Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Victor Serge, Vie et mort de Léon Trotski

Paris, La Découverte, 2003, 320 p.
Vincent Blin
Référence(s) :

Victor Serge, Vie et mort de Léon Trotski, Paris, La Découverte, 2003, 320 p.

Texte intégral

  • 1  Recueil des principaux textes de Victor Serge publié dans la collection « Bouquins ».

1Suite au regain d’intérêt pour les écrits de Victor Serge, et en attendant la biographie qui doit lui être prochainement consacrée, les Éditions La Découverte ont eu l’heureuse initiative de rééditer dans un format accessible Vie et mort de Léon Trotski, par Victor Serge. Texte peu connu et « oublié », notamment du recueil de Mémoires d’un révolutionnaire et autres écrits politiques-1908-19471, cette biographie, dans les faits co-écrite par V. Serge et N.I. Sedova (veuve de Trotski), présente de nombreux atouts.

2Gageure, en effet, que de vouloir retracer, en quelques trois cents pages, la vie d’un homme dont l’existence s’incarne pleinement dans le bouillonnement des idées révolutionnaires et de la construction du premier État prolétaire. Si ce court ouvrage ne prétend pas à une pure érudition, il s’appuie néanmoins sur une connaissance intime de la « grande Révolution d’Octobre », de ses instigateurs et sur de très larges extraits de souvenirs de N.I. Sedova (d’ailleurs très amplement repris dans la biographie de Pierre Broué). Grâce à ce récit vivant, la figure de Trotski se dessine avec force sur un tableau aux vives couleurs ; il se divise en sept parties classiques : la jeunesse, la Révolution, le pouvoir, l’opposition, la persécution, le cauchemar et l’assassinat. On pardonnera à l’auteur d’insister plus longuement sur ces quatre derniers points, mais c’est au terme de sa vie que l’homme réalise pleinement son idéal, que la flamme qui l’anime, loin de s’assoupir, se renforce et s’avive même dans l’adversité. Cette présentation extrêmement libre et personnelle n’empêche pas Victor Serge d’évoquer et de restituer les pensées théoriques et politiques du « vieux » tant dans son cheminement d’intellectuel que dans son contexte historique, notamment celui des mouvements socialistes.

3Toutefois, le principal intérêt de ce livre tient à la propre personnalité de son auteur. En ce sens, cette biographie est le complément indispensable aux travaux de référence classique d’Isaac Deutscher et de Pierre Broué. En effet, Victor Serge témoigne autre chose, il est autre chose. Contemporain et acteur de la Russie révolutionnaire, il nous fait part de sa vision depuis l’intérieur du mouvement, tout en conservant l’esprit critique d’un grand historien de la Révolution. En quelques lignes d’une plume incisive, Victor Serge donne ainsi chair aux visages des autres disciples de Lénine et de Trotski, dépeint leur caractère, leur physionomie. Cette vision contrecarre la vulgate matérialiste qui privilégie l’effacement volontaire de l’engagement individuel devant la seule action des masses, et dément la « version bolchevique » de l’histoire en phase d’élaboration à partir des années vingt. Loin d’une histoire désincarnée ou sélective, et sans tomber dans le travers hagiographique, il confère, en parfait connaisseur de la grande Révolution socialiste, tout leur rang aux acteurs de cette tourmente. En un mot, il rend toute sa place à l’homme, et à l’action révolutionnaire toute sa part d’humanisme. C’est d’ailleurs toute cette humanité qu’il revendique pour son personnage Trotski, et ce en des termes non équivoques : « Ce ne sont pas des défaillances. Aucune faiblesse ; le révolutionnaire est un homme, simplement » (page 236).

4Pour finir, on peut seulement regretter la non-unification de la translittération phonétique simplifiée (pourtant en usage dans la presse) qui ne permet pas une identification aisée aux lecteurs non initiés : il faut ainsi comprendre que Khrouchtchev pour Kroustchev et Latsis pour le tchékiste Latis, sans même parler du commissaire du peuple à l’intérieur dont le nom apparaît sous plusieurs formes (Henri Lagoda ou Yagoda). D’autre part, il est préjudiciable que cette présente édition ne soit qu’une simple réédition de celle de 1973 (parue chez Maspero), sans notes explicatives pour rendre présent ce texte, en situant avec rigueur les faits dans le contexte de leur écriture, en les confrontant et, au besoin, en y ajoutant des compléments. Ainsi, pourquoi laisser les lecteurs dans l’ignorance du sort de Elena Stassova ou ne pas divulguer les apports des travaux les plus récents sur la disparition de Sergo Ordjoni-kidze ? Absences d’autant plus dommageables que, pour sa part, la préface de Richard Greeman a parfaitement su resituer et mettre en perspective cet ouvrage de Victor Serge.

Haut de page

Notes

1  Recueil des principaux textes de Victor Serge publié dans la collection « Bouquins ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Blin, « Victor Serge, Vie et mort de Léon Trotski », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1191

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page