Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Gilbert Achcar, L’Orient incandescent. Le Moyen-Orient au miroir marxiste

Lausanne, Éditions Page Deux, 2003, 352 pages
Didier Monciaud
Référence(s) :

Gilbert Achcar, L’Orient incandescent. Le Moyen-Orient au miroir marxiste. Lausanne, Éditions Page Deux, 2003, 352 pages

Texte intégral

1Ce livre aborde un vaste ensemble d’expériences de pays du Moyen-Orient (Afghanistan, Palestine, Irak) et de thèmes comme l’intégrisme islamique. Certains textes sont vieux d’une vingtaine d’années. L’auteur, libanais arrivé en France au début des années 1980, est un politologue marxiste qui a longtemps été actif au sein d’un courant trotskiste au Liban et en France. Il propose une grille d’analyse matérialiste. La reproduction de textes anciens, même révisés, est justifiée par son auteur, car ses analyses auraient bien vieilli.

2Les rapports des impérialismes occidentaux avec la région représentent le véritable fil blanc de l’approche. G. Achcar explique ainsi les ressorts de la stratégie dominatrice des États-Unis. Loin de la référence à la démocratie, l’appui sans faille à des régimes autoritaires a été la marque de la politique occidentale, notamment dans le but de maintenir l’accès et le contrôle sur les zones pétrolifères d’une importance décisive pour les économies développées. Disposer de ces immenses ressources pétrolières a été l’axe de la politique américaine qui explique ses interventions et alliances locales.

3La rhétorique sur la démocratie et le progrès ont souvent servi de prétexte à l’interventionnisme. Achcar propose une lecture qui rompt avec l’essentialisme et le culturalisme pour expliquer le maintien de dictatures au Moyen-Orient à la différence d’autres régions du monde, par exemple en Amérique latine ou en Afrique.

4Il présente les fondements de l’intervention soviétique en Afghanistan. Rejetant les théories à la mode dès cette époque et qui restent prédominantes encore aujourd’hui, l’auteur montre que ce n’est pas une volonté d’expansion qui explique cette politique mais des enjeux géopolitiques régionaux. Cherchant depuis des lustres un État tampon, l’URSS a considéré nécessaire d’intervenir pour empêcher ce pays de passer dans la zone d’influence occidentale. Elle craignait aussi que les développements en cours n’affectent les républiques soviétiques d’Asie centrale. Au mépris du droit des peuples bien sûr. Mais sans mesurer les conséquences de ce choix. Il va s’ensuivre ce que G. Achcar nomme une libanisation de l’Afghanistan avec une guérilla intense, la montée des chefs de guerre tribaux et des courants fondamentalistes réactionnaires, soutenus par les sensibilités intégristes du Pakistan, du monde arabe, relais d’une active politique d’appui des États-Unis qui financeront et fourniront des armes.

5Pourtant, dès 1980, l’auteur fut un des rares marxistes à s’opposer à l’intervention militaire soviétique. Il réclamait l’évacuation immédiate des troupes soviétiques, évoquant les risques d’aggravation de la situation : la mainmise de l’URSS sur le pays ne ferait que renforcer le rejet de secteurs croissants de la société. Les développements ultérieurs avec la longue guerre d’Afghanistan, le rôle des chefs de guerre et des forces intégristes soutenues par les régimes pakistanais, saoudien, relais de Washington, ont confirmé cette analyse.

6Ses écrits sur la Palestine soulignent la logique constante des responsables israéliens. Depuis 1948 et sous des formes diverses, ils cherchent à empêcher la formation d’un véritable État palestinien. Avec la victoire de 1967 et l’occupation de Gaza et de la Cisjordanie, un strict contrôle des territoires palestiniens a été instauré. L’auteur est très sévère envers l’OLP, impuissante et bureaucratique. Contrairement à la grande majorité des analyses d’alors, il a sévèrement critiqué les Accords d’Oslo en 1993 qu’il considérait n’être rien de moins qu’un enterrement de la première intifada et la concrétisation d’un ancien projet israélien, le plan Allon, vers la mise en place de véritables bantoustans palestiniens. Au-delà des négociations et discussions, la politique israélienne reste guidée par une opposition à une réelle autodétermination. Terrible et explosive impasse. Les événements récents confirment hélas une telle lecture.

7La dernière partie est consacrée à l’Irak. Achcar évoque ce qu’il nomme la longue tragédie du peuple irakien. Le régime baathiste prend le pouvoir après un coup d’État en 1968 et réprime brutalement le puissant mouvement communiste. L’arrivée au sommet de l’état de Saddam Hussein signifie la mise en place d’un régime ultra-violent.

8Appuyé par les Occidentaux, poussé même par eux, Saddam Hussein attaque l’Iran de Khomeyni en 1980. Une longue et sanguinaire guerre débute. Financé par les pays du Golfe et armé par les pays européens et les États-Unis, le pays sort exsangue de ce conflit. Quand il essaie de conquérir le Koweït, une guerre est menée par une coalition internationale contre l’Irak. Le régime est maintenu en place. L’embargo qui frappe le pays touche essentiellement ses habitants. Ses effets sont très lourds.

9Le 11 septembre fournit un prétexte pour s’engager dans une intervention. Au-delà de Saddam Hussein, les objectifs sont doubles : s’assurer l’accès exclusif contre ses rivaux au pétrole irakien mais aussi asseoir sa présence et son influence dans ce pays, sur le Golfe et cet ensemble régional à la frontière de l’Asie centrale, face à la Chine et à la Russie.

10Achcar a expliqué comment l’occupation allait littéralement enflammer le pays et provoquer cette montée de la résistance armée. Dès le début, l’auteur considéra que l’occupation américaine en Irak ferait face à d’énormes difficultés et tournerait au bourbier.

11Son analyse de l’islamisme s’appuie sur des thèses qu’il avait rédigées aux débuts des années 1980. Il refuse l’emploi du terme fondamentalisme et préfère celui d’intégrisme. Il souligne la diversité des formes d’intégrisme. Chaque pays, chaque société a produit des expériences historiques spécifiques dans lesquelles se sont développés ces courants. Même la matrice essentielle que représentent les Frères Musulmans comporte des différences de contenus, de rôles en Égypte ou en Syrie. L’intégrisme repose sur les classes moyennes inférieures, même si cela ne se réduit pas au sens de la petite bourgeoisie que l’on retrouve dans le Manifeste communiste.

12L’auteur propose une lecture de l’histoire de l’islam qu’il considère comme étant une « religion politique », selon l’étymologie du mot politique qui renvoie à la notion de cité. Ce court texte ne peut aborder de manière précise toutes ces dimensions. Pour autant, il faudrait nuancer les commentaires de l’auteur sur l’histoire de l’islam qui ne peut se réduire à la période initiale de l’islam.

13L’échec des courants nationalistes et de gauche à répondre aux aspirations des populations en matière de développement économique, de liberté et d’indépendance explique cet essor. En particulier, l’auteur stigmatise les courants communistes « staliniens » en raison de leur stratégie de renoncement. Cela mériterait plus. De même, l’histoire des expériences nationalistes et de la gauche auraient nécessité plus de précisions. La nature première du document de départ, onze thèses, explique le côté lapidaire, pamphlétaire même.

14La notion de laïcité représente un véritable enjeu. Pour autant, peut-on expliquer l’échec de Nasser ou d’autres régimes nationalistes autoritaires par leur timidité en la matière ?

15Pour Achcar, l’intégrisme n’offre que peu de points d’appui aux luttes contre la domination impérialiste et au combat émancipateur dans ces sociétés. Ses options réactionnaires concernent tout particulièrement les femmes, les minorités et les travailleurs. Face à ce phénomène, l’auteur défend une posture critique. Mais il considère que des alliances tactiques ou du travail commun sont possibles selon les réalités locales. La gauche doit rester absolument indépendante.

16Riche et intéressant même si on ne partage pas l’ensemble de ses analyses, ce livre permet de tordre le cou aux explications culturalistes sans parler des stéréotypes et autres analyses caricaturales qui existent sur cet ensemble régional, y compris dans les cercles progressistes. En effet, on retrouve trop souvent des écrits marqués d’un réel européocentrisme, une méconnaissance et une mécompréhension des réalités locales, sans oublier hélas des préjugés qui peuvent aller jusqu’à des formes d’islamophobie. Comme il existe à l’opposé et tout aussi dramatiquement une sensibilité exprimant une bien naïve fascination-justification de l’intégrisme.

17Pessimiste sur la situation présente, l’auteur fait quand même preuve d’un prudent optimisme sur son avenir. L’essor de l’alter-mondialisme et des mobilisations anti-guerre qui ont produit quelques jonctions lui paraissent autant de signes de renouveau progressiste possible.

18Au-delà des divergences, cet ensemble aidera à mieux comprendre les développements politiques récents et plus anciens au Moyen-Orient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Monciaud, « Gilbert Achcar, L’Orient incandescent. Le Moyen-Orient au miroir marxiste », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 22 juin 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/122

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page