Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, mémoire, histoire et « révisionnisme » 1802-2002

Frédéric Régent
p. 31-36

Résumé

Les célébrations commémorant le bicentenaire de la révolte de 1802 en Guadeloupe ont relancé le débat historique sur cette période mouvementée de l’histoire des Antilles. Le mouvement nationaliste guadeloupéen a cependant largement instrumentalisé cette mémoire ravivée en promouvant une lecture exclusivement noire et anti-française de l’événement, n’hésitant pas à taxer de « révisionnistes » les historiens qui soulignent le rôle des métis dans l’insurrection.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1En 2002, le bicentenaire de la révolte de Delgrès a été célébré en Guadeloupe. De nombreuses manifestations ont émaillé cette année. Il faut noter des reconstitutions dites historiques durant le mois de mai 2002, de nombreuses conférences-débats, des émissions télévisées, des articles de presse, un recueil de textes commentés, un colloque avec la participation de Yves Bénot.

  • 1  Frédéric Régent, Entre esclavage et liberté, esclaves, libres et citoyens de couleur en Guadeloupe (...)

2Les célébrations sont les lieux de sourds conflits dans la mesure où elles imposent de donner du sens au souvenir que l’on veut rappeler ensemble. Cette période a coïncidé avec la publication d’un recueil de textes commentés par des historiens, mais aussi avec la soutenance de ma thèse 1, travail d’analyse de la société guadeloupéenne pendant les événements révolutionnaires français, qui, sur les conseils d’un universitaire, évitait soigneusement d’évoquer la question du rétablissement de l’esclavage. Nous voudrions présenter ici quelle fut l’attitude du mouvement nationaliste par rapport à un travail qui remettait en cause une mémoire construite sur un passé jusqu’alors méconnu.

La mémoire du rétablissement de l’esclavage : entre oubli et mémoire instrumentalisée

Un oubli

  • 2  Yves Bénot, La Révolution française et la fin des colonies, 1789-1794, La Découverte, 1987, réed. (...)

3Yves Bénot dans son ouvrage La Révolution française et la fin des colonies 2a montré l’oubli dans les ouvrages sur la Révolution française, jusqu’en 1989 du moins, de la question coloniale et du rétablissement de l’esclavage. Cet oubli peut être observé dans les manuels scolaires de collège. Que ce soit le Nathan 4e de 1988, les Belin, Bordas, Magnard de 1998, ou les Belin, Magnard de 2002, il n’y a rien sur le rétablissement de l’esclavage. Pourtant depuis 2000, les programmes d’histoire ont été adaptés dans les DOM et, en 2001, l’esclavage et la traite négrière ont été reconnus comme crime contre l’humanité. Mais, plus récemment encore, Max Gallo, aveuglé par la lumière dégagée par son héros Napoléon, en vient à minimiser l’ombre que constitue le rétablissement de l’esclavage et à ignorer que l’esclavage est un crime contre l’humanité. Les nationalistes de toutes époques et de tous pays se sont servis du culte de certains héros pour développer le sentiment national, mais aussi la xénophobie et les discriminations en tout genre.

Une mémoire instrumentalisée

  • 3  Henri Bangou, La Guadeloupe, 1962 et La Révolution et l’esclavage à la Guadeloupe, 1789-1802. Épop (...)

4La mémoire est le produit d’une reconstruction identitaire socialement légitime, puisqu’elle répond à la nécessité de donner de la signification au passé d’une communauté humaine. Sélective à dessein, la mémoire peut être créatrice d’oubli. Quatre ouvrages ont participé à l’instrumentalisation de cette mémoire. Écrits par des non-historiens appartenant à la mouvance nationaliste, ils ont analysé les événements de 1802 au prisme de leurs revendications politiques 3. Aucun de ces ouvrages ne répond aux critères d’objectivité et à l’exigence de croisements des sources propre aux travaux universitaires. Une histoire héroïque a été écrite, relayée par une littérature antillaise avide de grandes figures. Des statues à la mémoire de Delgrès, Ignace, Solitude ont été érigées sur le boulevard des héros avant 2002. Une brochure vendue à plus de 6000 exemplaires, réalisée par le Comité International des Peuples Noirs, écrit ceci : « Les événements de mai 1802, désormais qualifiés par les historiens de “guerre de la Guadeloupe” sont l’aboutissement logique d’un processus qui commence en 1801 avec la décision de Napoléon de rétablir l’ordre colonial et l’esclavage, tant en Guadeloupe qu’en Haïti. »

5Assurer, en outre, que « La Guadeloupe [fut] uniquement gouvernée par des Guadeloupéens d’octobre 1801 à mai 1802 », c’est réécrire l’histoire, puisque l’île est alors dirigée par un Martiniquais. On ne peut donc pas parler de « véritable gouvernement guadeloupéen » comme l’affirme la brochure. Le terme de Guadeloupéen est sans cesse utilisé. Il est question de « soldats guadeloupéens [qui] attaquent les Français », de « pertes guadeloupéennes », de « premier succès guadeloupéen » ou de « deuxième victoire guadeloupéenne », alors que la caractéristique des combattants est d’être originaires de la Caraïbe et d’avoir à leur tête un Martiniquais, Delgrès. Les jugements de valeur ne manquent pas non plus. Ainsi peut-on lire : « Prud’homme, un des rares officiers de couleur à trahir la cause de son peuple avec Pélage ». Le Blanc créole de la Martinique Monnerot, auteur de la proclamation de Delgrès, n’est pas mentionné alors que la proclamation est reproduite en totalité. La réponse de Delgrès à Richepance d’une proposition de soumission qui finit par les mots « Vive Bonaparte, vivre libre ou mourir » est amputée du « vive Bonaparte ». Le récit des combats se limite à une opposition des Français esclavagistes d’un côté et des Guadeloupéens de l’autre. Les termes « blancs » et « français » sont employés alternativement pour désigner ceux qui veulent le rétablissement de l’esclavage. En réalité, certains Blancs ont combattu aux côtés de Delgrès. L’origine martiniquaise de Louis Delgrès n’est à aucun moment mentionnée. Le fait que les chefs de la révolte soient majoritairement des métissés n’est pas évoqué non plus. Il y a confusion entre les dates. La loi du 20 mai 1802 est présentée comme une loi qui rétablit l’esclavage dans les colonies (en réalité, elle le maintient là où il n’a pas été aboli et elle ne concerne donc pas la Guadeloupe). Le décret Richepance du 17 juillet 1802 (datée par erreur du 16 dans la brochure) est présenté comme un acte rétablissant l’esclavage alors qu’il s’agit en réalité de supprimer la citoyenneté pour les hommes de couleur. La brochure finit par ces mots : « Quelle réflexion peut-on avoir sur un système et sur des hommes qui abolirent deux fois l’esclavage pour l’avoir institué deux fois ? »

6Les mêmes rédacteurs de cette brochure furent aussi ceux qui organisèrent les reconstitutions dites historiques avec comme cheville ouvrière, Luc Reinette, un nationaliste notoire, dirigeant du KLNG, une organisation indépendantiste. Les reconstitutions furent l’illustration de la brochure avec une réelle volonté de montrer l’opposition Guadeloupéens-Français : les acteurs choisis pour figurer les rôles de Delgrès métis et d’Ignace mulâtre sont des Noirs.

7La volonté d’inscrire les événements de mai 1802 dans le cadre d’une lutte séculaire du peuple guadeloupéen contre les colonisateurs esclavagistes français est patente.

Nouvelle approche historique

8Contrairement à la mémoire, l’histoire est la construction d’un savoir et l’expression d’un certain rapport entre le sujet et l’objet, le passé et le présent. Il peut exister parfois un conflit entre l’histoire et la mémoire. Le premier tenant de cette nouvelle approche historique fut Jacques Adélaïde-Merlande, dans un livre paru en 1986, Delgrès, la Guadeloupe en 1802, qui s’appuie sur une solide étude des sources et replace dans une perspective historique les événements de 1802. La commémoration du bicentenaire de l’insurrection en 2002 vit d’ailleurs ce même auteur participer, avec deux autres historiens professionnels – René Bélénus et moi-même –, à la publication d’un recueil de textes commentés, intitulé La rébellion de la Guadeloupe 1801-1802. Par ailleurs, 2002 fut l’année de ma soutenance de thèse. Ces deux dernières études apportèrent des éléments nouveaux au débat historique.

9Cette nouvelle approche historique a mis en lumière la complexité spécifique de la société coloniale : blancs métissés, libres de couleur, esclaves à talent… La période de liberté générale (1794-1801) est en réalité une période de travail forcé, le travail de l’ancien esclave appartenant toujours à son ancien maître auquel il est attaché. La forte présence de Jacobins est attestée en Guadeloupe. Delgrès est un jacobin, comme un certain nombre de Blancs qui se rebellent en octobre 1801. Pélage, lui, s’est toujours montré hostile aux Jacobins. La plupart des officiers de couleur de l’armée sont des métissés et des libres d’avant le décret du 4 février 1794. Certains d’entre eux étaient propriétaires d’esclaves avant l’abolition. Entre cultivateurs et armée de couleur, il y a une véritable césure. L’armée de couleur a réprimé à plusieurs reprises les révoltes de cultivateurs. Les futurs rebelles (Delgrès, Ignace), avant que certains soldats ne soient désarmés et humiliés, sont prêts à se soumettre. La faible participation des non-militaires à la lutte contre Richepance est démontrée. Sur l’habitation Dolé, sur 104 cultivateurs, cinq sont tués pendant les événements de 1802 :

  1. Le chef, François, et un cultivateur, Isidore, sont tués par les insurgés.

  2. Corrachy est tué à Basse-Terre en combattant avec les révoltés, de même que Barthélémy, tué à Baimbridge.

  3. Damassin est brûlé vif sur l’habitation « sur la seule dénonciation d’un individu dont il était l’ennemi ».

10Un officier blanc, Kirwan, participe activement à la rébellion en étant le numéro trois de l’armée des révoltés. Les rebelles luttent davantage pour défendre les positions acquises pendant la liberté générale. Ils sont dans l’ignorance du dessein de Bonaparte de rétablir l’esclavage. D’ailleurs ce dernier, partisan déclaré de l’esclavage, n’a pas encore pris la décision de le mettre en œuvre à la Guadeloupe et à Saint-Domingue. C’est seulement après la défaite des rebelles et la capture de Toussaint Louverture que Bonaparte, pragmatique, décide de rétablir l’esclavage dans toutes les colonies, le 16 juillet 1802. L’arrêté de Richepance du 17 juillet 1802 rétablit l’esclavage de fait, mais pas de droit, et supprime la citoyenneté de couleur.

Du danger de l’accusation de « révisionnisme »

  • 4  Léon Danquin, « La postérité de 1802 : entre clameurs et discours », dans Études Guadeloupéennes, (...)
  • 5  Jean-Pierre Sainton, historien guadeloupéen, « 1802 : la tentation révisionniste ? » dans Sept Mag(...)

11Cette nouvelle approche historique a suscité de vives réactions dans le mouvement nationaliste. Un nationaliste écrit à l’été 2003 : « Alors qu’un consensus historico-mémoriel semblait se dessiner autour de 1802, se développe sur les médias notamment un curieux et surprenant débat animé par deux historiens de la région de Basse-Terre » 4. Un autre écrit : « On mesure le doute, le trouble, voire ledésarroidans lequel peut être plongé un peuple qui ne disposant ni de l’information et de l’éducation de base, ni de la méthodologie de l’historien se voit asséner comme des vérités historiques des éléments qui, coupés de l’analyse globale, ne deviennent plus que des assertions fort hasardeuses et tendancieuses… La Guadeloupe aurait une vérité historique officielle que l’on aurait pu parler en la matière de ”révisionnisme” »5. Le mot est prononcé.

  • 6  Léon Danquin, « La postérité de 1802 : entre clameurs et discours », op. cit.
  • 7  Ibidem

12Un autre évoque « une reconstruction du passé dans laquelle transparaît un droit à la subjectivité dont on perçoit mal les ressorts idéologiques ». « Quelles sont les motivations qui animent l’action supermédiatique des protagonistes des “nouvelles” approches du fait 1802 ? »6. « Alors fallait-il, par des affirmations empreintes d’intempestivité, refuser aux Guadeloupéens une mémoire exemplaire, surtout à un moment de grande communion avec un passé considéré à plus d’un titre comme fondateur ? Il faut reconnaître que l’activisme de certains sur le terrain de l’histoire et de la mémoire du factuel contraste avec l’attitude consensuelle des autorités françaises. Élisabeth Guigou, citée par Catherine Trautman, le 28 mai 1998, avait déclaré : « La France honore ces précurseurs de la décolonisation et de la défense des hommes persécutés en raison de leur action pour la liberté »7. L’auteur de ces lignes ne se montre pas convaincu de la « pertinence de l’accent mis sur le caractère relatif de la liberté sous le proconsulat de Victor Hugues pour évidemment expliquer la très faible adhésion des Noirs de la Guadeloupe au mouvement insurrectionnel de mai 1802 ».

  • 8  Frédéric Régent, Esclavage, métissage, liberté, la Révolution française en Guadeloupe 1789-1802, P (...)
  • 9  Tintin au Congo (suite) dans Mot Phrasé, n° 134 du mercredi 2 mars 2005.
  • 10  Danik Zandwonis, « Frédéric Régent a-t-il voulu assassiner Ignace ? » dans Sept Mag du 23 décembre (...)

13Le débat a rebondi avec la sortie de mon ouvrage, Esclavage, métissage, liberté, la Révolution française en Guadeloupe 1789-18028. J’ai été accusé de « servir certaines personnes, obédiences ou groupes d’influence pour desservir l’histoire » 9, de « vouloir instituer une forme subtile de lecture biaisée de l’histoire » et pour finir de « préférer une lecture métissée de l’histoire de notre pays »10. Certaines conférences de présentation du livre ont été particulièrement houleuses, certaines remises en cause ne plaisant pas à des hommes qui ont construit toute leur identité, tout leur combat politique en se référant à l’épopée Delgrès.

14Entre instrumentalisation et oubli, les approches nouvelles de l’histoire se font peu à peu leur place. Toutefois, l’historien devient suspect dès lors qu’il s’inscrit dans une approche innovante, différente d’une tradition historique devenue mémoire. Comme l’écrivait Édouard Glissant, à propos de l’esclavage, le travail de mémoire ne doit pas conduire au ressassement du passé. C’est à une « mémoire-dépassement » de ce passé qu’il faut œuvrer. Il est temps de construire une histoire partagée de l’esclavage, de ses abolitions et de son rétablissement.

Haut de page

Notes

1  Frédéric Régent, Entre esclavage et liberté, esclaves, libres et citoyens de couleur en Guadeloupe, une population en Révolution (1789-1802), thèse soutenue le 8 juin 2002 à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

2  Yves Bénot, La Révolution française et la fin des colonies, 1789-1794, La Découverte, 1987, réed. 2004.

3  Henri Bangou, La Guadeloupe, 1962 et La Révolution et l’esclavage à la Guadeloupe, 1789-1802. Épopée noire et génocide, 1989, Germain Saint-Ruf, L’Épopée Delgrès, 1965, et Roland Anduse, Joseph Ignace, le premier rebelle : la révolution antiesclavagiste guadeloupéenne, 1990.

4  Léon Danquin, « La postérité de 1802 : entre clameurs et discours », dans Études Guadeloupéennes, n° 8, août 2003.

5  Jean-Pierre Sainton, historien guadeloupéen, « 1802 : la tentation révisionniste ? » dans Sept Mag, 30 mai 2002.

6  Léon Danquin, « La postérité de 1802 : entre clameurs et discours », op. cit.

7  Ibidem

8  Frédéric Régent, Esclavage, métissage, liberté, la Révolution française en Guadeloupe 1789-1802, Paris, Grasset, 2005.

9  Tintin au Congo (suite) dans Mot Phrasé, n° 134 du mercredi 2 mars 2005.

10  Danik Zandwonis, « Frédéric Régent a-t-il voulu assassiner Ignace ? » dans Sept Mag du 23 décembre 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Régent, « Le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, mémoire, histoire et « révisionnisme » 1802-2002 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 99 | 2006, 31-36.

Référence électronique

Frédéric Régent, « Le rétablissement de l’esclavage en Guadeloupe, mémoire, histoire et « révisionnisme » 1802-2002 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 99 | 2006, mis en ligne le 01 avril 2009, consulté le 22 juin 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1251

Haut de page

Auteur

Frédéric Régent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page