Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Florence Gauthier (dir.), Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! Contributions à l’histoire de l’abolition de l’esclavage (1789-1804)

Paris, Collection des Études Révolutionnaires, Société des Études Robespierristes, 2002, 117 p.
Jean-Daniel Piquet
Référence(s) :

Florence Gauthier (dir.), Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! Contributions à l’histoire de l’abolition de l’esclavage (1789-1804), préface de Claude Meillassoux, Paris, Société des Études Robespierristes, Coll. Études Révolutionnaires, 2002, 117 p.

Texte intégral

  • 1  Les deux ouvrages furent publiés en janvier 2002.

1Il s’agit de l’édition d’un recueil de contributions faites à Paris VII-Jussieu, en novembre 1998. Il traite d’un sujet analogue à celui de notre thèse et de notre livre L’émancipation des Noirs dans la Révolution française (1789-1795) 1. Non compris la préface de Claude Meillassoux, l’avant-propos de Florence Gauthier, il faut compter avec la réflexion en quatre pages (p. 19-22) de Gérard Barthélémy, « maîtres et esclaves, une émancipation loin d’être achevée », et avec six contributions scientifiques, tendant à démontrer l’esprit émancipateur de la Révolution française, à la fois abolitionniste et anticolonialiste, issu de la célèbre formule, éponyme au texte de Robespierre (bien que l’apostrophe soit déformée). Formule qui, comme le rappellent les auteurs, provient de l’article « Traite des nègres », écrit par le chevalier de Jaucourt dans l’Encyclopédie. Cependant, nous devons ajouter grâce à l’information de Y. Bénot, fournie à notre soutenance publique de Doctorat N.R. en octobre 1998, que cet article constitue en fait la traduction d’un texte anglais du pasteur Robert Wallace. Information d’autant plus importante à relever que d’autres articles de Jaucourt dans l’Encyclopédie sur le sujet (« nègres») n’ont pas, loin s’en faut, une telle caractérisation contestataire.

  • 2  Nathalie Piquionne, L’évolution de la pensée de Milscent, historien de la Révolution de Saint-Domi (...)

2La première des six contributions du recueil s’intitule « Milscent créole, historien de la révolution de Saint-Domingue » (p.23-42). Ce personnage est resté injustement dans l’ombre. En 1987, le livre d’Y. Bénot, La Révolution française et la fin des colonies, devenu un classique, l’avait tiré au grand jour, ainsi que deux « mélanges» du même auteur dans la revue Dix-Huitième siècle en 1989 et 1990. L’article du recueil synthétise les maîtrises respectives des trois jeunes auteurs Sophie Piolet, Nathalie Piquionne, Delphine Roux, à partir du titre que la seconde a donné à son travail universitaire 2. Titre assez contestable, Milscent ayant toujours été un journaliste engagé dans le Créole Patriote; le métier d’historien répond à des critères de documentation, de recul et minutie des actions et motivations de chacun des groupes de protagonistes sans exception, que Milscent, présent en France de 1791 à 1794, ne pouvait détenir dans un combat à chaud.

3Ayant pour notre part consacré directement une glane en 1993, puis, indirectement, en 1996, deux articles à son jacobinisme et plusieurs chapitres de notre livre à l’universalisme pro-noir comme pro-indien de Milscent créole, nous dirions que le plus curieux n’est pas sa marginalisation histo-riographique en voie d’amenuisement que le cheminement complètement à contre-courant de Milscent. La lecture des correspondances métropolitaines de son organe de presse jacobin, le Créole Patriote, contre toute attente pour les détenteurs d’une pensée unique sur le bicentenaire, démontre qu’en janvier 1793 l’abbé Grégoire avait bien été régicide.

  • 3  À ce sujet, on regrettera son inélégance consistant à ne pas reconnaître à l’auteur de ce compte r (...)

4Plus encore, voilà un propriétaire d’esclaves à Saint-Domingue qui choisit et radicalisa de 1791 à 1793 le choix de l’émancipation des mulâtres et esclaves noirs avec le côté gauche des assemblées révolutionnaires successives. Mais l’aspect le plus spectaculaire de ce choix fut la publication de la lettre des trois responsables de l’insurrection de Saint-Domingue (le 9 février 1793 soir), Jean-François, Biassou, Bellair que Nathalie Piquionne avait, sans la découvrir elle-même, reproduite intégralement dans un article publié aux AHRF et à Chemins critiques  3.

5Surtout, l’offensive dont il fait l’objet de la part des colons de Saint-Domingue, très justement rapportée par les trois auteurs, reste totalement infructueuse à l’automne 1793 lorsque l’exécution des Girondins se confond en partie avec l’exécution des anciens Amis des Noirs ; en revanche, c’est en pleine fraternité interraciale, et en pleine répression contre les ennemis forcenés de Milscent, que leur combat acharné porte finalement ses fruits le 26 mai1794. Ce paradoxe n’est pas mis en relief par les trois auteurs de l’article. Une complicité du Tribunal Révolutionnaire ne peut se limiter à Fouquier-Tinville, comme elles semblent le croire, mais doit également s’étendre à Coffinhal, vice-président du Tribunal. Faute d’avoir jamais cité l’article approfondi d’Y. Bénot (« L’affaire Milscent »), Sophie Piolet, Nathalie Piquionne et Dephine Roux ont fait l’impasse sur ce point.

6La fraternité interraciale et la répression des colons contre-révolutionnaires de Saint-Domingue sont mises en relief avec force et détail dans l’article de Claire Blondet, « Quand les terroristes font le procès du colonialisme esclavagiste, les thermidoriens organisent son oubli » (p. 43-65). Cette recherche s’attaque aux péripéties d’une période (printemps-été 1794) de la longue mission à Brest du député montagnard, membre du comité de salut public, Prieur de la Marne. Claire Blondet souligne l’existence de deux fêtes révolutionnaires de l’abolition, organisées les 20 et 30 prairial an II, et la formation de tribunaux chargés de juger les rescapés de la lutte contre les commissaires civils Sonthonax et Polverel, ralliés aux esclaves noirs à l’été 1793. Ces deux aspects de la mission de Prieur sont convaincants et bien documentés. On sera cependant plus réservé sur les dernières pages consacrées à la question de l’oubli programmé par les antiesclavagistes thermidoriens. L’affaire est plus complexe. Seuls les colons emprisonnés à Paris, Page, Brulley, Larchevêque, Thibau notamment, demandèrent à la commission Garran-Coulon d’organiser les débats entre les accusateurs et les accusés dans l’affaire des colonies. Dans le déroulement des séances de janvier à août 1795, ces trois colons ne se privèrent pas de démontrer l’hostilité du comité de salut public à leur encontre en l’an II, que Sonthonax et Polverel minimisaient ou ignoraient. Mais les trois colons réactionnaires, du fait qu’ils ignoraient tout des déboires de leur compatriotes à Brest, n’en soufflèrent mot. Il n’est pas sûr que Sonthonax, Polverel et les Thermidoriens en aient également eu connaissance.

7En ce domaine, il est en fait bien difficile d’opposer l’an II à l’an III et au Directoire. Deux autres articles du recueil s’efforcent d’y parvenir, considérant, à l’instar de Fl. Gauthier, que la constitution de l’an III, parrainée par Boissy d’Anglas, constitua un tournant thermidorien colonialiste et assimi-lateur.

8Fabien Marius Hatchi dans « La révolution caribéenne comme ultime rempart du droit naturel » (p. 67-79), puis Jouda Guetata dans « Le refus d’application de la constitution de l’an III à Saint-Domingue, 1795-1797 » (p. 81-90) évoquent les heurs et malheurs de la politique coloniale en Guadeloupe.

9Fl. Gauthier, elle-même, se lance plus activement dans la controverse, en s’efforçant de démonter le caractère anticolonialiste, indépendantiste des grands penseurs révolutionnaires cités dans le titre de son article : « Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! De Jaucourt à Marx en passant par Robespierre et Desmoulins ».

  • 4  Je remercie Patricia Paleni, secrétaire de « l’Association pour l’étude de la colonisation europée (...)

10Cet article aborde un sujet capital dans tout le processus révolutionnaire. Fl. Gauthier fait intervenir avec intérêt Karl Marx dans l’analyse de la question coloniale pendant les périodes républicaine et impériale, les premières (1re et IIe république étant abolitionnistes et les secondes (Premier et Second Empire) esclavagistes. Ainsi, le 2 juillet 1858, Marx écrivit un article du New York Daily Tribune, intitulé« Le gouvernement britannique et la traite des esclaves » Marx Engels : Textes sur le colonialisme, Moscou, Editions du Progrès 1977, 431 p., p. 215-220)4.En faitcet article traitait du problème juridique posé par les droits de visite britanniquessur les navires négriers d’Espagne et des Etats-Unis. Le ministre anglais concerné, Lord Malmesbury, avait partiellement renoncé à ces droits de visite ; bien que « fortement soupçonné d’avoir noué des contacts étroits avec le héros de Satory », il dénonça en Napoléon III le principal négrier d’Europe. Marxattaqua les complicités de l’Espagne avec Napoléon III, coupable d’avoir « ressuscité l’esclavage » dont il était « le protecteur sous toutes ses formes ». En fait plus probablement (problèmes de traduction obligent) Marx signifiait-il « supprimer à nouveau toutes les libertés acquises en 1848 par les Français, et de surcroît aider les négriers et les planteurs étran-gers ». Florence Gauthier rappelle justement que Napoléon III a uniquement encouragé l’esclavage hors des possessions françaises. Certes, Marx constata avec raison que « la deuxième comme la première République avait aboli l’esclavage » ; puis il écrivit « Que périssent les colonies, mais que les principes vivent ». Marx n’attaque que très indirectement et peut-être involontairement Napoléon Ier, dont l’esclavagisme fut pourtant plus caractérisé que celui de son neveu. Marx a-t-il jamais expliqué qu’en bradant l’exclamation de Jaucourt-Wallace puis Robespierre, la France du Premier Empire comme celle du Second « n’était plus elle-même » et que par la loi du 20 mai 1802 Napoléon « a choisi le plus sûr moyen d’asservir la France » ?

11Camille Desmoulins avait immortalisé l’intransigeante exclamation en mai 1791 dans les Révolutions de France et de Brabant. Plus précisément, l’apostrophe faisait écho au décret du 13 mai constitutionnalisant l’esclavage sous l’égide apparent de Moreau de Saint-Méry. Selon Florence Gauthier, ce décret et la réaction indignée solitaire de Robespierre furent occultés par tous les historiens, Aimé Césaire excepté. On ne saurait de fait nier avec l’auteur, que seul Robespierre, les 13 et 15 mai, ait attaqué les constituants sur l’esclavage. On ne saurait davantage contester, concernant ce débat de mai 1791, le caractère erroné du libellé éditorial des Œuvres de Robespierre en 1967 (« sur les hommes de couleur libres »). On sera en revanche moins convaincu par une récusation absolue du distinguo « subtil » entre « non-libres » et « esclaves », mis en relief dans le passé par Léon Deschamps et Jean Jaurès. L’intervention que Florence Gauthier cite de l’adversaire de Robespierre, Moreau de Saint-Méry, prétendant le 13 mai n’avoir jamais voulu distinguer les deux termes, s’explique précisément par une première offensive du personnage qui fut discutée au sein de l’assemblée ; elle portait précisément sur ces mots. En fait, à l’exception de Robespierre le décret du 13 mai concernant la situation des « non-libres » (mais dans la constitution de septembre 1791, la question des colonies sera laissée de côté), fut voté, au côté gauche sous l’autorité des adversaires de Moreau de Saint-Méry, avocats de la seule émancipation des mulâtres. Sur le plan historiographique, ces débats ont été mis en relief, près de trente ans après le Toussaint Louverture de Césaire, à l’occasion du bicentenaire, par plusieurs chercheurs qui ont cité le décret du 13 mai, soit simplement à titre d’information, (Jacques Thibeau, Le temps de Saint-Domingue, l’esclavage et la Révolution), soit à titre de preuve supplémentaire de l’esclavagisme des patriotes (diverses communications à un colloque de Saint-Denis, Esclavage, colonisation, libérations nationales).

12Par ailleurs, il faut s’interroger sur l’interprétation d’un abolitionnisme anticolonialiste de Camille Desmoulins. L’article n° 77 des Révolutions de France et de Brabant analysé fut, dans la production éditoriale de l’auteur, assez isolé. Ainsi dans d’autres numéros (antérieurs comme postérieurs à mai 1791), Camille Desmoulins n’eut de cesse de fustiger les actions philan-thropiques de Mirabeau, Brissot, Condorcet, n’hésitant pas à s’ériger en avocat des Lameth. Entre Jaucourt et Robespierre, on trouve la formule « Périssent les colonies… », non seulement chez Dupont de Nemours, comme Florence Gauthier le rappelle justement, mais aussi dans les cahiers de doléances de 1789 (ce qu’avait indiqué à nouveau Jacques Thibau), ou chez certains Amis des Noirs girondins tels que Servan en avril 1791.

13En tout état de cause, quelque divergence que nous ayons avec les auteurs du recueil, nous estimons disposer ici d’un recueil d’articles capital : il a le mérite d’apporter de sérieux éléments de recherche à l’histoire coloniale révolutionnaire ; particulièrement dans le groupe des Montagnards, moins connu sous cet aspect que celui des Girondins. Ces apports de la recherche contrecarrent la très apparente pertinence de cette idéologie dominante : le discours niant les votes émancipateurs d’août 1793, et de février 1794 sous prétexte de leur très relatif retard (quatre ans par rapport à la proclamation de la déclaration des Droits de l’Homme). Et d’oublier de surcroît leur caractère irréversible dans la principale colonie de la France révolutionnaire, la future Haïti.

Haut de page

Notes

1  Les deux ouvrages furent publiés en janvier 2002.

2  Nathalie Piquionne, L’évolution de la pensée de Milscent, historien de la Révolution de Saint-Domingue 1791-1794, 1995.

3  À ce sujet, on regrettera son inélégance consistant à ne pas reconnaître à l’auteur de ce compte rendu la paternité de cette découverte à la BHVP (Révolution aux colonies en 1993, p. 183-185). Dans notre article aux Cahiers d’Histoire, « L’abbé Grégoire, un régicide panthéonisé », n° 63, note 26, p. 75-76), l’intitulé de sa maîtrise est mentionné.

4  Je remercie Patricia Paleni, secrétaire de « l’Association pour l’étude de la colonisation européenne 1750-1848 », de m’avoir prêté l’exemplaire du recueil en sa possession.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Daniel Piquet, « Florence Gauthier (dir.), Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! Contributions à l’histoire de l’abolition de l’esclavage (1789-1804) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1188

Haut de page

Auteur

Jean-Daniel Piquet

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page