Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Philippe Marlière, La mémoire socialiste 1905-2007. Sociologie du souvenir politique en milieu partisan

Paris, L’Harmattan, 2007, 286 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Philippe Marlière, La mémoire socialiste 1905-2007. Sociologie du souvenir politique en milieu partisan. Paris, L’Harmattan, 2007, 286 p.

Texte intégral

1Le parti socialiste n’a pas de mémoire. Celle-ci, comme son histoire, ne lui apparaissent ni un registre de l’action politique, ni même une catégorie déterminante dans l’ordre des discours socialistes. Frédéric Cépède et Fabrice d’Almeida ont montré, à partir de militants interrogés lors du congrès de Dijon (2003), la réalité d’une affirmation implicitement fondée sur la comparaison avec la mémoire communiste, devenue objet d’histoire1. L’ouvrage de Philippe Marlière, issu d’une thèse de doctorat, questionne les logiques de la mémoire socialiste de 1905 à 2007. Articulé notamment sur les travaux de Maurice Halbwachs, son travail s’intéresse à la mémoire historique du socialisme comme à ses pratiques. L’enquête se nourrit d’entretiens réalisés auprès de militants de Carmaux et de Lille, lieux historiques du socialisme français. Avant d’aborder la mémoire orale et ses pratiques, Philippe Marlière dresse un premier état de la mémoire historique du parti.

2Son récit ne fut jamais totalement pris en charge par le parti : les heurts des tendances et des courants se conjuguent alors au peu d’intérêt porté par l’institution partidaire pour ce type de problématiques. Les tentatives d’une histoire écrite par le parti échouent régulièrement. L’histoire du parti s’écrit sur ses marges, par des socialistes (Roger Quilliot), des universitaires souvent proches (Daniel Ligou, Alain Bergounioux, Christophe Prochas-son…),  par d’anciens militants vaincus dans l’action politique (Georges Lefranc2). Dans cette écriture du socialisme, les institutions de recherche liées au parti jouent un rôle de plus en plus prégnant dans la visibilité de cette mémoire historique. Parmi elles, l’Office Universitaire de Recherche Socialiste (OURS) semble maintenant s’imposer. Collaborant avec une Fondation Jean Jaurès davantage immergée dans le domaine archivistique, l’OURS polarise par ses réseaux entre université et affinités militantes une tentative d’écriture d’une mémoire historique du socialisme français. Philippe Marlière pointe là la trajectoire singulière d’une institution3 qui, au sein du parti socialiste refondé à Epinay, incarne davantage l’identité de la SFIO, sinon par sa proximité avec le Centre Guy Mollet, le molletisme. « Structure rebelle », l’OURS s’impose peu à peu au parti comme l’interlocuteur du parti sur les questions historiques, passé l’âge « militant » des mollettistes (Jacques Pierre, Adrien Spinetta, Claude Fuzier…), sous la férule notamment de Pierre Guidoni, puis aujourd’hui d’Alain Bergounioux, également membre du CA de la Fondation Jean Jaurès. La suture de cette institution singulière qui agrège universitaires et militants à l’ensemble du parti, se lit par la figure de ce dernier, venu du CERES, puis rocardien, naguère jospiniste, à même de concilier les deux cultures auparavant structurantes du débat au sein du parti socialiste4. Notons également le renversement produit à la tête de l’institution : ce n’est plus un politique qui s’intéresse à l’histoire, mais un historien qui faisait de la politique… Pour autant, et malgré des colloques pointant les avancées historiographiques (« Parti socialiste et résistance » notamment), l’OURS peine à construire une mémoire et une histoire visible du socialisme français au sein du PS. Le parti socialiste ravaude tout au plus une tradition codifiée s’ordonnant autour de la trilogie Jaurès, Blum, Mitterrand : l’identité socialiste paraît floue.

3Scrutant alors les pratiques mémorielles, Philippe Marlière décrit une mémoire à la fois idiosyncrasique et lacunaire. On peut discuter le premier qualificatif au vu de l’échantillon choisi : Carmaux et Lille sont des lieux de mémoire socialiste dont la forte personnalité engage la vivacité du rapport militant au souvenir. Laissons Jean Jaurès dont l’auteur cerne une part du mythe et de ses limites mobilisatrices (Jean Jaurès, sociologie d’une mythologie militante), pour pointer le cas lillois. Dans l’orthodoxie de la tradition socialiste, Lille signifie le guesdisme, qualificatif constant des luttes au sein du parti, ravivé d’ailleurs par Michel Rocard dès 1977. Ces luttes mobilisent à l’échelle nationale la présence mémorielle du socialisme du Nord : les cas carmausin et lillois ne permettent pas d’infirmer ou confirmer la possibilité de dépasser cette idiosyncrasie. Une section « anodine » du socialisme français manque à l’échantillon pour discerner plus nettement les contours mémoriels d’une France socialiste, figure d’ailleurs absente du lexique des entretiens, rémanente pourtant dans le textes jusqu’en 1981 au moins5. Le discours carmausin de Ségolène Royal en 2007 pointe également la manière dont un lieu de mémoire informe une part de la visibilité d’une mémoire nationale du socialisme6, par-delà l’idiosyncrasie repérée par Philippe Marlière. Il y a sans doute là un redéploiement de la mémoire socialiste qu’esquisse en conclusion l’auteur : le local s’estompant peu à peu, le parti s’affranchissant de son sinistrisme pour devenir un parti d’opinion. Une mémoire nationale peut advenir, délestée de ce qui faisait le souvenir politique en milieu socialiste et son éclatement : les luttes, la rugosité des contacts avec le mouvement communiste notamment. La production de cette mémoire nationale passe alors davantage par l’image, la communication, la commémoration. Elle correspond à la nouvelle société des socialistes7, aux liens plus lâches entretenus depuis 2006 entre les militants et la section. Elle procède du constat d’effacement du mouvement ouvrier, cadre mémoriel fort auparavant.

4Dans cette configuration, les entretiens permettent d’accéder au vif de la mémoire socialiste. Philippe Marlière distingue cinq générations militantes, déclinées par l’événement : le Front populaire, la guerre, l’Algérie, Mai 68, 1981. L’événement, dans l’entrée en politique, n’apparaît pas le seul marqueur mémoriel : les liens tissés au sein des Jeunesses socialistes, la famille jouent leur rôle. Il y a ainsi, sinon des dynasties socialistes, des lignées socialistes : le socialisme français serait ici atavique, là davantage corrélé à une trajectoire singulière. La génération du Front populaire, en regard de la fréquence des citations dans la démonstration, paraît la plus prolixe. Elle conserve, à Carmaux comme à Lille, la mémoire des luttes. Le souvenir lillois de l’enterrement de Roger Salengro permet à Philippe Marlière l’esquisse polyphonique de la cérémonie, entre l’émotion d’une militante, et le regard plus acéré d’un militant socialiste naguère membre des RG. L’identité socioprofessionnelle est peu prise en compte dans l’analyse des mécanismes de remémoration à Lille ; elle l’est davantage dans un Carmausin dominé, au moment de l’enquête réalisée, par la fermeture du dernier puits de mine. Ici un monde s’éteint pour des générations militantes ; au nord, la transformation programmée de la Coopérative de l’Union à Lille en centre commercial fait sens pour la seule génération du Front populaire. Ces deux situations différencient ainsi en partie le travail des cadres mémoriels dans le parti : le lieu (mine, statue, coopérative…) compose l’une des variables parmi d’autres comme la socialisation syndicale, familiale, le rapport au PCF (structurant à Lille)… L’analyse des entretiens repère également des constantes. Ainsi du rôle de la chanson : portée par des représentations de générations politiques antérieures (Front populaire notamment), sa pratique procède de l’esprit SFIO. L’Internationale prime d’ailleurs sur d’autres titres, et aucun entretien ne laisse transparaître le souvenir de Mikis Théodorakis et Herbert Pagani (Changer la vie, 1977). Le propos est moins anecdotique qu’il n’y paraît : dans la mémoire socialiste, Philippe Marlière repère une mémoire SFIO, et de manière beaucoup plus labile– moins prégnante sans doute– une mémoire PS. La première se structure en partie par la force des thématiques anticléricales, du rapport à la droite, au patronat, au PCF. Il y a là un esprit de famille SFIO que l’auteur corrèle à la pratique du parrainage pour chaque impétrant socialiste. La mémoire PS paraît plus difficile à cerner ; son éclatement procède d’une composition hétérogène entre des militants ex-gauchistes de 1968 et un courant cédétiste nourri d’autres valeurs, d’autres souvenirs8. L’amalgame est aujourd’hui d’autant plus incertain que l’encadrement militant par la section se fait lâche, notamment par le phénomène des adhésions internet. On retrouve dans cette dualité de la mémoire socialiste toute l’ambiguïté d’un parti qui, à cinq années d’intervalle, fêtait son trentenaire (2001) et son centenaire (2005).

5Il faut lire Philippe Marlière donc pour une première immersion dans la mémoire des socialistes, sinon la mémoire socialiste. Les frustrations de la lecture – quid du rôle des fêtes de la Rose par exemple ? – naissent de ce caractère pionnier, hors les investigations de Frédéric Cépède et Fabrice d’Almeida.

Haut de page

Notes

1  Frédéric Cépède, « Les socialistes, l’histoire à contribution ou le long remords de l’histoire », disponible en version électronique chs. univ-paris1.fr/Collo/CEPEDE. pdf, consulté le 16/8/07. Et Frédéric Cépède, « 1905 ou 2005, le premier centenaire des socialistes. Commémorer, fêter, rechercher », Recherche socialiste, n° 33, décembre 2005. Pour le PCF, Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1994.

2  Sur ce point, Vincent Chambarlhac, « Georges Lefranc ou la construction d’une position historiographique », Recherche socialiste, n° 37, mars 2007.

3  Voir également Philippe Marlière, « L’OURS : trajectoire d’un lieu de mémoire socialiste », dans Claire Andrieu, Danielle Tartakowsky et alii, Associations et champs politiques, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

4  La démonstration de Philippe Marlière s’enrichit de la prise en compte des premiers tomes de la collection Les poings et les roses (chez L’Harmattan), où surgissent les mémoires de Pierre Verdier, Robert Chapuis ; l’ouvrage de ce dernier (Si Rocard avait su, 2007), rocardien de la première heure, complète l’état d’une trajectoire identifiée dans l’ouvrage.

5  Pour un premier aperçu de cet environnement documentaire, cf. Vincent Chambarlhac et alii, Histoire documentaire du Parti socialiste, Dijon, EUD, 2005 (4 tomes).

6  Vincent Chambarlhac, « Jaurès dans la campagne », Recherche socialiste, n° 39/40, Septembre 2007.

7  Rémi Lefebvre, Frédéric Sawicki, La société des socialistes. Le PS aujourd’hui, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2006.

8  L’apport du travail de Rémi Darfeuil nuance en partie ce constat, travaillant la mémoire mitterrandiste : Rémi Darfeuil, La mémoire du mitterrandisme au sein du parti socialiste, note 34 de la Fondation Jean Jaurès, avril/mai 2003, 95 pages. Disponible en version électronique sur le site de la Fondation Jean Jaurès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Philippe Marlière, La mémoire socialiste 1905-2007. Sociologie du souvenir politique en milieu partisan », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/124

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page