Navigation – Plan du site
FILMS

L’historien et le cinéaste face à la représentation

Thierry Aprile

Texte intégral

  • 1  Site officiel :
  • 2  Site officiel :

1La sortie récente de deux films historiques, Un long dimanche de fiançailles 1 et La chute 2 peut être l’occasion de faire le point sur les enjeux de l’écriture de l’histoire confrontée à la « demande sociale ». Cette « demande sociale »  est très forte, ainsi qu’en témoignent les tirages toujours impressionnants des romans historiques, ou le succès des films de genre (péplums, films de pirates, « en costumes »). Paradoxalement, les lecteurs et les spectateurs posent implicitement au centre de leurs préoccupations la question de la vérité, question lancinante et tout à fait légitime (est-ce que c’est vrai ?). Or, la représentation exigerait, du moins l’affirment ceux qui répondent à cette demande cinéastes, journalistes, romanciers, une didactique particulière, fondée sur les codes habituels de la mise en intrigue : l’héroïsation, l’identification, le rebondissement, le flash back. L’insistance sur cette didactique particulière suppose acquis a priori le fait que l’histoire écrite par des historiens professionnels ou enseignée dans le cadre scolaire n’arrive guère, trop ennuyeuse, trop scolaire justement, à satisfaire le goût pour l’histoire. Comment les cinéastes se proposent-ils alors d’articuler spectacle et vérité dans leur écriture de l’histoire ? Cette articulation est-elle satisfaisante aux yeux des professionnels, historiens, ou surtout professeurs d’histoire, qui sont parmi les « prescripteurs » privilégiés par les producteurs ?

  • 3  Edité en collection de poche chez Perrin. Joachim Fest est également l’auteur d’une biographie de (...)
  • 4  Traduit par Janine Bourlois sous le titre Dans la tanière du loup ; les confessions de la secrétai (...)
  • 5  Un long dimanche de fiançailles, album souvenir, J.-P. Jeunet, G.Laurant, P.Casoar, Les Arènes, 20 (...)
  • 6  Sébastien Japrisot, l’auteur du roman adapté par Jeunet, invente ce nom donné à la tranchée et fou (...)
  • 7 Dossier pédagogique : http://aphgcaen.free.fr/dossiers/longdim.htm

2Les cinéastes répondent à l’exigence de vérité historique en montrant leur savoir-faire dans la mise en image, et dans le respect des décors, qu’ils soient entièrement recomposés comme les tranchées de Jeunet non loin de Poitiers, ou le Bunker de Hitler dans des studios de Munich ou vraisemblables, ainsi des rues de St Pétersbourg pour représenter les rues de Berlin en 1945. Sur ce point, la représentation des tranchées et des combats dont elles sont le théâtre par J.-P. Jeunet semble à juste titre faire l’objet d’un consensus. Mais c’est aussi dans la promotion du film, c’est-à-dire hors champ, que le cinéaste répond à l’exigence. D’abord, en livrant les secrets de la fabrication du scénario dans la campagne de promotion qui accompagne le sortie du film. Nul ne peut ignorer les sources du film La Chute. Ce sont d’une part, Les Derniers Jours  d’Hitler  de l’historien Joachim Fest 3, une figure des médias puisqu’il a été de 1973 à 1993, chroniqueur au journal Frankfurter Allgemeine Zeitung, d’autre part, Bis zur letzten Stunde (Jusqu’à la dernière heure) 4, le journal de Traudl Junge (1920-2002), secrétaire particulière d’Adolf Hitler de fin 1942 à avril 1945. Cette référence est d’ailleurs explicite à la fin du film qui s’achève par l’extrait d’un entretien avec Traudl Junge peu de temps avant sa mort : « La jeunesse n’excuse pas tout ». Quant au film de Jeunet, l’album souvenir 5, après une série de photographies tirées du film et un texte de J.-P.  Jeunet, est essentiellement composé de « L’almanach de Bingo crépuscule  » sous-titré « Les faits derrière la fiction » 6. On y trouve une remarquable collection de documents historiques illustrant quatre thèmes : « face aux conseils de guerre », « l’homme des tranchées », « les liens avec l’arrière », « l’impossible deuil ». Les sources mentionnent une bibliographie historique tout à fait à jour. Autre critère de vérité, la confection de fiches-pédagogiques à destination des enseignants pour l’utilisation des films dans le cadre de leurs cours. L’APHG a d’ailleurs donné son concours en diffusant à ses adhérents la fiche pédagogique du film de Jeunet 7, et une fiche pédagogique fournie sur le site officiel du film de Hirschberger.

  • 8  Un bon éclairage sur les réactions des professeurs d’histoire peut être trouvé dans « synthèse des (...)
  • 9  La quatrième de couverture du livre de Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18, retrouver (...)

3Du côté des historiens, quelles sont les attitudes par rapport à cette didactique de la représentation, et les efforts des cinéastes pour mentionner leurs sources et leurs références ? 8 On peut distinguer trois réflexes. D’abord, le dédain voire le mépris pour le spectacle, la  dénonciation de la surenchère dans la maîtrise des techniques de narration, voire le racolage avec les « scènes osées » qui ont dissuadé certains professeurs d’emmener leurs élèves voir le film de Jeunet, craignant de s’attirer les foudres des parents. Puis, la critique sur le point de vue. A l’heure où tente de s’imposer à grand fracas l’école du consentement 9, il est clair que l’évocation des auto-mutilations peut apparaître comme hors de propos, même si la description des tranchées insiste bien sur la « violence de guerre ». A propos de La Chute, même si l’on met à part la position extrême de C.Lanzmann qui va jusqu’à mettre en question la possibilité  même de la représentation, les débats portent sur le choix de la période (pourquoi seulement les « derniers jours » ? ), sur ce qui n’est qu’à peine évoqué (la destruction des juifs d’Europe) ou sur ce qui n’est pas représenté (par exemple sur le suicide de Hitler). Enfin, la critique de l’anachronisme, l’oeil hyper-critique porté sur ce qui est représenté, ainsi par exemple la bombe à ailettes qui détruit l’hôpital.

4On pourrait en rester là et se cantonner à un constat de type corporatiste, au sens noble, car après tout dans des débats extrêmes comme ceux concernant le négationnisme, l’ultime rempart contre l’infamie est bien fondé sur la méthode et le savoir-faire de la corporation des historiens définis depuis la fin du xixe siècle. On pourrait donc cantonner l’analyse du film aux milieux de la critique cinéphile qui semble s’accorder sur l’idée que La Chute relève d’un genre mineur, le téléfilm, et que l’esthétique particulière de J.-P. Jeunet, et sa filiation affichée avec le courant du réalisme poétique dans le cinéma français, pollue la gravité du propos (curieux procès de reprocher à un cinéaste son esthétique !). On pourrait de même renvoyer les historiens à leurs débats de spécialistes, que ce soit le médiatique et largement artificiel débat français entre Craonne (la contrainte) et Péronne (le consentement à la brutalisation), ou le débat allemand déjà plus ancien entre historiens allemands à propos du nazisme.

  • 10  Un exemple entre cent : Michel de Certeau, dans son ouvrage sur L’écriture de l’histoire (Folio-Hi (...)

5Pourtant, à bien y regarder, on peut remarquer que les questions posées par ces films sont loin d’être étrangères aux préoccupations des historiens. On le sait, l’histoire est aussi (d’abord ?) un récit 10 , et le travail de mise en intrigue n’est certainement pas le seul fait du cinéaste. Le scénario inspiré du roman de Japrisot semble opérer un trop long détour pour signifier la  construction d’une mémoire de la guerre et des combats. Non pas tant sur la réalité de soldats amnésiques que de nombreuses familles se disputent, que dans la construction de l’enquête qui joue aisément avec les codes du film  noir : le détective privé, l’usage du téléphone, de la voiture (en pleine campagne bretonne des années 20). Et pourtant, y a-t-il meilleure métaphore pour décrire le travail d’enquête opéré par le personnage devenu historienne, traquant la vérité des faits ? Autre préoccupation, la représentation. Le point central des critiques contre La Chute concerne la question de la représentation de Hitler, qui en ferait un « être humain ».

  • 11  Ian Kershaw a, en quelque sorte, donné une caution scientifique employée dans la promotion du film (...)

6On se trouve là à front renversé, car l’ambition du cinéaste est sur ce plan plus fidèle au genre historique de la biographie que ses critiques qui refusent la représentation de l’homme, car son nom même incarnerait un principe, le mal absolu, plutôt qu’un homme. On n’a jamais lu de remise en cause du remarquable travail de Ian Kershaw  au prétexte de l’impossibilité de faire la biographie du Mal 11. Le refus de montrer la mort de Hitler est d’ailleurs une façon d’être fidèle à la vérité. On sait que les circonstances exactes de la mort de Hitler ont fait l’objet d’une polémique entre les équipes soviétiques chargées de l’identification du cadavre, très largement carbonisé, et une équipe britannique, dirigée par un officier de renseignement, l’historien Trevor-Roper. L’enjeu de cette polémique : une mort de lâche (l’empoisonnement) ou de brave (le suicide par balles) et le soupçon britannique concernant la volonté des Soviétique de prouver la fin peu glorieuse de Hitler, y compris en travestissant le résultat de leur enquête. Joachim Fest détaille même 6 versions contradictoires du suicide de Hitler. Pourquoi voudrait-on que le cinéaste choisisse ? La question de la mémoire, non pas le « devoir de mémoire », mais le travail de mémoire est un autre enjeu. Le long dimanche de fiançailles fournit sur ce plan une représentation convaincante de ce travail de mémoire, mêlant imaginaire et réalité, jouant du décalage entre voix off et image, du flash back, du changement de plan et de cadre. Quant à La Chute, le film propose une réflexion sur le travail de mémoire à l’échelle d’une nation, puisqu’il se présente comme une lecture allemande de l’histoire allemande, et traduit en images le débat allemand sur la mémoire de la disparition de la nation
allemande et propose une vision des rapports entre le peuple allemand et le régime, en prenant soin de distinguer en les incarnant - sans doute de façon schématique, ou trop allusive - les configurations possibles.

  • 12  L’article d’Edouard Husson, « Les derniers jours de Hitler » dans l’une des dernières livraisons d (...)

7Que conclure de ces quelques brèves remarques à propos de deux films sur les rapports entre cinéma et histoire ? D’abord qu’il faut refuser l’argument d’autorité : les questions de la représentation posées aux cinéastes se posent aussi aux historiens. Quels événements privilégier, quels témoignages, quelles sources, quels personnages, quels critères de vérité, de justesse, de vraisemblance ? Rien ne serait pire que de faire croire que ces questions ont été résolues une fois pour toutes par les historiens qui sont évidemment conscients comme les cinéastes qu’ils sont largement prisonniers de leurs codes, de leur temps. On peut ensuite se féliciter de l’utilisation du travail des historiens par d’autres qu’eux. Il faudrait être particulièrement candide pour considérer que le travail historique se fait aujourd’hui hors du champ médiatique. L’utilisation, voire l’appropriation du travail historique par d’autres rend plus visible, plus socialement utile le travail historique 12. D’autant plus que les utilisateurs ont le réflexe de base de tout historien : citer ses sources et ainsi proposer à ceux qui le souhaitent de poursuivre la réflexion. Il faut donc accepter la concurrence de façon décontractée. Les historiens mettent à la disposition des auteurs de fiction de quoi astiquer tous les boutons de guêtres de leurs figurants. Les cinéastes mettent à la disposition des historiens un matériau irremplaçable pour comprendre la construction de la mémoire de la guerre et ses enjeux contemporains. Quelle reste alors la spécificité du travail des historiens ? Elle ne semble faire aucun doute. Leur privilège est la solidité de leur méthode critique. Cette méthode leur permet de faire varier pratiquement sans limite les points de vue (les focales ) à la recherche d’une impossible histoire totale, horizon inatteignable sans doute que ce soit individuellement ou collectivement, mais au combien stimulant. Ils peuvent également explorer des champs neufs. Quels cinéastes, quels effets spéciaux de l’industrie cinématographique, pourront intégrer aux côtés de l’ouïe et du regard, l’odorat, le toucher, le goût ? Et pourquoi ne pas aller jusqu’à s’affranchir des représentations traditionnelles du travail historique ? Qui mieux qu’un historien peut jouer avec la chronologie, et assumer en conscience l’anachronisme ?

Haut de page

Notes

1  Site officiel :

http://wwws.warnerbros.fr/movies/unlongdimanche/

2  Site officiel :

http://www.tfmdistribution.com/lachute/

3  Edité en collection de poche chez Perrin. Joachim Fest est également l’auteur d’une biographie de Albert Speer, le confident de Hitler.

4  Traduit par Janine Bourlois sous le titre Dans la tanière du loup ; les confessions de la secrétaire d’Hitler, J-C Lattès, mars 2005. Ce témoignage est édité à l’initiative d’une journaliste autrichienne Melissa Müller, auteur en 1998, de La Vie d’Anne Frank adaptée pour la télévision, qui le présente comme une « chronologie de la conscience et de l’assimilation de la culpabilité ».

5  Un long dimanche de fiançailles, album souvenir, J.-P. Jeunet, G.Laurant, P.Casoar, Les Arènes, 2004. Les textes ont été revus par Jean Pierre Verney, historien, chargé de mission au ministère des anciens combattants et victimes de guerre, l’un des plus grands collectionneurs d’objets et de photographies de la première guerre.

6  Sébastien Japrisot, l’auteur du roman adapté par Jeunet, invente ce nom donné à la tranchée et fournit même une explication. L’album mentionne, tirés des témoignages des combattants, des noms réellement donnés à des tranchées, et notamment le « boyau des zigzags » attesté par Blaise Cendrars dans L’homme foudroyé.

7 Dossier pédagogique : http://aphgcaen.free.fr/dossiers/longdim.htm

8  Un bon éclairage sur les réactions des professeurs d’histoire peut être trouvé dans « synthèse des contributions » sur le site des clionautes par Laurent  Albaret : http://www.clionautes.orgarticle.php3?id_article=667

9  La quatrième de couverture du livre de Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, fixe, impavide, les ambitions des auteurs : « il s’opère aujourd’hui sur la guerre de 14 le même type de subversion du regard que sur la Révolution française dix ans plus tôt. Le phénomène mérite attention : en peu d’années, deux des plus gros massifs de l’histoire nationale auront connu ainsi un basculement comparable et, dans des conditions différentes, un renouvellement du même ordre. »

10  Un exemple entre cent : Michel de Certeau, dans son ouvrage sur L’écriture de l’histoire (Folio-Histoire 115) définit « les opérations qui règlent l’écriture de l’histoire : la fabrication d’un objet, l’organisation d’une durée, la mise en scène d’un récit ».

11  Ian Kershaw a, en quelque sorte, donné une caution scientifique employée dans la promotion du film : « Parmi toutes les interprétations de Hitler, celle de Bruno Ganz est pour moi la plus juste ».

12  L’article d’Edouard Husson, « Les derniers jours de Hitler » dans l’une des dernières livraisons de la revue L’Histoire (n° 297, avril 2005), est évidemment une réponse implicite aux questions posées par le film.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Aprile, « L’historien et le cinéaste face à la représentation », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1197

Haut de page

Auteur

Thierry Aprile

PRAG à l’IUFM de Créteil, est également auteur de fictions et de documentaires historiques chez Gallimard-jeunesse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page