Navigation – Plan du site
DOSSIER

Histoire de la gauche en Égypte (1870-1965): expériences, contributions et enjeux

Didier Monciaud
p. 11-16

Entrées d’index

Géographie :

Égypte, Moyen-Orient

Chronologie :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ce dossier des Cahiers d’Histoire-Revue d’histoire critique est consacré à l’histoire de la gauche égyptienne entre 1870 et 1965. Curieuse idée, semble-t-il, quand on connaît la situation de la gauche aujourd’hui dans ce pays: en crise, faible et éclatée. De plus l’engouement de la recherche concerne aujourd’hui davantage l’intégrisme islamique.

2La gauche en Égypte a pourtant un passé riche témoignant de son influence. Son histoire reste toutefois assez méconnue en France et dans les pays francophones. Peu de travaux lui sont consacrés, hormis les rares et passionnants écrits de Jacques Couland, de Maxime Rodinson ou l’ouvrage pamphlétaire et ancien de Mahmoud Hussein. Souvent le livre de Gilles Perrault consacré à Henri Curiel est la seule référence connue. Or ce passionnant ouvrage est plus une épopée qu’une véritable étude historique.

3L’idée de départ était donc de revenir sur cette histoire mal connue. L’ambition n’est nullement de proposer un tableau général et complet. L’objectif est d’examiner, à partir d’études de cas, différentes expériences, contributions à la vie nationale, tant politiques que culturelles, et ainsi de discuter de la trajectoire de la gauche pour mieux en comprendre les difficultés contemporaines.

4Il s’agit de montrer tant sa richesse que sa diversité sans omettre les oppositions, les contradictions auxquelles les courants de gauche ont été confrontés dans cet important pays du Proche-Orient. Car la gauche égyptienne, les gauches au regard d’une réelle pluralité des sensibilités, des références, a joué un rôle significatif, dynamique et influent à différents moments de la vie politique et sociale de cette société dominée, autour de la problématique, centrale ici, de « classe et nation ».

5La contribution de la gauche au cours de cette période qui va de la fin du XIXe siècle aux années 1960 concerne d’abord la sphère politique avec de puissantes mobilisations anti-coloniales, particulièrement entre 1945 et 1952. Mais elle s’est traduite aussi par un rôle influent dans l’animation des mouvements syndicaux et ouvriers, tout spécialement dans les années 1920 et les années quarante et cinquante. L’action de la gauche est enfin également marquée par sa participation aux fortes mobilisations estudiantines, sans oublier son rôle dans le domaine intellectuel avec une production riche et variée tant politique (Sadeq Sa’d, Ibrahim Amer, Fawzi Guirguis, Shuhdy ‘Ateya…), que philosophique (Abou Seif Youssef, Mahmoud Amin Al-‘Alem, Mourad Wahba…) et culturel avec des romanciers (Youssef Idriss, ‘Abdel Rahman al Charqâwî, Mohammad Sidqy…), des auteurs de théâtre (No’mân ‘Achour, Alfred Farag,…), des poètes (Fou’ad Haddâd, Salâh Jahîn,…) ou des peintres (Ramsès Younane, Ingy Aflatoun, Taheya Halim…).

6Les contributions de ce numéro abordent délibérément les enjeux de cette histoire selon des approches et des analyses différentes.

7Ilham Khuri-Makdisi, spécialiste des courants radicaux au Proche-Orient avant 1914, évoque l’apparition et l’expression de sensibilités de gauche à partir de la fin du XIXe siècle dans une société qui est progressivement colonisée et en proie à de profonds changements politiques, économiques, sociaux et culturels. Tony Gorman, historien et politologue, insiste lui aussi sur l’importance de l’inscription de l’Égypte dans des courants internationaux, notamment du fait de l’importance des migrations. Il s’intéresse plus particulièrement à la contribution des courants anarchistes, notamment parmi les étrangers résidant dans le pays. Le début des années 1920 connaît la création et l’intervention dans la politique nationale du premier parti communiste. Nous avons choisi de reproduire (avec son autorisation) un texte, ancien mais classique, de Zachary Lockman, historien social, consacré aux relations entre ce parti et le mouvement ouvrier. Anouar Moghith, spécialiste de philosophie, examine comment un penseur indépendant, ‘Esâm Hefnî Nâssef, a essayé dans les années 1920 et 1930 de promouvoir en Égypte un marxisme indépendant et modéré, forme locale de travaillisme. L’historien Joël Beinin explique, lui, la renaissance du courant marxiste à partir des années 1930 et son rôle dans la politique égyptienne jusqu’en 1952, insistant sur les relations complexes entre nationalisme, anti-impérialisme et réforme sociale.

8Les contributions suivantes se concentrent sur les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale et le contexte nouveau qui en résulte à l’échelle du globe. Tewfiq Aclimandos, politologue et historien, s’intéresse au rôle des officiers communistes dans l’armée, et plus particulièrement à leurs rapports avec le groupe des Officiers Libres qui prendra le pouvoir en juillet 1952 et imposera son autorité au pays. Roel Meijer, chercheur en histoire politique de Nimègue, se focalise sur ce qu’il nomme « l’élaboration d’un modernisme autoritaire », ou comment les intellectuels de gauche définissent un projet de société qui entre en phase avec le projet autoritaire et réformateur du nouveau pouvoir des officiers dans les années 1950. Le spécialiste de l’histoire contemporaine de l’Égypte, Shérif Younis, aborde de manière critique les rapports complexes et tendus entre les communistes égyptiens et le régime nassérien qui vont prendre plusieurs formes: entre appui, confrontation et finalement ralliement. L’historienne Katérina Trimi-Kirou évoque l’engagement des militants de gauche grecs en Égypte et discute des questions de nationalité que pose cette participation à la vie politique dans un pays où ils sont étrangers. Enfin, nous proposons un article consacré à une importante figure féminine de la gauche, Madame Soraya Adham, disparue il y a peu, à travers lequel nous introduisons la question des femmes dans les luttes de la gauche égyptienne.

9Nous espérons qu’à travers ces diverses contributions s’exprimera le cheminement des gauches égyptiennes, à la fois traversées par les grands courants idéologiques des gauches à l’échelle du globe, mais aussi marquées par les singularités de la société égyptienne. L’histoire de la gauche est ainsi inscrite dans une perspective large, tant dans le temps que dans l’espace. La diversité de ses interventions, de ses productions, son poids sur divers moments de l’évolution du pays et du monde arabe n’en apparaissent que mieux, sans que cela minimise ses évidentes difficultés.

10En dépit de l’importance de ce dossier, d’inévitables regrets existent cependant. Plusieurs spécialistes contactés n’ont finalement pas pu participer à ce dossier. Plusieurs thèmes se retrouvent de ce fait exclus de ce volume: certains penseurs ou courants (al-Mansouri; Salama Moussa; L’Avant-Garde Wafdiste, tendance nationaliste de gauche) ne sont pas suffisamment évoqués, des questions sociales comme la place de la paysannerie, celle du syndicalisme ouvrier ne sont pas traitées, la riche production culturelle, notamment l’important apport du surréalisme, n’est que peu abordée. Sans doute, de futures occasions se présenteront.

11En guise d’évocation de la richesse de la production culturelle de l’Égypte contemporaine, nous avons choisi des fragments de peintures de Mohammad Sayed ‘Oweiss, un peintre égyptien contemporain et progressiste, pour présenter ce volume des Cahiers. Tel quel, nous pensons que ce volume des Cahiers d’Histoire sera pour nombre de lecteurs une incitation à l’approfondissement de la connaissance de l’histoire des gauches en Égypte et, au-delà, dans l’ensemble des États arabes.

Propositions bibliographiques

12Nous proposons au lecteur trois courtes bibliographies distinctes, en français, en anglais et en arabe. Il convient de mentionner ici que si les travaux en français sur l’Égypte sont peu nombreux, les travaux en anglais sont, eux, très nombreux, ne serait-ce que du fait de la puissance des universités nord-américaines et la forte présence dans le champ académique des historiens israéliens. Enfin, les écoles historiques égyptiennes sont à l’origine d’une production égyptienne impressionnante mais hélas très peu traduite.

13Il ne s’agit que de courtes bibliographies, bien trop courtes. L’idée est qu’elles servent d’entrée en matière à celui ou celle qui souhaiterait aller plus loin pour découvrir la passionnante et dynamique histoire de l’Égypte contemporaine, méconnue et marquée par des images réductrices. Pour une entrée en matière sur l’ensemble de la région, on conseillera particulièrement le méconnu et pourtant très stimulant ouvrage de synthèse de Jacques Thobie.

Haut de page

Bibliographie

Langue française

– Abdel Malek, Anouar, L’Égypte société militaire, Paris, Seuil, 1962

 Balta, Paul, et Rouleau, Claudine, La vision nassérienne, Paris, Sindbad, 1982

– Berque, Jacques, Égypte, impérialisme et révolution, Paris, Gallimard, 1967

– Carré, Olivier, et Michaud, Gérard, Les Frères Musulmans 1928-1982, Paris, Gallimard, 1983

– Colombe, Marcel, L’évolution de l’Égypte 1924-1950, Paris, Maisonneuve, 1951

– Hassoun, Jacques, Histoire des juifs du Nil, Paris, Minerve, 1990

– Heykal, Mohammed Hassanein, L’affaire de Suez : un regard égyptien, Paris, Ramsay, 1987

– Hussein, Mahmoud, L’Égypte, luttes de classes et libération nationale 1945-1973, Paris, Maspéro, 1975

– Ilbert, Robert, Hassoun, Jacques, Yannakakis, Ilios, Alexandrie 1860-1960, Paris, Autrement série mémoires, 1992

– Lacouture, Jean et Simone, L’Égypte en mouvement, Paris, Seuil, 1962

– « Nasser 25 ans », Peuples Méditerranéens, n° 75-76, 1996

– Shoukri, Ghali, Égypte. La contre-révolution, Paris, Le Sycomore, 1979

– Tomiche, Nada, Histoire de la littérature romanesque de l’Égypte moderne, Paris, Maisonneuve et Larose

Langue anglaise

– Abdallah, Ahmed, The student movement and national politics in Egypt, Londres, Al-Saqi Books, 1985

– Badran, Margot, Feminists, Islam and nation : genderand the making of modern Egypt, Princeton, Princeton University Press, 1995

– Beattie, Kirk, Egypt during the Nasser years. Ideology, politics and civil society, Boulder, Westview press, 1994

– Beinin, Joel, et Lockman, Zachary, Workers on the Nile : nationalism, communism, Islam and the egyptian working class (1882-1952), Princeton, Princeton University Press, 1987

– Beinin, Joel, “Labor, capital and the State in Nasserist Egypt”, International Journal of Middle East Studies, n° 1, février 1989, p. 71-90.

– Beinin, Joel, « Egypt, economy and society 1923-1952 », in M. Daly ed., Cambridge History of Egypt, vol II, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 309-333

– Bianchi, Robert, “The Corporization of the Egyptian Labor Movement”, Middle East Journal, été 1986, p. 429-444.

– Botman, Selma, The rise of communism 1939-1970, New York, Syracuse University Press, 1988

– Botman, Selma, Egypt from independence to revolution (1919-1952), New York, Syracuse University Press, 1991

 Cole, Juan, Colonialism and revolution in the middle east : social and cultural origins of Egypt’s ‘Urabi revolt, Princeton, Princeton University Press, 1993

– Davis, Eric, Challenging colonialism : Bank Misr and egyptian industrialization 1920-1941, Princeton, Princeton University Press, 1983

– Deeb, Marius, Party politics in Egypt : the Wafd and its rivals 1919-1939, Londres, Ithaca Press, 1979

– Gershoni, Israel, et Jankowski, James, Egypt, Islam and the arabs : the search for egyptian nationhood 1900-1930, New York, Oxford University Press, 1986

– Gershoni, Israel et Jankowski, James, Redefining the Egyptian nation 1930-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1990

– Goldberg, Elis, Tinker, Tailor and Textile Worker, Berkeley, University of California Press, 1986

– Gordon, Joel, Nasser‘s blessed movement, Le Caire, AUC Press, 1996 (rééd. 1992)

– Ismael, Tariq, et Al-Sa’id, Rifa’t, The communist movement in Egypt 1920-1988, New York, Syracuse University Press, 1990

– Lockman, Zachary (ed), Workers and Working Classes in the Middle East, New York, State University of New York, 1994

– Mitchell, Richard, The society of the muslim Brothers, Londres, Oxford University Press, 1969

– Pripstein, Marsha, Labor and State in Egypt : workers, unions and economic restructuring, New York, Columbia University Press, 1997

– Vatikiotis, P.J., The modern history of Egypt, Londres, Weidenfeld and Nicholson, 1969

Langue arabe

– ‘Abbâs Hâmed, Ra’ouf, Al haraka al ‘ummâlia fi misr 1899-1952, Le Caire, Dâr al Kitâb al ‘Arabî, 1967

– Al-Bannâ, Gamâl, Al haraka al niqâbia al misrya, ma’it âm, Le Caire, Ittihad al islami al dawli lil ‘amal, 1998

– Al-Bishri, Tareq, Al haraka al siyasia al misrya fi misr 1945-1952, Le Caire, Dâr al-Ma’âref, 1983

– Al-Desôqî, ‘Asem (dir), ‘Ummâl wa tulâb fi al harakat al watanya al misrya, Le Caire, Dâr al Mahrousa, 1998

– ‘Ezz Eddîn, Amîn, Tarîkh al tabaqa al ‘âmîla al misrya mundhu nasha’tihâ hatta 1919, Le Caire, Dâr al Kitâb al ‘Arabî, 1967

– ‘Ezz Eddîn, Amîn, Tarîkh al tabaqa al ‘âmila al misrya min 1919 hatta 1929 , Le Caire, Dâr al Sha’b, 1969

– ‘Ezz Eddîn, Amîn, Tarîkh al tabaqa al ‘âmila al misrya min 1929 hatta 1939, Le Caire, Dâr al Sh’ab, 1973

– Al-Ghazzâlî, ‘Abdel Mon’eim, Tarîkh al haraka al niqâbya al misrya 1899-1952, Le Caire, Dâr al Thaqâfa al gedîda, 1968

– Al-Rafi’i, ‘Abdel Rahman, Fî a’qâb al thawra al misrya, 3 vols, Le Caire, Dâr al Ma’aref, 1985 (nombreuses éditions)

– Ramadân, ‘Abdel ‘Azîm, Tatawwur al haraka al watania al misrya, 2 vol., Le Caire, Dâr al Kitâb al-‘Arabi, 1987

– « Saba’oun ‘âman ‘ala al haraka al chou’iyia al misrya », Qadaya Fikrya, n° 11-12, 1992

– Sadeq Sa’ad, Ahmed, Safahat min al yasar al misri, Le Caire, Madbouli, 1976

– al Sa’id, Rifa’at, Al yasar al misry 1925-1940, Dar al Tali’a, Beyrouth, 1972

– al-Sa’id, Rifa’at, Tarikh mounazamat al yasar al misri 1940-1950, Le Caire, Dâr al Thaqafa al Gedida, 1976

– al-Sa’id, Rifa’at, Tarikh mounazamat al yasar al misri 1950-1957, Le Caire, Dâr al Thaqafa al Gedida, 1983

– al-Sa’id, Rifa’at, Hakadha takallamu al shuyu’yun, Le Caire, Dâr al Amal, 1989

– ‘Uthmân, Taha Sa’d, Al Idrâbât fî misr zaman al Arba’înât, Le Caire, Al ‘Arabi, 1998

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Histoire de la gauche en Égypte (1870-1965): expériences, contributions et enjeux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 11-16.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Histoire de la gauche en Égypte (1870-1965): expériences, contributions et enjeux », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1233

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Cahiers d’histoire-Revue d’histoire critique et GREMAMO (Paris VII)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page