Navigation – Plan du site
DOSSIER

Territoire politique socialiste et terroir viticole

Olivier Jacquet
p. 24-36

Résumé

Durant l’entre-deux-guerres, dans un contexte de mise en place des appellations d’origine du vin en Bourgogne, territoires et espaces politiques se superposent. Entre discours républicain favorable à la petite propriété vigneronne et défense des intérêts locaux de la viticulture, s’illustre en toile de fond un socialisme notabiliaire d’élus très proches des propriétaires de crus. Ainsi, le Front Populaire prend de façon originale ses racines dans les vignobles d’une côte viticole en pleine reconstruction.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Bourgogne, France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les spécificités des zones viticoles durant l’entre-deux-guerres ouvrent de nouvelles  perspectives d’analyses historiques, en marge des possibilité de découverte d’un « exceptionnel normal ». Sous l’angle d’une microstoria adaptée aux différents jeux d’échelles et de pouvoir qui composent le monde viticole durant la mise en place des appellations d’origine, nous proposons d’engager une réflexion à contre-courant des modèles classiques, autour des origines du Front Populaire ou, tout du moins, autour du processus d’ancrage d’une république sociale dans ce monde économique particulier et pluriel qui est celui de la vigne et du vin. Si notre propos compte s’appuyer sur les quelques travaux traitant du socialisme dans les campagnes, une esquisse d’étude des mondes politiques dans l’espace très spécifique de la Bourgogne viticole devra mettre à jour l’existence d’importantes interpénétrations entre territoires politiques et terroirs vignerons. Les orientations des élus, leurs actions sur le terrain, les réseaux qu’ils composent ou qu’ils subissent, la mutation des espaces politiques, semblent profondément en lien avec le vignoble et ses particularités.

2L’entre-deux-guerres s’affiche comme une période cruciale dans la définition des espaces viticoles, des « terroirs ». La loi du 6 mai 1919 autorise, dans un souci de protection des producteurs et par voie judiciaire si nécessaire, la délimitation sous forme d’appellation d’origine de l’ensemble des zones complantées en ceps en France. La Bourgogne devient ainsi le théâtre de luttes juridiques, économiques, sociales et nécessairement politiques, conflits d’intérêts dans un espace agricole monocultural et pourtant extrêmement pluriel.

3Face à un tel sujet, les archives explorées se recoupent et empruntent au champ du politique comme à celui de l’agriculture. Les rapports de police, les congrès et journaux socialistes, les débats parlementaires, les résultats électoraux, complètent ainsi les déclarations de récoltes, les comptes rendus de réunions syndicales ou les publications du Journal Officiel concernant la vigne et le vin.

4Notre propos se focalisera sur les deux départements de la Côte-d’Or et de la Saône-et-Loire, dont les surfaces complantées sont continues mais fort différenciées, tant au niveau des encépagements que des surfaces ou des types de propriétés et d’exploitation de la terre. Le vignoble de Côte-d’Or, tenu en main par des syndicats professionnels de propriétaires de crus très favorables aux strictes délimitations et à une hiérarchisation forte des parcelles, s’oppose à une Saône-et-Loire de petits propriétaires de vignes à vin « ordinaires » (à base de Gamay),  bien souvent coopérateurs.

5Dans ces deux zones viticoles et les enjeux qui les traversent, le terroir s’impose comme un « autre lieu du politique », possible configuration singulière d’un territoire politique. Nous tenterons de montrer que, sur un discours républicain et national favorable à la petite propriété, se superpose une réalité territoriale politique intimement liées aux intérêts locaux de la viticulture. De cette situation naîtra d’ailleurs une forme de « socialisme des campagnes », assez inattendue et très proche des notabilités rurales locales.

6Aussi, nous apporterons dans un premier temps un éclairage sur les enjeux territoriaux  en œuvre lors de la mise en place des appellations d’origine dans le vignoble bourguignon. Nous étudierons ensuite l’expression du discours républicain de défense de la petite propriété, à travers ce moment important de dialogue qu’est la visite en Bourgogne de la Commission des Boissons de l’Assemblée Nationale. Enfin, nous esquisserons la teneur des rapports entre vignerons et politiques, illustrant l’existence d’un socialisme notabiliaire dans la Côte-d’Or des crus.

Un territoire éclaté : la Bourgogne lors de la mise en place des appellations d’origine

7Depuis la loi du 6 mai 1919, les professionnels de la vigne et du vin, organisés en syndicats, peuvent faire reconnaître devant les tribunaux le droit pour leurs vins à l’appellation d’origine. L’enjeu est d’importance, puisqu’il s’agit pour chaque association de défendre ses pratiques devant les juges et face à d’autres associations utilisant d’autres normes. La Bourgogne, et en particulier la Côte-d’Or, hébergent une profession très hétérogène dans ses statuts sociaux, économiques, et très diverse dans ses modes de production et de commercialisation des vins. Cette profession s’articule autour de grandes associations syndicales qui sont chargées de défendre leurs intérêts sur les espaces qui les concernent.

8Chaque organisation s’étend sur un espace plus ou moins uniforme en terme de rapport à la propriété ou de type de vin produit. Cette uniformité correspond à un panel d’intérêts communs défendus par ces syndicats viticoles. La répartition géographique des associations professionnelles correspond à la diversité des structures et des pratiques viticoles. Ainsi, le territoire de l’Arrière-Côte, lieu de polyculture, espace de production de vins ordinaires et zone peuplée de petits propriétaires, héberge un syndicat unique de défense de ses intérêts. Il s’agit  de l’Union syndicale des Hautes-Côtes de Beaune et de Nuits-Saint-Georges. Ici, l’organisation syndicale recouvre exactement un territoire viticole pensé comme une des parties homogènes du triptyque « Plaine, Côte, Arrière-Côte ». Sur la Côte, la répartition syndicale est plus complexe et recouvre plusieurs échelles spatiales. Les nouvelles dispositions relatives aux délimitations incitent plutôt les viticulteurs à se regrouper par futures zones d’appellations ou types de productions à défendre. Sur une échelle intercommunale, la Fédération des syndicats de défense viticole de la Côte des vins blancs de la Côte d'Or représente un type particulier d’union de producteurs déterminée par la variété des vins que ces derniers produisent.

9Chaque commune ou même parfois certains crus possèdent également leurs syndicats. Nous assistons donc à l’émergence de conflits entre villages. C’est le cas, par exemple, lors de la délimitation concernant le cru du Corton. A la suite d’un jugement du tribunal de Beaune en 1930, contre l’avis du Syndicat d’Aloxe-Corton, certaines parcelles des communes de Ladoix et Pernand-Vergelesse obtiennent le droit à l’appellation Corton. Mais le combat est rude, et les propriétaires d’Aloxe portent le jugement en appel en 1931, puis devant la cour de cassation le 17 novembre 1937. Cet exemple illustre les tensions existant sur toute la Côte entre communes et syndicats de propriétaires de vignes plus ou moins prestigieuses.

10Dans ce territoire existe également un négoce peu favorable aux appellations. Il défend ses marques privées, la pratique des assemblages ou celle des équivalences. Ce négoce possède un fort pouvoir économique en ce sens qu’il possède le quasi-monopole de la fabrication et surtout de la vente de vin dans la région. Il est représenté par une entité syndicale couvrant la Côte-d’Or, et par une autre tenant l’arrondissement de Beaune. Ses prises de postions contre les demandes des propriétaires vignerons, et en particulier contre ceux possédant des crus et cherchant à s’émanciper de sa tutelle, impliquent fortement le négoce dans les conflits en cours.

11Les vignerons propriétaires dans les zones les plus réputées souhaitent des délimitations très strictes et restreintes des appellations d’origine, mettant en avant d’importantes hiérarchies dans les vins. Ils cherchent à discréditer d’une part les pratiques des vignerons des communes peu connues qui habillent leurs vins des noms prestigieux des communes voisines, estimant que les qualités sont équivalentes. Il s’agit de la pratiques des « équivalences ». D’autre part, ils combattent le négoce et sa volonté de persévérer dans les usages des assemblages et des marques commerciales.

12Dans une période d’intenses conflits judiciaires, la Côte-d’Or viticole s’impose comme un lieu très morcelé, composé d’espaces syndicaux et viticoles antagonistes. Il existe donc une superposition de territoires et d’associations recouvrant d’une part des espaces à défendre, et d’autre part des pratiques à sauvegarder.

13Un conflit oppose enfin vignerons de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire pour déterminer les caractéristiques de l’appellation « Bourgogne ». Le jugement du tribunal de Dijon du 29 avril 1930 distingue précisément les vins ayant droit à l’appellation « Bourgogne » (ceux de Pinot, de Chardonnay, et les Gamay du Beaujolais), de ceux pouvant uniquement revendiquer celle de « Bourgogne Ordinaire », ou « Bourgogne Grand Ordinaire » (Gamay et Aligotés). Ainsi, la fracture s’agrandit entre une Saône-et-Loire complantée principalement en Gamay et Aligotés (soutenue d’ailleurs pas les vignerons des Hautes-Côtes) et la Côte viticole entre Dijon et Santenay, pays de Pinot et de Chardonnay. Lors de la rencontre avec la commission parlementaire en janvier 1931, le docteur Ozanon, président de la très saône-et-loirienne Confédération Générale des Vignerons de Bourgogne, se positionne contre les conclusions du jugement et explique qu’il « n’est pas encore universellement démontré que seul le Pinot puisse donner un grand vin en Bourgogne ». Henri Maupoil, député radical-socialiste de la circonscription d’Autun, refuse tout autant cet état de fait. Enfin, dans les revendications annexes, Eugène Budin, président de la Fédération Régionale des Syndicats Viticoles du canton de Couches-les-Mines, et surtout représentant de l’association des maires de Saône-et-Loire, exprime son souhait de conserver l’appellation « Bourgogne » pour tous les vins en dehors des hybrides. Inversement, en Côte-d’Or, le syndicat dominant des propriétaires de crus du marquis d’Angerville, initiateur du jugement du tribunal de Dijon, reste favorable à une stricte délimitation de l’appellation « Bourgogne ». Il fonde sa position sur la légitimité des conclusions judiciaires.

14Les luttes judiciaires s’éternisent et provoquent de véritables dissensions au sein des espaces délimités. Le vignoble se déchire, se divise, en même temps que la crise économique redouble au seuil des années 1930. C’est dans ce contexte que la Commission des boissons de l’Assemblée nationale vient visiter les vignobles de France en 1931. La République vient enquêter sur les résultats de la loi du 6 mai 1919 et apporte une dimension politique supplémentaire aux débats. Elle va ainsi légitimer, principalement face au négoce, le combat des vignerons propriétaires de crus ou de vins ordinaires.

Le Parlement dans les vignes, ou la diffusion de l’idéologie républicaine de défense de la petite propriété

15Pour tenter d’apaiser les conflits nés autour de la loi des appellations d’origine, une commission parlementaire conduite par le député SFIO Édouard Barthe vient donc en Bourgogne, à la demande de la plupart des municipalités du vignoble. Les syndicats et les communes sont invités à y présenter leurs revendications sur l’ensemble des sujets en discussion. La consultation des discours publiés des protagonistes de la viticulture bourguignonne devant la commission parlementaire de juin 1931 révèle à quel point le Parlement est l’arbitre suprême face aux conflits locaux. La juste participation de l’État, dans cette IIIème République idéologiquement mûre, ne consiste nullement à imposer aux représentants locaux d’intérêts divergents une conception prédéfinie d’en haut, mais tout au contraire à se poser comme une oreille arbitrale guidée par les principes fondateurs de la République. Les parlementaires se présentent et sont perçus d’emblée comme déterritorialisés, dérégionalisés, mus non par des intérêts particuliers, catégoriels ou territoriaux, mais par leur capacité à déterminer l’intérêt général. L’arbitrage parlementaire ouvre les registres discursifs de l’appropriation territoriale puisque devant le Parlement, gardien du temple idéologique de la IIIème République, c’est tout l’ordonnancement politique du monde social qu’on veut convoquer.

16Le territoire à déterminer doit être un territoire conforme à l’idéologie dominante, l’idéologie républicaine. Déjà, la définition géographique de la qualité du vin, mise en œuvre par la loi de 1919 et le pouvoir judiciaire, peut être comprise comme une première orientation républicaine de la qualité. En attribuant prioritairement la qualité du vin à l’origine de la vigne, la loi préfère privilégier le propriétaire plutôt que le négociant comme garant de la qualité. Le vignoble français étant grêlé d’une multitude de petites exploitations, on retrouve ici une conception libérale née de la Révolution française, érigeant les petits propriétaires comme modèle de l’équilibre social. La loi de 1919 favorise la masse des petits propriétaires des différents vignobles au détriment des quelques commerçants. En Bourgogne, aux 20 000 exploitants déclarant une récolte correspondent environ 200 négociants.

17En 1931, un texte cadre sur la viticulture est en discussion à l’Assemblée Nationale, celui du « statut viticole ». Or, ce dernier est une réaffirmation des priorités politiques de la IIIème République, la défense du monde rural, des « petits » du monde rural. Ainsi la Commission parlementaire chargée d’arbitrer le conflit bourguignon s’ouvre sur ces mots du président Édouard Barthe :

« La Chambre a marqué un désir très net qui repose sur un principe : la défense de l’artisanat agricole. On ne veut pas laisser mourir le petit vigneron qui, avec sa famille, cultive librement sa terre (applaudissements) et on ne veut pas que ce petit vigneron soit exproprié par les gros terriens comme il y en a dans le midi et en Algérie, qui à eux seuls cultivent des espaces aussi grands que tout un arrondissement de la Côte d’Or. (applaudissements) »

18Le pivot de la politique agricole doit rester la petite exploitation artisanale. La loi de 1931 sur le statut viticole définit alors l’artisanat agricole pour la viticulture. Au-dessus de 10 ha de vignes ou d’une production supérieure à 500 hectolitres, tout exploitant devra payer des taxes de surproduction. Seules les petites exploitations ont le droit de planter de nouvelles vignes à concurrence de 1 ha. Il s’agit alors de se prémunir contre les « sociétés financières de la vigne » dont l’exemple repoussoir sont les grandes sociétés du midi, les « industriels de la viticulture », exploitant un vignoble de plusieurs centaines d’hectares. Le député Barthe qualifie ce projet de « libéral », c’est-à-dire de défense de la liberté assimilée à la survie des petits propriétaires, une liberté fondée sur la propriété comme émancipation de la domination économique et sociale. Le référentiel dominant, ce cadre normatif à l’aune duquel se juge la pertinence d’une politique, est bien un référentiel républicain.

19L’autre sujet abordé lors de la visite parlementaire touche aux appellations d’origine et au très controversé statut de la viticulture bourguignonne, devant soustraire aux procès de délimitation un accord général entre les membres de la filière viticole.

20Cet aspect des discussions révèle de fortes disparités et s’accompagne de tout un argumentaire politique destiné à capter l’attention du président de la commission, dont la volonté reste d’affirmer l’indépassable cadre de l’idéologique républicaine conduisant à la défense du petit propriétaire.

21Le discours des vignerons de l’Arrière-Côte prend une dimension toute politique lorsque Naudin, secrétaire général de l’Union syndicale, revendique le droit à l’appellation « Bourgogne » pour les vignes plantées en Gamay. Ce produit devient un « vin de consommation quotidienne pour les modestes employés, artisans, travailleurs d’usines ». Pour Naudin, le prétexte du respect des usages, avancé par les producteurs de grands vins fins de la Côte-d’Or, ne tient pas. Il démontre que ces mêmes usages sont régulièrement « bafoués ». Il ajoute :

« Mais que penser des riches et puissants collègues professionnels […] qui ont l’impertinente audace de faire intervenir contre les misérables, contre les gueux, contre les prolétaires de la viticulture bourguignonne, contre nous enfin, les usages locaux, loyaux, et constants ?»

22Le discours destiné à Barthe se positionne volontairement du côté des « petits » et prend une connotation agrarienne de gauche. Notons d’ailleurs toute l’ambiguïté des déclarations de Naudin qui se positionne politiquement comme URD, mais se rapprocha de Mathé et son parti agraire vers 1935.

23L’exposé suivant, du président du syndicat défense des intérêts viticoles de Ladoix-Corton, rappelle les propos précédents. Il tente alors de convaincre les parlementaires de l’injuste position des grands propriétaires d’Aloxe dans le processus de délimitation de l’appellation Corton. Ses protestations transposent une simple décision judiciaire en un problème social et politique. Capitain, président du syndicat de Ladoix-Corton et maire SFIO de sa commune, écrit :

« Depuis des années, pour le plus grand bien de la paix sociale dans nos villages, les travailleurs de la vigne accèdent de plus en plus à la propriété du sol qu’ils cultivent : couronnement légitime d’années de labeur continu et souvent ingrat […] Le geste du syndicat d’Aloxe apparaît donc comme la démonstration de la volonté de quelques favorisés de la fortune, de barrer la route, dans ce coin de vignoble, à cette bienfaisante évolution. »

24Ce « défi lancé par quelques unités multimillionnaires, conservateurs outranciers », révolte à la fois le représentant de petits propriétaires et l’élu socialiste du conseil d’arrondissement de Beaune qu’est Capitain. Il écrit le même type d’article dénonciateur de ces agissements, intitulé « Féodalité », dans Le Socialiste Côte-d’Orien. Ces enjeux propres à un terroir révèlent, derrière une réalité juridique, économique et sociale, la portée du discours socialiste de lutte des classes et d’émancipation de la petite propriété. Ils soulèvent également le problème, crucial en Bourgogne viticole, des positionnements politiques et d’un rapport différencié à la terre.

25Le « référentiel » ou « registre de justification » légitime pour influer sur la législation du vin est alors un argument jugé du côté républicain. La construction de la qualité sur le marché est bien un processus d’interaction entre activité économique et règle de droit, plus fondamentalement entre activités économiques et socle politique, idéologique. Le conflit d’intérêts sur le marché trouve sa règle de justice idéologique (le petit propriétaire) et le mode pertinent de la prononcer (tribunaux et Parlement) dans l’ordre politique indépassable, la République.

26Le vote du statut de la viticulture et les discussions relatives aux appellations d’origine générées par le passage des parlementaires évoquent la constitution, nationalement, d’un cadre républicain favorable aux propriétaires vignerons. Cet espace politique national et arbitral des conflits locaux ne peut pourtant constituer le modèle unique d’un processus différencié d’interactions entre élus de gauche et propriétaires vignerons en Bourgogne. L’origine républicaine du Front populaire dans les campagnes vigneronnes de Côte-d’Or s’accompagne de jeux plus fins, mettant en évidence plusieurs réseaux d’intérêts, mêlant étroitement élus et professionnels.

27Or, c’est bien l’oubli par l’État réformateur de cette distinction entre les différents types de propriétaires et les enjeux territoriaux qui en découlent qui induit la territorialisation et par la même, le morcellement des engagements politiques de gauche sur la Bourgogne.

Terroirs viticoles et territoires politiques : les différentes voies du socialisme

28En Côte-d’Or et Saône-et-Loire, le vignoble est essentiellement constellé de vignerons petits et moyens propriétaires. Le salariat viticole s’avère assez restreint dans une Saône-et-Loire étoilée principalement de petits propriétaires vignerons et n’existe réellement que dans le nord du département, producteur de Crémant. En Côte-d’Or, malgré une forte présence des négociants, la petite et moyenne propriété reste une composante majoritaire. Les syndicats d’ouvriers vignerons n’apparaissent que très peu dans les sources dépouillées. Tout juste pouvons nous noter la présence en 1936 d’un Syndicat des Ouvriers Vignerons de Beaune. Cette organisation a pour objet l’étude « en commun de toutes les questions intéressant l’action ouvrière aux points de vue professionnel, moral, social, local, national, international et les solutions à y apporter ». Elle se propose de créer une bibliothèque, des cours et des conférences, de participer aux travaux de fédérations similaires, de faire œuvre de solidarité et enfin de favoriser le placement de ses membres en recevant offres et emplois. Ce syndicat adhère à l’Union des Syndicats confédérés de la Côte-d’Or (CGT). Un an plus tard, le Syndicat des Ouvriers Agricoles et Viticoles de Vosne-Romanée voit le jour. Son organisation se calque sur celle de ses grands frères des communes de Beaune et Ladoix . Existe enfin, à partir de 1938, un regroupement appelé Syndicat Ouvrier des Vins et spiritueux de Beaune et de la région. Il revendique son adhésion à la CFTC.

29Ces quelques syndicats ouvriers naissent dans des lieux très particuliers et non représentatifs de l’ensemble de la Côte-d’Or viticole. La présence d’un négoce important à Beaune entraîne nécessairement l’existence dans cette ville d’une forte population d’ouvriers viticoles. Le contexte politique général importe enfin. La fondation du Syndicat Ouvrier des Vins et spiritueux de Beaune et de la région en 1938 s’inscrit dans une concurrence implicite ayant lieu depuis 1936 entre la CFTC et la CGT. Les syndicats ouvriers de Beaune, Ladoix et de Vosne-Romanée, créés en 1936 et 1937, se situent dans un mouvement ouvrier national depuis la réunification de mars 1936 et suite à la « ruée syndicale » des mouvements de mai-juin 1936. Ce syndicalisme marginal et finalement tardif en Bourgogne est masqué par l’importance des syndicats de petits, moyens et gros propriétaires, ou par les groupements de négociants. Dans cet espace de propriétaires, les discours sur la lutte des classes ne peuvent pas prendre. Ce sont bien les concepts « compère-morelistes » de défense de la petite exploitation qui font mouche et qui sont suivis à la lettre par les élus socialistes des territoires viticoles de la région.

30Pour Henri Boulay ou Georges Nouelle (respectivement députés de Mâcon de 1931 à 1942 et de Chalon-sur-Saône de 1924 à 1942)comme pour Jean Bouhey et Robert Jardillier (Députés de Côte-d’Or de 1936 à 1940 pour le premier et de 1932 à 1940 pour le second ), il faut  défendre celui qui travaille sa terre. Jean Bouhey affiche par exemple clairement son soutien à la petite exploitation. Issu d’un socialisme emprunt d’une « nouvelle sociabilité républicaine », le candidat de gauche n’effraie pas la propriété. Il explique d’ailleurs dans sa  profession de foi de 1928 son attachement à la petite propriété et rappelle que « nos vignerons bourguignons, pour la plupart, exploitent eux-mêmes leurs propriétés ».

31Une étude en surface des discours et engagements politiques de la région conforterait l’idée d’une certaine uniformité de ton très emprunte de « compère-morelisme » et d’idéologie républicaine. Le Front populaire se serait ainsi logiquement imposé dans ces campagnes de propriétaires en lutte contre un négoce tout-puissant soutenu par la droite locale. L’étude des résultats commune par commune aux élections législatives de 1932 et 1936 parvient pourtant à fluidifier ce modèle d’uniformité républicaine dans les campagnes. En fonction des enjeux territoriaux et commerciaux mis en exergue par le processus de mise en place des appellations, les positions des élus différent et s’opposent parfois. Les prises de positions politiques se calquent sur les enjeux territoriaux en matières de délimitation.

32En Saône-et-Loire, la gauche s’appuie sur une base de petits propriétaires vignerons. Nous restons ici dans le modèle classique du socialisme des campagnes évoqué par Édouard Lynch : un socialisme républicain, proche des exploitants, s’appuyant sur des réseaux de coopératives de production locales puissantes, dont l’objectif est d’émanciper économiquement les vignerons. Les élus socialistes et radicaux de 1924, Georges Nouelle et  Théo Bretin, vont jouer un rôle déterminant dans la diffusion de ce modèle idéologique. Édouard Lynch rappelle d’ailleurs l’action partisane importante de Georges Nouelle, écrivant un article sur les coopératives de vinification en 1924 et organisant une visite collective des caves coopératives du Midi en mars 1925. Il montre aussi comment, de créations partisanes socialistes, le processus de création des coopératives s’effectue ensuite autour d’une stratégie de rassemblement entre socialistes et radicaux-socialistes.

33En Côte-d’Or, les multiples conflits territoriaux laissent place à des réalités politiques plus complexes. À la différence du vignoble de Saône-et-Loire, la droite reste très présente dans les communes, en particulier dans les communes de crus réputés. Aloxe-Corton, Chambolle-Musigny ou Pommard portent sans discontinuité et massivement leurs voix aux candidats de droite lors des élections législatives de l’entre-deux-guerres. C’est également le cas, dans une moindre mesure, des villages de Savigny-les-Beaune, Volnay ou Puligny-Montrachet (plus de 50 % des voix pour le candidat de droite au second tour des élections de 1932 et 1936).  La Côte des moyens et grands propriétaires de crus n’est pas, dans les urnes, tellement favorable à la Gauche. Les candidat SFIO Jean Bouhey et Robert Jardillier récoltent plus facilement des suffrages dans les communes moins prestigieuses et souvent « déshéritées » de Premeaux-Prissey, Comblanchien, Corgoloin, Pernand-Vergelesses, Vougeot (les parcelles du Clos de Vougeot appartiennent en majorité à des personnes extérieures au village) ou Chassagne-Montrachet. Cette situation conforte l’idée d’une gauche Côte-d’Orienne s’appuyant sur des territoires moyennement valorisés et victimes du processus de délimitation favorable aux propriétaires de crus. Les luttes territoriales transparaissent au regard des résultats par communes lors des élections législatives. Le cas des communes de Pernand, Ladoix et Aloxe s’avère l’un des exemples les plus révélateurs de cette situation. Le combat pour la délimitation du Corton intensifie les différences politiques entre les villages socialistes de Pernand et Ladoix et celui très à droite d’Aloxe. Il montre surtout la forte imbrication des réseaux syndicaux et des mondes politiques. Pavelot et Capitain, maires socialistes respectivement de Pernand et Ladoix, sont tous deux à la tête des syndicats viticoles de ces communes. Nous avons exactement la même configuration à Aloxe-Corton avec Louis Latour, qui cumule ces deux responsabilités, mais se déclare cette fois-ci à droite.

34C’est bien cette superposition des territoires politiques et syndicaux qui brouille les cartes et permet au final de substituer au modèle national du socialisme républicain des campagnes une approche en termes de réseaux d’intérêts locaux. Ainsi, il est surprenant de constater l’existence d’alliances fortes entre Robert Jardillier et le marquis d’Angerville pour lutter contre les vignerons de Saône-et-Loire et leurs élus de gauche, qui souhaitent remettre en cause le jugement de délimitation de la Bourgogne rendu à Dijon le 29 avril 1930.

35Aux élections législatives de 1932, la Saône-et-Loire des petits vignerons confirme son penchant pour les candidats de la SFIO. Seule zone en partie viticole à conserver un député radical, la circonscription d’Autun qui réélit Henri Maupoil. Les deux partis ne sont pas toujours en accord au niveau national, mais dans l’espace viticole représenté par la CGAVB, l’unité contre les propriétaires de crus de Côte-d’Or prend le dessus. Le président de l’association est un petit élu radical, et l’organisation s’appuie sur l’influence politique d’un de ses membres actifs, Henri Boulay (SFIO). Henri Maupoil et Henri Boulay font tous deux partie de la commission des boissons de l’Assemblée nationale et semblent tous deux privilégier les vues de la Confédération et faire opposition aux idées du syndicat de d’Angerville. Ils s’intègrent ainsi dans la mouvance d’Édouard Barthe, défenseur des intérêts viticoles méridionaux et président de la commission des boissons. Les interventions d’Henri Maupoil viennent constamment  appuyer les souhaits du président de la CGVAB. L’élu de Saône-et-Loire va tout faire pour défendre l’idée d’un « statut de la Bourgogne »autorisant l’appellation « Bourgogne » aux vins de gamay et d’aligoté de Saône-et-Loire ou, dans le pire des cas, pour revenir au système des équivalences. Ses nombreuses prises de parole lors du passage de la commission prouvent l’importance de cet engagement. La question de l’intervention des politiques dans la sphère syndicaliste doit permettre de préciser les rapports de force en présence. Nous assistons donc ici, aux côtés des vignerons, à un soutien parlementaire de gauche très favorable à la petite propriété, à la coopérative de production. Or, la gauche Côte-d’Orienne tout en prononçant un discours identique à celle du département voisin, prend fait et cause pour une autre vision du vin. Elle appuie les viticulteurs de crus dans leurs démarches de délimitations strictes des vignobles.

36En Côte-d’Or, le député Jardillier, pourtant non issu du monde du vin, devient relativement efficace dans la défense des intérêts des propriétaires de la Côte. Le paradoxe réside dans son opposition systématique aux propositions de son ami politique Boulay à la Chambre, concernant le statut et la délimitation de la Bourgogne. En témoigne cette lettre de d’Angerville au baron Le Roy du 31 mai 1936 :

« Quant au député Jardillier que vous avez bien jugé, nous avons eu de fréquentes entrevues, échangé de nombreuses lettres. Il s’est toujours montré accueillant et actif. Il est dans nos idées. Il est opposé au projet de loi Boulay, et je dois revoir Jardillier à propos d’un nouveau projet de loi déposé par Boulay. (…) Grâce à Jardillier, nous avons pu obtenir que le premier projet Boulay, qui devait passer subrepticement un matin à la Chambre, soit ajourné et ne puisse passer en discussion. ».

37Aux cotés d’Auguste Jacot, député de droite, Robert Jardillier tente de laisser le champ libre aux propositions du Syndicat des Grands crus de Côte-d’Or. Sa présence dans les débats viticoles n’a rien d’étonnant. Élu de la circonscription de Dijon et en particulier dans la zone viticole de Dijon–Sud, il conforte les représentations des mondes viticoles à l’Assemblée en obtenant, avec Édouard Barthe, la reconstitution de la commission des boissons en 1932. Au sein de cette commission, il s’oppose ainsi  à la constitution d’un Office National du Vin conçu comme une assimilation de toute la production viticole aux dépens des intérêts locaux qu’il défend.

38Cette proximité entre Robert Jardillier et les producteurs de crus s’explique bien évidemment par une défense des intérêts d’une partie de son électorat. Mais son action se situe également, tout comme Édouard Barthe, dans une idée républicaine de défense des travailleurs de la terre face aux « gros commerçants » représentés encore pour une part par le négoce. L’idée républicaine de promotion des régions le concerne enfin au premier chef. Porteur des idées du Front populaire, il se fait défenseur de la culture, du patrimoine et du folklore local. Son intervention poussée en faveur de la mise en place du pavillon de Bourgogne, lors de l’exposition internationale de Paris, conforte son souhait de voir en cette manifestation le point de départ d’un redressement économique de la France passant par la mise en valeur nécessaire du potentiel provincial. La défense du modèle des terroirs viticoles imaginé par les vignerons de la Côte rejoint pleinement ses préoccupations.

39Avec Robert Jardiller, et dans une moindre mesure avec Jean Bouhey, nous assistons à l’émergence dans ces campagnes d’un socialisme « de terroirs » soutenu par des syndicats professionnels de notables des vignes. Cette orientation paraît d’autant plus réelle qu’à l’inverse, un personnage comme l’ancien député de Côte-d’Or Etienne Camuzet (député de 1902 à 1932) prend de plus en plus position pour le négoce et les viticulteurs déçus par le jugement de délimitation de la Bourgogne. D’Angerville n’hésite d’ailleurs pas à tancer le maire URD de Vosne-Romanée, son ancien allié,  en le traitant de « malfaiteur de la viticulture des grands crus ».

40En négatif, et à la différence de la Saône-et-Loire où les « perdants » des appellations continuent de faire confiance à une gauche « compère-moreliste » et républicaine, une partie des exclus des terroirs les plus valorisés de Côte-d’Or portent leurs préférences vers la contestation d’extrême droite. Une troisième formation fait ainsi son apparition lors de l’élection de 1932. Il s’agit du Parti Agraire et Paysan français, conduit en Côte d’Or par Pierre Mathé. Cet agriculteur de la plaine réalise un bon score en récoltant plus de 12 % des suffrages. Il s’installe en particulier dans des territoires initialement assez favorables au radicalisme ou au socialisme, comme les communes « déshéritées » d’Auxey-Duresse, de Santenay, de Corgoloin (entre 30 et 40 % des voix) ou encore comme les Hautes-Côtes. Nous ne pouvons que constater l’intérêt grandissant de ces communes en marge des grands crus pour les idées du Parti Agraire. Ce sont ces communes défavorisées par les jugements sur les AOC qui adhèrent en 1935 à la Fédération des viticulteurs de la Côte-d’Or, antichambre de la corporation viticole locale, organisation ennemie du Syndicat des propriétaires de crus de la Côte-d’Or. Nous assistons ainsi à un rejet des terroirs institués par les propriétaires vignerons de crus, soutenus par les partis de la République, de droite comme de gauche. Une gauche Côte-d’Orienne proche des notables des campagnes, appui d’un terroir aux accents indubitablement républicains.

Conclusion

41Dans ce contexte, les clivages politiques nationaux semblent peser beaucoup moins que les intérêts locaux. En Côte-d’Or, nous sommes face à des réactions politiques de pays. Dans ce département habité, pour une part, de vignerons défenseurs intransigeants des délimitations strictes, l’implantation des élus dans le terroir se confirme. En Saône-et-Loire, il semblerait que nous soyons en présence de positions intermédiaires. L'ancrage des élus existe bel et bien, et la volonté de la CGAVB de créer un statut conforme aux ambitions du vignoble départemental exerce une forte influence sur leurs décisions. Pourtant, on peut déceler des liens sociaux et idéologiques interrégionaux. Les relations avec Édouard Barthe au sein de la commission des boissons de l’Assemblée, l’identité politique commune entre Henri Boulay et le député du Midi, la défense d’enjeux communs pour leur région (coopératives, défense des petits propriétaires détenteurs d’appellations « régionales », appui aux décisions favorables aux contingentements et aux limitations partielles des replantations) supposent des consensus entre professionnels de diverses zones viticoles françaises.

42Par-delà ces réflexions, une conclusion s’impose : le poids local des syndicats s’entremêle avec les représentations politiques des espaces concernés. Dans une certaine mesure, les enjeux, dictés par les syndicats rivaux, inhibent le débat politique et génèrent des alliances territoriales différentes et plus proches des perspectives électorales locales que des luttes entre partis. Le morcellement constant observé sur les cartes électorales de la Bourgogne prend, sans doute pour une part, sa source dans les divisions syndicales au sujet des délimitations. Si l’évolution politique des communes ne se calque pas nécessairement sur les enjeux syndicaux et viticoles de la région, certains positionnements coïncident.

43Ainsi, certaines origines « viticoles » du Front Populaire s’écrivent-elles au pluriel. Le discours républicain tendant à défendre le petit propriétaire (et au final le moyen et le gros exploitant) contre l’industriel, contre le négociant, prend pied dans les vignes de Bourgogne comme dans de nombreuses campagnes. Il permettra d’asseoir nombre d’élus SFIO et radicaux dans les mondes ruraux. Cependant, et l’hypothèse reste à étayer sur d’autres territoires, à l’aide d’autres exemples, un mode d’ancrage de la gauche différent et issu des enjeux particuliers à chaque territoire apparaît au regard de cette étude. Le Front Populaire des campagnes viticole de Côte-d’Or prend fait et cause pour le renforcement du système des appellations d’origine, pour une hiérarchie des terroirs favorable à l’excellence. S’impose ainsi une vision bourgeoise mais républicaine des vins, qui trouvera sa consécration institutionnelle dans le décret-loi du 30 juillet 1935 instaurant les AOC et leur contrôle par le Comité National des Appellations d’Origine. Cette institution, dans laquelle seront nommés tous les grands propriétaires syndicaux de l’hexagone, ne fera l’objet d’aucun remaniement sous le Front Populaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Jacquet, « Territoire politique socialiste et terroir viticole », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 103 | 2008, 24-36.

Référence électronique

Olivier Jacquet, « Territoire politique socialiste et terroir viticole », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 103 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 24 août 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1217

Haut de page

Auteur

Olivier Jacquet

Chercheur associé Université de Bourgogne IHC UMR CNRS 5605

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page