Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Florent Robin, Les représentants en mission dans l’Isère. Chronique d’une terreur « douce » (1793—1795)

Paris, ADHE, 2002, 464 p. + annexes,sources et bibliographie
Claudine Levaldaur
Référence(s) :

Florent Robin, Les représentants en mission dans l’Isère. Chronique d’une terreur « douce » (1793—1795), Paris, ADHE, 2002, 464 p. + annexes,sources et bibliographie

Texte intégral

1Maîtrise d’histoire soutenue par l’auteur à l’université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne et éditée dans la collection des « Historiens de demain », cet ouvrage est consacré à un sujet d’actualité dans l’historiographie de la Révolution française, les représentants en mission.

2Longtemps considérés comme des « proconsuls sanguinaires », l’historiographie de ces trente dernières années, à travers livres et colloque a complètement redéfini cette institution en l’abordant d’une manière plus objective. Pour ce faire, les historiens se sont appuyés sur les arrêtés de ces représentants en privilégiant une analyse prosopographique, comme l’illustre l’IREPRE, la base de données de l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Université Paris I). Dans son étude, Florent Robin s’est inspiré de ces nouvelles orientations pour nous livrer une vision de ce groupe dans le département de l’Isère entre 1793 et 1795.

3Dressant la situation historique et géographique de l’Isère au moment des premiers envois de missionnaires, l’auteur se propose d’analyser sous forme thématique le rôle que les 43 représentants jouèrent dans ce département en identifiant la typologie de ce groupe, avant d’étudier leurs mesures et les conséquences de leurs actions sur la population iséroise.

4Pour sa démonstration, Florent Robin se fonde sur un large corpus de sources composé d’archives, nationales et départementales, d’imprimés et d’ouvrages de référence comme les archives parlementaires. Exposée dans les annexes, il s’appuie sur une étude systématique des 460 arrêtés qu’il a pu rassembler.

5À partir de cette documentation, l’auteur commence par nous donner une chronologie très complexe des envois en mission et des pouvoirs attribués à ces missionnaires. Il constate ainsi que de nombreux représentants intervenant en Isère ont été envoyés près des armées des Alpes ou ont eu un champ d’action ne se limitant pas à ce seul département. Puis il nous présente les différents acteurs en s’appuyant sur les origines sociales et politiques de 38 d’entre eux. Il constate ainsi une certaine homogénéité tant sur le plan de l’âge, l’écart moyen étant de 6 ans et 4 mois, que sur le plan géographique, la majorité des représentants étant originaire des départements situés autour de l’Isère. Menant plus avant son étude, il observe ainsi qu’une grande partie des missionnaires sont avocats (17), ont une profession juridique ou ont acheté des charges, alors que d’autres appartiennent à l’ordre du clergé. Cette cohésion se retrouve également dans les choix politiques. En effet, 76 % des représentants sont Montagnards et s’appuient sur les sociétés populaires jacobines afin d’appliquer au mieux leurs décisions et instaurer un véritable contrôle du département tant sur le plan politique que social. L’activité missionnaire a donc un réel impact sur l’Isère, mais celui-ci s’avère différent suivant la période, la typologie des arrêtés et les représentants, comme l’explique l’auteur dans sa seconde partie.

6En regroupant thématiquement les arrêtés sélectionnés, Florent Robin débute cette étude en nous donnant une analyse quantitative des décisions prises par les 43 représentants intervenus en Isère. Il constate ainsi que le rythme des opérations des missionnaires est lié aux événements, à la personnalité, à l’ordre de mission et au nombre des représentants présents dans le département. L’importance de l’Isère au sein de l’espace régional n’est pas la même suivant les missionnaires, certains n’intervenant que pour des mesures militaires en raison de leur affectation à l’armée des Alpes. Face à cette disparité et aux limites de l’analyse quantitative, l’auteur a ensuite entrepris une étude qualitative. Il se consacre, dans un premier temps, à l’examen des mesures policières des missionnaires qui représentent 87,5 % de l’ensemble. Caractérisé par les nombreuses arrestations de suspects et les multiples événements qui ont secoué le département comme le fédéralisme lyonnais ou la Terreur blanche, ce contrôle s’avère néanmoins assez peu sévère, beaucoup de suspects ne se voyant pas arrêtés ou étant relâchés suite au 9 Thermidor an II. L’Isère échappe ainsi aux excès des représentants, expliquant la qualification de « Terreur douce » choisie par l’auteur. Ne se contentant pas d’aborder l’action répressive des représentants, Florent Robin analyse également leur rôle auprès de l’armée des Alpes. L’auteur expose les difficultés rencontrées par les représentants pour endiguer les désertions et approvisionner les soldats, tant sur le plan de l’armement, de l’équipement que sur le plan des vivres et du transport. Ayant besoin d’un important contrôle social, les représentants font disparaître toutes les personnes influentes comme les prêtres et mettent en place des idéologies révolutionnaires comme l’égalité par le biais des écoles et les sociétés populaires.

7Traitée dans une troisième partie, cette dimension politique amène les missionnaires à mettre en place une « communication politique nouvelle » en direction de la population caractérisée par un discours propagandiste visant à informer au mieux les citoyens. Souhaitant convaincre les Isérois du bien-fondé de leurs actions, les missionnaires essayent de donner une meilleure compréhension de leurs arrêtés, sans aucune déformation politique (suivant leurs critères), en procédant à l’impression et à l’envoi, auprès des administrations des départements, de tous leurs arrêtés importants. Ils ont également multiplié leurs discours en direction de la population et des administrateurs du département afin de les rassurer ou de les menacer suivant l’attitude de ces derniers, en exagérant les événements ou les situations, comme l’importance de l’ennemi ou du complot, thème récurrent pendant cette période. Ils utilisent aussi les fêtes civiques comme moyen de communication. La présence des missionnaires lors de ces fêtes reste très importante comme en témoigne l’accompagnement du représentant par le peuple depuis son domicile jusqu’au lieu de communion fraternel. Cette expression populaire se voulant spontanée semble être le témoignage d’un certain respect envers le missionnaire, voire d’une certaine affection du représentant envers la population, mais les opinions de chacun sont plus complexes à en juger par l’analyse de l’auteur. En effet, celui-ci explique que quelques missionnaires éprouvent une certaine méfiance vis-à-vis de la population. À l’inverse les agents de liaison sont, en théorie, considérés comme les frères voire les pères du peuple, mais, en pratique, de violentes campagnes d’opinion et des témoignages ont dénoncé l’attitude de certains représentants considérés comme des tyrans.

8Récapitulant les grandes lignes de son analyse, Florent Robin insiste, dans sa conclusion sur l’exemple parfait que représente l’Isère en raison de sa banalité, son étude ne se concentrant pas sur quelques grandes figures ou sur certains événements de la Révolution française.

9S’intégrant dans une carte de France des missions récemment établie par Michel Biard, ce travail est riche et très intéressant en raison de la base des données utilisées que l’on retrouve dans les annonces. À cela s’ajoute l’originalité de la troisième partie de cette étude où l’auteur évoque une analyse peu développée par l’historiographie, les relations entre le représentant et le territoire de sa mission.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Levaldaur, « Florent Robin, Les représentants en mission dans l’Isère. Chronique d’une terreur « douce » (1793—1795) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 94-95 | 2005, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 24 avril 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1179

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page