Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

François Guizot, Lettres à sa fille Henriette (1836-1874)

Paris, Perrin, 2002,1055 p.
Raymond Huard
Référence(s) :

François Guizot, Lettres à sa fille Henriette (1836-1874), Paris, Perrin, 2002,1055 p., Édition introduite et annotée par Laurent Theis, avec un essai biographique sur Henriette de Witt-Guizot par Catherine Coste 1

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui nuance sensiblement l’image que l’on a de Guizot, car on retient en général surtout celle de l’homme politique rigide et conservateur, ou celle du protestant austère, images qu’illustrent fort bien son portrait par Delaroche. À partir de 1836, chaque fois qu’ils étaient séparés, F. Guizot a, quotidiennement, écrit à Henriette, sa fille aînée et préférée, née en 1829, des lettres auxquelles sa fille répondait également chaque jour. Ainsi s’est tissée entre le père et la fille une relation exceptionnelle

2Ne nous attendons pas à lire des lettres « littéraires ». Guizot au contraire parle de tout, avec une extraordinaire spontanéité, passant sans transition d’un sujet à l’autre, évoquant son travail acharné d’écrivain, les réceptions auxquelles il assiste, l’entretien de sa demeure et l’exploitation de sa propriété du Val Richer près de Lisieux, la santé de ses enfants et petits-enfants à laquelle il porte un intérêt très vigilant, leurs études et leur travail, la vie et la mort de ses amis, les questions politiques nationales et internationales, les problèmes financiers auxquels lui-même et sa famille sont confrontés. On saute ainsi des plus graves événements internationaux ou français à la fabrication des pots de gelée de groseille, aux soins à donner aux poissons rouges du bassin, à l’aménagement des « lieux à l’anglaise », aux préoccupations matrimoniales de la famille. En filigrane, et bien que le volume ne contienne que très peu de lettres d’elle-même, nous apercevons aussi la personnalité d’Henriette, femme remarquable par son intelligence, son dévouement et sa farouche énergie, dont Catherine Coste, son arrière-arrière-petite-fille, dresse par ailleurs un beau portrait.

3évidemment, ces lettres privilégient certaines périodes. Elles commencent quand Henriette a tout juste 7 ans, en août 1836, se terminent en février 1874, six mois avant la mort de Guizot en septembre. Elles sont abondantes quand Guizot est ambassadeur en Angleterre en 1840, et dans les années 1840, quand il est obligé, par ses fonctions de ministre, de rester à Paris alors qu’Henriette séjourne une partie de l’année au Val Richer acquis par Guizot en 1836. À partir de 1855, Henriette et son mari Conrad de Witt s’installent durablement dans la demeure normande et la fréquence des lettres est alors inversement proportionnelle à celle des séjours de Guizot dans sa propriété. Au total, nous avons, grâce aux lettres, une vision à peu près continue de la vie et des réactions de Guizot et de sa famille pendant toute la période. Mais au cours de celle-ci, la situation de Guizot évolue beaucoup : sous la Monarchie de Juillet, il est un homme politique de premier plan. Après cela, rendu à la vie privée, il reste cependant une personnalité de la vie intellectuelle, un académicien très actif, un membre influent de l’église protestante, un élément aussi de la coterie orléaniste chassée du pouvoir par le Second Empire, ce qui lui vaut toutes sortes de relations et occupations

4Ce volume peut donc être lu sous bien des angles. C’est d’abord un document de grande valeur sur la vie d’une famille de la moyenne bourgeoisie pendant cette période. Les Guizot et les de Witt n’étaient pas riches. L’exploitation du domaine du Val Richer, même si elle fournissait une partie des produits de consommation de la famille à Paris, rapportait peu. Guizot, très attaché à cette demeure, y avait fait d’importants et coûteux aménagements. Le train de vie de la maison, quoique modeste, dépassait les revenus ; et surtout Conrad de Witt, mari d’Henriette, était ce qu’on appelle habituellement un « panier percé » tandis que Guillaume, fils de Guizot, intelligent mais velléitaire, était joueur. F. Guizot ainsi qu’Henriette ont donc connu à peu près constamment des soucis d’argent. Ils ont dû produire livre sur livre pour équilibrer le budget familial et Guizot a également recherché avec insistance pour ses gendres des places rémunératrices dans les conseils d’administration de sociétés industrielles. Les lettres montrent la vie de la famille au jour le jour, vie assez austère : le travail intellectuel très soutenu, les tâches domestiques, les activités charitables (pour Henriette), les réceptions d’amis et de voisins, les soirées où on lit à haute voix et où parfois on joue à des jeux de société, les promenades à pied dont Guizot était friand, quelques voyages, chez des amis, les Broglie, les Molé ou à Londres auprès de la famille royale en exil. À Paris évidemment, la vie est plus animée. Guizot se lève très tôt, fait son courrier et travaille, ensuite il reçoit ses amis et visiteurs fort nombreux (trop à son gré) et fait aussi ses visites ou se rend à l’Académie. Le soir, très souvent, il est invité à dîner car il est un convive très apprécié. Il est constamment déchiré entre le goût profond d’une vie studieuse et calme et les sollicitations de la société parisienne car il aime la société des femmes du monde pour lesquelles il a un regard de connaisseur, parfois très ironique. Telle a « des yeux à la fois de sainte et de houri, mais la sainte domine complètement », telle autre est « spirituelle et caressante avec abandon et calcul comme toutes les belles Polonaises ». D’une troisième, il note avec causticité : « sa figure a gagné, pas sa taille ». En revanche, il ne va pratiquement jamais à des spectacles ou des concerts. Après 1848, il attache aussi une grande attention aux travaux et aux élections académiques qui permettent aux orléanistes de manifester leur opposition à l’Empire, une opposition assez symbolique d’ailleurs car on voit que pour obtenir des faveurs pour ceux qu’il protège, en Normandie notamment, il conserve des relations avec de hauts dignitaires du régime impérial.

5Depuis 1848, il a complètement renoncé – et sans arrière pensées, semble-t-il – à jouer un rôle politique. Fait remarquable, il n’est pas amer et s’efforce toujours de juger avec sérénité les hommes et les choses Mais il garde ses opinions et les lettres confirment son orientation conservatrice en politique. Avant 1848, il ne voyait dans les opposants que des « brouillons », des « gamins grossiers », des « coquins ». À la veille du coup d’État napoléonien en 1851, il croit d’abord à une transaction entre le Président et l’Assemblée, puis, alarmé par les mouvements insurrectionnels provinciaux, il est reconnaissant à Louis Napoléon d’avoir châtié les perturbateurs et se résigne : « il faut passer par là ». Ni en 1851, ni en 1858, lors de la loi de sûreté générale, les mesures extrêmes de rigueur vis-à-vis des opposants ne l’émeuvent vraiment. Il voit cependant assez lucidement que le régime ne pourra rester tel qu’en ses débuts et se félicite en 1869 du renforcement du poids du Corps législatif. Plus tard, en 1873, il désapprouve le virage de Thiers vers la République car lui-même est resté indéfectiblement attaché à la dynastie des Orléans. À l’extérieur, c’est la même chose : le mouvement pour l’unité italienne l’inquiète et il défend le pouvoir temporel du pape, au grand scandale de certains protestants ; les Polonais insurgés en 1863 sont des « fous ». Il est beaucoup plus nuancé en revanche sur la guerre de Sécession, et l’assassinat de Lincoln en 1865 l’attriste.

6Enfin Guizot, sincèrement pieux, s’intéresse de façon soutenue au destin de l’église protestante. Le progrès des libéraux l’alarme, et, en tant que membre très influent de la tendance évangélique, il reprend du service contre eux à la fin des années 1860 avec une grande vigueur – il avait pourtant quatre-vingts ans – et participe un peu plus tard, toujours dans le même camp, au synode de 1872.

7Les lettres révèlent un homme privé très attachant, car s’il manifeste parfois un peu de vanité, il doit sans doute à sa foi d’avoir toujours conservé quelque distance à l’égard de ses succès temporels. Alors qu’il est au faîte de sa carrière dans les années 1840, il cultive et fait partager à sa fille un sentiment de précarité. Son histoire personnelle l’inclinait peut être en ce sens, car il a traversé de dures épreuves, ayant perdu successivement deux épouses, Pauline de Meulan et Elisa Dillon, plus tard, son amie, Mme de Liéven, ainsi que son premier fils, François, sur qui il fondait beaucoup d’espoirs, et, peu avant sa mort, sa seconde fille, Pauline. Dans sa famille qu’il plaçait au-dessus de tout, Henriette, sa fille aînée, fut pour lui une compagne exceptionnelle dont « la présence réelle » (le terme revient à maintes reprises), constamment désirée, lui procurait un vrai bonheur et à qui il pouvait parler en toute liberté. Laurent Theis, qui présente cet ouvrage qu’il a annoté, a raison de voir dans ces 961 lettres un « ensemble impressionnant » et de souligner leur intérêt pour une meilleure connaissance de l’homme (pas « un homme de marbre »), que fut Guizot.

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage est assorti de notes substantielles sur les personnages cités, de trois tableaux généalogiques, d’une chronologie de la vie de Guizot et d’une bibliographie complète des travaux d’Henriette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond Huard, « François Guizot, Lettres à sa fille Henriette (1836-1874) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 93 | 2004, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1207

Haut de page

Auteur

Raymond Huard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page