Navigation – Plan du site
CHANTIERS

Un poète face à la Grande Guerre

Les temps maudits de Marcel Martinet
Vincent Chambarlhac
p. 117-128

Résumé

Marcel Martinet est l’un des rares poètes pacifistes durant la Grande Guerre. Plus que l’expression d’un engagement politique contre la guerre, l’écriture de ses poèmes révèle la manière dont un for intérieur pacifiste s’objective devant le conflit. Dans l’instant de leur réception (1916-1917), ces poèmes acquièrent une autre dimension, participant de la construction d’un « nous » collectif pacifiste audible dans les failles de la mobilisation culturelle. Passé l’armistice, la poésie pacifiste vaut engagement, effaçant ainsi sa motivation première.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Marcel Martinet, Les Temps maudits, Genève, Éditions Demain, 1917. On se réfère à la publication d (...)
  • 2  Jacques Rancière, La nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981.

1Poésie et politique. Travailler cette conjonction en historien invite aux questionnements des choix d’écritures des modalités de réception. Le poème, lorsqu’il se conçoit politique, s’affronte aux exigences du présent. L’efficace du texte ressort aux contextes de communication politiques et sociaux. L’examen des Temps maudits, recueil poétique pacifiste durant la Grande Guerre, constitue le support de notre interrogation. Leur auteur, Marcel Martinet, est tombé dans un relatif oubli 1. Son nom occupe désormais les index des ouvrages consacrés au premier conflit mondial, au fait communiste. Les Temps maudits importent dans la perspective d’une analyse du lien tissé entre poésie et politique. Ancrées dans la totalité du conflit, leur rédaction et réception prêtent au poète une présence au politique dans le contexte de 1914-1918. Cette présence fait énigme. Énigme d’une écriture singulière lue comme une pratique politique, énigme également d’un recueil poétique où le lyrisme vaut parole politique. L’interrogation de ces moments du poème dans leur dimension politique (Écriture/Réception) construit la position charismatique des Temps maudits dans l’univers de la poésie pacifiste de la Grande Guerre. Elle s’établit au confluent de deux questions distinctes nouées par l’effet du conflit. Elle est d’emblée jeu sur la tradition pacifiste du mouvement ouvrier français, prêtant au poète les traits de l’artiste prophète solitaire en politique dans l’après-coup d’une lecture de l’engagement. La qualification arrime les poèmes à la problématique des poètes ouvriers, naguère analysée par Jacques Rancière 2. Marcel Martinet s’inscrit également dans cette tradition. Il use de cette ressource pour composer Les Temps maudits.

Écriture

  • 3  Christophe Prochasson, « L’Effort libre de Jean Richard Bloch (1910/1914) », Cahiers Georges Sorel (...)
  • 4  Annie Kriegel, Jean-Jacques Becker, 1914 : la guerre et le mouvement ouvrier français, Armand Coli (...)
  • 5  « Marcel Martinet à Jean Richard Bloch, Lettre n° 97 du 6 février 1917 », Correspondance Jean Rich (...)

2En août 1914, Marcel Martinet est un agrégatif en rupture de ban. Il naît en 1887 à Dijon. Tôt orphelin de père, la férule de sa mère – institutrice – lui vaut un parcours de boursier talentueux. En 1910, il rompt avec cette logique des places qui définit selon lui le système scolaire républicain. Il entend se vouer à la poésie. Liée à sa condition de provincial en terre parisienne, sa poétique est proche du régionalisme littéraire. Elle lui procure des amitiés solides (Louis Pergaud notamment) par lesquelles il se fraie un chemin dans le monde des petites revues. Sa rencontre avec Jean Richard Bloch l’arrime à L’Effort libre qui, dans le champ littéraire, se réclame de l’héritage du whitmanisme comme de l’esprit de Romain Rolland 3. Son intégration rapide au comité de rédaction de la revue le politise entre syndicalisme révolutionnaire et hervéisme. La guerre le surprend pacifiste quand le terme est tôt démonétisé dans le mouvement ouvrier français 4. Marcel Martinet confie à Jean Richard Bloch se tenir à son rôle de réfractaire moral à la guerre 5. Ses convictions pacifistes, même tues, le placent au ban d’une société culturellement mobilisée. Il lui faut composer avec les images dépréciatives du traître, du lâche. À celles-ci s’associent éventuellement celles d’embusqué et de planqué, liées à sa situation de réformé pour induration des poumons. Marcel Martinet sait son identité sociale malmenée. Un mot, confié à la Vie ouvrière et à Alfred Rosmer, dont il connaît les convictions pacifistes, qualifie son état d’esprit : Suis-je fou ? L’expression désigne l’anomie frappant les premiers pacifistes français dans l’espace public.

  • 6  Jacques Rancière, Courts voyages au pays du peuple, Paris, Seuil. 1990, p. 32.
  • 7  Marcel Martinet, « Les forces détournées d’Henriette Sauret », La Plèbe, n° 3, 27 avril 1918, p. 4

3L’écriture des poèmes (1914-1915) appelés à composer les Temps maudits ressort au vif de ce sentiment d’étrangeté dans l’espace social. La création poétique trace chez Marcel Martinet les contours d’une chambre à soi où conforter ses convictions pacifistes. La quotidienneté de l’écriture noue un rapport singulier à la guerre qui borne l’horizon social et politique du poète. Deux modes d’énonciation poétique déterminent cette relation. L’un se noue au passé révolu des promesses pacifistes du mouvement ouvrier français. L’emphase, la nostalgie et l’apostrophe désignent ces rimes comme militantes. Le second s’inscrit au présent du fait guerrier qu’il peine à envisager frontalement. Le poète fonde davantage ses rimes sur une poésie de l’humble 6, où la guerre se réfracte au quotidien. Sur les trente-sept poèmes des Temps maudits dans l’édition de 1917, 7 ressortent au premier mode, 22 au second.

  • 8  Marcel Martinet, Les Temps maudits, op. cit., note 1, p. 66.

4Une strophe de Non, vous n’étiez point frères ! illustre le premier mode d’énonciation : « Partez donc, vous, partez vous battre/Partez tuer et partez mourir,/Allez chercher, allez dans leurs batailles/Vous refaire une âme sincère/Vous qui n’avez pas su mener votre bataille/Et qui n’avez pas su mourir pour votre foi,/Allez mourir pour mourir/Partez pour disparaître/Du monde où vous avez joué un rôle, acteurs…» 8

  • 9  Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire (1914-1930), Paris, Armand Colin, 199 (...)
  • 10  Marcel Martinet, Les Temps maudits, op. cit., note 1, p. 51.

5La facture militante du poème tient à l’apostrophe faite sur le mode de la déploration. Inscrites dans l’horizon d’attente du pacifisme de la Belle Époque, les strophes ne proposent aucune alternative à la guerre. La poésie entrevoit la guerre au prix d’un regard construit sur le deuil du pacifisme. Seule l’évocation des cadavres futurs dit cette déploration au présent. Elle est le lieu d’une certaine religiosité des poèmes. Celle-ci procède du climat général 9, décelable dans les Temps maudits pour les poèmes Frères, Israël, Évangile, L’agonie. Elle constitue également l’écho des positions tolstoïennes de Marcel Martinet dans cet intervalle (1914-1915) où il ne décèle aucune alternative à la guerre. Aux esclaves, premier poème des Temps maudits, s’ouvre sur cette citation de Tolstoï : « Si même tous les hommes de l’univers, s’appuyant sur quelque théorie, trouvaient cela nécessaire, je saurais, moi, que c’est mal : car ce n’est pas ce que disent et font les hommes qui décide de ce qui est bien ou mal, mais mon cœur. »10 L’exergue suffit à notre propos. Il définit l’attitude du poète conscient de son isolement social face à la guerre. Les lignes de Tolstoï impliquent également le mode de réception des poèmes ; ceux-ci doivent se lire comme l’affirmation d’un seul face aux convictions bellicistes de la société. Les rimes s’écrivent au titre du politique.

  • 11  Marcel Martinet, Les Temps maudits, op. cit., note 1, p. 80.
  • 12  Marcel Martinet, Les Temps maudits, op. cit., note 1, p. 84.

6Le second mode d’énonciation joue de cette certitude. Il propose une poésie de l’humble. Elle choisit comme accroche des éléments naturels (Vent de septembre, Petits matins d’octobre, Étoile), des scènes de la vie quotidienne (Ce quai…), comme des types sociaux ordinaires à l’arrière (Hommes de quarante ans, un mutilé dans Celui-là, un vieil homme). La guerre se love dans ces courtes évocations lyriques où l’écriture prend en charge ce qui échappe à l’ordinaire des discours patriotiques. La brutalité du fait guerrier à l’arrière, toujours évoquée par la mort, le deuil et les cadavres, se dénonce dans un dialogue fictif noué entre le poète et les éléments les plus ordinaires de la réalité sociale. La composition de Fleuves, Hameaux, collines relève de cette topique. La lecture d’une carte par la pointe du crayon, l’évocation des petites lignes bleues des rivières propices à l’évocation d’un monde rural idyllique mène brutalement à la guerre. Le poème s’achève sur cette strophe : « Aujourd’hui ! O cartes, visage impassible du monde/Cartes, papier sans âmes/Cartes, visages du monde dément,/Sur vous, avec quelle ardeur, avec quelle horreur je me penche/Papier brûlant, papier trempé de sang et de larmes,/Terre criant d’effroi, terre gorgée de crimes !»11 La mécanique du poème reflète les emprunts de Marcel Martinet à Walt Whitman : le jeu sur les éléments naturels et quotidiens, le souci d’une correspondance intime entre le poète et le monde. L’exposé des rêveries du poète sur la carte dévoile également un savoir social connu, mais occulté par la banalisation du fait guerrier, la souffrance des combattants. Face à Walt Whitman, le lyrisme de Marcel Martinet s’inscrit davantage dans la réalité du monde social. Par l’exhibition de la singularité du je, les poèmes interpellent toute la souffrance quotidienne de l’arrière. Ainsi la dernière strophe de Vieil homme : « Quand à présent je te rencontre/Je suis comme un fils devant toi/Tu ne peux pas savoir, marchant parmi les ombres/Mais je baisse les yeux devant ta grande douleur,/Devant ton dos voûté et tes yeux pleins de larmes. »12

  • 13  Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000. L’ouv (...)
  • 14  Marcel Martinet, Notre honneur, Manuscrit inédit, Bibliothèque Nationale, Microfilm 3857, folio 10 (...)
  • 15  Marcel Martinet, Notre honneur, op. cit., note 13, folio 3, Frères, dans les Temps maudits, reprod (...)
  • 16  Cette topique caractérise le mode d’action du pacifisme rollandien durant le premier conflit mondi (...)
  • 17  Marcel Martinet, Hommes, Paris, Les Humbles, 1938.
  • 18  Marcel Martinet, Défense à la poésie, Hommes, Paris, Les Humbles, 1938, p. 13.

7L’horizon d’attente des poèmes se veut panorama des effets du conflit à l’arrière. L’effet de sens politique tient à la composition du recueil. La juxtaposition des modes d’énonciation cristallise la possibilité d’un autre regard sur la guerre. Le poème dévoile. Il est tribunal par la seule force du genre qui sollicite le lecteur. Le lyrisme intime tient lieu de la parole publique. Il inscrit Les Temps maudits dans le contexte de communication de 1914-1915 marqué par la force de la mobilisation culturelle de la société française, polarisée par le fait national et la haine de l’adversaire 13. Les discours patriotiques donnent à lire l’effort de guerre dans la dimension épique du sacrifice fait à la communauté civique, laquelle ne saurait supporter aucun clivage. Dans cette acceptation le camp pacifiste, comme mouvement structuré, n’existe pas durant la période 1914-1915. Il est l’effet de pratiques, se lie toujours à l’expression individuelle. Il joue en somme du registre de la dissidence politique dans le champ intellectuel. Les Temps maudits ressortent à ce contexte dans le moment de leur écriture. La rédaction des poèmes s’accompagne d’annotations jetées au jour le jour, destinées à la confection d’une future préface au recueil. L’ensemble s’intitule Notre honneur. Il constitue un discours d’escorte aux poèmes écrits durant l’année 1915. 14 Marcel Martinet inscrit d’emblée sa poétique dans la topique du front et de l’arrière. Il sait l’incompréhension pesant sur cet effort de poésie pacifiste. Il précise : « Ce n’est là pour nous qu’une raison de plus pour agir. Essayons de bien comprendre – pour n’en être pas découragé, pourquoi ils penseraient ainsi. Puis sachons bien penser pour nous, et à eux, et pourquoi nous pensons. Et sachons que notre effort est d’autant plus utile et nécessaire qu’il a tout contre lui. »15 Le lyrisme des poèmes procède de ce sentiment de séparation. Il engage un message dont l’horizon d’attente est l’antithèse de la prose épique. Marcel Martinet sait la réception immédiate de son écriture vaine. Il enjoint au poète un rôle de vigie. En avril 1918, il précise ce rôle. « Il lui (le poète) appartient de retrouver sous les mensonges verbaux les grandes vérités instinctives et essentielles de l’homme. Devant l’idole, amas monstrueux des forces brutales et des préjugés, il est l’ange révolté qui dit non… » Le poème devient, dans cette perspective, le lieu où proclamer une option alternative quand les conditions d’émission et de réception de cette dernière ne sont plus réunies. Les cris du poète constituent l’acte fondateur d’une possible résistance à la guerre. Ils sont l’expression d’un for intérieur pacifiste confronté à la force des représentations collectives d’une société mobilisée interdisant a priori tout discours pacifiste. Les poèmes témoignent en ce sens non de la soustraction de leur auteur à la communauté sociale, mais de l’objectivation de son refus de la guerre. Leur lyrisme conduit l’exposition d’une conscience malheureuse dont le poète escompte qu’elle soit guide pour l’action 16. Le lyrisme se conçoit comme un principe radical de critique sociale. Marcel Martinet théorise a posteriori cette position dans la longue préface intitulée Défense à la poésie de son recueil de 1938, Hommes 17. « Il se trouve qu’en moi le besoin de la justice sociale et de la dignité de toutes les créatures humaines (la Révolution Prolétarienne, c’est d’abord cela ou ce n’est rien), que l’amour, le vent, la mer, la rose, les feuilles, et que la poésie, c’est la même chose, c’est tout un, et c’est ma vie même. » 18

  • 19  Jacques Rancière, Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique Édition, 200 (...)
  • 20  Marcel Martinet, Notre honneur, op. cit., note 13, folio 104 à 109.
  • 21  Jean Prugnot, « Extraits des carnets de Marcel Martinet », Bulletin de liaison des amis de Marcel (...)

8Construit par l’anomie caractérisant l’expression pacifiste en 1914-1915, cet usage révèle une écriture privée d’exposition et un jeu sur les potentialités du registre lyrique dans l’hypothèse de la publication. Ce qui se joue dans l’écriture des poèmes est de l’ordre du partage puisqu’ils constituent une réponse individuelle aux nouvelles démarcations du politique. À l’absence du pacifisme dans le champ politique, ils substituent le principe de son invisibilité dévoilée par le lyrisme 19. Leur publication rend possible une communauté de lecteurs, soit l’inscription partielle du pacifisme dans l’espace public. L’organisation dans les premiers mois de 1916 des notes constituant Notre honneur par Marcel Martinet en vue d’une préface aux Temps maudits, témoigne en partie de ce dessein 20. La fonction de vigie dévolue au poète l’atteste également. Marcel Martinet renonce finalement à la préface pour mieux contourner la censure 21. L’abandon du discours d’escorte donne toute sa force politique au lyrisme des poèmes.

Réception, l’injonction orale

9La poétique des Temps maudits prescrit l’oralité. Dans l’horizon de la théorie littéraire cette prescription est l’effet du lyrisme. L’écriture interpelle son lecteur. Dans l’horizon du champ politique, l’interpellation compose avec les formes de sa publication. Celles-ci déterminent pour partie un mode d’appropriation du poème.

  • 22  « Une revue romande » (Les Tablettes, juin 1917), puis « deux feuilles françaises », Les Cahiers i (...)
  • 23  Notamment La Plèbe (mai 1918), L’Avenir International (juillet 1918).
  • 24  Luc Rasson, Écrire contre la guerre : littérature et pacifisme (1916-1938), Paris/Montréal, L’Harm (...)
  • 25  Vincent Chambarlhac, « Écrire l’arrière, écrire l’envers de la guerre ? Sur Marcel Martinet et le (...)

10La publication des Temps maudits dans l’espace français est fragmentaire, tributaire du réseau des petites feuilles pacifiques et littéraires. Toutes se caractérisent par la faiblesse de leur tirage. Les petites revues littéraires accueillent les premières les poèmes 22. À la faveur de la structuration du pacifisme (1917-1918), les poèmes gagnent ensuite une presse directement inscrite dans le champ politique 23. L’examen des modes d’énonciation des poèmes successivement imprimés, reproduit la logique implicite du processus d’édition. La poésie de l’humble précède, dans l’ordre de la publication, les poèmes immédiatement politiques. Tous sont lus comme une parole pacifiste, donc politique. Le phénomène est commun à l’ensemble de la littérature pacifiste pour la période 1916-1917 24. Il occulte la diversité des processus d’identification du poème au politique. Pour les feuilles littéraires comme les Cahiers idéalistes, le positionnement politique des poèmes naît des considérations sur la littérature. La défense d’une littérature inactuelle vaut position dans l’espace politique par son refus de toute contemporanéité nationale du propos. La préférence donnée à l’individualisme lyrique sur le genre épique traduit également le refus du conflit 25. Sa dénonciation implicite s’effectue essentiellement dans un jeu de contrepoint sur l’homme et la nature aujourd’hui dénaturés, hier idéalisés. Dans cette perspective, la poésie de l’humble convient. Elle est celle, précédemment évoquée, de Fleuves, hameaux, collines publiés en février 1917 dans les Cahiers idéalistes. En mars 1918, Marcel Martinet reconnaît encore cette vertu d’une proclamation implicite du pacifisme dans sa Lettre à des amis sur la littérature inactuelle et le néo-individualisme, également publiée par la revue. Il défend, contre l’inactuel comme procédé, l’immédiateté du politique dans le premier processus d’énonciation. L’heure est à l’engagement. La seconde vague de publication des poèmes Temps maudits ressort davantage, en 1918, à une presse d’emblée militante et ancrée à l’extrême gauche. L’actualité révolutionnaire scelle les retrouvailles du poète et du mouvement ouvrier auquel il destinait sa poétique. L’évidence de la poésie de l’humble comme lieu d’une parole politique n’est plus.

  • 26  Nancy-Sloan Goldberg, En l’honneur de la juste parole. La poésie française contre la Grande Guerre (...)
  • 27  Henri Guilbeaux, Du Kremlin au Cherche-Midi, Paris, Gallimard, 1933.
  • 28  Marguerite Thevenet, « Notre poète », Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936, (...)
  • 29  Maurice Wullens, Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936.
  • 30  Marcel Martinet, « À mes enfants », Les Temps maudits, Paris, 10/18, 1975, p. 141. La thématique d (...)
  • 31  Jeanne et Michel Alexandre, Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936, p. 23.
  • 32  Andréas Latzko, Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936. Latzko est connu pour (...)
  • 33  Claude Le Maguet, Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936, p. 56.

11Dans l’intervalle (1916-1918), la revue genevoise d’Henri Guilbeaux, Demain, coiffe ce double rapport au politique. Par la personnalité de son fondateur, Demain se situe à l’intersection du littéraire (rollandisme) et du politique (extrême gauche)26. La revue publie en août 1916 deux poèmes des Temps maudits (Israël, Évangile). Lorsque la tonalité militante de la revue s’affirme, Tu vas te battre est également publié (octobre 1916). Les deux modes d’énonciation sont successifs et associés dans l’espace de la revue. Après le refus d’Ollendorf d’éditer le recueil en 1916, Demain se substitue à la maison d’édition française. Les affinités idéologiques de Marcel Martinet et Henri Guilbeaux s’ajoutent au patronage rollandien pour expliquer ce geste. La coopérative socialiste de La Chaux-de-Fonds imprime les Temps maudits à 500 exemplaires 27. Le recueil est interdit en France. Sa connaissance et sa diffusion procèdent de réseaux militants conjoints, entre rollandisme et révolution. Marguerite Thévenet introduit clandestinement les Temps maudits en France. En 1936, celle-ci revient sur la diffusion première du recueil par la copie : « Et, en effet, bientôt on se passa de main en main, en fraude de la censure, tapés à la machine sur du papier mince qui pouvait se glisser même dansles lettres pour le front ces chants de guerre… »28Cette pratique fonde le caractère dissident des poèmes. Maurice Wullens se rappelle : « Vengeurs, les rythmes flagellaient les amis, les résignés, emballaient les révoltés. »29 Les poèmes font communauté. Le trait se vérifie par l’omniprésence du qualificatif de chant pour qualifier les Temps maudits. Significativement, les notes de Notre honneur portent la trace des hésitations du poète quant au titre du recueil. S’agirait-il de Temps ou de Chants maudits ? Le motif du chant demeure dans la dédicace. Les poèmes sont des cris désespérés, des chants d’espoir quand même. Dans le recueil, une rime précise, « mon chant doit faire acte de foi »30. Jeanne et Michel Alexandre, pacifistes de la première heure, se remémorent leur premier contact avec l’œuvre de Marcel Martinet : « Chanter dans la mêlée, quelqu’un donc le savait, le pouvait. »31Andréas Latzko, pacifiste hongrois, renchérit l’appréciation, jugeant que la voix de Marcel Martinet « montait seule “au-dessus de la mêlée” comme un chant de fraternité, trop poignant et trop sincère pour être étouffé par la clameur des aboyeurs officiels. »32 Claude Le Maguet résume l’essentiel de cette description a minima de la réception des Temps maudits lorsqu’il évoque le saisissement d’une assemblée où il donna une lecture de Marcel Martinet. « Ils furent pris aussi par la voix chaude, la voix émue de l’homme fraternel qui savait parler à leurs cœurs. L’on entendait ici les paroles qu’il fallait, avec l’accent qu’il fallait. Et des questions étaient posées, de la façon qu’elles devaient l’être. Toutes nos raisons étaient là, traduites dans d’admirables chants. »33

  • 34  Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, « Violence et consentement, la culture de guerre du premi (...)
  • 35  Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1994.

12Seul le rappel d’une voix convient pour évoquer l’importance du premier contact avec le poème. Le « je » lyrique du poème s’efface devant un « nous » collectif qualifié par le chant. La remarque infirme le postulat du poème écrit au vif du deuil du rapport social. L’appel à la chronologie esquive en partie cette difficulté. La phase d’écriture correspond à la période la plus intense de mobilisation culturelle de la société française ; la publication et réception des poèmes épousent la période où le consensus belliciste s’effrite 34. Quelques signes pris dans le domaine littéraire le dénotent. Dès novembre 1915, Au-dessus de la mêlée de Romain Rolland est publié ; en 1916 Le Feu d’Henri Barbusse (Goncourt cette même année), La vie des martyrs de Georges Duhamel s’ajoutent à ce premier ouvrage. Tous sont discutés dans l’espace public. Dans les failles de la mobilisation culturelle, le pacifisme trouve des interstices où se dire. Le phénomène touche également le champ politique. Les propositions de Norbert Elias sur les configurations sociales précisent l’appréhension de l’équilibre « je/nous ». Elles corrèlent la force des dépendances réciproques liant les individus à la conscience, pour ces derniers de leur autonomie. Dans la perspective du fait social total qu’est la guerre, le poids de la pression sociale mène à l’affirmation du moi pacifiste du poète. Son objectivation par l’écriture construit un « nous » pacifiste qui représente l’un des possibles du contexte de mobilisation culturelle dans la logique de la configuration 35. L’analyse peut conclure sur la nature essentiellement sociale du recueil. L’objet du questionnement rebondit alors des modalités d’écriture et de réception des Temps maudits à l’examen de leur caractère charismatique. La précédente citation de Claude Le Maguet le suggère. Elle évoque une nécessité comblée par l’audition des poèmes : « L’on entendait ici les paroles qu’il fallait, avec l’accent qu’il fallait. Et des questions étaient posées, de la façon qu’elles devaient l’être ». Le recueil fait communauté.

Le charisme d’un recueil

  • 36  Marcel Martinet, « Les forces détournées d’Henriette Sauret », La Plèbe, n° 3, 27 avril 1918, p. 4
  • 37  Max Weber, Économie et société, Paris, 1971.
  • 38  Marcel Martinet, Notre honneur, op. cit., note 13, folio 4.
  • 39  Raymond Lefebvre dans L’éponge de vinaigre (Paris, Clarté, 1921) croque l’ambiance des soirées du (...)
  • 40  Marcel Martinet à Jean Richard Bloch, Correspondance Jean Richard Bloch-Marcel Martinet (1911-1935 (...)

13Les Temps maudits se conjuguent au passé et au présent du conflit, exemptant les poèmes de toute projection dans l’avenir. Ce renoncement construit la force idéologique du recueil. Il place la tradition pacifiste en regard de sa faiblesse contemporaine. L’énoncé de cette faiblesse par les poèmes dévoile une communauté possible dont la cohésion se fonde sur le sentiment partagé de l’anomie du pacifisme. Il revient au poète (aux poèmes) d’instituer cette communauté. Marcel Martinet l’écrit : « ici, là, quelques hommes les ont écoutés, s’arrêtent, regardent autour d’eux et prennent conscience d’eux-mêmes. Voilà les vrais archipels, encore battus par la vague, mais où abordent la raison et la pitié »36. Cette force d’institution ressort au pouvoir charismatique défini par Max Weber 37. Seule sa perception par les lecteurs et auditeurs des poèmesen fonde la pertinence idéologique. S’il est une communauté pacifiste par les Temps maudits, celle-ci s’établit de gré à gré, dans l’acceptation personnelle du message émis. L’omniprésence de la thématique du chant décline cette caractéristique ; l’individuation de la réception devient la condition même du succès du recueil. La forme poétique se conçoit au regard de l’absence des discours plus structurés qui constituèrent à la Belle Époque l’assise des positions pacifistes du mouvement ouvrier. Cette tension parcourt les notes inédites de Notre Honneur dès les premiers feuillets. Relisant l’article de Jaurès, Sang-Froid nécessaire, Marcel Martinet la transcrit, questionnant l’impossibilité de la guerre : « Voilà pourquoi c’est en ce sens que nous pensions que la guerre était impossible, que nous pensions : ils n’oseraient pas. Il faut chercher, pourquoi, comment, ils ont osé. »38Le « nous » seul importe pour la démonstration. Pris dans une écriture singulière, il socialise la réflexion qui accompagne la réflexion des Temps maudits. Il dénote une réflexion collective face au bellicisme ambiant. Le folio 14 précise ce mouvement : « nous nous trompons, disent nos plus indulgents contradicteurs, les adversaires bienveillants, nos compagnons d’hier […], nous sommes abusés, dévoyés, nous continuons le rire aujourd’hui condamné par les yeux qui s’éveillent ». La première personne du pluriel est plus qu’une clause de style sur laquelle extrapoler. Dès 1915, Marcel Martinet participe aux réunions pacifistes du quai de Jemmapes, où des militants syndicalistes révolutionnaires proches de la Vie ouvrière (Alfred Rosmer, Raymond Lefebvre…) rencontrent les Russes de Nache Slovo dont Trotski. Le bureau de Marcel Martinet à l’Hôtel de Ville à la direction de l’enseignement constitue également l’un des lieux de la nébuleuse pacifiste pour les enseignants 39. Le « nous » de Notre honneur se comprend dans ce rapport à la première structuration d’une partie de la mouvance pacifiste en 1915 au titre du syndicalisme révolutionnaire. Mais la poétique de Marcel Martinet ressort plus directement du lien à une tradition brisée. Il se décrit dans sa correspondance avec Jean Richard Bloch comme le continuateur (abrité) de l’ancienne vie 40. Dans cet esprit, les poèmes maintiennent une tradition mise à mal. Leur charisme tient à ce surgissement soudain de valeurs données comme obsolètes. Ils balisent de nouvelles démarcations du champ politique. Leur lecture réintroduit le for intérieur de chacun dans l’espace public au titre d’une opinion pacifiste dont Marcel Martinet constituerait l’une des icônes. Il l’est en compagnie notamment de Romain Rolland, d’Henri Barbusse après le succès du Feu en 1916. À l’égal de ceux-ci, sa poétique récuse toute dimension programmatique. Elle questionne une situation donnée en regard d’idéaux hérités, mais ne propose rien. Les poèmes informent le pacifisme dans l’espace public. Ils s’intègrent à un ensemble de discours et dans ce jeu donnent à voir du collectif là où préexistait seulement l’atomisation des opinions.

  • 41  Les annotations du journal de guerre de Romain Rolland confirment cette interprétation. Romain Rol (...)
  • 42  Jacques Rancière, La nuit des prolétaires, op. cit., note 2.
  • 43  Marcel Martinet, Notre honneur, Manuscrit inédit, Bibliothèque Nationale, Microfilm n° 3857, folio (...)
  • 44  Vincent Chambarlhac, « Le refus de parvenir. Une logique collective de la soustraction ? », Cahier (...)
  • 45  Thomas Loué, « Les barbares lettrés. Esquisse d’un temps long de l’anti-intellectualisme en France (...)
  • 46  Pierre Rosanvallon, Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, P (...)

14Par ce biais, Les Temps maudits s’inscrivent dans une seconde tradition plus spécifique au mouvement ouvrier. Dans le corpus des écrits pacifistes, les poèmes s’apparentent à un jeu sur les écarts. Marcel Martinet situe sa poétique en périphérie de l’éthique rollandienne défiante vis-à-vis des propositions d’ordre révolutionnaires 41. Face à ce second pôle de la mouvance pacifiste qu’est la question révolutionnaire, les Temps maudits ressortent au littéraire plus qu’au politique. Ils n’articulent aucune proposition politique. Le renoncement à la préface couronne cette position. Ce jeu sur les limites place systématiquement les poèmes en dehors d’une sphère déterminée (un positionnement éthique, un positionnement politique). L’écart tracé convoque une problématique de la représentation spécifique au mouvement ouvrier français. Donnant voix par le poème à une opposition qui ne saurait avoir d’existence politique dans le contexte de communication particulier qu’est celui de l’union sacrée, Marcel Martinet renoue avec la tradition des voix d’en bas 42. Les Temps maudits vivifient un capital d’expériences antérieures. Celui-ci transite par l’analogie des positions du pacifiste dissident avec les militants ouvriers du xixe siècle. La vertu première de ce mouvement est légitimatrice. Marcel Martinet dresse l’inventaire des similitudes entre son pacifisme et l’expérience de la Commune 43. Il se reconnaît dans la maxime du refus de parvenir empruntée à Jules Michelet via Albert Thierry. L’attention portée à la poésie de l’humble ravaude la morale héroïque du refus de parvenir. Elle partage avec celui-ci la hantise d’une anomie circonscrite au rapport au peuple 44. L’écart de la forme poétique dans le dispositif de la littérature pacifiste face au rollandisme s’accorde à l’anti-intellectualisme des barbares lettrés qui accompagnèrent le mouvement ouvrier au xixe siècle 45. La poétique proche de Walt Whitman animant les Temps maudits se fait l’écho de l’impossible désir d’identification totale du poète au prolétariat qui caractérise les voix d’en bas. Au pôle de la réception, l’institution de la communauté pacifiste par les poèmes équivaut au désir de représentation essentialiste d’une minorité active devant la mécanique démocratique d’une représentation par délégation 46. Le leitmotiv du pacifisme ouvrier (la trahison des leaders en août 14) résonne significativement dans cette perspective. Les Temps maudits composent avec la tradition syndicaliste révolutionnaire. Marcel Martinet emprunte au milieu qu’il arpente en pacifiste (la Vie ouvrière) les ressources d’une identification directe du message poétique au politique.

15L’articulation du temps court du recueil aux temporalités plus longues de l’histoire culturelle du mouvement ouvrier, clôt l’analyse du recueil. Dans ce jeu, le futur n’a pas sa place. La remarque introduit notre conclusion.

L’après-coup de l’engagement

16Les Temps maudits s’inscrivent à la charnière de traditions distinctes, de médiations différenciées, courant du rollandisme au rappel des poètes ouvriers. Seule la guerre permet cet accord. Elle tisse des liens inédits entre poésie et politique, prenant la première comme l’expression d’une résistance à la mobilisation culturelle de la société française. La contingence détermine la présence au politique du poème. Elle prête aux rimes un pouvoir d’action sur le réel par le simple effet d’un écart tracé entre les représentations dominantes et l’expression lyrique. L’efficacité du dispositif repose sur l’articulation des modes d’appropriation des poèmes. Ils relient les points d’une mouvance où seule l’atomisation des opinions prévalait.

  • 47  Outre Nancy Sloan Godberg (op. cit. note 26), sur ces questions, cf. Jay M. Winter, « Les poètes c (...)

17Faut-il alors lire les Temps maudits comme l’expression de l’engagement du poète ? La forme poétique conduit davantage à une analyse menée sous les auspices de la dissidence intellectuelle. Les poèmes donnent à voir de nouvelles configurations politiques dont seule la guerre, considérée comme fait social total, fournit la clé. Leur présence au politique contient sans doute l’ombre portée de l’engagement. Mais celle-ci engage la dimension future, négocie un autre rapport du recueil au politique. Les Temps maudits s’inscrivent alors dans un continuum biographique. Ils jalonnent le parcours de Marcel Martinet comme une étape déterminante dans la construction de son capital littéraire et politique. Cette nouvelle problématique estompe de facto ce qui fit la force idéologique du recueil : celle d’une œuvre où la question de l’auteur est seconde. La remarque clôt la conclusion. Elle place les Temps maudits au bord de la scène politique. La fonction politique de la poésie ressort à la fugacité d’une configuration dont il fallait nommer les lignes de démarcation. Entre 1914 et 1918, la poésie ressort au front, qu’elle soit pacifiste, belliciste 47.

Haut de page

Notes

1  Marcel Martinet, Les Temps maudits, Genève, Éditions Demain, 1917. On se réfère à la publication de 1975 dans la collection 10/18. Les éditions Agone ont publié en 2003 Les Temps maudits, Culture prolétarienne. Cette communication poursuit une recherche entamée par une thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Serge Wolikow, soutenue à l’Université de Bourgogne le 2/XII/2000. Vincent Chambarlhac, Marcel Martinet, un parcours dans la gauche révolutionnaire (1910-1944), Dijon, Université de Bourgogne, 2000.

2  Jacques Rancière, La nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981.

3  Christophe Prochasson, « L’Effort libre de Jean Richard Bloch (1910/1914) », Cahiers Georges Sorel, n° 5, mars 1987. Également : « La création de L’Effort et son manifeste », La Revue des revues, n° 20, 1995, p. 13-19.

4  Annie Kriegel, Jean-Jacques Becker, 1914 : la guerre et le mouvement ouvrier français, Armand Colin, Paris, 1964.

5  « Marcel Martinet à Jean Richard Bloch, Lettre n° 97 du 6 février 1917 », Correspondance Jean Richard Bloch-Marcel Martinet (1911-1935), éditée par Haruo Chuô Takahashi, Université de Chuô, 1994, p. 94.

6  Jacques Rancière, Courts voyages au pays du peuple, Paris, Seuil. 1990, p. 32.

7  Marcel Martinet, « Les forces détournées d’Henriette Sauret », La Plèbe, n° 3, 27 avril 1918, p. 4.

8  Marcel Martinet, Les Temps maudits, op. cit., note 1, p. 66.

9  Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire (1914-1930), Paris, Armand Colin, 1994.

10  Marcel Martinet, Les Temps maudits, op. cit., note 1, p. 51.

11  Marcel Martinet, Les Temps maudits, op. cit., note 1, p. 80.

12  Marcel Martinet, Les Temps maudits, op. cit., note 1, p. 84.

13  Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000. L’ouvrage est discuté, notamment dans Le Mouvement Social, n° 199, avril/juin 2002. Sur la question plus spécifique de la censure et du bourrage de crânes, Olivier Forcade, La censure politique en France pendant la Grande Guerre, Thèse de doctorat, Paris X Nanterre, janvier 1999.

14  Marcel Martinet, Notre honneur, Manuscrit inédit, Bibliothèque Nationale, Microfilm 3857, folio 103.

15  Marcel Martinet, Notre honneur, op. cit., note 13, folio 3, Frères, dans les Temps maudits, reproduit ce positionnement.

16  Cette topique caractérise le mode d’action du pacifisme rollandien durant le premier conflit mondial. Joseph Laroche, « La conscience malheureuse comme mode d’action internationale. Le pacifisme de Romain Rolland ». In Le For intérieur. Colloque d’Amiens de 1994, PUF, Paris, 1995, p. 137-149.

17  Marcel Martinet, Hommes, Paris, Les Humbles, 1938.

18  Marcel Martinet, Défense à la poésie, Hommes, Paris, Les Humbles, 1938, p. 13.

19  Jacques Rancière, Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique Édition, 2000. Également La chair des mots. Politiques de l’écriture, Paris, Galilée, 1998.

20  Marcel Martinet, Notre honneur, op. cit., note 13, folio 104 à 109.

21  Jean Prugnot, « Extraits des carnets de Marcel Martinet », Bulletin de liaison des amis de Marcel Martinet, n° 5, 1977/1978, p. 10.

22  « Une revue romande » (Les Tablettes, juin 1917), puis « deux feuilles françaises », Les Cahiers idéalistes (février 1917), La Forge (janvier 1918).

23  Notamment La Plèbe (mai 1918), L’Avenir International (juillet 1918).

24  Luc Rasson, Écrire contre la guerre : littérature et pacifisme (1916-1938), Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997.

25  Vincent Chambarlhac, « Écrire l’arrière, écrire l’envers de la guerre ? Sur Marcel Martinet et le pacifisme littéraire », Annales de Bourgogne, tome 73, Fascicule 3, 2001, p. 417-436. Christophe Prochasson, « Jalons pour une histoire du non-engagement », Vingtième siècle, n° 60, octobre/décembre 1998, p. 102‑111.

26  Nancy-Sloan Goldberg, En l’honneur de la juste parole. La poésie française contre la Grande Guerre, New York, P. Lang, 1993.

27  Henri Guilbeaux, Du Kremlin au Cherche-Midi, Paris, Gallimard, 1933.

28  Marguerite Thevenet, « Notre poète », Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936, p. 22-23.

29  Maurice Wullens, Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936.

30  Marcel Martinet, « À mes enfants », Les Temps maudits, Paris, 10/18, 1975, p. 141. La thématique du chant se retrouve aussi dans Premier jour de lumière.

31  Jeanne et Michel Alexandre, Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936, p. 23.

32  Andréas Latzko, Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936. Latzko est connu pour son recueil Hommes en guerre.

33  Claude Le Maguet, Les Humbles, Cahiers n° 1, 2, 3, janvier-février-mars 1936, p. 56.

34  Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, « Violence et consentement, la culture de guerre du premier conflit mondial », in Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1996, p. 251‑274.

35  Norbert Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1994.

36  Marcel Martinet, « Les forces détournées d’Henriette Sauret », La Plèbe, n° 3, 27 avril 1918, p. 4.

37  Max Weber, Économie et société, Paris, 1971.

38  Marcel Martinet, Notre honneur, op. cit., note 13, folio 4.

39  Raymond Lefebvre dans L’éponge de vinaigre (Paris, Clarté, 1921) croque l’ambiance des soirées du quai de Jemmapes. Sur la présence de Trotski, Annie Kriegel, Aux origines du communisme français, Paris, Mouton, 1964.

40  Marcel Martinet à Jean Richard Bloch, Correspondance Jean Richard Bloch-Marcel Martinet (1911-1935), op. cit., note 5, Lettre n° 79 du 18 novembre 1915, p. 69.

41  Les annotations du journal de guerre de Romain Rolland confirment cette interprétation. Romain Rolland, Journal des années de guerre, Paris, Albin Michel, 1952, p. 1455, 1462, 1507.

42  Jacques Rancière, La nuit des prolétaires, op. cit., note 2.

43  Marcel Martinet, Notre honneur, Manuscrit inédit, Bibliothèque Nationale, Microfilm n° 3857, folio 30 à 33.

44  Vincent Chambarlhac, « Le refus de parvenir. Une logique collective de la soustraction ? », Cahiers d’Adiamos, n° 1, 1999.

45  Thomas Loué, « Les barbares lettrés. Esquisse d’un temps long de l’anti-intellectualisme en France. 1840-1900 », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, n° 15, 1997, p. 85-108.

46  Pierre Rosanvallon, Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, Gallimard, 1998.

47  Outre Nancy Sloan Godberg (op. cit. note 26), sur ces questions, cf. Jay M. Winter, « Les poètes combattants de la Grande Guerre : une nouvelle forme du sacré », Guerre et cultures, 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1994, p. 28-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Chambarlhac, « Un poète face à la Grande Guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 93 | 2004, 117-128.

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Un poète face à la Grande Guerre », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 93 | 2004, mis en ligne le 01 octobre 2007, consulté le 23 mars 2017. URL : http://chrhc.revues.org/1172

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page