Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Réagir aux premiers votes des femmes. Le cas du Parti communiste français

Sandra Fayolle
p. 223-239

Résumé

L’auteur analyse, à partir d’archives variées, la politique du PCF lors des premiers votes des femmes. Conscient des enjeux que représentent les voix féminines, le PCF cherche en particulier à contrer l’influence des organisations catholiques. L’auteur met en évidence les étapes de l’adoption d’un discours nouveau en direction des femmes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Extrait de l’intervention du président du CDL de la Drôme. « Procès-verbal du Congrès tenu à Valen (...)

1Le 22 septembre 1944, les représentants de onze Comités Départementaux de la Libération (CDL) se réunissent en Congrès à Valence (Drôme). Ils manifestent leur défiance envers le Commissaire de la République et leur inquiétude sur la tenue des prochaines élections. Le président du CDL de la Drôme exprime clairement les craintes de ses homologues : « Nous sommes étonnés de voir que le Commissaire de la République, sans consulter les CDL, a demandé au gouvernement de précipiter les élections et de les faire dans un délai de deux mois (réprobation générale). Je ne lui reconnais pas le droit de prendre cette initiative. D’autre part, comme le vote des femmes est prévu, et si nous faisons des élections trop rapides, celles-ci voteront sans aucune préparation politique. Nous demanderons à ce que les élections ne soient pas précipitées (applaudissements). » 1

  • 2  Voir l’exemple du Canard Enchaîné, étudié par B. Denoyelle, « Des corps en élections. Au rebours d (...)
  • 3  « Les femmes et les problèmes politiques à la veille des élections », 24 avril 1945, Rapport de la (...)

2La signature, le 21 avril 1944, du décret portant sur l’organisation des pouvoirs publics en France, dont l’article 17 prévoit que « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes » engendre donc craintes, discussions et extrapolations. À la veille des premiers scrutins et, notamment, des élections municipales les 29 avril et 13 mai 1945, les peurs et les sarcasmes s’expriment dans la presse 2. Les partis politiques sont dans l’expectative : À qui profitera cette nouvelle règle du jeu politique ? Les services de Renseignements Généraux (RG) se montrent eux aussi circonspects, comme l’indique ce rapport du 24 avril 1945 : « À l’heure actuelle, les Françaises représentent plus de 60 % du corps électoral (...) Avec ce droit, avec cette majorité, peut-on dire que la femme française, et avec elle le pays, se trouve au seuil d’une ère nouvelle ? Il est incontestable que le vote des femmes est la grande inconnue des prochaines élections. Trop de données demeurent imprécises, la confusion des positions politiques est actuellement trop grande pour que nous puissions, dans cette étude, faire de nets pronostics. » 3

3Deux thèmes hantent les esprits. En l’absence de nombreux hommes retenus hors du territoire, car prisonniers ou déportés, le poids du vote féminin acquiert une ampleur supplémentaire. De plus, nombreux sont ceux qui s’inquiètent de la capacité des femmes à exercer leur nouveau droit de vote. Partant du présupposé que les Françaises ne s’intéressent pas à la politique et qu’elles doivent donc parfaire leur éducation civique, journalistes et hommes politiques s’agitent. Et cela non seulement pour le premier scrutin municipal, mais aussi pour les suivants. En effet, entre avril 1945 et novembre 1946, sept élections se succèdent et s’enchaînent. Les partis politiques se voient contraints de prendre en considération le poids politique de la population féminine et chacun d’entre eux adopte des mesures pour les « encadrer » ou, mieux encore, les « encarter ».

4Face à cette nouvelle donne dans la vie politique française, comment réagit le PCF ? Il se montre dans un premier temps soucieux de contrer l’influence, jugée menaçante, des organisations catholiques. Il tente également d’inciter les nouvelles citoyennes, non seulement à participer aux scrutins, mais aussi à se prononcer en sa faveur. Enfin, ses dirigeants adoptent un discours nouveau en direction des femmes, révélateur d’un certain nombre de présupposés quant à leur représentation des électrices, des élues ou du rapport des femmes au politique.

La rivalité avec les organisations catholiques

  • 4  Voir C. Bard, J.-L. Robert, « The French Communist Party and Women 1920-1939. From Feminism to Fam (...)
  • 5  Sur la genèse de ce décret et les discussions qu’il a suscité au sein de l’Assemblée consultative (...)

5Par rapport à d’autres partis, le PCF semble a priori mieux armé pour gérer l’entrée des femmes dans le corps électoral. Au cours de son histoire, il s’est en effet prononcé à plusieurs reprises en faveur du droit de vote des femmes 4. L’adoption du décret du 21 avril 1944 est d’ailleurs issue de l’intervention d’un militant communiste, Fernand Grenier, lors de la discussion sur les droits civiques des femmes à l’Assemblée consultative d’Alger 5. De plus, le PCF bénéficie d’un réseau de militantes actives qui se sont engagées, pour certaines, dès les années trente, au sein du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme (1934) ou de l’Union des Jeunes Filles de France (1936), d’autres ayant participé à l’action dans la Résistance. Elles sont doncnombreuses à se retrouver après la guerre au sein de l’Union des Femmes Françaises (UFF). Parallèlement, le PCF cultive son image de « parti des 75 000 fusillés ». Il met en valeur son engagement dans la Résistance et jouit ainsi d’une grande popularité à la Libération. Enfin, fonctionnant comme une structure centralisée, il lui est plus facile d’impulser et d’imposer une politique volontariste pour favoriser l’entrée des femmes dans le parti ou leur investiture aux élections.

  • 6  « Activité du PCF au cours de la semaine du 25 au 31 décembre 1944 », 2 janvier 1945, Dossier PCF, (...)

6Le PCF semble pourtant partager les mêmes appréhensions que les autres partis. D’abord parce qu’il n’a aucun moyen d’anticiper les conséquences du vote féminin, et ensuite parce qu’il partage la peur ancestrale de l’ensemble de la gauche française concernant la forte influence supposée de l’Église catholique sur les choix politiques des Françaises. En témoigne ce rapport des RG : « Mais ce qui cause le plus grand souci aux chefs communistes dans la question électorale c’est le vote des femmes. Ils n’ignorent pas en effet que leur influence est bien loin de s’étendre aux dix millions de femmes qui seront appelées à se prononcer au printemps prochain et pour une grande partie d’entre elles en dehors des conseils de leurs maris ou parents actuellement outre-Rhin. Ils craignent donc que bon nombre de femmes suivent les directives de conseillers opposés au communisme et notamment des membres du clergé dont l’opposition ouverte à leurs doctrines a été depuis quelque temps portée à leur connaissance. » 6

  • 7  « On ne changera rien sans faire confiance à la femme », L’Humanité, 12 avril 1945.

7Les dirigeants communistes lancent donc une campagne en direction des femmes par l’intermédiaire des militantes communistes, mais aussi de l’UFF. Cette nouvelle structure issue de la Résistance tente de s’opposer à l’influence des organisations catholiques, même si les communistes ont alors opté pour une politique de la « main tendue ». De nombreuses réunions sont organisées pour mobiliser les femmes et les convaincre de voter en leur faveur. Parallèlement aux rassemblements de l’UFF, lors de nombreux meetings, les principaux dirigeants communistes interpellent l’électorat féminin. Ainsi celui organisé au Vel’d’Hiv, le 11 avril 1945, fut un des moments forts de la campagne. Les thèmes de la famille et de l’enfance y firent l’objet d’une attention particulière 7.

  • 8  CC des 21, 22 et 23 janvier 1945, Arch. du PCF.
  • 9  Le rapport ne précise pas l’identité de l’intervenant. « Assemblée des délégués du Parti Communist (...)
  • 10  Organisation féminine catholique fondée en 1925 par Andrée Butillard.
  • 11  S. Chaperon, Les années Beauvoir 1945-1970, Paris, Fayard, 2000, p. 44.

8Cet investissement paraît d’autant plus important aux communistes qu’ils considèrent que les catholiques ont également entamé un travail idéologique en direction des femmes. Le PCF suggère même à ses militants, et surtout à ses militantes, de s’inspirer du travail de terrain des organisations féminines catholiques. Lors de la réunion du Comité Central (CC) de janvier 1945, Jeannette Vermeersch se montre préoccupée par le dynamisme de ces dernières : « Pour les organisations catholiques, elles ne font pas beaucoup de bruit, mais elles agissent, elles font des visites à domicile, elles pratiquent des secours, elles préparent les élections. J’ai eu entre les mains le Bulletin paroissial d’Ivry où trois pages sont consacrées à cette question, et on y fait appel à toutes les femmes catholiques, leur demandant à chacune d’aller voir dix femmes, dix voisines de la localité, et de leur poser la question. Ils appellent cela les “dizainières” et, partout, elles disent que les Françaises doivent accomplir leur devoir patriotique. Je le répète, elles ne font pas beaucoup de bruit mais elles agissent à domicile, vont dans chaque maison et par l’intermédiaire des secours qu’elles apportent aux familles les plus nécessiteuses, elles entrent en contact avec les femmes de la population et les préparent aux élections. » 8 Quelques semaines plus tard, le même souci est clairement exprimé lors d’une assemblée des délégués du PCF à Paris : « À ces élections du 29 avril, nous serions certes fiers d’être élus, mais nous recherchons surtout une politique d’action du Parti communiste dans les masses, tant masculines que féminines puisqu’il y aura des électrices. Imitez les organisations catholiques où le travail est considérable […] Leurs assistantes sociales sont dévouées, persévérantes, n’hésitent pas à monter et remonter les escaliers, glissant avec la brassière du marmot un conseil à caractère politique. » 9 Les organisations féminines catholiques disposent également d’un réseau et d’une tradition d’action en direction des femmes qui sont anciens. L’organisation catholique de l’Union Féminine Civique et Sociale est ainsi très active 10. Dès novembre 1944, elle met en place un centre de formation civique féminine à l’Institut catholique de Paris. Quatre-vingt-une réunions se tiennent, dans ce cadre, à Paris ou en banlieue au cours du mois de janvier 11. À l’inverse, on ne retrouve pas ou peu de références à l’action des femmes socialistes. Il semble qu’il y ait une focalisation sur l’affrontement et la lutte d’influence entre les organisations d’inspiration catholique et communiste.

  • 12  « Les femmes et les problèmes politiques à la veille des élections », rapport du 24 avril 1945, 41 (...)
  • 13  Article intitulé « Mon devoir de chrétien en face du vote », de l’abbé E. Berty, La vie paroissial (...)

9Une impression confirmée par l’analyse des RG : « Bien que les diverses associations féminines aient à cœur de se prétendre apolitiques et que toutes insistent sur le caractère purement civique et social de leur propagande, deux tendances se font jour très nettement : les femmes seront orientées, en masse, soit vers les mouvements chrétiens […], soit vers l’extrême gauche, au sein de l’UFF. L’élément féminin est faiblement représenté, comme nous l’avons vu, dans les partis modérés. C’est dans les milieux catholiques et communistes que l’attribution du droit de vote a suscité le plus d’intérêt. » 12 Il semble que les plus hautes instances du catholicisme français aient effectivement donné des instructions pour encourager les femmes à exercer leurs nouveaux droits politiques. À l’échelon local, les consignes ne portent pas toujours sur la seule nécessité de voter, mais égalementsur le choix du candidat, comme le montre cet extrait du bulletin hebdomadaire « La vie paroissiale de Sèvres » : « Pour qui vais-je voter ? Il ne suffit pas, en effet, de voter mais il faut bien voter : cela signifie que, catholiques, nous devons voter en catholiques. Interrogeons le catéchisme, il nous dit ceci : “Le devoir électoral consiste à voter pour les hommes capables de procurer le bien général et, si possible, bons chrétiens”. Nous avons donc le choix entre des non-catholiques capables de procurer le bien général et des catholiques ayant la même capacité. Cependant le texte semble exprimer une préférence pour les “bons chrétiens” et cette nuance doit retenir notre attention. Pratiquement six listes vont être proposées à vos suffrages : il ne sera pas difficile d’écarter celles qui à la lueur de l’expérience passée (et non d’après les promesses sujettes à caution) nous laissent des craintes, ne serait-ce que la récente querelle sur l’enseignement libre […]. Souvenons-nous que si c’est une faute de s’abstenir de voter, c’en est une autre de mal voter et je cite encore ici le catéchisme : “C’est un péché de voter pour un ennemi de la religion, de la patrie et du bien général, car en votant pour lui, on participe volontairement au mal qu’il pourrait faire s’il était élu.” » 13

  • 14  M. Cachin, « La politique à l’Église ? », L’Humanité, 12 avril 1945.
  • 15  Décisions du BP des 25 octobre 1945 et 3 janvier 1946, Archives de Direction du PCF.
  • 16  Extrait de l’intervention de J. Vermeersch lors du Comité Central du 21 au 13 janvier 1945. Arch. (...)

10Les communistes, comme les catholiques, sont parfaitement conscients d’être engagés dans une bataille, d’être adversaires dans une lutte d’influence auprès des femmes. Dans un article de L’Humanité, Marcel Cachin évoque le cas d’un prêtre de l’Ain qui, lors de son sermon, suggère à ses paroissiens de ne pas lire La Terre et L’Eclaireur de l’Ain pour ne pas encourager la propagande communiste. La critique du dirigeant communiste est vive : « Voilà, pris sur le vif un exemple de sectarisme contraire à l’unité de la nation française. M. le curé de Mollon intervient du haut de sa chaire, dans l’église où il sait bien que personne ne peut lui répondre, pour flétrir un journal de défense paysanne qui ne lui convient pas. C’est un abus flagrant. Que M. le curé traite en chaire des questions religieuses, c’est un droit que personne ne lui conteste. Mais en mêlant la politique à la religion, il excède son droit : il appelle la réplique. M. le curé de Mollon (Ain) est ainsi un des extrémistes du clergé qui, sans motif et de propos délibéré, préparent l’anticléricalisme. » 14 La position du PCF est ambiguë puisqu’il prône, à la fois, la politique de « la main tendue » envers les catholiques et qu’il se positionne néanmoins comme un adversaire de l’influence du clergé sur l’électorat féminin. Preuves de cette ambivalence, les directives issues des réunions du Bureau Politique (BP). Ainsi peut-on lire dans les décisions du 25 octobre 1945, la consigne suivante : « Montrer les bases sociales et politiques du MRP, que ce sont les mêmes hommes qui étaient derrière Pétain : démasquer le rôle de l’Église sans tomber dans l’anticléricalisme. » Dans celles du 3 janvier 1946, l’ambition affichée est de « combattre l’Église, comme une forme d’organisation essentielle de la réaction idéologique et politique tout en poursuivant inflexiblement la politique de la « main tendue » aux travailleurs catholiques » 15. Le malaise créé est tout particulièrement palpable au sein de l’UFF, comme le souligne Jeannette Vermeersch en janvier 1945 : « Nous avons des difficultés dans notre mouvement avec les catholiques. C’est vrai que le clergé de beaucoup d’endroits mène une campagne contre l’UFF mais nous-mêmes nous devons faire un gros effort. Nous sommes d’accord avec la politique de la main tendue, mais si nous nous trouvons devant une catholique qui n’est pas d’accord avec nous, nous lui refusons la direction du mouvement. Or, ce n’est pas comme ça qu’on fait l’unité. » 16

  • 17  Extrait de l’intervention de Maria Rabaté lors du CC des 15 et 16 juin 1946 à Saint-Denis, Arch. d (...)

11Pour dépasser l’apparente contradiction de leur discours, les communistes opèrent une distinction entre les « bons » et les « mauvais » catholiques, les premiers étant seuls susceptibles d’agir dans l’union. Leurs attaques se concentrent sur les hauts dignitaires de l’Église qui ont soutenu la politique de Pétain et qui tentent désormais d’éloigner les femmes du communisme. Lors d’une réunion du CC de juin 1946, Maria Rabaté s’interroge sur les mesures à prendre pour rallier les femmes « encore influencées par les traditions religieuses » dans les organisations de masse : « Ce qui m’a amenée à intervenir sur ce point est dû à deux choses : d’abord le fait que nous avons vu dans la dernière campagne électorale des forces particulièrement puissantes du MRP aidées par l’Église et s’orientant d’une façon particulière vers l’État. Certains de nos camarades de province nous diront certainement dans leurs interventions quels efforts nouveaux et quelles interventions directes les hauts dignitaires de l’Église en particulier ont porté dans le poids de la balance électorale […] non seulement auprès de leurs fidèles, mais aussi auprès de toute une catégorie de femmes encore soumises à des influences religieuses sans être pour cela des pratiquantes de tous les offices religieux, de quelque religion que ce soit d’ailleurs […] » 17

  • 18  C. Duchen, Women’s Rights and Women’s Lives in France 1944-1968, London, Routledge, 1994, p. 38.

12Les appréhensions des communistes face à la première participation des femmes au vote repose sur le présupposé qu’en raison de leur manque d’éducation politique, elles sont potentiellement plus perméables aux discours d’autres forces politiques, notamment des catholiques. Ils mettent donc en place une campagne active en direction des femmes avec l’ambition de contrer l’action des mouvements catholiques, seuls à être aussi présents que les communistes 18.

L’incitation à la participation

  • 19  Dossier « Circulaires ministérielles concernant les élections », AN F1a 3 213.

13Pour comprendre l’investissement du PCF dans sa mission d’information, il convient de revenir sur l’attitude adoptée par les pouvoirs publics face au premier vote des femmes. Si ces derniers mettent en place les aménagements administratifs nécessaires, ils ne prêtent pas d’attention particulière à l’événement. Une attitude qui se retrouve à tous les échelons de l’administration et qui reflète un choix politique clair : ne pas souligner « l’exceptionnalité » de ce premier scrutin. Aucune déclaration officielle n’y fait référence et lorsque de Gaulle s’exprime avant la tenue de ces élections, il n’évoque pas le sujet. La correspondance entre les préfets et le ministère de l’Intérieur ne montre aucune consigne spécifique en direction des femmes. De même, lorsque le ministre de l’Intérieur dresse la liste des renseignements demandés aux préfets sur les élections, il ne fait pas allusion aux nouvelles électrices 19. Pourtant, certains aménagements ont été nécessaires pour que les Françaises puissent participer au vote, notamment leur inscription sur les listes électorales. Ce préalable au bon déroulement des élections a suscité des discussions, des protestations, et sa réalisation s’est révélée plus complexe que ne l’escomptaient les pouvoirs publics.

  • 20  Le texte de cette circulaire ne fait que de rares allusions aux femmes. Il prévoit notamment que « (...)

14Conformément à la position adoptée, les consignes transmises sont, dans un premier temps, assez simples. Une première circulaire sur la révision des listes électorales, datée du 25 octobre 1944, est envoyée aux préfets et commissaires de la République. Elle aborde plusieurs points concernant les conditions à remplir pour s’inscrire sur les listes électorales (âge, nationalité, date butoir, etc.). Elle souligne également que les militaires (hommes et femmes) doivent être inscrits 20. Aucune procédure spécifique ou campagne d’information n’est prévue. Le PCF entreprend, quant à lui, plusieurs actions pour inciter les femmes à s’inscrire, comme l’atteste le procès verbal des décisions du BP du 2 novembre 1944 : « Le Bureau Politique a décidé d’appeler les femmes communistes à organiser une grande campagne publique afin d’inviter les Françaises à aller, dès le 10 novembre, se faire inscrire sur les listes électorales, car les Françaises, grâce à leurs sacrifices, à leur courage, à leur participation active au combat mené contre l’envahisseur, ont enfin conquis les droits et l’égalité politique depuis longtemps accordés à leurs sœurs de Grande-Bretagne, des États-Unis et de l’Union soviétique. » Quelques jours plus tard, la nécessité d’une campagne en direction des femmes est également soulignéepar le Secrétariat qui, dans sa décision du 20 novembre, décide de « demander à L’Huma ainsi qu’à nos camarades qui sont à l’Union des Femmes de mener campagne pour l’inscription des femmes sur les listes électorales ». La succession de décisions sur ce thème témoigne d’une prise de conscience des dirigeants communistes du faible enthousiasme des femmes à se faire inscrire sur les listes.

  • 21  Dossier « L’inscription sur les listes électorales des militaires, des réfugiés, déportés et des f (...)

15Ce manque d’empressement incite le ministère de l’Intérieur à prendre des mesures. Le 22 novembre 1944, les commissaires régionaux de la République et les préfets reçoivent un télégramme officiel à ce sujet : « Primo- Inscription des femmes sur les listes électorales sur demande des intéressées, paraît marcher très lentement et donner des résultats insuffisants. Secundo- Conseil des ministres a décidé que préfets devraient donner d’extrême urgence instructions à Commissions révisions listes électorales de prendre pour base d’inscription les femmes figurant sur liste de distribution des nouvelles cartes d’alimentation. Tertio- Toutefois inscription ne sera pas automatique mais Commissions de révision devront examiner sans délai les cas des femmes françaises âgées de 21 ans figurant sur les listes. Stop. Intéressées seront convoquées chaque fois qu’il paraîtra nécessaire procéder à vérification des informations concernant état civil et nationalité. » 21

  • 22  A ce sujet, on peut aussi citer la décision du Secrétariat du 4 décembre 1944. Concernant le trava (...)

16Ce document révèle l’inquiétude des pouvoirs publics face à la faible proportion de Françaises s’inscrivant sur les listes électorales. Un constat partagé par les dirigeants communistes puisque, le 23 novembre, de nouvelles instructions sont données par le BP : « Maria Rabaté proposera un sujet de texte de tract et d’affiche du Parti pour l’inscription électorale des femmes. Marrane fera, en accord avec l’UFF, une délégation à la Préfecture et au ministère de l’Intérieur pour faire reporter le délai d’inscription expirant le 4 décembre (...) » 22 Au contraire des pouvoirs publics qui se contentent de suggérer des aménagements techniques, le PCF et ses organisations féminines se lancent dans un programme d’information et de mobilisation en direction de ce nouvel électorat.

  • 23  « Pour un scrutin sincère », article signé D.P., La Dépêche, 11 mars 1945, Dossier « L’inscription (...)
  • 24  Lettre du Cabinet du ministère de l’Intérieur, 12 mars 1945, ayant pour titre « Inscription des fe (...)

17L’attitude des pouvoirs publics suscite des critiques, comme le souligne un article de La Dépêche : « Les femmes vont voter. Fait essentiel, puisqu’elles sont en France, en ce moment plus nombreuses que les hommes. Leur recensement s’est fait de la manière la plus irrégulière. Dans certaines communes, les maires ont inscrit toutes les femmes figurant sur la liste des cartes d’alimentation. Dans d’autres, on n’a inscrit que celles qui se sont présentées avant une date fixée. Ici on a fait bon accueil aux retardataires. Là on les a évincées. Nombreuses sont les communes où beaucoup de femmes ne se sont point inscrites. Il est inouï que cette question n’ait pas fait l’objet d’instructions précises et d’un contrôle efficace de la part du gouvernement et de ses préfets. » 23 Le 12 mars 1945, une lettre du Cabinet du ministre de l’Intérieur répond aux critiques de cet article. Certains extraits sont significatifs de l’attitude adoptée par le ministère : « Des renseignements demandés tant au bureau politique qu’au service des commissariats généraux, il ressort que même si les femmes n’ont pas marqué partout le même empressement à se faire inscrire, aucune difficulté ne nous a été signalée, et que les instructions données par le télégramme du 22 novembre 1944 n’ont donné lieu à aucune demande d’éclaircissement. D’une manière générale, dans les circulaires relatives aux élections et compte tenu du fait qu’un régime particulier n’était pas à prévoir pour les femmes, on a néanmoins pris soin le plus souvent de parler des électeurs et des électrices. » 24

  • 25  V. Martin, « Les premiers votes des femmes. Vécus et schèmes de représentation 1944-1946 », dans A (...)

18L’exemple de l’inscription des femmes sur les listes électorales est symptomatique de la position adoptée par le ministère de l’Intérieur et plus largement par le gouvernement. Très justement, Virginie Martin observe qu’implicitement, au cours de ces premières élections, « l’existence du corps électoral féminin est récusée et le vote des femmes va se fondre dans le creuset de la citoyenneté. La machine administrative se fera le socle de cette idéologie républicaine intégrative : au plus vite, les communes auront pour consigne d’intégrer la population féminine au corps électoral en refondant les registres électoraux 25. Le gouvernement se refuse à donner une dimension spécifique au nouveau droit de vote des femmes, notamment au nom du paradigme universaliste. De plus, il n’est pas sans incidence que ce droit ait été « accordé » aux femmes. Il n’est ainsi pas présenté comme le fruit de leur lutte, mais comme une récompense pour leur attitude pendant la guerre. Plus qu’un droit, il s’agit presque d’un privilège qui leur serait octroyé.

  • 26  Extrait de l’intervention de J. Vermeesch lors du CC des 21, 22 et 23 janvier 1945, Arch. du PCF.

19Les partis ne reprennent pas cette critique sur l’attitude des pouvoirs publics. S’agissant du PCF, cela peut, dans une certaine mesure, s’expliquer par le fait qu’il appartient alors au gouvernement et qu’à l’intérieur même de ses rangs, ce premier vote suscite des craintes. J. Vermeersch est consciente des réticences de certains militants : « Notre Parti a toujours réclamé le droit de vote qui a été voté par l’Assemblée d’Alger. Elles vont être appelées à élire leurs représentants et leurs représentantes. Il faut remarquer, camarades, qu’il y a dix millions d’électeurs mais il y a treize millions d’électrices. Dans beaucoup de départements le nombre de femmes qui s’inscrivent dépasse le nombre d’hommes […] J’ai entendu souvent des paroles de désespérance. J’ai entendu dire que les femmes ne se feraient pas inscrire et que cela vaudrait mieux pour ne pas faire pencher la balance à droite. Les femmes se sont fait inscrire et le parti n’a pas le droit de se désintéresser de la question. » 26 Quelles qu’en soient les raisons, l’attitude adoptée par le gouvernement et ses agents contraint les partis politiques à s’investir dans des campagnes d’information et de formation auprès des femmes. Les diverses organisations veulent prendre en charge l’éducation politique des nouvelles électrices, non seulement pour les inciter à voter, mais aussi à « bien voter », car l’enjeu est important.

  • 27  B. Denoyelle, op. cit., p. 81.
  • 28  M. Dogan et J. Narbonne, Les Françaises face à la politique, Paris, Armand Colin, 1955, p. 326.

20Les journaux ont joué un rôle essentiel dans la socialisation politique des femmes, notamment en ce qui concerne les pratiques civiques. Ainsi la presse « entend faciliter cette intégration civique de la citoyenne. Les modalités techniques et administratives de l’acte (isoloir, modes de scrutin, cartes électorales, vote par correspondance, ratures et cochages…) donnent lieu à une brève mais intense entreprise pédagogique et didactique. » 27 Les journaux jouent un rôle d’autant plus important qu’ils restent alors le principal vecteur d’information. En outre, concernant les femmes, le journal « c’est un membre de leur famille, le mari, le père, ou le fils qui l’achète normalement. La plupart des familles n’achètent qu’un seul journal et c’est le mari qui fait prévaloir son choix. Ce fait présente un intérêt sur le plan politique : la femme, en lisant le journal choisi par son époux, subira indirectement l’influence des opinions politiques de ce dernier. » 28

  • 29  Intervention de M. Caiamand, président du CDL de la Loire, « Procès-verbal du Congrès tenu à Valen (...)

21Les acteurs de l’époque, en tout premier lieu le PCF, sont conscients du rôle fondamental joué par la presse dans la perspective des premières élections. Au cours du Congrès de Valence de septembre 1944, le président du CDL de la Loire se prononce d’ailleurs pour un report des élections, compte tenu des problèmes rencontrés par la presse : « Elles (les élections) ne doivent pas avoir lieu d’une façon précipitée, parce que nous devons avant tout refaire l’éducation politique des électeurs et en particulier des femmes, puisqu’elles n’ont pas encore voté. Il faut que la presse soit en mesure d’éduquer le peuple avant de l’appeler aux urnes. À ce sujet la presse est insuffisante. Nous n’avons pas assez de journaux ou plus exactement nous ne pouvons pas tirer de journaux en nombre suffisant (...)» 29 Conformément aux décisions prises par les instances dirigeantes communistes, l’UFF comme le journal L’Humanité deviennent des vecteurs de diffusion de l’information. Dès le 5 décembre, l’organe de presse du PCF lance une série d’articles en direction des femmes intitulés « Ginette, comment voteras-tu ? » qui distillent tout une série d’éléments sur le nouveau statut d’électrices des Françaises et qui tendent à les convaincre de voter :

22« – Qu’est-ce que c’est que ça, mon nom patronymique !

23– C’est ton nom de jeune fille, Ginette.

24– Ah ! Bon alors j’ai le temps, il commence par un V. C’est pour me faire inscrire sur les listes électorales.

25– Tu tiens donc bien à voter, Ginette !

26- Bien sûr ce droit-là, puisqu’on me le donne, je ne vais pas le laisser aux autres ! […]

27– Et alors Ginette, comment voteras-tu ?

28– Oh moi je n’aime pas la politique. Je veux d’abord qu’on s’occupe des gosses.

29– Tu as raison là-dessus, Ginette. Mais pourquoi n’aimes-tu pas la politique ? Sais-tu ce que ce mot-là veut dire ? Il veut dire « ce qui intéresse la cité ». Ce qui intéresse ta ville, ton pays, cela t’intéresse, n’est-ce pas ? […]

30– Alors réclamer du lait frais et qui ne tourne pas, pour mon petit, c’est de la politique ?

  • 30  J. Marchand, « Ginette, comment voteras-tu ? », L’Humanité, 29 novembre 1944.

31– Bien sûr Ginette, et de la bonne […] » 30

  • 31  Voir les numéros de L’Humanité des 5 et 23 décembre 1944.
  • 32  « Les femmes et les problèmes politiques à la veille des élections », 24 avril 1945, Rapport de la (...)

32A travers le personnage de « Ginette » et de sa mise en scène, la journaliste essaie d’expliquer aux femmes la nécessité de voter, les enjeux des élections municipales et les dangers que peuvent représenter les trusts 31. Les dirigeants communistes incitent donc les femmes à jouir de leurs nouveaux droits politiques. Ils ne sont pas les seuls. En janvier 1945, les autorités catholiques manifestent la même ambition. Selon un rapport de la Direction des RG, l’assemblée des cardinaux et des archevêques de France aurait déclaré en janvier 1945 : « Il appartient donc à MM. Les curés et aux membres du Clergé de représenter nettement à toutes les femmes catholiques que c’est pour elles un devoir absolu : de se faire inscrire sur les listes électorales, d’inviter également à s’inscrire toutes les personnes qu’elles connaissent, de voter quand le moment sera venu. » 32

Le discours du PCF en direction des nouvelles électrices

  • 33  Il s’agit du journal édité par l’Union des Jeunes Filles de France.
  • 34  « Qu’en pensez-vous Mesdames ? Et vous Messieurs ? », Filles de France, n° 4, décembre 1944, p. 4- (...)

33« Qu’en pensez-vous Mesdames ? Et vous Messieurs ? » La question porte sur le droit de vote des femmes et l’éventuel abaissement de la limite d’âge légal à 18 ans pour être électeur. À travers un micro-trottoir, le journal Filles de France 33 tente de présenter les réactions des « hommes et femmes de la rue » 34. Les réponses sont intéressantes car elles contiennent nombre d’idées et de représentations autour de la question du vote des femmes :

34Annette P. : « Les femmes, voyez-vous, ont enfin reçu la juste récompense qu’elles méritent. N’est-ce pas à elles que l’on doit la marche de la vie économique du pays durant l’absence des hommes ? Votons, Mesdames, car pour nous c’est un devoir national et une nouvelle preuve de l’émancipation féminine. » […]

35Mlle Raymonde G., dactylo : « Bien sûr, je suis pour le vote des femmes, j’ai toujours pensé que c’était juste, mais à plus forte raison depuis la guerre où les femmes ont souffert, beaucoup ont pris la place du chef de famille, elles ont su mener leur barque dans les pires difficultés, pourquoi ne sauraient-elle pas voter ? » […]

  • 35  « Les femmes ? Sans elles, la moitié de notre travail aurait été impossible, affirme le Colonel Ro (...)
  • 36  S. Chaperon, op. cit., p. 24. Voir aussi C. Duchen, op. cit., p. 33.

36Le discours communiste à la Libération entretient l’idée que les femmes ont « mérité » le droit de vote. Dès la fin d’août 1944, Rol-Tanguy affirme : « Ce que je veux dire, c’est que les femmes ont fait la preuve de leur valeur : elles ont démontré qu’elles sont capables d’exercer tous les droits civils, économiques, politiques, et une cité juste devra les mettre en tout sur le même plan que les hommes. » 35 Le PCF ne se distingue pas en cela des autres formations politiques ou des représentations véhiculées dans la presse : « Dans l’esprit des contemporains, le droit de vote est indissociable du mérite féminin durant la guerre. Les résistantes, bien que peu récompensées de façon officielle, sont partout louées. Pour la gauche comme pour la droite, la guerre a démontré l’égalité des sexes. C’est là un véritable lieu commun de l’époque. Pour Maurice Schumann, cofondateur et président du MRP de 1945 à 1949, l’égalité dans la souffrance ne pouvait qu’aboutir à l’égalité des droits. […] » 36

37L’autre élément récurrent est le besoin de procéder à l’éducation politique des femmes. Significative de ce point de vue, la réponse à ce petit sondage de Mlle Anne F. (professeur) : « Naturellement je suis pour le vote des femmes, j’ajouterai cependant qu’une éducation préliminaire serait nécessaire, c’est peut-être une déformation de ma profession et que moi-même je serais assez contente de pouvoir me perfectionner dans cette nouvelle tâche qui incombe à la femme […]. » Les dirigeants communistes semblent partager l’idée qu’il faut procéder à l’éducation politique des femmes et que cette charge revient notamment aux partis politiques. Ils acceptent également l’idée qu’en l’absence de formation civique, les Françaises s’en remettent à leur conjoint, comme l’illustre cet article de L’Humanité qui relate une journée dans un bureau de vote et décrit le comportement d’un couple :

38« – Je n’ai que ma carte de tabac comme pièce d’identité.

39– Oh la carte de tabac ça va, affirme le président qui doit être un enragé fumeur.

40– Un petit conseil, chéri.

41Et le mari jette un coup d’œil sur le bulletin que tient son épouse.

42– Oui, c’est ça, lui glisse-t-il à l’oreille.

43Attention ! le président a l’air sévère.

  • 37  « À travers les bureaux de vote de Paris et de banlieue », L’Humanité, 11 novembre 1946.

44Il n’a rien vu, heureusement… » 37

  • 38  Cité par C. Bard, « Le triomphe du familialisme », dans C. Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, (...)

45Une attitude qui semble admise dans les discours de l’époque, puisqu’un journaliste de Elle s’adresse ainsi à seslectrices : « Si vous confondez MURF et MRP, UDSR et URD, faites confiance à votre mari. Peut-être que si vous lui demandez gentiment, il poussera la complaisance jusqu’à vous expliquer les motifs de sa décision. » 38

  • 39  « Réunion organisée par le Parti Communiste Région Paris-Ville à l’intention du personnel des PTT (...)
  • 40  « Aux urnes, Citoyennes ! », article de S.Y. Chanut, Filles de France, n° 12, 15 avril 1945.

46Si l’intervention du mari est tolérée, voire encouragée, le PCF entend tout de même s’imposer comme un recours pour les femmes désirant s’instruire dans ce domaine. Lors d’une réunion du personnel des PTT de Paris et de la Seine, Marie Couette se serait adressée aux femmes en ces termes : « Maintenant, le droit de vote leur est acquis en France sans trop de heurts, il faut l’avouer […] Mais voilà, camarades postières, allez-vous toutes être à la hauteur de la tâche qui subitement vous incombe ? Non ! Alors adhérez au parti communiste, notre parti, qui vous donnera les conseils dont vous avez besoin et vous dirigera dans la bonne voie pour que la France continue à vivre heureuse et indépendante. » 39 L’idée de la nécessaire éducation politique des femmes est très présente dans tous les groupes ou mouvements sociaux et politiques. Pourtant, des voix dissonantes se font entendre, y compris dans les organisations proches du PCF. Un éditorial de Filles de France aborde la question en ces termes : « Certains parlent de donner aux futures électrices une éducation politique. En a-t-on jamais donné aux quelques millions d’électeurs et aux éligibles ? Non. Cela explique d’ailleurs pas mal de choses […] Il est indéniable qu’un certain nombre d’entre elles ont besoin d’un minimum d’information civique, ou plus précisément d’un minimum d’informations tout court sur ceux pour qui elles votent. […] » 40

  • 41  Citation tirée de B. Denoyelle, op. cit., p. 95.

47L’argumentaire communiste repose également sur la référence récurrente au « bon sens de la ménagère » qui l’amènerait à se prononcer pour ce parti, seul réel défenseur de l’amélioration des conditions de vie des foyers. Les femmes, plus particulièrement les mères, bénéficieraient d’une faculté presque innée pour déterminer le parti le plus à même de défendre leurs familles. À partir de leur désintérêt présupposé pour le politique, le PCF considère qu’il faut donc lier les revendications des femmes à leur quotidien. Celles-ci ne peuvent en effet, selon lui, appréhender le politique que s’il fait référence à leur vie quotidienne, à la famille, aux questions de logement, de ravitaillement, etc. Le témoignage de Louise Weiss laisse penser que cette attitude est commune à diverses forces politiques : « Au cours des réunions électorales que j’ai eu le plaisir de suivre, soit de l’orchestre, soit du plateau, j’ai remarqué que les candidats ne parlaient aux femmes que soupe, biberon, bifteck, lessive, prix du gaz ou du métro. Ils ne leur tenaient aucun discours d’ordre général. Quelquefois, ils se risquaient à leur parler, en termes un peu plus élevés, de leur rôle au foyer, de leur tâche d’éducatrice mais quant à les entretenir des rapports de la France et de l’Angleterre, les États-Unis, la Russie, de nos intérêts économiques ou coloniaux, de la forme de la future constitution, cela jamais, c’était pitoyable. » 41 En examinant les tracts ou les extraits de discours des dirigeants du PCF, on retrouve aussi très souvent cette tendance à ne s’adresser aux femmes que sur certains sujets, laissant le reste dans l’ombre ou à destination des seules militantes communistes. Les femmes ne sont plus dès lors assimilées à l’ensemble des électeurs, mais à un groupe (« les femmes ») en direction duquel il convient de choisir les thèmes de mobilisation et les formes de langage adéquats.

  • 42  Extrait de l’intervention de J. Vermeersch lors du CC du 21 au 23 janvier 1945, Arch. de direction (...)
  • 43  C. Duchen, op. cit., p. 36.

48L’idée que la formation politique des femmes nécessite un travail spécifique de la part des militants communistes est formulée par J. Vermeersch qui, dans cet extrait, laisse entendre qu’elles ne peuvent pas appréhender certains problèmes : « Je pense qu’au contraire on ne le (le travail) leur (aux femmes) mâche pas assez. Par exemple, le rapport de Maurice Thorez, si nous nous contentons de donner ce rapport à la femme qui a de petits enfants, si on lui donne le rapport de Maurice Thorez tel qu’il est, eh bien, vous savez, je ne sais s’il sera facile pour elle de comprendre tous les immenses problèmes qui y sont posés. Mais si l’une de nos camarades lui donne des explications et lui parle de l’aide au Front, etc., à ce moment-là ce sera beaucoup plus clair pour cette femme. Ce sont des femmes pleines de bonne volonté, de courage, elles sont très dévouées mais elles ne savent pas. […] » 42 Pour rendre le discours des communistes intelligible et séduisant auprès des femmes, les militants s’attardent sur ce qu’elles vivent au quotidien, afin de leur montrer que le politique a des répercussions concrètes dans leur vie de tous les jours. Le discours en direction des femmes reste circonscrit dans un cadre bien défini, celui du foyer, non seulement pour le PCF mais aussi pour toutes les structures qui entendent offrir une éducation politique aux femmes 43. Cette tendance étant sans doute plus marquée chez les communistes qui s’adressent prioritairement aux femmes issues des classes populaires.

49Enfin, les multiples évocations des premières femmes exerçant des responsabilités politiques sont révélatrices de représentations diffusées par le PCF. Leur présence dans la vie politique présente, selon eux, un double avantage. Elles sont les mieux placées pour relayer les revendications propres aux femmes et sont les plus qualifiées pour gérer une série de problèmes en lien avec la famille, la sauvegarde de l’enfance ou, plus largement, les questions sociales. Si nous reprenons le micro-trottoir, cette idée se retrouve dans divers témoignages : Mme J. Isabelle (concierge) : « Qui mieux que nous connaît les revendications féminines ? Les revendications d’ordre familial ? »

  • 44  « Les femmes au travail. Georgette, maire-adjointe du XVe », L’Humanité, 28 août 1944.
  • 45  « Pour les femmes de France », M. Cachin, L’Humanité, 20 novembre 1946.
  • 46  « Avec Jeannette Vermeersch et Marcelle Hertzog-Cachin. Mamans communistes elles défendront tous l (...)

50La figure de l’élue est associée à un savoir et une pratique particulier liés à son vécu et dont elle s’inspire pour remplir sa mission. Ainsi une journaliste de L’Humanité interviewe-t-elle une certaine « Georgette », présentée comme « maire adjointe » dans le XVe arrondissement (les premières élections n’ont pas encore eu lieu), chargée des questions de ravitaillement. Elle s’adresse à elle en ces termes : « Tu sais comme ces questions sont importantes : il faut manger d’abord, faire manger les enfants, les vieillards, les malades. Mais on te fait confiance pour agir au mieux : une femme sait ce que c’est que de faire bouillir la marmite. » 44 Les communistes soutiennent que les femmes partagent une commune expérience de la maternité et de la vie du foyer qui crée un lien particulier entre elles. Les élues s’expriment donc en tant que mères et s’adressent aux mères de famille. L’expérience de la maternité est mise en valeur comme s’il s’agissait d’un « capital » politique supplémentaire. À la suite des élections législatives de novembre 1946, M. Cachin se félicite de l’élection de militantes communistes et précise : « Les 23 camarades femmes qui siégeront à nos côtés sont presque toutes mères de famille. Et la vérité nous oblige de constater que sur neuf députées d’un autre parti, sans nul doute fort distinguées et dignes de respect, trois seulement sont mères de famille. Nous offrons ce simple fait à la méditation de chacun. » 45 Après ces mêmes élections est publié dans L’Humanité un article sur deux nouvelles députées, J. Vermeersch et Marcelle Hertzog-Cachin. Le journaliste précise que J. Vermeersch a appris son élection de la maternité où elle venait d’accoucher. Il écrit : « Quelle somme de confiance représentent ces lettres dont Jeannette nous montra les plus récentes : conseils demandés, confidences même de femmes à une femme, de mères à une mère […] À une maman, les mamans de France ont donné leur confiance. » 46

  • 47  H. Footitt, « The First Women Députés : « les 33 glorieuses » ? », dans H. R. Kedward, N. Wood, Th (...)

51Les premières communistes élues se présentent d’ailleurs comme les représentantes des femmes et des enfants, confirmant la revendication d’une identité politique spécifique. Beaucoup de députées communistes, lorsqu’elles interviennent à l’Assemblée, s’expriment non pas au nom du peuple mais au nom des mères de famille. Elles concentrent leurs interventions sur les questions de ravitaillement, de défense de la famille ou de sauvegarde de l’enfance. Un domaine réservé se met en place. Ce n’est d’ailleurs pas une singularité communiste. Si on se réfère à une analyse réalisée sur les interventions des femmes députées au sein des Assemblées constituantes, 62 % d’entre elles s’adressent directement aux femmes et insistent sur la spécificité de leur apport à la vie politique 47. L’étude souligne que ce pourcentage est beaucoup moins élevé dans les interventions des élues au sein de l’Assemblée nationale au cours de la IVe République, ce qui s’explique notamment par le fait que les femmes se soumettent à la discipline de parti et s’expriment alors plus en tant que membres d’un parti qu’en tant que femmes. Pourtant, en ce qui concerne les élues communistes, elles maintiennent cette référence très forte à la maternité, notamment pour porter le thème majeur de mobilisation des élues communistes qu’est la défense de la paix.

  • 48  Voir V. Martin, op. cit., p. 59.

52Dans les travaux sur le premier vote des femmes, les auteurs qui ont procédé à des entretiens semblent tous parvenir à la même conclusion : il n’a pas été vécu comme un « grand » moment par les actrices de l’époque 48. Plusieurs éléments peuvent être avancés pour expliquer cette situation. Ces premières élections se tiennent dans un contexte particulier. La guerre n’est pas encore terminée, les Français se heurtent à de grandes difficultés pour se nourrir ou se chauffer, beaucoup attendent le retour des prisonniers de guerre ou des déportés. Autant d’éléments qui ont probablement relégué cet événement au second plan. En outre, l’acquisition de ces nouveaux droits politiques n’est pas perçue comme issue du combat des femmes elles-mêmes mais comme un droit qui leur est « généreusement » accordé. Aussi la perception de cet événement est-elle altérée par cette vision d’un droit de vote « accordé » aux femmes. Enfin, comme nous l’avons précisé, l’attitude des pouvoirs publics a sans doute entretenu la faible visibilité de cette première élection au suffrage universel.

  • 49  L’Humanité, 30 avril 1945.
  • 50  Deux facteurs peuvent être avancés pour expliquer cette parenthèse de la Libération : l’absence de (...)
  • 51  J. Mossuz-Lavau « L’évolution du vote des femmes », Pouvoirs, n° 82, 1997, p. 37-57.

53Contrairement à certaines craintes exprimées dans la presse, les nouvelles électrices ne s’abstiennent pas plus que les hommes, ce dont se félicite d’ailleurs le PCF 49. Pourtant ces premiers scrutins font figure d’exception 50, car jusqu’à la fin des années 1960, les femmes s’abstiennent plus que les hommes, « observant comme une période d’apprentissage. » 51

54Le PCF, lors de ces premiers scrutins, est conscient de l’enjeu que représentent les voix féminines. Par l’action de ses organisations de masse, de sa Commission du travail parmi les femmes, il cherche à élargir sa sphère d’influence au-delà du cercle de ses sympathisantes. Les Françaises acquièrent le statut de « cible » politique qu’il convient de convaincre et de séduire. Ce dessein politique se traduit par la mise en place d’un discours, de meetings ou de programmes spécifiques en direction des femmes qui les cantonnent dans un domaine réservé. Un processus qui atteint son point culminant avec la combat pour la Paix pendant la guerre froide.

Haut de page

Notes

1  Extrait de l’intervention du président du CDL de la Drôme. « Procès-verbal du Congrès tenu à Valence le 22 septembre 1944 », p. 9, Archives nationales (AN), Dossier F1a-3241, documents du ministère de l’Intérieur, « Attributions des CDL ».

2  Voir l’exemple du Canard Enchaîné, étudié par B. Denoyelle, « Des corps en élections. Au rebours des universaux de la citoyenneté : les premiers votes des femmes (1945-1946) », Genèse, n° 31, juin 1998, p. 76-98.

3  « Les femmes et les problèmes politiques à la veille des élections », 24 avril 1945, Rapport de la Direction générale de la Sûreté Nationale, de la Direction des RG, AN F 7 15588.

4  Voir C. Bard, J.-L. Robert, « The French Communist Party and Women 1920-1939. From Feminism to Familialism », dans H. Gruber, P. Graves, Women and Socialism, Socialism and Women. Europe between the Two World Wars, Neew York-Oxford, Berghahn Books, 1998.

5  Sur la genèse de ce décret et les discussions qu’il a suscité au sein de l’Assemblée consultative d’Alger, voir W. Guéraiche, Les femmes et la République, Paris, éditions de l’Atelier, 1999, p. 39 et sq.

6  « Activité du PCF au cours de la semaine du 25 au 31 décembre 1944 », 2 janvier 1945, Dossier PCF, Généralités, 1941-1948, Arch. de la Préfecture de police de Paris, Ba 1921.

7  « On ne changera rien sans faire confiance à la femme », L’Humanité, 12 avril 1945.

8  CC des 21, 22 et 23 janvier 1945, Arch. du PCF.

9  Le rapport ne précise pas l’identité de l’intervenant. « Assemblée des délégués du Parti Communiste de Paris Ville. Salle des Sociétés savantes, le 20 février 1945 », rapport du 21 février 1945, Dossier PCF, Correspondances, 1944-1945, Arch. de la Préfecture de police de Paris, Ba 2 071.

10  Organisation féminine catholique fondée en 1925 par Andrée Butillard.

11  S. Chaperon, Les années Beauvoir 1945-1970, Paris, Fayard, 2000, p. 44.

12  « Les femmes et les problèmes politiques à la veille des élections », rapport du 24 avril 1945, 41 p., rapport de la Direction de la Sûreté Nationale, de la Direction des RG, AN F 7 15 588.

13  Article intitulé « Mon devoir de chrétien en face du vote », de l’abbé E. Berty, La vie paroissiale de Sèvres, n°16, 22 avril 1945, Milieux religieux, AN F7 15 292.

14  M. Cachin, « La politique à l’Église ? », L’Humanité, 12 avril 1945.

15  Décisions du BP des 25 octobre 1945 et 3 janvier 1946, Archives de Direction du PCF.

16  Extrait de l’intervention de J. Vermeersch lors du Comité Central du 21 au 13 janvier 1945. Arch. du PCF.

17  Extrait de l’intervention de Maria Rabaté lors du CC des 15 et 16 juin 1946 à Saint-Denis, Arch. du PCF.

18  C. Duchen, Women’s Rights and Women’s Lives in France 1944-1968, London, Routledge, 1994, p. 38.

19  Dossier « Circulaires ministérielles concernant les élections », AN F1a 3 213.

20  Le texte de cette circulaire ne fait que de rares allusions aux femmes. Il prévoit notamment que « doivent être inscrits sur les listes électorales tous les Français et les Françaises âgés de 21 ans à la date de clôture de la liste électorale (..) qu’il y a lieu de maintenir ou de porter sur ces listes tous les militaires hommes et femmes dans les trois armes en activité de service y compris les prisonniers et les membres des FFI », et enfin « que les autorités chargées de mettre à jour les listes électorales doivent se borner à procéder aux inscriptions nouvelles « femmes, jeunes gens ayant atteint 21ans, nouveaux domiciliés (..) On notera que les femmes doivent être portées sur la même liste que les hommes ».

21  Dossier « L’inscription sur les listes électorales des militaires, des réfugiés, déportés et des femmes (et des cas divers) », (dossier inscription des femmes), AN F1a 3 216.

22  A ce sujet, on peut aussi citer la décision du Secrétariat du 4 décembre 1944. Concernant le travail parmi les femmes, un des points soulevés est la nécessité de mettre en place une « grande campagne (..) pour l’inscription massive des femmes sur les listes électorales ». Décisions du Secrétariat, Arch. du PCF.

23  « Pour un scrutin sincère », article signé D.P., La Dépêche, 11 mars 1945, Dossier « L’inscription sur les listes électorales des militaires, des réfugiés, déportés et des femmes (et des cas divers) », AN F1a 3 216.

24  Lettre du Cabinet du ministère de l’Intérieur, 12 mars 1945, ayant pour titre « Inscription des femmes sur les listes électorales », Dossier « L’inscription sur les listes électorales des militaires, des réfugiés, déportés et des femmes (et des cas divers), AN F1a 3216.

25  V. Martin, « Les premiers votes des femmes. Vécus et schèmes de représentation 1944-1946 », dans A. Le Bras-Chopard, J. Mossuz-Lavau (dir.), Les femmes et la politique, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 57-80.

26  Extrait de l’intervention de J. Vermeesch lors du CC des 21, 22 et 23 janvier 1945, Arch. du PCF.

27  B. Denoyelle, op. cit., p. 81.

28  M. Dogan et J. Narbonne, Les Françaises face à la politique, Paris, Armand Colin, 1955, p. 326.

29  Intervention de M. Caiamand, président du CDL de la Loire, « Procès-verbal du Congrès tenu à Valence le 22 septembre 1944. Attributions des CDL, AN F1a 3 241.

30  J. Marchand, « Ginette, comment voteras-tu ? », L’Humanité, 29 novembre 1944.

31  Voir les numéros de L’Humanité des 5 et 23 décembre 1944.

32  « Les femmes et les problèmes politiques à la veille des élections », 24 avril 1945, Rapport de la Direction générale de la Sûreté Nationale, de la Direction des RG, AN F7 15 588.

33  Il s’agit du journal édité par l’Union des Jeunes Filles de France.

34  « Qu’en pensez-vous Mesdames ? Et vous Messieurs ? », Filles de France, n° 4, décembre 1944, p. 4-5.

35  « Les femmes ? Sans elles, la moitié de notre travail aurait été impossible, affirme le Colonel Rol-Tanguy des FFI », entretien réalisé par J. Marchand, L’Humanité, 31 août 1944.

36  S. Chaperon, op. cit., p. 24. Voir aussi C. Duchen, op. cit., p. 33.

37  « À travers les bureaux de vote de Paris et de banlieue », L’Humanité, 11 novembre 1946.

38  Cité par C. Bard, « Le triomphe du familialisme », dans C. Bard (dir.), Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, p. 178.

39  « Réunion organisée par le Parti Communiste Région Paris-Ville à l’intention du personnel des PTT de Paris et du département de la Seine », Rapport des RG, 2 décembre 1944, Dossier PCF. Correspondances 1944, Arch. de la Préfecture de police de Paris, Ba 2 070.

40  « Aux urnes, Citoyennes ! », article de S.Y. Chanut, Filles de France, n° 12, 15 avril 1945.

41  Citation tirée de B. Denoyelle, op. cit., p. 95.

42  Extrait de l’intervention de J. Vermeersch lors du CC du 21 au 23 janvier 1945, Arch. de direction du PCF.

43  C. Duchen, op. cit., p. 36.

44  « Les femmes au travail. Georgette, maire-adjointe du XVe », L’Humanité, 28 août 1944.

45  « Pour les femmes de France », M. Cachin, L’Humanité, 20 novembre 1946.

46  « Avec Jeannette Vermeersch et Marcelle Hertzog-Cachin. Mamans communistes elles défendront tous les enfants de France », L’Humanité, 12 novembre 1946.

47  H. Footitt, « The First Women Députés : « les 33 glorieuses » ? », dans H. R. Kedward, N. Wood, The Liberation of France. Image and Event, Oxford, Berg Publishers, 1995, p. 129-141.

48  Voir V. Martin, op. cit., p. 59.

49  L’Humanité, 30 avril 1945.

50  Deux facteurs peuvent être avancés pour expliquer cette parenthèse de la Libération : l’absence de nombreux hommes et le fait que celles qui ont fait la démarche de se faire inscrire sur les listes électorales se sont très majoritairement rendues aux urnes.

51  J. Mossuz-Lavau « L’évolution du vote des femmes », Pouvoirs, n° 82, 1997, p. 37-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Fayolle, « Réagir aux premiers votes des femmes. Le cas du Parti communiste français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 94-95 | 2005, 223-239.

Référence électronique

Sandra Fayolle, « Réagir aux premiers votes des femmes. Le cas du Parti communiste français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1213

Haut de page

Auteur

Sandra Fayolle

Doctorante en Sciences politiques, Université de Paris I

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page