissance du musée de l’Homme 17.

  • 18 P. Rivet, fondateur du musée de l’Homme, lui attribuait, comme l’une de ses quatre fonctions, « un (...)

265. Malgré ses prétentions et son esbroufe, le musée du quai Branly n’apporte en rien un mieux muséologique. Les objets qu’il montre étaient déjà exposés conformément aux normes actuelles (normes esthétiques, bien sûr) au Louvre, au MNAAO, dans une large mesure au musée de l’Homme 18. Quant à la manière dont les choses sont exposées au musée du quai Branly, rappelons l’observation d’un journaliste américain qui la juge « chaotique ».

  • 19  Musée du quai Branly, 2000, p. 3-6.

27On touche ici, cependant, à ce qui a failli être une justification du musée des Arts premiers. Les défenseurs de celui-ci ont rappelé comment, depuis le début du XXe siècle, des personnes – célèbres, bien sûr – avaient réclamé, qui l’entrée des arts primitifs au Louvre, qui, plus tard, la réunion des collections ethnologiques du musée de l’Homme et de celles du musée des Arts d’Afrique et d’Océanie. On cite Guillaume Apollinaire, André Derain, Pablo Picasso, André Breton, puis André Malraux, Claude Lévi-Strauss… 19

28Alors leurs souhaits sont-ils exaucés ? Le nouveau musée réunit-il enfin les collections ethnologiques du musée de l’Homme et celles du musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie ?

29La réponse est : non, absolument non. En fait, sélectif puisque fondé sur la valeur esthétique de chaque objet, le musée du quai Branly n’entend n’en exposer au plus que 2 500, et 3 500 autres doivent servir aux expositions temporaires. Les collections d’ethnologie du musée de l’Homme représentaient 300 000 objets, celles du MNAAO 13 500 objets. Ainsi, le musée du quai Branly rafle 300 000 + 13 500 objets = 313 500, quelques-uns ailleurs, et en utilisera, au plus, 6 000. Il en reste 307 500 + x sur le carreau – c’est-à-dire dans des caisses.

30Autrement dit, le musée des arts des peuples sans écriture, cher à Guillaume Apollinaire, André Derain, Pablo Picasso, André Breton, André Malraux, Claude Lévi-Strauss, Jacques Kerchache, Jacques Chirac… ne verra jamais le jour. Le musée du quai Branly n’est pas celui-là. Il ne réunit pas musée de l’Homme et MNAAO, mais présente quelques objets, les plus beaux, issus de ces musées, et d’autres. Or le MNAAO présentait déjà surtout les objets selon un critère esthétique, et le musée de l’Homme assumait, entre autres, une fonction artistique (voir ci-dessus la consigne de Rivet). Ainsi, le musée du quai Branly ne fait que doubler partiellement ce qui existait auparavant. Et c’est pourquoi, bien sûr, il fallait détruire ce qui le révélait.

31Terminons sur un paradoxe, et des plus sordides. Le musée du quai Branly est riche avant tout d’objets africains. Or, comme le souligne dans un message diffusé sur Internet Mme Aminata Traore, essayiste et ancienne ministre de la Culture et du Tourisme du Mali, « les œuvres d’art, qui sont aujourd’hui à l’honneur au musée du quai Branly, appartiennent d’abord avant tout aux peuples déshérités du Mali, du Bénin, de la Guinée, du Niger, du Burkina-Faso, du Cameroun, du Congo. Elles constituent une part substantielle du patrimoine culturel et artistique de ces “sans visas” qui sont quotidiennement traqués au cœur de l’Europe et, quand ils sont arrêtés, rendus, menottes aux poings, à leur pays d’origine ». Alors, dans une « Lettre au Président des Français à propos de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique en général », cette femme dit « retenir le musée du quai Branly comme l’une des expressions parfaites de ces contradictions, incohérences et paradoxes de la France dans ses rapports à l’Afrique ».

32On ne saurait mieux dire que l’ethnocentrisme arrogant dont ont fait preuve les fondateurs du musée en question se complète d’un mépris souverain pour les auteurs des œuvres – qui seraient arrêtés aux frontières s’ils s’avisaient d’y venir, et se feraient tirer dessus. Le musée de l’Homme présentait du mieux possible une Afrique réelle, dans son art et dans ses petites choses, ses outils, ses armes. Il était sans prétention – alors qu’il était le plus beau musée d’ethnologie du monde. Le musée du quai Branly parle d’une Afrique idéale, réduite à ses œuvres d’art. Les objets sont alors doublement retirés de leur contexte : parce qu’ils se suffisent à eux-mêmes dans leur esthétique sublime, entièrement jugée d’après la nôtre, sans être insérés au milieu des différents artefacts des cultures qui les ont produits ; et parce qu’ils sont arrachés aux pays réels qui, eux, sont soigneusement, méthodiquement et férocement laissés à l’écart.

Haut de page

Notes

1  évoqués par Emmanuel de Roux dans le Monde du 21 juin 2006 : « Il aura fallu dix ans à l’Élysée pour vaincre les obstacles. »

2  Voir Roxana Azimi, dans Le Monde, 4-5 juin 2006 : « Les arts primitifs sont à l’honneur. Le musée du quai Branly ouvrant ses portes le 23 juin, les ventes d’art africain et océanien se multiplient » ; Emmanuel de Roux, dans Le Monde, 17 juin 2006 : « Frénésie pour l’art “primitif”. Quatre ventes, une dizaine d’expositions à Paris : l’ouverture prochaine du musée du quai Branly suscite une effervescence internationale. » Un « événement » publicitaire créé chaque année par les galeries d’art du quartier latin et du quartier Saint-Germain a reçu le nom de Khaos ; en septembre 2005, l’« édition » Khaos s’achevait au quai Branly, non encore ouvert officiellement, par une conférence de Stéphane Martin (sur lequel voir ci-dessous) ; il est vrai que le déroulement même du « Khaos » de 2005, consistant en visite des galeries selon un itinéraire prévu (successivement rues Guénégaud, Callot, Mazarine, Visconti, des Beaux-Arts et de Seine), comprenait le gratin du quai Branly.

3  Le 21 juin 2006.

4  Dans La Marseillaise, 20 mars 2006, p. 10.

5  Emmanuel de Roux, dans Le Monde, 20 juin 2006.

6 Pour ce musée, utilisation des initiales MNAAO dans la suite de l’article.

7  Dans La Marseillaise, l. c.

8  Cité par le Journal du CNRS, 198-199, juillet-août 2006, p. 32.

9 E. de Roux, dans Le Monde, 21 juin 2006.

10  New York Times du 7 juillet 2006, cité par Emmanuel Le Roux dans Le Monde, 2 septembre 2006.

11 S. Martin, dans La Marseillaise, l. c.

12  Jean Zay, 1904-1944, fut ensuite résistant. Il fut assassiné par les miliciens de Vichy.

13  Il y a bien destruction, lorsqu’on retire à un musée l’essentiel de ses collections. Tous les commentateurs, même les moins favorables au musée de l’Homme, ont noté que l’opération a laissé celui-ci « exsangue ».

14  Il insistait alors sur les aspects culturels – techniques, musique… – tandis que les objets d’art proprement dit appartiennent à d’autres musées, en particulier, à Paris, le musée Guimet et le musée Cernuschi.

15  Musée du quai Branly, brochure éditée par l’établissement public du quai Branly, 2000, p. 17.

16  C’est déjà arrivé au Muséum d’histoire naturelle de La Rochelle, au Muséum d’Histoire Naturelle de Nîmes, au Musée de l’université de Bordeaux II. Je dois ces renseignements à Josette Rivallain, du Muséum d’histoire naturelle de Paris, spécialiste des collections d’Afrique noire. Elle est directement tenue informée de ces spoliations. On ne peut, par contre, citer de textes écrits pour en témoigner : après le repérage, toute la négociation se passe par téléphone, entre l’établissement du quai Branly et les musées concernés.

17  Voici ce qu’écrivaient Rivet et Rivière dans le n° 1 du Bulletin du Musée d’Ethnographie du Trocadéro, dès 1931 : « Des aides efficaces, des encouragements actifs nous sont venus de toute part, soit sous forme de subventions importantes, soit sous forme de collaborations spontanées, soit sous forme de dons. C’est le regretté professeur Capitan qui, reconnaissant l’effort que nous avions fait et nous faisant confiance dans l’avenir, modifie ses dernières volontés pour nous faire bénéficier de la moitié de ses magnifiques collections ethnographiques ; M. de Zeltner, qui nous lègue l’ensemble de ses récoltes en Afrique occidentale. C’est le Muséum, qui nous reconnaît comme sien et dont les différents services se dessaisissent en notre faveur de pièces de grande valeur, comme par exemple cette colossale tête sculptée de l’île de Pâques, qui nous a été cédée par le Laboratoire de Géologie. C’est notre fidèle compatriote de Mexico, M. Génin, à qui le Musée doit déjà tant, qui enrichit cette fois notre collection mexicaine d’une belle série de poteries de Casas Grandes. C’est le Musée de Saint-Germain et le Musée Guimet, avec lesquels une collaboration intime et fructueuse s’est heureusement établie, qui nous transmettent des collections qui leur avaient été confiées par de prudents donateurs, bien qu’elles ne rentrassent pas absolument dans le cadre de leur activité. Ce sont des voyageurs qui, de toutes les parties du monde, nous envoient ou nous font obtenir des objets remarquables ; citons un magnifique tambour de la Côte d’Ivoire qui nous fut signalé par M. Paul Morand et offert par M. le Gouverneur de la Côte d’Ivoire ; une belle sculpture de la Nouvelle-Irlande, donnée par M. Paul Morand ; une collection incomparable des Marquises réunie par M. le Dr. Rollin et M. Nordmann ; une collection du Dahomey, offerte par M. l’administrateur Merlo ; des objets océaniens, remis par les héritiers de M. Heurteau ; une collection rapportée de Madagascar par M. Decary ; une collection des Indiens de l’Araguaya (Brésil) recueillie par le Dr Vellard ; une collection Danakil, que nous devons à Mme de Monfreid, etc., etc. Ce sont des collectionneurs, comme M. Stéphen Chauvet, des antiquaires comme MM. Ratton et Basler, qui nous font don de séries importantes. Le mouvement de sympathie gagne l’étranger. Le savant directeur du Musée de Göteborg, Erland Nordenskiöld, nous envoie quatre des rares pictographies qu’il a recueillies chez les Indiens Cuna et une collection d’archéologie de Lodi (Californie) ; le Musée de Copenhague, une collection ethnographique eskimo ; le Canadian National Railways un mât-totem qu’il fait venir de Colombie Britannique en France et installe à ses frais dans notre Musée dont il constitue un des plus présents ornements ; Mme Montero de Leiva, une série araucane du plus haut intérêt, offerte par le gouvernement chilien ; le professeur Daniel N. Vélez, M. Belon, consul de France à Oaxaca, et Mlle Fuentes, des collections d’archéologie et d’ethnographie mexicaines ; M. Dumbrava, une collection qu’il a recueillie au Groënland, M. de Gallinal, des moulages d’objets archéologiques de l’Uruguay ; le Secrétariat d’éducation publique du Mexique, une collection très représentative de tessons identifiés : le Musée National d’Histoire naturelle de Rio, des moulages d’objets archéologiques de Marajô ; le gouvernement roumain, une belle série ethnographique de Roumanie, qui sera installée dans une vitrine métallique qu’il offre également au Musée ». Cela, en 1931 : les dons ont continué ensuite régulièrement.

18 P. Rivet, fondateur du musée de l’Homme, lui attribuait, comme l’une de ses quatre fonctions, « un rôle artistique ». Il n’était pas supérieur aux autres.

19  Musée du quai Branly, 2000, p. 3-6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Sergent, « Du musée de l’Homme au musée du quai Branly : la régression culturelle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 101 | 2007, 109-118.

Référence électronique

Bernard Sergent, « Du musée de l’Homme au musée du quai Branly : la régression culturelle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 101 | 2007, mis en ligne le 01 avril 2010, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1268

Haut de page

Auteur

Bernard Sergent

Chercheur au CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page