Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Claude Collin, C’était une drôle d’époque… Un village meusien dans la Deuxième Guerre mondiale

Dossiers documentaires meusiens, 3e trimestre 2003
Maurice Moissonnier
Référence(s) :

Claude Collin, C’était une drôle d’époque… Un village meusien dans la Deuxième Guerre mondiale, Dossiers documentaires meusiens, 3e trimestre 2003

Texte intégral

1Originaire de la Meuse, Claude Collin, dont la carrière d’enseignant s’est déroulée à l’université de Grenoble, est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages consacrés pour la quasi-totalité aux luttes ouvrières et particulièrement, à la Résistance.

2Par ordre chronologique, citons :

  • écoutez la vraie différence. Radio verte Fessenheim. Radio SOS emploi, Longwy et les autres, La Pensée sauvage, Grenoble 1979. Traduction allemande : « Hôrt die Anderen Wellen », Université des Langues et Lettres de Grenoble, L’Harmattan, Paris, 1982.

  • Ondes de choc : De l’usage de la radio en temps de lutte, Université des langues et lettres de Grenoble, L’Harmattan, Paris, 1982.

  • Avoir 20 ans en zone interdite. Histoire de la Résistance en Meuse (collaboration avec J. -P. Harbulot, Le Sapin d’Or ,Epinal, 1984).

  • « Dix jours qui ébranlèrent Verdun- L’affaire des péniches de sucre (20-30 septembre 1947) », Dossiers documentaires mensuels n° 49 (1990).

  • L’été des partisans. Les FTP et l’organisation de la Résistance en Meuse, Presses universitaires de Nancy, 1992.

  • L’insurrection de Villeurbanne a‑t‑elle eu lieu ?, Presses universitaires de Grenoble, 1994.

  • Jeune Combat - Les Juifs de la MOI dans la Résistance, PUG, 1998.

  • Carmagnole et Liberté  –  les étrangers dans la Résistance en Rhône-Alpes, PUG, 2000.

  • Mon Amérique à moi : Voyage dans l’Amérique noire (1944-2000), L’Harmattan, Paris, 2002.

3Et voici le dixième ouvrage : C’était une drôle d’époque… un village meusien dans la deuxième guerre mondiale, Dossiers documentaires meusiens, 3e trimestre 2003.1940 n’est pas 1916

4Ce dernier livre, richement illustré, mérite une attention particulière (même si les autres incitent aussi à la lecture). Cet ouvrage, en effet, ne décrit pas beaucoup de combats mais plutôt les effets de la guerre sur une population précise, fondamentalement rurale et porteuse de souvenirs toujours visibles de la Première Guerre mondiale.

5Au centre, Maucourt-sur-Orne, avec, tout autour, dans un cercle de 20 à 25 km de rayon, les villages et les bourgades qui entretiennent des contacts relativement fréquents entre les habitants d’une trentaine d’agglomérations. Le plus souvent, celles-ci sont à l’orée des forêts ou au milieu d’une clairière de défrichement. À vol d’oiseau Maucourt est à une douzaine de km de Verdun. De même, au sud-ouest de Maucourt, Douaumont, la côte du Poivre, le Fort de Souville, l’Ossuaire, le Cimetière national…. Les bûcherons au travail abîment encore leurs scies et leurs haches lorsque leurs outils heurtent un éclat d’obus noyé dans un tronc blessé.

  • 1  L’auteur de ces lignes peut attester de la surprise des siens lorsque, venant en 1935 de Saint-Mic (...)

6Ici la guerre n’est pas effacée. Elle survit dans le quotidien des paysages, des lieux-dits, comme une hantise 1.

7Après l’alerte que clôt provisoirement en septembre 38 la capitulation devant Hitler de Chamberlain et de Daladier à Munich, beaucoup imaginent que le danger s’est éloigné

8Ils sont détrompés un an après, en septembre 39. Une guerre bizarre commence : les troupes françaises, après un simulacre d’offensive en avant de la Ligne Maginot, histoire de prouver la solidarité avec la Pologne, regagnent leur base rapidement.

9Drôle de guerre dit-on alors, ou plus exactement guerre paradoxale où les antagonistes s’observent en remettant en cause les souvenirs de la Grande Guerre. « Rien à signaler sur l’ensemble du front », alors que la presse se braque sur le conflit soviéto-finlandais, évoque d’éventuels bombardements sur les puits de pétrole russes avant de centrer son intérêt sur les combats destinés à « couper la route du fer » norvégienne.

10Le 20 mars 1940, près de Maucourt-sur-Orne, pris dans une tempête de neige, un avion d’observation allemand s’écrase, et l’adjoint au maire dresse en bonne et due forme l’acte de décès des trois victimes… Incident prémonitoire qui précède de cinquante et un jours l’offensive de la Wehrmacht et l’entrée brutale dans la « vraie guerre » le 10 mai.

11Dans le secteur meusien, après la percée de Sedan, l’invasion s’oriente vers le nord-ouest, visant le rembarquement des troupes alliés à Dunkerque. C’est le 10 juin que l’ordre d’évacuation est donné. Le dispositif militaire français s’effondre, sa résistance à l’offensive allemande faiblit.

12Les « repliés » sont vite rejoints par les avant-gardes des envahisseurs. Rares sont ceux qui ont pu, à La Ferté-sous-Jouarre, prendre un train pour Bordeaux. Dix jours plus tard la plupart regagnent leur village d’origine. À la mi-juillet, 80 % des habitants ont rejoint leurs maisons. Dès le 1er de ce mois, la Meuse devient « zone interdite » et plus tard « réservée ». Ce qui rendra plus difficile le retour de ceux qui ne sont pas rentrés. Marcelle Bertrand, future épouse Collin ne reviendra qu’au bout de quatre mois, via Paris.

Recommencer à vivre

13« La presse est rare, l’information circule peu », commente Claude Collin. Au début – comme partout en France – « un soutien certain au Maréchal », souligne-t-il. « Pétain le vainqueur de la bataille de Verdun » en 1916 est plus particulièrement célébré dans la région. « L’attitude la plus observée est alors l’attentisme. » Qui plus est, en avril 1941, le père de Claude Collin, revient du camp de prisonniers où il était détenu, libéré en tant qu’agriculteur. Il reprend en main la ferme familiale et se marie avec Marcelle Bertrand. Cette dernière précisera : « Je n’ai pas le souvenir qu’il y ait eu des discussions politiques. Peut-être que les hommes parlaient de certaines choses entre eux, encore qu’il fallait être très prudent. Mais moi, comme pratiquement toutes les femmes à l’époque, j’étais en dehors de ça, et je n’y comprenais à peu près rien. C’était l’affaire des hommes et il n’était pas question de mettre les femmes au courant. » Remarque à ne pas oublier, surtout si on évoque la situation – à la campagne en particulier – dans la France des années 40.

14Mais il s’agit ici de la France occupée – raison de plus – et comme le dit un autre témoin que Claude Collin a sollicité : « Les Allemands avaient leurs émissaires » et d’évoquer un dentiste de Chemnitz qui venait chez lui se ravitailler « et cherchait à s’entretenir […] pour savoir ce qui se passait dans le village […]. Il se présentait comme tout petit soldat […]. Mais on a toujours eu l’impression qu’il venait aux renseignements ».

15Dès le 7 août 1940, le préfet de la Meuse, français, encore en place, ordonne aux maires de dresser une liste des prisonniers détenus dans leurs communes. Ils doivent contrôler les appels chaque soir, régler les heures de travail, s’assurer de la soumission des prisonniers (toute fuite sera assimilée à une désertion). Ils peuvent repartir ces « KG » entre séjour au camp ou hébergement dans les fermes où ils travaillent. « Des colonnes militaires veilleront à l’observation des prescriptions». Derrière l’église de Maucourt-sur-Orne s’élèvent des baraques métalliques qui serviront plus tard à des « chantiers de jeunesse ». Car les prisonniers, une fois répartis dans les stalags allemands, le matériel en place est utilisé pour ces « chantiers », copie de ce que le gouvernement de Vichy a instauré en zone « non occupée ». Les jeunes Meusiens sont employés presque exclusivement à des travaux en forêt au seul bénéfice de la puissance occupante.

16Le directeur du camp, témoigne un jeune requis, né en 1924, « était un pète-sec […] Il était plutôt pro-allemand et j’ai entendu dire qu’il avait été fusillé à la Libération.  Tous les matins, en rang et au pas, on partait au bois avec haches et scies […]. Je crois qu’on devait faire deux stères par jour, bois de chauffage, charbonnette et bois de mine ». En mars 1943, ce témoin, apprenant qu’il devait partir en Allemagne grâce à « un type qui n’était pas pro-allemand », réussit à passer en Suisse et, à la fin août 44, rejoint à Thonon les FTP.

17Après les jeunes raflés pour les usines et les chantiers du Reich, les locaux érigés sur le territoire du village sont utilisés pour loger des soldats prisonniers de l’Empire français. Des « Sénégalais », comme on les appelle tous dans le village. Ils sont alors « très nombreux, nettement plus que les jeunes du camp de jeunesse. Il y en avait sans doute plus de cent […]. Il n’y avait personne qui leur faisait à manger au camp […]. Ils se débrouillaient tout seuls dans leurs baraques. La Croix-Rouge venait régulièrement leur apporter des rations. Ils mangeaient parfois dans les fermes où les gens leur donnaient des choses. Et puis, ils étaient malins. Il y en avait qui faisaient semblant d’être perdus dans les bois et ils mettaient des pièges ou des collets et ils attrapaient comme ça des sangliers ou des chevreuils ».

18Les habitants dans les villages les accueillaient volontiers. « Les gens du village les aimaient bien, ces Sénégalais, parce qu’ils rendaient facilement service […]. Ils soupaient chez nous et on leur donnait la pièce […]. Les Sénégalais avaient un infirmier […]. Il s’était fait des copines et des copains partout. C’était un cavaleur. Il fréquentait une femme d’un village voisin dont le mari était prisonnier, elle a eu un enfant de lui. Après guerre il n’est pas reparti, on l’a revu, il était devenu chauffeur du préfet ou quelque chose comme ça. »

19Au même moment, la présence allemande s’est faite moins lourde. « Les Allemands qui gardaient les Noirs, c’étaient des territoriaux. Ils n’étaient pas méchants pour un rond. C’étaient des types qui avaient une cinquantaine d’années, cinquante-cinq ans peut-être. Non, ils n’étaient pas mauvais. On n’a jamais eu de problèmes avec eux. Ça aurait été des jeunes, ils auraient été sans doute plus chiants, on n’a jamais eu de problèmes avec ceux qu’on avait au village. »

Quelques réflexions pour comprendre

20La masse des témoignages dont on vient de lire quelques extraits représentatifs (le lecteur a intérêt à se reporter au livre qui les reproduit sur près de 200 pages) fait parfaitement comprendre la différence avec maintes parties du territoire français occupées – ou non – jusqu’en 1942.

21D’abord la différence vécue avec l’image laissée dans la mémoire collective a une influence. Le souvenir terrible des dernières années de la guerre de 14-18 sous Verdun, comparé aux réalités de l’occupation de 1940 à 1944, a peu à voir avec ce qui est subi par une population qui a retrouvé, à son rapide retour, après une brève absence, ses maisons souvent intactes, même si elles ont subi parfois des pillages.

22La vie quotidienne, certes bridée, est largement supportable à la campagne où la culture et l’élevage assurent une alimentation plus abondante que dans les villes, soumises par ailleurs à de grands risques de bombardements aériens. À cela on pourrait peut-être ajouter la forte imprégnation religieuse qui a toujours caractérisé cette région et fait accepter le discours pétainiste soutenu par la plupart des membres du clergé.

23L’accueil particulier, réservé aux « Sénégalais » (nom collectivement attribué à tous les prisonniers de couleur détenus dans les villages) est largement explicable par une entente de fait entre ces colonisés parlant français dont l’activité agricole fait partie de leur culture de base et la population rurale locale.

24Les relations avec ces « soldats-paysans » sont quasi fraternelles, le lien culturel avec la nature facilite les convergences et la compréhension mutuelle, voire des discussions sur les questions agricoles.

25Enfin, les détachements allemands dans toute la région sont composés de soldats âgés dont beaucoup ont connu la guerre de 14-18. Ils déploient moins d’agressivité que les détachements engagés dans les combats et, la plupart du temps, ne cherchent pas à se distinguer par une vigilance exagérée.

26Ultime remarque : dans une vaste partie de la région, il n’existe que très peu d’ouvriers. Pas de monde ouvrier signifie perception très atténuée et même parfois méfiante à l’endroit du Front populaire qui fut une propédeutique de la Résistance. Il y a eu pourtant quelques maquis dans la région. L’un dirigé par l’instituteur du village de Dieppe, un autre dans les bois de Bezonvaux, un troisième près de Beausire…. Après le débarquement !

27Dans cette période, un « complot » destiné à empêcher les Allemands d’entraîner en Allemagne les « Sénégalais » fut prévu. Il s’agissait d’obtenir par un médecin, un somnifère qui serait versé dans la gamellle de lait des gardiens chargés de la surveillance des baraques de prisonniers. Complot tardif ; deux jours avant l’action prévue, les Allemands ont fait évacuer leurs prisonniers…

28D’autres soldats colorés sont arrivés : des Noirs américains, mais « on n’avait pas les mêmes relations qu’avec les Sénégalais […]. Les Noirs étaient semble-t-il de bons consommateurs. Heureusement, dans leur paquetage ou dans leurs boîtes de rations quotidiennes, il y avait tout ce qu’il fallait. Tout avait été prévu : la Bible, une barre de chocolat… et des préservatifs ». Chez mes parents, ajoute, l’interviewé, Robert Louppe, on logeait « deux officiers blancs » […]. Un des officiers a dit, j’ai encore ça parfaitement en tête : “On va terminer la guerre bientôt, mais dans deux ans, il faudra revenir pour faire la guerre à la Russie”. Pourtant les Russes étaient des alliés des Américains à ce moment-là, mais tu vois bien qu’il y avait déjà quelque chose qui clochait »…

29Ainsi va l’histoire…

Haut de page

Notes

1  L’auteur de ces lignes peut attester de la surprise des siens lorsque, venant en 1935 de Saint-Michel-sur-Meurthe, village vosgien, situé en 1914-18 sur la zone de front, on s’aperçut que la population du Rhône s’inquiétait peu du basculement de l’Allemagne dans l’hitlérisme…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Moissonnier, « Claude Collin, C’était une drôle d’époque… Un village meusien dans la Deuxième Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 93 | 2004, mis en ligne le 10 juillet 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1204

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page