Navigation – Plan du site
DOSSIER
Approches thématiques

Le poids de la nouvelle armée dans la société française en Révolution : l’exemple du département de l’Eure

Engelo Celeri
p. 183-196

Résumé

Pour mener une guerre contre les principales puissances européennes, les révolutionnaires ont été contraints de forger une nouvelle armée aux effectifs jamais atteints auparavant. Les mesures prises visèrent à augmenter les recrutements par la mise en place progressive d’un service militaire obligatoire, mais également à organiser une véritable économie de guerre nationale. Parallèlement, la création d’une armée nationale entraîna des résistances, mais elle fut aussi l’occasion d’un apprentissage de la démocratie par des citoyens appelés à la défense de la patrie, réalisant ainsi l’idéal du citoyen-soldat.

Haut de page

Texte intégral

1La guerre qui est déclarée le 20 avril 1792 ne peut être une surprise pour des Français qui sont en Révolution depuis trois ans et savent les menaces qui pèsent sur elle. Les tensions et les rivalités présentes depuis 1789 connaissent une aggravation en 1791, tant sur le plan national que sur le plan international.

2À l’intérieur, la question religieuse, la fuite du roi ou la fusillade du Champ-de-Mars sont des événements majeurs qui poussent à une radicalisation des comportements.

3Ainsi le département de l’Eure qui sert de cadre au développement qui va suivre n’échappe pas aux troubles qui se déroulent dans un contexte économique et social difficile, et le fossé se creuse entre des notables globalement modérés et une minorité qui veut aller plus loin dans la Révolution.

4À l’extérieur, la menace semble se préciser avec les rassemblements d’émigrés et surtout la déclaration de Pillnitz que ceux-ci ont arrachée au roi de Prusse et plus encore à l’empereur le 27 août 1791. Quelle que soit la volonté réelle de ces deux souverains, la déclaration ne peut que donner davantage de consistance à la menace d’invasion étrangère destinée à rétablir Louis XVI dans la plénitude de son pouvoir.

5Or, pendant les trois ans qui précèdent la guerre, l’armée connaît une phase de désorganisation due au fossé qui s’est creusé entre les soldats et leur officiers nobles d’une part, l’émigration d’une grande partie de ces derniers d’autre part.

6À Paris, dès le mois de mai 1789 des gardes-françaises désertent pour rejoindre les émeutiers, et en 1790 les mutineries se multiplient jusqu’à celle, spectaculaire, de Nancy, en août, qui est durement réprimée par le général Bouillé, sous l’autorité de l’Assemblée constituante.

7Concernant l’émigration des officiers nobles qui représentent 90 % des cadres de l’armée, la fuite du roi et la déclaration de guerre sont les deux événements à l’origine de la plus grande partie des abandons qui touchent les deux tiers des officiers. Les abandons de poste ne sont pas uniquement le fait des cadres, les soldats quittent l’armée pour les gardes nationales en espérant y acquérir des grades qu’ils n’ont pu obtenir jusque-là.

8Ainsi, bien avant la déclaration de guerre, le pouvoir doit réorganiser l’armée puis augmenter ses effectifs pour faire face aux dangers extérieurs.

9Il s’agit donc de mesurer l’effort qui a été demandé ainsi que l’acceptation ou le refus qu’il a entraîné, c’est-à-dire, en fait, le degré d’adhésion au pouvoir révolutionnaire puis à la République qui se met en place en septembre 1792.

10Les conséquences sociales et économiques n’ont pas été moindres. Appeler des centaines de milliers d’hommes sous les drapeaux, c’est désorganiser, gêner certaines activités économiques mais c’est aussi en créer ou en développer d’autres pour habiller, équiper, armer et nourrir les nouvelles troupes.

11Enfin, si la Révolution est sauvée par cette armée nouvelle, des problèmes sont apparus qui ne sont pas résolus au moment où le Consulat puis l’Empire se mettent en place.

12C’est en s’appuyant sur l’exemple du département de l’Eure que nous allons aborder tous ces points.

L’organisation des levées de 1791 à 1793

Des besoins croissants face aux dangers

13Face aux dangers, l’Assemblée constituante décide le 21 juin 1791, au lendemain de la fuite du roi, la formation de bataillons constitués de gardes nationaux volontaires. D’abord fixé à 26 000, leur nombre est porté à la mi-août à 100 450 répartis en 175 bataillons de 574 hommes.

14Après la déclaration de guerre, l’Assemblée Législative porte les effectifs, le 5 mai 1792, à 214 bataillons de 800 hommes, soit plus de 170 000 hommes (171 200 exactement). Le 11 juillet, face à l’invasion étrangère la Patrie est déclarée en danger ce qui a pour effet d’accélérer les engagements.

15Après la victoire de Valmy le 20 septembre, l’invasion de la Belgique et des territoires rhénans en octobre, suivie de la victoire de Jemappes le 6 novembre, la situation semble avoir été bien redressée et, l’hiver venant, de nombreux volontaires rentrent chez eux. Il ne s’agit pas là de désertion dans la mesure où l’engagement avait été fixé pour la durée d’une campagne, les volontaires étant des citoyens qui sont allés aider momentanément l’armée de ligne. Ces départs touchent environ un quart des effectifs, l’armée tombant de plus de 400 000 à moins de 300 000 hommes.

16Or, au début de 1793 la situation s’aggrave avec l’entrée en guerre de l’Angleterre et des Provinces-Unies, le 1er février, bientôt rejointes par l’Espagne et la Russie en mars. Les opérations militaires sont marquées par la défaite de Neerwinden le 18 mars, le recul des armées françaises et la trahison de Dumouriez qui passe à l’ennemi le 5 avril.

17Cette situation de crise entraîne la décision le 24 février 1793 de lever 300 000 hommes, puis le 23 août, de déclarer la levée en masse, véritable service militaire obligatoire.

18À ces levées nationales s’ajoutent des levées locales ordonnées par les autorités départementales en mai 1793 : 3 000 hommes pour la Vendée, 3 957 hommes pour l’armée des côtes de Cherbourg destinée à stopper une éventuelle invasion anglaise, plus d’autres en moins grand nombre.

19En fait, il est difficile de savoir combien d’hommes sont réellement exigés dans la mesure où les décisions des autorités nationales et départementales s’ajoutent les unes aux autres et finissent par se faire concurrence. Cela rend d’autant plus compliqué un recrutement qui se révèle être de moins en moins facile à obtenir.

Les modalités de recrutement

20Elles évoluent sensiblement, allant du volontariat lors des premières levées à la réquisition de la levée en masse, avec néanmoins des dispositions propres à éviter une contestation générale qui puisse déboucher sur une révolte. On sait que celle-ci éclate en Vendée, mais les exigences de l’armée ne sont qu’un élément parmi d’autres, déterminant il est vrai.

21En 1791, il est incontestable que l’on a affaire à des volontaires s’engageant en grande partie par patriotisme pour défendre la France et la Révolution. Les citoyens peuvent aussi rejoindre les troupes de ligne, mais la solde y est plus basse et l’engagement plus long. L’enthousiasme est moins grand en 1792 alors que la guerre a été déclarée et le territoire envahi, mais il s’agit encore de volontaires dans leur immense majorité. Enfin, la levée des 300 000 hommes et la levée en masse s’effectuent sous la contrainte.

22Lors de la levée des 300 000 hommes le principe est, à partir du nombre d’habitants, de fixer un quota pour chaque département, à charge pour lui de faire ensuite la répartition entre les districts qui la font à leur tour entre les communes. Le quota est diminué pour chaque département en fonction du nombre de volontaires déjà fourni en 1791 et 1792.

  • 1  Jean-Paul Bertaud, Daniel Reichel, Atlas de la Révolution française, vol. 3, L’armée et la guerre, (...)

23C’est ainsi que la Seine-Inférieure doit 7 242 hommes, mais bénéficiant d’une réduction de 6 685 hommes, il ne lui en reste plus que 557 à donner, ce qui est le contingent le plus bas après celui des Bouches-du-Rhône. Le département de l’Eure, sur une base de 6.902 hommes, bénéficie d’une réduction de 1 326 hommes, il lui en reste donc encore 5 576 à donner 1.

24La mesure répond à un souci de justice et d’égalité, mais elle conduit à demander proportionnellement plus à des départements qui ont montré jusque là des réticences à contribuer à l’effort de guerre. Cela ne doit pas être a priori analysé comme une attitude de défiance vis-à-vis de la Révolution, dans la mesure où la différence entre ceux ayant déjà beaucoup donné et ceux ayant peu donné recoupe en partie la distinction existant sous l’Ancien Régime entre les régions de l’Est et du Nord d’où sortaient de nombreux soldats de l’armée de ligne et la Bretagne ou les pays de l’Ouest qui fournissaient moins de soldats.

25La levée de 300 000 hommes concerne les citoyens de 18 à 40 ans célibataires ou veufs sans enfants, ce qui avantage les mariés et les pères de famille.

26Chaque commune est libre de choisir entre le scrutin et le tirage au sort pour désigner le contingent qui lui est demandé si le volontariat ne suffit pas. De plus le remplacement est autorisé, ce qui défavorise les milieux populaires.

27La levée en masse concerne toute la population, mais seuls les garçons de 18 à 25 ans célibataires ou veufs sans enfants sont requis pour rejoindre les armées.

28On le voit, les exigences sont allées en augmentant et il en a été de même en ce qui concerne les populations dont l’attitude à sensiblement évolué de l’enthousiasme à une certaine résistance.

Les réactions de la population

Les assemblées de volontaires

  • 2  Archives départementales de l’Eure (par la suite, A.D.E.) 41 L 14.
  • 3  Jean-Paul Bertaud, Daniel Reichel, Atlas, op. cit., p. 16.

29En 1791, les deux bataillons de volontaires demandés au département de l’Eure sont sur pied dès le début du mois de septembre 2. Si on compare l’Eure aux autres départements, on constate que la levée est relativement rapide, sans parler du Massif Central où nombreux sont les départements qui ne lèvent aucun bataillon 3.

  • 4  Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, Toulouse, Privat, 1970, p. 401.

30En Seine-Inférieure, il faut attendre janvier 1792 pour que les deux premiers bataillons soient formés mais il est vrai que jusqu’en octobre 1792, elle en donne 10 contre 5 pour l’Eure 4.

  • 5  A.D.E. 41 L 3.

31Mais les bataillons fournis en 1792 sont plus difficilement mis sur pied en septembre et octobre. Dans les cantons d’Ecos et de Suzay du district des Andelys, des laboureurs disent avoir été désignés contre leur vœu, preuve que les vrais volontaires sont parfois en nombre insuffisant 5. D’autres faits identiques se déroulent dans d’autres districts, ce qui n’a rien de surprenant si l’on sait que celui des Andelys est l’un de ceux qui se montrent le plus attachés à l’œuvre révolutionnaire.

32Malgré tout, en 1791 et 1792, ce sont respectivement 1 134 et 3 650 hommes environ qui sont donnés par le département. À ces 4 800 hommes, il faut ajouter ceux qui s’engagent dans les troupes de ligne.

33En effet, une loi du 25 janvier 1792 les encourage avec le versement d’une prime à l’engagement, 80 livres pour l’infanterie et 120 livres pour la cavalerie. Il s’agit notamment d’attirer les anciens militaires car pour ceux-là la prime est augmentée d’un tiers.

  • 6  A.D.E. 41 L 15.

34Mais il est encore plus difficile, dans le cas des troupes de ligne, de savoir combien de citoyens se sont engagés. Des listes établies en août 1792 par les districts, il ressort que 363 hommes se sont engagés en six mois, ce qui est inférieur au nombre obtenu par le territoire de l’Eure sous l’Ancien Régime, mais relativement beaucoup si l’on tient compte des avantages qu’offraient les bataillons de volontaires comme cela a été rappelé plus haut 6.

35L’année 1793 marque un profond changement dans l’attitude des habitants vis-à-vis des levées exigées, l’Eure devant fournir 5 576 hommes.

36Dans chaque commune, début mars, les hommes sont assemblés pour connaître le nombre fixé par les autorités du district pour le contingent et écouter la lecture des lois qui organisent la levée et celles qui énumèrent les avantages accordés, notamment en matière de retraite. Ensuite, un registre est ouvert pendant trois jours, parfois plus, pour recueillir les noms des volontaires.

37En fait, il n’y a quasiment plus de vrais volontaires. Ils sont déjà partis et il reste alors à désigner les défenseurs de la Patrie au scrutin ou au sort, ce qui donne lieu à de nombreuses contestations ou fraudes.

38Contestations d’abord de la part des municipalités.

  • 7  A.D.E. 41 L 3.

39évreux, par exemple, demande une réduction de son contingent qui est fixé à 138 hommes, alléguant qu’elle a déjà fourni 349 hommes aux précédentes levées, dont 237 pour les bataillons de volontaires. Elle obtient gain de cause et son contingent est ramené à 59 hommes 7.

  • 8  A.D.E. 41 L 3.

40La fraude, ou tout au moins la partialité, peut venir des autorités locales, entraînant alors une intervention de celles du département pour rétablir la légalité. C’est ce qui arrive au district de Louviers qui est obligé par les autorités départementales de refaire la répartition entre les communes de sa circonscription. En effet, au lieu de tenir compte du nombre d’habitants de chaque commune, il a tenu compte des listes établies par les municipalités avec pour conséquence que certaines n’avaient aucun contingent à fournir étant donné le faible nombre de citoyens déclaré 8. La fraude vient ici de certaines communes mais n’est-elle pas couverte, volontairement ou non, par le district ?

41En dehors des autorités, ce sont les simples citoyens qui renâclent à exécuter la loi et utilisent plusieurs moyens pour la contourner ou la violer.

  • 9  A.D.E. 41 L 3.

42Des cabales sont organisées comme dans la commune des Andelys ou quatre listes préparées à l’avance comportent les noms des citoyens que l’on veut désigner volontaires. Ces ententes préalables créent un véritable tumulte et le scrutin est annulé 9.

  • 10  A.D.E. 41 L 19.

43Souvent, lorsque le scrutin est choisi par la majorité des citoyens, ce sont des ennemis politiques ou des natifs d’autres communes qui sont désignés, notamment des journaliers et des domestiques. À Orgeville, commune de moins de 150 habitants du district d’évreux, trois défenseurs de la Patrie sont à choisir parmi dix citoyens. Sept choisissent la voix du scrutin et trois, dont le curé, la voix du sort. Étant minoritaires, ils refusent le scrutin et quittent la salle. Ils sont aussitôt élus par les sept autres 10.

  • 11  A.D.E. 41 L 19.
  • 12  A.D.E. 41 L 27.

44Si le sort est choisi et que des fils de notables sont désignés, des remplaçants sont aussitôt trouvés. C’est le cas à Fontaine-sous-Jouy où dix hommes sont tirés au sort le 17 mars. Les 17, 18 et 24 mars, trois sont remplacés dont les pères sont apparentés aux notables ou aux officiers municipaux 11. Les prix des remplaçants varient beaucoup, de cent à plus de mille livres. À l’inverse, des citoyens acceptent de participer à l’assemblée, quel que soit le moyen de désignation choisi, mais ils exigent une contribution financière de la part des habitants de la commune. Ainsi, les garçons de la commune de La Roussière exigent 5 000 livres à partager entre ceux qui sont désignés 12.

  • 13  A.D.E. 41 L 14.

45Après avoir été désignés par le scrutin ou le sort, beaucoup essayent de se faire réformer pour infirmité ou maladie. Les abus sont dénoncés et les autorités tentent d’y porter remède comme le 18 messidor an II (6 juillet 1794) lorsque 297 réformés du district d’évreux font l’objet d’une contre-visite. 103 sont déclarés bons à partir pour l’armée soit 34,68 % 13.

46Malgré tout ce qui a été écrit ci-dessus, la levée de 300 000 hommes est exécutée. À l’échelle nationale elle n’aurait donnée que 150 000 hommes, peut-être un peu plus, à l’été 1793.

  • 14  A.D.E. 41 L 12.

47Pour le département de l’Eure, c’est un succès numérique mais étalé dans le temps. C’est ce que montre un état du 18 prairial an II (6 juin 1794) qui indique 5 065 départs pour 5 576 hommes demandés, mais avec des inégalités selon les districts. Celui de Verneuil, travaillé par le fédéralisme et la chouannerie, atteint 74 % du contingent demandé, alors que ceux d’évreux, Bernay et Les Andelys avoisinent les 100 % 14.

  • 15  A.D.E. 41 L 26 à 46.

48Pour la levée en masse, les chiffres sont plus aléatoires mais on peut estimer à plus de 10 000 ceux qui sont partis 15.

49Ainsi, pour conclure la partie numérique des différentes levées effectuées dans le département, ce sont environ 20 000 hommes qui seraient partis entre 1791 et 1794. Néanmoins ce nombre doit être pondéré par la méconnaissance que nous avons du nombre réel des réformes ou des désertions en cours de route pour rejoindre les corps d’affectation.

50Cela étant, le département a répondu vaille que vaille aux exigences du gouvernement révolutionnaire, même si l’on est passé d’une adhésion enthousiaste à une soumission aux lois.

Profil social des volontaires

51En regardant de près le profil social des citoyens appelés à la défense de la Patrie, on trouve une des explications de ce consentement.

  • 16  A.D.E. 41 L 20, 22 31.

52Concernant la levée des 300 000 hommes, les districts d’évreux, Louviers et de Pont-Audemer ont fourni 2 724 hommes. Parmi eux, on compte de 36 à 41,2 % de journaliers et domestiques et de 10 à 20 % de travailleurs du textile. Suivent les autres représentants des couches populaires comme les charretiers, les bûcherons, les maçons et des dizaines d’autres métiers des catégories populaires. Les laboureurs et les cultivateurs, c’est-à-dire les paysans propriétaires, ne représentent que 3,6 à 5,7 % des effectifs 16.

  • 17  A.D.E. 41 L 21.

53Ces chiffres soulignent bien le phénomène d’évitement de la part de notables et, bien au-delà, des personnes suffisamment aisées capables de s’offrir un remplaçant pour l’armée. Sur plusieurs milliers de soldats, les doigts d’une main suffisent pour compter ensemble les hommes de loi et les médecins. C’est ainsi qu’une liste du district de Louviers de 971 défenseurs de la Patrie mentionne 245 remplaçants parmi eux, soit 25,2 % de l’ensemble 17.

  • 18  A.D.E. 41 L 47.

54Les autorités ont bien conscience de cette sélection sociale, à l’image du Procureur-syndic du district de Pont-Audemer qui reproche aux citoyens de la commune de Beuzeville d’avoir envoyé comme défenseurs de la Patrie des pauvres. À ce propos, il leur écrit que si le choix avait été plus juste, « vous auriés pu ajouter que vous les aviés choisis parmi les gars fortunés et au moins vous n’avés pas de remord d’avoir envoyé combattre pour la conservation des propriétés des individus qui n’ont aucune propriété » 18.

55Cette sélection sociale permise par le remplacement rend les exigences en hommes d’autant plus supportables à une part non négligeable de la population qu’elle sait pouvoir s’y soustraire, même si on essaie d’y échapper par d’autres moyens ne serait-ce que pour ne pas avoir à payer.

L’impact économique

Moins de bras

56Ces départs massifs d’hommes et les besoins matériels que cela engendre ont des conséquences considérables sur les activités économiques du département. Les départs désorganisent certains secteurs, notamment l’agriculture où les bras finissent par manquer.

57C’est à cause de ce manque de bras que des municipalités rurales demandent aux autorités du district ou du département que les hommes puissent rester pour les récoltes et ne rejoignent l’armée qu’après leur achèvement.

  • 19  Cité in Jean-Paul Bertaud, Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon Ier, Paris, Armand (...)

58Pour la même raison, quelques paysans obtiennent le droit d’utiliser des prisonniers de guerre sur leurs exploitations. Cela leur est permis par un arrêté du Comité de Salut public du 4 thermidor an II (22 juillet 1794) qui autorise les communes et les simples citoyens possédant un certificat de civisme à utiliser des prisonniers de guerre pour les travaux agricoles 19. Il est vrai que ceux-ci ne manquent pas puisque, dès le mois de septembre 1792, 300 prisonniers autrichiens sont envoyés à évreux. Ils ne sont que les premiers d’une longue liste de prisonniers dont quelques-uns finissent par s’engager dans les armées françaises ou s’établissent par la suite dans le département.

59Ce manque de bras a également pour effet de protéger les déserteurs qui peuvent continuer à travailler dans leur commune d’origine ou dans une autre commune. Cela permet à certains laboureurs d’employer une main-d’œuvre d’autant moins chère et plus soumise qu’elle est clandestine. Reste qu’il est très difficile de mesurer l’ampleur du phénomène.

Une économie de guerre

60Sur le plan économique, les besoins de l’armée nécessitent la mise en place d’une véritable économie de guerre qui permet à certains secteurs d’activité de se maintenir ou de connaître une forte croissance. Les combattants manquent de tout, il faut les habiller, les nourrir et les armer mais aussi héberger et ravitailler les troupes de passage qui traversent le département.

61Le souci premier est d’habiller les soldats, puis de trouver des armes dans les dépôts ou chez les particuliers, ces derniers ayant l’obligation de livrer les fusils et sabres qu’ils détiennent.

62Pour les canons et leurs munitions, on recueille partout le salpêtre, les métaux ainsi que les cloches en en laissant une par église. Les bâtiments nationaux et les demeures des émigrés sont vidés de leurs éléments en fer, mais avec le souci de la part des autorités d’éviter tout vandalisme et de protéger ce qui présente un intérêt artistique.

  • 20  Cité in Jean-Paul Bertaud, William Serman, Nouvelle histoire militaire de la France 1789-1919, Par (...)

63Avec la levée en masse, la mobilisation militaire et économique devient générale. Le 23 août 1793, Barère déclare que « le contingent de la France pour sa liberté comprend toute sa population, toute son industrie, tous ses travaux, tout son génie » 20.

  • 21  A.D.E. 46 L 5-6.

64Des ateliers sont créés comme ces trois fonderies de canons de Breteuil, Bourth et La Bonneville dans le sud-ouest du département et pour lesquelles on fait venir des ouvriers qualifiés depuis Paris 21.

  • 22  A.D.E. 46 L 5-6.

65Dans le district de Pont-Audemer est établi un atelier pour la réparation des fusils qui compte 33 personnes en floréal an II (mai 1794). Dans d’autres districts, l’absence d’atelier ne signifie pas que l’on ne travaille pas à la même tâche, mais il s’agit alors d’ouvriers travaillant à domicile 22.

  • 23  A.D.E. 41 L 37.

66Pour alimenter les ateliers en ouvriers des hommes sont requis dans les levées. Ainsi, dans le district de Bernay, ils sont 176 le 29 brumaire an III (14 novembre 1794) et dans celui de Verneuil, 365 le 19 pluviôse an III (7 février 1795) 23. Des dépôts de matières premières sont constitués et les autorités se chargent de les répartir entre les artisans et les ateliers.

  • 24  A.D.E. 41 L 19.

67Avant même la levée en masse, des corps de métier sont mobilisés et les autorités signent des contrats avec des artisans pour des fournitures de nature diverse nécessaires aux besoins de l’armée. Ainsi, des contrats sont signés avec des ferronniers ou des taillandiers pour la fabrication de pièces d’armement comme des chiens de fusil, des écouvillons, des piques, etc. Cela porte sur des quantités en général faibles pour chaque artisan, mais parfois le marché est plus conséquent. C’est par exemple le cas du citoyen Brasseur, marchand cordonnier, qui livre au district d’évreux, en mars et avril 1793, 1 435 paires de souliers pour la somme de 12 198 livres 24.

  • 25  A.D.E. 41 L 19.

68Aux marchés passés avec des particuliers s’ajoutent les réquisitions en nature qui sont parfois très lourdes. Il est par exemple décidé par un arrêté du 11 thermidor an II (29 juillet 1794) que le district de Pont-Audemer doit livrer 30 000 quintaux de grains à l’armée des côtes de Cherbourg. Le 29 nivôse an III (18 janvier 1795), seuls 19 444 quintaux ont été livrés. Or, le 21 nivôse an III (10 janvier 1795) une réquisition de 27 000 quintaux s’ajoute à la précédente 25. Il est vrai que l’hiver 1794-1795 voit s’étendre une véritable disette et que les marchés sont peu approvisionnés. La disparition du Maximum général des prix et des salaires aggrave la situation en rendant à nouveau libre le commerce.

69Tout se fait sous l’autorité directe du pouvoir central qui crée à cet effet des organismes spécialisés comme la Commission des poudres et salpêtre, l’Agence de la grosse artillerie ou l’Agence des armes portatives. Les courriers sont quasiment quotidiens entre Paris et l’administration du département d’une part, entre celle-ci et les autorités de district d’autre part. Cette correspondance entre dans les moindres détails, comme ces livraisons de fer ou de charbon pour tel artisan fabriquant des pièces d’armement. Toutes les activités industrielles, économiques, sont étroitement contrôlées et plus qu’une économie de guerre, il s’agit d’une économie dirigée de guerre.

70En conséquence de cette immense mobilisation humaine et matérielle les dépenses sont considérables, à l’exemple de celles qui sont faites pour la levée des 300 000 hommes. En deux à trois mois, c’est plus d’un million de livres qui est déboursé par les districts, avec cependant des différences sensibles entre districts puisque celui d’évreux dépense en trois mois, du 2 mars au 11 juin 1793, 235 500 livres alors que celui de Verneuil dépense en deux mois, du 8 mars au 13 mai 1793, 134 700 livres.

  • 26  A.D.E. 41 L 19.

71Encore ne s’agit-il là pratiquement que des frais d’habillement et d’équipement. Il faut y ajouter ceux concernant l’armement individuel et enfin la solde qui représente quant à elle environ 10 % des sommes citées. Mais il est vrai que toutes ces dépenses sont réglées en assignats qui ne représentent à ce moment là plus que le tiers de leur valeur nominale environ 26.

72Toute cette activité donne de l’ouvrage à de nombreux ouvriers et artisans, leur évitant ainsi de sombrer dans la misère. Cet élément ne doit pas être oublié lorsque l’on tente un bilan économique et social de la guerre.

La Révolution sauvée mais…

Une insécurité permanente

73En définitive, l’effort humain et économique consenti a permis de sauver la Révolution mais des problèmes demeurent, qui sont liés à une insécurité permanente. C’est en grande partie la conséquence de la guerre qui par ses exigences en hommes a créé un nombre important de déserteurs et d’insoumis. Ce sont tous ceux qui refusent d’être envoyés aux armées et qui bénéficient du soutien de certaines municipalités, de leurs parents et de leurs amis. C’est un phénomène qui est chronique avec plus ou moins d’ampleur jusqu’à la fin de l’Empire.

74Des mesures sont employées contre les familles des déserteurs pour amener ceux-ci à rejoindre l’armée, comme l’utilisation de garnisaires. Il s’agit de soldats qui vont loger chez les parents plusieurs jours pour contraindre les déserteurs à se rendre.

  • 27  Cité in Comité régional d’histoire de la Révolution, La Révolution en Haute-Normandie 1789-1802, R (...)

75Mais les résultats sont extrêmement maigres comme le prouvent le signalement, le 13 vendémiaire an VI (4 octobre 1797) de 200 déserteurs près de Vernon, ou les propos du commissaire du Directoire, préfet avant la lettre, du 16 vendémiaire an VIII (8 octobre 1799) qui estime à 2 000 le nombre de déserteurs dans le département. Il estime que « c’est à eux qu’il faut attribuer la plus grande partie des délits commis depuis trois mois. Ce sont eux qui menacent chaque jour la tranquillité publique » 27.

  • 28  A.D.E. 7 L 1.

76Le même jour, les cantons de Saint-André et Yvry sont déclarés en état de siège pour lutter contre les brigands 28.

  • 29  Fabrice Renault, Robillard, le banditisme dans l’Eure sous le Directoire, mémoire de maîtrise, dir (...)

77Cependant, il faut veiller à ne pas assimiler systématiquement déserteurs et brigands comme le font les autorités de l’époque qui y ajoutent d’ailleurs les Chouans. Les trois catégories existent mais elles ne se confondent pas toujours comme le montre l’exemple de la bande de Robillard, constituée d’hommes et de femmes déclassés, qui sévit de l’an II à l’an V et où ne figurent pas de déserteurs 29.

78Aux déserteurs il faut donc ajouter les brigands qui n’hésitent pas à attaquer les grosses fermes ou les diligences qui transportent des fonds publics.

79À ces deux groupes s’ajoute celui des Chouans qui combattent pour le roi. C’est près de l’Orne et du Calvados qu’ils sont le plus actifs et ce n’est qu’au début du Consulat qu’ils sont définitivement éliminés avec, notamment l’exécution du comte de Frotté à Verneuil en février 1800.

Des moyens militaires insuffisants

80Pour faire face à ces trois catégories qui troublent l’ordre public, les moyens de lutte demeurent insuffisants et les autorités départementales ne cessent de réclamer des troupes. En fait, il est difficile de connaître l’effectif des troupes de ligne dans le département dans la mesure où il évolue sans cesse.

  • 30  A.D.E. 41 L 7.

81Ainsi en prairial an III (mai-juin 1795), 150 hommes d’infanterie et cavalerie stationnent dans le département mais leur équipement laisse parfois à désirer, à l’image des 54 dragons d’évreux dont 50 chevaux sont réformés et en partie abattus car incurables 30.

  • 31  A.D.E. 41 L 5.

82De même, en germinal an VII (mars-avril 1799), six compagnies du 3e bataillon de la 59e demi-brigade doivent être casernées à évreux. Elles sont composées en grande partie de conscrits des pays conquis dont la discipline et l’instruction laissent à désirer. Le casernement devrait permettre d’y remédier, mais les bâtiments affectés à cet effet sont d’anciens édifices religieux qui nécessitent des réparations et doivent d’abord être évacués par les personnes qui les occupent illégalement 31.

83En fait, plusieurs insuffisances s’accumulent et expliquent en partie la très relative efficacité des troupes affectées au département : le nombre et la qualité des hommes, leur situation matérielle concernant aussi bien leur alimentation que leur logement ou leur solde. À celles-ci s’ajoute l’isolement de soldats étrangers au département qui doivent affronter la méfiance des populations locales.

84Les troupes de ligne ne sont pas seules. Il existe bien une gendarmerie mais elle est désorganisée jusqu’au début de l’an VI malgré la loi de réorganisation du 25 pluviôse an V (13 février 1797). Les gendarmes sont parfois des vétérans trop âgés pour le service qui leur est demandé et eux aussi ne bénéficient que rarement du soutien de la population. Lorsque la gendarmerie est réorganisée, ses effectifs demeurent relativement faibles.

  • 32  A.D.E. 46 L 5-6.

85De son côté, la garde nationale est le plus souvent défaillante ou insuffisante. Ses membres doivent en principe participer à la formation des colonnes mobiles aux côtés de soldats. Leur rôle est de pourchasser les déserteurs et les brigands, mais certains citoyens refusent d’y participer, comme ceux de Beuzeville qui en ventôse an V (février-mars 1797) ne veulent pas, faute d’armes, faire le service de nuit et les battues nocturnes 32.

86Ainsi, l’armée est utilisée pour lutter contre la désertion mais aussi comme force de maintien de l’ordre. Elle a donc à lutter contre les brigands et les Chouans, mais aussi à assurer l’escorte des transports de grains ou de prisonniers de droit commun.

87Maintenir l’ordre n’est pas une nouveauté pour l’armée puisqu’elle le faisait déjà sous l’Ancien Régime, mais il s’agissait de « mercenaires » et non de citoyens. On peut penser que cela a dû contribuer à une modification de l’image de l’armée au sein des populations civiles.

Conclusion

88Dès les premières années, la Révolution doit s’armer pour se défendre puis pour s’imposer à l’intérieur comme à l’extérieur. Elle y parvient au prix d’un effort qui n’avait jusque-là jamais été demandé à la population française. En l’an II, plus de 700 000 hommes sont sous les drapeaux, niveau jamais atteint avant cette date. Dans le département de l’Eure ce sont peut-être 20 000 hommes qui ont été appelés pour une population de 400 000 habitants. Cela place le département parmi ceux qui ont apporté une contribution en soldats supérieure en moyenne à ce qui a été fourni par l’ensemble des autres départements.

89L’effort matériel a été à la hauteur de l’effort humain et les soldats ont pu tant bien que mal être équipés.

90Malgré les manifestations de mécontentement et les moyens mis en œuvre pour échapper aux charges imposées par le pouvoir révolutionnaire, la population a globalement accepté ce qui lui était demandé. C’est donc une adhésion au régime nouveau qu’est la République, mais une adhésion qui n’est pas sans réticences face à certaines exigences, notamment militaires. Réticences qui s’expliquent en grande partie, comme l’ont exprimé de nombreux citoyens dans les assemblées destinées à désigner les soldats, par le sentiment que l’égalité de tous devant l’impôt du sang n’était pas respectée.

91Mais, au-delà de l’aspect militaire, les levées ont été l’occasion de mettre en pratique les principes de la démocratie. Chaque assemblée de garçons convoqués pour fournir le contingent donne lieu à des débats, souvent houleux, et à un ou plusieurs votes. Cela participe de l’apprentissage de la citoyenneté et de l’application de l’idée que le soldat est aussi un citoyen. Cette démocratie se prolonge à l’armée proprement dite avant d’être contrôlée, réduite et finalement éliminée sous le Directoire.

Bibliographie

92– Comité régional d’histoire de la Révolution, La Révolution en Haute-Normandie 1789-1802, Rouen, éditions du P’tit Normand, 1988.

93– Bernard Bodinier (dir), L’Eure de la Préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, édition J-M Bordessoules, 2001.

94– Claude Lannette, Louviers an I, un district de l’Eure au temps des Girondins et des Montagnards, évreux, Connaissance de l’Eure, n° 16, 1975.

95– Jacques Godechot, Les institutions de la France sous la Révolution et l’Empire, Paris, PUF, 1951, 4e édition 1989.

96– André Corvisier (dir), Histoire militaire de la France, tome 2, Paris, PUF, 1992.

97– Jean-Paul Bertaud, William Serman, Nouvelle histoire militaire de la France, Paris, Fayard, 1998.

98– Jean-Paul Bertaud, Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon Ier, Paris, Armand Colin, 1998.

99– Jean-Paul Bertaud, Daniel Reichel, Atlas de la Révolution française, vol. 3, l’armée et la guerre, Paris, édition EHESS, 1989.

100– Jean-Paul Bertaud, La Révolution armée. Les soldats-citoyens et la Révolution française, Paris, Robert Laffont, 1979.

101– Jean-Paul Bertaud, Valmy. La démocratie en armes, Paris, Julliard, 1970.

102– Alan Forrest, Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Paris, Perrin, 1988.

Haut de page

Notes

1  Jean-Paul Bertaud, Daniel Reichel, Atlas de la Révolution française, vol. 3, L’armée et la guerre, Paris, éd. EHESS, 1989,  p. 73-74.

2  Archives départementales de l’Eure (par la suite, A.D.E.) 41 L 14.

3  Jean-Paul Bertaud, Daniel Reichel, Atlas, op. cit., p. 16.

4  Michel de Boüard, Histoire de la Normandie, Toulouse, Privat, 1970, p. 401.

5  A.D.E. 41 L 3.

6  A.D.E. 41 L 15.

7  A.D.E. 41 L 3.

8  A.D.E. 41 L 3.

9  A.D.E. 41 L 3.

10  A.D.E. 41 L 19.

11  A.D.E. 41 L 19.

12  A.D.E. 41 L 27.

13  A.D.E. 41 L 14.

14  A.D.E. 41 L 12.

15  A.D.E. 41 L 26 à 46.

16  A.D.E. 41 L 20, 22 31.

17  A.D.E. 41 L 21.

18  A.D.E. 41 L 47.

19  Cité in Jean-Paul Bertaud, Guerre et société en France de Louis XIV à Napoléon Ier, Paris, Armand Colin, 1998, p. 77.

20  Cité in Jean-Paul Bertaud, William Serman, Nouvelle histoire militaire de la France 1789-1919, Paris, Fayard, 1998, p. 79.

21  A.D.E. 46 L 5-6.

22  A.D.E. 46 L 5-6.

23  A.D.E. 41 L 37.

24  A.D.E. 41 L 19.

25  A.D.E. 41 L 19.

26  A.D.E. 41 L 19.

27  Cité in Comité régional d’histoire de la Révolution, La Révolution en Haute-Normandie 1789-1802, Rouen, éditions du P’tit Normand, 1988, p. 52.

28  A.D.E. 7 L 1.

29  Fabrice Renault, Robillard, le banditisme dans l’Eure sous le Directoire, mémoire de maîtrise, dir. Claude Mazauric, Université de Rouen, 1987.

30  A.D.E. 41 L 7.

31  A.D.E. 41 L 5.

32  A.D.E. 46 L 5-6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Engelo Celeri, « Le poids de la nouvelle armée dans la société française en Révolution : l’exemple du département de l’Eure », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 183-196.

Référence électronique

Engelo Celeri, « Le poids de la nouvelle armée dans la société française en Révolution : l’exemple du département de l’Eure », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1257

Haut de page

Auteur

Engelo Celeri

Agrégé d’histoire, doctorant de l’Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page