Navigation – Plan du site
DOSSIER
Approches thématiques

Presse francophone et Révolution : la lecture de l’événement (1789-1793)

Eric Wauters
p. 197-210

Résumé

Puisant l’information dans quelques grands journaux européens réputés sérieux, la presse étrangère (ici son échantillon francophone) commenta la Révolution au prisme de préoccupations locales et la presse française en analysa les répercussions extérieures à l’aune des espoirs ou des craintes d’une révolution universelle menée par la patrie des Droits de l’Homme. Facteur d’incompréhension, ce double jeu de miroirs engendra des réactions nationales dont la quasi disparition de la presse francophone en 1792-1794 fut l’un des principaux effets à l’étranger.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

Révolution française
Haut de page

Texte intégral

  • 1  H. Gough, The Newspaper Press in the French Revolution, Londres, 1988 et J. Sgard (dir.), Dictionn (...)
  • 2  C. Labrosse & P. Rétat, Naissance du journal révolutionnaire. 1789, Lyon, 1989.
  • 3  R. Leenaerts, La presse périodique en Belgique. Sources pour l’histoire de la presse périodique en (...)
  • 4  R. Moulinas, L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au xviiie siècle, P.U. Grenoble, 19 (...)
  • 5  P. Rétat, Les journaux de 1789-Bibliographie critique, Paris, 1988. J. Lojek, Les journaux polonai (...)

1Il existe en France au début de 1789 une trentaine de journaux nationaux dont 3 seulement d’information politique, les autres étant spécialisés (commerce, médecine, musique, etc.), et en province 47 feuilles qui depuis les années 1770 ajoutent aux annonces des rubriques variées (arts, lettres, sciences, inventions, économie) à l’exception de nouvelles politiques 1. Au cours de l’année, environ 200 titres nouveaux sont lancés, pour les trois quarts à Paris 2. La Révolution de 1789 a été aussi celle de la presse, en France et en Belgique où une quinzaine de journaux nouveaux à la fin de 1789 et d’autres encore en 1790 viennent s’ajouter à ceux qu’on y publiait déjà : une dizaine de titres destinée à la population ou aux élites francophones ainsi qu’au proche marché français 3. Il existait en effet depuis le xviie siècle une presse étrangère en français qui pénétrait dans le royaume sous l’Ancien Régime vers une clientèle désireuse de lire autre chose que les journaux officiels et très contrôlés ; c’était par exemple le Journal général de l’Europe à Liège (1785), le Journal Encyclopédique à Bouillon ou la Gazette des Pays-Bas à Bruxelles (depuis 1649) aux Pays-Bas, plus loin les Gazettes d’Amsterdam, de Leyde, de Cologne (1734) et des Deux-Ponts (1770), ou encore, dans l’enclave pontificale, le Courrier d’Avignon (1733) qui se vendait à 6 000 exemplaires en mai 1789 4. D’autres feuilles avaient également fleuri dans une Europe où le français était la langue internationale de la culture, tels la Gazette Littéraire de Berlin (1764) et un Journal de Musique pour le clavecin ou piano-forte à Saint-Pétersbourg (1785) 5.

  • 6  J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution : Jean Luzac’s « Gazette de Leyde », Corn (...)

2Avec l’explosion de journaux en France et en Belgique se produit une circulation nouvelle et exceptionnelle de l’information, à Paris, en province et à l’étranger, qui témoigne dès le début de 1789 de la curiosité générale face à l’événement vécu ou observé. Pour les gazettes anciennes, il est nécessaire de relater rapidement l’événement révolutionnaire pour satisfaire l’intérêt du public et conserver une clientèle française tentée peut-être par les nouveaux journaux. Cet impératif commercial n’exclut nullement la sympathie : à la tête de la Gazette de Leyde, un des principaux journaux politiques d’Europe à la fin du xviiie siècle, Jean Luzac avait déjà contribué à populariser la lutte pour l’indépendance des colonies de l’Amérique du Nord 6, et au Journal général de l’Europe, Pierre Lebrun, physiocrate et joséphiste, accueillit avec plus de joie encore la Révolution française : il se lia peu après aux patriotes belges.

  • 7  R. Dupuy (éd.), Aux origines idéologiques de la Révolution : journaux et pamphlets à Rennes, 1788- (...)
  • 8  A. Nabarra,« Presse, pouvoir, et pouvoir de la presse dans l’Amérique post-révolutionnaire : le ca (...)

3La création de journaux nouveaux rend peut-être davantage compte de l’enthousiasme du public. En France, c’est d’abord la multiplication des Correspondances des États Généraux (imprimées à Brest, Nantes, Bordeaux, Grenoble, Avignon et même par deux feuilles concurrentes de Rennes 7), c’est aussi le compte rendu des séances de l’Assemblée nationale que s’efforcent de donner rapidement les feuilles de province, notamment les anciennes affiches pour répondre à la demande du public. A l’étranger, quelques titres, parfois explicites, attestent le même intérêt pour les événements français : à Liège, L’Avant Coureur (1er février) est suivi par l’annonce en août d’un quotidien, le Journal de l’Assemblée Nationale de France qui « renferme en entier le Journal de Paris avec des morceaux pris dans les autres Feuilles » ; à Bruxelles, un Bulletin de Versailles lancé le 14 juillet devient Nouvelles de Paris & de Versailles à la fin août ; à Londres un Journal de l’Europe est dédié à l’Assemblée nationale le 31 juillet, mort-né semble-t-il mais remplacé par le Phare politique et littéraire édité à Londres et distribué dans les deux royaumes, jusqu’en février 1790. En Amérique même, le Courier de Boston est publié dès le 23 avril 1789 par Joseph de Nancrède, vétéran de la guerre d’Indépendance et exégète de la Révolution française pour ses compatriotes auxquels il fait connaître Bernardin de Saint-Pierre ou Brissot de Warville 8.

  • 9  Sur la presse contre-révolutionnaire en Angleterre, voir S. Burrows, French exile journalism and E (...)

4La presse étrangère qui fait écho à la Révolution n’est pas exclusivement francophone, loin s’en faut : à l’évidence, c’est surtout par les gazettes en langue vernaculaire que le public en a pris connaissance, et parfois dans des feuilles nouvelles tel ce Giornale dell’Assemblea generale di Francia publié à Livourne à partir de septembre 1789. De cet ensemble énorme de publications (notamment en Angleterre et en Allemagne), les journaux en français ne constituent qu’un petit échantillon, probablement représentatif, avec ses bulletins de débats législatifs et un lectorat, certes cultivé et francophone, mais pas nécessairement plus favorable pour cela à la Révolution : à Clèves, La Révolution de France ou correspondance avec un étranger, imprimé d’octobre 1789 à octobre 1791, est nettement contre-révolutionnaire. De même, en publiant sous le titre La Bastille dévoilée le « Récit authentique de la prise ou plutôt de la reddition de la Bastille », les Cahiers de lecture de Gotha tentent de minimiser la portée de l’événement. En rapportant l’événement, la presse étrangère renvoie l’image d’une France modèle ou repoussoir selon que cet effet de miroir est utilisé par les patriotes ou par leurs adversaires, dans et hors des frontières 9. Pour l’essentiel cependant, en 1789 au moins, les réactions de sympathie l’emportent là où la presse, francophone ou non, jouit de la liberté d’expression.

La diffusion de l’événement

  • 10  Bruxelles, s.n., 1789, in-8°, 16 p.
  • 11  Pour servir à l’histoire de la République des Provinces Belgiques-Unies, par Mr. J. Chateignier, B (...)
  • 12  Gand, G. Huyghe, 1790, 12 p.

5Poser la question de la lecture de l’événement en Europe dans la presse, c’est faire l’imprudente hypothèse que la circulation de l’information passait principalement par le journal et que ce dernier nous en livrerait les canaux. Or rien n’est moins sûr car, pour l’essentiel, la distribution de l’imprimé échappe à nos regards, et notamment celle des pamphlets et livrets publiés à foison : on en a repéré 3 305 produits à Paris pour la seule année 1789 ; s’il n’y a pas avant 1793 de propagande officielle destinée aux pays étrangers, quelques initiatives privées tentent soit de répandre les idées nouvelles, par exemple le Cercle Social en publiant une version polyglotte de la Constitution de 1791, soit de spéculer sur la curiosité du public en jetant dans le commerce les textes commercialement les plus prometteurs. Le récit de la prise de la Bastille est ainsi imprimé jusqu’à Trois-Rivières en 1791, car ce type d’ouvrages se multiplie aussi à l’étranger. La révolution brabançonne fournit d’ailleurs une matière nouvelle aux éditeurs de brochures qui publient, pour ne donner que ces exemples, une Relation exacte de la Prise de Bruxelles par ses Habitans 10, Le Triomphe du Patriotisme, ouvrage proposé par souscription en faveur des veuves, Orphelins & Blessés, des glorieuses victimes de l’heureuse révolution, opérée par la prise de Bruxelles le 11 & 12 Décembre 1789 11 ou La Liberté ou La Mort, traduit du Flamand 12et plus pessimiste : « Courage donc, Flamands… Plutôt mourir que d’être déshonorés aux yeux de l’Europe, et de rentrer sous le joug de l’esclavage. »

  • 13  J. Boutier, « Les imprimés révolutionnaires français en Toscane : entre publicité et clandestinité (...)
  • 14  Plus vaguement et avec peu de modestie, le Courrier Français se proposait en souscription à « tout (...)
  • 15  R. Chartier et H.-J. Martin, Histoire de l’édition française, II. Le livre triomphant (1660-1830), (...)

6Journaux, brochures et livres circulent donc dans l’Europe de la Révolution, mais dans quelle mesure ? À Livourne où vit une colonie française importante, un rapport de police de mars 1792 dénonce l’introduction de livrets révolutionnaires dans les balles de tissu et de bas de soie envoyés de France, trafic dont on accuse un réseau protestant, constitué de soyeux de Nîmes, de négociants de Gênes, Turin et Livourne, et la société populaire de cette dernière ville ; en revanche, les journaux politiques ou les brochures des presses parisiennes ne semblent pas avoir atteint Florence 13. On serait donc tenté de conclure que la circulation des journaux et libelles en Europe (ou au-delà) est plus superficielle que profonde, davantage le fait de quelques grandes places de commerce que celui des petites villes ou des campagnes. Quelques indications de possible souscription à l’étranger, d’ailleurs peu fréquentes, dans des journaux de Paris et ou de grandes villes françaises ne peuvent faire illusion 14. Il est plus vraisemblable que les feuilles accompagnaient le courrier d’étrangers établis en France, avec des livres, brochures ou images qui parvenaient aux cabinets de lecture et aux librairies 15 dont on est loin d’avoir fait une étude exhaustive. Nous échappe donc une grande part de ce qui a pu se distribuer par colportage, par courrier fermé ou sous le manteau, libelles, gravures ou exemplaires isolés de journaux, qui ont certainement touché un public plus large (notamment dans le monde rural) que des périodiques trop chers pour une grande partie de la population. En témoigne par exemple la réédition en 1789 de certains numéros importants de quelques feuilles relatant un événement mémorable de la Révolution, nuit du 4 août ou Déclaration des Droits de l’Homme. De ces publications (en français ou traduites), l’effet sur les populations, quoique incommensurable, n’a probablement pas été minime…

  • 16  La Chronique tire à 1400 exemplaires en septembre 1791 et 2600 en janvier 1793.
  • 17  R. Gérard, Le Journal de Marseille de Ferréol Beaugeard, Paris, 1964.

7Entreprise commerciale avec ses exigences de production et de vente, le périodique était dépendant à la fois des circuits commerciaux traditionnels et du choix de la clientèle. Il lui fallait cueillir l’information et les journalistes français et étrangers invoquaient des « lettres particulières » et des « correspondants sûrs et fidèles ». C’est par une « lettre particulière de Coblentz » que le Journal de Rouen aurait reçu la déclaration de Pillnitz et un prospectus rouennais du 31 mars 1791 promet « l’établissement d’une correspondance étrangère [qui] assurera à la Chronique Nationale, une grande supériorité sur tous les journaux de France, relativement aux nouvelles du dehors ». Tout cela est sans doute possible, mais pas certain, pour ces deux feuilles d’une grande ville portuaire et d’un tirage dépassant les 1 000 exemplaires 16. Ailleurs de telles promesses sont évidemment suspectes et, si l’on voulait alimenter une rubrique étrangère, on piochait plutôt dans les journaux que l’on pouvait capter. Le rédacteur des Affiches du Dauphiné donne ainsi des nouvelles de Londres et de Rome tirées du Courrier de Villeneuve-lès-Avignon, et prend celles de Berlin dans la Gazette des Cours d’Europe 17. L’écho de la Révolution dans la presse, c’est peut-être d’abord cet échange de journaux, principale source d’informations, d’une ville à l’autre, d’un pays à l’autre, cet usage du copier-coller qui en résulte et finalement cette similitude souvent constatée des articles parfois répétés ou traduits mot pour mot.

8La prétendue primeur de l’information exigeait de dissimuler de temps à autre le plagiat, pour ne pas déprécier sa feuille auprès du public, en ne donnant par exemple que l’origine géographique de la nouvelle ; ainsi, pour cet article du Journal de Rouen du 7 mars 1790, daté de « Brest le 3 », un correspondant local n’est pas exclu car beaucoup d’informations circulaient par voie de mer, mais à l’évidence tout a été écrit à Rouen à l’aide de la Gazette Universelle du 6.

9En Allemagne, en Italie ou au Canada, c’est aussi dans les quotidiens d’information anciens comme le Journal général de France ou nouveaux comme le Moniteur Universel que l’on puise d’abord ou que l’on dit puiser la matière première. Il est possible que l’historien soit abusé par ces références à des feuilles politiquement correctes, par des journalistes dont peu sans doute, en province ou à l’étranger, osaient mentionner explicitement les journaux d’auteurs ou les feuilles « incendiaires », si caractéristiques du bouleversement de la presse en Révolution. Mais, par ailleurs, le coût des journaux et notamment de leur acheminement d’une part, leur distribution par des réseaux commerciaux solides d’autre part, limitaient globalement l’offre de presse. L’abonnement à une feuille très marquée idéologiquement était un luxe et il était moins onéreux et plus efficace d’en donner des extraits, traduits par un correspondant en France, dans une gazette étrangère. Sous bénéfice d’inventaire, la presse en français distribuée en Europe était donc modérée, plutôt événementielle que partisane, et surtout sérieuse et bien informée, pour suivre le déroulement factuel et exact de la Révolution. C’est apparemment ce que demandait le public, partagé entre adhésion et méfiance, ou du moins ce que lui imposaient les distributeurs, libraires, éditeurs ou journalistes.

  • 18  J. Boutier, art. cit.

10C’est, au fond, le choix du résident toscan à Paris, Francesco Favi, qui, au milieu d’imprimés divers, envoyait à son gouvernement la Gazette Universelle de mars 1790 jusqu’à l’arrêt de sa publication après le 10 août 1792, le Journal encyclopédique ou Journal de Bouillon de mai 1791 à l’été 1792, et surtout le Moniteur Universel 18 qui est vite devenu une référence pour la presse, et pas seulement en Italie. Ici se conjuguent deux raisons : la radicalisation de l’été 1792 et la solidité de l’entreprise de Panckoucke. De ce petit bilan florentin, trois faits se dégagent : 1. si la presse francophone qui circule hors de France n’est guère révolutionnaire, c’est en raison, d’une part, de la nature commerciale de l’entreprise de presse qui rendait le périodique plus fragile aux assauts de la censure et aux réactions du marché, d’autre part de l’évolution de la situation française ; 2. le Journal de Bouillon, fondé en 1756 et l’un des plus importants périodiques de langue française de l’Europe des Lumières, continue sa publication au cours de la Révolution, se lit encore malgré la distance à Paris (donc aux événements importants), et précisément parce qu’éloigné de l’agitation française, il semble offrir une garantie de critique et de recul souvent réclamée par les lecteurs de la presse (ou les auteurs de lettre aux rédacteurs), peut-être aussi la certitude d’une distribution régulière par un réseau ancien et solide ; 3. Journal modéré avant d’être nettement contre-révolutionnaire et de disparaître le 10 août 1792, la Gazette universelle de Pascal Boyer renaît en novembre 1792, sous le titre de Nouvelles politiques nationales et étrangères, et sa réputation lui vaut une immédiate bonne distribution à l’étranger ; de ce journal de moins en moins recommandable, le jacobin Milcent notait cependant dans le Journal de Rouen du 19 mars 1791 que « la fraîcheur de ses nouvelles annonce des correspondances fort étendues et des sources inconnues ou fermées aux autres nouvellistes », et à la fin de 1792, Francesco Favi trouve également que la Gazette contiene più cose. Si P. Boyer et A. M. Cerisier, ses fondateurs, ne peuvent guère passer pour d’ardents révolutionnaires, leur succès semble tenir au fait qu’anciens collaborateurs de la Gazette de Leyde, ils avaient une solide réputation de savoir-faire.

  • 19  Les plus souvent mentionnés étant les quotidiens de Londres : Star, Times, London Chronicle, Morni (...)

11Il faut donc nuancer le déclassement, décrit par Pierre Rétat, de la presse ancienne au profit d’une nouvelle à périodicité fréquente, dans un processus de mutation de la sensibilité devenue immédiate à l’événement, qui accompagne la Révolution en France – sans doute moins en Belgique en raison de la guerre et de la fin brutale et précoce de l’insurrection. Malgré l’explosion de 1789, les journaux anciens et les nouveaux qui les imitent, en province ou à l’étranger, disposent d’une clientèle suffisante pour exister, en s’adaptant (notamment au format quotidien, comme la presse anglaise ou la Gazette des Deux-Ponts qui l’est depuis 1786) et parce que, loin des remous, ils ont la préférence du public ou des intermédiaires sur la presse partisane. Témoignent de cette vitalité la réimpression en français de la Gazette de Leyde par un négociant anglais domicilié à Livourne, Giacomo Harriman, en 1788 et la tentative similaire de Filippo Stecchi d’y rééditer la Gazette de Cologne en 1792. La presse parisienne et, plus nettement encore, celle de province puisent également l’information dans le Moniteur Universel, souvent bien documenté sur l’étranger, dans les Gazettes des Pays-Bas ou dans les « papiers anglais » où l’on copie parfois même des nouvelles de la révolution belge 19.

  • 20  S. Tucco-Chala, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française, 1736-1798, Pau-Paris, 1977.

12Seuls quelques grands organes de presse disposaient de réseaux d’échange mutuel : ce sont des feuilles anciennes et quelques nouvelles – mais Panckoucke doit tout de même faire un voyage en Italie en 1792 pour la promotion de son journal 20. Avantage commercial peut-être substantiel de ces échanges, la distribution même de la gazette partenaire : Le Boucher, directeur du Journal de Rouen, prenait les abonnements au Moniteur ou à la Gazette Universelle, ce qui explique sans doute la complaisance de Milcent à l’égard de cette dernière ; à Montréal, Fleury Mesplet recopiait dans sa Gazette les articles de Correspondance nationale de Paris dont il assurait aussi la distribution. Les grands journaux parisiens recevaient donc les feuilles étrangères, Rouen ou Bordeaux les « papiers anglais », Strasbourg les gazettes allemandes. Ainsi se dessinent ou se devinent quelques axes de circulation des journaux. Londres ou les Pays-Bas restent, au-delà de 1789, des sources importantes notamment pour les grandes villes de négoce de la façade Atlantique qui est la grande artère de l’information : lue de Bordeaux à Varsovie, la Gazette de Hambourg, qui paraît du 30 novembre 1789 au 31 décembre 1793, semble border cette voie majeure sur la côte du continent. Le Journal de Rouen annonce le 1er février 1792 « une correspondance suivie pour les nouvelles » de Suède « qui nous viendront par la voie de Copenhague et de Hambourg. Les sources mentionnées dans ce même journal et dans la Chronique Nationale & étrangère signalent respectivement un réseau passant par Liège (en 1792, plus tard Bruxelles), Cologne et Berlin, un autre par Strasbourg, Francfort, Munich et Vienne.

  • 21  R. Gérard, Le Journal de Marseille…, op. cit.

13En revanche, s’il cite 25 titres de province et 18 de Paris dans son Journal de Marseille en 1792, Ferréol Beaugeard n’en mentionne pas un seul de l’étranger 21, et il ne semble pas qu’il existe de réseaux équivalents en Europe du Sud, notamment par Lyon, Marseille et Livourne ou Turin, faute d’une presse importante et libre ou faute de recherches plus poussées dans cette direction. Dans la première moitié de 1791, la fréquence des nouvelles venues d’Italie dans le Journal de Rouen (de Venise, Rome ou Naples « par la voie de Turin ») suggère ainsi une période de quelques mois pendant laquelle le rédacteur a pu s’insérer dans un réseau de distribution de l’information dont les maillons resteraient à détecter, par une comparaison très attentive des dates de publication et l’identification de la source : journal local, parisien ou étranger. Il resterait enfin à comparer ces réseaux de presse (et sans doute aussi d’une part importante des autres formes d’imprimé), aux développements ici et là de mouvements contestataires ou, au contraire, contre-révolutionnaires.

14La révolution de l’information se produit en France et en Belgique où elle produit quantité de nouveaux titres, mais aussi ailleurs où s’opèrent une modernisation du journal (sur le modèle anglais) et la mise en place de réseaux d’approvisionnement et de distribution. Le public étranger connaissait assez bien, par divers autres canaux, les événements français, au cœur de l’actualité. Il est difficile en revanche de cerner les processus matériels et intellectuels par lesquels la lecture a pu engendrer une contestation semblable à celle des deux pays en Révolution, en raison de la multiplicité des formes de l’imprimé et de la méconnaissance des réseaux qu’il empruntait. Au moins, le journal témoigne-t-il, en partie, de la réception de la Révolution à l’étranger et inversement du regard des Français sur leur environnement.

échos de la Révolution

  • 22  J.-P. Bernard et M. Grenon, « Influence des philosophes des Lumières dans la Gazette de Montréal » (...)
  • 23  J.-P. de Lagrave, L’époque de Voltaire au Canada, Montréal, 1994, p. 389.
  • 24  Le texte est également dans le Quebec Herald, mais, très curieusement, pas dans la Gazette de Mont (...)

15C’est peut-être dans la Gazette de Montréal de Fleury Mesplet que l’on trouve l’écho le plus fort et le plus durable de la Révolution française 22. L’un des rédacteurs, depuis 1788, Henri Mézière, écrira en janvier 1794 : « Les papiers révolutionnaires nous parvenaient alors ; plus d’une fois nous les arrosâmes de nos pleurs, plus d’une fois ils furent portés en triomphe dans des clubs et dans des sociétés particulières au sein desquelles nous chantions l’aurore de la Liberté, ses progrès et ses luttes contre les nuages épais de la superstition et de la tyrannie. » 23 De 1788 à 1794, presque tous les numéros du journal parlent de la France, en commentent les événements et toutes les réformes : 218 numéros sur 290 conservés (17 manquent), dont 165 en première page, au total 40 % de la surface de cet hebdomadaire ! Parallèlement, Samuel Neilson dans la Gazette de Québec suit avec attention « la marche et le progrès de cette heureuse Révolution » (9 décembre 1790), reproduit le texte de la Déclaration des droits de l’Homme 24 et, en janvier 1792, consacre un numéro spécial de 15 pages à la constitution française, sans compter de temps à autre des textes de Marat. Mesplet est d’ailleurs le plus radical qui dès 1789 espère en France une alliance de la bourgeoisie et du peuple pour balayer l’aristocratie, et après Varennes, il appelle de ses vœux la République.

  • 25  Le Quebec Herald, plus modéré et plus informatif, était encore plus anticlérical que les deux gaze (...)

16Cette résonance toujours forte et parfois passionnée de l’événement au Canada n’est pas nostalgie de l’ancienne métropole ; elle accompagne plutôt la revendication d’une constitution que le gouvernement britannique octroie finalement en 1791, peut-être inquiet de la répercussion inattendue de la Révolution et d’une réplique canadienne possible. Si l’Acte de 1791 qui instaure un premier régime parlementaire (aux pouvoirs limités) désamorce donc une crise politique, il ne met pas fin à la contestation contre le système féodal canadien et le poids de l’Église, notamment au moment des élections de 1792 qui donnent naissance, comme en France, à des clubs d’Amis de la Constitution. Mesplet et Neilson ne désarment pas contre l’aristocratie et le clergé du Canada 25. En somme, les Canadiens lisent les événements de France à l’aune de leurs propres problèmes, la Révolution française paraît offrir une alternative à une situation locale : pour reprendre le titre d’une brochure imprimée par Mesplet en 1792, il y a au Canada une Bastille septentrionale à abattre.

17De même, à partir de l’été 1790, dans la presse étrangère, comme dans celle de province d’ailleurs, la question religieuse occupe la première place dans les nouvelles de France. Au Canada, si l’on est partagé sur la nationalisation des biens du clergé (parce que l’Église canadienne était touchée directement par la perte de ses rentes) ou sur la Constitution civile du clergé, ces réformes et leurs commentaires alimentent surtout le débat sur la puissance et l’influence de l’église, sur la liberté, les droits du citoyen et, somme toute, sur la philosophie des Lumières longtemps combattue par le clergé. En Italie, et surtout en Toscane, la polémique entre le pape et le gouvernement français trouve le même écho dans la presse en italien, parce que ces questions sont débattues depuis les années 1740 26 et que la Révolution française offre un modèle de solution alternative.

  • 26  J. Boutier, art. cit.
  • 27  Le tome I de 1790 complète le titre par « ou Tableau périodique & raisonné des Opérations de l’Ass (...)

18Du côté français, à partir de la deuxième moitié de novembre 1789, la presse fait écho à la révolution brabançonne. La Gazette Nationale ou Moniteur Universel, lancé par Panckoucke le 24 novembre 1789, est l’un des premiers à étendre ses rubriques à l’étranger, mais le phénomène est général et c’est incontestablement la révolution belge qui introduit dans une proportion significative les nouvelles de l’étranger dans la presse française, même dans les feuilles de province. Le Courier Français de Poncelin de la Roche-Tilhac, lancé le 26 juin 1789, annonce en décembre l’élargissement du contenu avec nouvelles de l’Europe 27. à Rouen ou Bordeaux, les nouvelles étrangères apparaissent à la fin de 1789, en janvier à Limoges dont le Journal prolonge son titre par Extraits des Papiers publics nationaux et étrangers. Plus explicitement sont lancés à la fin de novembre : Le Moniteur Patriote ou Nouvelles de France et du Brabant qui, jusqu’en février 1790, se consacre presque exclusivement aux nouvelles du Brabant et de Paris, aux « complots » en France et aux « atrocités des Impériaux » aux Pays-Bas, le Journal Universel ou Révolution des Royaumes (23 novembre 1789) de P.-J. Audouin, dont certains articles enflammés sont adressés aux Brabançons, et bien sûr les Révolutions de France & de Brabant (28 novembre) de Camille Desmoulins qui annonce trois sections dont l’une est intitulée : « Brabant & autres pays arborant la cocarde & demandant une Assemblée nationale ».

19Dans les grandes feuilles françaises, on lit presque chaque jour, de novembre 1789 à décembre 1790, des nouvelles des Pays-Bas. Le Moniteur reproduit ainsi 97 dépêches, manifestes, déclarations et autres proclamations belges du 24 novembre au 31 décembre 1789, dont le « Manifeste du peuple brabançon » du 24 octobre, encore 294 textes de cette nature pour l’année 1790, sans compter les nouvelles proprement dites. La Gazette universelle de Boyer (lancée le 1er décembre 1789) est aussi l’une des feuilles plus attentives aux événements du Brabant, parce qu’indépendamment d’une curiosité bien compréhensible pour un pays voisin, la révolution belge fait naître l’espoir ou la crainte de ce qu’Audouin appelle l’« expansion infinie de la révolution sur la Terre » (Journal Universel). Même Panckoucke annonce son intention de promouvoir avec son Moniteur la « véritable politique en France et en Europe » (n°1), le droit des peuples contre la politique des souverains, prosélytisme affiché qui lui vaut d’ailleurs les sarcasmes de Desmoulins.

20La presse de province véhicule les mêmes rumeurs : « L’amour de la liberté gagne la Pologne » (nouvelle donnée à Lyon et Rouen en décembre 1789), « la Cour de Portugal prend toutes les mesures possibles pour empêcher que la Révolution qui s’est opérée en France ne se communique à ce royaume » (Bordeaux, Rouen et Marseille, février 1790), l’agitation a gagné l’évêché de Bâle où l’on fait appel à la France (mars 1791), « une révolution pareille à la nôtre serait arrivée en Sardaigne » (Marseille, Lyon et Rouen, juin 1791). Enfin, le Courrier de Strasbourg annonce à plusieurs reprises un soulèvement populaire en Allemagne et Brissot reprend et répand la rumeur dans son Patriote Français.

  • 28  Journal de Rouen, 25 juillet 1791.

21Que ces bruits soient fondés ou non, la crainte d’une contagion est réelle à l’étranger. En janvier 1790, l’Espagne interdit l’entrée de tout imprimé ou toute gravure révolutionnaire, en février la surveillance est renforcée dans le royaume de Naples. En Piémont, une surveillance attentive des livres venant de France a déjà été mise en place dès les années 1770, de même qu’à Venise en 1783. La révolution de 1789 ne fait en quelque sorte qu’accélérer un processus déjà engagé de censure dans une Europe secouée par une « révolution atlantique » que suggèrent, après celle des États-Unis, les événements de France et de Belgique, et l’agitation de toute l’Europe et du Canada. On lance à Paris en 1789 La Voix du Peuple ou les Anecdotes du Bonhomme Richard sur les affaires du temps et une Gazette Française & Anglaise qui donne le compte rendu de l’Assemblée nationale, du Parlement d’Angleterre et du Congrès d’Amérique, en même temps que les « mouvements des princes étrangers » et les « intrigues des Cours & des Cabinets ». Une lettre d’Albany (New York) datée du 1er mai 1791 prédit que « le continent espagnol se démembrera peut-être plus tard que le continent anglais, mais l’un et l’autre s’émanciperont à coup sûr de l’Europe ; les États-Unis n’ont pas besoin d’employer la force des armes pour opérer cette révolution, elle sera l’effet naturel de la force de l’exemple » 28.

  • 29  Ce journal (2 novembre 1789 – 28 août 1790) n’est bilingue que dans ses 4 premiers numéros.
  • 30  Journal de Rouen, 3 novembre 1790, 6 juin 1791.
  • 31  Ibidem, 15 septembre 1792

22Ce type de discours relève cependant davantage d’une rhétorique convenue et de l’auto-célébration de la Révolution française que d’un réel sentiment d’appartenance à une communauté universelle ou atlantique. En fait, la seule question prégnante est l’attitude de l’Angleterre dont on craint l’hostilité. L’Union ou Journal de la Liberté, qui paraît d’abord sur deux pages en français et deux en anglais avec un titre en lettres gothiques imitées de la presse britannique, appelle à l’union de la France et de l’Angleterre « pour le bonheur du monde » 29. Les patriotes, très majoritaires, répètent à l’envi que l’Anglais est naturellement attiré par « le peuple français régénéré dont la renommée lui apprend de si grandes choses » et il « entend que la paix et l’union soient conservées avec les Français » 30, malgré Pitt, la bête noire des journalistes. Or les « papiers anglais » que recevaient Paris et les ports de l’Ouest informaient sans ambiguïté des réactions de l’opinion publique ou du moins de celles des journaux, et dès 1789, que certains excès avaient choqué de l’autre côté de la Manche. Pourtant, à l’été 1792, la presse française évoque encore les encouragements des Anglais aux défenseurs français de la liberté ou la célébration à Édimbourg de l’anniversaire de la Révolution. On peut même lire : « à mesure que les événements du 10 août sont mieux connus à Londres, la prévention s’affaiblit car les mesures hardies et les partis décisifs ne peuvent déplaire au génie anglais » 31.

  • 32  14 % dans le Journal Patriotique de Caen (1790) et 12 % pour les Affiches du Calvados en 1792, 11  (...)
  • 33  Une rubrique clairement intitulée « Nouvelles étrangères » n’apparaît souvent que tardivement, en (...)

23Sauf cet Anglais dont on cherche l’approbation ou la neutralité, l’étranger n’est qu’un miroir où se regarde le Français en révolution et, malgré son titre prometteur, les Révolutions de France & de Brabant donnent peu de nouvelles internationales si ce n’est pour une chronique de politique intérieure. Dans les feuilles de province, la part de la rubrique étrangère, quand elle existe, ce qui est loin d’être le cas général, reste faible, au mieux 10 à 15 % de la surface du journal 32 et, mêlant événements politiques et faits divers (ainsi l’éruption du Vésuve en mars 1791), elle n’est pas vraiment la chronique d’une révolution en cours 33. Dans son prospectus du 1er octobre 1790, le rédacteur de L’Abeille rouennaise avise d’ailleurs le public que « s’il m’arrive d’insérer des faits qui aient trait à la politique étrangère, ils seront choisis de manière qu’on ne m’accusera pas de m’en servir de remplissage ». L’étranger pèse peu, il est vrai, devant le retentissement des journées révolutionnaires, des grandes réformes engagées ou des élections répétées, mais ce traitement de l’information révèle également le regard que les Français portaient sur lui. Dans le prospectus du Journal Général de l’Europe, lancé à Reims le 1er avril 1790, le rédacteur annonce son intention de « couvrir » la révolution dans les Pays-Bas, parce que « le maître aime voir les progrès de ses disciples. Nous sommes ce maître ; les Belges et les Liégeois sont nos disciples ».

24La presse étrangère témoigne longtemps d’une attention curieuse, et souvent amicale, aux événements de France dont la lecture paraît offrir à l’étranger des arguments de débats transposables en solutions politiques locales, et pas nécessairement une révolution comme les patriotes français espèrent en donner le modèle à l’Europe. Et les journaux français auront tôt fait de déchanter, tel L’Argus du département du Nord & de la Belgique : « Les Anversois n’ont pas assez d’esprit pour comprendre qu’il n’y a point de vraie liberté sans l’égalité » (27 novembre 1792), « ce peuple [belge] est borné, trompé, il faut l’éclairer charitablement » (23 janvier 1793).

25A l’étranger, plus que la guerre de 1792, faite après tout à deux puissances « féodales » ou « tyranniques », c’est l’exécution du roi, après un procès suivi attentivement, qui provoque un revirement de l’opinion. Viendront ensuite les « horreurs » de la France régicide, sujet de choix pour alimenter la flamme de la contre-révolution ou simplement briser la dynamique contestataire. Ainsi la Gazette de Québec dénoncera le « massacre de milliers d’hommes, femmes et enfants de la ville de Lyon, par les Sans-Culottes qui ont brûlé la plus grande partie de cette superbe ville » et les « atrocités commises à Nantes ». Mais à cette date Neilson est décédé (en 1793), suivi dans la tombe par Mesplet au début de 1794 et par le Quebec Herald en faillite, triple disparition qui met fin à un âge d’or de la presse contestataire canadienne.

  • 34  En 1792 les gazettes de Lausanne, Bruxelles, Varsovie, Hervé et Amsterdam ; en 1793, Neuwied, Brux (...)

26On assiste avec la guerre à l’hécatombe des journaux étrangers en français dont certains, souvent les plus anciens, avaient jusqu’ici assez bien résisté à la révolution de la presse. Le cas belge mis à part, où la répression de 1790-1791 a condamné nombre de titres, la période 1792-1794 marque un tournant majeur avec la disparition des gazettes et des journaux culturels en français : sur 27 paraissant en Europe au début de 1789, 5 meurent en 1789-1791 (dont à Berlin et Cologne), 12 entre 1792 et 1794, à Lausanne, Amsterdam, Maastricht, Varsovie, Saint-Pétersbourg, etc. 34. L’Europe est désormais moins française et la France entourée d’ennemis, « le Batave, l’Autrichien, le Prussien, le Sarde, l’Espagnol, le Portugais, le Russe, le concours secret des Vénitiens, des Génois, des Romains, de l’Allemagne, de la Belgique, de Liège, de la Suède » (L’Indicateur Politique, Rouen, 22 août 1793), « mélange confus de tant d’espèces et d’hommes qui se battent sans savoir pour quoi ni pour qui » (Journal de Marseille, 8 juin 1793). La rupture est consommée entre les étrangers « esclaves » et « la Révolution qui nous régénère » (L’Avant-Garde des Pyrénées orientales) et peut-être justifie-t-elle, en France, l’exploitation à venir de pays conquis plus que libérés.

  • 35  Ce tri-hebdomadaire était rédigé par John Delafond jusqu’en octobre 1795, puis Claude Parisot.
  • 36  Il paraîtra jusqu’en 1914.

27Pourtant, à la même époque on voit naître à Philadelphie le Courrier de l’Amérique de John Parker (4 décembre 1792 au 22 février 1793), puis le Courrier Français, quotidien lancé le 15 avril 1794 et paraissant jusqu’au 3 juillet 1798. A New York, la Gazette Française et Américaine (bilingue) sort le 6 juillet 1795, prolongée par la Gazette Française jusqu’au 4 octobre 1799. Ces exemples 35 de longévité montrent que l’écoute de la Révolution n’a pas totalement cessé avec la guerre, dans un pays neutre et libre. Il est vrai aussi que le premier journal français du Sud, le Moniteur de la Louisiane lancé 36 le 3 mars 1794 par Louis Duclot, un réfugié de Saint-Domingue, est nettement contre-révolutionnaire, surtout avec l’arrivée à la rédaction en 1796 d’un émigré royaliste, Jean-Baptiste Lesur-Fontaine. Ensemble ces exemples américains révèlent un affichage plus net de l’orientation politique qui caractérise également la presse de France sous le Directoire et, avec l’expansion de la « Grande Révolution », celle des républiques sœurs. Cette évolution ne disqualifie pas les grands organes d’information comme le Moniteur ou les gazettes anglaises, mais elle marque une clarification idéologique qui est l’aboutissement d’un processus d’apprentissage du politique dont, en France et à l’étranger, la presse a été l’une des écoles.

Haut de page

Notes

1  H. Gough, The Newspaper Press in the French Revolution, Londres, 1988 et J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes (1600-1789), Oxford, Voltaire foundation, 1999, 2 vol.

2  C. Labrosse & P. Rétat, Naissance du journal révolutionnaire. 1789, Lyon, 1989.

3  R. Leenaerts, La presse périodique en Belgique. Sources pour l’histoire de la presse périodique en Belgique depuis 1605 à nos jours, Torhout, 1987, 3 t.

4  R. Moulinas, L’imprimerie, la librairie et la presse à Avignon au xviiie siècle, P.U. Grenoble, 1974.

5  P. Rétat, Les journaux de 1789-Bibliographie critique, Paris, 1988. J. Lojek, Les journaux polonais d’expression française au siècle des Lumières, Wroclaw, 1980.

6  J. D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution : Jean Luzac’s « Gazette de Leyde », Cornell University Press, 1989.

7  R. Dupuy (éd.), Aux origines idéologiques de la Révolution : journaux et pamphlets à Rennes, 1788-1789, PU Rennes, 2000.

8  A. Nabarra,« Presse, pouvoir, et pouvoir de la presse dans l’Amérique post-révolutionnaire : le cas du Courier de l’Amérique », VIIth International Congress on Enlightenment, Budapest, 1985. Voir aussi l’article du même auteur sur Nancrède dans le Dictionnaire des journalistes, op. cit.

9  Sur la presse contre-révolutionnaire en Angleterre, voir S. Burrows, French exile journalism and European politics, 1792-1814, London, 2000. Quant à la presse coloniale, elle est plutôt partagée en 1789, cf. A. Nabarra, « La Presse coloniale devant la Révolution », International Conference on the Press and the Révolution of 1789, PU Lyon & Grenoble, Vizille, 1988.

10  Bruxelles, s.n., 1789, in-8°, 16 p.

11  Pour servir à l’histoire de la République des Provinces Belgiques-Unies, par Mr. J. Chateignier, Bruxelles, J.-J. Jorez fils, 1789, in-8°, 4 p.

12  Gand, G. Huyghe, 1790, 12 p.

13  J. Boutier, « Les imprimés révolutionnaires français en Toscane : entre publicité et clandestinité (1789-1792) », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, 1990, CII, p. 423‑468.

14  Plus vaguement et avec peu de modestie, le Courrier Français se proposait en souscription à « toute l’Europe ».

15  R. Chartier et H.-J. Martin, Histoire de l’édition française, II. Le livre triomphant (1660-1830), Paris, 1984.

16  La Chronique tire à 1400 exemplaires en septembre 1791 et 2600 en janvier 1793.

17  R. Gérard, Le Journal de Marseille de Ferréol Beaugeard, Paris, 1964.

18  J. Boutier, art. cit.

19  Les plus souvent mentionnés étant les quotidiens de Londres : Star, Times, London Chronicle, Morning Chronicle, Morning Herald, Morning Post, Public Advertiser. A. Stuart, The British periodical press and the French Revolution, 1789-99, Houndmills, Basingstoke & New York, 2000.

20  S. Tucco-Chala, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française, 1736-1798, Pau-Paris, 1977.

21  R. Gérard, Le Journal de Marseille…, op. cit.

22  J.-P. Bernard et M. Grenon, « Influence des philosophes des Lumières dans la Gazette de Montréal », p. 14-38 et J.-P. de Lagrave, « Comment évaluer l’influence de la Révolution française au Bas-Canada : le témoignage des mots », p. 135-145, dans S. Simard (dir.), La Révolution française au Canada français : actes du colloque d’Ottawa (1989), Ottawa, 1991.

23  J.-P. de Lagrave, L’époque de Voltaire au Canada, Montréal, 1994, p. 389.

24  Le texte est également dans le Quebec Herald, mais, très curieusement, pas dans la Gazette de Montréal et Jean-Paul de Lagarde suggère une édition particulière.

25  Le Quebec Herald, plus modéré et plus informatif, était encore plus anticlérical que les deux gazettes françaises, mais il est vrai que c’était la feuille des anglophones très majoritairement protestants.

26  J. Boutier, art. cit.

27  Le tome I de 1790 complète le titre par « ou Tableau périodique & raisonné des Opérations de l’Assemblée Nationale, suivi d’une correspondance… de toute l’Europe ».

28  Journal de Rouen, 25 juillet 1791.

29  Ce journal (2 novembre 1789 – 28 août 1790) n’est bilingue que dans ses 4 premiers numéros.

30  Journal de Rouen, 3 novembre 1790, 6 juin 1791.

31  Ibidem, 15 septembre 1792

32  14 % dans le Journal Patriotique de Caen (1790) et 12 % pour les Affiches du Calvados en 1792, 11 % du Nouvelliste National (Toulouse) en 1790 et 10 % de la Chronique Nationale & étrangère (Rouen) en 1792.

33  Une rubrique clairement intitulée « Nouvelles étrangères » n’apparaît souvent que tardivement, en 1791 dans les Affiches de Toulouse, et surtout en 1792 après l’entrée en guerre (Journal du Tarn).

34  En 1792 les gazettes de Lausanne, Bruxelles, Varsovie, Hervé et Amsterdam ; en 1793, Neuwied, Bruxelles et deux autres à Bouillon ; en 1794, Clèves, Saint-Pétersbourg, Maastricht.

35  Ce tri-hebdomadaire était rédigé par John Delafond jusqu’en octobre 1795, puis Claude Parisot.

36  Il paraîtra jusqu’en 1914.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Wauters, « Presse francophone et Révolution : la lecture de l’événement (1789-1793) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 197-210.

Référence électronique

Eric Wauters, « Presse francophone et Révolution : la lecture de l’événement (1789-1793) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1267

Haut de page

Auteur

Eric Wauters

Professeur d’histoire moderne, Université du Havre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page