Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

André Kirschen, Le procès de la Maison de la Chimie (7-14 avril 1942), contribution à l’histoire des débuts de la résistance armée en France

Paris, L’Harmattan, 2002, 196 p.
Jean Suret-Canale
Référence(s) :

André Kirschen, Le procès de la Maison de la Chimie (7-14 avril 1942), contribution à l’histoire des débuts de la résistance armée en France, Paris, L’Harmattan, 2002, 196 p.

Texte intégral

1Après les premières actions armées contre l’occupant, dont le signal fut donné par l’exécution au métro Barbès d’un officier allemand par Pierre George (le futur colonel Fabien), puis les exécutions massives d’otages en « représailles » (à Châteaubriant et à Souge), des arrestations ont démantelé les premiers groupes de l’O.S. (Organisation spéciale) du PCF.

  • 1  Éric Alary, Un procès sous l’Occupation au Palais-Bourbon (mars 1942), Paris, Assemblée Nationale, (...)

2Les Allemands, au printemps de 1942, organisent deux procès à grand spectacle pour stigmatiser le « terrorisme » et assurer son éradication. C’est, en mars, le procès du Palais-Bourbon, puis, en avril, celui de la Maison de la Chimie. Sur le premier, nous disposons de l’étude de l’historien Éric Alary 1. Sur le second, nous disposons maintenant de l’ouvrage d’André Rossel-Kirschen.

3L’auteur a réuni toute la documentation possible, archives (des archives allemandes à celle de la Préfecture de police), documents et témoignages des parents ou amis, lorsqu’il en subsiste.

4L’auteur est le dernier survivant de ce procès (27 accusés, 23 fusillés, une femme guillotinée en Allemagne, 3 déportés). Historien en même temps que témoin direct, il était particulièrement bien placé pour réaliser ce travail. Son souci a été de témoigner pour que rien ni personne de ceux qui ont été les héros de ce drame ne soit oublié. On ne peut lire ce livre sans un terrible serrement de cœur.

5Outre les sources indiquées plus haut, l’auteur a pu utiliser les images d’un film que les Allemands avaient réalisé à des fins de propagande. Il ne fut pas diffusé, les Allemands s’étant rendu compte qu’il risquait de se retourner contre eux : il a été récemment retrouvé en Allemagne.

6L’auteur nous décrit le procès, qui se déroula pour l’essentiel en langue allemande, les accusés étant maintenus menottés derrière le dos (comme ils l’étaient en prison, jour et nuit), sauf au moment de leur interrogatoire.

7L’auteur nous donne une série de courtes biographies de chacun des 24 condamnés à mort, avec, toutes les fois qu’elle a été retrouvée, leur dernière lettre qui témoigne de leur courage et de leur patriotisme.

8Le plus âgé, Pierre Leblois, avait 56 ans. Le plus jeune, Carlo Schoenhaar, avait 17 ans. C’était un jeune Allemand, fils d’un dirigeant du Parti communiste allemand assassiné par la Gestapo. Il y avait deux Italiens, Mario Buzzi et Ricardo Rohregger (ce dernier né à Pola, en Istrie, au temps où cette région était autrichienne), un Italien naturalisé, Spartaco Guisco, dont le prénom, choisi par ses parents, témoignait de leurs sentiments révolutionnaires. Il y avait une Polonaise, Simone Schloss, la seule femme, guillotinée à Cologne le 17 juillet 1942. Il y avait un fils d’Algérien (son père se prénommait Saïd Ben Mohammed), mais né à Paris, Maurice Touati, responsable des Jeunesses communistes du 5e arrondissement. Plusieurs d’entre eux avaient combattu dans les brigades internationales en Espagne. Il y avait Marcel Bertone, dirigeant national des Jeunesses communistes, Gilbert Bourdarias – qui avait participé avec Spartaco Guisco et Gilbert Brustlein à l’expédition au cours de laquelle fut abattu le Feld-Kommandant de Nantes, mais les Allemands ne le savaient pas –, Louis Coquillet, cheminot de Rennes, Yves Kermen (ancien dirigeant syndical aux usines Renault de Billancourt), Émile Lefebvre et sa femme Marie-Thérèse, condamnée à mort, mais graciée, son mari Emile reconnu innocent mais néanmoins condamné à cinq ans de prison ! Ils furent déportés. Nous parlerons plus loin de l’auteur, André Kirschen.

9Dans une brève introduction, l’auteur, sous le sous-titre : « Attentats individuels ou début de la résistance armée à l’occupant ? », montre que ces premières actions armées ne se réduisirent pas à des « attentats individuels », analogues à ceux perpétrés par les anarchistes à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, mais « attaquèrent des usines travaillant pour les Allemands, sabotèrent des voitures, entreprirent des déraillements, firent sauter des locaux de la Wehrmacht ou des officines de collaboration, et attaquèrent aussi des militaires isolés » (p. 5).

10Ils furent qualifiés de « terroristes » par les nazis et les collaborateurs, mais leur action ne releva jamais du terrorisme aveugle, elle fut toujours ciblée contre l’ennemi, prenant soin de ne jamais toucher la population française.

11On sait que ces premières actions furent d’abord désavouées par le général de Gaulle (« L’ordre que je donne est de ne plus tuer d’Allemands »), rejetées par certains résistants en raison de leur faible efficacité et des exécutions d’otages auxquelles elles donnèrent prétexte. Sans relâcher la férocité de leur répression, les Allemands renoncèrent aux exécutions massives d’otages lorsqu’il leur apparut qu’elles alimentaient la haine contre eux et incitaient les Français à participer à la lutte. Bientôt, la radio de Londres rendit hommage à ces actions et les justifia.

12L’auteur montre que si tous ces premiers combattants étaient issus du Parti communiste ou des Jeunesses communistes, ce qui les détermina ne fut pas (comme l’avancent encore certains historiens) le souci d’aider l’Union soviétique ou de préparer une insurrection « rouge », mais la volonté d’engager le combat libérateur de leur patrie, et le sentiment que, face à l’occupant, il ne suffisait plus de distribuer des tracts (bien que ce fût nécessaire et non sans risque), et qu’il fallait lutter les armes à la main.

13« Nous pensons, écrit-il, que les premières opérations de 1941 ont joué un rôle de détonateur que l’on ne saurait sous-estimer. Nous pensons que le sacrifice de ces premiers combattants n’a pas été vain » (p. 9).

14« Si la France n’a pas connu à la Libération un statut de pays occupé administré par l’AMGOT (Allied military government of occupated territories), nous pensons que la lutte des hommes de 1941 y a été pour quelque chose » (p. 8).

15L’auteur parle peu de lui-même et il faudra rechercher ce qui le concerne dans quelques notes et dans des développements plus généraux. André Kirschen n’avait que 15 ans et demi. Il avait triché sur son âge pour se faire admettre parmi les combattants. La loi allemande prévoyait qu’au dessous de 16 ans, la peine de mort était remplacée par une peine de dix ans de prison. C’est donc à cette peine qu’il fut condamné. Mais son frère Bernard, résistant (je l’avais connu à ce titre en 1940) non décelé par les Allemands comme tel, et son père Joseph Kirschen furent fusillés au Mont-Valérien comme frère et père de « terroriste ». L’auteur le mentionne parmi un grand nombre d’exécutions ou de déportations du même genre, frappant les parents ou alliés de résistants (pages 164-165).

16Dans un dernier chapitre « A la mémoire de tous », l’auteur rappelle le nom, l’action et le destin de tous ceux qui participèrent à ces premiers combats et dont il a pu retrouver les noms.

17Suivent trois annexes : le poème d’Aragon « Les roses de Noël » (extrait de la « Diane française ») ; le « rapport de synthèse de la préfecture de police » (1er janvier 1942), et le compte rendu de l’arrestation de France Bloch-Sérazin, fille de l’écrivain Jean-Richard Bloch, qui fut guillotinée en Allemagne. « Rapports triomphants de la police française » à qui revenait le « mérite » des arrestations effectuées pour le compte des nazis.

Haut de page

Notes

1  Éric Alary, Un procès sous l’Occupation au Palais-Bourbon (mars 1942), Paris, Assemblée Nationale, 2000, 158 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Suret-Canale, « André Kirschen, Le procès de la Maison de la Chimie (7-14 avril 1942), contribution à l’histoire des débuts de la résistance armée en France », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 01 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1194

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page